bubzy

Members
  • Content Count

    2,786
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    9

bubzy last won the day on June 26 2018

bubzy had the most liked content!

Community Reputation

1,640 Excellent

About bubzy

  • Rank
    Vétéran
  • Birthday 11/09/1983

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris
  • Pays
    France

Contact Methods

  • Skype
    etchenic_bruno@hotmail.com

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. A pondérer toutefois. Les engrais de synthèse, phosphatés et azotés principalement, sont utiles et vitales à un mode d'agriculture en particulier. Ce mode d'agriculture qui dépense une énergie incroyable pour faire "à la place" de la nature, qui, elle sait très bien produire toute seule. Il est donc possible de produire des calories alimentaires autrement. Ce mode d'agriculture productiviste et intensif présente cependant un avantage que ne pourrait jamais remplacer aucun autre modèle. Celui d'utiliser des forces mécaniques telles que la production de calories alimentaires par unité de force de travail est extrêmement élevé. C'est ainsi que les agriculteurs, nourrissant le monde, ne représentent plus qu'un très faible pourcentage de la force de travail, permettant par ailleurs la libération de cette même force de travail pour d'autres secteurs (études, recherche, armée, services, industrie, ingénierie, etc.) Ce même mode d'agriculture possède également par nature un défaut terrible. Il détruit complètement l'environnement sur le quel il s'implante. - il détruit les sols. Même avec une quantité illimitée d'intrants, il viendra un moment où la terre en tant que substrat finira par disparaître. Et ça se compte en quelques décennies seulement. Compactage des sols, et errosions lors de chaques épisode pluvieux. La terre se barre dans les rivières puis les océans, littéralement. -il détruit la vie. Directement et indirectement. En se débarassant des champignons et insectes directement, c'est toute l'alimentation de base de toute une chaîne alimentaire de la faune qui disparaît. Les effets en sont visibles. -il est responsable d'une énorme part dans le réchauffement climatique. Moins par l'utilisation de produits pétroliers que par la destruction de la forêt sur la planète, grande captatrice de CO2. Alors du coup... D'un côté, chouette qu'il n'y ai bientôt plus d'une part de ce qui fait notre poison. Pour peux que les politiques ouvrent les yeux pour adapter rapidement nos modes de production d'aliments. Parce qu'une transition agricole d'un mode qui détruit tout, à un qui est pérenne, ça ne se fait pas tout seul... Ni d'un claquement de doigts
  2. Star citizen, le jeu du futur qui fera de l'ombre à tous ses concurrents. D'après une idée originale de Lockheed Martin.
  3. Il ne faut pas oublier que les EAU ont acheté leurs avions en deux fois. Peut-être réservent-ils la modernisation aux appareils les plus récents ayant le plus de potentiel. Ou alors, peut-être qu'au contraire, lors du passage des plus anciens 2000 au nouveau standard (quand ils avaient acheté l'autre moitié de 2000 directement au standard -9, les 30 premiers avaient été modernisé au même standard par la même occasion), le potentiel de régénération n'avait pas été complètement fait et que ce sera l'occasion de le refaire. Je penche pour la première solution, mais en tous les cas, y'a une logique derrière, et elle doit pas être très loin.
  4. bubzy

    L'Inde

    Le plus dur dans le cadre de la conception d'un avion naval, c'est: - Le traitement à la corrosion - L'adaptation de la structure lors de l'impact à l'appontage - L'adaptation de la structure lors du catapultage. Il est de fait plus compliqué pour un avion conçu pour un PA STOBAR d'opérer sur un CATOBAR que l'inverse. De part sa conception. Ensuite, ce n'est pas parce que c'est discret que ça n'avance pas. Surtout vis à vis de la com. habituelle de DA. Franchement, les connaissant, moins on en parle, mieux c'est ! Honnêtement, qui avait entendu parler du contrat Rafale en Egypte ou au Qatar avant qu'ils ne soient annoncés ? Pour ce qui est des perfs, si ce n'était pas possible, ces deux avions ne seraient plus en lice. Certes, il va y avoir des arbitrages sur les performances. De là à rendre les opérations impossibles, ou si fortement diminuées qu'elles en seraient considérées comme telles...
  5. bubzy

    L'Inde

    Pas en 5 ans, mais en 15 ans ! Bon. Si l'échelle parait plus réaliste, l'Inde n'a pour le moment jamais réussi à développer un avion convenable... Tout court. Le LCA est toujours une sorte de démonstrateur technologique en constant développement qui n'a pas atteint ses objectifs, rien que pour la version destiné à l'IAF. Alors développer un avion naval en si peu de temps... Dans les faits, pour ce qu'il me reste de connaissance pour tenter d'analyser les affaires indiennes, effectivement l'état major de la marine indienne écarte complètement le LCA. Et si nouvel avion il doit y avoir, cela implique un trou capacitaire pour les 15 prochaines années, ce qui va obliger l'Indian Navy à combler le trou avec un achat sur étagère. Tout simplement. Donc au final, très bonne nouvelle pour le Rafale M (ou l'advanced Super Hornet)
  6. Non. C'est notre dépendance à la croissance et/ou notre désir inné d'accumulation. Le gaspillage n'est qu'un symptôme. A quel niveau ?
  7. Heu... Je trouve ce raisonnement discutable. Limite hors sujet. C'est un point de vue donné pour une frange de la population qui pourrait (noter le conditionnel) vivre cela. Cela montre que nous dépendons TOUS (ou presque) du système pour nous approvisionner. Il y a donc à l'image la crainte de manquer. Et... je ne sais pas où on voit des bobos à l'écran. Mais le seul dont on connait la situation est un étudiant qui bosse pour ses études, dans une situation certainement très commune. Je me demande à quel point ton à-priori influe sur ton jugement pour réussir à sortir un commentaire qui tire tellement à côté que je le trouve indécent. L'effondrement a déjà commencé, c'est vrai. je le pense aussi. Les inégalités croissent à un rythme alarmant, mais il arrivera certainement un point de bascule autour duquel tout pourrait s’accélérer. Très faux au contraire... Les jeunes sont nés dans un environnement que les adultes ont créés pour eux. C'est un exercice de mauvaise foi auquel se livre l'auteur pour détourner la responsabilité vers les jeunes, lui qui prends les boules que les jeunes se réveillent et puissent repprocher quelque chose à sa génération.
  8. De ce premier épisode je retiens la multiplicité des réactions personnelles, avec un point de vue vraiment accès sur la réaction individuelle plutôt que sur le système. On ne sait pas trop ce qu'il se passe, c'est pas la question. Est-ce que nous vivront un point de bascule tel que celui-là ? Pas certain. mais pas impossible non plus. C'est bien rendu dans le sens où on peut très bien s'imaginer dans les trois réactions possibles. Le business as-usual avec une accroche terrible au système, voir même le cynisme de certains comme ce directeur qui veut vendre ses produits plus cher (c'est indéniable que ça arrivera, à ce niveau-là ou à un autre). On a de l'autre côté celui qui est conscient, et flippé de la situation et qui cherche à fuir, et en dernier un profil qui ne sais pas à quel réalité s'accrocher, perdu entre deux visions, en pleine dissonance cognitive. C'est à peu près le type de profils que nous rencontrons déjà aujourd'hui.
  9. C'est du récit, de l'imaginaire, mais ça participe à la construction d'une forme d'inconscient collectif. Certainement que la série sera un peu clientéliste pour les amateurs du genre, mais ça arrive dans notre culture, à suivre donc.
  10. C'est un problème de qualité qui n'a pas que pour conséquence un problème de potentielle usure précose, mais aussi une perte de confiance. Ainsi, si un élément détecté par le client n'est pas conforme, que pourrait-il trouver d'autre ? C'est cette question qu'il faut se poser. On sait bien que, malgré le soutien unanime affiché par tout le groupe Airbus envers l'usine Espagnole assemblant l'avion, il y avait vraiment un problème de culture industrielle avec des méthodes en déça du reste du groupe. Problèmes de processus, de suivis de processus et donc de contrôle qualité. On le sait maintenant parce que le crash de l'A400M était dû à une de ces défaillance (de contrôle, de process ou des deux je me souviens plus exactement). Faut arrêter de taper sur les allemands. Ce qui est fait là est justifiable. C'est aussi un moyen de pression. Après, est-ce que derrière il y a une volonté politique dans le but de mettre une forme de pression financière ? Ou pour décrédibiliser la filière espagnole dans le cadre des attributions de retour industriels dans le cadre d'autres contrats ? Tout est possible. Mais de ce que j'en lis dans les médias mainstream, c'est mal expliqué et c'est un quasi non-événement. Des avions refusés à la livraison pour des problèmes de conformité, ça m'étonnerait que se soit si isolé que cela. Si quelqu'un "dans la place" pouvait apporter un témoignage, je suis pas contre.
  11. C'est pas qu'il est pas cohérent leur Dieu. C'est leur interprétation de ce qui est marqué dans la Bible qui n'est pas cohérente.
  12. On parle de gestion de risque dans le cadre de l'utilisation d'une technologie par rapport à une autre justement. Il est bel et bien question de risque nucléaire, comme il pourrait être question de risque dans l'industrie aéronautique ou que sais-je encore. J'éviterais de partir dans tous les sens sans quoi la discussion n'en finirait pas. Oui, il y a une responsabilité de la part de TEPCO, car l'accident n'aurait pas dû se produire si la centrale aurait été construite à la hauteur normalement demandée et si le risque des grands Tsunami avait été considérée autrement. Maintenant, les accidents ça arrive. C'est une constante. Et les accidents nucléaires induisent des risques qui lui sont propre. Donc il faut les prendre en considération en tant que conséquences propres à la spécificité de cette technologie. Personne n'a parlé de ça. Merci de ne pas créer d'homme de paille. Oui, certains ont fait l'amalgame, mais pas dans la présente discussion. Répondu au dessus Tu devrais te renseigner un petit peu, rien que par curiosité, à ce qu'il s'est passé à la centrale du Blayais au lendemain de la tempête de 99. C'est instructif. Considérer les autres comme des débiles irresponsables c'est faire preuve d'arrogance. Or, en matière de sécurité, l'humilité reste de mise.
  13. Cette phrase provient directement de Jean Marc Jancovici, que je suis sur toute la ligne, mais seulement jusque là. Son argumentation possède de grosses failles sur la dangerosité du nucléaire. Car c'est bel et bien dangereux. Car on ne s'amuse pas à déplacer des dizaines ou centaines de milliers de personnes "pour le plaisir". Surtout en URSS, où les peur irrationnelles et émotives de la population n'auraient pas fait le poids face à la puissance de l'état qui aurait pu masquer des milliers de morts sans que cela n'en fasse un scandale plus gros qu'un autre. Bon pour commencer, l'ensemble des accidents nucléaires ne peuvent se comparer complètement car les technologies de réacteurs, ainsi que le contexte dans lequel se sont passé les accidents sont vraiment différents. Mais ce que ne disent pas les rapports de l'UNSCEAR, c'est que se passerait-il SI (et j'insiste sur le si), les population n'avaient pas été déplacées ? De mon côté, je me dit que la gestion des accidents sur la base des données connues des scientifiques et médecins n'ont elle justement pas portées leur fruits ? En évitant des morts précoces par ionisation ? En prenant ceci en compte, si un décès prématuré pour une large partie de la population n'est pas un risque, c'est parce que la conséquence a été déplacée ailleurs. C'est à dire le déplacement de populations se comptant entre des dizaines de milliers et des millions de personnes. Donc oui, il a raison en disant que le nucléaire civil a fait peu de morts Oui, il a raison en disant que les risques ou les peurs sont surévalués, et mal gérées médiatiquement Par contre non, il a tord en disant que ce n'est pas dangereux au delà des quelques personnes qui sont au contact direct. des éléments ionisants les plus forts qui, dans le cas de Tchernobyl ou Fukushima, ont nécessité une grosse dépollution, et le déplacement à JUSTE TITRE des populations. Par conséquent, si la mortalité de ceux qui ont été déplacés est à prendre en compte dans la conséquence directe de l'accident nucléaire, bien que ces personnes n'ont pas été victimes de rayons ionisants, ils sont bien morts des suites d'un accident nucléaire. ça serait un peu comme dire si les membres du personnel de l'hotel de Gonesse ne sont pas comptées comme victimes d'un accident aérien mais de celui d'un choc et d'un incendie consécutif à la chute d'un avion sur leur tronche.
  14. Faut faire gaffe avec les chiffres. Le diable se cache dans les détails Le fait connu est que la Loi de Programmation Militaire applicable de 2019 jusqu'à 2025 défini la possession de 50 avions de transports tactiques. Or, nous devons recevoir des Atlas jusqu'en 2030. Donc c'est pas incompatible. D'ici là les C130H que nous avons seront peut-être à la retraite, et la prochaine LPM pourra être révisée à la hausse. La LPM définit le cadre dans lequel l'exercice budgétaire est joué. Donc pour le moment ça colle.