PolluxDeltaSeven

Moderateur
  • Content Count

    6,201
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    25

PolluxDeltaSeven last won the day on October 3 2019

PolluxDeltaSeven had the most liked content!

Community Reputation

1,996 Excellent

3 Followers

About PolluxDeltaSeven

  • Rank
    Héros
  • Birthday 04/25/1985

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

3,080 profile views
  1. Bah pourquoi on serait pas d'accord ? Je vois pas trop quelle alternative on aurait eu au Crusader à l'époque de son achat. C'est après que les choses sont partie en vrille, quand le Crusader est devenu obsolète, que la Marine a voulu le remplacer par un X-Wing (je me rappelle plus exactement, mais je crois qu'ils voulaient un truc avec 30% de vitesse ascensionnelle et 200% de plus d'autonomie par rapport au Mirage F1, mais pas plus lourd! Un truc absurde de ce genre là) et qu'elle s'est retrouvé à la place avec un grand bol de rien du tout et des Cruze sans radar ni missile, ou presque. Sans parler du remplacement des Etendard IV, qui aurait du être confié au Jaguar M dont les problèmes rédhibitoires étaient pourtant connus depuis le début. Ensuite, la MN a voulu d'un appareil d'attaque subsonique parce que c'est moins cher et ça emporte plus et plus loin. Mais, outre le fait d'être américains, le A-7 était "trop lourd" et le A-4 "trop léger", et la préférence nationale mena à un "Super" Etendard IV à pas cher (qui est finalement plus cher qu'un A-7, avec moins de rayon d'action et d'emport qu'un A-4, mais je sais que je vais me faire taper dessus parce qu'il est aimé ce petit bonhomme ! Haha !) Au final, je suis toujours persuadé que le péché d'orgueil a été le Super Etendard et, à travers lui, cette fiction de pouvoir se payer une flotte neuve d'avions d'attaques ultra-modernes (parce que si la cellule du SUE est grosso modo celle d'un Super Mystère B2 navalisé, les systèmes embarqués à bord étaient au top du top) avant d'enchaîner sur une flotte de super-intercepteurs de la mort qui tue tout aussi modernes. Si elle avait accepté de mettre de l'eau dans son vin sur le cahier des charges du remplaçant du Crusader, elle aurait pu investir dans un unique programme "polyvalent" (en l'occurrence le Mirage F1, éventuellement en deux sous-versions). L'US Navy était en train de passer par là avec le Hornet (F-18 et A-18, avant de devenir F/A-18), la Royal Navy standardisait aussi autour d'une unique cellule de Harrier. Bref, c'était dans l'air du temps, mais la Marine a eu peut-être les yeux plus gros que le ventre, et sans doute la naïveté de croire aux promesses de AMD par rapport au SUE. Pour le F/A-18, je suis plus mitigé. La question industrielle n'était pas si pertinente. C'était, encore et toujours, une question de coût et de choix, de priorité opérationnelle. Dans les faits, nos porte-avions n'avaient plus aucune défense aérienne crédible dès la fin des années 1970. L'achat d'une quinzaine de F/A-18A (sans doute gréés uniquement en configuration air-air) aurait eu un coût, c'est évident. Mais ça aurait aussi eu une réelle pertinence opérationnelle et diplomatique, évitant à nos porte-avions de se ridiculiser face à des armées de l'air de troisième zone et étendant de facto notre capacité opérationnelle. Est-ce que ça aurait valu, une fois encore, de sacrifier d'autres capacités ? Par exemple en supprimant une F70 et/ou quelques avisos A69, selon le timing considéré ? Rétrospectivement, non, évidemment. Mais si je devais faire un tel choix à cette époque, j'aurais sans doute opté pour quelques F/A-18, à défaut d'avoir pu obtenir un Mirage F1 Naval. Par contre, à compter de la décennie suivante, effectivement, c'est mort. Acheter du F-18, même d'occasion, au début des années 1990, ça aurait été con, le programme Rafale étant bien avancé. Et, pour le coup, on n'est plus dans un contexte de Guerre Froide, et on peut tenir avec des F-8 qui font globalement de la police du ciel jusqu'à l'arrivée des premiers Rafale M.
  2. Ce n'est pas le sujet, je te réponds en MP
  3. La gestion de l'aéronavale par la Marine est quand même globalement désastreuse, ce n'est pas vraiment un exemple à prendre en modèle ;)
  4. C'était une silhouette stylisée vue de dessus, ça avait une forme très standard, type F-35, TF-X, KF-X, FC-31, etc. OK. Bon après, c'est l'Inde hein ! Entre les annonces et la réalité, y'a un monde !
  5. Alors je suis désolé de faire un hors-sujet dans votre HS () mais j'avais bien envie de parler de l'Inde, si vous n'y voyez aucun inconvénient ? A l'automne dernier, j'étais en Inde avec un confrère de Janes et on avait pu faire le tour de quelques industriels et sous-traitants artisans du MII, entre autre. Chez VEM, j'ai pu observer quelques secondes un schéma montrant la silhouette d'un chasseur furtif estampillé "NG-Aircraft" et annoté de quelques chiffres que j'ai réussi à griffonner tant bien que mal (et aussi discrétement que possible). Je vous les livre: Dimensions de l'appareil: -16,50m -10,5m -3,5m Deux superficies: -50m2 -200m2 (wetted "illisible") Volume fuselage: 36m3 Poids net des parties composites (sans que je ne sache si c'était l'ensemble du composite de la cellule, ou uniquement la part fabriquée par cet industriel): -3,6t (j'ai aussi noté "carbon composit" et "Al-Cu alloy" dans un coin de la feuille) Voilà, je me suis dis que ça pourrait plaire à ceux de nos membres qui aiment jouer avec les puzzles des méandres industriels indiens, haha !
  6. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    Pour vous mettre tous d'accord, pourquoi ne pas vous remettre à parler du sujet, et uniquement du sujet ?
  7. J'ai dis LES Egyptiens, pas DES Egyptiens. Transpose le climat norvégien sur l'Egypte en quelques années à peine et tu auras des millions de morts. Pareil dans le sens inverse. Mais oui, répond à mes propos uniquement sur les Egyptiens en vacance en Scandinavie, plutôt que sur le fond du problème. Les dérèglements sont trop rapides pour que les sociétés, les écosystèmes et les argicultures s'y adaptent efficacement déjà aujourd'hui, et on est loin des +5° !! Et on a pas encore à subir ça en même temps qu'une pénurie des matières premières nécessaires à la création d'engrais et de pesticides. Quand on va devoir gérer à la fois les pénuries et le réchauffement, ça va faire très très mal ! Mais apparemment, tu as plein de petites solutions mignonnes pour des problèmes qui s'annoncent gigantesque. Regarde un peu les prévisions climatiques des décennies à venir: y'a pas que les Landes qui vont cramer, et pas juste sur un seul épisode d'incendies ! Concrètement, ce qui s'annonce, ce sont des incendies de forêts tous les étés, dans toutes la France, jusqu'aux portes de Paris. Mais bon, ça va, y'a pas besoin d'ombrelle à Lidl, juste de quelques dispositifs pare-feu, donc tout va bien ! Et puis pareil pour l'agriculture, franchement, qui a besoin de pesticides, d'engrais et d'eau pour nourrir 8 milliards de personnes quand on peut mettre des pois chiches dans le Nord Pas de Calais! Ouf, nous sommes sauvez!! Et tu comptes nourrir une famille toute l'année avec 2 pieds de tomates et 3 plants de patates? On est COMPLETEMENT dans l'anecdotique, arrête de te voiler la face ! Si on veut nourrir tout le monde en France dans un système en effondrement énergétique, il faudrait une exode massive vers les campagnes. Et même là, je ne prend en compte ni les effets du réchauffement climatique sur les cultures (nouvelles maladies, plantes mal adaptées, etc.), ni la perte des sols, ni la diminution des ressources d'eau, ni les incendies des zones agricoles. Y'a pas a dire on va se marrer :D
  8. Alors: D'une, personne ou presque ne parle de la fin de l'Humanité, mais d'une réduction drastique (et inéluctable, tôt ou tard, ne serait-ce que par l'épuisement des ressources, sans même parler du climat) de la population et, a minima, la fin des Civilisations que l'on connaît actuellement (ce qui est aussi inéluctable). Ce qui est déjà pas mal. De deux: en fait on en sait rien. Il est tout à fait possible que la fin de l'Humanité soit de facto liée au réchauffement climatique. Personne ne sait ce qui se passe au-delà de 5° de réchauffement. A priori nos ressources pétrolières seront globalement épuisées d'ici là et ça "devrait" ne pas aller au-delà, mais les boucles de rétroactions positives (qui n'ont de positif que leur nom) notamment au niveau des océans, des incendies de forêts, des nuages et des puits de méthanes dans le pergélisol "pourrait" nous conduire au-delà de +5°, avec un scénario fournaise (+ de 8°) possible. Or, à ces échelles-là, il ne reste plus grand chose de vivable sur terre. Dans tes calculs, tu oublies que la moyenne prend en compte les océans, globalement plus froids. +5° sur la planète, c'est potentiellement +8 à +11° sur les terres, avec un effet accentué au niveau des pôles. Donc non, l'Islande ne sera pas dans le climat de la Bretagne. Et même si la Sibérie et le Grand Nord connaissent des été à 40°, ils auront toujours des hivers avec d'intenses périodes de gel et des nuits permanentes, ce qui ne leur permettra pas de devenir des greniers à grain pour la planète. Et là, je ne parle même pas de toutes les joyeusetés qui pourraient orbiter autour d'un réchauffement extrême: disparition des nuages (bonjour l'agriculture sans pluie), guerres généralisées pour les dernières ressources, "nouvelles" anciennes maladies qui resurgissent des sols gelés, toxicité de l'air, etc etc. Je ne dis pas que c'est probable, ça ne l'est sans doute pas. Mais si tu parles d'un réchauffement à 5°, alors tu ne peux pas dire que la fin de l'humanité induite est du pur délire. Tout simplement parce qu'on arrive pas à un consensus sur les modélisations au-delà. Mais certaines modélisations prévoient bel et bien un emballement au-delà de 5° entrainant une "vénusaformation" de la planète et donc la fin de l'Humanité. C'est pas forcément le plus probable (on en sait rien) mais c'est pas du pur délire (on en sait toujours rien)
  9. Oui, et en Norvège ils ont des hivers à -30°, c'est pas pour autant que des Egyptiens y survivraient ! Ton argument n'en est absolument pas un. Si on se tape (pardon, QUAND on va se taper) d'ici 15-20 ans des canicules à 55° un été sur deux, on ne va pas gérer ça "sans difficultés". Il ne suffira pas de faire des "gros efforts d'adaptation". Il s'agira de transformer en profondeur TOUTES nos infrastructures et nos modes de vie (réseaux d'énergie, végétalisation des villes, irrigation, changement de type de cultures, repeuplement des campagnes, etc.) en seulement deux ou trois décennies, si on ne veut pas perdre en qualité et niveau de vie. En gros, faire en 20 ans 50 à 70 ans de travaux publics. Et je ne parle même pas de transformer la nature elle même. Bizarrement, le sud-ouest égyptien a pas trop tendance à cramer massivement pendant les canicules estivales, vu que y'a rien à cramer. Alors que nos forêts des Landes, elles vont pas se gêner pour flamber. Après, si ton exemple c'est l'Egypte, bah go pour l'Egypte. Go pour le niveau de vie égyptien, go pour les crises internes, les révolutions (en parties causées d'ailleurs par les très mauvaises récoltes des dernières années), etc etc. Alors peut-être que "crier à l'Apocalypse" ne sert à rien, mais mettre en garde de ce qui va nous tomber sur le coin de la gueule, je pense que si ! En tous cas, ça peut au moins nous pousser à commencer à trouver des solutions, de connaître le problème (et quand je parle de solutions, je parle d'autre chose que du yakafokon et de l'attentisme habituel) De plus, la plupart des gens ne crient pas l'Apocalypse. Mais, comme tu le dis toi-même, certaines régions du Monde vont devenir tout simplement impropre à la vie humaine. Y'a un milliard de personnes qui vivent dans ces régions là. Baaaaah, p't'êt bien que pour eux, ça va y ressembler de près à l'Apocalypse hein ! ;) A priori, aucun imputables aux seules radiations. Il n'y a pas eu de radiations mortelles en dehors de l'enceinte du site industriel, et le vent aurait pu souffler sur Tokyo que ça n'y aurait rien changé. Alors oui, peut-être qu'au bout de 20 ou 40 ans on aurait estimé à quelques milliers le nombres de "décès anticipés" dû à des cancers, sans qu'on puisse jamais prouvé que tel ou tel cancer est réellement causé par les radiations (il ne s'agit à chaque fois que d'études statistiques comparant le avant/après. Le seul cas qu'on ait pour faire un rapprochement c'est Chernobyl, or la hausse des cancers dans les années qui ont suivi l'accident est a priori autant si ce n'est plus à mettre du côté de l'effondrement du régime -hausse de l'alcoolisme et du tabagisme, diminution de la qualité des soins- que de l'explosion de la centrale elle-même, hors intervenants sur le site évidemment). Mais ça reste toujours plusieurs ordres de grandeur en dessous des "décès anticipés" causés par la pollution atmosphérique, et notamment celle des centrales électriques au charbon. Dans tous les cas il aurait fallu évacuer un minimum, mais on oublie que le tsunami lui-même a fait bien plus de victime que les 2000 de l'évacuation de Fukushima, et que d'ailleurs la majorité de ces derniers auraient sans doute survécu sans le stress et la destruction des infrastructures causés par le tsunami.
  10. Mouais... Si le but c'est d'avoir un peu de souplesse ops dans un conflit type Malouines, l'état de ton pont plat à la fin des opérations, tu t'en tamponne un peu ! Typiquement, les Brits ont déglingué un paquet de moteurs (et de cellules) de Harrier GR, sans compter l'état des cargos transformés. M'est avis que si on devait se taper en vrai et qu'on avait une grosse attrition sur nos Rafale, on ferait pas trop la fine bouche pour accueillir des F-35B des copains sur le CDG. Mais en l'occurrence, je suis d'accord, et mon argument était surtout de dire que si tu as du stock de F-35B dans ton armée de l'air, tu peux "vite" renforcer ta Marine le cas échéant. (toujours cf. Malouines) (par contre à ma connaissance aucun F-35B n'a foutu le train sur le CDG, si ? Du Harrier oui, mais du F-35B j'ai pas souvenir) Y'a du pour et du contre. Et, encore une fois, les Anglais ont les Malouines en mémoire. Leur solution est beaucoup plus modulaire, en théorie. En gros, les deux QE, tu peux les remplir raz la gueule de F-35B si tu dois aller te taper avec quelqu'un qui dispose d'une armée un tant soi-peu sérieuse (Egypte, Iran, etc.) ou les blinder de Royal Marines, de Chinook et d'Apache (avec juste ce qu'il faut de F-35B pour assurer la couverture aérienne) si tu veux refaire la Libye par exemple. Le tout avec un seul navire. En gros, un QE remplace un Invincible + un Ocean. De notre côté on est obligé de jongler avec nos CDG et Mistral, et si on a pas de CDG disponible, bah on perd toute modularité. De plus, comme le dit Pascal, il faut voir plus large, considérer la flotte amphibie UK dans son ensemble, mais aussi le fait que les F-35B pourront apporter une contribution intéressante dans une alliance en tant que forces aériennes "terrestres" (pour le coup, c'est pas les Malouines le RETEX intéressant, mais l'Afghanistan, où les Harrier ont été les premiers appareils déployés sur certains aéroports dont le approches étaient encore mal sécurisées pour les appareils classiques).
  11. Pas d'accord. Le groupe aéronaval anglais n'est pas le groupe aéronaval français. Ce n'est pas la même doctrine, pas la même histoire, pas le même usage. Nous avons un porte-avions d'attaque à vocation interventionniste. De part sa taille, il n'emporte certes que 24 Rafale, mais si il avait fait dès le départ 60000t, alors il aurait été dimensionné pour 36 ou 40 Rafale. Les Anglais ont des porte-avions à vocation de contrôle, aéronavale ou aéroterrestre. De part leur doctrine, ils sont conçus avec non pas une mission d'attaque principale (pour laquelle ils ne sont donc pas optimisés), mais avec deux missions d'égale importance: l'appui à terre ou le contrôle maritime. Concrètement, ils ne sont pas conçus pour embarqués 36 F-35. Ils peuvent le faire techniquement, mais ils n'ont pas été pensés pour ça. Ils ont été conçus pour embarquer 24 F-35 maximum complétés par des hélicoptères, soit ASM, soit de transport pour l'assaut à terre (mais il peut n'y avoir que 12 ou 18 F-35, selon l'importance accordée à chaque mission). Et, pour le coup, si leur PA avait été de la taille du CDG, ça n'aurait rien changé à cette doctrine: il n'y aurait eu que 12 ou 16 F-35 max, et un complément d'hélicoptères. En gros, ils n'ont pas besoin de plus de F-35B que nous n'avons besoin de Rafale. Et, auraient-ils opté pour du CATOBAR, le mix avion/hélico n'aurait pas été différent non plus. Tel qu'ils voient les choses, ils sont capable de déployer autant d'avions de combat qu'un CDG, mais en conservant une plus grande réserve pour embarquer des Merlin, des Apache ou des Chinook. De notre côté, nous n'avons pas cette capacité là, mais on dispose de 3 BPC qui font le job et le couple Rafale/Hawkeye reste plus pertinent en assaut longue portée que le F-35/Merlin (mais s'ils avaient fait le choix F-35C/Hawkeye, on n'aurait rien pu dire sur ce sujet là). Ce sont donc deux doctrines d'usage bien différentes. Et, perso, je serais curieux de voir ce qu'on fera avec le PA2 s'il atteint les 65000 ou 70000 tonnes. Un tel dimensionnement ouvre quand même des perspectives intéressantes. Même si on aura a priori jamais assez de Tigre, d'hélicoptères de transport lourd ou même de NH90 ASM pour nous permettre d'en déployer en masse sur le PA... Là aussi, pas d'accord. A la base j'allais continué sur ma lancée pour le cas Anglais, mais ça colle aussi bien avec les Italiens. On a beau ne pas aimer le F-35 ici en France, il faut quand même lui reconnaître une vertu: seule la version F-35B est justifiée, ou presque. En gros, ce qui fait que l'avion est lourd, pataud et cher, c'est à cause des contraintes de la version STOVL. En contrepartie, cette variante ouvre des possibilités intéressantes, en permettant d'être déployée facilement sur un pont plat même relativement compact, mais aussi d'intégrer des bases aériennes avancées relativement rudimentaires, de continuer d'opérer sur un aérodrome à la piste endommagée, voire de pouvoir être déployé depuis un morceau de route quelconque. Et si on a besoin que le génie nous construise une base avancée, leur boulot est aussi diablement simplifié. Bref, le F-35B reste opérationnellement pertinent pour un usage Air, sans compter qu'il représente une réserve opérationnelle intéressante pour un contingent Marine. L'utilisation des Harrier GR. de la RAF sur des navires pendant la Guerre des Malouines reste à ce sujet un véritable cas d'école. En gros, si aujourd'hui je dois claquer mon pognon dans du F-35 et que je possède une aéronavale, je préfère mettre toutes mes billes dans du F-35B (à moins que j'ai de quoi me payer plus de 100 ou 150 appareils, mais ça concerne peu de monde). Et même si je n'ai pas d'aéronavale mais que je suis, mettons, Singapour, Taïwan ou la Corée du Sud, je regarderais très sérieusement du côté du F-35B pour mon armée de l'air.
  12. Ah oui, je le voyais pas du tout aussi haut le Merlin !!
  13. Je vois pas trop l'intérêt pour le Merlin AEW ? A moins que ce ne soit pour surélever l'hélico et permettre de tester le dispositif de bascule du radar vers le bas, ce genre de truc ? De mémoire, sur les Invincibles, il y avait un espace du hangar avec une très haute hauteur de plafond, c'était pour permettre la dépose du moteur des Harrier, qui nécessitaient de retirer les ailes des avions. Peut-être qu'ils ont aimé l'idée et l'on conservé, soit parce que quand le configuration du CVF a été figée il n'avait pas encore été décidé de mettre à la baille les Harrier (décision en 2010. De quand date la config du CVF ?), soit pour permettre d'opérer des Harrier alliés (ou ne pas se couper d'une revente potentielle) soit parce qu'ils se disent que sur la durée de vie des PA il n'est pas impossible qu'ils se retrouvent avec un besoin similaire ?
  14. question peut-être bête, mais c'est quoi un taux de compression de radar?