Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

PolluxDeltaSeven

Moderateur
  • Posts

    7,325
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    35

PolluxDeltaSeven last won the day on November 28 2023

PolluxDeltaSeven had the most liked content!

Reputation

5,625 Excellent

3 Followers

About PolluxDeltaSeven

  • Birthday 04/25/1985

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

9,658 profile views
  1. Bruno a fait un joli reportage ce jour-là, disponible en ligne via Linkedin: https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:7165964680149061633/ Il explique notamment le pourquoi du comment du moteur plein réduit ;)
  2. Effectivement, en écrivant ce poste, je viens de voir que la vue d'artiste en question était déjà diffusée l'année dernière. Je l'avais loupée. Si je me souviens bien de ce qu'on m'avait dit en 2018, ils proposaient à l'époque l'emport de 8 torpilles en soute (+ chaînes SAR) ou de 4 Exocet sous voilure. L'emport d'Exocet en soute était possible, mais en sacrifiant l'emport en torpilles et chaînes SAR. Avec la soute agrandie version 2023 (2022?), j'imagine qu'on doit pouvoir panacher un peu plus l'emport en armes dans les soutes, façon ATL2. Idem pour moi, mais effectivement on la retrouve dans cet article de M&M datant de l'année dernière: https://www.meretmarine.com/fr/defense/succession-des-atlantique-2-la-dga-a-notifie-deux-etudes-a-airbus-et-dassault
  3. Tu parles des logements pour les supports et l'hydraulique des volets? Ils sont présents sur tous les 320, et c'était effectivement logique de mettre les pylônes armement à cet endroit, où la structure est le plus à même de le supporter. Mais je trouve quand même intéressant que les dernières vues montrent une soute plus longue (assez longue pour des missiles anti-navires?) et plus de missiles sous les ailes. En 2018, on m'avait déjà dit chez Airbus que toutes les options seraient étudiées: soutes+pylônes, soute seule, pylônes seuls. L'idée est de trouver le meilleur compromis en fonction des performances, du besoin et du coût final. Après c'est peut-être juste une vue parmi d'autres, une config parmi d'autres. Ou peut-être que ça se rapproche déjà un peu plus de ce qui est en train d'être étudié pour le marché français
  4. Pour moi, c'est une structure qui vient élargir le bas du fuselage arrière, indiquant une soute plus large que ce qui était présenté en 2018 (à l'époque c'était "juste" intégré dans le fuselage, là on a un fuselage élargi pour cette fonction). Regarde la ligne du fuselage vers la queue, ça me semble clair, mais je peux me tromper, c'est difficile sous cet angle.
  5. La config a l'air d'avoir effectivement bien changé depuis les photos que j'avais prises en 2018 !! Le renflement arrière pour la soute, ça permet peut-être de moins toucher la structure interne. Mais surtout, j'ai l'impression que ça permet de délocaliser dans la soute les missiles qui étaient jusqu'à présent montrés uniquement sous la voilure. En gros, un compromis sans doute intellligent: plus grosse modification du fuselage, mais moindre modification de la voilure. Par contre, faut voir ce que ça implique sur les commandes de vol et la maniabilité. On ne voit pas de MAD sur ce design, donc pas sûr que ce soit idéal pour faire des cabrioles au raz de l'eau effectivement.
  6. J'ai trouvé aussi une photo du KF110 avec la même particularité, prise en 2017. Ça ne semble donc pas être propre au KF134. Peut-être y'a t il plusieurs standards de Mirage 2000i (j'en doute, vu la première photo prise en 2017)? Ou qu'il s'agit de machine pas encore complètement rénovées? Ou de cellules dédiées aux présentations publiques ? Franchement, avec les indiens je ne serais surpris de rien
  7. Elle date de quand cette photo ? C'est peut-être juste un appareil de test, ou un des premiers modifié, sans que tout n'ait été installé?
  8. Ça c'est une vue d'artiste de Rama, qui a retouché une photo de F-22 :) La vue officielle de DA, c'est celle-ci:
  9. Ouaip, un "potentiel export" qu'il a fallu, contrairement à l'époque des FLF, partager avec la FREMM italienne, bientôt les Constellation américaines, les Type 31 britanniques, les nouvelles productions coréennes et bientôt turques, et le reliquat de potentiel des LCS, Sigma et autres Meko. Tout cela avec un navire qui à le déplacement et la masse en armement d'une frégate légère, mais (à cause de son radar) le prix unitaire d'un gros destroyer emportant deux fois plus de missiles... En réalité, à part quelques opérateurs qui ont autant besoin de DA à longue portée que de protection ASM, mais pas la masse salariale pour plus gros, je ne vois pas trop qui ce navire va intéresser. Beaucoup de choses pourraient se jouer en Norvège finalement.
  10. Parce que ces deux options n'ont jamais été réalistes, à part dans les fantasmes de certains. Il n'y a aucune réserve pour des Sylver de plus sur la plage avant sur la FREMM, en intégrer (+ intégrer un nouveau radar + un nouveau système de combat) revenait globalement à redessiner un nouveau navire, ce qu'on a fini par faire. Quand au quad pack sur "Sylver 2", ça n'a jamais eu la moindre base crédible. Pas la moindre. Non seulement on a pas de lanceurs quadpack, mais on a pas de missiles quadpackables non plus.
  11. "Ouais nan mais vous comprenez, les FREMM c'est trop lourd, ça se vend pas, ça a pas d'avenir. On veut renouer avec le succès des FLF en faisant un navire plus léger pour plaire à l'exportation!" qu'on disait chez Naval Group, avant que les Italiens ne vendent des FREMM en Egypte, en Indonésie et auprès de l'US Navy Plus sérieusement, il fallait faire tourner les bureaux d'étude, et Naval Group pensait vraiment que l'avenir était aux navires de 4000 tonnes (à tord, à mon avis). Et il fallait aussi une nouvelle plateforme pour intégrer le gros radar de la mort qui tue de Thales qui coûte une blinde. Donc tout ce petit monde a réussi à convaincre la DGA et la MN qu'il fallait une nouvelle classe de navire. Et, honnêtement, à l'époque, ça pouvait se comprendre: la FREMM était effectivement un échec à l'export: les Italiens ne faisaient aucun effort pour vendre leur propre version, et nos propres prospects trouvaient que le navire était trop peu équipé/armé pour la taille/le prix du bâtiment. Bon bah, l'histoire aura donné tord à Naval Group (concernant la FREMM), qui a aussi assez mal joué (très mal joué) ses cartes sur les marchés US, Canada et Australie. Après, ça ne veut pas dire que la FDI sera un échec pour autant, même si je ne vois pas trop par quel miracle on pourra en vendre autant que les FLF, mais bon.
  12. Je pense que l'idée est aussi de normaliser les rapports avec Airbus Helicopters pour ne pas se fermer un fournisseur. Il ne faut pas s'attendre à un gros contrat pour 50 hélicoptères lourds dans l'année, mais pour quelques unités pour les FS par ci, quelques unités pour le maintien de l'ordre par là, c'est toujours intéressant de pouvoir faire candidater Airbus (et ne pas dépendre uniquement de Leonardo) et rebâtir progressivement une relation de confiance, si possible.
  13. Moins d'empennages = meilleure furtivité, meilleure vitesse de croisière, consommation moindre, plus d'emport en carburant, etc etc. En gros, les avantages habituelles de la voilure delta, avec l'avantage de la furtivité qui s'ajouter en supprimant la dérive verticale. Inconvénient: moins de contrôle en lacet, comme l'a dit @g4lly D'ailleurs, cette formule pure aile volante n'est plus d'actualité pour le NGF. Les vues d'artiste actuelles de DA présentent des surfaces papillon (comme sur le YF-23) assez large. On m'a confirmé que le but c'est bien de répondre aux exigences de la navalisation de l'appareil. Après, l'histoire comparée des YF-22 et YF-23 montre tout l'intérêt et l'inconvénient de chaque formule. Celle du YF-23 (empennages papillons et pas de poussée vectorielle) permettait une bien meilleure furtivité et plus d'autonomie (notamment en supercroisière), mais au détriment de la maniabilité à basse vitesse. L'USAF, qui semblait ne pas encore faire 100% confiance en la furtivité, a préféré la formule du YF-22 plus consensuelle sur les performances dynamiques.
  14. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    J'ai survolé le papier et c'est assez fabuleux la manière dont il invente tout un tas d'appels d'offre qui n'ont jamais eu lieu (le Rafale en compétition face au Su-30 au Vietnam, en Malaisie, en Libye et... en Algérie, fallait oser !!), dont il invente une compétition complètement imaginaire dans des accords de gré à gré (Kazakhstan, Ethiopie. C'est pratique, ça permet de "gagner" même quand personne ne joue), et dont il élude d'un revers de la main le fait que le Rafale taille des croupières au Su-35 depuis 2022. Bref, du grand art de débilité
  15. C'est a peu près ça oui. Là c'est un démonstrateur, donc forcément on le fait voler avec un max d'équipements sur étagère (moteur, train d'atterrissage, commandes de vol, etc.). Sur un futur prototype, on aura déjà des équipements plus représentatifs de ce que voudra le client de lancement (et ce n'est pas dit que ce soit de l'Ardiden) ou éventuellement le partenaire industriel principal (et là il voudra certainement de l'Ardiden, haha !)
×
×
  • Create New...