PolluxDeltaSeven

Moderateur
  • Compteur de contenus

    5 882
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    22

PolluxDeltaSeven last won the day on October 5

PolluxDeltaSeven had the most liked content!

Réputation sur la communauté

1 314 Excellent

1 abonné

À propos de PolluxDeltaSeven

  • Rang
    Héros
  • Date de naissance 25/04/1985

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Visiteurs récents du profil

2 133 visualisations du profil
  1. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    C'est déjà fait depuis un moment, en toute discrétion ! ;)
  2. PolluxDeltaSeven

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Je confirme en effet le nouveau modèle de CDT.
  3. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    Tiens, ce matin je me suis levé en me demandant ce que ça ferait de fermer le topic Rafale une petite semaine... J'ai le doigt sur la gâchette, vous pouvez pas imaginer ce que ça me démange !
  4. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    JE VEILLE DISCRÈTEMENT A LA MAÎTRISE DES HORS SUJEEEEEEETSS !!!! (vous ne m'avez pas vu! je file furtivement! :) )
  5. PolluxDeltaSeven

    Les Frégates de la Royale

    Après, si on récupère bien 2 SMART-S, a question de leur réutilisation se pose bien. Le périmètre de modernisation des FLF reste flou. Les trois dernières recevront bien un KingKlip et des SADRAL, ça semble acté. Mais le flou règne pour les deux premières. On m'a dit, texto, qu'elles pourraient bien recevoir et conserver un Bluewatcher si les essais du Surcouf sont concluants et que l'option de leur modernisation était levée. Pourquoi ne pas imaginer, alors, que la Lafayette et la Surcouf recoivent dans ce cadre un radar SMART-S ? Est-ce que ça leur apporterait vraiment quelque chose sur le plan tactique? Et est-ce que, opérationnellement, la MN y gagnerait quelque chose à avoir 3 FLF "optimisées" pour la détection ASM, et 2 autres en tant que piquet radar? Quel usage en faire? Pour quels déploiements? Quels escortes?
  6. PolluxDeltaSeven

    Awacs et détection d'avions

    Il me semblait que ça venait de commencer? Mais je dois être en avance de quelques mois ;) Rah, je savais en le disant que si j'entrais pas dans les détails, d'autres le feraient! Alors oui, ce sont des appareils différents. Ce n'est pas la même version du moteur, les ailes sont différentes (présence de volets de bord d'attaque pour les E-3F, notamment), l'aménagement interne est différent, le circuit carburant aussi, etc etc. Il n'empêche que ce sont des appareils similaires en termes d'usage et de maintenance. Un mécano formé sur C-135 passera plus facilement à une maintenance de E-3F qu'à celle d'un 737 de dernière génération (et encore, là aussi je fais des raccourcis). Non seulement les machines sont relativement similaires, mais la gestion de leur maintenance quotidienne et de leurs grandes visites l'est aussi, dans les grandes lignes. En gros, si on maintient une filière de compétence pour entretenir une base C-135 avec CFM56, il n'y a pas beaucoup d'efforts à développer pour développer et maintenir une filière E-3/CFM-56. Par certains aspects, il y a même moins de différences qu'entre une filière C-130H et C-130J par exemple! Evidemment, si on ne parle que de la cellule, pas des systèmes. Mais au final, cet argument est minoritaire pour le choix des Anglais. Pour eux, la logique est de passer au "tout Boeing Next Gen". Sachant que le Wedgetail est en production maintenant, mais que rien ne dit qu'il le sera toujours dans 20 ans, autant investir tout de suite plutôt que de moderniser des E-3D et se retrouver, in fine, à devoir quand même les remplacer dans 20 ans par un truc qui ne sera plus "state of the art". L'exemple Japonais donné par ARPA est très similaire. Ne pouvant avoir le "state of the art" immédiatement, ils se sont rabattus sur une solution bis. Quand il a fallu remplacer cette dernière, le "state of the art" n'était plus disponible et il a fallu payer (cher) une nouvelle solution. Je pense que c'est ce que les Anglais cherchent à éviter (parce que, ne nous voilons pas la face, un A320neo AEW&C, on va le payer bien plus cher qu'un E-7)
  7. PolluxDeltaSeven

    Awacs et détection d'avions

    La décision anglaise de passer au Wedgetail est assez logique, y compris en termes de coût. Les E-3 français et anglais ont, en soi, un gros potentiel. Les appareils française ont vu leur système d'arme rétrofité en 2015 (et leur cabine en ce moment) et pour avoir volé dedans, c'est sacrément moderne et sacrément performant !! Sans changer le radar, rien qu'en améliorant le traitement du signal, le gap de performances est énorme ! Bref, tout ça pour dire qu'ils sont maintenant destiné à voler jusqu'à l'horizon 2035-2040. Mais les cellules, elles, pourraient en réalité tenir...quasiment indéfiniment étant donné leur utilisation. Au moins jusqu'aux années 2070-2080 si on va par là. Mais on n'ira bien évidemment pas par là. Parce qu'au bout d'un moment, ce qui compte, c'est la capacité à les entretenir: faire fabriquer les pièces, éventuellement sur-mesure si les stocks sont vides et que le fabricant ne le propose pas, former les hommes et femmes qui doivent entretenir une cellule et des moteurs hors d'âge, etc etc. En France, conserver les E-3 pour quelques décennies avait et a encore du sens. Même si les appareils diffèrent légèrement, ça reste la même cellule et la même propulsion que les KC-135 par exemple, dont le remplacement progressif va s'étaler encore sur quelques années. Et lorsque l'heure sera venue de remplacer les AWACS, ça suivra de peu le remplacement des ATL2 qui se fera sans doute sur base... d'A320neo !! Sans aller jusqu'à dire que le futur AWACS français est tout trouvé, on en est pas loin. Pour les Anglais, la situation est différente. Ils n'ont pas de base C-135/707 comme ravitailleurs. Ils disposent bien de RC-135 retapés, mais d'occasion, mais leur PATMAR est maintenant réalisée par le P-8 Poseidon sur base 737. En matière de communalité, ils avaient donc le choix entre une refonte des E-3 qui aurait de toute manière demandé un remplacement des plateforme d'ici 20 ans, ou un remplacement par leur nouvelle plateforme moderne, le 737/Wedgetail. En termes de coût, l'opération lissée sur la durée de vie du matériel est quasiment équivalente. En matière de logique opérationnelle, un remplacement des vieux E-3D par des Wedgetail permet un lissage des capacités sans diminution du nombre de cellule, contrairement à un rétrofit. Sur le plan de la logique industrielle, c'est du tout bon. Le 737 militaire c'est un appareil d'aujourd'hui, là où le A320neo se présente (par Airbus Defense & Space) comme la solution multirôle qui remplacera les versions militaires du 737 dans 15ans. Si le but est, in fine, de remplacer les E-3D par une solution américaine commune avec sa PATMAR (et ses futurs avions de renseignement), autrement dit le 737, autant le faire maintenant plutôt que de claquer du fric dans une refonte des E-3 qui se terminera quand même par l'achat de 737 militaires en fin de vie, dans 20 ans.
  8. PolluxDeltaSeven

    MICA IR et Meteor

    Qu'est-ce à dire que ceci?
  9. PolluxDeltaSeven

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Beaucoup de choses à dire. Une F21 peut faire du transhorizon avec 50km+ de portée, c'est sûr. Mais comment tu détecte ta cible en transhorizon avec un navire de surface? Pas au radar ni en optique, de fait. Reste l'acoustique, mais la DO à une telle distance à partir d'un porteur en surface (même avec une traîne sonar) n'est franchement pas évident et demande du temps à basse vitesse, pas idéal pour du hit and run du coup. Ensuite, que tu ressembles à un chalutier c'est bien beau. Mais ça ne résout pas deux problèmes: -L'intelligence de l'adversaire, qui peut très bien se méfier de tout contact et y déployer un hélicoptère ou un drone pour vérifier -Ton avenir après frappe. A moins de mettre hors de combat toute la flotte adverse en une frappe, ces derniers ne sont pas des idiots. Si leur LHD se fait descendre, il y a de fortes chances pour que le "chalutier" qui file 28 noeuds en sens averse devienne rapidement une cible de choix. Tu ne penses pas? Un hélicoptère embarqué, c'est une aéronavale. Et développer un système d'arme pour le "au cas où" il n'y ait pas d'hélicoptère adverse en vol, c'est... aléatoire ? (oui, je soigne mon langage! :D ) Et, encore une fois, ça ne résout tactiquement aucun problème. Même si l'hélicoptère n'est pas en vol durant l'approche, il pourra l'être au moment du tir, ou avant celui-ci. Et s'il y a plusieurs navires, à moins de tous les détruire d'une salve, un hélicoptère est toujours possible. Et surtout, l'ennemi s'adapte !! Si la France ou l'OTAN commence à développer ce genre de tactique, soi CERTAIN que leurs adversaires potentiels se doteront de moyens UAV léger et peu chers très rapidement (ce qui va se faire dans les 2 prochaines décennies de toute manière). Quant au "qui", oui ça marchera la première fois, et encore si tu arrives à développer et déployer un tel système en toute discrétion. Ce dont je doute fortement. Et si le but est de balancer des torpilles à 50km sur une cible floue (DO acoustique) dans un contexte de trafic civil accru, alors déjà c'est que c'est la fête du slip niveau sécurité des opérations hein ! ça revient à faire du dogfight dans un couloir d'approche de l'aéroport CDG, mais admettons. Ensuite, le trafic civil dense, c'est en zones littorales, dans les détroits, les mers étroites ou fermées, les abords portuaires etc. Si on en est à balancer des torpilles lourdes dans un tel contexte, soit on est chez nous (on défend NOS abords) et dans ce cas là autant mettre les torpilles lourdes sur des navires légers et/ou rapides de combat côtier (c'était le cas des Avisos D'Estienne d'Orves) et pas sur des types FTI ou FREMM. Soit on est ailleurs, loin de nos bases, et dans ce cas là on intervient à portée de l'aviation adverse ou de celle de leurs alliés, et c'est suicidaire. Sauf si tu sais pertinemment que l'adversaire dispose d'un tel moyen !!!! Voyons ! Si une volée de missiles anti-navires approchent d'une FREMM, elle ne va pas se contenter de chercher des avions lanceurs ! Si elle sait que l'adversaire dispose de navires de surface ou de sous-marins aptes à en lancer (et si ses SR lui disent en plus que ces navires ont pris la mer, voire se trouvent dans la zone), alors elle cherchera aussi sa cible en surface et sous l'eau. L'ennemi n'est pas plus stupide que nous! Au mieux, ça marchera la première fois. C'est cher payé en développement et en intégration pour un outil qui n'a pas de souplesse tactique et qui perdra rapidement sa capacité de surprise. Encore une fois, je comprends ton point de vue. Et, dans l'absolu, techniquement, c'est loin d'être con. Mais si tu prends en compte les paramètres tactiques, financiers et opérationnels, ça revient à payer TRÈS CHER un système beaucoup trop rigide et limité tactiquement. Un système qui "peut" s'avérer "problématique" pour "certains types" d'adversaire, et si ce système met en oeuvre des armes de 1,5t et empiète sur des équipements bien plus polyvalents à l'efficacité certaine prouvée, alors c'est un mauvais système. Particulièrement si son effet de surprise se voit très rapidement limité, même face aux "certains" adversaires qui "pourraient" être concernés, dans des conditions tactiques très avantageuses pour ton couple frégate/F21. Alors après, l'idée d'un drone sous-marin éventuellement capable de se "suicider" contre une cible, c'est intéressant, carrément. Et on peut bien le basé sur une torpille F21, sans aucun souci. Après, tout dépend de l'usage. Si l'idée est, depuis un vecteur furtif qui se fait passer pour un chalutier, d'entrer dans un port ennemi, de prendre des images, de les transmettre directement et discrètement au porteur, pourquoi pas. Mais dans ce cas là je verrais plutôt un vrai système de drone UUV, capable de loitering long, de pose au fond de l'eau, de SATCOM, etc etc. un peu sur le modèle de ce que Thales avait proposé en 2016. ECA propose d'ailleurs des systèmes avec ce genre de capacités, même si plus légers et adaptés à une utilisation plus tactique que stratégique. En gros, l'idée me semble bien plus intéressante comme base pour un système semi-autonome de reconnaissance ou de force spéciale (y compris frappe portuaire, ce qui se rapproche plus d'un usage de mine que de torpille) que tel quel pour de la frappe anti-navire de haute mer. La capacité de loitering serait alors bien plus importante que l'aspect transhorizon, et le mieux serait alors de déployer le drone depuis un SNA ou un navire FS qui aurait foutu le camps bien avant toute frappe potentielle. On peut peut-être se rejoindre sur un tel compromis non ? ;)
  10. PolluxDeltaSeven

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Un Yasen peut balancer sans problème une douzaine ou plus de missiles anti-navire supersoniques. Et comme pour n'importe quel système moderne, Exocet compris, les missiles peuvent être programmés pour un lancement échelonné et une arrivée sur cible simultanée. Si 12 missiles volant à Mach 2,5 se pointent simultanément dans le périmètre de surveillance d'un Herakles, ça devient d'un coup très compliqué. La FREMM peut lancer les missiles en limite de portée, mais s'il s'agit d'Aster 15, leur portée effective contre des missiles se situe autour de 15km max, et 1,7km au minimum. A Mach 2,5, les missiles assaillants parcourent 850m/sec, et traversent donc l'enveloppe d'interception des Aster 15 en 15,6 sec. Cela donne une interception toutes les 1,3 secondes s'il y a 12 missiles. A peine moins d'une par seconde s'ils en balancent 16, et ... on l'a dans le fondement s'ils en balancent plus sur une FREMM, de toute manière. A ce rythme là, avec un radar qui rafraîchit une fois par seconde, ça devient un sport de précision mortel. C'est TRES TRES sérieusement tendu du slip quand même comme histoire ! Au final, ce n'était pas non plus pour rien qu'on avait initialement prévu de caler 32 Aster 15 sur les FREMM-ASM (à l'époque où les AVT étaient destinées à embarquer le MDCN), contre 16 uniquement pour les Italiens. Pour justement se donner une marge de manoeuvre face à une cible sous-marine capable de balancer des salves de missiles de croisière. Alors BREAKING NEWS ( :P ) on m'a confirmé chez MBDA une portée de 200km et non pas 180km pour l'Exocet Bk3. Alors, oui et non. OUI, dans l'absolu. Que la F21 soit balancée depuis un SNA, un SSK ou un navire de surface (ou un ponton sur un lac, pour ce que ça vaut), elle conserve la même portée et les mêmes capacités tactiques. Mais NON, car ça pose plusieurs problèmes: D'une part, un navire n'est pas aussi furtif qu'un sous-marin. -Déjà, ça lui rendra la tâche plus ardue pour se glisser jusqu'à une force de surface adverse. Il faudra pour cela que cette force 1) ne dispose pas de radars à la portée plus grande que la F21, 2) ne dispose d'aucune aéronavale, pas d'hélicoptère ASM, pas même un hélicoptère de reconnaissance ou un simple système de drone à 50000€, 3) que son coup d'équipement à cette capacité minimale (50000€ donc) soit inférieur au coup d'intégration d'une F21 sur une plateforme de surface très furtive (spoiler alert, ce sera forcément le cas) -Ensuite, une fois son forfait commis, il faudra que le navire de surface puisse se carapater assez vite, assez loin, sans être repéré ni intercepté. Il faudra donc qu'il puisse aller plus vite que n'importe quel escorteur adverse (y compris sous-marin), ce qui ne le rendra pas spécialement discret (toujours face aux sous-marins), et qu'il puisse le faire assez longtemps pour échapper de la zone d'action adverse, navale ou aérienne basée à terre. Donc il faudrait que ce soit contre un adversaire dépourvu d'aéronavale embarquée de quel que type que ce soit, dépourvu de sous-marin, et dépourvu d'aviation à terre (ou trop loin de tout support basé à terre). Mais que cet adversaire soit quand même assez fort pour qu'un tir de barrage d'Exocet ne soit pas suffisant pour le faire pisser dans son froc? Tout cela limite franchement le nombre de cibles potentielles non? D'autre part, une torpille n'est pas aussi rapide qu'un missile La discrétion n'est jamais éternelle. Même si on ne se dévoile pas, de fait, avec un tir de F21, le risque existe qu'on soit détecté avant que la torpille n'est atteint sa cible. Et, de manière générale, ce n'est pas parce qu'un navire est conçu pour pouvoir faire un tir furtif que l'adversaire lui laissera toujours l'occasion d'opérer de manière nominale. Dans ce cas là, on peut bien tirer tout son complément de F21 sur la force adverse. Mais si cette dernière a le temps de vous sortir de l'équation (éventuellement avec les autres navires de votre groupe) à coups de missiles Onyx avant que votre première torpille ne touche sa cible, ce serait ballot non? Enfin, il y a la question des capteurs Détecter de manière discrète une cible de surface à 50km+ depuis un SNA, ce n'est pas techniquement complexe (ça dépend du milieu, pas du matériel). Faire la même chose depuis une cible de surface en mode furtif, ça tient plus du miracle qu'autre chose. Si la détection est visuelle, alors on s'expose. Si la détection est radar, alors on s'expose. Si la détection est aérienne, alors on s'expose. La seule manière crédible est de se baser sur les émissions actives d'un ennemi un peu con, ou qui n'a tactiquement pas d'autre choix. Encore une fois, ça limite DRASTIQUEMENT le champ d'application d'une telle capacité. Mais ça demande donc à ce que l'adversaire n'ait VRAIMENT aucun moyen déporté: pas d'aéronavale embarquée, pas de sous-marins, peut-être même pas de navires éclaireurs. Ou alors c'est justement pour dézinguer les piquets radars adverses, types FLF par exemple. Le seul usage que je pourrais voir, ce serait effectivement depuis des navires très légers, éventuellement embarqués sur des frégates plus lourdes, comme le dit FATac. Mais ce serait gâcher énormément de place à bord d'un navire de premier rang pour quelque chose qui serait aussi bien (voir mieux) accompli par un hélicoptère volant au raz de l'eau pour larguer une MU90 ou un ANL. Au final, je dirais Mouais bof... Les torpilles lourdes ça avait du sens justement à courte portée, pour le combat littoral ou anti-amphibie à l'ère des canons et des missiles courte-portée (cf. Marine italienne). Mais à l'heure du combat au delà de l'horizon, je pense que ça perd vraiment de l'intérêt, sauf sur les sous-marins qui conservent une capacité à opérer furtivement sur de longues distances. Après, on serait une navire côtière ou opérant massivement dans des eaux fermées (Adriatique, Mer Rouge, etc.) pourquoi pas. Mais ce n'est pas notre cas.
  11. PolluxDeltaSeven

    [Mirage F1] Refonte

    @Ciders mon ami, il serait temps de se calmer tout de suite sur cette question, je ne tiens pas à ce que ce topic parte complètement en hors-sujet ! Tes interrogations restent légitimes et dans les clous du forum, donc n'hésite pas à en parler dans les sujets idoines, en citant ce présent topic si cela s'avère utile. Les prochains qui trollent ou feed les trolls sur ce sujet, je leur balance une volée d'AASM, en toute amitié explosive, bien entendu ! :)
  12. PolluxDeltaSeven

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Oh, si tu remontes tu verras que mon language de charretier est bien présent depuis toujours sur le forum, entre quelques envolées lyriques (c'est mon côté Lyonnais fan de Kaamelott) En l'occurence, il a tendance à s'inscrire plus durablement dans mes écrits lorsque je viens de modérer les topics Rafale dans la partie Air du forum. Et comme je passe plus rarement en ce moment, je passe BEAUCOUP de temps à broyer du noir en lisant des pages et des pages de hors-sujet. Bref, désolé si mon ton choque un peu. En l'occurrence, je préfère m'énerver contre des décisions stupides de décideurs mal organisés (et anonymes) que de prendre à partie les membres bien personnalisés du forum qui me tapent vraiment sur les nerfs ! Pas forcément, même si c'est l'idée. Je ne sais pas si on aurait pu avoir un missile 4 gouverne avec la même SER et la même trainée. Il y aurait peut-être eu un impact, après à voir s'il est quantifiable, négligeable, acceptable, etc. Mais dans ce cas là il aurait été possible de budgéter les entretoise dès le départ, etc. En gros, il aurait pu y avoir d'autres solutions techniques, d'autres choix, si on les avait fait dès le départ. Au final, la problématique est toujours celle des gros (ou ici, des petits) sous Non l'idée des lanceurs universels c'est uniquement pour remplacer les A70 actuels par des A70 capables d'emporter indifféremment MDCN et Aster. C'est techniquement possible, là aussi ça aurait pu être fait dès le départ, mais ce n'était ni dans les demandes de la MN ni dans le contrat (ce qui n'a pas empêché Naval Group de communiquer sur cette capacité pendant des années, puis de rester très flou sur la question). Bah l'un n'empêche pas l'autre. SI on avait prévu dès la phase de design des FREMM une mesure conservatoire pour une rangée supplémentaire, ça n'aurait pas coûté un rond de plus ni rendu le navire plus lourd. La question est cependant différente pour une tranche VLS sur les Barracuda. Ça aurait aussi pu se faire dès la conception, mais ça aurait quand même rendu l'agencement interne plus complexe et moins fluide (à moins de coller les VLS avant le compartiment réacteur, ce dont je doute), donc le design global plus coûteux. Donc, apparemment, ce n'est pas universel, ça dépend bien de chaque design. Aujourd'hui, les FREMM telles que construites ne peuvent pas accueillir de 3ème rangée, c'est clair. Il faudrait reconstruire intégralement cette partie du bateau pour les y intégrer.
  13. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    Nan mais, faites au moins l'effort de faire semblant de parler du Rafale, quand bien même vous continuez d'analyser les sous-systèmes et les modes opératoires de DEFA !
  14. PolluxDeltaSeven

    La famille/gamme Gowind DCNS/Naval Group.

    L'un n'empêche pas l'autre ;)
  15. PolluxDeltaSeven

    Les FREMM de la Marine Nationale

    Pour la CDT optronique. Apparemment, c'était une bonne idée au départ. Et puis on est passé de l'analogique et numérique, et c'est devenu de la merde. Donc là on te parle du "temps nécessaire pour déverminer" mais le fait qu'on revienne sur une CDT radar pour la FTI et que Thales se penche sur l'intégration de CDT en continu pour artillerie sur le SeaFire (sans doute plus réactif qu'une CDT dédiée mais... éteinte!) est significatif. Personnellement, avant d'envisager de coller du A50 à la place de tous les A43 pour les ITER des FREMM (ce n'est pas prévu. Les deux dernières FREMM-ASM avec A50, c'est une mesure conservatoire pour anticiper la transition FAA/FREDA, pas autre chose pour le moment), je préfèrerais qu'on intègre une vrai CDT radar pour les 76mm des FREMM et des Horizon !! Parce qu'on est cons. Non, mais sérieusement, trollage mis à part, c'est vraiment ça la raison. En fait, tout le monde s'en fout, chacun se contente de respecter sa part de marché, personne ne parle avec personne de la possibilité de penser sur une échelle plus grande, et en fait personne n'est MANDATÉ pour créer un vrai système cohérent, modulaire, et exportable. C'est LE plus gros problème des industriels français: leur incapacité à penser plus loin que le bout de leur contrat. En gros, quand tu en parles avec Naval Group, leur réponse est la suivante: eux, ils fabriquent des navires, pas des missiles. La MN leur demande de concevoir un lanceur pour intégrer 16 MDCN sur les navires, ils le font, point final. Il ne leur ai même pas venu à l'idée de COMMUNIQUER avec MBDA pour s'assurer que le MDCN puisse rentrer dans une section de Sylver similaire au A43 et A50. Et du côté de MBDA, on leur a demandé un MDCN très furtif et très autonome. Alors ils ont mis trois gouvernes sur le missile plutôt que 4 pour réduire la trainé et la SER. Que cette configuration pousse le missile à tenir dans un VLS à section ronde (ou un tube lance-torpille) plus facilement que dans un VLS à section carrée n'était pas leur problème, puisque pas dans leur cahier des charges. Et dans la MN, on s'en balance complètement, puisque le but est d'avoir 16 MDCN + 16 Aster. Pourquoi ne serait-ce qu'ENVISAGER la possibilité de gréer les navires dans une autre configuration d'armement? De manière générale, la philosophie dans la MN et dans les forces françaises en générale est simple (et tronquée): on se base sur les RETEX, les RETEX uniquement, et les RETEX français en particulier!!! (C'est d'ailleurs pour ça qu'on aura pas de VLS sur nos SNA Barracuda, mais c'est un autre débat). Et si les RETEX (notamment les RETours d'EXercices ou de simulation) montrent qu'on se trompe depuis des années et que nos chères têtes pensantes de l'Amirauté se sont plantées? Pas soit on a les moyens de corriger et on le fait, soit ça demande du pognon et on enterre le RETEX de peur de perdre des flotteurs supplémentaires sur l'autel budgétaire. C'est triste, mais ça marche comme ça. Ce n'est pas parce qu'ils savent mieux que tout le monde (mieux que nous, globalement, sans doute, mais pas que tout le monde). Ce n'est pas parce que les Français pensent mieux que tout le monde. C'est parce qu'on défend NOTRE steak comme les Américains défendent le leur, avec les mêmes biais cognitifs et réflexifs. Ah bah, on a bien fait de pas prendre ce système alors ! Ça aurait risqué d'endommager les beaux missiles MISTRAL qu'on a monté sur le toit de nos destroyers Horiz..... Ah? On me dit dans l'oreillette que... ? Alors, plus sérieusement, l'exemple est intéressant. Les Français aiment le missile, et pas l'artillerie, pour la défense aérienne et antimissile. C'est à la fois vrai et faux. En fait, ce qu'on aime, c'est intercepter la cible de loin. Et, à l'heure des missiles super et hypersonique, c'est loin d'être con. Parce qu'un sea skimming rapide détruit à 300m par un Phalanx, bah rien qu'avec ses débris, ça a le même pouvoir destructeur que deux ou trois obus de 127mm dans la tronche, la pluie de carburant en feu en plus !! Donc, sur le papier, c'est loin d'être idéal. Du coup, dire qu'on veut avant tout se baser sur des missiles pour détruire loin et des brouilleurs et des leurres pour détourner ceux qui sont passé, c'est pas complètement cons. Par contre, ce qui est complètement con, c'est d'avoir des FTI sans brouilleurs NI lance-leurres parce que... bah euh... Parce qu'on peut pas se payer tout ce qu'on veut sur les FTI alors on arbitre en priorité pour les nouveaux équipements et les dernières technologies (principalement cyber, IHM, DA en ce qui concerne la FTI) histoire d'obtenir des RETEX. Voilà voilà... Oui sauf que ça, c'est typiquement l'héritage d'une grande marine qui enchainait les programmes navals et les réfit durant la guerre froide. Sauf qu'aujourd'hui, c'est le genre de décision qui vont impacter DURABLEMENT l'ensemble de la flotte et sa cohérence, et pas uniquement les unités équipées. Pour moi c'est du même niveau que les Horizon sans 76mm arrière NI lanceur SIMBAD. Quand elles vont devoir conserver leurs Aster 15 pour se couvrir elles-mêmes plutôt que pour protéger les unités voisines (qui seront, mince alors, dépourvues de leurres!!), bah ça aura un impact sur l'outil "flotte de surface" ou "GAN" dans son ensemble. Donc oui. C'est triste, et provocateurs. Mais des fois nos décideurs (politiques, ingénieurs, opérationnels) prennent des décisions simplement connes. Pas "calculées" ou "répondant à une problématique plus complexe", juste conne, dans le sens pas intelligente (donc pas réfléchie) du terme. La question de la troisième rangée de Sylver (ou des VLS des Barracuda) est édifiante à ce sujet. Conversation avec un ponte de DCNS: "-Il aurait fallu quoi pour avoir une troisième rangée de VLS sur les FREMM, ou au moins une mesure conservatoire comme sur les Horizon? -Qu'on nous le demande. -Non mais je veux dire, en termes de plateforme, de coûts, ce genre de chose? -Non non , rien du tout. C'est trois lignes sur la table à dessin, ça aurait eu aucun impact sur le coût. Mais on nous l'a pas demandé." (sous entendu contrairement aux FLF et aux Horizon)