Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

PolluxDeltaSeven

Moderateur
  • Posts

    7,377
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    35

PolluxDeltaSeven last won the day on November 28 2023

PolluxDeltaSeven had the most liked content!

Reputation

5,821 Excellent

3 Followers

About PolluxDeltaSeven

  • Birthday 04/25/1985

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

10,163 profile views
  1. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    J'ai eu la confirmation hier que la Smart Glider était en phase avancée de conception entre MBDA et l'émirati Tawazun, dans le cadre du Missile Engineering Center que MBDA a ouvert à Abu Dhabi. On peut s'attendre à quelques démonstrateurs technologiques assez rapidement, afin de valider tel ou tel aspect de l'armement, mais il y aura probablement très peu de communication autour. Globalement, les Emiratis se chargent de la conception mécanique générale tandis que MBDA a à charge l'avionique et la partie combat collaboratif. Niveau autodirecteur, ça discute encore apparemment: d'une part c'est une technologie qui évolue rapidement, et ça ne sert à rien de figer la configuration trop tôt dans le développement ; d'autres parts les émiriens aimeraient se positionner dessus mais doivent encore développer les compétences sur certains aspects. En tous cas l'idée est d'équiper les Rafale émiratis, évidemment (sans doute pas dès la livraison, mais sur un incrément ultérieur), mais aussi de s'adresser au marché régional (sur Rafale mais aussi Typhoon et F-15) et international au sens large. Bref, une nouvelle corde à l'arc du Rafale, qui prend son temps pour arriver, mais qui devrait dès le départ embarquer des couches IA assez solides et faire nativement du combat collaboratif. Le truc qu'on nous vend pour le Rafale F5, en gros (même si le calendrier n'est pas le même)
  2. https://www.linkedin.com/pulse/analyse-de-lannonce-la-session-mirage-2000-5-%25C3%25A0-par-macron-etchenic-abeje/?trackingId=LW%2FlefRBR7eGGBSJ5rZEug%3D%3D L'analyse de @bubzy sur le sujet
  3. On est d'accord. Mais en l'occurrence, je faisais plutôt écho au pushing de General Atomics qui tente de proposer des EMALS sur les Izumo japonais, et qui semble en bonne position pour en doter les CVX coréens (sans compter les discussions avortées depuis avec les Turcs notamment). Mais sur le principe oui, il y a encore une différence notable entre porte-aéronefs amphibies d'une part, et porte-avions de l'autre. Mais la frontière commence à devenir plus floue avec les capacités offertes par le F-35B d'une part, l'arrivée de STOBAR "abordables" comme tu l'évoques, et peut-être demain la possibilité de développer des mini-CATOBAR. Tu prêche un convertis !
  4. Oui, c'est la foire habituelle aux suppositions, mais bon c'est pas bien méchant. Ça permet de lister les possibilités. Ils ont au moins été câblés pour les Apache (nommés localement Black Pearl). Pour le reste, franchement je ne sais pas. Les avions ont vite été cantonnés à des missions d'interception / supériorité aérienne, mais je n'ai jamais su si c'était faute d'intégration matérielle (comme pour les Mk2 grecs) ou pour des raisons opérationnelles/organisationnelles (peu de pilotes, peu d'avions, et un besoin concentré sur l'air-air) Dans tous les cas, si on propose des -5 aux Ukrainiens, peu importe la version ou le potentiel restant des cellules. Pour peu qu'on forme pilotes et mécaniciens, ils accepteront ce qu'on leur donne sans souci. Ils ont besoin de porteurs de SCALP, et si en plus le porteur en question dispose d'une bonne capacité de guerre électronique et de la capacité d'emporter des MICA, ce ne sera que du bonus très appréciable.
  5. Alors de mémoire, les 2000-5 qataris ne sont câblés que pour le missile Apache (oui, c'est vieux). Aucune idée de si cela leur permet de tirer facilement ou pas le missile SCALP. Pour le coup, les -5Mk2 grecs seraient sans doute plus adaptés, avec un radar boosté et nativement une capacité SCALP. Mais bon, dans tous les cas ça ne doit pas être très difficile d'intégrer du SCALP sur -5 qatari ou français. Après tout, on l'a fait sur Su-24, haha !
  6. C'est effectivement complètement hors sujet, je te laisserais reposter l'information dans le fil dédié :)
  7. Le Brésil, dont je parle un peu plus haut. Macron a fait une allusion assez cryptique à propos du Rafale au Brésil, et leur force aérienne étant équipée du Gripen, l'option la plus crédible là-bas serait probablement de leur proposer une dizaine d'appareils pour remplacer leurs A-4 d'ici peut-être 5 à 10 ans. Je ne dis pas que c'est ultra crédible, mais j'en avais discuté un peu avec des brésiliens en 2018-2019, et clairement l'idée plait à la Marinha. Après, cette même Marinha se contente généralement de ce qu'elle peut acheter, donc très probablement des Rafale M d'occasion (hypothèse d'autant plus crédible que les A-4 sont déjà des seconde main, et qu'on avait déjà refilé des 2000 d'occasion au Brésil). Chose qui ne se fera que si ça arrange les affaires de la Marine Nationale de s'en débarrasser, on est d'accord. Bref, je ne dirais pas que c'est un prospect ultra sérieux, mais il faut le garder en tête, au cas où on aurait un alignement sympa de calendriers et de besoins. Alors après, je dis ça comme ça, mais je serais quand même curieux de voir si la vente de Rafale à l'Indian Navy pourrait pousser d'autres pays dans la direction du STOBAR, et donc potentiellement du Rafale ? Y compris avec des porte-avions plus légers? Après tout, c'est pas plus con que des mini-PA équipés de F-35B au Japon, en Corée du Sud, en Italie, en Turquie (oups, non !), en Australie peut-être un jour, etc. La vraie limitation du STOBAR, c'est la nécessité d'une piste oblique, qui alourdie le navire. Et dès qu'on passe à un navire plus gros, l'idée d'y mettre des catapultes devient plus intéressante. Mais bon, sur le papier, un gros navire amphibie de 35-40000 tonnes avec une piste oblique et une capacité d'emport d'une dizaine de Rafale + des hélicoptères, c'est pas idiot. Une sorte de Trieste italien, mais avec piste oblique et brins d'arrêt, mettons. C'est le genre de navire amiral que l'Egypte pourrait se payer, en tous cas. Opérationnellement, on peut s'interroger sur l'intérêt, mais de la même manière qu'on peut s'interroger sur l'intérêt du groupe aérien embarqué sur le Cavour italien ou les porte-aéronefs britanniques. Si l'Egypte se lance dans un tel projet, ce serait autant pour l'apparat que pour les qualités opérationnelles. Mais, sincèrement, ce ne serait pas opérationnellement si déconnant, si le but est avant tout de faire jeu égal (ou un peu mieux) avec l'Italie, l'Espagne, la Turquie et le Royaume-Uni en Méditerranée, le tout sans avoir accès au F-35. Avec aussi la recrudescence de menaces sous-marines en Méditerranée, on peut aussi imaginer un porte-avions léger en mode "Sea Control Ship" pour l'Egypte, une nouvelle fois gréé de façon à pouvoir se passer du F-35. Bref, pas déconnant.
  8. Je croise les doigts pour que ça se fasse. D'ailleurs, ça me fait m'interroger sur la compatibilité théorique du Mica-NG sur Mirage 2000-5/9. On en parle surtout pour le Rafale, et honnêtement vu que tous les autres utilisateurs hors Taïwan passent sur Rafale, je comprends que le sujet soit rarement évoqué. Mais ça pourrait être intéressant (et assez discret) de leur refourguer effectivement quelques MICA-NG. Pour le coup, ça donnerait une sacrée allonge aux 2000 pour leur fin de carrière.
  9. Oui effectivement, ce n'est pas comparable. A ma connaissance, personne n'a encore fait de refonte des Mirage 2000-5, donc il n'y a pas vraiment de comparaison possible. La vraie question que je me pose, c'est quel est le potentiel restant de leurs Magic 2, et par quoi comptent-ils les remplacer ? Est-ce qu'on osera leur vendre le MICA-IR ? Voire du MICA-NG ?
  10. Hum, tu compares un peu des choux et des carottes, mais bon... ça ne change rien à ce que je dis: en 2008, on n'avait tout simplement pas de Rafale à leur revendre. Si on l'avait fait, au lieu de les mettre sous cocon, la MN sait pertinemment qu'il n'y aurait eu aucune "commande de remplacement", ça aurait juste été une décote de plus parmi toutes les autres qu'elle s'est prise dans la tronche sous la présidence de Sarko (et avant déjà). Ensuite, il y a la question des besoins opérationnels (les choux et les carottes). Si les Brésiliens ont opté pour des KC-2 (qui est un Tracker modifié, pas un E-2 non plus), c'était avant tout parce qu'ils voulaient un COD et un avion de transport de troupe. La capacité ravitailleur était secondaire, et la capacité "AEW" (je mets de grosses guillemets parce que vu le radar prévu, on était plutôt sur une capacité SURMAR) a été intégrée encore après. Enfin, intégrée au programme, parce que aucun avion n'a jamais volé, les KC-2 n'étant plus nécessaire une fois le Sao Paulo sorti du service. Dans tous les cas, je ne vois pas ce que des Rafale de pré-série (on va pas se mentir, c'est ce qu'étaient les F1) auraient pu faire pour aider la marine brésilienne à larguer des parachutistes ou déposer un moteur d'hélicoptère sur le pont du porte-avions. Personnellement, je ne doute absolument pas qu'on a dû leur en glisser un mot lors de FX2. Mais ça n'a pas dû aller très loin, notamment parce que le Rafale M1 sur le Sao Paulo, ça n'aurait pu servir que d'intercepteur, alors que les Brésiliens voulaient surtout du sea control (hélicoptères, avions d'attaque légers, assaut à la mer léger, SURMAR, opérations spéciales, etc.). Mais en fait, personne ne se plaint de ce qui a pu se passer il y a quinze ans. Et personne ne se plaint de ce qui se passe aujourd'hui. Il y a juste un constat. Le monde a changé, le soutien à l'exportation aussi, et c'est tant mieux. Forcément, l'Armée de l'Air a pu profiter un peu plus des retombées des reventes à l'export (plus de prospects intéressés), et c'est plus délicat pour la MN (à la fois parce qu'il n'y a concrètement que 2 prospects potentiels pour le Rafale M, et parce que la MN a un volant de cellules beaucoup plus réduit.). Si la MN peut en bénéficier un jour, et qu'en plus on peut avoir un nouveau client Rafale, tant mieux. Sinon, c'est pas bien grave, ce n'était pas le plan de base de toute manière.
  11. Je réponds ici à @ARPA Alors, quand les Brésiliens ont acheté leurs A-4 Skyhawk, on n'avait même pas encore mis les Rafale F1 en service ! Et quand on les a mis sous cocon, les Brésiliens étaient sur le point de signer la modernisation des A-4 avec des industriels locaux + israéliens. Et à ce moment, il n'était pas question de revendre ces Rafale F1, puisqu'on n'était absolument pas mais alors ABSOLUMENT PAS sûr de revoir des avions neufs pour les remplacer !! On parle de 2008-2009, sous Sarkozy, une époque où la moindre excuse était valable pour réduire le format des armées en général, et de la Marine en particulier. Bref, même si les Brésiliens nous avaient approchés à l'époque, on aurait pas pu "créer d'opportunité", ou alors juste l'opportunité de se faire dépouiller
  12. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    Je te réponds dans le fil "Export".
  13. Ce que tu dis n'est pas antinomique de mes propres propos. Quand je dis "constitution d'une "grosse" force aérienne", je ne parle pas d'un unique modèle à suivre. Selon les pays, les cultures, les moyens disponibles, le facteur "grossissant" peut passer par la multiplication des fournisseurs (ce que font beaucoup les états du Golfe), par l'acquisition de nombreuses pièces détachées effectivement (typiquement, c'est ce qu'on fait certains utilisateurs du NH90 par exemple, qui sans surprise ont un excellent taux de disponibilité), par la constitution de réserves (donc l'achat de plus d'avions qu'on ne peut en opérer à l'instant T), etc etc. Il n'y a pas de solution parfaite. Par contre, j'ai fait exprès de bien parler d'indépendance pour les forces aériennes, et pas de souveraineté pour le pays. Dans ce cadre-là, la production locale n'est pas un impératif. L'objectif est juste d'avoir la main sur son matériel et sur son armement, dans des quantités compatibles avec le cahier des charges. Et quand on achète américain, cette option n'est pas systématique. Avant, on avait certains utilisateurs de F-16 dont les missiles AMRAAM étaient stockés aux USA. Maintenant, c'est le système de maintenance et de logistique qui est mis sous clé par Washington (rares sont les utilisateurs à avoir reçu l'autorisation de gérer leur propre stock de pièces détachées, et plus rares encore ceux qui ont eu l'autorisation d'y intégrer leurs propres armements et sous-systèmes – en réalité, seul Israël y a eu droit). Après, aucun jugement de valeur de ma part. Je constate juste, et c'est un fait, que le verrouillage US sur l'utilisation du F-35 s'est encore renforcé par rapport à ce qui existait du temps du F-16. Certains pays refusent une telle dépendance exclusive et optent pour des flottes mixtes (c'est le cas de la Grèce, de l'Egypte, des EAU, du Qatar, de l'Arabie Saoudite par exemple, mais aussi d'une certaine manière de l'Italie, du RU et de l'Allemagne, même si le contexte est différent). Les autres, et bien ils rentrent dans la 2e catégorie que j'ai évoqué, ceux qui ont accepté de céder leur indépendance stratégique au bon vouloir de Washington, à la fois pour des raisons politiques et économiques. Personnellement, en tant que "quasi-Suisse", je trouve ça triste que les Berne soit tombé dans ce panneau par exemple, même si j'en comprends la logique politique sous-jacente. Ce n'est pas l'orientation que j'aurais souhaité pour ce pays, mais bon, il en va ainsi. Si le F-35 pouvait être opéré comme un Hornet (ou un Super Hornet), avec effectivement une maîtrise locale de la maintenance et de la logistique, je ne serais pas aussi amer face à cette décision. Pour les autres pays, la décision d'acheter du F-35 seul ou couplé à d'autres avions est, jusqu'à présent, loin de constituer une surprise par contre. Et bien, assurer la défense aérienne de son pays quand tu n'es LITTERALEMENT pas dans la capacité d'allumer le moteur de tes avions si Washington t'a refusé la dernière mise à jour du système, c'est quand même bien emmerdant. Alors oui, ils pouvaient aussi faire ça sur certaines versions récentes des F-16 et F/A-18*, mais on perd quand même en indépendance et en neutralité quand le verrouillage du système de combat et de la logistique par le vendeur est aussi important. * et encore, c'est un peu différent. De ce que j'ai compris, les Egyptiens et Emiratis auraient pu mener leurs premiers raids en Libye avec leurs F-16 plutôt que les Mirage, mais le risque de blocage a posteriori les en a dissuadé. Avec le F-35, le Pentagone a la capacité de bloquer l'utilisation des F-35 export a priori. C'est une nuance importante. J'ai écris une demi-douzaine d'articles de fond sur la question, je pense connaître assez bien le dossier J'ai pas spécialement éluder le F-16 (j'avais tapé "F-16V" avant de l'effacer), c'est juste que c'est tout un sujet en soit. En réalité, le F-16V et le F-35 sont sur deux créneaux commerciaux différents. Le Département d'Etat encourage la vente de F-35 a une liste de pays qui comprend aujourd'hui quasiment toute l'Europe otanienne. Certains de ces pays n'ont cependant pas les moyens d'acheter (et surtout d'opérer sur le long terme) des flottes de F-35, et dans ce cas là le DoS propose le F-16V. Idem pour les pays qui disposent déjà de flottes de F-16 à mettre à jour. Dire qu'il n'intéresse pas l'Europe alors qu'il a été vendu à la Grèce, la Slovaquie, la Bulgarie, c'est un peu osé haha ! Le F-16V peut aussi intéresser des pays à qui on a refusé la vente de F-35 pour des raisons politiques (Taïwan par exemple). C'est d'ailleurs sur ce créneau des "interdits du F-35" que se positionne le F-15EX (et marginalement le Super Hornet), même s'il dispose de son propre marché unique avec les (rares) prospects souhaitant un intercepteur Mach 1,8+ (je pense à la Pologne récemment). Mais dans tous les cas, le F-16V n'a jamais été en compétition face au F-35 (de toute manière Lockheed Martin refuserait de se mettre dans une telle situation), donc pas besoin de gonfler artificiellement la facture du F-16V face au F-35 (même si, à l'occasion où seule le F-16V était proposé, on a pu voir des contrats FMS le proposant pour plus cher que le F-15 sur d'autres marchés avec une compétition ouverte par exemple. Marrant hein ?) Et Boeing ne sont pas des "lopettes" (oh tiens ! une "insulte" des années 90... ). Ce ne sont tout simplement pas leurs commerciaux qui décident des prix proposés en FMS. Pour en avoir longuement parlé avec certains de leurs commerciaux, ils ne cachent pas spécialement leur fausse surprise devant les prix des packages de F-35 proposés à l'exportation. Ils savent très bien combien vaut un Super Hornet vendu à l'US Navy, combien valent les moteurs F414 et les packs armements proposés, et ils savent aussi combien le Pentagone paye ses propres F-35 et leurs packages associés, et ils voient très bien que le delta de prix qu'on retrouve sur le marché interne US (en faveur du Super Hornet) est très clairement inversé (en faveur du F-35) dans les prix proposés en FMS par le Département d'État. Il y a très clairement du dumping des prix sur les contrats FMS en faveur du F-35, ils le savent bien. Mais ils savent aussi que ce dumping des prix FMS leur permet de vendre des pelletés de AH-64E Apache et de CH-47 Chinook un peu partout dans le monde. C'est comme ça que marche le système américain. Parfois c'est à leur profit, parfois non. Dans tous les cas, ils n'ont pas la main là-dessus.
  14. Euh... Je rebondis sur ce point là uniquement, mais justement si ! C'est parce que les Américains vont avoir des F-35 en quantité astronomique que les autres pays s'en dotent, indépendamment de si l'avion fonctionne bien ou pas. Si tu es une petite force aérienne (par la taille) dans un petit pays (par les moyens), tu n'as que deux façons de voir les choses: - soit tu cherches à garantir ton indépendance (et éventuellement ta neutralité) par tes propres moyens, et dans ce cas là tu mets une part non négligeable de ton budget défense dans la constitution d'une "grosse" force aérienne (par rapport à ta taille), avec si possible du matériel éprouvé, relativement simple/bon marché à mettre en oeuvre, et éventuellement en multipliant les fournisseurs ; - soit tu pars du principe que tu n'auras jamais les moyens de faire ça seul, et tu cherches alors à greffer ta force aérienne au sein d'un ensemble plus vaste (certains parlent de vassalisation, d'autres d'alliances, etc.) Quand tu es un pays de l'OTAN ou un allié proche des USA, la seconde option paraît intéressante, d'autant que les commerciaux de LM et du DoS te font la promesse (qui n'engage que ceux qui y croient) de venir t'aider en cas de coup dur. Donc, acte, tu achète américain. Sauf que c'est là que ça devient marrant. Tu as beaux décider d'acheter américain, et tu as beau te dire que tu vas pouvoir choisir entre F-35, F-15EX et F/A-18E, et bien en fait pas vraiment. Via la procédure (assez obscure) du FMS, c'est littéralement le département d'état américain qui te dit ce que tu PEUX acheter, ce que tu as LE DROIT d'acheter, et ce que tu VA acheter. En gros, c'est le DoS qui choisi à ta place quel avion tu vas mettre en oeuvre dans ta force aérienne. Et ce choix, il se fait en fonction des critères AMÉRICAINS, certainement pas des tiens. Les Américains, ils veulent acheter plus de 1500 F-35, et ils veulent pouvoir les déployer facilement un peu partout dans le monde, et plus particulièrement en Europe et en Asie Orientale. Donc, ils font en sorte que tu achètes le F-35 si tu es dans un de ces coins là, que ce soit en faisant des FMS complètement lunaires sur les prix comparés du F-35 et du F/A-18E, ou en faisant d'autres promesses qu'ils ne tiendrons pas. Ou, bien souvent, en ne faisant rien de tout ça. Rappelons nous: si vous êtes une petite force aérienne, vous VOULEZ acheter américain ! Et, plus important encore, vous VOULEZ que les forces américaines et tous les alliés viennent s'entraîner avec vous, chez vous. Vous VOULEZ prendre une part (même une toute petite part) dans les dispositifs internationaux de prise d'alerte ou dans les opérations extérieures combinées. Acheter le F-35 devient alors VOTRE outil de politique internationale. Subordonnée à la politique étrangère américaine, certes, mais pour les pays qui ont fait le deuil de leur souveraineté depuis longtemps, c'est un détail. Bref, c'est PARCE QUE les Américains utilisent du F-35 que les "petites" forces aériennes veulent du F-35. Pour avoir le statut de "base d'accueil" pour les renforts américains en cas de guerre. Ou pour pouvoir accompagner les américains en cas d'opération extérieure. (et je mets "petite" entre guillemets volontairement, parce que clairement, si vues les réductions d'effectifs depuis la fin de la guerre froide, il ne reste plus vraiment de "grandes" forces aériennes en Europe en tous cas) C'est d'ailleurs intéressant de voir que dans les régions où les Américains veulent limiter la prolifération d'armes aériennes (typiquement au Moyen-Orient), de nombreux pays réclament le F-35 justement pour pouvoir intégrer ce club, notamment pour pousser le département d'état américain à se ré-impliquer un peu plus profondément dans les affaires politiques de la région. Après, ils veulent aussi du F-35 parce qu'ils ont les moyens de se doter à la fois de larges flottes conventionnelles et de petites flottes d'avions furtifs, ce qui est une qualité indéniable du F-35, il ne faut pas se mentir. Alors après, ce que je dis n'est pas valable que pour le F-35. Les mêmes magouilles sur les contrats FMS ont été utilisées pour pousser la vente de l'AH-64 Apache et du UH-60 un peu partout dans le monde au détriment des Bell AH-1Z et UH-1Y par exemple, principalement parce que ça permet à l'US Army de disposer de bases arrières prééquipées et de stocks de pièces et de munitions un peu partout dans le monde, au cas où. Bref, c'est une stratégie bien rodée de la part du DoS. A tel point que le F-35 est devenu un produit qui se vend tout seul auprès des politiques, une sorte d'iPhone des avions de combat.
  15. PolluxDeltaSeven

    [Rafale]

    La Marine Nationale a malheureusement trop de fers au feu pour en faire une priorité, mais il faudra sans doute songer à remplacer ces appareils (ou en tous cas les Rafale M les plus fatigués) bien avant l'arrivée du SCAF/NGF, sous peine de se retrouver avec moins de deux douzaines de Rafale M bon de vol en fin de carrière (remarquez, on a connu ça avec le Crouz...) Pour l'heure, la MN n'a pas eu la même opportunité que l'AdlA, qui finalement aura tiré son épingle du jeu des reventes export à la Grèce et à la Croatie, en obtenant des Rafale neufs en échange. Si les 9 ex-Rafale M1 ont une incompatibilité avec certains matos modernes (radar AESA ou OSF dernière génération), je doute qu'on puisse les refourguer à l'Inde. Par contre, la Marinha do Brasil opère encore 6 Skyhawk modernisés (cible réduite, le besoin initial étant de 3 biplaces et de... 9 monoplaces). Je dis ça je dis rien, évidemment :D On pourra en reparler dans le fil exportation, mais pour uniformiser la flotte de la MN aux mêmes standards que celle de l'AdlA, je ne vois pas trop d'autres moyens de le faire.
×
×
  • Create New...