Wallaby

Members
  • Content Count

    13,608
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    45

Everything posted by Wallaby

  1. https://www.letemps.ch/monde/cour-penale-internationale-juge-juridiction-territoriale-setend-aux-territoires-palestiniens (6 février 2021) La Cour pénale internationale s'est déclarée compétente vendredi pour les faits survenus dans les territoires palestiniens occupés, ce qui pourrait ouvrir la voie à une enquête pour crimes de guerre. Washington s'est de son côté dit «préoccupé». Israël avait déjà vigoureusement condamné la Cour quand sa procureure avait réclamé une enquête approfondie. Les Etats-Unis, qui ne sont pas non plus partie aux statuts de la CPI, avaient eu une réaction similaire. Le gouvernement de Donald Trump avait même pris en septembre des sanctions contre Mme Bensouda qui a de son côté demandé à Joe Biden de les lever.
  2. https://www.letemps.ch/monde/sahel-negocier-djihadistes-nest-plus-tabou (7 février 2021) Une ONG genevoise, le Centre pour le dialogue humanitaire, a décroché en janvier trois accords dans le centre du Mali entre les Peuls et les Dogons, après que les rivalités traditionnelles entre les deux communautés ont dégénéré en tueries. «Les Peuls sont les grands perdants du développement. Ces nomades et éleveurs ont le sentiment que leur mode de vie est menacé. Ce sont des recrues de choix pour les groupes armés. En face, les agriculteurs Dogons ont constitué des groupes d’autodéfense, avec le soutien de l’Etat malien», relate Alexandre Liebeskind, chargé de l’Afrique pour le Centre pour le dialogue humanitaire. Il a fallu des mois de tractations pour désamorcer l’engrenage des représailles. «Ce sont les deux communautés qui nous ont sollicités. Les médiateurs sont issus de leurs rangs», poursuit Alexandre Liebeskind. Les trois accords prévoient la libre circulation des deux communautés dans la région, un mécanisme de règlement des différends ou la restitution des biens volés. Des représentants de la Katiba Macina, un groupe affilié à Al-Qaida très puissant au centre du Mali, ont été indirectement associés aux discussions. Les autorités maliennes ont également été tenues au courant. https://www.letemps.ch/monde/on-sait-on-arrive-mali-jamais-on-part (7 février 2021) La plupart des hussards du 3e régiment savent qu’ils sont là d’abord pour remuer les forêts de broussailles, retourner les pierres, faire de la présence «pour que les terroristes se déplacent, commettent des erreurs et soient pris en compte par les drones ou la chasse», explique le capitaine Paul, à la tête de ce bataillon de cavalerie légère. «On utilise les mouvements de terrain, on regarde, on écoute, on piste, c’est comme à la chasse. Il faut trouver les solutions pour que la rencontre ait lieu.» Elle se fera d’abord à 4 km, sous des salves de mortier. Le lendemain à l’aube, des ennemis s’approchent du camp et tentent de l’attaquer. Les soldats sortent les lance-roquettes et le capitaine part à la chasse d’une colonne de 24 motos qui finira dans un brasier largué par drone. Sur ce relief pelé, les quelques fusillades entre hussards et djihadistes tournent sans cesse à l’avantage du feu français. L’ennemi préfère l’embuscade et la pose de mines artisanales (IED) à l’affrontement direct. Une stratégie de guérilla payante. D’abord, elle fait des victimes. Encore cinq parmi les Français, dans deux explosions entre le 28 décembre 2020 et le 2 janvier, franchissant le cap symbolique des cinquante morts depuis le début de la guerre. Puis, elle montre la domination temporelle d’un ennemi qui meurt mais ne s’épuise pas. Un nuage de moustiques que le marteau de Barkhane peine à éradiquer, le poussant parfois à l’erreur.
  3. https://www.rts.ch/info/regions/valais/11895790-le-vaccin-de-moderna-et-lonza-une-aubaine-pour-la-region-de-viege.html (17 janvier 2021) Approuvé mardi par Swissmedic, le vaccin de l'américain Moderna est déjà en train d'être fabriqué sur le site de Lonza à Viège (VS). Dès février, ce sont 800'000 doses de substance active qui pourraient sortir chaque jour de l'usine. Elles seront ensuite chargées sur des camions pour prendre la direction de deux laboratoires situés près Madrid et dans l'ouest de la France afin d'y être mises en flacons pour les injections destinées au marché européen.
  4. Cela illustre à quel point l'Allemagne reste un pays ésotérique, indéchiffrable avec nos lunettes de Français. Dixit Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/The_Glass_Bead_Game#The_game Le jeu des perles de verre (en allemand : Das Glasperlenspiel, prononcé [das ˈɡlaːspɛʁlənˌʃpiːl]) est le dernier roman intégral de l'auteur allemand Hermann Hesse. Il a été commencé en 1931 et a été publié en Suisse en 1943 après avoir été refusé en Allemagne en raison des opinions antifascistes de Hesse. Le jeu des perles de verre est "une sorte de synthèse de l'apprentissage humain" dans laquelle des thèmes, tels qu'une phrase musicale ou une pensée philosophique, sont énoncés. Au fur et à mesure que le jeu progresse, les associations entre les thèmes deviennent plus profondes et plus variées. Bien que le jeu des perles de verre soit décrit avec lucidité, les règles et les mécanismes ne sont pas expliqués en détail.
  5. https://www.youtube.com/watch?v=OBKsTY0DFGo 4 février 2021 Antoine Bondaz - Que retenir du 8ème Congrès du Parti du travail de Corée ? On est passé de 3500 en 2016 à 5000 participants. La proportion de militaires a été divisée par deux. Celle des hauts fonctionnaires liés à l'économie a été multipliée par deux. Kim Jong Un a été désigné de façon surprenante secrétaire général du parti, ce qui semblait impossible, vu que son père avait été désigné "secrétaire général éternel" tout comme son grand père "président éternel". https://www.dw.com/en/north-korea-kim-jong-un-admits-policy-failures-as-party-congress-opens/a-56138619 (6 janvier 2021) Le leader nord-coréen Kim Jong Un a ouvert la première réunion du parti au pouvoir en cinq ans en admettant, ce qui est rare, l'échec de sa politique, a rapporté l'Agence centrale de presse coréenne (KCNA). La KCNA a cité Kim disant que les objectifs précédents fixés lors de la réunion de 2016 "n'ont pas été atteints dans presque tous les domaines dans une large mesure". Il a également déclaré que le pays "ne doit pas répéter les douloureuses leçons". Alors que le dirigeant nord-coréen a noté les "brillants succès" du parti, il a également déclaré que "les objectifs pour l'amélioration de l'économie nationale ont été sérieusement retardés".
  6. Nos journalistes occidentaux ont eux-mêmes été très créatifs en 2019 s'agissant de convaincre leurs auditeurs et lecteurs que l'interruption du processus électoral en Bolivie n'était pas un coup d'État : http://www.air-defense.net/forum/topic/6968-bolivie-•-l’épouvantail-du-séparatisme/?do=findComment&comment=1350764
  7. https://theconversation.com/le-mali-peut-il-se-passer-de-loperation-barkhane-153896 (4 février 2021) Le succès des mobilisations contre la présence de Barkhane tient à deux points essentiels : (1) au fait que ses initiateurs ont réussi à faire passer la France, auprès d’une partie de la population, pour responsable de la crise malienne, en occultant totalement les responsabilités des acteurs maliens. Et (2) à leur capacité à diffuser massivement ces rumeurs auprès d’une partie importante de la population via les réseaux sociaux. Ces pratiques sont devenues le « fonds de commerce » de plusieurs activistes maliens présents notamment sur Facebook, et qui communiquent dans la langue locale pour une plus importante audience. Les appels à manifester à Bamako pour exiger le départ des troupes françaises du Mali relèvent essentiellement du « populisme » pour qui connaît un tant soit peu la condition réelle des FAMa, lesquelles manquent de tout : de leadership ; de ressources humaines (un effectif de 20 000 soldats prévus par la loi de programmation militaire (2019) pour un territoire d’1 240 000 km2) ; de formation adéquate ; des matériels nécessaires et adaptés aux théâtres d’opérations ; et même d’eau et de nourriture. Autant de lacunes qui ont un effet négatif sur le moral des troupes déployées sur les théâtres d’opérations, et dont les primes ont longtemps été détournées par leur hiérarchie. En outre, la formation des militaires maliens, et un usage transparent des fonds alloués à l’armée (pour l’équipement et les primes) doivent demeurer un impératif qui garantirait leur autonomie. Mais la politisation des militaires dans le cadre de la transition en cours (à travers une forte militarisation du pouvoir politique à tous les niveaux de la sphère étatique) pourrait avoir l’effet contraire.
  8. https://theconversation.com/conversation-avec-samuel-alizon-depuis-lete-notre-pays-court-apres-lepidemie-au-lieu-danticiper-154498 (2 février 2021) Il faut bien comprendre que l’important, face à une telle épidémie, est de réagir au « bon » moment. Plus une mesure est mise en place tôt, plus elle a d’effet. Prenons l’exemple de l’installation de mécanismes d’aération dans les lieux publics, les écoles, ou les entreprises qui ne peuvent pas mettre en place le télétravail. L’Allemagne a adopté cette stratégie dès la fin de l’été alors que la France commence seulement à y réfléchir. Au final, le coût sera le même dans les deux cas, mais l’effet en matière de prévention des infections sera a priori très différent. Des mesures ont été remises en place par paliers. Le problème d’une telle approche, c’est que pour juger des effets de chaque mesure, il faut attendre deux ou trois semaines. Si la mesure ne suffit pas à inverser la tendance, c’est autant de temps de perdu. Il faut alors ajouter une mesure supplémentaire, ce qui signifie un nouveau délai, et ainsi de suite. Bref, on court derrière l’épidémie. Certains pays ont adopté la logique inverse : ils ont mis en place des mesures de contrôle très strictes en constatant la hausse des cas, puis ils les ont levées l’une après l’autre.
  9. https://youtu.be/ZzJOlYsqV80?t=2440 15 décembre 2020. « Face à la contrainte sur les ressources, croissance verte ou low-tech ? », avec Philippe Bihouix 39:57 Notre univers socio-technique et socio-économique est fondé sur la croissance. William Nordhaus qui a eu le prix Nobel d'économie 2018, ne l'a pas eu tout seul. Il l'a eu avec un autre monsieur qui s'appelle Paul Romer, qui lui est un spécialiste de l'économie de la connaissance et qui a dit qu'en fait on allait pouvoir faire de la croissance pendant plusieurs milliards d'années, jusqu'à ce que le soleil explose, parce que si vous fondez l'économie sur la connaissance, la combinatoire de la connaissance - pensez par exemple aux molécules chimiques, on invente des milliers de molécules chimiques chaque année - vous pouvez comme ça monter jusqu'au ciel. En réalité malheureusement ça ne marche pas tout à fait comme ça, parce que la puissance des exponentielles nous rattraperait beaucoup plus vite que les milliards d'années. La puissance de l'exponentielle, on l'a tous un peu découverte, pour ceux qui ne manient pas les tableurs excel ou les mathématiques tous les jours, on l'a découvert avec la crise sanitaire. Quand vous doublez tous les quatre à cinq jours le nombre de malades ou le nombre de personnes contaminées, eh bien, au début ça ne se voit pas trop, vous êtes en phase de déconfinement, tout va bien, on se promène sur les plages, et puis tout à coup eh bien : fois deux, fois deux, fois deux, ça fait fois quatre, fois huit, fois seize, fois trente-deux, fois soixante-quatre, ça va très très vite, et l'exponentielle déborde rapidement potentiellement les capacités des hôpitaux ou autres. On est exactement dans la même logique avec notre satanée croissance puisque deux pour cent de croissance par an, cela revient à multiplier par deux le PIB en 37 ans, à le multiplier par sept en un siècle, et à le multiplier par 390 millions - 7x7x7... dix fois de suite - en un millénaire. Donc en gros, en l'an 3020, il faudrait que le PIB de la France soit 400 millions de fois supérieur, en ayant divisé par quatre ou six nos gaz à effet de serre, donc il faudrait qu'on ait une économie qui soit globalement, par euro de valeur ajoutée, de l'ordre d'un milliard de fois plus efficace. Vous voyez que c'est quand même subtil, parce que : est-ce qu'on arrivera à construire des bâtiments un milliard de fois moins émetteurs ? est-ce qu'on aura des voitures un milliard de fois moins émettrices de CO2 ? et caetera. Alors pour se rappeler de la backstop technology et de la fusion nucléaire, parce que la fusion nucléaire nous permettrait de faire de la croissance, on va juste se dire que si on continue à prolonger cette horrible exponentielle, c'est pas fois 390 millions en un millénaire, mais si on rajoute encore 555 années précisément - vous voyez, ça doit nous faire à peu près... Clovis en termes de durée - eh bien on atteindrait à ce moment là en consommation énergétique la puissance de l'étoile solaire. Pas la puissance du soleil qui arrive sur terre, ça on sait que c'est 6000 fois la puissance appelée par l'humanité - mais bien la puissance de l'étoile solaire. Alors vous voyez bien qu'on ne va pas faire des réacteurs nucléaires à fusion nucléaire qui seront plus gros que le soleil ! Ca se saurait, enfin vous voyez on rentre un petit peu dans la logique de la science fiction. Eh puis 37 ans plus tard c'est pas un soleil qu'il nous faudrait, c'est deux soleils. Et puis évidemment 37 ans plus tard, quatre soleils, et caetera. Si vous faites le calcul, vous vous aperceverez qu'il faudrait à ce moment là conquérir la galaxie à une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière pour aller chercher suffisamment d'étoiles et les exploiter. Vous voyez la stupidité du monde dans lequel on vit, finalement, et des promesses. Et d'une manière ou d'une autre, les exponentielles ne montent pas jusqu'au ciel, il y a plutôt ce qu'on appelle une courbe logistique : elle finit par atteindre un pic et redescendre. Ca marchera avec tout, que ce soit la construction, les barils de pétrole ou le minerai de cuivre.
  10. https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/tianjin-1900-la-chine-et-deja-le-monde (6 février 2021) Émission avec Pierre Singaravélou, auteur d'un livre sur les deux ans après la guerre des Boxeurs, où la ville de Tianjin a été placée sous administration internationale. 40:55 Cela veut dire le Trésor pour les Allemands, la Justice pour les Américains, la Police pour les Britanniques, et pour les Français, la Santé.
  11. https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/affaires-etrangeres-emission-du-samedi-06-fevrier-2021 Sophie Boisseau du Rocher 32:23 Je crois qu'il faut faire quand même très attention, l'armée est finalement à mon avis l'institution la plus méfiante à l'égard de la Chine. On a parlé de son nationalisme exacerbé, on a parlé de son complexe obsidional, et donc les militaires birmans ne veulent pas être alignés sur les positions chinoises et craignent évidemment qu'en raison d'une certaine dépendance économique ou logistique, à l'égard par exemple des armements chinois, ils soient obligés de s'aligner sur les positions de Pékin. Donc il y a aussi une certaine méfiance, et je crois qu'il ne faut pas penser que le général Min va obligatoirement s'aligner sur les intérêts de Pékin.
  12. https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-mediatique/sanofi-un-fiasco-francais (6 février 2021) Alors que la course aux vaccins est lancée, Sanofi annonce un retard considérable. L'occasion pour l'Express de chercher à comprendre s'il s'agit d'une spécificité française. Retour sur les vingt dernières années d'un des géants pharmaceutiques. S'agit-il d'un mal plus profond ? A quel moment le retard a-t-il commencé à se faire sentir ? D'où vient ce décalage avec les autres pays européens ? La recherche française souffre-t-elle d'un désinvestissement ? Autant de questions auxquelles Emmanuel Botta avec Stéphanie Benz et Béatrice Mathieu ont tenté de répondre dans leur enquête en trois volets. Sur la part sociale, il faut bien se rendre compte qu'il y a une dizaine d'années il y a eu un vrai virage. Sanofi a fait chuter ses effectifs de recherche, alors que dans le même temps les dividendes donnés aux actionnaires ont augmenté. C'est un choix d'entreprise.
  13. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/en-turquie-la-mainmise-du-pouvoir-sur-les-universites_4232215.html (12 janvier 2021) Cette université, c'est Bogazici, l'université du Bosphore. Un établissement de prestige situé dans l'un des quartiers les plus riches d'Istanbul, sur la rive européenne. On l'appelle parfois "la Harvard de Turquie". Tous les cours sont donnés en anglais, ses étudiants sont la future élite intellectuelle du pays. Le 1er janvier, un nouveau recteur a été nommé. Pour la première fois depuis 40 ans, il n'est pas issu des rangs des enseignants : Melih Bulu a été nommé par décret présidentiel, sans élection ni consultation. Et c'est l'étincelle. Jusqu'ici, l'université du Bosphore avait été épargnée par ce que le chef de l'Etat appelle une "réforme totale de l’enseignement", autrement dit une mise sous tutelle. Après le coup d'Etat manqué de 2016, Recep Tayyip Erdogan s'est en effet arrogé le droit de placer la personne de son choix à la tête des universités publiques et privées. Progressivement, méthodiquement, une vingtaine de proches du parti au pouvoir ont été parachutés à des postes-clés pour faire taire les voix critiques. En l'espèce non seulement le nouveau recteur de Bogazici est un membre influent de l’AKP, le parti du président (il a même essayé de se faire élire député), mais en plus certains membres de l'opposition l'accusent d'avoir plagié son doctorat - en gros, de ne pas être au niveau. Depuis le début de la semaine étudiants et enseignants de l'université du Bosphore manifestent, publient des tribunes, lancent des pétitions pour dénoncer une violation des valeurs démocratiques de l'université. Ils sont allés diffuser des morceaux du groupe Metallica sous les fenêtres du recteur, notamment la chanson Master of puppets ("Maître des marionnettes"). La réponse des autorités a été brutale. Depuis mardi 5 janvier, il y a eu au moins 36 arrestations. Des policiers équipés de fusils d'assaut ont effectué des descentes au petit matin dans différents quartiers d'Istanbul pour aller chercher chez eux des étudiants. Le dirigeant d'un parti ultranationaliste, partenaire politique du chef de l'Etat, a demandé à "écraser" ce mouvement, qualifié de "complot visant à provoquer un soulèvement". Il faut dire que le pouvoir n'aime pas beaucoup l'université du Bosphore, bastion d'une forte communauté d'étudiants de gauche. Il y a deux ans, des jeunes avaient été arrêtées pour avoir manifesté contre l'intervention militaire turque en Syrie. Recep Tayyip Erdogan les avait publiquement qualifiés de "jeunesse communiste et terroriste". https://www.dw.com/en/opinion-erdogan-fears-turkeys-generation-z/a-56477232 (5 février 2021) Diverses enquêtes montrent que la génération Z de Turquie a peu de sympathie pour Erdogan et ses idées. Selon un sondage réalisé l'année dernière par l'institut Gezici Arastırma Merkezi, 76,4 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles considéraient l'État de droit et la démocratie comme des priorités absolues pour la Turquie. Seulement 15,7% des électeurs de la génération Z disent qu'ils prient régulièrement - une mauvaise nouvelle pour Erdogan, qui vise à rendre la Turquie plus pieuse. En outre, un sondage MetroPoll a révélé que 55 % des partisans de l'AKP étaient favorables à ce que les recteurs d'université soient élus démocratiquement plutôt que nommés par le président.
  14. https://theconversation.com/india-farmers-protests-internet-shutdown-highlights-modis-record-of-stifling-digital-dissent-154287 (1er février 2021) La prise d'assaut du Fort Rouge à Delhi le 26 janvier a marqué une escalade des tensions entre le gouvernement indien - dirigé par le Premier ministre Narendra Modi - et les agriculteurs qui protestent contre les réformes agricoles depuis août 2020. Les images des affrontements entre les agriculteurs et la police devenant virales, l'incident du Fort Rouge a également marqué un pic d'intérêt pour le mouvement des agriculteurs dans le monde entier, au grand dam de Modi. La réaction des autorités aux événements du Fort Rouge - un bâtiment historique symbolisant l'indépendance de l'Inde et situé en plein cœur du vieux Delhi - a été rapide. La police de Delhi a fermé l'accès à Internet dans la ville, affectant plus de 52 millions d'abonnés à la téléphonie mobile. Cette fermeture était ostensiblement dans l'intérêt de la sécurité publique, mais c'est aussi le dernier épisode de la longue histoire de la répression de l'internet en Inde - une stratégie utilisée à maintes reprises pour réprimer les mouvements de protestation. Le contrôle de l'Inde sur Internet est comparable à celui de certains des pays les plus autoritaires du monde. Alors que l'Inde se classe au deuxième rang mondial en termes d'abonnés à l'internet mobile, le pays est également en tête pour ce qui est des fermetures. Elles sont utilisées avec une régularité alarmante pour perturber les mouvements de protestation et - dans le cas du Cachemire, qui connaît actuellement la plus longue fermeture d'internet au monde - pour contrôler des populations entières. L'année dernière, lors des manifestations organisées dans le cadre du Citizen Act, des fermetures ont été utilisées à Aligarh - qui abrite l'université musulmane d'Aligarh - l'un des centres des manifestations, où de graves brutalités policières auraient eu lieu. Le gouvernement indien a procédé à plus de 106 fermetures d'Internet rien qu'en 2019 - la grande majorité en réponse aux protestations. Et dans un autre effort pour mettre fin à la dissidence, le gouvernement aurait récemment envoyé un avis juridique à Twitter qui a conduit au blocage de plusieurs comptes liés à la protestation des agriculteurs - révélant ainsi la capacité de l'administration Modi à censurer des groupes et des individus sur des plateformes spécifiques, également. En plus de signaler la dérive autoritaire de la "plus grande démocratie du monde", les fermetures d'Internet en Inde sont aussi des affaires coûteuses. Alors même que Modi promet de construire une "Inde numérique" pour stimuler l'économie du pays, ses fermetures d'Internet coûtent à l'Inde 2,8 milliards de dollars US (2 milliards de livres sterling) par an - ce qui équivaut à 70 % du coût mondial de la fermeture d'Internet en 2020. Le fait qu'il soit prêt à payer cette facture est révélateur de l'importance de l'enjeu pour Modi. Il est temps que le monde entier s'en rende compte. https://www.dw.com/en/greta-thunberg-under-fire-for-tweeting-about-indian-farmers-toolkit/a-56458306 (4 février 2021) La police indienne a déposé une plainte en relation avec une "boîte à outils" publiée par la militante de renommée mondiale Greta Thunberg. Ce document montre comment étendre le soutien aux protestations des agriculteurs.
  15. Peut-être qu'à un moment il va se produire un basculement, et ce seront les non-frugaux qui vont se sentir mal sous le regard désapprobateur d'une majorité frugale, plutôt que comme actuellement où c'est les non-frugaux qui dominent le discours médiatique.
  16. https://theconversation.com/in-2010-a-virus-similar-to-sars-cov-2-was-already-present-in-cambodia-154491 (4 février 2021) Deux variantes d'un virus proche du SRAS-CoV-2 ont été découvertes chez deux chauves-souris de l'espèce Rhinolophus shameli que nous avons capturées en 2010 dans une grotte de la province de Steung Treng [Cambodge]. Cette découverte est importante car le virus est le premier à avoir été trouvé en dehors de la Chine qui soit proche du SRAS-CoV-2 - sur les 29 913 bases alignées dans les génomes des deux virus, 93 % sont identiques. Toutes celles décrites précédemment ont été détectées chez des animaux collectés en Chine, y compris deux virus trouvés chez deux espèces de chauves-souris Rhinolophus dans le sud de la Chine, et deux virus plus divergents (90 % et 85 %) trouvés dans des pangolins saisis par les douanes chinoises dans les provinces du Guangdong et du Guangxi. Les chercheurs chinois recherchent les sarbecovirus dans tout le pays depuis une quinzaine d'années. Ils ont trouvé plus de 100 virus similaires au SRAS-CoV mais seulement deux liés au SRAS-CoV-2. Les nouvelles données confirment donc l'hypothèse selon laquelle les virus de type CoV-2 du SRAS sont surtout présents en Asie du Sud-Est, alors que les virus de type CoV du SRAS sont dominants en Chine. Les populations humaines du Cambodge, du Laos, de la Thaïlande et du Vietnam semblent être beaucoup moins touchées par la pandémie de Covid-19 que d'autres pays de la région, comme le Bangladesh, le Myanmar, la Malaisie, les Philippines et l'Indonésie. Cela suggère que les populations de ces quatre pays pourraient bénéficier d'un niveau d'immunité de troupeau aux sarbecovirus. À part les chauves-souris, le pangolin malais (Manis javanica) est le seul animal sauvage chez lequel on a trouvé des virus de type CoV-2 du SRAS. Le problème est que ces découvertes ont été faites dans un contexte assez particulier, celui du trafic de pangolin. Même si les virus séquencés dans les pangolins ne sont pas si proches du SRAS-CoV-2 (l'un était identique à 85% et l'autre à 90%), ils indiquent qu'au moins deux Sarbecovirus auraient pu être importés en Chine bien avant l'épidémie de Covid-19. En effet, il a été démontré que les pangolins des pays d'Asie du Sud-Est se sont contaminés mutuellement lors de leur captivité sur le territoire chinois. La question reste de savoir comment les pangolins ont été infectés au départ. Auraient-ils pu se trouver dans leur environnement naturel d'Asie du Sud-Est, avant d'être capturés ? La découverte d'un nouveau virus proche du SRAS-CoV-2 chez les chauves-souris au Cambodge vient appuyer cette hypothèse, car les chauves-souris rhinolophes et les pangolins peuvent se rencontrer, au moins occasionnellement, dans des grottes en Asie du Sud-Est. Cela renforce l'hypothèse selon laquelle le trafic de pangolins est responsable de multiples exportations de virus proches du CoV-2 du SRAS vers la Chine.
  17. Les taux de fécondité. Source : https://theconversation.com/why-do-people-have-more-children-in-the-north-of-europe-than-in-the-south-152722 (8 janvier 2021)
  18. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-quatre-questions-sur-le-vaccin-de-la-societe-franco-autrichienne-valneva-qui-sera-livre-en-priorite-aux-britanniques_4283561.html (5 février 2021) La société franco-autrichienne de biotechnologie Valneva, basée à Saint-Herblain près de Nantes, a en effet développé un candidat-vaccin contre le Covid-19 qui sera d'abord livré au Royaume-Uni. Pour une raison simple : Londres a financé les essais cliniques et l'extension d'une usine en Écosse. L'Union européenne, et donc la France, ne seront servies qu'en 2022. Le Royaume-Uni s'est positionné le premier, en passant un accord dès juillet 2020, avant de signer en septembre un partenariat portant sur un potentiel de 190 millions de doses achetées, pour une valeur maximale de 1,4 milliard d'euros.
  19. https://www.bbc.com/news/business-55944643 (4 février 2021) Le géant japonais de la bière Kirin a déclaré qu'il se retire d'un partenariat au Myanmar qu'il gère avec un conglomérat lié à l'armée du pays. La société a une entreprise commune avec Myanmar Economic Holdings, qui est supervisée par le commandant en chef, le général Min Aung Hlaing.
  20. https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/feb/04/the-guardian-view-on-northern-ireland-and-brexit-stick-with-the-protocol (4 février 2021) L'UE, la république et le gouvernement britannique peuvent tous, en fin de compte, vivre avec le protocole. Ils ont un intérêt commun à minimiser les difficultés de mise en œuvre et à les traiter de manière pragmatique. La demande du Royaume-Uni de prolonger jusqu'en 2023 les "délais de grâce" temporaires existants pour les contrôles des expéditions de denrées alimentaires des supermarchés est ambitieuse, mais elle mérite une réponse constructive de la part de la Commission. Les menaces qui pèsent sur le commerce est-ouest à travers la mer d'Irlande sont réelles. Il faut que toutes les parties soient prêtes à résoudre les problèmes de manière pratique. Le gouvernement britannique devrait baisser la température. Il ne doit pas permettre à son aile anti-UE de détourner la question. Le danger le plus grave pour le protocole vient du désordre qui règne au sein de la politique unioniste d'Irlande du Nord. Le DUP s'est trompé sur le Brexit dès le départ. Il a soutenu le départ de l'UE alors qu'il aurait dû soutenir son maintien. Il n'a pas su s'adapter au vote de l'Irlande du Nord pour rester dans l'Union, en surjouant bêtement sa main contre Theresa May, puis en se retrouvant ignoré par l'opportuniste M. Johnson. Aujourd'hui, la crainte de perdre le soutien de partis plus intransigeants et de militants loyalistes a poussé le DUP à exiger cette semaine l'abandon du protocole. S'il y a jamais eu un temps pour les têtes calmes et la coopération politique pratique, c'est maintenant.
  21. https://kyotoreview.org/issue-28/review-the-rise-of-sophisticated-authoritarianism-in-southeast-asia/ Recension du livre The Rise of Sophisticated Authoritarianism in Southeast Asia par Lee Morgenbesser (2020). Ce livre porte sur toute l'Asie du Sud-Est, mais on peut probablement prendre la Thaïlande pour exemple paradigmatique de ces "régimes autoritaires sophisitiqués" qui réussissent à tromper le peuple, les électeurs, voire les observateurs étrangers [1] avec une "imitation de la démocratie". Une démocratie Potemkine. Cela inclut aussi le Cambodge, la Malaisie avant 2018, le Myanmar (avant 2021?) et Singapour. Ces régimes : promulguent des constitutions (et même parfois respecter leurs engagements, comme les promesses de jure de faire respecter les droits politiques et civils) ; luttent contre certains types de corruption tout en protégeant l'exécutif contre les enquêtes ; dépensent réellement de l'argent pour l'éducation, les soins de santé et d'autres types de développement ; permettent certains aspects de la société civile tout en créant des ONG parrainées par le gouvernement pour imiter la société civile ; tolèrent certains partis d'opposition mais font pencher la balance du côté des partis au pouvoir ; organisent des élections qui ont un certain degré de crédibilité mais qui permettent au gouvernement de contrôler le moment du vote ; créent des partis d'opposition essentiellement factices qui siègent au parlement et ne défient pas le gouvernement ; et utilisent leur influence sur Internet et les médias sociaux pour diffuser des histoires positives, souvent fausses, sur le gouvernement et pour saper et coopter la société civile et les partis d'opposition. Pour mieux faire ressortir son sujet, il distingue ces régimes "sophistiqués" des régimes "rétrogrades" qui ne s'encombrent pas d'une façade de démocratie, tels que Brunei, le régime Suharto, le régime birman d'avant 2010, le régime thai des années 1950 et 1960. Même le Laos et le Vietnam deviennent avec le temps "plus sophistiqués et moins rétrogrades". En Asie du Sud-Est, le régime autoritaire sophistiqué semble être "le stade final des mesures politiques telles que la démocratie électorale". Il existe bien sûr d'autres facteurs de régression de la démocratie en Asie du Sud-Est. La démocratie est en train de s'effondrer dans le monde entier, et les acteurs qui, dans le passé, se sont engagés dans la promotion de la démocratie, comme les États-Unis, sont devenus beaucoup moins déterminés à faire valoir les droits au niveau régional et mondial. La nouvelle pandémie de coronavirus a permis aux dirigeants illibéraux d'Asie du Sud-Est, et même du monde entier, de sévir plus facilement contre la société civile, les politiciens de l'opposition et la presse. Aux Philippines, l'administration Duterte a utilisé la pandémie comme contexte pour adopter une législation d'urgence, notamment un nouveau projet de loi anti-terrorisme qui permettrait aux autorités de détenir pratiquement n'importe qui, sans inculpation, pendant une certaine période. En Malaisie, la pandémie a permis à un nouveau gouvernement, qui est entré en fonction sans élections, d'empêcher essentiellement le Parlement de siéger pendant une période prolongée, tout en intensifiant la répression des voix dissidentes. De même, en Thaïlande, au Cambodge et au Myanmar, les gouvernements ont utilisé la pandémie pour restreindre les libertés individuelles et accroître la pression sur les voix indépendantes. En outre, l'influence croissante de la Chine permet à des autocrates comme Hun Sen de rejeter les pressions exercées par d'autres démocraties en faveur de véritables réformes et de compter sur l'aide, les investissements et le soutien diplomatique chinois. Au lendemain du coup d'État thaïlandais de 2014, la junte a utilisé la même stratégie, ignorant pour l'essentiel les critiques du putsch par les États-Unis et d'autres démocraties et se rapprochant davantage de Pékin. Mais la tendance générale est à un autoritarisme sophistiqué et potentiellement plus durable dans toute la région. Et étant donné l'amélioration des compétences de ces autocrates, l'avenir proche de la démocratie dans la région semble aussi sombre que ces dernières années. [1] par exemple le sénateur Claude Mahuret : http://www.air-defense.net/forum/topic/21905-coronavirus-covid-19/?do=findComment&comment=1304889
  22. Autre recension du même livre : https://kyotoreview.org/issue-28/review-thailand-history-politics-and-the-rule-of-law/ Ce livre a certainement ses points forts. Tout d'abord, en tant qu'enquête générale pour les lecteurs non spécialisés sur la politique, l'économie et la société thaïlandaises, il est excellent. Deuxièmement, la concentration historique de Wise sur l'évolution des institutions politiques thaïlandaises est une approche utile. Troisièmement, il affirme avec ambition qu'avant que les non-Thaïs ne critiquent le comportement politique thaïlandais, ils devraient comprendre que la Thaïlande a eu un parcours historico-culturel particulier qui a néanmoins été parallèle aux succès de la croissance économique. Quatrièmement, les documents qu'il cite au début de chaque chapitre ainsi que les annexes constituent un complément utile. Cependant, le livre peut également être critiqué. Tout d'abord, Wise mentionne cinq "arbitres" mais exclut la bureaucratie du mix. Puis, au chapitre 4, il souligne soudainement l'importance de la bureaucratie pour mener à bien le développement dirigé par l'État. En ce qui concerne les cinq, il devrait souligner plus clairement que la monarchie et l'armée sont bien au-dessus des autres "arbitres" en termes de position politique. Deuxièmement, Wise fait peu de cas de la constitution de 1946 qui était sans doute la plus démocratique de l'histoire thaïlandaise, d'autant plus que la constitution de 1997 a implicitement maintenu la monarchie comme principale institution politique de la Thaïlande. Troisièmement, le livre contient des erreurs factuelles comme lorsque Wise déclare que le "gouvernement civil élu" existait en 1974-1976 (48) - en fait, les élections ont eu lieu en 1975-1976. Quatrièmement, en attribuant la responsabilité du coup d'État de 2014, Wise soutient que parmi les cinq principales institutions thaïlandaises, le corps législatif et le pouvoir judiciaire "ont joué un rôle plus important dans la rupture du système" que l'armée et la monarchie (90). Il est difficile de souscrire à cet argument puisque l'armée a mené le coup d'État et que la monarchie l'a approuvé.
  23. Je pense qu'un point clé sera l'évolution - ou au contraire la pétrification dans leurs modèles actuels - de la culture et des médias. Est-ce qu'on va voir arriver des séries télévisées avec des personnages qui se posent les bonnes questions, des personnages torturés par le conflit entre l'envie de consommer et l'envie de sauver la planète, proposant une catharsis pour dépasser la schizophrénie actuelle ? Est-ce qu'on va voir émerger des personnages de fiction intéressants, ni en addiction au consumérisme, ni dupes des promesses de la "croissance verte" (attention oxymore) ? L'autre grande question, c'est celle de la publicité, qui a pour but de renforcer le consumérisme et de détruire les neurones qui permettent aux gens de se poser les bonnes questions. Que va devenir le modèle des grandes entreprises comme Google fondé entièrement sur le "gratuit" financé par la publicité ? Que va devenir le métier d'influenceur ? Est-ce qu'on va voir apparaître des influenceurs d'un genre nouveau, chargés de faire le contraire de ce que font les autres : inciter les gens non pas à consommer, mais à la frugalité, au bouddhisme zen, à la doctrine amish, et à la méthode Marie Kondo et autre danshari ?
  24. https://www.japantimes.co.jp/news/2021/02/04/national/politics-diplomacy/suga-son-ethics-probe/ Des hauts fonctionnaires du ministère des communications sont interrogés pour une éventuelle violation du code d'éthique suite à une information selon laquelle ils auraient été invités à des dîners coûteux par un fils du Premier ministre Yoshihide Suga, a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement. Le magazine hebdomadaire Shukan Bunshun a rapporté sur son site web que mercredi, les quatre cadres ont été emmenés dans des restaurants chics de Tokyo et ont reçu des cadeaux du fils aîné de Suga, qui travaille dans une société exploitant des services de diffusion par satellite, entre octobre et décembre de l'année dernière. Le ministère de l'intérieur et des communications délivre une licence de diffusion à une unité de Tohokushinsha Film Corp, où travaille le fils de Suga. Le fils de Suga a fait la connaissance de certains des quatre hauts fonctionnaires lorsqu'il était secrétaire de son père, qui était ministre des affaires intérieures et des communications entre 2006 et 2007, selon l'hebdomadaire.
  25. https://www.n-tv.de/panorama/Sputnik-V-koennte-in-Dessau-produziert-werden-article22336385.html (3 février 2021) L'allemand IDT Biologika de Dessau en pourparlers avec Gamaleya pour produire le vaccin Spoutnik V.