Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Wallaby

Members
  • Posts

    14,967
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    51

Everything posted by Wallaby

  1. Il n'y a pas de statistiques : https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMsa0707782 En l'absence de systèmes fiables d'enregistrement des décès, l'estimation de la mortalité repose principalement sur les enquêtes auprès des ménages, qui sont sujettes à de nombreux biais, même en temps de paix.
  2. https://www.lemonde.fr/international/article/2008/03/19/cinq-ans-apres-le-debut-de-la-guerre-en-irak-incertitudes-autour-du-nombre-d-irakiens-tues_1024896_3210.html La dernière étude en date, menée pendant l'été 2007 par l'institut de sondage britannique Opinion Research Business (ORB), confirme l'ampleur du taux de mortalité en Irak et suggère même que le bilan pourrait être encore plus lourd. Selon l'institut, 16 % des Irakiens interrogés affirment avoir perdu un membre de leur famille de façon violente depuis 2003, 5 % déplorant deux décès. Et plus d'un million de civils, sur une population légèrement supérieure à 26 millions d'habitants, auraient ainsi trouvé la mort en quatre ans.
  3. https://jamestown.org/program/who-is-losing-belarus-2/ (13 octobre 2021) Le 5 octobre, l'un des principaux quotidiens russes, Komsomolskaya Pravda, dont on dit qu'il est le journal préféré de Vladimir Poutine, a fermé sa branche biélorusse. Cela s'est produit après qu'un journaliste de cette branche, Gennady Mozheiko, un citoyen biélorusse, a publié un article dans lequel un ancien camarade de classe d'Andrei Zetser partageait des souvenirs favorables de lui. Zeltser était un associé d'une société informatique qui a tiré sur l'officier du KGB Dmitry Fedosyuk et a ensuite été tué par des tirs de riposte (EDM, 5 octobre). L'article n'a été disponible sur le site Internet du journal que pendant quelques minutes, après quoi le site a été bloqué et le journaliste arrêté (DW, 5 octobre). En Russie, la réaction initiale à l'arrestation de Mozheiko a été explosive. L'influent rédacteur en chef du Komsomolskaya Pravda, Vladimir Sungorkin, a protesté, tout comme la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan, et l'ensemble de l'Union des journalistes russes. Même l'attaché de presse de Poutine, Dmitri Peskov, s'est opposé au traitement de la "liberté de la presse" par Minsk. Et pourtant, après quelques jours, la Komsomolskaya Pravda a tranquillement fermé sa branche de Minsk, et le scandale a pratiquement disparu du débat public (Naviny, 6 octobre). Le journaliste indépendant Artyom Shraibman a partagé son interprétation de cette chaîne d'événements. L'arrestation de Mozheiko, souligne-t-il, est conforme à l'arrestation d'environ 200 personnes en rapport avec leurs publications sur les réseaux sociaux exprimant des attitudes favorables à Zeltser et dénonçant "le régime". Il observe également que la publication Komsomolskaya Pravda en Biélorussie, entité distincte de sa maison mère, était une publication hybride. D'une part, elle était assez libérale, c'est-à-dire qu'elle n'était pas redevable aux autorités biélorusses ou russes. D'autre part, elle profitait du parapluie protecteur de Moscou. En septembre, M. Lukashenka a reçu les lettres de créance des ambassadeurs de neuf pays ; auparavant, en avril, de six pays ; et en novembre 2020, de douze ambassadeurs, dont ceux d'Israël, du Vatican, du Japon et de la Turquie. Et tout cela sans compter la participation de M. Lukashenka aux sommets de l'OTSC et de l'Organisation de coopération de Shanghai et les rencontres avec les dirigeants de l'Iran et du Pakistan.
  4. C'est un vieux serpent de mer, David Cameron en avait fait une promesse électorale, et la ministre de l'intérieur Theresa May en parlait : -- May a utilisé un discours dans le centre de Londres pour soutenir que c'était la convention, plutôt que l'UE, qui avait retardé l'extradition de l'extrémiste Abu Hamza [vers les Etats-Unis] pendant des années et qui avait presque stoppé la déportation d'Abu Qatada [vers la Jordanie]. "La CEDH peut lier les mains du Parlement, n'ajoute rien à notre prospérité, nous rend moins sûrs en empêchant l'expulsion de ressortissants étrangers dangereux - et ne fait rien pour changer l'attitude des gouvernements comme celui de la Russie en matière de droits de l'homme ", a-t-elle dit.
  5. https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/etats-unis-colin-powell-representait-les-ideaux-les-plus-eleves-de-la-diplomatie-et-de-l-armee-salue-joe-biden_4812457.html Colin Powell représentait "les idéaux les plus élevés de la diplomatie et de l'armée", salue Joe Biden
  6. https://www.tagesschau.de/ausland/europa/russland-nato-105.html (18 octobre 2021) À partir de novembre, la Russie suspendra sa mission auprès de l'OTAN à Bruxelles. Le Kremlin réagit à la décision de l'Alliance de retirer l'accréditation de diplomates russes soupçonnés d'espionnage. En réponse à la révocation des accréditations des diplomates russes, la Russie suspend les travaux de sa mission permanente auprès de l'OTAN à Bruxelles à partir de début novembre. Le ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a expliqué qu'il s'agissait de la réaction du pays à l'expulsion de huit représentants russes auprès de l'alliance militaire. Les bureaux de liaison et d'information de l'OTAN à Moscou seront également fermés.
  7. https://www.aol.co.uk/news/goto-energy-becomes-13th-supplier-143245739.html (18 octobre 2021) Goto Energy est le dernier d'une liste toujours plus longue de fournisseurs d'énergie à mettre la clé sous la porte depuis le début du mois de septembre, dans un contexte de flambée des prix du gaz. La société, qui approvisionne environ 22 000 ménages au Royaume-Uni, a cessé ses activités lundi, a annoncé le régulateur Ofgem. Ces clients seront protégés par le filet de sécurité de l'Ofgem, qui veillera à leur attribuer un nouveau fournisseur et à ce que leur approvisionnement ne soit pas interrompu. Environ deux millions de clients ont vu leur fournisseur d'énergie faire faillite au cours des sept dernières semaines. https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/energie/prix-du-gaz-au-royaume-uni-les-petits-fournisseurs-d-energie-coulent-les-uns-apres-les-autres_AD-202109250030.html (25 septembre 2021) Fort heureusement, le Royaume-Uni compte encore une quarantaine de fournisseurs d’énergie dont six poids lourds (British Gas, EDF Energy, E.ON, npower, Scottish Power, SSE) qui pèsent à eux-seuls 70% de la distribution d’électricité. Et c’est généralement l’un d’entre eux qui est désigné par l’Ofgem pour récupérer les clients dont le fournisseur a fait faillite. Même si cela se traduit souvent par des factures plus élevées.
  8. https://www.telegraph.co.uk/politics/2021/10/16/dominic-raab-sets-plans-overhaul-human-rights-act-reform-judicial/ Les soldats britanniques et les institutions telles que la police et les services de santé ne devraient pas se laisser "dicter" par les juges de Strasbourg, a déclaré Dominic Raab, alors qu'il dévoilait les détails d'un projet de révision de la loi sur les droits de l'homme. Dans une interview accordée au Telegraph, le vice-Premier ministre et ministre de la Justice a laissé entendre que la Cour européenne des droits de l'homme imposait trop d'"obligations à l'État" au lieu de simplement défendre les individus contre les "interférences indues". Il a également prévenu que l'utilisation par les criminels étrangers du "droit à la vie familiale" prévu par la loi restait un "problème grave" auquel il entendait s'attaquer, avec "entre 100 et 200 cas par an dans lesquels des délinquants étrangers font échouer des ordres d'expulsion". M. Raab a exposé pour la première fois les domaines dans lesquels il souhaite remanier le régime actuel des droits de l'homme, après avoir annoncé une "refonte" de la loi sur les droits de l'homme lors de la conférence annuelle des conservateurs. Il a également mis en garde contre le fait que les révisions judiciaires, qui permettent aux individus de contester les décisions du gouvernement, étaient utilisés pour "harponner" les grands projets d'infrastructure, tout en présentant les changements prévus au système actuel.
  9. https://www.t-online.de/nachrichten/deutschland/id_90986338/illegale-einreisen-polizeigewerkschaft-fordert-grenzkontrollen-nach-polen.html (18 octobre 2021) En raison du nombre élevé d'entrées illégales en provenance de Pologne, des syndicalistes de la police fédérale demandent des mesures de contrôle, selon un article de presse. Il y a un risque d'un nouvel effondrement comme en 2015. Le président du syndicat de la police fédérale, Heiko Teggatz, demande instamment l'introduction de contrôles temporaires aux frontières de la Pologne. Teggatz a justifié cette décision dans une lettre adressée au ministre de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU), en invoquant, entre autres, un nombre élevé d'entrées non autorisées à la frontière germano-polonaise ainsi que des risques sanitaires pour les employés de la police fédérale, comme le rapporte le journal "Bild". Les gouvernements de Lettonie, de Lituanie et de Pologne accusent le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko d'amener de manière organisée les réfugiés des régions en crise à la frontière extérieure de l'UE. M. Loukachenko avait annoncé fin mai que Minsk n'empêcherait plus les migrants de se rendre dans l'Union européenne, en réaction au durcissement des sanctions occidentales contre son pays. Depuis lors, on signale de plus en plus de tentatives de franchissement illégal des frontières aux frontières extérieures de l'UE avec la Biélorussie et à la frontière germano-polonaise.
  10. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/aux-etats-unis-des-greves-en-serie-apres-la-pandemie_4794167.html Le 1er octobre, 2 000 employés d'un hôpital privé dans l'État de New York arrêtent le travail. Le 5, 1 400 salariés débrayent chez Kellogg's, le fabricant de céréales, plus de Rice Krispies et les Corn Flakes, les usines s'arrêtent. Et ça n'est pas pour eux, mais parce que l'entreprise est en train de généraliser une nouvelle catégorie d'employés qui n'ont pas accès aux mêmes avantages que les plus anciens et dont les salaires ne seront plus automatiquement ajustés sur le coût de la vie alors que l'inflation augmente comme jamais depuis des décennies. Jeudi dernier, encore plus fort, 10 000 salariés du constructeur de tracteurs John Deere cessent le travail. Quatorze sites de production ou de distribution sont à l'arrêt. Les négociations avaient débouché sur une augmentations des salaires de 5 à 6%, le salaire moyen serait passé de 60 000 dollars à près de 72 000 dollars par an. Pas suffisant ont dit les syndicats qui espèrent obtenir beaucoup plus et revenir aux avantages qui ont été perdus dans les années 90. Ils se savent en position de force : le pays fait face à une importante pénurie de main-d'œuvre et l'entreprise vise des bénéfices record pour cette année, presque 6 milliards de dollars, 84% de plus qu'en 2019, avant la pandémie. En juillet, dans le Kansas, après seulement 19 jours de grève, les 600 salariés d'une usine de gâteaux apéritifs ont obtenu un jour de congé par semaine et des augmentations. Dans l'Oregon, le patron des snacks Nabisco a lui cédé après cinq semaines de conflit. Là encore l'entreprise n'avait pas connu de mouvement social depuis 1969. Hollywood est passé à un cheveu d'une grève massive des équipes de tournage. Un accord a été trouvé in extremis ce week-end pour éviter la paralysie de l'industrie du cinéma.
  11. https://www.lemonde.fr/international/article/2021/10/18/en-hongrie-l-opposition-choisit-un-candidat-conservateur-et-croyant-face-a-viktor-orban_6098756_3210.html Peter Marki-Zay, 49 ans, a remporté dimanche 17 octobre le deuxième tour de la primaire en vue des législatives prévues au printemps 2022. Fort de ses convictions conservatrices, ce fervent catholique, père de sept enfants, lui-même ancien électeur du Fidesz, présente un profil difficile à attaquer pour Viktor Orban qui se proclame le meilleur défenseur d’une « Europe chrétienne et conservatrice ». https://hungarianspectrum.org/2021/10/17/peter-marki-zay-won-the-primary-runoff-election/ Il n'est pas surprenant que le Fidesz-KDNP n'ait pas vu venir la victoire de Márki-Zay. Peu d'entre nous l'ont fait. Les propagandistes du Fidesz se sont concentrés sur le maire de Budapest, Gergely Karácsony, qui était censé être le candidat le plus sûr et le plus prometteur pour affronter Viktor Orbán. Ils ont concentré leur temps et leur argent sur lui. Une situation comparable se développe avec le "documentaire" Elkxrtuk de Gábor Kálomista, qui était censé discréditer à la fois Klára Dobrev et Gergely Karácsony. Mes sources qui regardent la télévision d'État ou écoutent Magyar Rádió me disent que tous deux avaient judicieusement évité toute mention des primaires qui ont tenu en haleine au moins la moitié du pays et qui sont considérées comme un tournant dans la vie politique hongroise. Mária Schmidt, en revanche, a fait preuve de bon sens aujourd'hui, ce qui est rare. Spirit FM, le programme radio d'ATV qui a repris la fréquence perdue du Klub Rádió, l'a invitée pour une interview, dans laquelle elle a déclaré ce qui suit. "Je ne comprends pas ce qui se passe. Selon mon interprétation, six partis se sont mis d'accord sur un programme commun, se sont répartis les circonscriptions et le candidat commun au poste de premier ministre a été sélectionné lors d'une élection primaire. Le fait que ces six partis se soient laissés pirater par une partie extérieure qui n'était pas impliquée dans cet accord, qui ne finance pas toute cette élection primaire, est incompréhensible pour moi". La victoire de Péter Márki-Zay a bouleversé tous les pré-calculs. Personne n'était vraiment préparé à son succès soudain, car pendant un certain temps, son Mouvement pour la Hongrie de tous (MMM) était à peine remarqué par le public. Il y a exactement un an, Márki-Zay et ses proches collaborateurs ont organisé une réunion à l'hôtel Gellért, "Écrivons l'histoire", qui était censée être la première salve du mouvement. Une courte vidéo de la réunion révèle qu'il n'y avait pas plus de 30 ou 40 personnes présentes. La véritable organisation du mouvement, cependant, a commencé à prendre place dans la "sphère publique alternative", l'internet. Les politiciens de l'opposition et les faiseurs d'opinion étant exclus de la télévision et de la radio d'État, le débat politique s'est déplacé vers YouTube ainsi que vers la télévision et la radio sur Internet. Des influenceurs populaires ont épousé la cause de Márki-Zay et ont réalisé des interviews vidéo avec lui. Il ne faut pas oublier non plus que pendant une vingtaine d'années, il a travaillé en Hongrie, au Canada et aux États-Unis en tant que directeur du marketing, et qu'il savait donc se vendre comme un visage frais qui sait comment gagner. S'exprimant aussi bien en hongrois qu'en anglais (et apparemment aussi en français et en allemand), débatteur convaincant, candidat de longue date devenu premier maire non-Fidesz de Hódmezővásárhely depuis 1990, il est apparu comme une alternative convaincante aux candidats de l'opposition. Les politiciens et les propagandistes du Fidesz n'ont pas à s'inquiéter des opinions politiques de Márki-Zay. Il n'est pas un gauchiste clandestin, même si c'est ainsi qu'il a appelé Jésus. Il n'est pas un trou noir, comme Schmidt l'a appelé. C'est un conservateur pur et dur dont le héros avant 2010 était Viktor Orbán. Il a déclaré à Népszava en octobre 2018 : "Je suis un partisan désabusé du Fidesz, et je pense que la période la plus progressiste des 28 dernières années en Hongrie a été le premier gouvernement Orbán de 1998-2002. Je me considère comme un chrétien, un conservateur, un homme de droite modéré." https://insighthungary.444.hu/2021/10/14/tensions-sparkle-between-dobrev-and-marki-zay-hungarian-government-tackles-the-eu-twice-and-president-of-momentum-steps-down (14 octobre 2021) Mme Dobrev n'a cessé de répéter que Márki-Zay ne convenait pas au poste de candidat au poste de premier ministre, car il manquait "d'endurance mentale." Elle l'a également comparé à Donald Trump, et a déclaré qu'il perturbait la coalition d'opposition et que ce qu'il avait fait ces derniers jours était une "course folle." Péter Márki-Zay est resté stoïque pendant l'accusation et a déclaré que des mensonges personnels étaient répandus à son sujet alors que le DK faisait chanter des politiciens, dont le maire de Budapest Gergely Karácsony. Alors que l'opposition entre les acteurs encore en lice et leurs partisans dans les primaires semble tendue, il n'y a que peu ou pas de désaccords sur les programmes entre les promesses du social-démocrate DK [Dobrev] ou la gouvernance libérale-conservatrice de centre-droit du MMM [Márki-Zay]. Les principes de base sont la restauration de l'État de droit en Hongrie, la purge de la Loi fondamentale de ses parties qui ne servent à rien d'autre qu'à cimenter le pouvoir du Fidesz, la distribution équitable et transparente des ressources et, bien sûr, la volonté de demander des comptes aux anciens dirigeants et hommes de paille.
  12. https://www.guichetdusavoir.org/question/voir/54960 Raymond Aubrac eut alors une profonde envie d’annexer Monaco, mais il lui parut plus sage de soumettre cette question au général de Gaulle. Et lors d’une réunion des commissaires de la République, il lui posa la question d’un changement de statut de la principauté. La réponse du général ne manque pas de lui faire regretter son légalisme excessif : « Si vous l’aviez fait sans me le dire, je vous aurais blâmé officiellement mais approuvé personnellement. Vous me demandez l’autorisation, je dois vous la refuser. »
  13. https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/l-economie-chinoise-est-elle-hors-de-controle (14 octobre 2021) "L'impact en Chine d'une éventuelle faillite des grands groupes immobiliers, est en train de s'agrandir. Il faut voir qu'en septembre, les ventes de logements ont chuté d'un tiers, ça devient inquiétant, et il devient indispensable de restructurer les entreprises concernées. Evergrande ne pourra pas survivre sans une intervention extérieure car ils ont des dettes, à court terme, beaucoup trop importantes par rapport aux actifs qu'ils peuvent mettre en avant même s'ils sont en train d'en vendre plein en ce moment, comme on l'a vu à Hongkong récemment. Il faut donc une intervention de l'État. Ce qui inquiète les marchés internationaux, c'est que cette intervention, on ne la voit pas pour l'instant. On a l'impression que l'État continue à attendre un peu pour bien montrer que ce marché doit être assaini et que l'État ne va pas faire n'importe quoi pour aider les entreprises de l'immobilier" Hubert Testard "Dans le passé, d'autres sociétés chinoises ont eu le même problème et étaient au bord de la faillite comme Anbang Insurance ou Hainan Airlines. Le gouvernement chinois à chaque fois a joué un rôle important, Anbang Insurance est devenu un autre groupe d'assurance, et il marche très bien aujourd'hui, si bien que deux de ses actionnaires publics chinois veulent vendre parce que le groupe est sur la bonne voie. Hainan Airlines, elle, a été réorganisée. On peut faire plus ou moins la même chose pour Evergrande" Chunyan Li "En ce moment, c'est le problème de la contagion qui se pose sur l'ensemble du secteur immobilier. En Chine, on avançait les fonds, on achetait l'appartement sur plan, et de plus en plus, on s'était mis à emprunter parce que le gouvernement commençait à restreindre le crédit. Or là, on arrête, les fournisseurs ont peur de ne pas être payés. Toutes ces entreprises immobilières, qui se sont toutes construites sur le même modèle, sont à l'arrêt" François Godement
  14. https://www.atlantico.fr/article/decryptage/les-petits-reacteurs-nucleaires-modulaires--smr----la-fin-d-un-ostracisme-loik-le-floch-prigent (12 octobre 2021) Le vrai problème pour notre pays est donc de décider, d’une part le programme de maintenance des centrales existantes pour en prolonger la durée de vie, programme engagé dans tous les pays avec succès, et, d’autre part, le déclenchement du programme de remplacement. C’est ce dernier point qui est le plus délicat si on veut satisfaire les antinucléaires car ils souhaitent inonder les sols et les mers de milliers d’éoliennes pour éviter la mise en place de nouvelles installations nucléaires. C’est cette décision qui est importante car elle permettrait de s’assurer que notre pays continue à disposer d’une énergie abondante, bon marché et sans émissions majeures de CO2. Toute autre décision, en particulier la multiplication d’éoliennes conduirait soit à un affaiblissement majeur du réseau et à un renchérissement majeur de l’électricité, soit à une installation de multiples centrales à gaz. Ces centrales augmenteraient notre « carbonatation » mais surtout encore plus le prix de l’électricité. La solution 50% nucléaire et 50% énergies renouvelables n’existe pas n’en déplaise aux drogués des ENR, le nucléaire doit rester à 75% avec de l’hydraulique à 11% tandis que les autres sources pour la plupart intermittentes continueront à coûter très cher. Les Chinois pensent que la solution pour les déserts, c'est les réacteurs à sel fondu : https://www.france24.com/fr/éco-tech/20210910-nucléaire-pourquoi-la-chine-veut-se-doter-d-un-réacteur-au-thorium Les cristaux sont mélangés à de la matière nucléaire – uranium ou thorium – puis chauffés à plus de 500 °C pour devenir liquides et transporter la chaleur et l’énergie produites. Autre avantage pour la Chine : ce type de réacteur n’a pas besoin d’être construit près de l’eau car c’est le sel fondu "qui sert de fluide de refroidissement, contrairement aux centrales classiques à uranium qui ont besoin d'énormes quantités d'eau pour refroidir leurs réacteurs", écrit le journal Les Échos. De ce fait, les réacteurs peuvent être installés dans des régions isolées et désertiques, comme le désert de Gobi.
  15. https://asiatimes.com/2021/10/oxford-unit-kills-off-indian-democracy-book/ (8 octobre 2021) Dans une tentative apparente de ne pas offenser le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi, Oxford University Press a refusé d'imprimer la version indienne de To Kill a Democracy. Comme Asia Times l'a noté dans sa critique de juin, si le livre ne cache pas le rôle de Modi et du BJP dans le glissement de l'Inde vers le despotisme, il souligne que le phénomène Modi est le résultat d'un long processus qui a commencé dès les premiers jours de l'indépendance de l'Inde vis-à-vis de la domination britannique. En effet, comme l'indique Oxford University Press dans sa description de To Kill a Democracy, "il rejette la croyance selon laquelle l'Inde était autrefois un phare de la démocratie, mais qu'elle est maintenant ruinée par les forces destructrices du populisme à la Modi. Le livre détaille les racines historiques bien plus profondes des assauts actuels contre les libertés civiles et les institutions démocratiques." https://asiatimes.com/2021/06/__trashed-19/ (24 juin 2021) Chowdhury et Keane n'exonèrent pas Modi, loin de là. Mais ils observent qu'il est le produit d'un long déclin de la démocratie indienne et, partant, de la société indienne, tout comme certains (trop peu nombreux et trop tardifs) ont reconnu que Donald Trump était le résultat et non la cause d'un déclin remarquablement similaire dans le soi-disant parangon de la démocratie lui-même, les États-Unis d'Amérique. Le sous-titre du livre est India's Passage to Despotism. L'un des thèmes du livre est ce que l'on appelle le "despotisme électif", ou ce que l'institut suédois V-DEM, dans son Democracy Report 2020, appelle l'"autocratie électorale" lorsqu'il analyse la "trajectoire de déclin abrupt" de l'Inde. Ces termes apparemment oxymoriques renvoient à la théorie de la "mort lente" du démocide, par opposition aux coups d'État à coup de massue "à mort soudaine" observés récemment dans des pays comme la Thaïlande et le Myanmar. Ainsi, non seulement en dépit d'élections dynamiques auxquelles participent des masses enthousiastes, mais aussi au moyen de la franchise nominalement démocratique, le chemin vers le despotisme devient de plus en plus pentu. "Voyager comme du bétail, risquer leur vie pour gagner leur vie, tel est le lot des navetteurs quotidiens de Mumbai depuis aussi longtemps qu'ils s'en souviennent. Ses trains sont si meurtriers, et la barre de sécurité si basse, que zéro décès en un jour (26 juin 2019) a été marqué d'une pierre blanche. Dès le lendemain, c'était le retour à la normale, avec neuf décès." Mais il n'y a pas que les trains ; à Mumbai, "les résidents perdent en moyenne 11 jours par an dans les embouteillages". Bien qu'il soit intelligemment écrit, et parsemé d'anecdotes de gens ordinaires interviewés par les auteurs, ce livre n'est pas une lecture légère. Page après page, il décrit tragédie après tragédie, la façon dont le démos indien a non seulement été systématiquement privé de l'espoir symbolisé par ce lointain arc-en-ciel d'août 1947, mais aussi la façon dont le démos a été redéfini par les voleurs. Les lecteurs seront tentés de jeter un coup d'œil aux dernières pages à la recherche d'une fin heureuse. Il y en a une, en quelque sorte, mais elle est plus philosophique que le ton tranchant et factuel de la majeure partie du livre. Pour beaucoup, y compris apparemment les auteurs, la croyance en la démocratie est devenue plus un culte de l'espoir, du paradis dans la douceur du jour, qu'une idéologie pragmatique. Cela peut également expliquer pourquoi il y a relativement peu d'analyse des succès des systèmes que les auteurs dénigrent comme des "tyrannies", tels que le Venezuela de feu Hugo Chavez ou, de manière plus évidente et beaucoup plus importante, le grand voisin et rival de l'Inde, la Chine communiste.
  16. https://www.nytimes.com/2020/10/24/technology/epoch-times-influence-falun-gong.html (24 octobre 2020) Comment The Epoch Times a créé une gigantesque machine d'influence L'organisation et ses affiliés se sont développés, en partie, en s'appuyant sur des tactiques de médias sociaux sommaires, en diffusant des théories de conspiration dangereuses et en minimisant leur lien avec le Falun Gong, selon une enquête du Times. L'enquête a comporté des entretiens avec plus d'une douzaine d'anciens employés d'Epoch Times, ainsi que des documents internes et des déclarations fiscales. Beaucoup de ces personnes ont parlé sous couvert d'anonymat par crainte de représailles ou parce qu'elles avaient encore de la famille dans le Falun Gong. Le Falun Gong, que M. Li a introduit en Chine en 1992, s'articule autour d'une série de cinq exercices de méditation et d'un processus d'auto-amélioration morale censé conduire à l'illumination spirituelle. Aujourd'hui, le groupe est connu pour les manifestations qu'il organise dans le monde entier pour "clarifier la vérité" sur le Parti communiste chinois, qu'il accuse de torturer les pratiquants de Falun Gong et de prélever les organes des personnes exécutées. (Des dizaines de milliers de personnes à travers la Chine ont été envoyées dans des camps de travail au cours des premières années de la répression, et la présence du groupe dans ces camps est aujourd'hui très réduite). Plus récemment, le Falun Gong a fait l'objet d'un examen minutieux pour ce que certains anciens pratiquants ont qualifié de système de croyance extrême interdisant le mariage interracial, condamnant l'homosexualité et décourageant l'utilisation de la médecine moderne, autant d'allégations que le groupe nie. Lorsque The Epoch Times a vu le jour en 2000, l'objectif était de contrer la propagande chinoise et de couvrir la persécution du Falun Gong par le gouvernement chinois. Il s'agissait à l'origine d'un journal en langue chinoise publié dans la cave de John Tang, étudiant diplômé et pratiquant du Falun Gong, en Géorgie. En 2004, The Epoch Times s'est étendu à l'anglais. L'une des premières personnes embauchées par le journal était Genevieve Belmaker, alors une pratiquante de Falun Gong de 27 ans avec peu d'expérience en journalisme. Mme Belmaker, aujourd'hui âgée de 43 ans, décrit les débuts de l'Epoch Times comme un croisement entre une start-up médiatique et un bulletin d'église zélé, avec un personnel composé principalement de volontaires non rémunérés issus des sections locales de Falun Gong. En 2014, The Epoch Times se rapprochait de la vision de M. Li d'un média respectable. Les abonnements augmentaient, les reportages du journal remportaient des prix de journalisme et ses finances se stabilisaient. "Tout le monde était optimiste et pensait que les choses allaient s'améliorer", a déclaré Mme Belmaker. Mais lors d'une réunion du personnel en 2015, la direction a annoncé que la publication avait de nouveau des problèmes, se souvient Mme Belmaker. Facebook avait modifié son algorithme pour déterminer quels articles apparaissaient dans le fil d'actualité des utilisateurs, et le trafic et les revenus publicitaires de The Epoch Times en souffraient. En réponse à cela, la publication a chargé des journalistes de rédiger jusqu'à cinq articles par jour à la recherche de hits viraux, souvent des titres peu intellectuels tels que "Un ours grizzly fait un saut ventral dans une piscine". Selon des courriels examinés par le Times, le plan Facebook a été élaboré par Trung Vu, l'ancien directeur de l'édition vietnamienne du Epoch Times, connue sous le nom de Dai Ky Nguyen, ou DKN. Au Vietnam, la stratégie de M. Trung consistait à remplir un réseau de pages Facebook avec des vidéos virales et de la propagande pro-Trump, dont certaines étaient reprises mot pour mot d'autres sites, et à utiliser des logiciels automatisés, ou bots, pour générer de faux " likes " et de faux partages, selon un ancien employé du DKN. Selon ce courriel, l'équipe vietnamienne a été invitée à aider Epoch Media Group - l'organisation qui chapeaute les plus grandes propriétés médiatiques américaines du Falun Gong - à mettre en place son propre empire Facebook. Cette année-là, des dizaines de nouvelles pages Facebook sont apparues, toutes liées à The Epoch Times et à ses affiliés. Certaines étaient explicitement partisanes, d'autres se positionnaient comme des sources d'informations réelles et impartiales, et quelques-unes, comme une page d'humour appelée "Funniest Family Moments", étaient totalement déconnectées des informations. L'expérience la plus audacieuse est sans doute un nouveau site politique d'extrême droite appelé America Daily. Aujourd'hui, ce site, qui compte plus d'un million d'adeptes sur Facebook, colporte des informations erronées d'extrême droite. Il a publié des articles anti-vaccins, un article affirmant à tort que Bill Gates et d'autres élites "dirigent" la pandémie de Covid-19 et des allégations sur une "mafia juive" qui contrôle le monde. Les courriels obtenus par le Times montrent que John Nania, un rédacteur en chef de longue date d'Epoch Times, a participé à la création d'America Daily, avec des cadres de Sound of Hope, un réseau de radio affilié au Falun Gong. Les enregistrements sur Facebook montrent que la page est gérée par le réseau Sound of Hope, et un post épinglé sur sa page Facebook contient une vidéo promotionnelle pour le Falun Gong. Dans une déclaration, The Epoch Times a affirmé qu'il n'avait "aucune relation d'affaires" avec America Daily. The Epoch Times nie avoir utilisé des fermes à clics ou d'autres tactiques illicites pour développer ses pages. "Les stratégies de médias sociaux de The Epoch Times étaient différentes de celles de DKN, et utilisaient les outils promotionnels propres à Facebook pour obtenir un nombre accru de visiteurs organiques", a déclaré le média, ajoutant que The Epoch Times a coupé les liens avec M. Trung en 2018. Mais l'année dernière, The Epoch Times s'est vu interdire toute publicité sur Facebook - où il avait dépensé plus de 1,5 million de dollars en sept mois - après que le réseau social a annoncé que les pages du média avaient échappé à ses exigences de transparence en dissimulant ses achats publicitaires. Cette année-là, Facebook a supprimé plus de 500 pages et comptes liés à Truth Media, un réseau de pages anti-chinoises qui utilisaient de faux comptes pour amplifier leurs messages. L'Epoch Times a nié toute implication, mais les enquêteurs de Facebook ont déclaré que Truth Media "a révélé certains liens avec l'activité sur la plateforme d'Epoch Media Group et de NTD". Depuis qu'il a été interdit de faire de la publicité sur Facebook, The Epoch Times a déplacé une grande partie de ses activités sur YouTube, où il a dépensé plus de 1,8 million de dollars en publicités depuis mai 2018, selon la base de données publique des publicités politiques de Google. M. Bannon fait partie de ceux qui ont remarqué les poches profondes de The Epoch Times. L'année dernière, il a produit un documentaire sur la Chine avec NTD. Lorsqu'il a discuté d'autres projets avec le journal, l'argent n'a jamais semblé être un problème. "Je leur donnais un chiffre", a déclaré M. Bannon. Et ils revenaient en disant : "Nous sommes d'accord pour ce chiffre". Le virage pro-Trump de l'Epoch Times a bouleversé certains anciens employés, comme Mme Belmaker. Mme Belmaker, qui est aujourd'hui rédactrice et éditrice indépendante, croit toujours en de nombreux enseignements du Falun Gong, a-t-elle déclaré. Mais elle a été désenchantée par The Epoch Times, qu'elle considère comme contraire aux principes fondamentaux de vérité, de compassion et de tolérance du Falun Gong.
  17. https://www.lapresse.ca/affaires/economie/2021-09-27/planete-economique/l-europe-cherche-desesperement-du-gaz.php L’Europe tente d’importer tout ce qui est offert comme gaz naturel sous forme liquide, notamment des États-Unis, où ça commence à faire des remous. L’association américaine des consommateurs industriels d’énergie, qui représente les entreprises du secteur de la chimie, de l’agroalimentaire et de la fabrication, vient de demander au gouvernement des États-Unis de stopper les exportations de GNL vers l’Europe et l’Asie pour empêcher les prix de grimper chez eux.
  18. https://www.franceculture.fr/photographie/propagande-nord-coreenne-duperie-norvegienne-les-limites-de-la-photo-dactualite (2 octobre 2021) Ce sont d'autres limites que le photographe norvégien Jonas Bendiksen a titillées et même allègrement franchies. Celles de l'image d'information documentaire ou plutôt de la désinformation. Photographe réputé de l'agence Magnum, tout aussi réputée, Jonas Bendiksen a eu envie de faire un reportage sur la petite ville de Veles, en Macédoine du Nord, présentée comme l'une des "usines" à fake news dont l'armée de trolls a notamment inondé la campagne pour la présidentielle américaine de vérités alternatives. À l'arrivée, son travail est une véritable mise en abyme. Car le photo reportage sur la ville des fake news est lui même un reportage de "fake" photos, des photos fabriquées. Jonas Bendiksen s'est bien rendu à Veles mais n'y a rencontré personne, du moins aucun des "trolls" qu'il met en scène et fait parler. Il y a photographié des espaces vides, des bureaux, des chambres, des morceaux de rues, façades et bancs publics... Il a parfois dû attendre longtemps pour prendre ces images de lieux vides de toute présence humaine. Lors de chaque prise de vue, explique-t-il, il est comme double, il se demande quel cliché il ferait s'il y avait une scène réelle à photographier, quel angle, quel cadre... Puis il convertit ses photos en 3D, achète des modélisations d'êtres humains, des avatars qu'il insère dans le cadre, choisissant leurs vêtements, travaillant la lumière et les ombres pour faire croire qu'ils étaient là au moment de la prise de vue. Et en a fait un livre "récit" "The Book of Veles", images fausses, habillées de citations fausses et de textes écrits par une intelligence artificielle... https://www.franceculture.fr/photographie/comment-le-photoreporter-jonas-bendiksen-a-dupe-le-monde-de-la-photo-avec-un-faux-reportage Jonas Bendiksen, photographe de l'agence Magnum a dupé tout le monde au festival "Visa pour l'image". Jonas Bendiksen : "Je pensais qu’au bout de quelques semaines, on finirait par me dire quelque chose, qu’on me demanderait «Est-ce qu’il y a vraiment des ours qui déambulent comme ça dans la ville?», qu’on me dirait «tes textes n’ont aucun sens»... Mais tout ce que j’ai eu en retour c’est des «whaou c’est merveilleux, quel projet intéressant!»." On en a parlé dans le fil Chine.
  19. https://www.faz.net/aktuell/politik/bundestagswahl/legalisierung-von-cannabis-freies-gras-fuer-freie-konsumenten-17587283.html (16 octobre 2021) Un des dénominateurs communs de la coalition tricolore pourrait être la libéralisation du cannabis.
  20. Pour moi ce qui était à charge, c'était l'article du Telegraph. L'article de la BBC de 2012 est à décharge puisque l'ancien ministre dit que la France a été un des meilleurs alliés de la Grande Bretagne. L'affaire des techniciens est un point mineur, pour qui sait lire l'article en entier et la conclusion de l'ancien ministre que j'ai mise en gras. Donc je cite l'article de la BBC pour contrer le Telegraph qui est exclusivement à charge et relevant du sophisme (la France pouvait-elle deviner que l'Argentine attaquerait les Malouines, et si la France n'avait pas vendu d'Exocets, qui sait ce que l'Argentine aurait acheté à la place ?). Ils auraient dû et cela nous aurait fait des vacances. Il n'est pas dans l'intérêt des populations de l'UE de garder un paradis fiscal au sein de l'Union.
  21. Le Royaume-Uni est à 19%. Donc à 19%, le Royaume-Uni est un meilleur ami d'une Europe redistributrice et sociale que l'Irlande du Sud à 15% (ou 12,5% jusqu'à il y a peu) source : https://taxfoundation.org/2020-corporate-tax-rates-in-europe/
  22. L'intérêt des Irlandais, c'est d'avoir le beurre et l'argent du beurre.
  23. https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/qui-pour-rallumer-la-lumiere-au-liban (13 octobre 2021) Le fioul iranien a permis de pallier en urgence le problème de l'énergie libanaise, mais ce n'est pas une solution pérenne. La solution envisagée à terme, c'est d'utiliser le "gazoduc arabe" qui passe par la Syrie et acheminerait le gaz depuis l'Égypte via la Jordanie. Et là, il a fallu un accord de principe des Etats-Unis, pour accepter le principe de suspendre la loi César qui sanctionne toute relation avec la Syrie. Tout est fait pour éviter que l'Iran puisse se présenter comme la solution au problème énergétique libanais.
  24. Moi je ne serais pas loin de faire la même proposition, mais en l'inversant. L'Irlande du Sud n'a qu'à quitter l'UE et adopter le régime de circulation des biens et des personnes avec le Royaume-Uni comme avant 1973, sachant qu'en ce qui concerne les personnes, le problème était réglé à travers la "Common Travel Area" : https://en.wikipedia.org/wiki/Common_Travel_Area#1952_agreement L'Irlande étant un paradis fiscal, qui permet à Google et autres de ne pas payer les impôts qu'ils doivent à l'Europe, c'est dans l'intérêt de l'Europe de se débarrasser de l'Irlande du Sud. Les Irlandais du Sud ne méritent pas que l'UE se mette en quatre pour leurs intérêts.
  25. Le totalitarisme chinois, avec l'aspect de société de surveillance ("surveillance state" en anglais, comme en a rêvé ou plutôt cauchemardé Orwell) apparaît ou réapparaît à l'époque du fondateur de la dynastie Ming, Hongwu (1368-1398) : https://en.wikipedia.org/wiki/Hongwu_Emperor#Social_policy Sous le règne de Hongwu, la Chine rurale a été réorganisée en li (里), des communautés de 110 ménages. Le poste de chef de communauté tourne entre les dix ménages les plus peuplés, tandis que les autres étaient encore divisés en dîmes (jia, 甲). L'ensemble de ce système était connu sous le nom de lijia. Les communautés étaient chargées de collecter les impôts et de recruter la main d'œuvre des corvées pour le gouvernement local. Les anciens des villages étaient également tenus de surveiller la communauté, de signaler les activités criminelles et de s'assurer que les résidents s'engagent pleinement dans les travaux agricoles[64][65]. Le système Zhuse Huji (諸色戶計) de la dynastie Yuan a été maintenu et les ménages ont été classés en différents types. Les types les plus fondamentaux, à savoir les ménages civils (民戶), les ménages militaires (軍戶), les ménages d'artisans (匠戶) et les ménages de paludiers (鹽灶戶), définissaient la forme de corvée de la famille. Les ménages militaires, par exemple, représentaient environ un sixième de la population totale au début de l'ère Yongle, et chacun était tenu de fournir un homme adulte en tant que soldat, et au moins une autre personne pour travailler dans des rôles de soutien à l'armée. Les ménages de militaires, d'artisans et de travailleurs du sel étaient héréditaires, et la conversion en ménages civils était impossible, sauf dans quelques situations très rares[66][67]. Une famille peut simultanément appartenir à l'une des catégories mineures, par exemple les ménages de médecins et les ménages d'érudits, en fonction de leur profession. En plus des "bons" ménages susmentionnés, il existait également des types discriminatoires, tels que les ménages d'amuseurs (樂戶)[68]. Les voyageurs devaient être munis d'un luyin (路引), un permis délivré par le gouvernement local, et leurs voisins devaient avoir connaissance de leur itinéraire. La migration intérieure non autorisée était interdite, et les contrevenants étaient exilés. Cette politique a été strictement appliquée pendant l'ère Hongwu[69]. Zhu Yuanzhang [alias Hongwu] a adopté une loi sur la coiffure obligatoire le 24 septembre 1392, imposant à tous les hommes de se laisser pousser les cheveux longs et rendant illégal le fait de se raser une partie du front en laissant des mèches de cheveux, ce qui était la coiffure mongole. La peine encourue par le barbier, la personne rasée et ses fils était la castration s'ils se coupaient les cheveux et leurs familles devaient être envoyées en exil aux frontières. Cela a contribué à éradiquer les coiffures mongoles partiellement rasées et à imposer la coiffure longue des Han[70]. https://en.wikipedia.org/wiki/Hongwu_Emperor#Economic_reform Soutenu par les érudits-bureaucrates, il accepte le point de vue confucéen selon lequel les marchands sont uniquement des parasites. Il estimait que l'agriculture devait être la source de richesse du pays et que le commerce était ignoble. Par conséquent, le système économique des Ming mettait l'accent sur l'agriculture, contrairement au système économique de la dynastie Song, qui avait précédé la dynastie Yuan et qui dépendait des commerçants et des marchands pour ses revenus. Hongwu soutenait également la création de communautés agricoles autosuffisantes. Cependant, son préjugé contre les marchands n'a pas diminué le nombre de commerçants. Au contraire, le commerce s'est considérablement accru durant l'ère Hongwu en raison de la croissance de l'industrie dans tout l'empire. Cette croissance du commerce était due en partie aux mauvaises conditions du sol et à la surpopulation de certaines régions, qui ont forcé de nombreuses personnes à quitter leur foyer et à chercher fortune dans le commerce.
×
×
  • Create New...