Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

LunchTime

Members
  • Posts

    517
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

LunchTime last won the day on February 10 2020

LunchTime had the most liked content!

Reputation

866 Excellent

Profile Information

  • Pays
    Poland

Recent Profile Visitors

4,191 profile views
  1. "Les obusiers Krab sont fabriqués à Huta Stalowa Wola de PGZ, et la capacité de production maximale de cet équipement est aujourd'hui probablement de 20 à 30 pièces par an, bien que l'armée polonaise ait reçu 8 à 16 Krabs par an chaque année. Selon Dziennik.pl, la commande doit être exécutée dans quelques ou plusieurs mois. Il semble donc que les 54 obusiers seront au moins partiellement neufs. Contrairement aux 18 premiers, qui semblent provenir des ressources des forces armées polonaises et ont été livrés le plus rapidement possible." https://defence24.pl/przemysl/polska-sprzedala-kraby-ukrainie-rekordowy-kontrakt
  2. L'armée ukrainienne a reçu 18 obusiers automoteurs Krab de Pologne, a déterminé l'Agence d'Information Radio. Donc équipement pour trois escadrons d'artillerie. https://radio.lublin.pl/2022/05/polskie-nowoczesne-armatohaubice-krab-dla-ukrainskiej-armii/
  3. La présence des troupes américaines en Pologne sera permanente et non rotative. La base de Powidz est déjà en cours de préparation pour l'équipement américain. Une décision sur cette question doit être annoncée après le sommet de l'OTAN à Madrid en juin. https://polskatimes.pl/nieoficjalnie-jest-decyzja-ws-stalej-obecnosci-wojsk-usa-w-polsce-do-naszego-kraju-trafia-juz-sprzet/ar/c1-16375877?fbclid=IwAR10KIYJCfNHoudwRIoLTV7YoOmJ-RBxqIE6p6H6eUo7QmRxFufe8EFUDt4
  4. La Russie suspend ses livraisons de gaz à la Pologne "Les informations sur une réduction significative du transport de gaz, puis sur sa suspension aujourd'hui, ont été officieusement confirmées à la fois par des sources gouvernementales et par Polskie Górnictwo Naftowe i Gazownictwo (PGNiG). Les Russes n'ont pas informé la partie polonaise des raisons de la suspension des livraisons." https://www.onet.pl/informacje/onetwiadomosci/onet-nieoficjalnie-rosja-wstrzymala-dostawy-gazu-do-polski-co-dalej/sf4jdzj,79cfc278
  5. L'officier de réserve ukrainien “Arty Green” parle de la situation actuelle au front. Quelques faits intéressants sur l'armée régulière. La plupart des pertes sont infligées des deux côtés par l'artillerie. Le combat est à très longue distance. L'armée ukrainienne est actuellement moitié-moitié de soldats professionnels avec expérience et réservistes avec expérience, mais après quelques années dans la vie civile. L'armée ukrainienne a doublé de taille en deux mois. C'est la principale raison du manque d'équipement. Pas de mobilité, c'est-à-dire de véhicules sur roues et de chenilles pour l'infanterie. Quant aux chars, la situation est meilleure. L'Ukraine a de l'artillerie et sait bien s'en servir, mais elle aurait besoin d'équipements plus récents et de bonne qualité et de munitions précises. L'artillerie inflige plus de 80% des pertes. Parlant de munitions, il a déclaré que, par exemple, lors de la bataille de Debaltsevo, plus de 100 000 obus de 152 mm ont été tirés du côté ukrainien.
  6. Pendant cinq jours, des officiers de plusieurs unités du groupe EU ATLAS ont amélioré leurs compétences de tir dans l'un des plus grands centres de formation d'Europe - l'European Security Academy près de Poznań. GSG9 et SEK (Spezialeinsatzkommando) Berlin d'Allemagne, RAID (Recherche, Assistance, Intervention, Dissuasion) de France, LYNX de Slovaquie, ATJ (Antiteroristička jedinica) Lučko de Croatie, K-Komando d'Estonie, USP (Unité Spéciale de la Police) du Luxembourg, GIGG (Groupe d'Intervention Gendarmerie de Genève) de Suisse, VIKING d'Islande, Garda ERU (Emergency Response Unit) d'Irlande et des opérateurs du FBI SWAT des États-Unis. Les cours ont été dispensés par des instructeurs polonais de l'Unité centrale de lutte contre le terrorisme de la police "BOA". https://policja.pl/pol/lotnictwo-policji/aktualnosci/216955,BOA-Shooting-Workshop-czyli-miedzynarodowe-warsztaty-strzeleckie-policyjnych-kon.html
  7. Je suppose qu'il n'y aura pas de confirmation officielle bientôt. Depuis quelque temps, on parle de deux bataillons de chars T72M1R pour l'Ukraine. Le bataillon de chars de l'armée polonaise se compose de 58 véhicules (quatre compagnies). Il y a actuellement cinq bataillons en Pologne équipés de chars T-72M1. En 2019, le processus de réparation des véhicules et de les équiper de nouveaux réseaux d'observation (La vision nocturne active sera remplacée par une passive) et de communication (communication interne FONET produit par le groupe WB avec les radios numériques RADMOR) a commencé. Les travaux couvriront de 230 à 318 chars, ils seraient réalisés au cours de la période 2019-2025, et le budget du projet est de 1,749 milliard de PLN brut. Probablement la signature d'un accord avec les États-Unis pour de nouveaux chars et la promesse d'en envoyer 28 immédiatement à l'entraînement permettent de transférer T72M1R aux Ukrainiens.
  8. Seuls les drones suffisamment grands peuvent transporter de grosses boules. Kvitnik n'était pas intégré au drone. La cible pourrait être illuminer, par exemple, par des forces spéciales (max 5 km). Le successeur de Kvitnik, c'est-à-dire Barvinok, devait être guidé par TB2 Bayraktar. Le prix de Kvitnik est d'environ 200 000 hryvnia.
  9. C'était plus britannique. Ils ont une "big deal" a fair en Pologne (frégates, défense aérienne, hélicoptères). D'ici 2025, la RAF retirera ses avions les plus anciens (plus de 20). Après le conflit diplomatique entre la Pologne et l'Amérique, on pouvait lire dans la presse : "Selon nos sources, l'administration américaine impliquée dans l'affaire des MiG polonais pour l'Ukraine a accepté qu'ils se rendent à la base de Ramstein. En retour, la Pologne recevrait un F-16 d'occasion, batteries Patriot et F-35, qui seraient arrivées plus tôt que prévu. Alors qu'est-ce qui n'allait pas? Les officiers du renseignement et de l'armée disent que de telles questions nécessitent trois choses : premièrement, le silence, deuxièmement, le silence et troisièmement, le silence." La livraison a été tuée par les plusiers déclarations des politiciens. "Nous sommes en fin de semaine dernière. Je parle à un responsable qui connaît le sujet. - Nous ne pouvons pas agir seuls. La décision d'envoyer ces machines en Ukraine doit être prise par l'OTAN. Pour l'instant, les Américains sont "pour", mais il y a toujours un problème à mener cette opération de manière à ce qu'elle ne devienne pas un prétexte pour la Russie pour provoquer un conflit avec l'alliance. Les prochains jours de la guerre passent. Varsovie nie haut et fort qu'elle enverra des chasseurs MiG-29 en Ukraine. L'affaire dans l'espace médiatique se calme, mais les négociations en coulisses se poursuivent. Les responsables polonais expliquent aux Américains : "Vous avez une définition du risque différente de la nôtre. Nous remettrons les avions, mais ils ne pourront pas décoller de Pologne."
  10. Je ne sais pas d'où vient l'information "Breaking Defense". Au départ, officieusement, on parlait du F-16 ou de l'EF T1 en compensation du Mig-29. La proposition d'armer les avions d'entraînement a été rejetée lors de leur achat. Gripen donne le même que le F-16. Il ne sert à rien de dupliquer. L'avion de domination aérienne était convoité par les anciens pilotes. Il est difficile de dire quelles sont les idées que les politiciens ou l'état-major ont maintenant. La situation est probablement dynamique. Il est certain que personne en Pologne ne veut rendre des chars ou des avions sans garantie de remplacement.
  11. EF T1 a le plus de sens. Le F-35 a été acheté comme élément complémentaire du système Patriot avec IBCS. L'avion peut fournir des informations aux missiles anti-aériens et à l'artillerie de roquettes HIMARS. Cependant, il a des caractéristiques remarquablement offensives. Pour défendre son espace aérien, la Pologne devrait disposer d'un chasseur de domination aérienne. EF serait parfait. Se débarrasser du MiG-29 nécessitera la reconstruction de la base aérienne, une nouvelle formation du personnel et des pilotes, quel que soit le type de nouvel avion. Les chasseurs du même type doivent y être stationnés pendant la période transitoire. Ce serait l'occasion de développer la coopération militaire européenne. Peut-être l'entrée de la Pologne dans le programme successeur de l'EF au cours de la prochaine décennie. Le MiG-29 polonais fait exactement la même chose.
  12. Certes, vous ne recevrez pas de confirmation officielle pour les prochains mois, car les pays d'Europe de l'Est veulent la discrétion, pas la confrontation avec la Russie. Malgré ce que les médias montrent (le gars de la défense territoriale avec le lance-roquettes), c'est un conflit classique où les ressources, les munitions, le carburant, etc. décident. Les Ukrainiens ont plus de 1 000 canons de 152 mm. Si nous prenons 20 obus par jour par tubes, cela fait 20 000. Avec un conflit de haute intensité, ce n'est pas beaucoup. Les usines ukrainiennes Artem avaient une capacité de production de 14 000 obus 152 mm par an. C'était donc insuffisant même si un tel volume était réalisé. D'autant plus qu'ils n'ont pas de munitions guidées. Une petite quantité de Kvitnik a été achetée en 2012. La production s'est arrêtée en 2014 en raison du manque d'électronique importée de Russie. En 2017-2020, le Barwinok (bleuet) avec électronique occidentale a été développé. Mais les tests de qualification prévus en 2021 ne sont pas terminés. Cela signifie que les Ukrainiens ont besoin de beaucoup de munitions.
  13. Je voudrais également voir une défense antiaérienne européenne commune et une brigade blindée européenne stationnée en Pologne. Mais il n'y a que les Américains et les politiciens achètent leurs chars.
  14. Organisation d'un appel d'offres pour l'achat d'une licence pour la production locale et l'intégration de sous-systèmes polonais dans le véhicule. Cependant, pendant 20 ans, la Pologne a été impliquée dans des opex et les capacités classiques n'étaient pas une priorité. https://defence24.pl/sily-zbrojne/dwie-dekady-w-pancernym-zawieszeniu-czyli-jak-abramsy-z-polki-trafily-do-polski-opinia La modernisation prolongée des Leopards au standard 2PL, la faiblesse et l'obsolescence des chars de la famille T-72 signifiaient que les forces terrestres étaient privées d'une composante blindée solide. La tension constante à la frontière avec la Biélorussie après les élections truquées de 2020 et la conduite de simulations (comme les exercices “Hiver 20”) ont contraint le gouvernement à acheter en urgence des chars. pour la division mécanisée (18) nouvellement créée. Sélection d'Abrams en raison du stationnement de chars américains en Pologne et de l'accès à leurs entrepôts et à leur logistique en cas de conflit. Pour la première fois, l'armée recevra un nouveau char avec l'ensemble du système de véhicule et des munitions. Les tankistes seront ravis. Mais il n'y a rien pour l'industrie et une dépendance totale à la logistique américaine. Permettez-moi de rappeler que la Pologne a produit elle-même le T 72 et pourrait le modifier. Maintenant, il y aura une régression de la capacité. Pour le char Leopard, il existe déjà une capacité de réparation, un centre de formation avec des simulateurs, etc. Il faut maintenant le doubler et le payer. Dans les versions polonaises du Leopard et de l'AMV (Rosomak), des éléments tels que les moyens de communication, les mitrailleuses, l'optique, etc., étaient locaux. Maintenant tous américains. Uniquement évacuation médicale et commandement sur les véhicules polonais LPG. https://pl.wikipedia.org/wiki/Lekkie_Podwozie_Gąsienicowe Le véhicule de commandement sera une transition entre le BMS des chars (Site Ware), et le système de commandement polonais Jasmin (niveau brigade). Mais pas d'intégration électronique, mais deux moniteurs côte à côte. : /
  15. Il n'y a plus de munitions de 152 mm. Les pays alliés ont déjà des dépôts vides.
×
×
  • Create New...