Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

LunchTime

Members
  • Posts

    461
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by LunchTime

  1. #VisaToNowhere Il n'y a pas encore de sous-titres en anglais, mais ils seront bientôt disponibles. Traduction automatique :/ Texte polonais : https://wiadomosci.gazeta.pl/wiadomosci/7,114881,27698928,wizadonikad-nikt-nie-probuje-tego-zatrzymac.html#do_w=46&do_v=142&do_st=RS&do_sid=288&do_a=288&s=BoxNewsImg1
  2. Le chef du gouvernement polonais a annoncé avoir rencontré vendredi la délégation française représentant l'énergie nucléaire. Il a ajouté que le premier bloc nucléaire en Pologne pourrait être construit au milieu des années 1930 au plus tôt. Le Premier ministre a ajouté qu'il comptait sur le développement de la technologie SMR, c'est-à-dire des petits réacteurs modulaires qui pourraient apparaître plus tôt dans le pays. "Vendredi, j'ai rencontré la direction de l'énergie nucléaire française avec les envoyés du président Macron. Nous discutons de ce sujet avec le président Macron très intensément, mais il y a certaines conditions limites pour une telle coopération pour l'avenir, dont j'ai également parlé aujourd'hui", dit Morawiecki. https://www.bankier.pl/wiadomosc/Morawiecki-Pierwszy-blok-jadrowy-w-Polsce-moglby-powstac-najwczesniej-w-polowie-lat-30-8206774.html
  3. Pour eux, le pays de destination est l'Allemagne, la France ou les Pays-Bas. À la frontière: " No Poland, Germany, Germany..."
  4. C'est un combat de deux constructions 7,62 pour remplacer le SVD dans l'armée polonaise. Lorsque la production en série a commencé, le Grot a eu quelques problèmes de qualité,… https://wiadomosci.onet.pl/tylko-w-onecie/szokujacy-raport-o-karabinku-grot-ujawnia-pelen-zakres-jego-wad/0yent0v … donc ZM Tarnow veut profiter de la situation. De nombreuses informations et photos sur les deux fusils on peut trouver dans le magazine Frag Out. https://fragout.uberflip.com/i/1333129-frag-out-magazine-32/83? https://fragout.uberflip.com/i/1115818-frag-out-magazine-24/67?
  5. photo: https://www.facebook.com/militarium.net/photos/a.222710007782588/4251153278271554/?type=3&theater
  6. Il n'y a pas d'utilisation industrielle de l'énergie nucléaire. Le seul réacteur (Maria) en fonctionnement appartient à l'institut de recherche POLATOM (Institut de l'énergie atomique).
  7. Difficile à prévoir. Exprimer le désir d'acheter des chars américains était un acte politique du gouvernement, il n'est donc pas certain qu'ils apparaissent dans l'armée polonaise. Il y a actuellement 9 bataillons T72 (dont Twardy) et 4 Léopards. Il y a actuellement 9 bataillons T72 (dont Twardy) et 4 Léopards. En raison de problèmes de modernisation et de service, un seul bataillon Leopards opérationnel. Ainsi 200 Abrams reprendraient le rôle actuel des Léopards (véhicules modernes au standard OTAN). Le T72 modernisé peut encore fonctionner comme un « véhicule de soutien », mais en raison de l'âge de l'ensemble de la flotte, le nombre de bataillons devrait être limité à 4. En fin l'armée de terre polonaise est trop grand pour le budget actuel. Avec du personele et matière disponible, tous les bataillons (blindés, mécanisés, motorisés) ne devraient pas être plus de 24. Donc pas 4 divisions faibles, mais deux fortes complétées par de l'infanterie légère en Défense Territoriale. ------------------- On peut voir ici les différences à l'intérieur du T 72 de la dernière grande série de production des années ‘80 et avec les modifications proposes par BUMAR.
  8. Turboatom, Elektrotiazmash et Zaporozhtransformator - ces entreprises sont capables de construire tout sauf le réacteur lui-même. Certaines entreprises ukrainiennes fabriquaient également de l'électronique et des logiciels pour les centrales nucléaires. La centrale nucléaire Khmelnitsky devait comporter 4 réacteurs. Deux sont en service, mais les fondations sont prêts pour deux autres. Le tchèque Skoda fournira le troisième réacteur VVER-1000, qui est prêt aux 3/4 et devrait entrer en service en 2025. La quatrième sera l'AP1000 de Westinghouse. Le quatrième réacteur sera construit d'éléments prêts du projet annulé VC Summer. Ici, le PDG d'Energoatom visite l'entrepôt en Caroline du Sud. https://www.sunpp.mk.ua/uk/article/11461-kerivnyk-energoatoma-vidvidav-maydanchyk-z-obladnannyam-westinghouse-u-pivdenniy
  9. Voici quelques critiques: https://zbiam.pl/czolgi-abrams-dla-wojska-polskiego-‒-komentarz/
  10. Il est vraiment difficile de dire quelle a été la réflexion à long terme des personnes au pouvoir. Selon les rumeurs, les négociations duraient déjà depuis deux ans. Mais officiellement, le programme de sélection d'un nouveau char n'a pas commencé. Donc un autre achat sans aucune procédure (comme le F-35). Les officiers proches du gouvernement sont enthousiastes, ceux qui ont quitté l'armée après un conflit avec le ministre de la Défense ne sont pas. Il faut dire que la plupart des chars polonais ont été construits dans les années ‘80 (également ex-allemands), donc ni le service, ni le processus de rénovation est facile et pas cher. Le général B. Samol, évoquant le projet d'acquisition de chars Abrams pour l'armée polonaise: https://www.defence24.pl/gen-samol-liczba-czolgow-powinna-byc-znaczaco-zwiekszona-wywiad
  11. L'alliance du Troisième Reich et de la Pologne était pratiquement impossible. L'idée que la Pologne pourrait devenir l'alliée d'Hitler est très utile aux fins de propagande de la Russie. Cela fait de la Pologne non pas une victime, mais une complice du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Une toute autre façon de voir un pays attaqué par deux puissances totalitaires, laissé sans l'aide de ses alliés, et différemment un allié potentiel d'Hitler. …. “Hitler prévoyait de faire de la Pologne son alliée dès le début des années 1930, mais Varsovie ne s'attendait pas à une alliance contre l'URSS, mais seulement à établir des relations correctes avec l'Allemagne. À partir de 1930, les nazis tentèrent d'atteindre les environs de Piłsudski et, en mars 1931, Aleksander Ładoś eut une conversation avec Ernst Röhm. Les dernières années de la République de Weimar ont été une période de détente dans les relations franco-allemandes. Un accord entre Paris et Berlin qui serait très défavorable à la Pologne. Cela signifiait une perte du soutien français pour Gdańsk Poméranie, la Grande Pologne et la Haute-Silésie en tant que terres polonaises, mais nos liens militaires avec la France seraient également relâchés. L'arrivée au pouvoir d'Hitler fut paradoxalement bénéfique pour Varsovie. Lorsque Hitler a rompu sa coopération avec l'URSS, il a ouvertement commencé à inviter les Polonais à prendre part à la "croisade orientale". En son nom, une offre, non plus diplomatique, mais militaire, d'alliance et d'attaque conjointe contre les Soviétiques est présentée par Hermann Göring en janvier 1935. La Pologne n'a pas été intéressé par l'acquisition de l'Ukraine, mais surtout le problème était la question de Gdańsk. Hitler supposait que dans quelques années la ville reviendrait au Reich et que la Pologne ne négocierait pas pour cela. Pendant ce temps, les Polonais avaient de grands espoirs d'accès à la mer. En 1938, la Pologne décida de forcer la Tchécoslovaquie à rendre Zaolzie, qu'elle avait perdue en 1919, ce qui fut une grave erreur diplomatique, car elle devint l'alliée d'Hitler. Von Ribbentropa a présenté à la Pologne une proposition de "nettoyage général". Certains de ses points, comme l'incorporation de Gdańsk au Reich ou l'autoroute extraterritoriale à travers la Poméranie, n'étaient pas nouveaux. Il y avait des demandes pour la Pologne de rejoindre le pacte anti-Komintern et pour Varsovie de consulter la politique étrangère avec Berlin. En raison de sa situation géographique, la Pologne a joué un rôle clé dans les plans nazis pour acquérir un espace de vie à l'Est. En tant qu'allié, il devait observer passivement l'attaque du Reich sur la France, puis participer à l'offensive contre l'URSS. En janvier 1939, cependant, Hitler se rendit compte que les Polonais n'étaient pas désireux d'être des croisés et dès lors, il dut envisager un procès armé avec la Pologne en cas de rejet de son offre. En tout cas, au tournant des mois de mars et avril, les Allemands étaient convaincus que la Pologne n'avait pas encore dit le dernier mot et que les refus ultérieurs n'étaient qu'une tactique de négociation. Il semble que seule l'acceptation par Beck des garanties britanniques et leur réciprocité aient poussé Hitler à décider d'attaquer Varsovie.” Enfin, la Pologne, étant un pays faible et jeune et situé entre deux États totalitaires luttant pour l'affrontement, n'avait aucune chance d'être neutre. https://wiadomosci.onet.pl/kraj/iii-rzesza-i-ii-rp-sojusz-ktory-nie-mial-prawa-dojsc-do-skutku/4w20w4r?utm_source=onetsg_fb&utm_medium=social&utm_campaign=onetsg_fb&fbclid=IwAR1Bsb6W7Ywj3ibfZ4AZX_JXOifQy6zFMaOO3TdsC-J5Hl0grWka7TxX-3w ….. De plus, l'attractivité de l'alliance avec l'URSS pour l'Allemagne était bien supérieure à celle de la Pologne: “En 1939, les pénuries de matières premières dans l'économie allemande sont dramatiques. Le chrome, l'un des composants de base de l'acier de blindage, manquait complètement. Les usines n'ont pas mis en œuvre de plans industriels en raison de pénuries importantes de zinc, de plomb, d'huiles minérales, de cuivre, de caoutchouc, d'étain, de nickel et de bauxite. En un mot, l'Allemagne était un pays au bord de l'effondrement économique. Les tensions de guerre signifiaient que 42 pour cent. Les navires marchands allemands ne quittèrent pas les ports après le 1er septembre 1939. En fait, le sort politique d'Hitler à l'époque dépendait de Staline qui, le 19 août 1939, accepta de signer un contrat gigantesque d'une valeur de 100 millions de marks, garantissant l'approvisionnement de ce qui précède. -a mentionné les matières premières à l'Allemagne en août 1940.” https://www.rp.pl/historia/art10823591-czy-polska-powinna-byla-zawrzec-sojusz-z-adolfem-hilterem
  12. Je pense que personne ne le sait. :) ----------- https://naforum.zapodaj.net/3afc058f89b4.jpg.html “Huta Stalowa Wola (HSW) présentera une nouvelle version du mortier automoteur à chenilles M120G Rak 120-mm sur un châssis léger à chenilles (LPG) modifié. Dans la nouvelle version du châssis LPG, la suspension a été remplacée par hydropneumatiques, des rouleaux de support ont été utilisés et le nombre de roues a été réduit de 14 à 12. La structure du plancher a également été modifiée - HSW a abandonné l'utilisation de la partie inférieure du châssis. corps du châssis de l'obusier automoteur de 122 mm 2S1 Gwozdika (Goździk; dans le code OTAN M1974) et a fabriqué une nouvelle structure à partir de zéro, ce qui permet d'augmenter le niveau de protection contre les mines. Le changement le plus visible est la référence à l'apparence du corps de mortier avec la conception du prototype du nouveau véhicule de combat d'infanterie (NBPWP) Borsuk.” https://milmag.pl/mspo-2021-nowy-gasienicowy-m120g-rak/
  13. Les missiles de croisière à sous-marin étaient l’ idée de l'état-major, dominé par les généraux des forces terrestres. La Marine n'a jamais été enthousiasmée. C'est une bonne solution pour l'océan, et non pour la mer Baltique, qui est le principal théâtre d'opérations de la Pologne. Le type propulsion de sous-marine est d'une grande importance, car il détermine non seulement la zone operationel, ainsi que la tactique adoptée. Le sous-marine capable d'aller à plus de 30 nœuds sous l'eau (parfois moins de 40 nœuds) peut très rapidement changer de région après le lancement. Les sous-marines conventionnelles ne le font pas et ne le feront jamais. Ils sont obligés de fonctionner à des vitesses de 3 à 5 nœuds et ils ne développent la vitesse maximale (20 à 22 nœuds au plus) que dans la phase d'évasion des menaces, car cela les expose immédiatement et consomme l'énergie des batteries en mode géométrique. Une autre chose est l'affichage des mâts - personne dans la mer Baltique ne ruinera le seul avantage du sous-marine, qui est la difficulté à détecter par une exposition imprudente des mâts d'antenne au-dessus du niveau de la mer, et cela est nécessaire pour obtenir des données sur la cible du tir. De plus, le processus de tir lui-même signifie également démasquer dans de nombreuses situations. Par conséquent, personne dans la mer Baltique n'utilise des missiles de croisière, même si la plupart des sous-marines ont une telle possibilité. En mer Baltique, le sous-marin doit être une menace pour la flotte ennemie, et non un moyen d'attaquer des cibles terrestres. Pour la Pologne, les missiles optimaux sont le NSM-SL ou l'UGM-84, sur 212 ou A26 (il a même des modules VLS prêts pour la production pour l'UGM-109). Et les distances sont plus adaptées à la capacité de reconnaissance de la marine polonaise. Arrowhead 140 est plutôt préférée, comme l'élément de "big deal" avec les CAMM pour les forces terrestres. Donc le système de missile anti-aérien Sea Ceptor de MBDA, dont les effecteurs sont les mêmes missiles. Aussi le système de combat Tacticos de Thales. La Pologne a payé la licence pour six navires du programme Gawron, et finalement un seul a été utilisé. Le choix de l'AW101 détermine également dans une certaine mesure le type de navire.
  14. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki annonce la fin de l'évacuation de Kaboul. La Pologne a emmené 937 personnes (dont 300 femmes et près de 300 enfants) sur 30 vols militaires et 14 vols civils. Les premiers vols d'évacuation polonais de Kaboul ont eu lieu le mercredi 18 août. La Pologne a aidé des organisations internationales à retirer du personnel et du matériel d'Afghanistan, ainsi que d'autres pays de l'UE, principalement la Lituanie et l'Estonie. https://www.onet.pl/informacje/onetwiadomosci/ewakuacja-z-afganistanu-morawiecki-oglasza-zakonczenie-lotow-z-kabulu/e6e0dyq,79cfc278
  15. https://www.instagram.com/p/CS2QLLtja1X/?utm_medium=share_sheet&fbclid=IwAR1gjmepbnsEVf0Eley2cKmEq6prNcfZMv_2XriJzEVFUq22P0soi50Zo7c
  16. Le général des forces spéciales Muhammad Haidar Nikpai a été évacué d'Afghanistan. En Pologne, l'attendent deux fils, d'abord diplômés du lycée d'aviation de Dęblin, et qui entameront bientôt leur troisième année d'études. https://tvn24.pl/polska/general-afganskich-wojsk-specjalnych-ewakuowany-do-polski-5199139
  17. Les Français ne voulaient pas que la Pologne participe au projet MGCS. Peut-être pensaient-ils qu'ils représenteraient les intérêts des Allemands ? Je ne sais pas. Pas de présence US de manière permanente en Pologne. C'était la condition russe pour l'admission des pays d'Europe de l'Est à l'OTAN. Et les Yankees le respectent. Une infrastructure a été mise en place en Pologne pour l'accueil de la brigade blindée américaine en cas de conflit. On ne peut pas rechercher aucun aspect militaire rationnel dans l'achat de chars américains. C'est juste un acte politique. https://wiadomosci.gazeta.pl/wiadomosci/7,114884,27334615,abramsy.html?fbclid=IwAR1TlkJjSJ8sOkqALYxJOWDxvEdDvnGCpJJpCCPivC53TxCHdB891TXa-Ac#s=BoxOpMT Pas question de vendre de nouveaux Léopards, car les achats étaient officiellement prévus après 2030. Personne ne pouvait donc faire d'offre. Il y a un conflit sur la rénovation des léopards polonais. Rheinmetall ne peut pas tenir ses promesses dans le contrat et le partenaire local du programme Bumar, a perdu certaines compétences ces dernières années et a du mal à maintenir la qualité.
  18. Patriot dispose de deux types d'effecteurs PAC-2 GEM (pour combattre les cibles aérodynamiques) et PAC-3 MSE (balistique). Actuellement, seul le missile PAC-3 MSE (également utilisé dans le MEADS allemand) garantit l'abattage d'un missile balistique, car il dispose d'un système actif de radioguidage radar "hit-to-kill" qui permet de détruire la cible par un coup direct avec énergie cinétique. Le missile Aster 30 de SAMP/T utilise une charge explosive classique détonée avec une fusée de proximité, ce qui n'entraîne pas toujours la destruction du missile balistique, modifiant parfois seulement la trajectoire de vol. Le prix de Patriot dépend de sa configuration et des tâches qu'il doit remplir. Contrats pour la Pologne, la Roumanie et la Suède ici. Tous ces pays sont menacés par les missiles balistiques russes. [URL=https://www.fotosik.pl/zdjecie/1fed2802ab7a9305][IMG]https://images92.fotosik.pl/517/1fed2802ab7a9305med.jpg[/IMG][/URL]
  19. Une publication d'il y a un an sur les Biélorusses en Pologne: Leur nombre exact est difficile à estimer, mais les Biélorusses sont probablement le deuxième plus grand groupe vivant en Pologne après les Ukrainiens (1,2 million). L'Office des étrangers dit environ 21 mille. Bélarussiens avec un permis de séjour valide. L'ambassade biélorusse estime la minorité nationale biélorusse à environ 46 000 personnes. personnes, en se référant aux données du dernier recensement en 2011. La plupart vivent dans la voïvodie de Podlachie. "Dans neuf communes de la voïvodie, les Biélorusses représentent plus de 20% de la population" - estime l'ambassade. Plus de 8 000 vit à Białystok. … Selon les données de l'Office des étrangers, 15000 Les citoyens biélorusses ont un permis de séjour permanent délivré dans le cadre de la Pole's Card. La carte du pôle est un sujet important en Biélorussie. Beaucoup de 25-30 ans recherchent des racines qui pourraient prouver que quelqu'un est un peu polonais. Et c'est assez simple, les liens polono-biélorusses sont très forts. … "La Biélorussie est une partie du monde où Staline a bien fait sa politique de réinstallation", déclare Grekowicz. «Les purges ont duré longtemps. Avant la guerre, il y avait la terreur rouge, 1 homme sur 10 né dans les années 1920 a survécu à la guerre elle-même. 1/3 de la population est mort, la plupart de l'intelligentsia a été assassinée, et il reste encore moins de bâtiments à Minsk qu'à Varsovie. «Après la guerre, il y avait une pénurie de personnes, donc la Biélorussie a été installée avec des gens d'autres républiques soviétiques, de nombreuses familles sont aujourd'hui très mélangées. L'un de mes grands-pères est d'origine polonaise, l'autre est biélorusse, une grand-mère est russe et l'autre ukrainienne. L'identité nationale s'est encore plus floue lorsque la langue biélorusse a été interdite dans les années 1960. » Mais il a survécu, par exemple à Białystok. Marina vit en Pologne depuis 5 ans. C'est ici qu'elle a entendu un beau chant biélorusse, qu'elle n'avait pas entendu au cours des 30 années qu'elle avait passées à Minsk. C'est ce que dit la minorité biélorusse - des personnes nées en Pologne mais d'origine biélorusse. https://oko.press/staralam-sie-zyc-w-rownoleglej-rzeczywistosci-ale-dotkneli-w-samo-serce-bialorusini-w-polsce-sie-jednocza/
  20. Bien sûr, les Biélorusses ont leur propre identité nationale. Le nord de la Biélorussie était le cœur de le Grand-duché de Lituanie, depuis 1386 s'unit au Royaume de Pologne forment la République des Deux Nations. Ce n'est qu'à partir de 1795 que les régions où se trouve l'état moderne de la Biélorussie ont été reprises par la Russie. Au XIXe siècle - la période de l'émergence et de la formation des nationalismes en Europe centrale et orientale, les Biélorusses, les Lituaniens et les Polonais ont commencé à interpréter les 400 ans d'histoire commune de manière quelque peu différente, mais aucune de ces nations n'a été considérée comme faisant partie du monde russe.
  21. Bilecki le créateur d'Azow: “Oui, Roman vraiment, avec Azov et d'autres unités militaires, s'est battu contre l'occupation de l'Ukraine. Il était avec nous près de Shirokin, où il a été blessé. Mais son arme en tant que journaliste n'était pas une mitrailleuse, mais un mot.” https://blogs.pravda.com.ua/authors/bileckyj/60ad38205b7b2/ En général, concernant les volontaires biélorusses pendant le conflit ukrainien. Selon Wasylisa Trofymowycz l'ex attaché de presse des bataillons du Dniepr-1 et Donbas 80% des étrangers dans les bataillons de volontaires étaient russophones et motivés par la situation politique dans la region: - De nombreux étrangers ont-ils servi et servi dans des formations de volontaires? - Très nombreux Il y avait des Biélorusses, des Russes, des Polonais, des Géorgiens, des Tchétchènes, des Français, des Suédois ... Certains ne comprenaient même pas l'ukrainien ou le russe - ils venaient de se battre contre la Russie. - Est-ce que tout le monde avait la même motivation? - Géorgiens, Polonais, Tchétchènes oui. Et les Tchétchènes avaient l'expérience de la guerre, de grands spécialistes. Ils vivent à l'étranger depuis longtemps et beaucoup ont perdu tous leurs parents pendant la guerre en Tchétchénie. Les Biélorusses avaient une motivation légèrement différente. Ils se battent principalement pour la Biélorussie. Ils comprennent que tôt ou tard le pouvoir de Loukachenko s'effondrera et que la Biélorussie deviendra la prochaine cible de l'intervention russe. C'est pourquoi la Russie doit être arrêtée maintenant. - Selon vos estimations, combien de volontaires biélorusses ont participé à une opération de lutte contre le terrorisme de 2014 à 2018? - Plus précisément, les citoyens de la République de Biélorussie - Je pense que 400 à 500 personnes vont se rassembler. - Les Biélorusses sont le groupe le plus nombreux dans les bataillons de volontaires? - Au moins un des plus nombreux. Les Biélorusses, les Géorgiens, les Tchétchènes et les Russes - la plupart d'entre eux. https://belsat.eu/pl/news/ukraine-uratowaly-bataliony-ochotnicze-wywiad-z-autorka-ksiazki-dobrobaty/
  22. Chef adjoint du ministère des Affaires étrangères: Protasewicz n'a pas demandé l'asile, mais une protection internationale et l'affaire a été abandonnée. - ... M. Roman Protasewicz n'a pas obtenu l'asile en Pologne, car il n'en a pas fait la demande. Il n'y a pas de demande de ce type au ministère des Affaires étrangères. Il a demandé une protection internationale, mais a par la suite cessé de s'y battre, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Marcin Przydacz sur TVN24. Il a ajouté qu'en Pologne, une protection internationale a été accordée à plusieurs dizaines de militants de l'opposition biélorusse, auxquels les services polonais assurent actuellement un niveau de sécurité adéquat. Protasewicz a demandé une protection internationale. C'est un instrument légèrement différent. S'il avait demandé l'asile, la demande aurait été adressée au ministère des Affaires étrangères. Il s'agissait cependant d'une protection internationale, de sorte que l'affaire a été traitée par le Bureau des étrangers, qui ne lui a pas refusé la protection, a déclaré Przydacz. ... - Il n'y a pas eu de réponse négative de l'Office des étrangers. La procédure a été abandonnée en raison du fait que M. Protasewicz a cessé de rechercher ce statut et a cessé de se présenter aux séances obligatoires. Plus tard, il est parti pour la Lituanie, la demande est donc devenue superflue. Lorsqu'il est parti pour la Lituanie, Protasewicz était déjà protégé par l'État lituanien - a-t-il expliqué, ajoutant que l'Office des étrangers avait traité le cas de Protasewicz pendant environ 2-3 mois. ... Przydacz a également assuré que de nombreux militants de l'opposition qui ont quitté la Biélorussie pour la Pologne ont obtenu une protection internationale. Comme il l'a dit, il y a plusieurs dizaines de ces personnes. - Toute personne menacée de sanctions pour des raisons politiques ou susceptible de faire l'objet d'une répression est soumise à la protection de l'Etat polonais. Tant que M. Protasewicz était en Pologne, il ne lui est rien arrivé. D'autres militants de l'opposition, grâce à la précaution des services polonais, sont en sécurité pour le moment. https://wiadomosci.gazeta.pl/wiadomosci/7,114881,27127012,wiceszef-msz-protasewicz-nie-wystapil-o-azyl-a-o-ochrone-miedzynarodowa.html
  23. "Protasewicz, co-fondateur et ancien rédacteur en chef des chaînes NEXTA et NEXTA Live, suivies par près de deux millions de personnes dans le messager Telegram. ... Protasewicz a quitté la Biélorussie en 2019, grâce à la coopération avec la chaîne NEXTA. Plus tard, il en est devenu le rédacteur en chef. L'année dernière, avec le créateur de l'ensemble du projet, Sciapan Puciła (il s'appelle NEXTA), ils ont rendu compte des élections présidentielles en Biélorussie et des manifestations qui ont suivi. Grâce à leur travail, le public (également international) a reçu des informations sur les activités de la milice biélorusse, qui a brutalement pacifié les manifestations des opposants d'Alyaksandr Lukashenka et procédé à des arrestations massives." https://wiadomosci.gazeta.pl/wiadomosci/7,114881,27118328,w-minsku-zatrzymano-ramana-pratasiewicza-w-2020-r-rezim-lukaszenki.html
  24. HIMARS pour la Pologne a été acheté avec des missiles ATACMS, le successeur n'est donc nécessaire actuellement. De plus, les Américains ont refusé d'installer un système de contrôle de tir polonaise Topaz. Il y a seulement AFATDS, qui permet de tirer avec les données fournies par les Américains. L'avenir de l'artillerie de roquettes est incertain. Et les missions anti-navires en Pologne sont effectuées par le missile NSM norvégienne, donc pas de place pour PrSM.
  25. L'escalade de la tension est bonne pour la Russie. Si la Biélorussie est isolée, il sera possible l’anschluss plus rapide. Sans réagir, cela montrera la faiblesse de l'Occident. En tout cas, la Russie est en train de gagner.
×
×
  • Create New...