Xavier

Members
  • Content Count

    227
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Xavier last won the day on September 16 2018

Xavier had the most liked content!

Community Reputation

406 Excellent

About Xavier

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Donc c'est bien ce que je pensais, dès qu'une personne est en désaccord, ça sanctionne. Après quelques mois ici, j'accepte de vous laisser "entre vous" à vous convaincre mutuellement que vous avez raison, ceci sera mon dernier message, un membre de moins, pas grave, je suis sans doute bien un des rares à avoir plus de points que de messages publiés, c'est sans doute que je raconte de la merde, des conneries sans importances. Allez ciao la petite équipe, vous pouvez supprimer mon compte.
  2. Mettez cela en parallèle du reste de mon commentaire évoquant la volonté des forces du golfe de limiter leur empreinte sur le terrain. Je ne dis pas que pour les occupants sous l'épreuve du feu, qu'ils se disent "on laisse le véhicule" par ce qu'il est jetable, mais que du point de vue tactique la récupération de ce genre de MRAP n'est pas en vigueur comme il pourrait l'être chez nous, ou on récupère tout, même détruit (car on a les moyens de dépannage intégrés ou à proximité). Ces blindés sont du jetable pour eux, qu'ils s'en achètent 1000 ou 2000 en plus pour faire tourner leur usine locale, ils s'en foutent ils ont les moyens, ils ne vont pas s'amuser à réparer ou remettre en condition des véhicules de ce type touchés au Yémen. Je rappel que je répond par rapport à une interrogation du pourquoi ils abandonnent leurs véhicules sur place. Et il faut l'avouer, très souvent les véhicules que les Houthis incendient ne sont pas entourés de corps, ils ont fuis et parfois ils sont juste partis, pas forcément qu'ils ont été vaincus, une mine qui fout en l'air un véhicule, ben ils sortent tout le monde et se cassent, ensuite les Houthis viennent derrière pour se filmer autour du véhicule en criant "victoire" puis en le brûlant. Mais dans un scénario ou ce serait nous, ben le véhicule on l'aurait repris voir exploser sur place pour éviter qu'ils ne servent de "trophées" à l'ennemi. Non justement, je dis qu'il ne faut pas sur interpréter les images de propagandes d'un camp par rapport à l'autre en imaginant que les pertes ne sont que d'un côté et qu'elles seraient massives. Je le redis, oui les saoudiens ont des pertes, mais considérez ces pertes comme étant le signe que la guerre est perdue et qu'ils ne gagneront pas, c'est tomber dans le piège d'une propagande, ce qui faut bien se garder, perdre des batailles (si tant est qu'un tir de missile ou un IED en soit une) n'est pas perdre la guerre. Alors bien entendu ça peut conduire à perdre la guerre, mais nul n'est prophète entre vous et moi et c'est bien vous qui voulez voir une défaite saoudienne sur ce conflit en évitant d'imaginer une réussite sur le long terme. Moi je rappel que les Houthis restent isolés et doivent se contenter des armes qu'ils ont en stocks, il n'y a pas un voisin comme en Syrie ou en Afgha qui font passer la logistique, n'ignorons pas cette réalité sur le long terme d'une guerre, idem pour la pression alimentaire/humanitaire, une guerre ce n'est pas juste le nombre de véhicules brûlés devant une caméra qui compte, il y a beaucoup de facteurs. Le port d'Hodeida est un objectif mais il n'a jamais été pleinement pris. Pas tant que les Houthis infligent pleins de pertes en face, mais aussi par ce qu'il y a une pression internationale bien présente et que si une bataille s'engage, le risque de voir l'aide de l'ONU bloqué est réel et le drame humanitaire qui suivrait se répercutera sur la coalition arabe déjà qu'aujourd'hui la provenance de chaque arme, chaque munition utilisés au Yemen se répercutent dans les sociétés occidentales. Je n'ai pas dis qu'il s'agissait de quelques enclaves, je dis qu'ils sont totalement enclavés et coupés du monde, donc de tout pays pouvant leur amener des armes pour "durer". Ils usent leurs stocks, c'est un fait, sauf si vous me démontré que malgré le blocus, l'Iran arrive à faire passer des armes. Cette "usure", il faut l'avoir en tête, le "long terme" que j'évoque, c'est celui là, les saoudiens ou les émiriens eux ils s'achètent leurs armes, eux ils recomplètent leurs stocks, ils ont l'argent. Certes les pertes humaines pèsent sur le moral, mais comme je le disais, la stratégie saoudienne repose essentiellement sur des locaux et les pertes saoudiennes sont essentiellement à la frontière du pays. C'est ce que je disais, les escarmouches Houthis se font à la frontière Saoudienne, mais ils n'occupent pas le terrain, c'est du harcèlement sur des postes isolés qu'ils font, qu'ils choisissent. La réalité stratégique, même si vous ne l'acceptez pas, que vous essayez de ne pas l'avouer, c'est que les Houthis, peu importe qu'ils lancent des attaques et qu'ils font du bilan en face, ben ils perdent du terrain. Certes ce n'est pas une blitzkrieg de toute façon c'est une guerre d'usure et il n'y aura pas vraiment de victoire pour l'un comme pour l'autre, entendez par là qu'il n'y aura pas de paix au Yémen et pour les saoudiens l'objectif est de réduire l'influence et la puissance des Houthis, d'installer un pouvoir "obéissant" qu'ils soutiendront pour maintenir la pression sur les Houthis. Le Yémen a été, il est et il restera un pays profondément divisé. Le coeur des yéménites ne va pas se retourner à la faveur des saoudiens. Là aussi il faut bien prendre en compte l'aspect local qui a une importance crucial pour la stratégie saoudienne, car ce ne sont pas les saoudiens qui vont administrer ou contrôler le Yémen. Je dis que lorsqu'ils auront le ventre vide, la population qui est indécise, ou pourraient balancer trouvera intérêt à rejoindre un camp qui permet de remplir ce ventre. De la même manière que des groupes locaux peuvent se retourner contre les Houthis s'ils estiment tirer meilleur profit ailleurs. Superficiels? C'est votre manière de traiter les arguments qui vous déplaises? Moi aussi je pourrai considérer votre argumentation comme superficielle et ne considérez pas que si vous avez longuement débattu ici pour forger votre opinion que nul ne peut venir perturber, que moi comme d'autres soyons des petits lapins de 6 semaines qui ne connaissent rien et qui ne comprennent rien. Cela passera comme une lettre à la poste dès lors que la modération ne finisse pas par menacer de passer au rouge contre ceux qui n'expriment pas la bonne "approche" dans laquelle certains se sont confortés entre eux. Moi personnellement que les Saoudiens se prennent des branlées au Yémen, je m'en cogne totalement, ça me fait ni chaud ni froid. Vous par contre, la simple énonciation d'une possible réussite saoudienne semble vous agacer, inacceptable d'en parler sans les mépriser, défiance envers les médias pro-occident étant donné que votre défiance à mes commentaires semblent à vos yeux s'y rapporter, une défiance qui fait que pour vous, le conflit au Yémen ne peut s'analyser qu'au travers un seul prisme, les vidéos des Houthis montrant les pertes qu'ils infligent en face ou bien entendu on ne voit jamais un seul mort chez eux. Si pour vous, voir un camp infliger des pertes à celui d'en face est suffisant pour vous faire une idée de qui gagne et qui perd, que tout le reste est superficiel, c'est que visiblement vous n'avez pas assez fouiller dans les archives de l'Histoire pour comprendre la propagande, pour comprendre que subir des pertes dans une guerre n'a rien de choquant (l'esprit de la guerre zéro mort/perte, une maladie occidentale ) , on parle de chiffres relativement faibles (1000 morts chez les saoudiens), combien de Houthis morts? Vous le savez? Vous vous y êtes intéressé avec autant de passion que pour les pertes saoudiennes? L'armée saoudienne n'est pas saignée et ses pertes matériels sont dérisoires et n'handicapent pas leur armée, car ils iront acheter pour des milliards de quoi renouveler. Pour ceux qui n'aiment pas les saoudiens, voir un char se prendre un missile donne peut-être un sentiment plaisant, on s'imagine que l'armée saoudienne "s'affaiblit", mais non, le rythme de ces pertes est faible, très faible pour impacter le potentiel réel, faut pas trop s'exciter sur ces véhicules qui sont incendiés par les Houthis, il n'y a qu'eux pour en faire de grandes victoires pour la propagande.
  3. La question qu'il faut se poser c'est: "Qu'est ce qu'un nouveau char apportera de plus que ne peut faire un Léopard 2 ou Leclerc dans leurs dernières versions?" Si on se lance dans un nouveau produit c'est qu'on compte tout de même faire évoluer un peu le "concept", d'autant plus que les quantités commandés sont faibles. Le nouveau "concept" peut lui se résumer à répondre à cette question: "Ce nouveau char pour quoi faire?" Cette question est intéressante et représente à mes yeux tout l'enjeu du ce futur char. Faut-il juste un nouvel engin pour faire demain comme on faisait hier et aujourd'hui? Faut-il voir le char comme un véhicule antichars adverses? ... Selon moi, on ne peut pas continuer à considérer le char sur une base guerre froide, c'est à dire que le char symboliserait une dissuasion terrestre qu'on opposerait aux chars soviétiques dans l'optique d'un duel sur un champ de bataille et ou l'on rechercherait à avoir le "meilleur" des deux en augmentant le blindage, en modifiant l'armement etc. A l'heure ou l'on constate que l'abondance et la sophistication de moyens (missiles) anti-chars portatifs retire tout avantage blindé dont les chars (qui sont souvent immobiles) il serait bon d'en tirer une leçon. J'estime qu'il serait judicieux que le nouveau char soit une sorte "d'appât" capable d'encaisser les coups par une forte protection, dont celle qu'on nomme "hardkill" qui vient frapper un missile ou une roquette avant qu'il n'atteint physiquement le porteur. Un système performant de ce type couplé à d'excellents capteurs pour les détecter et désigner l'origine du tir. Une capacité d'observation à 360° (mat) et une bonne conduite de tir. Un armement secondaire téléopéré est lui aussi indispensable. La liste peut être très longue, mais je pense que la base de réflexion doit dévier de l'idée de vouloir se confronter au dernier char russe T-14, comme s'il serait la "cible" à détruire, non il faut voir le char dans un contexte bien plus large ou le char adverse est une menace parmi d'autres et ou il vaut mieux se prémunir des missiles que des canons adverses ou la majorité des chars qu'on rencontre ne sont pas des T-14 ou même des chars modernes, ou l'essentiel de ces chars peuvent se traiter avec un MMP. Oui pour moi, c'est le missile anti-char qui doit être la menace à contrer pour le nouveau char, c'est même lui qu'on doit chercher en forçant l'ennemi à l'user sur les chars et non sur les blindés qui viennent derrière (VBCI, VBMR etc...) sans défense.
  4. Image du tueur, il a l'air bien "russe", un ado en perdition comme il y en a beaucoup, certains se réfugient dans la délinquance, la drogue, les extrêmes partent chez Daesh, se suicident ou s'inspirent de Columbine, ce jeune s'est suicidé dans la bibliothèque. Je sais qu'il existe un film qui retrace les deux tueurs de Columbine, ça peut inspirer, d'autant plus qu'il semble avoir lui aussi fait sa préparation et sa sortie dans les toilettes de la cantine... Je peux aussi mettre la photo de lui allongé après son suicide dans la bibliothèque, mais je pense qu'on a pas besoin de ça pour comprendre.
  5. Moi j'ai surtout l'impression que vous n'aimez pas un point de vue différent du vôtre, que vous voulez que tout le monde accepte le vôtre et que votre ancienneté ici vous a fait prendre le melon en imaginant être la référence à ne pas contredire et à donner des leçons de vérités aux autres. Pourtant, dans ce que j'écris, il n'y a rien de faux, ou alors vous voulez volontairement mal l'interpréter. Votre réponse qui suit ne vient en rien contredire ce que je dis, j'ai bien évoqué que les raisons de l'abandon sont "un problème d'organisations et de tactiques, absence de soutiens et de moyens de dépannage rapide, un ensablement est vite arrivé, convois ou dispositif trop faible (y compris aérien) pour tenir la position une fois sous le feu ennemi". Que vous, ensuite, venez expliquer plus en détails les raisons d'une mauvaise tactique, d'accord, c'est une contribution que vous pouvez amener, mais en aucun cas cela ne contredit quoi que ce soit de ce que j'ai noté. Ensuite je ne fais nullement l'éloge des saoudiens, alors gardez vous bien de votre "conservato-saoudo-US compatible. Pour avoir plusieurs fois, en France comme dans le Golfe, côtoyés et m'être entraîné avec des qataris, des Émiriens, je sais ce que leurs armées, du moins, leurs hommes et leur comportement valent c'est à dire pas grand chose, même s'ils ont les moyens matériels. Un système de castes qui déterminent la responsabilité et l'autorité, qui impose ou non le respect, à l'image un peu de leur société entre locaux (peu nombreux qui profitent de tout) et travailleurs étrangers (très nombreux) qui subissent tout. Des locaux attirés par l'armée car se faisant offrir une maison, une voiture et un salaire de plus de 6000€ par mois, mais surtout un tremplin pour ensuite monter une entreprise, ils ne vont pas à l'armée par amour des armes ou dans l'idée de combattre, mais de profiter de certains privilèges. Alors pensez bien que mourir au combat est une chose "à éviter" qu'ils refusent parfois ouvertement (même par démission) et que ces armées du Golfe ne peuvent tout simplement pas employer leur armée comme nous le faisons, qu'ils se doivent d'avoir des locaux pour mener le combat et subir les pertes, qu'ils privilégieront toujours d'envoyer des armes que d'y aller. En Arabie, c'est un peu moins clivés qu'au Qatar ou aux EAU, il y a une base de "défavorisés" qui permet de constituer le socle de l'armée et qui ne rechignent pas l'engagement, par ce qu'ils n'ont pas le choix (les chefs restent à l'arrière), mais il y a là aussi de nombreuses limites qui fait que chez eux, le soutien indirect et l'utilisation de proxys (même d'autres armée comme au Soudan que vous mentionnez) reste et restera l'option numéro un. Quand j'évoque les véhicules mises en scène par le Houthis, systématiquement "incendiés", imaginez vous que je vois cela sur TF1 et autres médias officiels "pro-Ouest"? Vous manifestez ouvertement une certaine défiance de crédibilité envers les médias officiels "pro-ouest..." en prenant comme référence la machine de propagande militaire des Houthis, pour une leçon de vérité, c'est bien vous et non moi qui commencez avec un parti pris évident qui est celui ou vous donnez plus de crédits à un camp qu'à un autre qui est presque une source d'informations à éviter. Désolé pour vous, mais non, mes sources sont multiples et variées, mais je ne me focalise pas sur les images des Houthis pour résumer cette guerre comme vous me faîtes l'étalage de ce que vous avez vu et d'où vous en tirez une conclusion que nul ne pourrait venir contredire. Ensuite je fais surtout un constat sur l'attitude au combat entre la coalition arabe au Yémen et nous en occident. Celle ou nous, on a une "culture militaire" ou on ne laisse rien à l'ennemi, ou l'on ne laisse pas un blessé derrière par ce qu'il est un boulet dans la retraite. Car on sait qu'en face, les prises de guerre servent à la propagande, comme les Houthis le font, leurs vidéos ne se font pas au hasard et elles ont toutes vocation à se retrouver sur internet, pour donner un "ressentiment" à celui qui la regarde, celui ou ils en foutent pleins la tronche à ceux d'en face (c'est bien un peu ce que vous dîtes), à donner le sentiment d'une guerre "perdue". Moi je dis également, que pour ceux qui ne font que de se fier à ces images de propagandes d'un seul camp, que ce n'est pas la réalité stratégique de la guerre que vous observez, c'est une réalité du terrain mais ce n'est pas cela qui fait ou non la victoire sur le long terme. Le sentiment de perdre la guerre ou que cette dernière ne mène à rien d'autre que subir des pertes peut être trompeur dès lors qu'on comprend que ce sentiment est instrumentalisé de part et d'autres.Vous dîtes que les Saoudiens se prennent des tuiles et subissent des pertes, oui bien entendu, la guerre est ainsi, mais le sentiment ou la moindre perte s'apparente à une guerre perdue doit être relativisé car ce sentiment fait perdre la confiance aux spectateurs d'une guerre, aux politiciens, à l'opinion public alors que sur le terrain le rapport peut être (pas forcément le cas du Yémen) de 1 mort contre 10 en face. La France a "perdue" la guerre d'Algérie, mais est-ce le sentiment de perdre la guerre en rapportant tous les jours nos nouvelles pertes ou la réalité d'une succession de défaites militaires ou notre armée était totalement dépassée? Aujourd'hui peu importe qu'on inflige 100 morts en face, l'image d'un seul de nos morts suffit à alimenter le sentiment d'échec, d'humiliation, de défaite qui pousse l'opinion publique ou politique (opposition) à vouloir "rentrer". Dans toutes les guerres, il y a la stratégie et il y a la tactique. Au Yémen, peu importe les tactiques des Houthis pour infliger des pertes aux Saoudiens, peu importe la mauvaise tactique des militaires Saoudiens (c'est eux qui assument leurs pertes), on ne peut nier que stratégiquement les Saoudiens (et alliés) restent dans une position avantageuse face aux Houthis sur le long terme (du moins tant qu'ils maintiennent leur effort militaire). Pourquoi je dis cela? par ce que les Houthis sont presque en état de siège, que si hier l'Iran livrait des armes, aujourd'hui ce n'est plus le cas et les Houthis utilisent ce qu'ils ont dans les stocks et viendra un moment qu'on peut qualifier de "rupture", ce moment ou les armes tels que les missiles balistiques, les missiles anti-char ne seront plus présents au combat, qu'il ne restera principalement que des armes types kalash/mitrailleuses qui demandent de prendre des risques face à une menace blindée qu'on pourra "traiter" qu'en dessous de 200-300m via des roquettes type PG7 avec une précision relative aux compétences du tireur et à la chance et ou l'IED/mine restera utile à la défense mais ne donnera aucune initiative offensive. La pénurie alimentaire et la capacité de la coalition à la contrôler (la prise d'Hodeida la renforcera) lui donne un levier important pour isoler les Houthis et négocier avec des groupes armés alliés ou dissidents des Houthis. La population malheureuse, si au début, le ventre à moitié vide peut éprouver un sentiment d'animosité (parfois guerrière) envers celui qui la prive de la nourriture, généralement, elle finit toujours par écouter son ventre vide avant son esprit. Que cela vous déplaise par ce que vous n'aimez pas les Saoudiens, c'est votre problème, mais stratégiquement parlant sur le long terme, si l'effort militaire se maintient, leurs atouts stratégiques (isolement des Houthis) risque d'être gagnante, même si ça prendra encore plusieurs années (ils ne sont pas au Yemen à mener une blitzkrieg avec énormément de moyens, ils jouent largement sur un appui à des forces locales) et pour vraiment "taper du Saoudien" les Houthis doivent les chercher à la frontière ou envoyer des missiles balistiques et vous savez comme moi qu'une grande partie de leurs vidéos qu'ils publient, ce sont des attaques de postes frontières ou d'attaques (parfois en territoire Saoudien) d'unités militaires en patrouilles sur cette frontière. Dans le pays (Yemen) c'est avant tout des proxys locaux qui font les offensives, dotés de nombreux blindés (ou tacticals) fournis par les pays du Golfe, même si parfois et souvent directement soutenus par ces pays, il convient aussi de ne pas faire passer ces groupes locaux pour l'armée Saoudienne même si dans la propagande Houthis on aime le faire ou laisser entendre que (...). D'ailleurs la stratégie des Houthis c'est de tenir ses positions dans le pays et d'être offensif à la frontière Saoudienne et en toute franchise, dîtes moi si en terme de territoires, la coalition saoudienne avance ou recul sur les Houthis? C'est peut-être lent, c'est compliqué, mais les Houthis n'avancent pas et l'usure de la guerre, ils la subissent de plein fouet, faut pas croire que les pertes ne sont que d'un côté, d'ailleurs pour votre impartialité, pouvez vous également argumenter aussi fortement sur les pertes Houthis que sur celles des Saoudiens? En Syrie aussi il y avait "pléthores" de vidéos ou l'on voyait l'armée syrienne se prendre des coups, combien de centaines de blindés avons nous vu s'envoler? LARGEMENT plus que chez les Saoudiens ou même s'il y a quelques vidéos symboliques ou l'on verra quelques attaques sur un char Abrams, un Bradley ou autres, vous n'en avez quand même pas des centaines et elles ne résument pas toute la guerre qui se passe au Yemen. Pour les Houthis, comme Daesh ou d'autres groupes "non étatique" en Syrie et ailleurs, on a dans les unités, toujours un monsieur "images" et ils ne montrent bien entendu que leurs succès et si en face on a pas de monsieur "images" faisant le même travail de propagande (même si vous pouvez toujours avoir des types qui sortent leur portable), ça ne veut pas dire qu'ils ne subissent rien. * Honnêtement de vous à moi, j'ai plutôt l'impression que c'est vous qui ne supportez pas qu'on critique la Russie, l'Iran ou leurs intérêts étant donné que vous intervenez d'une manière à les défendre au nom de l'impartialité. On peut critiquer les Saoudiens comme on peut critiquer les Houthis, mais si je fouille dans les commentaires, vais-je tomber sur un de vos commentaires critiquant les Houthis? Vais-je vous accuser d'être anti-occidentale, anti-américain ou pro-russe, pro-iranien par ce que vous critiquez l'Arabie Saoudite? Non, alors gardez vous bien là aussi de vouloir catégoriser les gens par ce qu'ils émettent une critique qui n'entre pas dans votre propre idéal et dans votre conviction "personnelle". Vous ne représentez que votre propre personne et votre personne n'est pas au dessus d'une autre, c'est une vérité, peu importe qu'il y ait "modérateur" sous votre nom, la modération doit être neutre et non idéologique, vous devez imposer le respect en respectant les autres, vous devez être un exemple à suivre dans les conversations et cela passe par l'acceptation d'une pensée ou d'une formulation contraire à ce que vous faîtes. Reprenez moi si j'insulte, reprenez moi si je menace, reprenez moi si je manque de respect à quelqu'un, mais surtout gardez vous bien de me reprendre sur ce que j'écris, soit vous assumez correctement votre rôle de modérateur (écrire "putain" avec des étoiles n'est pas de la modération) , alors vous acceptez, voir vous vous éloignez du débat d'idées qui ne rentre pas dans votre perception des choses, soit vous devenez simple membre pour débattre des idées en voulant imposer votre vérité. Modérer n'est pas soumettre tout le monde à la même vu d'esprit, il y a autant de vérités qu'il y a d'individus. Vous avez des connaissances, c'est indéniable, mais cela ne fait pas de vous un donneur de leçon par ce que votre esprit a construit une logique qui est devenu pour vous la vérité. Naturellement si j'ai écris tout cela, c'est surtout par ce que j'ai une vision non participative (autre que des infos bruts) et non donneuse de leçon d'une personne devant gérer la modération, c'est un rôle à part. Le tutoiement est également un manque de respect et un mépris quand il s'utilise dans un rapport non amical. Ce n'est pas en voulant vous placer comme le patron qui tutoie ses employés en exigeant le silence que vous obtiendrez mon respect en tant que "modérateur". Bien entendu, étant donné que je suis une personnes qui pardonne et qui est tout a fait capable de bien m'entendre demain avec mes ennemis d'hier, libre à vous de privilégier, là aussi dans un esprit de "modération", la bonne solution relationnelle à entretenir avec moi et la communauté du site en général, qu'il convient d'élargir pour l'enrichissement, plutôt que vouloir la restreindre en faisant fuir certains membres jugés avec mépris "non conforme" par ce qu'ils n'écrivent pas ce que la modération juge "conforme" à la réalité qu'elle souhaite voir dominer. Attention donc de ne pas reprocher aux autres de faire ce que vous faîtes, surtout en tant que "modérateur". Je dis cela sans animosité.
  6. A c'était ton Famas que j'ai retrouvé au bord d'une route à côté d'un GPB? T'as gardé la bouffe quand même? Mais je rejoins votre réponse, je n'ai pas connu un seul concours de celui qui porte le plus lourd, au contraire, c'était à celui qui optimise le mieux son sac (place et poids), de la fragmentation de la ration à l'équipement/bouffe perso (ahh les nouilles chinoises ...) tout militaire ayant réalisé de longues marches le sait, être et durer impose des choix.
  7. Il est bien parfois de rapporter les problèmes sur les matériels étrangers, car on a souvent trop tendance à parler que de nos problèmes et à penser que nous sommes les seuls à en avoir et que nos industriels sont mauvais, qu'on ne sait pas faire, etc...
  8. Merci de le préciser, vous et moi ne nous connaissons pas, votre intervention m'a rappelé des débats que je pouvais avoir avec certains qui défendaient l'idée du "tous terroristes" d'Assad et alliés contre l'idée occidentale de rebelles modérés seraient une invention. Le conflit syrien et multiples, il a différentes phases, avec différentes interventions internationales et on ne peut pas vouloir le simplifier comme le combat du bien contre le mal, ou Assad aurait toute légitimité de faire des malheurs dans son pays pour conserver sa place par ce qu'on se dit qu'il n'a pas le choix face au terrorisme.Le terrorisme djihadistes est une conséquence d'un conflit civil ou la cause est toujours, encore aujourd'hui symbolisé par Assad. Personnellement je dirai même qu'aujourd'hui il faut faire la distinction entre rebelles alliés des turcs (avec une tutelle évidente) qui hier pouvaient être qualifié de "terroristes" par Assad ou les russes et les groupes que les turcs ne peuvent contrôler et qui seront déclarés indésirables, comme terroristes. Car la Syrie c'est un "gâteau" qu'on se partage entre différente puissance étrangère et ce qui se passe à Idlib, c'est avant tout la Turquie qui négocie sa part avec la Russie, Assad lui est un peu le "fou" de l'échiquier, il a son ambition de reconquête mais il est contraint d'exécuter la stratégie russe et à Idlib c'est bien ça qui se fait. La bataille d'Idlib était clairement engagée, elle allait se faire et ce sont les turcs qui ont dis "non" à la conférence de Téhéran. Ils ont négociés par la suite un accord avec les russes, qui est d'une certaine manière la mise sous tutelle d'Idlib par la Turquie avec une politique de désarmement. Actuellement de nombreux groupes djihadistes ont refusés de le faire et on risque de voir venir deux scénarios, le premier c'est que la Turquie agisse militairement contre eux à l'aide de ses alliés locaux afin de garantir son contrôle sur la région et la zone tampon négociée, le second serait que la Turquie se résigne et choisisse de laisser l'armée syrienne et alliés mener une opération militaire, ce qui pourrait réduire le territoire actuel (au profit d'Assad) en affaiblissant les groupes djihadistes qu'elle ne contrôle pas pour ne laisser qu'une bande plus ou moins large aux frontières de la Turquie sous contrôle d'Ankara afin d'éviter les réfugiés et autres. Mais pour moi, je pense qu'Ankara agira contre ces groupes, même s'il faut le dire, une telle stratégie risque de lui donner un retour de bâton surprenant pouvant faire embraser (avec les turcs au milieu) la région Idlib de l'intérieure et cela serait tout bénef pour le "camp" pro Assad qui verrait comme depuis le début du conflit ses ennemis s'affronter entre eux. Mais bon, si après la Turquie gagne, ben ce sera bien compliqué de la dégager, mais je pense que les russes sont prêts à accepter un découpage de la Syrie pour maintenir leurs positions et éviter de se faire des ennemis, même si au Kremlin on préférerait voir Idlib aux mains d'Assad, on préfère aussi rester en bon terme avec l'incontournable voisin turc. L'occident dans ce jeu là, ne fait pas grand chose et ne fera rien en cas d'offensives. l'AFP ne prépare aucun esprit et reste une agence indépendante de l'état français, elle n'est pas la voix "officielle" de l'Élysée ou une propagande d'état, en dehors des anti-systèmes défendant d'autres propagandes, chercher un "contrôle" politique sur l'AFP c'est du n'importe quoi. D'ailleurs la bonne question aujourd'hui et sur de nombreuses choses, c'est de se demander si chez nous, ce sont les politiciens qui influencent ou imposent des choses aux médias ou si ce sont les médias qui finissent par imposer aux politiciens leurs perceptions des choses. Le conflit syrien a été confus depuis le début et les manipulations d'opinions nombreuses. Faire passer tout pays s'opposant à Assad comme un allié des terroristes, c'est une manipulation sur la perception du conflit qui est courante, c'est la stratégie du "tous terroristes" voulant faire oublier tout les "à côtés" non terroristes/djihadistes. Si on peut reprocher aux médias occidentaux d'avoir parfois fermer les yeux sur la montée du terrorisme au profit de l'esprit "révolutionnaire" des rebelles, mais il est tout aussi bien de constater que dans la propagande d'en face on ne fait que parler de "terroristes" en évitant à tout prix de parler d'une autre opposition, qui serait plus respectable, qui mènerait un combat politique contre Assad, non jamais nous n'avons vu cela, cela a toujours été mépris, toujours l'amalgame au terrorisme (la moitié de la Syrie serait des terroristes!), toujours faire passer que tout cela vient de "l'étranger" afin de faire croire que la société syrienne n'est pas opposée à Assad. Ignorer cette opposition syrienne (je ne parle pas là juste des types armés qui combattent) c'est un énorme problème pour trouver une paix sur le long terme. Gagner la guerre, c'est ce qu'ils font, gagner la paix, ils n'y ont même pas encore pensé car de toute façon on va préférer un régime autoritaire qui mènera le pays d'une main de fer en éliminant toute contestation, que de chercher un "compromis" pour calmer les esprits. La Syrie on en parlera encore dans 15 ans. La position occidentale repose actuellement sur ses positions dominés par les USA sur l'Est du pays (zone des FDS) et se fera sur la négociation, avec Assad pas d'aide à la reconstruction (ni les russes ni les iraniens n'ont l'argent pour relancer le pays, ce n'est pas pour rien que depuis des mois ils essayent de trouver des soutiens à Bruxelles comme à l'ONU), avec les iraniens pas de désengagement et pas de négociations pour une "réunification". Idlib ne vaut rien, à part vouloir éviter un drame humanitaire (réfugiés) ou maintenir un moyen de pression militaire en plus dans les négociations (même aux mains des turcs), ils n'enverront pas de Scalp. Je ne sais pas non plus pourquoi juste avant l'offensive, la presse russe s'était lancée dans une polémique chimique afin de faire réagir les occidentaux, mais ça devait sans doute être un test pour voir leurs limites, mais comme dit, ce sont les turcs qui ont posés le blocage. L'occident attend la phase "négociation" et quand les armes ne pourront plus parler, quand la situation intérieure sera lamentable et nécessitera une "ouverture" pour éviter un nouvel éclatement qui favorisera le terrorisme (au vu des quantités d'armes dans le pays, les couteaux dans le dos et autres attentats peuvent pleuvoir) , ben l'occident pourra imposer ses conditions et pourrait contraindre la Russie d'oeuvrer dans leur sens, soit en poussant les iraniens dehors, soit en poussant Assad dehors. Si Assad avait besoin d'armes et de bombes pour se maintenir et gagner la guerre, les russes et les iraniens pouvaient combler ce besoin, mais pour gagner la paix, il faudra de l'argent, il faudra une ouverture sur le monde et ça, ni à Moscou ni à Téhéran on peut le donner sans l'occident et ce ne seront pas les quelques investissements ou accords symboliques qu'ils feront qui fera avancer le schmilblick.
  9. On prépare doucement l'opinion publique? Vous avez rater certains épisodes je crois, ou alors c'est avec un peu de mauvaise foi que vous intervenez. Au début du conflit, l'occident a soutenu les opposants à Assad, si en 2012 (et l'après coup est toujours facile) émettre une critique sur un certain renie de la présence djihadistes, voir d'une certaine acceptation car on la voyait comme marginale. Mais par la suite, avant même qu'il y ait Daesh, en occident on évoquait déjà les djihadistes, on s'en inquiétait, la confusion sur le terrain imposait de faire le distinguo, c'était le moment ou on classifiait les rebelles de "modérés" et les autres, ne me dîtes pas que ce n'est pas vrai. Ensuite, plus les groupes djihadistes prenaient le dessus, notamment via l'arrivée et la conquête de Daesh, l'occident se tourna largement vers les forces kurdes et le combat contre Daesh en abandonnant grandement son soutien a quelques groupes modérés qui on l'avait vu, se faisaient pour la plupart submergés par les islamistes et leurs armes finissaient du côté terroristes.Avec l'intervention russe, les occidentaux ont totalement abandonnés l'opposition à Assad, laissant faire et se concentrant sur les FDS et un combat focalisé sur Daesh. Si le Qatar, l'Arabie, la Turquie pouvaient encore soutenir certains groupes, que la prolifération terroristes nuisaient à ce soutien, que l'éloignement occidental leur faisait perdre un soutien diplomatique dans ce soutien, ben eux aussi ont finis par abandonner. Mais la Turquie, elle s'est engagée directement en Syrie et a pris sous son aile des dizaines de milliers de combattants. Donc les djihadistes, désolé de vous contredire, mais on ne fait pas que de commencer à en parler et à les trouver aujourd'hui. Vous êtes sans doute partisan de la vision Assad, celle du "tous terroristes", depuis le début elle n'a pas changé et elle a largement été manipulée pour transformer une guerre civile en une guerre contre le terrorisme et nul ne peut ignorer qu'Assad ait fait jouer le terrorisme contre les autres groupes dont le combat principal c'est de le renverser et non de créer un califat ou je ne sais quoi, le combat "contre Assad" reste un fondamental de toute cette guerre, on ne peut pas faire croire que ceux qui sont en face tiennent les armes juste pour le plaisir de faire des attentats ou je ne sais quoi. Pour certaines personnes de "l'après coup", l'idée du "tous terroristes" facilite leur analyse du conflit, c'est tellement plus simple que de vouloir essayer de démêler les noeuds. Pourtant si il y a 4 ans on accusait (Assad, russes, iraniens...) l'occident d'hypocrisie quand elle évoquait des rebelles modérés, constatons une chose, ces rebelles modérés qui étaient inexistants pour eux, qui étaient une invention occidentale pour continuer à soutenir le terrorisme, ben au final, qui aujourd'hui ne cessent de nouer des contacts, de négocier, de créer des accords, d'amnistiés à tout va? Au final serait-ce l'occident qui découvre qu'en fait il n'y avait que des terroristes ou alors Assad et ses alliés qui comprennent que leur stratégie du tous terroristes à qui on ne voulait laisser aucune chance est une erreur et qu'il y a bien des groupes politisés (anti-Assad) qui ne sont pas terroristes et avec qui on peut trouver un accord afin d'arriver à la paix? Ou est la logique dans le "tous terroristes" d'amnistier ceux qui se rendent s'ils seraient des djihadistes coupeurs de tête et poseurs de bombes? Ou est la logique de voir certains groupes rebelles rejoindre l'armée syrienne, comme pour laver une dette? Attention donc à ne pas juste vouloir voir les "virages" en occident, car il y en a également du côté de la position pro-Assad, dont l'hypocrisie du "tous terroristes" a depuis le début du conflit était l'excuse légitimant une force aveugle contre ceux qui voulaient renverser Assad, quitte à foutre dehors 1/3 de la population du pays. Le problème de cette tactique d'élimination de tout opposants (armés ou non) c'est le plus grand drame de la Syrie, ce sont ces millions de réfugiés considérés comme des moins que rien s'ils ne soutiennent pas Assad (imaginer Macron chasser tous ceux qui le détestent en prétextant être des terroristes, manipulés par l'étranger, d'être des non français qui combattent la France, en Syrie c'est un peu cela). Pour Idlib, le problème n'est pas de reconnaitre l'existence ou non de djihadistes, là on dirait que vous surfez sur le refrain d'il y a 4-5 ans dans le duel de positions pro et anti Assad, comme si encore aujourd'hui vous cherchez à donner raison à l'un sur le dos de l'autre. Le problème n'est pas de combattre ces terroristes là, l'occident ne s'oppose pas à une offensive pour les protéger eux, ils s'opposent contre la tactique mise en oeuvre partout dans le pays, celle ou l'on vide les poches de ses habitants et combattants hostiles. Cela fait depuis plus de 2 ans qu'on assiste au même procédé qui amenait les "victoires" à l'armée syrienne, celle de siège avec une pression militaire se soldant par un accord d'évacuation massive de tout ce qui vit par des convois de bus vers Idlib (le déversoir) et une armée syrienne triomphant sur des terrains sans âmes en se faisant passer pour des "libérateurs" alors qu'il n'y a que les soldats se filmant pour donner un sentiment de joie et que vous ne voyez jamais d'habitants les accueillir en sauveurs (pour voir cela, la TV d'état filmera un petit groupe dans les quartiers pro-Assad de Damas, Lattaquié et ailleurs, jamais sur zone). Vous ne trouvez pas étonnant de voir cela? Une armée et un régime qui dit libérer son pays du terrorisme mais qui n'est acclamée par personne (en dehors de quelques opportunistes qui ont préférés rester), qui pour libérer la population qui serait "victime" (bouclier humain) des terroristes, on la déporte avec eux... Non il serait bon de reconnaitre cette réalité, celle ou les zones libérées sont sans habitants, sans vies après libération, ou les millions de déplacés ne sont acceptés que s'ils acceptent de soutenir Assad, A Idlib, le déversoir, vous pensez qu'il se passera quoi? C'est le lieu ou tous les indésirables ont été envoyés, ou il y a 2 millions de réfugiés civils et sans oublier un à deux millions de locaux. Ces gens là n'attendent pas l'armée syrienne pour être "libérée" des terroristes, Assad ne veut pas non plus attaquer Idlib pour sauver et défendre ces millions de syriens là, il veut les dégager, il veut éliminer toute opposition à son pouvoir et Idlib que les turcs prennent 2 millions de plus, que 2 autres millions viennent en Europe, ça lui est égal, dirigé un pays de 5 ou 15 millions d'habitants ne changent rien. Si on se plaint d'une offensive sur Idlib, si la Turquie fait barrage (c'est elle qui s'oppose le plus) c'est par ce qu'on sait que la "cible" ce n'est pas juste les terroristes (eux ils sont le prétexte), c'est de vider cette poche à l'extérieure, c'est de nous donner des millions de réfugiés en plus, d'autant que cette émigration déstabilise l'UE de l'intérieur (montée des extrêmes...). Avant, dans toutes les zones d'offensives, il y avait toujours l'option Idlib pour une évacuation, là il n'y aura rien en dehors de la Turquie
  10. C'est surtout que la plupart de ces pays sont en décroissance démographique (je ne parle pas de l'émigration), c'est la même chose que chez les russes. En Allemagne c'est pareil, on aime voir le plein emploi, mais on oublie de voir que la baisse démographique joue un rôle et que actuellement les allemands cherchent de la main d'oeuvre partout, par les immigrés, comme chez les voisins. Ces derniers temps par exemple, les allemands prospectent énormément en France pour des travailleurs frontalier et ce manque de bras dans le pays le plus peuplé d'Europe, pourrait avoir un énorme impact sur le continent, on pourrait voir l'Allemagne absorber et donc concentrer chez elle un nombre important d'étrangers, d'ailleurs même pour son armée elle envisage l'incorporation de personnes venant de l'UE. L'Allemagne pourrait donc devenir une pompe aspirante vidant les pays de l'Est de plusieurs millions (oui millions) d'habitants. Rien que pour cela, j'estime que les allemands viendront un jour ou l'autre faire du forcing pour intégrer l'Ukraine, il y a là une masse de travailleurs à récupérer. Mais à côté de ce problème démographique émerge une extrême droite un peu partout qui est hostile de "l'étranger", qui ne veulent pas de "réfugiés" et "d'immigrants", ou l'UE en est le bouc émissaire. D'ailleurs c'est fou aujourd'hui de constater que l'opposition à l'UE, il est essentiellement tourné sur l'immigration et je pense que les britanniques n'auraient pas votés majoritairement le Brexit s'il n'y avait pas la "peur" du migrant. Pour les pays de l'Est, comme vous le dîtes, ils reçoivent plus qu'ils ne donnent, mais quitter l'UE c'est dangereux, ça peut satisfaire l'idéologie nationaliste, mais économiquement une catastrophe et l'UE n'est pas juste une affaire de contributions, c'est un rapport de force économique dans un marché unique. Aucun pays de l'Est n'est en mesure d'en sortir la tête haute, les anglais pensent sans doute limiter la casse, mais après le Brexit, le gouvernement valsera rapidement et leur sortie s'il était un "exemple à suivre" par les nationalistes il y a 2 ans, il sera demain l'exemple qu'il ne faut pas suivre pour les europhiles. L'UE doit être réformé, le risque n'étant pas du côté des petits pays de l'union qui suivrait un à un le chemin anglais, qui rappelons le, reste le pays qui a toujours été le moins européen possible, bloquant et s'opposant à de nombreuses choses, négociant à la baisse leurs contributions. Le risque il est du côté des grands pays, j'entends par là l'Allemagne, la France et l'Italie. Ce sont ces grands pays qui peuvent tourner dans un nationalisme (nourrit à diverses sauces) susceptible de foutre en l'air purement et simplement l'UE avec toute les catastrophes économiques (et autres) qui suivront et qu'on préfère ignorer (on sait ce qu'on gagne, jamais ce qu'on perd). L'Italie dirigée par des extrêmes est un peu axé contre l'UE actuellement, mais s'ils pourraient être la cause d'une crise économique touchant un peu tout le monde, sa sortie de l'union, même s'ils pourraient jouer avec cela comme une menace, ils ne le feront pas. Pour moi, c'est en France voir même en Allemagne qu'on pourrait être surpris et si l'UE doit imploser un jour, ça viendra d'un des deux.
  11. J'éviterai de remuer ma ration dont la structure peut être brûlante avec une cuillère en plastique, de l'oublier dedans, de m'en servir comme outil pour un barbecue, non vraiment la "ferraille" n'est pas une contrainte, c'est nécessaire, on ne mange pas juste des salades en boite, il faut un truc résistant, ce n'est pas là qu'on doit chercher des solutions pour alléger le poids du paquetage. Je doute qui plus est que la pochette et cette cuillère pèsent 100g à eux deux. Idem pour la pince, 50g faut pas abuser non plus, comme ça, juste pour info, mon couteau perso que j'avais, je l'accrochai sur mon gilet à une bande par ce système, si je le faisais, d'autres aussi, chacun sa manière de faire, certains ont tout dans le sac et ne sortent cela que pour manger, d'autres comme moi l'avait en outil pour diverses choses. Pour le tire-bouchon je suis d'accord, je trouve ça totalement inutile, un tire-bouchon dans la cantinière section pour un bivouac amélioré, ça suffit, un tire-bouchon dans une popote ça suffit aussi, pas la peine d'en avoir un par personne comme si chacun allait s'isoler dans son coin avec une bouteille (...) N'oublions pas la pince multifonction (plus rien à voir avec la bouffe) qui a été fournie dans certaines collections Félin, amenant son lot d'outils de dépannage sur le terrain et qui peut parfois être indispensable pour réparer, entretenir des choses (il n'y a pas toujours des tournevis à portée de main)
  12. Erdogan a lâché, même s'il ne le dira pas et que ses partisans/médias ne l'admettront pas de cette manière. La crise économique pèse et Ankara ne peut pas se permettre de se trouver de nouveaux ennemis. Reste le cas du S-400 et là aussi on verra, malgré que tout semble déjà bouclé et définitif, s'il ne va pas préférer laisser tomber sous prétexte de réduction budgétaire, il n'aura qu'à également déclarer réduire le nombre de F-35 envisagé pour donner l'illusion que ça n'a rien à voir avec la pression américaine, ça soulagera la conscience de ses partisans, ça relativisera du côté russe, mais voilà, je m'attends à ce genre de passe-passe.
  13. C'est évident, l'Ukraine casse tous les leviers d'influences des russes. L'église à son poids et on voit qu'au Kremlin, Poutine accorde une place toute particulière dans les valeurs russes. La religion si chez nous a été totalement mise de côté par l'état, qu'elle n'est plus une base d'influence tant intérieure qu'extérieure (nous ne sommes plus les défenseurs de la chrétienté), d'autres pays usent encore de la religion dans les affaires d'influences au niveau de l'état, la Russie en fait partie même si plus de 20 millions de russes sont musulmans. C'est en tout cas un certain retour en arrière propre à Poutine, car l'église du temps des soviets/communistes, ben c'était plutôt une influence qu'il fallait limiter et réduire. L'église orthodoxe est pour Poutine un relai d'influence évident sur lequel il se repose indirectement. Il suffit de prendre le conflit du Donbass, pour voir qu'il y avait un certain nombre de groupes ultra-orthodoxes qui combattaient du côté pro-russes, c'est pour dire comment l'église orthodoxe russe reste liée aux intérêts de l'état russe, tant pour son influence religieuse que pour la culture du nationalisme identitaire permettant de trouver, comme je l'ai indiqué, des volontaires ultra-orthodoxes pour combattre une cause faisant les intérêts de l'état russe. L'officialisation (en fait une certaine légitimation par reconnaissance) de l'indépendance de l'église orthodoxe d'Ukraine peut conduire à une réaction déstabilisante et les russes l'ont ouvertement annoncés, pour ne pas dire menacées et là encore ils viennent de dire qu'ils "défendront" les orthodoxes. Les russes risquent de perdre un levier d'influence, un levier par lequel ils pouvaient transmettre certains messages, une certaines idéologie, mais aussi de faire tourner un peu d'argent et ça c'est assez emmerdant pour eux, pour la suite. Tout comme pour le passé soviétique sur lequel les russes exercent une influence indirecte sur la mémoire, perdre le religieux, ça fera mal, déjà que diplomatiquement c'est mort, pour l'économie l'Ukraine, même si toujours lié à la Russie s'en détourne et le Nord Stream 1&2 ne va pas arrangé les choses. La langue russe, même si radicalement elle ne sera pas supprimée ou interdite, s'efface petit à petit et c'est l'histoire d'une à deux générations pour qu'elle puisse être marginale surtout devant un nationalisme identitaire comme on peut le voir en Ukraine. Sur le court terme, les russes ont pris la Crimée et maintiennent une certaine confusion au niveau du Donbass, mais sur la durée c'est toute l'Ukraine qu'elle perd. Je pense qu'au Kremlin on en a conscience et je me demande s'ils vont laisser faire pour éviter plus de problèmes (sanctions, guerre plus ouverte contre l'Ukraine) qui pourraient plomber la Russie sur plusieurs aspects ou risquer des choses qui pourraient amener des troubles justifiant une intervention afin d'éviter de perdre sur le long terme l'Ukraine tout en assumant un nouveau bras de fer dangereux avec l'occident. Je pense qu'ils essaieront quelque chose d'indirecte (guerre hybride) afin de créer une mauvaise réaction de Kiev ou de créer une réaction en chaine, mais ce serait assez "fou" pour les russes que de vouloir s'engager militairement (du moins plus qu'ils ne le sont) chez son voisin. Mais il faut le dire que géostratégiquement parlant, la situation actuelle en Ukraine ne fait pas les intérêts de la Russie, que les sources de tensions risquent d'être nombreuses (zone rebelle au Donbass, mer d'Azov, Otan...) sur le long terme et qu'au final on assume une guerre plus ouverte, pariant que les réserves d'or et de devises suffisent à contrecarrer de nouvelles sanctions occidentales. Les Russes n'ont pas besoin de toute l'Ukraine pour satisfaire leur intérêts stratégiques, l'Est de l'Ukraine suffit, même si avec la Transnistrie Moldave, elle pourrait être tentée d'aller un peu plus loin en prenant les oblast de Mykolaiv et d'Odessa afin notamment couper tout accès à la mer de l'Ukraine et d'avoir une continuité permettant d'intégrer la Transnistrie (actuellement isolée) à la Russie.
  14. Beau couteau effectivement, la "cuillère fourchette" c'est bien, ça évite d'avoir 2 couverts, un étui qui est bien. Une bonne adaptabilité générale, un couteau qui va au delà de l'aspect "bouffe", faut dire que comme moi, la plupart des militaires avaient et ont leur couteau de poche et aucun n'avait le tatou, si j'avais eût celui là, je me serai passé d'un perso. Le tatou il avait également une version plus récente qui était évidé pour gagner du poids (la lame du couteau comme l'intérieur des manches des couverts étaient creusés) et même si on disait que ça ne changeait rien à la résistance, j'en ai vu beaucoup se casser et pour la bouffe, ça pouvait être chiant sur certains aliments (couper un fromage par exemple pour rester dans le cliché du français). De même que le gros problème qui faisait qu'on ne l'utilisait pas en dehors de la marmite, c'était qu'il n'avait pas de lame dentée et pour couper des choses c'est souvent bien utile. Il était temps d'avoir un couteau tactique et multi-fonction (pour le tire bouchon, s'il n'avait pas été là, ça ne m'aurait pas choqué). Je me demande également si avec les nouvelles baïonnettes qui sont également pas mal, de vrai couteau de combat, on ne sera pas presque en doublon et qu'au final, le côté multifonction de ce nouveau couteau de campagne ne va pas laisser la baïonnette/couteau de combat au placard (pour des raisons de poids et d'encombrement) alors que justement on l'envisageait aussi comme un couteau "multi-fonction" et non plus comme juste une lame à mettre au bout du canon. Bien entendu il y en aura qui prendront les deux, d'autres qui imposeront d'avoir la baïonnette dans le sac (voir sur soit) mais connaissant bien la "mentalité", je vois bien certains dirent que la baïo "elle sert à rien" et qu'un jour, avec la durée, certains se retrouvent devant un pont à reprendre et que leur chef demande de mettre la baïonnette au canon, ben qu'il y ait quelques types qui diront "je ne l'ai pas" et que lorsque le chef demandera "pourquoi?" ils répondront "personnes n'a dit qu'il fallait la prendre!". J'espère vraiment que pour les unités, en particulier celle qui sont au combat, on martèle bien d'emmener la baïonnette, voir de la garder à portée de main, en particulier en ZUB, on a vite fait de se retrouver au corps à corps, ne serait-ce dans des situations comme à Sentinelle. Je fais peut-être ancienne école, mais pour moi l'arme blanche est un fondamental du combattant, on l'abandonne un peu dans la pratique, ou la double dotation fait qu'on va chercher le pistolet pour atteindre celui qui est à quelques mètres et à force d'agir ainsi, le jour J on pourrait complètement ne pas penser au couteau pour se défendre et attaquer, donc si vos coups de canons ne repousse pas l'advrsaire, vous risquez d'être vaincu dans un corps à corps, d'autant plus si vous avez 20kg sur le dos.Le couteau ce n'est pas juste un délire de Call of Duty pour tuer en un coup, le corps à corps arrive vite et si on prend l'initiative de mener ce combat au corps à corps, on prend l'ascendant psychologique sur l'adversaire, surtout quand lui aussi, aura comme acte réflexe de prendre de la distance (fuite ou autre) pour pouvoir utiliser ses armes à feux. J'ai glissé chef!