christophe 38

Members
  • Content Count

    2,397
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

christophe 38 last won the day on December 8 2018

christophe 38 had the most liked content!

Community Reputation

1,317 Excellent

About christophe 38

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Interests
    plongée
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,602 profile views
  1. disons que la PP est une institution dans le Ministère et que ça gratte, ça pique régulierement, et, que depuis des années, j'entends parler d'integration dans la PN (purement et simplement). Par contre, de mon coté, je n'ai pas compris la com du ministre : lors du premier communiqué, pourquoi personne ne lui a dit de communiquer sur le fait qu'une enquete etait en cours et que la parole était à la Justice. Lors de son interview à TF1, il aurait pu rajouter qu'il ne pouvait pas faire le point de l'enquete en direct, sous peine de mettre en fuite des individus associés à l'assassin... ça aurait moins cafouilleux ! surtout que, lors du point presse, il a été briefé par des trouillards qui lui ont dit ce qu'il voulait entendre, c'est à dire que le dossier était vide... ça n'a pas mit longtemps à lui peter au museau. Il meriterait un trigramme comme P.A.M. (pour paratonnerre à merdes : il semble les attirer).
  2. https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/07/l-activiste-pour-le-climat-greta-thunberg-est-elle-instrumentalisee-par-le-capitalisme-vert_1711516?xtor=rss-450 https://reporterre.net/Le-capitalisme-vert-utilise-Greta-Thunberg
  3. question d'un neophyte : pourquoi la Pologne cesse l'eolien terrestre ? merci
  4. physiquement, les 2 operateurs étaient entre 50 et 80 m de distance (bref, absence de communication, absence d'information (comme quoi il y avait un drone allié sur zone)), ce n'est pas bon
  5. pas faux ! simplement, apres le premier usage qui s'est avéré etre une boulette, la récidive, ça fait fort de café (c'est comme si aucun enseignement n'avait été tiré). Remplaçons, pour illustration, l'usage d'un outil pour neutraliser les drones par une arme. Le premier est friendly fire, le second, c'est quoi ???? Les gendarmes avaient liberté de manoeuvre pour descendre tout ce qui vole ?? et ignoraient (donc) que les cousins avaient un ou des vecteurs ??? (ça m'inquiete, pour ne pas dire que ça fait peur) (parce que le machin, il est lourd et s'il tombe sur les manifestants, ça va faire la Une)
  6. la prophylaxie existe déjà : nous n'arrivons pas encore à nous déplacer à la vitesse de la lumière et les distances sont tellement grandes que nous n'avons pas encore commencé le début de l'exploration d'autres galaxies... notre capacité de nuisance s'appelle "suicide".
  7. bienvenue, voisin (je suis, pour l'instant, en congés au Pays Basque nord) agur
  8. ma reaction est simple : que des gens qui travaillent pour le ministere de l'interieur s'amusent à descendre, à 2 reprises des drones du ministere de l'interieur, ça m'interpelle sur la capacité de nuisance ou l'absence d'intelligence des premiers ! Ils ont des moyens efficaces, oui, mais ça, en interne, on le sait ! de là à "descendre" un drone du renseignement interieur et un du RAID, je me demande jusqu'où ils iront ; à Beauvau, on parle du dronegate. (en interne, les moyens déployés pour surveiller les manifs sont connus..) (juste pour la précision : les 2 operateurs étaient distants de moins de 100 m l'un de l'autre, mais pas à vue) le probleme, c'est qu'il n'y a pas qu'une seule tete, chacun opere dans son coin (et on parle de "gros" drones, valant des dizaines de milliers d'euros)
  9. et si un mec, en face, a un pacemaker ? le machin electronique va apprécier ??? sinon, la guerre des drones existe déjà.... entre des kons de la gendarmerie et les drones de la police ...https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=g7+guerre+des+drones quand on voit le prix des drones Police, le gendarme qui s'y est amusé devrait aller faire la circulation en Terre Adelie, sans supplément de salaire.
  10. la departementalisation est passée en 2009, sous l'euro. si aucun politique n'a souhaité investir dans une ile qui est française depuis 170 ans (pratiquement) ..... c'est qu'ils avaient leurs raisons (mais, tous les politiques ne sont pas des hommes d'Etat, certains ont la vue tres courte : entre le Mozambique et les Comores, il y a du petrole, vers nos Eparses, dans notre ZEE, il y a du petrole (profond, donc cher, mais il y en a))...
  11. trop tot : ils n'avaient et n'ont toujours pas la maturité pour gerer ; c'est du "tribal", on sert les siens et les autres apprendront à s'en passer. Ils n'ont pas encore les élites (ils ont des bons voire des tres bons, mais ça ne fait pas un ensemble). Ce que j'ai appris en 2008 est simple : un Mahorais ne donne pas d'ordres à un autre Mahorais. Un Mahorais n'accepte pas d'ordre d'un autre Mahorais. et, depuis les émeutes de 2009 et celles de 2011, les mzungus ont perdu énormément de crédibilité ; bref, c'est la fete. Les balayeurs (locaux) au conseil départemental qui gagnent plus de 2 000 balles par mois, c'est normal pour eux (et avoir lire et écrire en français plus que leur nom est une option ! c'est pour cela qu'il y a une armée de gardiens et de balayeurs au CG (et que le travail est mal fait) : ce sont des bons à rien pour qui avoir un emploi, c'est déjà travailler : l'assiduité et l'efficacité ne sont pas leurs vertus premières). En gros, les catégories C de la fonction publique départementale sont primées (éloignement, tropiques, toussa) et gagnent plus que des catégories B (pareil pour les B qui gagnent ce que gagnent les A en métropole) et je ne te parle pas du supplément familial ou des allocations (avec 15 ou 17 enfants sur 3 femmes..) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/20/20002-20180920ARTFIG00238-pourquoi-des-fonctionnaires-de-mayotte-touchent-indument-un-complement-de-salaire.php https://www.linfokwezi.fr/salaires-le-conseil-departemental-plus-que-genereux-avec-son-encadrement/ https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/04/12/a-mayotte-l-exorbitant-train-de-vie-du-conseil-departemental_5284427_823448.html enfin, si tu voulais, toi, developper Mayotte, tu as 2 possibilités : - tu n'en fais pas un département, comme St Martin-St Barth et tu restes une COM : tu échanges et commerces avec tes voisins (juste que tes voisins sont parmi les pays les plus pauvres au monde, donc, ils ne vont rien t'acheter ! tu n'auras donc pas de fric pour acheter quoique ce soit) ou - tu passes département et tu fais financer une grosse partie par l'Europe. question subsidiaire : l'Etat Français a t il assez de fric, de richesse pour se passer des subsides de l'Europe ?
  12. désolé pour le deterrage ... les Comores non plus et pourtant ! Mayotte a demandé, exprimé son choix (de rester français) au moins 4 fois. voir ici, chapitre 1, article 2 https://www.un.org/fr/sections/un-charter/chapter-i/ Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde; le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes je crois qu'on est dedans, non ??? c'est d'ailleurs ce qui gène aux entournures l'ONU : nous aurions voulu décoloniser, mais, les Mahorais preferent etre français qu'etre à la merci des autres iles des Comores et au meme niveau technologique et de vie que ses voisins (Mada inclus) ; pour mémoire, les Comores sont au 20 ème rang des pays les plus pauvres au monde ; chez nous, en France, on parle du droit des peuples à disposer d'eux memes https://www.senat.fr/leg/ppl12-591.html Initialement appelé « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes », le droit à l'autodétermination est un principe du droit international et du droit interne en vertu duquel tout peuple dispose du choix libre et souverain de prendre en main son propre destin, c'est-à-dire de choisir la forme de son statut international et son organisation politique et administrative, indépendamment de toute influence étrangère. Ce principe a été clairement introduit en droit international par la Charte des Nations unies du 26 juin 1945 en son article 1er alinéa 2 qui dispose que : « (Les buts des Nations Unies sont) 2. Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde (...) » L'article 55 de ladite Charte a également été rédigé comme suit : « En vue de créer les conditions de stabilité et de bien-être nécessaires pour assurer entre les nations des relations pacifiques et amicales fondées sur le respect du principe de l'égalité des droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, les Nations unies favoriseront : a. le relèvement des niveaux de vie, le plein emploi et des conditions de progrès et de développement dans l'ordre économique et social; b. la solution des problèmes internationaux dans les domaines économique, social, de la santé publique et autres problèmes connexes, et la coopération internationale dans les domaines de la culture intellectuelle et de l'éducation; c. le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion. » Dans le même élan, l'alinéa 18 du Préambule de la Constitution de la République française du 27 octobre 1946 a évoqué également ce principe en droit constitutionnel français, en disposant que : « (...) 18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s'administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l'arbitraire, elle garantit à tous l'égal accès aux fonctions publiques et l'exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus. » Le droit à l'autodétermination international a ensuite été proclamé à plusieurs reprises par l'Organisation des Nations unies, au travers de plusieurs résolutions de son Assemblée générale, dont les plus célèbres demeurent : - la résolution 1514 (XV) relative à la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, - la résolution 1541 (XV), - la résolution 2625 (XXV) relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États conformément à la Charte de l'ONU. Plus récemment, les articles 3 et 4 de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU en septembre 2007 et ratifiée par la France, stipulent successivement : « (article 3) Les peuples autochtones ont le droit à l'autodétermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. » « (article 4) Les peuples autochtones, dans l'exercice de leur droit à l'autodétermination, ont le droit d'être autochtones et de s'administrer eux-mêmes pour tout ce qui touche à leurs affaires intérieures et locales, ainsi que de disposer des moyens de financer leurs activités autonomes. » Or, bien que cette Déclaration de l'ONU de septembre 2007 ait été soutenue officiellement par la France, en 2010 celle-ci n'a pas ratifié la Convention n°169 de l'Organisation internationale du Travail (OIT) relative aux peuples indigènes et tribaux, qui reconnaît notamment leurs droits collectifs à la terre et leur droit à l'autodétermination. Il s'évince de ce qui précède que dès lors qu'il s'agit d'un texte international à valeur juridique et contraignante, à l'instar des conventions internationales, la France adopte une position traditionnellement rigide et fermée à l'égard du droit à l'autodétermination. Ce qui n'était pas le cas de la Déclaration des Nations unies de 2007 sur les droits des peuples autochtones, dont les dispositions à valeur déclarative demeurent inopposables en France tant qu'elles n'ont pas été transposées à l'intérieur de la législation nationale. Au plan du droit international, la portée exacte du référendum est donc réduite par le fait que le droit à l'autodétermination des peuples dont il est censé consacrer l'exercice est lui-même sujet à certaines incertitudes en droit national. D'une part, la pratique du référendum en droit interne tend à s'éloigner de la substance même du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, en raison notamment du déficit persistant des textes nationaux en la matière, tant sur le principe que sur les modes opératoires. C'est le cas en droit constitutionnel français. Le préambule de la Constitution française du 4 octobre 1958, dans son alinéa 2, évoque « le principe de la libre détermination des peuples » mais évoque davantage l'adhésion à la République que la sécession. De plus, les dispositions de l'article 53 alinéa 3 de la Constitution de la République française prévoient de manière sibylline que : « Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n'est valable sans le consentement des populations intéressées. » bref, on ne jette pas un territoire comme un klenex
  13. bonjour ce sont des creve la faim, pas de dangereux pirates ; nous ne sommes pas en guerre, et en plus contre des civils désarmés... c'est une idée pour finir en tole pour 25-30 ans... au ban de l'humanité. En France, aujourd'hui, tu ne trouveras personne (de sensé) pour donner un tel ordre et tu serais (dans l'obligation) de refuser l'ordre illégitime.
  14. Pour l'Europe, il y a des possibilités : l'Allemagne et la France ont des populations vieillissantes... de là à penser que le remplacement puisse se faire avec des "non" européens... MAIS, quelle est leur capacité de dissolution dans notre civilisation ?? quelle est leur capacité d'acceptation à nos valeurs ? parce que nous ne fonctionnons pas comme les Canadiens ou les Anglais, avec le communautarisme (enfin, pas encore, parce qu'on parle de moins en moins de France une et indivisible et qu'on commence à parler de l'archipel français (c'est à dire des groupes/communautés reliés entre eux par des valeurs (et pas forcement les memes valeurs entre tous les groupes)... d'où mes questions au Comorien sur la Liberté-Egalité-Fraternité, la PMA, le mariage pour tous ou l'euthanasie, voire la laicité..