Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Les budgets militaires en Europe vont-ils souffrir de la crise ?


S-37 Berkut
 Share

Recommended Posts

Il y a 4 heures, pascal a dit :

Dans le genre enfilage de perles et raccourcis dénués de sens historique - comme expliqué plus haut - je trouve qu'on est dans le sublime.

Je ne regrette pas d'avoir relu ce fil ...

Tu nies donc que les congés payés et autre promesse du Front Pop sont financées (entre autre) par une baisse des crédits de la défense en 36 par rapport à 35? Crédits de la défense qui ne remonteront qu'en 38? Puis explosèrent en 39 a tel point qu'ils ne furent même pas tous consommés (Trop peu, trop tard, comme disait le grand Pierre).

Tu nies aussi que Pétain est mis au pouvoir par la SFIO ? Au passage tu nies aussi qu'il se prétendait comme le seul "(officier général) de la République?" Par rapport à De Castelnau qu'il méprisait car vu comme issu de la frange nobiliaire ?

Bel enfilages de perles, je ne regrette pas d'avoir lu mes notifications. Un peu plus que ça soit un pseudo bleu, et quel pseudo.

Edited by Coriace
Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Coriace a dit :

Tu nies aussi que Pétain est mis au pouvoir par la SFIO ?

Ouh là. C'est pas contrebattu depuis longtemps cette légende urbaine ? Au passage, on apprécierait l'idée d'un Pétain soutenu par les socialistes et s'empressant ensuite d'envoyer Blum à Riom.

Pour les budgets 35/36, je crois que ça a été bien expliqué sur la page précédente.

Quant au reste... rien que la lecture des errements politico-militaro-doctrinaires pour l'Ada (lire le très bon Patrick Facon sur ce point, L'Armée de l'Air dans la tourmente) suffirait à donner la migraine à des générations de Français. Et malheureusement, c'est nettement moins simple que d'accuser la SFIO ou le PCF.

Edited by Ciders
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Ciders a dit :

Ouh là. C'est pas contrebattu depuis longtemps cette légende urbaine ? Au passage, on apprécierait l'idée d'un Pétain soutenu par les socialistes et s'empressant ensuite d'envoyer Blum à Riom.

Pour les budgets 35/36, je crois que ça a été bien expliqué sur la page précédente.

Quant au reste... rien que la lecture des errements politico-militaro-doctrinaires pour l'Ada (lire le très bon Patrick Facon sur ce point, L'Armée de l'Air dans la tourmente) suffirait à donner la migraine à des générations de Français. Et malheureusement, c'est nettement moins simple que d'accuser la SFIO ou le PCF.

Les nazis se sont alliés a l'URSS ça n'a pas empêché barbarossa. Et les votes de l'Assemblee peuvent être "contrebattu", ils sont inscrit dans le marbre, si l'on peut dire, vu que ce n'était pas a Paris.

 

Et non, a la page précédente on a péniblement des gens qui nous expliquent (ce qui est vrai), que les budgets de la fin du mandat sont largement supérieur aux budgets du mandat précédent, et que "le budget s'est accroisse d'année en année".

Drôle de façon de dire qu'ils ont soudainement baisse de 35 a 36, ce qui n'est par ailleurs pas contesté. Toutes les autres affirmations étant réelles.

 

Quant au reste, comme tu dis, la manoeuvre Dyle-Breda, Gamelin qui s'arrange avec les belges dans le dos du pouvoir élu, Pierre Côt et ses choix litigieux, la mobilisation qui retire les ouvriers qualifiés des usines, le GA2, je crois, retire de derrière Sedan pour aller se perdre dans les pays bas, les troupes évacuées a Dunkerque redebarquee me semble t'il dans le Cotentin. J'avais lu, mais ça demande confirmations que Corap avait prouvé des 38 que les Ardennes étaient largement franchissable.

Cette défaite n'est en aucun cas explicable par autre chose qu'une somme d'erreurs et de fautes colossales. 

Néanmoins je ne vois pas pourquoi certains tiennent à tout prix a éluder les responsabilités du Front Pop.

Pour le coup les Munichois de 38 sont bien plus excusables (bien qu'ils portent les mêmes couleurs) que les gens de 36, non seulement car ils avaient "perdus "deux ans (tient donc?) mais aussi car la situation est quasi insolvable avec une Grande Bretagne qui joue sur les talons, une Allemagne pas loin du faîte de sa croissance militaire et une France lourdement divisée. Et Daladier, très tôt, mais aussi trop tard, avait compris qu'elle erreur c'était.

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Coriace a dit :

Les nazis se sont alliés a l'URSS ça n'a pas empêché barbarossa. Et les votes de l'Assemblee peuvent être "contrebattu", ils sont inscrit dans le marbre, si l'on peut dire, vu que ce n'était pas a Paris.

Tu esquives la question. Des éléments de réponse qui confirmeront que non, ce n'est pas le Front populaire qui a fait Pétain :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_des_pleins_pouvoirs_constituants_à_Philippe_Pétain#Résultats_du_vote

il y a une heure, Coriace a dit :

Et non, a la page précédente on a péniblement des gens qui nous expliquent (ce qui est vrai), que les budgets de la fin du mandat sont largement supérieur aux budgets du mandat précédent, et que "le budget s'est accroisse d'année en année".

Drôle de façon de dire qu'ils ont soudainement baisse de 35 a 36, ce qui n'est par ailleurs pas contesté. Toutes les autres affirmations étant réelles

J'ai lu des explications très claires pourtant.

Autres éléments ici : https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2005-3-page-87.htmarticle

Citons :

Citation

Le réarmement français est le produit de trois programmes différents qui se sont enchaînés sur le plan chronologique en fonction de la dégradation de la situation internationale en Europe et du caractère de plus en plus pressant de la menace allemande :

18— le programme initial du 7 septembre 1936, dit des 14 milliards (sur quatre ans), en réaction à la réoccupation militaire de la Rhénanie intervenue en mars mais différée en raison du jeu politique français et de ses échéances électorales. Les dates l’indiquent clairement : le réarmement a constitué immédiatement une priorité du gouvernement du Front populaire, et tout particulièrement de Léon Blum et d’Édouard Daladier ;

C'est assez clair là-aussi.

Citation

Idées là encore héritées de Vichy qui a amplement dénoncé « l’esprit de jouissance », l’absence d’ardeur au travail et la « paresse ouvrière », les grèves du Front populaire et sa loi des 40 heures sont souvent évoquées comme des causes majeures de perturbation de l’industrie de l’armement et de sa faible production supposée [39][39]Voir encore tout récemment les propos de François Fillon,…. En ce domaine, il importe de relativiser de telles appréciations. Évidence qu’il n’est peut-être pas totalement inutile de rappeler, les grandes grèves de 1936 qui ont marqué durablement la mémoire collective n’ont eu aucun effet sur le réarmement français, pour une simple raison chronologique : le réarmement ne commence véritablement qu’avec le « Plan des 14 milliards », adopté par le Front populaire le 7 septembre 1936, soit très peu de temps après son arrivée au pouvoir, mais qui n’entre en vigueur qu’en janvier 1937 du fait du cycle et du calendrier budgétaires.

Quitte à taper sur les politiciens, autant taper sur les gouvernements qui n'ont rien fait entre 1931 et 1935. Pas sur celui qui a vraiment mis une pièce dans la machine. Ou sur les Munichois...

il y a une heure, Coriace a dit :

Pour le coup les Munichois de 38 sont bien plus excusables (bien qu'ils portent les mêmes couleurs) que les gens de 36, non seulement car ils avaient "perdus "deux ans (tient donc?) mais aussi car la situation est quasi insolvable avec une Grande Bretagne qui joue sur les talons, une Allemagne pas loin du faîte de sa croissance militaire et une France lourdement divisée. Et Daladier, très tôt, mais aussi trop tard, avait compris qu'elle erreur c'était.

Au-delà de la question des "couleurs"... en fait non, pas du tout.

L'Allemagne est à ce moment précis au bord de la catastrophe comme le signale fort bien Adam Tooze : elle n'a plus de réserves de liquidités. La Luftwaffe n'était pas prête, la Wehrmacht n'aurait pas pu se lancer dans un conflit à grande échelle. Hitler n'avait pas d'alliés. Le commandement allemand était contre le conflit, Mussolini et Göring aussi.

A ce titre, Munich a été un répit salutaire pour les nazis et une honte pour les gouvernements alliés.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,977
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...