Cricrisius

Members
  • Content Count

    573
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

54 Excellent

About Cricrisius

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Il semble plutôt que les avions turcs soient interdit de survol en Syrie (suite au SU-34 russe abattu) https://fr.sputniknews.com/international/201610281028424740-aviation-turque-tente-violer-espace-aerien-syrien/ Si cela est vrai, cela expliquerait certaines choses: -Utilisation que de l'artillerie en support de leur troupes ou contre les Kurdes. -Pas de reco aérienne pour prévinir les attaques de l'EI à coup de VBIED -Demande de support aérien à la coalition et à la Russie...
  2. Lorsque les ottomans occupent l’Égypte et l'actuelle Irak, les portugais sont déjà biens installés et en force dans l'océan indien. Ils en contrôlent les points clés, comme Ormuz, et ont une flotte importante. La seule tentative navale turc de s'imposer dans la région, en 1552, finit en désastre. https://fr.wikipedia.org/wiki/Campagne_ottomane_contre_Ormuz
  3. Il y a une théorie récente sur la présence d'un foyer culturel "noir" important, dans l'actuel Sahara, il y a plus de 5500 ans. La zone, pas désertique du tout, à l'époque, aurait été peuplée d'africains négroïdes venu du sud, et dont la culture qui présenterait certaines caractéristiques / techniques que l'on retrouvera, plus tard, dans l’Égypte ancienne (momification, poteries, rites...). Cette population aurait migré vers l'est, lors de la désertification du Sahara, en s'installant sur le Nil, . https://www.youtube.com/watch?v=l5W0yEPMEfM
  4. Tout à fait, on peut rajouter les projets d'invasions commun d’Espagne de Charles IX (1574) puis d' Henri IV, en tant que chef des Huguenots, (1575). Il était convenue que la flotte ottomane débarquement ses troupes au sud de Valence pendant que les français attaquent par les Pyrénées. Les morisques devant se révolter à cette occasion. D'une manière plus large, Hollandais et Anglais, en guerre contre les Hasbourg, sont alliés aux turcs. Ceux-ci en profitent, en attaquant à revers, comme à Tunis (1574). Au Maroc, les anglais influencent comme ils peuvent pour que le royaume tombe aux mains turcs, et non aux espagnols....(1576-78).
  5. Il semble qu'il y avoir 2 voies de propagations possible, entre le monde arabo-persique et chinois. - L'une, via échange scientifique direct, suivant la voie de commerce maritime antique, une communauté musulmanes était établit en Chine depuis le XIe s (voir avant). La poudre noire servant aux chinois pour les feux d'artifices et aux pétards durant les fêtes et cérémonies religieuses, Il est possible qu'elle ne fût pas "secret défense". -L'autre via les mongols. Sous Gengis Khan, ils se servait déjà de la poudre noire (grenades primitives ou en explosifs). Il la connaissait suite à leurs multiples invasions en Chine dès 1203. Une des particularité des Mongols, lors de la prise d'une ville ennemie, était d'épargner tous les spécialistes / savants utiles (et leurs familles) et de les forcer à travailler pour eux. Probablement que la recette de la poudre a été récupérée ainsi. L'armée de Gengis Khan déboulera en Perse en 1219 puis dans le Caucase et le nord de la Mésopotamie en 1222.
  6. Les 1er coup de canon en Europe eurent lieu durant le siège de Seville en 1247-48. https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_S%C3%A9ville Il faut attendre les années 1300-1320 pour voir apparaitre les 1ers canons made in Europe, avec une utilisation signalée au Siège de Metz 1324. Ces canons primitifs étaient "fragiles" et n'avaient pas de puissance (simple tube en fer, bronze ou même en bois, cerclé d'anneaux de fer). Ils permettaient juste de projeter des projectiles "légers" (flèches, ballots...) et enflammés sur l’adversaire. A partir des années 1400-1410, les canons furent capables tirer des boulets de plusieurs centaines de livres. Comme durant le siège d'Arras en 1414, où ils sont utilisés pour casser de la muraille. C'est durant la même période que semble attester l’apparition des premiers canons à mains (alias couleuvrines).
  7. Pas tout à fait. On peut dire que Lépante est un coup de frein, mais pas d'un arrêt de l'extension maritime ottomane. La flotte ottomane n'est pas anéantie (la flotte d'Ouloudj Ali parvient à s'échapper). Elle est reconstituée en 10 mois seulement et redevient une puissance navale majeure, mais elle n'a plus la suprématie. Malgré la victoire à Lépante, Chypre ne peut être reprise, la guerre est finalement perdue pour Venise (et la Sainte Ligue), qui signe la paix en 1573. Avec le prise de Tunis et Bizerte aux espagnols, en 1574, la Sublime Porte contrôle toute la côte nord-africaine sauf le Maroc et 4 comptoirs ibériques (Oran, Mers El-Kébir, Melilla, Ceuta). Les côtes européennes "libres", vont de l'Espagne aux Dalmates (+ les iles ioniennes), elles vont continuer à subir les attaques des corsaires et pirates turco-barbaresques, en quasi impunité. La Crête vénitienne, dernière possession européenne en méditerranéenne orientale, sera conquise par les turcs en 1669 (là s'arrête l'extension maritime ottomane). Fin XVIe - début XVIIe s, la méditerranée est au 2/3 ottomane mais devient une zone secondaire pour les différents acteurs. Les ottomans sont en conflit avec la Perse et avec le Saint Empire Germanique, dans les Balkans. Les Espagnols sont accaparés par les conflits en Europe (Angleterre, Provinces-Unis...) et leurs nouvelles colonies en Asie et Amériques. Venise est en déclin, elle manque de puissance militaire face aux turcs et perd de son importance, suite aux nouvelles routes commerciales océaniques. l'Empire Ottoman en 1609:
  8. Voici un article assez détaillé et très intéressant sur le déroulement de Lépante (armement, tactique, rôle des Galéasses...) mais aussi de l'après Lépante côté naval, avec la reconstitution ultra-rapide d'une importante flotte ottomane, 10 mois après cette bataille. https://sitamnesty.wordpress.com/2012/10/07/7-octobre-1571-la-flotte-turque-est-detruite-a-lepante-4/
  9. Pour les excréments (et les déchets organiques, reste de repas, os, épluchures...), les armées depuis l'antiquité, hors déplacement, creusaient très souvent des fosses qui étaient recouvertes régulièrement de couches de sable, terre, branchages pour éviter les mouches et autres bestioles, les odeurs... chaque soldat y étaient tenus d'y aller. En plus des soldats et des animaux déjà mentionnés, les armées, depuis l'antiquité jusqu'au XIX°s, étaient régulièrement suivie par une ribambelle de civils (esclaves ou serviteurs, famille de militaire, marchands, prostituées...) qui pourvoyaient, en partie, au ravitaillement et divers besoins de la troupe (tel les lavandières et vivandières/cantinières de la renaissance jusqu'au XIX° s), ils pouvaient aussi servir d'auxiliaires de soin pour les blessés. En général, ces civils vivaient hors du camps militaire mais à proximité.
  10. Quelques éléments de réponse... http://www.2000gt.net/Japon/Japon3.php http://www.2000gt.net/AJ/HistoireAJ/HAJ07.php
  11. L’archipel nippon avait très très peu de chance de tomber aux mains des communistes. Pour cela il faudrait des moyens (appui, débarquement, transport...) que la flotte soviétique du pacifique n'a pas (ou, trop peu), Staline le savait, Truman aussi. Sakhaline et Kouriles sont une sorte de "maximum" soviétique faisable (et avec assistance américaine, notamment en fourniture de péniches de débarquement). Ces occupations se font en conformité avec Yalta. Que l'aspect "message à Staline" fût abordé avant août 45 est tout à fait possible (bien que non documenté, à ma connaissance). Que la bombe A constitue une démonstration de puissance au monde, c'est certain, vis à vis des japonais (c'est l'effet N°1 recherché) ou d'autres. Mais il est clair, que pour Roosevelt, puis Truman, les conseillers politiques américains, les militaires, les scientifiques... la considération qui l'emporte très largement sur les autres c'est la fin de la guerre. N'oublions pas que les américains, même après Trinity, n'ont pas vraiment idée des dégâts que va occasionner la bombe en utilisation réelle. A ce sujet, Nagasaki sera plus "décevant" que Hiroshima, et, finalement, un gros raid de B29 est bien plus meurtrier et dévastateur que la bombe atomique de l'époque. Je rajouterai que Roosevelt voyait, en Staline, un partenaire dans la paix comme il l'était durant la guerre. Il pensait réellement la normalisation possible avec l'URSS (l'ONU était voulu, aussi, dans ce sens). Roosevelt satisfaisait Satine sur certaines choses (prêt bail, Yalta...) , pour l' "amadouer" et le mettre en confiance, afin que celui-ci se rapproche des démocraties et abandonne ses visées expansionnistes. Truman continua sur cet état d'esprit avant de changer de politique, en 47. Ainsi, en 1945, "mettre en garde" Staline, avec la bombe A, n'est pas vraiment dans la ligne politique de Washington.
  12. Cette vision des choses, née durant la guerre froide, est fausse en 45. Il est très claire que c'est surtout la fin de la guerre, et le plus rapidement possible, qui est recherché par cette décision atomique. Il est possible que d'autres considérations soient, prises en compte, notamment économique, car les sommes et efforts engagés dans le projet Manhattan sont tels qu'une non utilisation de la bombe ne serait ni comprise, ni tolérée par la population. Il faut rappeler que: - Avec l’opération Downfall (invasion du Japon), planifiée d'octobre 1945 jusqu'en 46 , les américains prévoient la perte de 500 000 hommes, ce qui inquiète tout le monde, Truman en premier. - En 1945, Staline est encore vu comme un allié, plus ou moins, "normal". Le divorce avec Staline commence, progressivement, en 1946 (le rideau de fer de Churchill), et la doctrine de Truman (Endiguement) en 47... -Ce sont les américains qui ont insisté pour que Staline intervienne en Mandchourie, avec les risques politiques que cela pouvait impliquer en Chine. -La décision et le lancement des opérations de bombardement du 6 et 9 août est prise par Truman, mi-juillet, après Trinity (1° essai réel et réussi de la bombe A), bien avant le début de l'offensive soviétique sur la Mandchourie. -Truman informa Staline, à Potsdam, de l’existence d'une bombe puissante capable de détruire une ville entière. A sa grande surprise, Staline n'en fût ni étonné, ni curieux (ce qui inquiétât les américains sur l'espionnage soviétique du projet Manhattan). -Le devenir de l'arme atomique, après guerre, n'est pas encore décidé en 1945. Plusieurs options sont en débats: démantèlement + abandon, partage entre alliés (Manhattan n'est pas exclusivement américain), mise sous tutelle via l'ONU (créée en 45)...et appropriation par les USA.
  13. Attention, cette carte de 750 comporte de très nombreuses erreurs: -L'Empire Carolingien n'existe pas encore (et pas à ces frontières). -Le Royaume des Asturies correspond, grosso modo, aux territoires au nord du Duero (reconquêtes d'Alphonse Ier). Sur la carte, c'est celui des années 720. -La Septimanie est déjà reprise par Charles Martel, en 737, sauf la ville de Narbonne (isolée, elle est reprise en 759). -Manque les duchés Francs "autonomes" de Gascogne (Vasconie) et d'Aquitaine. -Les villes de Gibraltar et Oviédo n'existent pas en 750. Désolé, je n'est pas trouvé de carte "satisfaisante" pour 750. Mais, avec cette carte de 740, on s'en rapproche (en rajoutant les reconquêtes de la Septimanie et du nord du Duero) Cela dit, la remarque de Wallaby est assez juste, pendant un très long moment, les frontières ont peu variés entre chrétiens et musulmans.
  14. En effet, rien que la grande peste de 1598-1602 aurait fait 1/2 millions de morts en Espagne... Aux multiples épidemies: pestes, varioles, coléra... (qui touchent durement la péninsule ibérique), à la misère économique, aux famines, à l'émigration vers le nouveau monde, aux guerres et troubles civiles.... s'ajoute l'expulsions des Morisques (1609-1614) qui comptaient de 3 à 400 000 personnes en Espagne.