Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

FoxZz°

Members
  • Posts

    2,497
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

FoxZz° last won the day on November 18 2017

FoxZz° had the most liked content!

Reputation

863 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

4,371 profile views
  1. Jamais entendu parler, ça serait mis en place pour le XLR ?
  2. Techniquement, le TP fait TP, tireur AT4 et opérateur drone ... Dans les faits, c'est plutôt le chef de bord qui va faire opérateur drone
  3. A savoir que le problème principal du XL à l'heure actuelle c'est justement la génération électrique. Lorsque la TM fonctionne seule, en APU, elle ne génère que 9KW. Lorsqu'elle fonctionne avec le moteur, le char génère 20KW. Lorsque tout est alimenté : thermique, chargement automatique, motorisation tourelle, trans, etc, 20KW c’est très limite : lors d'un tir, le pilote doit faire monter le régime moteur à fond pour éviter des pannes : le convoyeur qui s''arrête en plein chargement, le VCH qui plante, la thermique qui coupe, ou encore pleins de bugs systèmes. Bref. La génération électrique c'est un vrai enjeux, et avec le XLR, on continue de rajouter des trucs hyper consommateurs, le poste contact ou le brouilleur par exemple, sans résoudre ce problème de génération électrique. Il y a simplement une optimisation qui est faite ...
  4. FoxZz°

    [EBRC/Jaguar]

    Tu mélanges un peu tout. Éclairer c'est renseigner sur l'ennemi et le terrain sans se faire déceler et en évitant à tout prix d'engager le combat : voir sans être vu Éclairer c'est une mission à dominante renseignement. Si l'élément d’éclairage est de facto en 1er échelon, il n'y a pas de notion d'ami juste derrière ou quoi que ce soit. Tout dépendra du contexte. Le contact n'arrive qu'en auto-défense si l'on tombe nez à nez avec l'ennemi pour pouvoir rompre le contact. Reconnaitre c'est renseigner en engageant le combat à bon escient, pour forcer l'ennemi à dévoiler son intention ou son articulation, pour détruire les éléments de reco ou d'éclairage ennemis : voir en forçant l'autre à se montrer Reconnaitre c'est une mission à dominante offensive d'avant garde, avec une notion de combat non négligeable, on va chercher le rens. Donc si en effet cette mission ne nécessite pas d'engager le combat ("en engageant éventuellement le combat"), on est loin d'une généralité de l'évitement bien au contraire : reconnaitre est l'une des missions offensives du peloton XL .... on a vu mieux comme évitement ... Maintenant un véhicule ne sert jamais que pour une mission, mais plutôt un spectre d'usage. Un PRI ça peut éclairer et ça peut reconnaitre, mais ça ne peut pas attaquer. Un PXL, ça peut reconnaitre et ça peut attaquer, mais ça ne peut pas éclairer.
  5. En principe c'est déjà le cas. Un peloton XL c'est 4 XL et 4 VBL : 2 VBL 12,7 et 2 VBL 7.62. En principe, il y a 1 TP et 1 drone par VBL 7.62. Soit 2 drone par PON. En pratique c'est beaucoup plus compliqué à cause de tout un tas de lourdeurs réglementaires et organisationnelles qui rendent hyper compliqué de qualifier en d'entrainer les opérateurs drones ... Et plus généralement, je ne pense pas que la fonction de 4ème homme soit utile dans un char. Le combat char est déjà suffisamment complexe à gérer pour ajouter encore un homme en plus pour gérer des missions accessoires au char. Il vaut mieux laisser ce rôle aux escouades qui sont là pour ça et bien plus adaptées et laisser le char faire du char. Donc on utilise la place du 4ème homme pour rajouter des batteries, du carburant, des espaces de rangement, ou encore pour gagner en compacité et donc en poids, bref.
  6. Exactement ce que je disais plus haut, sauf qu'au lieu d'utiliser le feu nucléaire, les deux belligérants ont utilisé l'artillerie conventionnelle mais qui à l'époque des complexes reconnaisance frappe modernes avec drones, etc, et beaucoup plus létale et interdit donc la concentration. En fait ce n'est pas parceque ce n'est pas nucléaire, que les thèses de Brossolet son fausses. Bref fin du HS.
  7. Pas d'accord. Le début de la guerre c'était énormément d'équipes anti char légères et hyper mobiles, agissant dispersées, pour ne pas se faire détruite par l'artillerie russe encore supérieure (pas nucléaire certes, mais nécessitant la même dispersion) se laissant dépasser. Bref on est quand même extrêmement proche des théories de Brossolet. Pendant toute la première phase défensive de la guerre, l'Ukraine n'engage presque pas son corps blindé Mécanisé à tel point que tout le monde parlait de la fin du char. C'était donc de la non bataille, on refuse le choc décisif et on modèle l'ennemi jusqu'à obtenir les conditions nécessaires à l'engagement du dit corps de bataille blindé Mécanisé (cet été). Et plusieurs en ont déjà parlé : https://lavoiedelepee.blogspot.com/2022/06/linfanterie-les-chars-et-la-guerre-en_11.html?m=1 https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-du-mercredi-09-mars-2022-2217738 Il y a aussi l'article de Joseph Henrotin qui en parle dans DSI : Techno-guérilla sur l’Ukraine Comment un modèle français écarté a sauvé Kiev (2. Les descendances conceptuelles) Par Joseph Henrotin, chargé de recherche au CAPRI
  8. Toujours moins dépendante que si elle était sous le joug des Russes .... Au contraire avec l'exemple des drones navals ukrainiens, ou encore la remise en service des chars russes capturés, on voit bien qu'elle a réussi à mettre en place un complexe industriel. Par ailleurs sur Brossolet, la résistance ukrainienne au début de la guerre notamment la phase vers Kiev montre au contraire que ses théories sont valides.
  9. L'avantage d'une turbine comme sur l'Abrams c'est que c'est plus silencieux et que ça n'émet que très peu de fumée, deux avantages tactiques certains. En plus il pourrait consommer L'avantage du diesel c'est que ça consomme moins et que ça peut s'allumer et s'éteindre d'une pression sur un bouton, là aussi très utile de pouvoir couper le char pour écouter. Le moteur hyper-bare lui il est certes très compact et très véloce, mais il a aussi les inconvénients des deux solutions du dessus. Autre inconvénient du Leclerc qui je pense c'est qu'il supporte supporte mal le carbu-réacteur. Du coup ça force a avoir une chaine de carburant dédiée en full diesel.
  10. Comme je disais c'est avant tout théorique. Une brigade ne générera jamais 100% de ses effectifs en GTIA. Je pense que 50% pour une crise sévère est une bonne fourchette. Et pour le coup les Leclerc sont très loin d'avoir une mauvaise dispo. Ce qui limite le plus c'est les potentiels : les heures de maintenance négociées contractuellement avec Nexter qui donne lieux à X heures couvertes. Si on dépasse ces heures, la maintenance est "payante". C'est la principale limite des parcs de véhicules aujourd'hui. Mais maintenant qu'on parle de haute intensité et d'économie de guerre, il serait temps de revenir dessus.
  11. Oui je me suis cantonné volontairement aux unités de mélée. Mais du coup si je traduis ce que tu dis, tu penses que l'ED a bien besoin de ces deux PRI pour intégrer tous ces renforts ? Car pour moi un unique PRI pourrait former deux DIA en ajoutant ces capacités. Et ces capacités pourraient aussi renforcer les PJAG. La question c'est aussi est-ce qu'il y a un avantage a avoir des forces motorisées/médianes distinctes ou avec Scorpion ce n'est pas plus logique d'avoir des unités homogènes ?
  12. Tu organises ça comment en GTIA? 1 groupe à 2 compagnies Leclerc, 2 compagnies VBCI et 2 groupes à 3 compagnies VBCI et une compagnie Leclerc? Je reviens sur ce sujet commencé sur le fil Jaguar, je n'avais pas eu le temps de répondre. Je pense qu'il faut dérouler la chaussette du bas vers le haut pour savoir de quoi on a besoin. Dans la doctrine du GTIA Scorpion, on parle d'un échelon de découverte, d'un échelon d'assaut, d'un échelon de commandement et d'un échelon logistique. Dans la doctrine on a aussi un SGTIA reconnaissance intervention basé sur un ERI et qui est constitué de 2 PRI, 1 PCAV (XL ou JAG), et une SINF et qui serait sans doute l'élément choisi pour assurer cet ED. Donc si on prend nos brigades actuelles : 2 RC 3 RI forment 2 ERI (je ne prend pas en compte le 3è affecté à la brigade), 6 ECAV et 12 CINF soit 8 PRI, 24 PCAV, 36 SINF et 12 SAPP, ce qui permet de former 4 SGTIA RI (2 PRI, 1 PCAV 1 SINF), 4 SGTIA CAV (3 PCAV 1 SINF) et 9 SGTIA INF (2 SINF, 1 SAPP, 1 PCAV) et ce qui laisse un rebus de 3 compagnies d'infanterie organiques (3 SINF, 1 SAPP). On a donc quelque chose loin d’être optimal : on peut faire 4 GTIA (1 SGTIA RI, 1 SGTIA CAV, 2 SGTIA INF) et on a un rebus/ réserve d'un SGTIA INF et de 3 CIE. Or pour moi, et notamment suite à la lecture de cet article très intéréssant : https://fr.linkedin.com/pulse/le-combat-de-découverte-et-la-doctrine-exploratoire-scorpion-clee, l’échelon de découverte a besoin d'une certaine puissance de feu et ne peux pas être seulement constitué d'un ERI renforcé, mais plutôt autour de peloton Jaguar. Donc n'avoir du Jaguar que dans les brigades médianes n'a pas vraiment de sens à mon avis puisque les GTIA sont constitués à partir des brigades mères. Donc si on part du postulat que l'échelon de découverte du GTIA doit être articulé autour d'un SGTIA Jaguar et que ce GTIA est articulé en 4 pion (1 de découverte, 3 d'assaut), alors selon moi, un GTIA-S devrait ressembler à ça : - 1 SGTIA Jaguar (échelon de découverte) : 1 PRI, 2 PJAG, 1 SINF - 1 SGTIA XL (échellon d'assaut) : 1 PRI, 2PXL, 1 SINF - 2 SGTIA INF (échellon d'assaut) : 1 SAPP, 2 SINF, 1 PXL Une BIA-S devrait elle même être constituée de 4 GTIA-S, soit 8 PRI, 8 PJAG, 16 PXL, 24 SINF, 8 SAPP = 2 ERI, 2 EJAG, 4 EXL, 8 CINF. On retombe donc globalement sur le schéma que je proposais plus haut : 1 régiment à 4 escadrons de chars, 1 régiment à 2 escadrons Jaguar et 2 ERI, 2 RI à 4 CIE. On peut ensuite ajouter les moyens qui seraient subordonnés directement aux brigades avec 1 ERI en plus dans le régiment Jaguar et les moyens spécialisés des deux CAPP des 2 RI (SAED, SAC, etc) pour former les fameux GAEB. Maintenant, si on regarde les GTIA-S que pourraient composer les brigades médianes supposées apporter une masse d'infanterie supplémentaire on partirait sur ça : - 1 SGTIA Jaguar (échelon découverte) : 1 PRI, 2 PJAG, 1 SINF - 3 SGTIA INF (échelon assaut) : 1 SAPP, 2 SINF, 1 PJAG Donc la BIA-S moto à 4 GTIA-S ferait : 4 PRI, 20 PJAG, 28 SINF, 12 SAPP, ce qui n'est pas optimal du tout. Si on bascule sur 2 SGTIA INF et 2 SGTIA JAG, = 8 PRI, 24 PJAG 8 SAPP, 24 SINF. Et on retomberait sur le format des anciennes BLB à 2RC + 2 RI. Si on résume on aurait donc deux divisions avec chacune : - 2 BB : 1 régiment Jaguar (3 ERI et 2 escadrons Jaguar à 17 Jaguar), 1 régiment XL (4 escadrons de combat à 17 XL), 2 RI VBCI (1 compagnie d'appui et 4 compagnies de combat à 3 sections de combat + 1 sapp) - 1 BM : 2 régiments Jaguar (2 ERI et 3 escadrons de Jaguar à 17 Jaguar) et 2 régiments Griffon Et une dernière division avec la BM et la BP. Bien évidemment cela est purement théorique puisque jamais l'AdT ne sera déployée dans sa totalité. On peut partir du principe que chaque brigade est en mesure de constituer 2 GTIA, et chaque division 1 BIA permettant de former l'ossature d'une DIA à 3 BIA françaises + 1 étrangère (belge par exemple). Actuellement l'armée de Terre dispose de : 12 escadrons de XL 21 escadrons de 10RC/Jaguar 19 ERI 24 compagnies VBCI 28 compagnies VAB/Griffon 28 compagnies VAB/Serval Dans ce plan on aurait : 16 escadrons de XL 20 escadrons Jaguar (14 + les 6 des Brigades légères) 20 ERI (16 + les 4 des brigades légères) 32 compagnies VBCI 16 compagnies Griffon 32 compagnies Serval (les brigades légères). On conserve donc le même nombre de compagnies d'infanterie et on gagne 4 escadrons de cavalerie. Là ou la différence va se jouer c'est sur la répartition des matériels et la densité des appuis avec un passage à 8 brigades au lieu de 6 et des appuis divisionnaires plus costauds. On pourrait aussi abandonner la distinction brigade médiane et lourde et partir sur deux divisions identiques constituées de 3 brigades identiques constituées de 1 régiment Jaguar, 1 régiment XL, 1 régiment VBCI et 1 régiment Griffon. Ce qui a l'avantage de faciliter la constitution de GTIA en condition réelles (50% de génération). Dans ce cadre, il faudrait standardiser les régiments de cavalerie sur le modèle des régiments d'infanterie : 4 escadrons de combat à 3 PON de char + 1 PRI et 1 ERI ( qui se spécialiserait avec des moyens supplémentaires, pour bosser avec les CA et les autre capacités spéciales inter-armes). Le GTIA-S serait alors constitué avec 1 SGTIA RI (JAG JAG PRI GRIF), 1 SGTIA XL (XL XL PRI VBCI), 1 SGTIA VBCI (VBCI VBCI SAPP XL) et 1 SGTIA GRIFFON (GRIF GRIF SAPP JAG). L'avantage d'avoir des pions identiques polyvalents c'est que ça facilite et ça accélère la prise de décision. A ce corps de bataille blindé mécanisé, on ajoute des forces légères inchangées. C'est dommage car les EFA c'est vraiment une superbe capacité à mi chemin entre le SPRAT et le PFM. En moins de 7 minutes le machin est prêt à faire franchir.
  13. Et dans les faits, les 18 obus du barillet ne sont jamais utilisés car la manip de rechargement du CHA est très complexe et longue. C'est beaucoup plus rapide de faire un ravitaillement en munitions à l'arrière. Le défi c'est plutôt avoir des obus polyvalents pour optimiser ces 22 coups. D'où l’intérêt du M3M qui pourra traiter tout ce qui n'est pas du blindé lourd. 22 obus ça permet 2 obus canister, 10 M3M et 10 flèches, c'est déjà pas mal. Le problème d'avoir un armement secondaire de gros calibre en tourelle c'est que ça prend énormément de place, ça crée une vulnérabilité en plus dans le blindage frontal et que peu de munitions sont disponibles. C'est la raison pour laquelle le XL a seulement une 12,7 et pas un 20mm en coaxial. Mais la 12,7 c'est déjà trop vu la taille du trou balistique que ça génère, et seulement 150 munitions sont emportables, 200 en forçant un peu, c'est vraiment peu. Surtout que la 12,7 ne servira à rien contre tout ce qui dépasse le BRDM2. Sans doute que la bonne solution c'est un armement secondaire en armement téléopéré ou sur le coté comme le Moderna. Je pense qu'il vaudrait mieux une 7,62 avec des milliers de munitions disponibles sous blindage et un 30X113 téléopérée pour le char du futur.
  14. Pour l'instant le moteur actuel suffit quoi qu'il en soit. Peut être que d'ici là on pourra trouver une solution pour avoir un moteur aussi compact et plus puissant.
  15. Je suis persuadé qu'un Leclerc Mk2 vraiment rénové serait largement suffisant pour les 30 prochaines années en solution 100% franco-françaises en réutilisant l'essentiel des briques Jaguar. Avec une génératrice plus puissante (35+15KW par exemple) et des batteries à plus grande capacité, de nouvelles optiques directement récupérées du Jaguar, des épiscopes thermiques, des caméras proximales, un système de détection couplé à un système de protection active et passive (plus de Galyx), un moteur fiabilisé et si possible avec une technologie start and stop, une suspension active, une conduite de tir rénovée. Ensuite une mise à jour du blindage à la fois châssis et tourelle et des blindages rapportés sur la totalité des flancs de caisse. Le tout en faisant un effort pour que l'ensemble ne ressemble pas à une pagode qui s'accrocherait dans toutes les branches. La perte des coffres de tourelle (remplacés par du blindage, les galyx en plus, les systèmes de détection, etc) serait compensée par des coffres en nuque de tourelle plus grand, et par l'espace libéré par l'enlèvement du barillet à l'avant droite du pilote. A moyen terme, intégration d'un 140mm Ascalon et remplacement du moteur par quelque chose de plus puissant.
×
×
  • Create New...