Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marina militare


Périclès
 Share

Recommended Posts

euh pour moi c'est un des modèles AAW de la marine, vu la taille du radome. Sinon, il est normal que la marine italienne préfère le Marte et l'Ottomat au NSM, étant donné que c'est des produits nationaux, là où le NSM est norvégien.

Link to comment
Share on other sites

Guest grinch
jolie reportage de l'exercice Amphex 2007 auquel à participé le Garibaldi, 3 LPD, 1 DDG, 3 FFG , 1 AOR, 736 marines.

personnellement je prefere cette photo

Image IPB

Link to comment
Share on other sites

Wikipedia sur la MMI: "Present Day Marina Militare Today's Marina Militare is a modern navy with ships of every type, such as aircraft carriers, destroyers, modern frigates, submarines, amphibious ships and plenty of other smaller ships, including oceanographic research ships. The fleet is in continuous evolution; the Marina Militare is now equipping herself with a bigger aircraft carrier (the Cavour), new destroyers, submarines and multipurpose frigates.In modern times, the Marina Militare, being a member of the North Atlantic Treaty Organisation (NATO), has taken part in many coalition peacekeeping operations. The "Marina Militare" is considered the sixth strongest navy of the world." http://en.wikipedia.org/wiki/Marina_Militare#Present_Day_Marina_Militare [12][12][12]

Link to comment
Share on other sites

Les échanges sont nombreux, mais celui là n’est pas comme les autres.

Le port d’Augusta (Italie) est déjà loin. Roberto Locci, 30 ans, officier de la Marine italienne a pris place à bord. La Marine nationale française lui ouvre ses portes ; à la clé, formation et embarquement à bord de deux frégates. Plongé au cœur d’un nouvel environnement, c’est un échange de trois ans qu’il effectue tout comme le fait un officier français au sein de la Marine italienne.

Cet échange se perpétue depuis plus d’une dizaine d’années et s’inscrit dans une dynamique de coopération franco-italienne. Étroite, elle gravite autour des nouveaux éléments de force maritime (EFM) dont les deux marines vont se doter au cours des prochaines années. Les frégates multi missions (FREMM), les frégates Horizon de type Forbin , les systèmes d’armes associés tel que le système français de lutte anti torpilles (SLAT) permettront, dans une dizaine d’années de constituer deux flottes liées par des atouts semblables.

Au début de l’été 2005, après un an d’études avec les officiers français à l’École supérieure de combat et d’armes navales de Saint-Mandrier (ESCAN) et avec une spécialité «Miss’art» (missile artillerie), Roberto a embarqué à bord de la frégate anti sous-marine Lamotte-Picquet pour une durée d’un an. Pleinement intégré à l’équipage, cette première affectation fut l’occasion des premiers contacts avec la Marine française et ses marins et d’une première mission en Méditerranée orientale.

Le lieutenant de vaisseau Locci est, depuis l’été 2006, embarqué sur le Cassard, à bord duquel il a effectué la mission «Baliste» et avec lequel il se trouve actuellement plongé au cœur de la mission «Agapanthe 07» en océan Indien.

Chef d’un secteur de 23 personnes, il est en charge de la mise en œuvre, de l’entretien des systèmes d’armes d’autodéfense et de l’entraînement du personnel. Le canon de 100 millimètres CADAM (cadence améliorée), le système Sadral (conduite de tir de missile Mistral), les torpilles et les petits calibres, 20 millimètres et 12,7 millimètres relèvent de sa compétence et de sa responsabilité.

En tant que directeur de tir, il est au centre de la mise en œuvre des armes et prend activement part à l’ensemble des exercices d’artillerie qui ponctuent l’activité de la frégate anti-aérienne. Notamment CPC terre (chef du poste central), il dirige et soigne l’engagement du canon de 100 millimètres lors de tirs contre terre. Partie intégrante des chaînes fonctionnelles, il est officier de quart «opérations» et coordonne ainsi l’ensemble des activités du bâtiment depuis le central opérations.

Roberto vit cet échange comme une opportunité exceptionnelle. Pleinement intégré, au cœur de l’action du Cassard au même titre qu’un officier français, ces moments constituent une expérience humaine et professionnelle unique. Pleinement intégré, Roberto évolue dans un environnement qui lui est maintenant familier. En juillet, lorsqu’il rejoindra l’Adriatique et les côtes italiennes, c’est avec un regard nouveau que le lieutenant de vaisseau Locci reprendra sa place au sein de la Marine italienne.

Link to comment
Share on other sites

Une info atypique et intéressante [27] ; ce genre d'écahnge ne peut qu'apporter un plus à l'efficacité de nos marines européennes lorsqu'elles vont travailler ensemble. Sais t-on qui est l'officier français intégré dans l'équipage d'une frégate italienne et sur quels navire de la "Marina Militare" il est ??

Link to comment
Share on other sites

Italy Eyes Next Batch of FREMM Frigates

Shared EffortHelps Promote Stable Funding

By TOM KINGTON, ROME

Historians of the defense sector may come to view Italy’s FREMM frigate program as a perfect example of the real reason European generals and admirals like to mount cross-border programs. Not to share development costs and thus reduce unit spending, nor to build interoperability with allies, but to make it much harder for their politicians to squirm out of providing funding.

Industrial managers here agree that the savings to be had by sharing the FREMM program with Paris are likely to be less than originally thought as each nation chooses different systems and different armaments. France is building 17 frigates and Italy 10.

Instead, it was the political pressure to keep up with the French that probably saved the program from being seriously delayed in Italy in 2005, when budget cuts meant ships already in service with the Italian Navy did not have the fuel to stay at sea.

The last-minute solution found was a huge loan, backed by the Ministry of Industry, to free up 1.25 billion euros ($1.66 billion) to cover development costs and the first two Italian vessels.

In official Defense Ministry spending documents for 2006 and 2007, the figure zero appears in the column next to FREMM, with a footnote stating the loan is taking care of the program.

But in 2008, when the loan’s provisions run out, Italy will need to dig deep again, probably from regular defense funding, if it does not want to be left with two orphan frigates and out of step with the French.

“The next four vessels will cost 1.5 billion euros, with contracts required by 2010 or prices will vary,” said an industrial source knowledgeable of the talks.

Defense Undersecretary Lorenzo Forcieri said he aimed to exercise options in May for more frigates, “possibly six more plus two options,” he said.

In the meantime, contracts have been awarded for systems and weaponry for the first two frigates — a general-purpose vessel and an anti-submarine vessel — with work led by the team of Finmeccanica and shipyard Fincantieri.

The source said work on the first frigates was still due to start by the end of 2007 and on the second by the end of 2008, with deliveries in 2012 and 2013.

While France orders 50 MBDA Scalp Naval land attack missiles for its frigates, the first two Italian FREMM vessels will be delivered without an equivalent missile, said the source, despite talk of buying the U.S. Tomahawk, Scalp Naval or another missile.

“The newly upgraded Otomat missile will lend some land-attack capability, as will the Italian Vulcano guided munition, with a range of about 100 kilometers,” said the source.

Finmeccanica unit Oto Melara is now testing its new Vulcano munition, while European missile house MBDA is test-firing its Otomat Mk2 Block IV, an enhanced version of its Otomat Mk2 anti-ship missile. The new upgrade can be fired at coastal targets.

New missiles and munitions apart, Forcieri said the launch by Italy of differently designed FREMM frigates for new missions was unlikely. That said, industry is sitting on blueprints for a faster vessel should the need ever arise, said the source.

Italy’s Need for Speed

“When design talks were under way with the French, Italy pushed for a vessel faster than the one which is now being built,” said the source. “The idea was to use the frigates for escorting the Italian carrier Cavour, which will do 30 knots. The FREMM frigates will reach 27 knots.

“Italy has kept the option to add another gas turbine to its vessels; the French have not. Adding a turbine to later vessels would incur a good deal of redesign and non-recurring costs, but would boost speed to 32-33 knots,” he said.

The developing dissimilarities between the French and Italian vessels has undermined moves toward a joint export campaign, a concept already weakened by individual marketing efforts launched by Paris and Rome, suggesting Italy and France will compete to sell the same frigate.

Greece and Turkey are early candidates to buy FREMM, but according to the Italian industrial source, they presented an obstacle to both Italy and France.

“Both countries are part of the Sea Sparrow [missile] family of clients, which could make it harder to sell a vessel that is based on the MBDA Astor missile family,” he said. •

Defencenews

Link to comment
Share on other sites

Si les italiens veulent que leur frégates puissent faire plus tard du 32/33 noeuds, il aurait été plus malin d'équiper les FREMM d'une turbine à gaz MT30 de Rolls-Royce (35 MW de puissance, qui peuvent être augmentés à 40 MW) plutôt que de les équiper d'abord d'une GE LM2500 G4 +, puis ensuite de deux !! Au final avec les travaux qui seront nécessaires pour installer une deuxième LM2500 G4+, la motorisation de leurs FREMM coûtera dans cette hypothèse bien plus cher qu'avec une MT30 de Rolls-Royce, même si la dépense est étalée dans le temps (prix global d'acquisition supérieur et consommation carburant de deux LM 2500 plus importante que celle d'une MT30) [09]

Link to comment
Share on other sites

non, car les italiens veulent des turbines construites en italie...

franchement, je commence à douter que ce soit des frégates construites en coopération...

Oui, certes !! Ils veulent donner de l'activité à Avio mais ça fera quand même grimper le coût (y compris les frais d'utilisation) de leurs FREMM s'ils font ça ! Les FREMM françaises seront moins armées et moins équipée mais très économiques ; les FREMM italiennes deviendraient avec deux LM2500 des bêtes de courses "offshore" [50]
Link to comment
Share on other sites

La MMI prefere LM2500 parceque tous les bateaux de la MMI ont des LM2500. Avoir un seul type de moteur pour tous le bateaux fait epargner l'argent car ont a une seul ligne logistique. La LM2500 G4 a 32MW. Aussi avec une MT30 de 35MW le problem est le meme. La gagne de 3 MW ne permit pas de passer de 27 a 32 noeuds. Ridicule, les vieux frigates Maestrale ont 2 turbines et les nouvelle generation Fremm seulement 1 et une vitesse inferieur. La MMI veut epargner trop sur les Fremm....

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

mouarf plus puissant, plus moderne. [08][08]

tu veux que les US envoient des Virginia ou des Seawolf tester cela? [28]

Pourquoi pas non?

Avec le bruille de les SSN russe, Usa, FR et autre le SSK comme le U212A sont tres content de jouer et gagner [08]

Regardez ici the quietest submarine of the world.

Il est concu pour attendre les SSN russe (et les autre nuclear).

Hihihihihihihihihihihihihihihihi [08]

Link to comment
Share on other sites

Aller un petit combat dans l'Atlantique. Le Virginia attend 2 petits mois et voit soudain le U212 surgir de l'eau. Puis l'ensemble de l'equipage sort avec des rames pour revenir à bon port [12] C'est sympa pour la defense mais pour l'attaque hors Mediterrannée j'ai de gros doutes [30]

Link to comment
Share on other sites

C'est claire que les Sous Marins AIP doivent être redoutable pour le protection des cotes non ? Rien que par leur petite taille (par rapport au SNA), j'en déduit une plus grande mobilité, peut etre un peu plus silencieux quand il tourne avec leurs batteries, etc ... enfin cela ne remplace pas de bon gros SNAs pour proteger les SNLEs ainsi que les PA et puis d'un point du vue endurance, vitesse, emport (armement, vivre, électronique/systeme de combat ?, ...) c'est incomparable. Pour moi ils sont complémentaires.

Link to comment
Share on other sites

C'est claire que les Sous Marins AIP doivent être redoutable pour le protection des cotes non ? Rien que par leur petite taille (par rapport au SNA), j'en déduit une plus grande mobilité, peut etre un peu plus silencieux quand il tourne avec leurs batteries, etc ... enfin cela ne remplace pas de bon gros SNAs pour proteger les SNLEs ainsi que les PA et puis d'un point du vue endurance, vitesse, emport (armement, vivre, électronique/systeme de combat ?, ...) c'est incomparable.

Pour moi ils sont complémentaires.

Je suis parfaitement d'accord avec toi, des SSK comme des U212 sont redoutables pour n'importe quel SM dans le coin mais uniquement en position defensive, c'est pas avec cela que l'Italie pourra surveiller le detroit de Malacca...
Link to comment
Share on other sites

c'est pas avec cela que l'Italie pourra surveiller le detroit de Malacca...

C'est claire qu'ils vont avoir du mal, mais je suppose que la Marine Italienne a plus une vocation méditerranéene si je puis dire ce qui biensur ne l'empeche pas de naviguer sur les autres océans du globe.
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,938
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...