Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

  • 5 months later...

Suite du fil "Chine", pour compléter la documentation sur Namewee :

https://www.aljazeera.com/news/2021/6/8/rap-battle-blackpink-fans-silence-bad-boy-malaysian-rapper (8 juin 2021)

"Blink" est le nom officiel des fans les plus dévoués des superstars sud-coréennes de la K-pop, Blackpink, actuellement considérées comme le groupe de filles le plus commercialisable au monde.

Cette fois, les Blinks en Malaisie et dans le monde entier ont été contrariés par une ligne de la dernière chanson parodique de Namewee : You Know Who Is My Father ? publiée sur YouTube le 28 mai. Ils ont tous dénoncé cette chanson - interprétée dans un mélange créole des principales langues de Malaisie (malais, mandarin, autres dialectes chinois et tamoul) et de l'anglais, connu sous le nom de "Manglish" - comme étant misogyne et sexiste.

Au milieu de la controverse, la chanson a recueilli 4,5 millions de vues et plus de 68 000 commentaires en moins de deux semaines.

Pour certains, il est un militant intrépide, un cinéaste audacieux, un comédien au sens de l'humour narquois.

Pour d'autres, il est un fauteur de troubles qui suscite des controverses raciales.

L'année dernière, des membres de l'aile jeunesse de la coalition au pouvoir, ainsi qu'une association locale d'artistes, se sont plaints à la police de son film Babi (mot malais signifiant "cochon", souvent utilisé comme une injure raciale dans la Malaisie multiethnique), qui dépeint une émeute scolaire que les autorités locales auraient tenté d'étouffer il y a 20 ans par crainte d'attiser les tensions raciales. De nombreuses minorités ethniques de Malaisie vivent dans le cadre d'un contrat social qui défend les droits de la majorité ethnique malaise.

Namewee a déjà cloué au pilori le monde torride de la K-pop. Dans une vidéo de 2015, K-pop Idol, qui a été vue 6,7 millions de fois, le rappeur a recours à la chirurgie plastique et devient une belle pop star coréenne.

Mais dans You Know Who Is My Father ? - sponsorisé par un casino en ligne, il s'en prend non pas à la K-pop ou à Blackpink, mais aux élites chinoises malaisiennes, nouveaux riches, dans un style qui n'est pas sans rappeler celui du Sud-Coréen Park Jae-sang, plus connu sous le nom de Psy, auteur des méga-succès Gangnam Style et Daddy.

En fait, sous la satire se cache un message social sérieux.

Namewee est franc quant à ses intentions dans la description de la vidéo. Il souligne ce qu'il appelle "la morale de la chanson" avec un commentaire social familier : "Ne jouez pas avec les riches, ils peuvent PIAK ["frapper"] votre visage quand ils veulent, même dans le restaurant de bateaux à vapeur." Il s'agit d'une référence à un incident survenu à Kuala Lumpur en janvier, lorsque deux clients fortunés ont eu une prise de bec dans un restaurant local.

Des groupes pop "nasyid" (chant a cappella islamique) ont produit des reprises de tubes K-pop adaptées à la sensibilité des musulmans malaisiens. [Rabithah] a publié Hatiku (My Heart), une version "islamique" du tube racé Ice Cream de Blackpink et Selena Gomez, en octobre 2020, transformant les paroles originales remplies de sous-entendus sexuels en une déclaration d'amour à Allah en langue malaise, recueillant plus de 280 000 vues dans les deux premières semaines suivant sa publication sur YouTube.

Lundi, la vidéo [You Know Who Is My Father ?] a été retirée de YouTube pour violation du règlement, ne laissant sur le site qu'une version avec paroles seulement et une vidéo sur la façon dont la chanson a été réalisée.

L'utilisateur Jendukie avait peut-être raison : la portée des Blinks est mondiale et ils sont vraiment le "mauvais fandom" à qui s'attaquer, même pour un provocateur chevronné comme Namewee.

Les critiques de la culture K-pop ont souvent dénoncé sa sexualisation des femmes et sa culture "toxique" du fandom. Le fait que Namewee se fasse dire de "respecter" Blackpink a donc plus qu'un soupçon d'hypocrisie.

Edited by Wallaby
  • Like 2
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

https://asialyst.com/fr/2022/11/24/malaisie-anwar-ibrahim-premier-ministre-fin-crise-politique/

Ce jeudi 24 novembre, cinq jours après des élections aux résultats indécis et d’intenses tractations politiques, ce que de nombreux Malaisiens ne pensaient jamais arriver s’est produit : Anwar Ibrahim, l’éternel opposant, l’éternel premier ministrable, a été désigné par le roi pour former un gouvernement. Quelques heures plus tard, il a prêté serment, devenant ainsi officiellement le dixième Premier ministre malaisien.

Aucune des trois grandes coalitions n’arrivent à obtenir seule la majorité de 112 sièges nécessaires pour former un gouvernement. Le PH d’Anwar arrive en tête avec 82 sièges, suivis de près par le PN de Muhyddin et ses 73 députés. Le BN [Barisan Nasional] connaît quant à lui une déroute historique avec seulement 30 élus, dont 26 pour l’UMNO.

Le succès du PN s’explique par la percée du PAS qui devient le premier parti de Malaisie avec 44 députés.

Ce succès du PAS n’avait pas été anticipé. Il est le fruit d’un long travail de terrain. Parti islamiste à la vision rigoriste de l’Islam – son dirigeant n’a pas hésité à saluer la victoire des Talibans en 2021 -, il est très implanté dans la société malaise, dirigeant de nombreuses associations, écoles religieuses et mosquées.

L’angoisse de voir son idéologie rigoriste se distiller progressivement depuis le gouvernement s’installe au sein des minorités non musulmanes chinoises (27 % de la population) et indiennes (12 %).

L’angoisse se traduit alors par une société civile qui s’agite. Quelques rares manifestations anti-PAS apparaissent dans les rues du Kuching, la capitale du Sarawak. À l’inverse, des vidéos haineuses appelant à attaquer les minorités chinoises font leur apparition sur TikTok.

Les partis chinois et indiens du Barisan ne se résolvent pas à soutenir un gouvernement dans lequel le PAS serait si dominant.

L’alliance entre les ennemis d’hier est définitivement scellée lorsque le journal New Straits Times publie ce mercredi 23 novembre un accord de principe entre le PH et le BN : Anwar sera Premier ministre, son vice-premier ministre issu des rangs de l’UMNO et cette alliance de circonstance aura pour objectif de préserver la stabilité politique de la Malaisie.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

https://www.lowyinstitute.org/the-interpreter/anwar-s-victory-not-only-malaysian-shockwave (1er décembre 2022)

La propagation de l'influence du PAS [Parti Islam Se-Malaysia] en Malaisie s'est accélérée il y a 20 ans par la prolifération de milliers d'écoles pour toutes les tranches d'âge, appartenant au parti ou à ses fervents partisans, selon l'ancien vice-président du PAS et haut dignitaire musulman Ahmad Awang.

Les jardins d'enfants, les tahfidz (écoles de mémorisation du Coran) et les écoles islamiques liés au PAS sont répartis dans tout le pays, jusqu'aux États de Sabah et de Sarawak sur l'île de Bornéo, qui compte d'importantes communautés chrétiennes et animistes.

Dans ces écoles, les élèves sont "imprégnés de la doctrine du PAS", m'a dit Ahmad Awang. On leur apprend très tôt qu'il est de leur devoir de voter pour le PAS. S'ils votaient pour d'autres partis, ils iraient en enfer.

Dans les bastions du PAS dans les États de Kelantan et de Terengganu, la viande des vaches, des poulets et des chèvres abattus par des musulmans qui ne font pas partie du PAS est considérée comme "haram" ou interdite. Les musulmans malais - qui ne sont pas des partisans du PAS - sont considérés comme des infidèles.

Des étudiants malaisiens au Caire, dont certains bénéficient de bourses d'études du gouvernement, ont exprimé leur soutien au PAS et se sont détournés de l'Organisation nationale unie des Malais (UMNO) au pouvoir parce qu'elle applique une constitution "qui n'est pas fondée sur la charia".

La lutte du PAS pour transformer la Malaisie démocratique en un État théocratique a pris racine. En juin de cette année, l'institut de sondage malaisien Merdeka Centre a publié une "Enquête sur la jeunesse musulmane 2022", dans laquelle des entretiens en face à face ont été menés avec 1 200 jeunes musulmans âgés de 15 à 25 ans. Dans cette enquête, 82 % des répondants étaient d'accord pour que le Coran remplace la constitution du pays, contre 72 % en 2010.

Les personnes interrogées croient également en l'obéissance totale aux personnalités religieuses, 72 % d'entre elles estimant que les "vrais musulmans" doivent suivre les paroles des chefs religieux et des érudits et "leur obéir sans poser de questions". L'enquête a également révélé que le nombre de jeunes musulmans fréquentant des écoles religieuses a augmenté, passant de 48 % en 2010 à 60 % en 2022.

L'actuel président du PAS, Abdul Hadi Awang, a fait pression pour l'expansion du code pénal islamique connu sous le nom de loi Hudud afin d'infliger des peines plus sévères aux musulmans dans les États de Kelantan et de Terengganu où il règne. À Kelantan, les cinémas sont interdits, tandis que dans l'État de Terengganu, deux femmes ont reçu des coups de bâton en public en 2018 après avoir été accusées d'entretenir une relation homosexuelle.

Peut-être comme un signe d'instabilité future, les attaques les plus féroces du PAS/PN ont été dirigées contre le Pakatan Harapan (PH) d'Anwar Ibrahim, accusant la coalition d'être contrôlée par son partenaire, le Parti d'action démocratique (DAP) à base chinoise, et déclarant que si le PH gagne, le pays sera dirigé par les Chinois, l'appel à la prière dans les mosquées sera interdit et le mariage homosexuel sera légalisé.

Aucune de ces accusations n'est vraie, mais l'alarmisme semble avoir fonctionné. Les Malais de souche ont commencé à exprimer leur crainte d'être gouvernés par des Chinois malaisiens "qui sont communistes" et qui interdiraient l'appel à la prière dans les mosquées.

  • Thanks 1
  • Sad 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Quelqu'un peut expliquer comment des cours de justice ''nationale'' espagnole et francaise peut légiférer sur un contentieux concernant la Malaisie, des philippins et un société britannique...

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20230317-le-conflit-entre-la-malaisie-et-les-partisans-du-sultanat-de-sulu-rebondit-en-france

Sur l’île de Bornéo, dix ans après « le conflit de Sabah », l’un des deux états malaisiens de l’île de Bornéo, le pays n’a pas encore tourné la page. Ce conflit oppose toujours les partisans d’un ancien royaume, le Sultanat de Sulu à la Malaisie.

Avec notre correspondante à Kuala Lumpur, Juliette Pietraszewski 

En février 2013, plus de 230 Philippins, autoproclamés « Forces royales de sécurité du sultanat de Sulu et de Bornéo du Nord » avaient accosté à Sabah, envoyés par l'un des prétendants au trône de l’ancien royaume. L’objectif était de faire valoir ses revendications territoriales. Les affrontements entre militants philippins et militaires malaisiens ont fait plusieurs dizaines de morts dans les deux camps, des civils aussi ont perdu la vie. Aujourd’hui, ce conflit de Sabah laisse place à un combat judiciaire arbitré en Europe, et notamment en France où la justice vient de rendre une nouvelle décision.

Les héritiers autoproclamés de Sulu ont d’abord mené une action en justice auprès de l’Espagne en 2019. Le but était d'obtenir une indemnisation pour des terres à Sabah, en Malaisie. Des terres qui, selon eux, avaient été louées par leurs ancêtres à une société commerciale britannique au XIXe siècle. L’arbitre espagnol avait rendu une décision en faveur des demandeurs qui réclamaient plus de 14 milliards de dollars à la Malaisie. Face à cette situation, le pays s'est adressé aux tribunaux de plusieurs nations pour contester l'arbitrage, et empêcher son application.

En avril 2022, la Malaisie a demandé à Paris la suspension de cette exécution. Suspension accordée par la justice avec une ordonnance de sursis. Le motif : « éviter d’affecter la souveraineté territoriale du pays », selon les autorités malaisiennes. De leur côté, les héritiers autoproclamés de Sulu ont alors déposé une requête. Mais ce mardi, nouveau rebondissement : la cour d'appel de Paris l’a jugée irrecevable. En Malaisie, les autorités y voient une reconnaissance de la souveraineté du pays, et promettent d’utiliser tous les recours possibles face aux héritiers autoproclamés de Sulu.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

https://www.asahi.com/ajw/articles/15157850

La plus haute juridiction de Malaisie a annulé vendredi plus d'une douzaine de lois d'État fondées sur la charia, estimant qu'elles empiétaient sur l'autorité fédérale. Cette décision a été dénoncée par les islamistes, qui craignent qu'elle n'affaiblisse les tribunaux religieux dans tout le pays.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,936
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...