Recommended Posts

Voilà un système de propulsion très contreversé d'où le besoin de vos avis. Le EmDrive permet en théorie de propulser un objet sans consommer/ejecter de masse mais uniquement de l'energie. Avec un réacteur nucléaire fournissant de l'energie pendant un temps quasiment illimité, on pourrait atteindre des vitesse relativistes.

http://en.wikipedia.org/wiki/EmDrive

http://www.emdrive.com/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Henri K a posté un truc récemment à ce sujet sur le fil de la chine http://www.air-defense.net/forum/index.php/topic,7273.msg694237.html#msg694237

Ils en parlent aussi sur http://www.aviationweek.com/Article.aspx?id=/article-xml/AW_11_05_2012_p84-495380.xml&p=2

ou http://www.wired.co.uk/news/archive/2013-02/06/emdrive-and-cold-fusion

Ca a commencé il ya quelques années car on trouve aussi des documents de 2008

http://www.wired.com/dangerroom/2008/09/chinese-buildin/

http://fr.slideshare.net/Stellvia/emdrive-presentation-at-space-08-conference-barbican-london-presentation?type=powerpoint

Bref, ça part du principe qu'un rayonnement peut exercer une pression sur une surface, ce qui est vrai (voiles solaires).

Là, ce serait des micro-ondes en résonance dans une cavité, qui d'après l'inventeur exerceraient une pression plus forte d'un coté que de l'autre grâce à la forme de la cavité (une sorte de cone tronqué) mais je comprends pas le raisonnement sur ce point.

Ca me paraît un peu fumeux et bizarre, il y a de quoi être très sceptique tant qu'ils ne présentent pas un truc qui marche.

Pas mal de commentaires sur http://www.dailytech.com/Propellantless+Space+Drive+Called+EmDrive+Made+in+China/article29862.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'après tout ce que j'ai pu lire sur le sujet, complété par d'autres documents de physique en général, nous serions en train de passer de la mécanique Newtonienne à la mécanique relativiste, en matière de propulseurs.

Il faut cependant rester pragmatique.

Pour la petite histoire, L'inventeur, Mr Roger Shawyer aurait bossé dans la conception et la confection de cavités électromagnétiques, à l'usage des laboratoires de physique.

Il aurait constaté que de temps en temps certaines cavités se déformaient en s'allongeant suffisamment pour ne plus fonctionner en tant que cavité accordées en fréquence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela lui aurait renforcé l'idée qu'un front d'onde en résonance aigüe pouvait appliquer une force physique sur un objet. Fort de cette expérience particulière, et fort de ses connaissances de physique relativiste d'ingénieur, il aurait commencé à étudier un système éventuellement fonctionnel.

Et ce système reposerait sur deux principes :

- une variation de la vitesse du paquet d'ondes (à ne pas confondre avec la vitesse de phase) liée à l'impédance de la cavité

- une disymétrie de vitesse selon le sens de réflection du front d'onde, produisant un delta de force lequel s'appliquerait au propulseur relativiste, si il en est.

Et bien sûr, il s'est pris une volée de bois vert sur le net, pas mal de monde hurlant à l'hérésie.

Mais comme par ailleurs il avait construit un prototype de validation, qui aurait fonctionné selon ses projections, cela aurait attiré l'attention de scientifiques Chinois qui auraient considéré son principe comme juste, et auraient construit leur propre appareil.

Ce qui changerait aujourd'hui dans cette affaire, c'est qu'ils auraient produit plus de force avec leur prototype, et donc validé la formule.

La prochaine étape serait d'améliorer la Qualité d'amortissement de la cavité, afin de mener ce projet à son apogée. Car les divers prototypes construit jusqu'à présent n'auraient pas la qualité requise en terme de conductivité électrique pour exploiter l'appareil et construire des aéronefs à la Star Wars.

A la lecture donc de ce qu'on peut trouver sur le net ce jour, la technologie aurait été transmise par les Chinois aux USA par le biais d'un accord de retour de technologie, et nous aurions donc trois pays et non des moindres investis dans ce développement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Affaire à suivre pour ceux que cela interpellerait...

Merci pour les précisions, même si je comprends pas tout.

En pratique on obtiens de fortes poussées en Newtons avec ce genre de propulsion ? Ou alors ce sont de faibles poussée comme les moteurs électriques. ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(une petite présentation Martial52 ? http://www.air-defense.net/forum/index.php/board,41.0.html )

Il aurait constaté que de temps en temps certaines cavités se déformaient en s'allongeant suffisamment pour ne plus fonctionner en tant que cavité accordées en fréquence.

Cela lui aurait renforcé l'idée qu'un front d'onde en résonance aigüe pouvait appliquer une force physique sur un objet.

N'est ce pas simplement la pression de radiation ?

Et ce système reposerait sur deux principes :

- une variation de la vitesse du paquet d'ondes (à ne pas confondre avec la vitesse de phase) liée à l'impédance de la cavité

- une disymétrie de vitesse selon le sens de réflection du front d'onde, produisant un delta de force lequel s'appliquerait au propulseur relativiste, si il en est.

Là, ça me dépasse un peu vu que je préfère les photons bien élevés avec un comportement corpusculaire :lol: . Peux-tu expliquer plus en détail?

Et bien sûr, il s'est pris une volée de bois vert sur le net, pas mal de monde hurlant à l'hérésie.

Mais comme par ailleurs il avait construit un prototype de validation, qui aurait fonctionné selon ses projections, cela aurait attiré l'attention de scientifiques Chinois qui auraient considéré son principe comme juste, et auraient construit leur propre appareil.

Pas tout à fait d'après les articles cités plus haut. Il aurait reçu une subvention du gvt UK, et une grosse boite US aurait étudié son système, avant de laisser tomber. Ils peuvent s'être trompés, mais il est aussi assez probable que ses expériences soient foireuses.

A la lecture donc de ce qu'on peut trouver sur le net ce jour, la technologie aurait été transmise par les Chinois aux USA par le biais d'un accord de retour de technologie, et nous aurions donc trois pays et non des moindres investis dans ce développement.

Moi j'ai compris qu'il y a avait seulement une équipe chinoise sur le coup. Où as-tu lu cette histoire de transfert de techno USA=> Chine ?

Visiblement, cela fait plus de 10 ans que ce Shawer essaye de prouver théoriquement que son système fonctionne. Or son système est constitué uniquement d'un petit générateur de micro-ondes et d'une cavité métallique. C'est loin d'être cher et difficile à reproduire. Il lui suffirait de démontrer par une expérience facile à reproduire que son système fonctionne, ça clouerait le bec à tout les incrédules, et le monde entier chercherai activement l'explication.

Il s'agit quand même d'un dispositif totalement fermé qui serait capable de générer une poussée non négligeable avec juste de l'électricité, alors il y a de quoi être incrédule sans preuves. C'est hélas un peu trop beau pour être vrai à mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour les précisions, même si je comprends pas tout.

En pratique on obtiens de fortes poussées en Newtons avec ce genre de propulsion ? Ou alors ce sont de faibles poussée comme les moteurs électriques. ?

Il parle de 3t/kw de poussée pour les systèmes de 2nd génération donc avec un petit réacteur nucléaire (50MW) on pourrait soulever la Tour Montparnasse (150 000t) mais pour respecter le principe de conservation de l’énergie, le système pousse beaucoup moins quand il y a de l'accélération, en gros ça remplis le rôle des ailes en contrant la force de gravité. Les systèmes de faibles puissance n'ont pas ce problème et pourrait remplir les mêmes rôles que les moteurs électriques avec les gros avantage de fonctionner sans carburant.

Voilà d'après ce que j'ai compris

Sur leur site y a la théorie du système avec pleins d'équations. Y a t-il un mathématicien ou physiciens parmi nous qui pourrait regarder ça de plus près ?  ;)

http://www.emdrive.com/theorypaper9-4.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le phénomène clé, que Mr Shawyer dit utiliser dans ce système :

- serait selon ses textes, analysés de façon plus poussée, principalement l'établissement d'un "gradient d'indice de vitesse" tout le long de cette cavité, induit par la géométrie de ce guide d'onde.

C'est cet aspect qu'il clame assez discrètement, et qui lui fait dire que, de ce point de vue relativiste, la cavité apparaît comme si elle était ouverte.

Il nous présenterait donc, un appareil capable de faire rebondir ses propres paquets d'ondes d'une paroi à l'autre, avec entre chaque rebond, une zone relativiste qui affecterait leur vitesse.

Ce qui imposerait l'obligation de deux lectures (relativiste puis newtonienne) pour la compréhension de son invention...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les documents qu'ont diffusé sur le net les Chinois après leurs propres essais, précisent un peu mieux le domaine physique utilisé, que Mr Shawyer.

Ils avancent que ce système prend ses principes de fonctionnement de l'Hypothèse de Planck, de la théorie relativiste d'Einstein, et de la théorie des micro ondes.

Pour la partie micro ondes, et en ce qui concerne un guide d'onde en général, il est le siège en fonctionnement, d'un composé d'énergie électrique et magnétique transverse, l'une par rapport à l'autre, cela forme une onde électromagnétique.

Ces ondes sont perpendiculaires au sens de propagation dans la cavité.

On y distingue très globalement :

- une constante de propagation

- une longueur d'onde dans le guide/cavité

- une vitesse de phase

- une vitesse de groupe

- une atténuation dans la bande non passante

- une impédance caractéristique

Et dans la cavité se côtoient l'onde dite incidente, et l'onde dite de réflexion. Cela forme un ensemble indissociable qu'on peut distinguer par différents modes :

- Les Chinois évoquent dans leur papier, les modes TE011, TE012, TE111 qui sont des modes types des cavités cylindriques, et qui correspondent aux variations de figure des champs magnétiques et électriques dans ce guide d'onde/cavité.

Ce sont des modes représentant l'expression mathématique des champs à l'intérieur, et sont des longueurs d'ondes dans l'air notées "lo", à la fréquence de résonance. (Shawer évoque pourtant une cavité sous vide, à conserver en tête)

Donc, en première réflexion, leurs documents qui proviendraient du "College of astronautics, Norwestern Polytechnical University, X'ian 710071, China", s'ils en sont, semblent représentatifs, cohérents et complémentaires par rapport à ce qu'avance techniquement Mr Shawyer, et qu'on peut déterminer à l'analyse...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le cas des guides d'ondes purs (sans considérer la notion de guide-d'onde/cavité résonante dans lequel sont présents en interaction l'onde incidente et l'onde réfléchie) : la vitesse des micro-ondes se présente sous plusieurs aspects, et celui qui se rapprocherait le plus de l'effet de "poussée" de l'Emdrive, c'est la Vitesse de propagation de l'énergie.

Qui n'est pas la vitesse de phase, ni la vitesse de groupe (qui s'identifie cependant avec la vitesse de propagation de l'énergie).

Et pour un guide d'onde tubulaire à section carrée, rectangulaire, ovale ou ronde, cette vitesse dépend des dimensions de largeur et/ou de hauteur des parois du guide d'onde.

Cette dimension se retrouve dans la formule mathématique de la Dispersion de l'Energie, et permet de passer mathématiquement de la Vitesse de Phase, à la Vitesse de Propagation de l'Energie.

(Les formules attenantes suivront dans un autre post)

Ce qui fait que si le diamètre du guide-d'onde diminue, la vitesse de la propagation de l'énergie de ces micro-ondes sera comprise entre C et moins C, et donc présentera un gradient de vitesse variable tout au long de la longueur du guide-d'ondes.

On peut donc avancer prudemment que grossir l'explication du principe portant sur la vertu des diamètres différents des miroirs de rebonds de l'énergie dans l'Emdrive, ne seraient qu'un leurre, détournant l'attention des lecteurs du mode de fonctionnement réèl de la cavité Emdrive. (pourtant présentée aussi, mais en filigrane...)

Un peu comme avait fait l'inventeur de la céramique supra-conductrice de formule chimique YBaCuO, qu'il avait écrit IBaCuO, induisant là aussi une volée de bois vert de la part de critiques s'étant essayé à reproduire en vain sa céramique avec de l'Indium, alors qu'il s'agissait d'Ytrium...

On a la même volée de bois vert en réaction aux explications du différentiel de poussée entre le miroir de grande surface par rapport à celui de petite surface : cette explication violant à elle seule le principe de la conservation de la quantité de mouvement.

Alors qu'une approche appuyée de l'explication par le Gradient de vitesse de propagation de l'énergie à cause du diamètre du guide d'onde, qu'est aussi l'Emdrive, en feraient réfléchir plus d'un...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La propagation des ondes dans un guide-d'onde repose, pour simplifier le calcul, sur des suppositions afin de cerner un cas particulier.

On supprime ainsi certaines hypothèses restrictives, et on abouti à la solution mathématique :

On considère que dans un guide d'onde, la conduction est parfaite, que le champ électromagnétique est nul dans les parois du guide, que celui ci ne rayonne pas à l'extérieur (ce qui exclu l'utilisation de la tresse métallique par exemple).

Ensuite, on tente de se rapprocher d'une propagation en espace libre, en supposant le champ transversal E égal à zéro.

On étudie seulement l'onde polarisée rectilignement, puis on supposera Ey indépendant de y, et enfin la répartition de Ey suivant Ox, impose à Ey d'être nul en x=0. Ce qui permet à Ey(x) de se développer en harmoniques d'espace, et d'en étudier juste le fondamental.

Donc, pour un guide d'onde à section carrée par exemple, de cotés x et y, on prend a pour x, et b pour y.

Je passe la démonstration du calcul du champ électrique, du champ magnétique, de la densité volumique moyenne d'énergie et de l'énergie moyenne de l'onde guidée, pour aborder le calcul de la vitesse de propagation de l'énergie dans le guide-d'onde (qui est le point que je souligne dans le post sur l'Emdrive):

En premier vient la relation de dispersion : -PI²/a²-K²+W²/C²=0 qui donne:  K=racine(-PI²/a²+W²/C²)

Puis en second, la vitesse de phase : Vphi=W/K  (Vphi>C, résultat correct car la phase ne porte pas l'information associée à l'onde)

En troisième la vitesse de propagation de l'énergie : Ve=C²/Vphi    (Ve<C, conforme à la limite de la vitesse de la lumière)

On peut calculer aussi la vitesse de groupe qui dans un guide d'onde se confond avec la vitesse de propagation de l'énergie : Vg=KC²/W

(dans les calculs : "W" doit être supérieur à Wc=Pi C/a  "Wc" étant la pulsation de coupure. Car l'onde ne se propage que si K est réel soit K²>0)

(on utilise "a" pour la relation de dispersion, mais en le permutant avec "b", on abouti à la même solution particulière de polarisation, ce qui fait que la solution générale sera une superposition des deux polarisations avec un déphasage lambda entre les deux...)

Une fois les aspirines avalées, on peut  enchainer sur les réflexions suivantes:

Ces calculs démontrent le rapport entre les dimensions transversales du guide et la vitesse de propagation de l'énergie électromagnétique.

C'est à mon avis cet aspect, associé par ailleurs à l'hypothèse de Planck et à la théorie relativiste, qui ferait l'effet propulsif hautement régulé, qu'annoncent Mr Shawyer et maintenant les Chinois.

Le fait que les deux faces de rebonds des ondes dans l'Emdrive soient de dimensions différentes, découle seulement de la variation du diamètre de la cavité, qui impose le gradient de vitesse recherché par Mr Shawyer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ce qui concerne l'hypothèse de Planck que Mr Shawyer évoque pour la compréhension du fonctionnement de son Emdrive, elle fait partie de ce qui a construit la mécanique quantique en général.

Pour la petite histoire :

Mr Max Planck travaillait sur la physique statistique, la thermodynamique et l'électromagnétisme, et pensant que la matière était de nature continue, s'attendait à voir la théorie atomiste sombrer dans l'oubli...

Par ailleurs, ayant passé son doctorat sur la thermodynamique et l'entropie, il s'intéressa au second principe de la thermodynamique afin de le formuler avec exactitude :

- Il s'intéresse ainsi au rayonnement électromagnétique du corps noir, ayant acquis une connaissance sur les états d'équilibre des corps isotropes aux différentes températures.

(luminance énergétique monochromatique des corps dons les propriétés sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace)

- Il utilise des méthodes statistiques dans ses travaux, et découvre ainsi la loi spectrale du rayonnement d'un corps noir, mais y voit un écueil de taille : on ne peut encore en maitriser l'interprétation physique.

- Il s'intéresse alors à la loi de Rayleigh-Jeans (distribution de la luminance spectrale énergétique du rayonnement thermique du corps noir), qu'il corrige mais constate que la thermodynamique connue à l'époque est fausse à cause d'un défaut majeur aux ondes courtes nommé : la catastrophe ultra violette.

Un corps chauffé (le fameux corps noir donc) émet un rayonnement proportionnel à la température pour toute la plage possible de fréquences, sauf à partir de l'ultra-violet où les résultats ne correspondent plus, heureusement car un simple feu de cheminée diffuserait alors des rayons gammas mortels...

- Planck utilise alors le théorème d'équipartition dans lequel l'énergie est disposée en parts égales en moyennes entre les différentes composantes d'un système en équilibre thermodynamique (directement lié au postulat fondamental de la physique statistique), fait correspondre un oscillateur à chaque fréquence, et déduit empiriquement sa loi sur le postulat que l'énergie émise ou absorbée par les oscillateurs composant la matière, ne se fait que par petits paquets d'énergie "E".

Ces paquets étant directement liés à la fréquence des oscillations selon la formule qu'il expose : E=hv.

"h" représentant la constante de Planck, et "v" la fréquence du rayonnement électromagnétique.

Cette hypothèse limitant ainsi l'excitation des oscillateurs composant la matière, pour les courtes longueurs d'ondes.

Considérée à l'époque comme un simple artifice de calcul, elle sera transformée par Einstein qui étudiant l'effet photo-électrique avec, introduira la nature corpusculaire de la lumière sous la dénomination de photons.

Aujourd'hui, nous interprétons cela en termes de quantification de la lumière, soit en ce que nous appelons des quantas dans le cadre de la théorique quantique d'Einstein...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Martial52, très intuitive comme explication, j'ai mis 2 soirs pour comprendre dans les grandes lignes mais ça fait du bien.  8)

Quelles sont les principales contraintes pour une mise en application? Ou est-ce qu'il est réaliste de penser que dans les 20 ans qui arrivent on saurait s'affranchir de ces contraintes?

Un peu vaste comme question mais ça me permet d'avoir une première idée.

Henri K.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à vous Henri K, d'avoir bien voulu "rentrer" dans ce décorticage de physique très intuitif, comme vous le soulignez.

Sur votre question des principales contraintes, elles seraient liées d'après Mr Shawyer, à la perte de l'énergie des micro ondes dans la cavité, à cause du faible coefficient de qualité "Q" présentés par les conducteurs classiques utilisés sur les premiers prototypes.

Il aurait ainsi obtenu 270 mNewtons de poussée avec un prototype, les Chinois en affinant un peu plus la cavité auraient obtenu 720 mNewtons de poussée avec le leur, mais rien de plus transcendantal.

Ce qui représenterait seulement quelques µNewtons/kw.

Pour conserver à un meilleur niveau, l'énergie en micro ondes qu'ils injectent dans la cavité Emdrive, il annonce qu'il serait impératif d'améliorer ce facteur "Q" qui ne peut être que de 50 000 actuellement avec la technologie classique des guides d'ondes.

Pour passer aux 30 Newtons/w visé, soit 30 000 Newtons/kw, il faudrait arriver à des valeurs de qualité de cavité supérieures, telles que présente celles de l'accélérateur Européen Tesla, qui est supraconducteur avec un facteur de qualité "Q" de 5 000 000 000.

A ce niveau de qualité, les micro ondes font une quantité bien supérieure d'aller retour successifs dans une cavité, la pression sur ses miroirs est alors telle que la cavité finit par se déformer et se désyntoniser.

Puisque la pression de radiation est multipliée par le facteur Q de la cavité.

La contrainte principale serait donc de maîtriser le dépôt d'une couche de céramique supraconductrice YBaCuO dans un cône tronqué présentant des propriétés mécaniques élevée.

Mais il existerait une autre contrainte plus subtile, qui imposerait de coupler un propulseur classique avec l'Emdrive. Car selon Mr Shawyer, à cause d'effets relativistes, l'Emdrive tout en produisant sa poussée, aurait des accélérations assez faibles dès sa mise en mouvement par déphasage du front de propagation de l'énergie entre les miroirs.

Mais serait cependant pleinement utile comme sustentateur et comme compensateur d'inertie.

Ce phénomène quantique, réducteur pour les accélérations de l'Emdrive, est utilisé par ailleurs pour le fonctionnement des gyroscopes à Lazer...

Voilà l'ensemble du contexte actuel que nous présente Mr Shawyer et auquel les Chinois seraient venus apporter leur pierre...

Par rapport à votre dernière question Henri K, sur le temps qu'il faudrait pour s'affranchir de contraintes pour la mise en application de ce que Mr Shawyer et les Chinois disent avoir réalisés :

- Techniquement on sait faire des cavités supraconductrices, celles de deuxième génération seraient complexes, et les premiers essais pourraient être réalisées vers 2016 comme il le prévoit, et peut être même plus tôt...

- Pour les projets gouvernementaux d'accès à l'espace, il faudra attendre la fin de certains projets en cours, certaines études n'ont pas encore abouti, et bloquerons peut être les choses un certain temps, à moins de caducité avérée et flagrante par rapport à cet Emdrive. Mais sûrement que l'idée d'utiliser un "ascenseur" moins cher que la fusée, va accélérer les choses.

- Pour une intégration dans notre quotidien de moyens vectoriels de circulation, cela peut être long et atteindre, sans toutefois le dépasser, votre délais de vingt ans.

Les pouvoir publics doivent s'approprier l'idée, une certaine expérience industrielle découlant des grands projets d'état est nécessaire, ainsi qu'une simplification des systèmes embarqués, leur construction, sans compter l'adaptation de l'architecture de l'habitat et des voies de circulation...

- Cela poserait aussi un défit industriel, car habituellement l'industrie ajoute à l'existant des machines outils dérivant de l'ancien :

Par exemple dés la fin du 19° siècle, on savait faire des voitures électriques, mais on avait une quantité de machines-outils faisant des pistons de machine à vapeur, qu'il a suffit de modifier un peu pour usiner les pistons plus petits des moteurs à explosion.

Là, avec cet Emdrive si il en est des propulseurs, tout est à faire...

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les profanes (comme moi), qui n'arrivent pas à tout comprendre, qu'est ce que le principe de l'EmDrive pourrait donner comme réalisation si il se confirmait. ? Si j'ai bien compris, le design des véhicules propulsés par ce mécanisme n'aurait rien à voir avec ce qu'on connait, vu que la propulsion serait interne par la génération d'une onde dans une cavité d'une certaine forme. Quels seraient les applications ? Les capacités ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut rester prudent sur le sujet, mais on pourrait imaginer que ce  système permettrait de concevoir de nouveaux types d'aéronefs, il rendrait archaïques tous les moyens de transports aériens que nous connaissons.

L'accès à la troisième dimension pourrait vite devenir habituel pour tout le monde.

Le transport lourd pourrait être repensé : trains de conteneurs aériens automatiques par exemple.

On pourrait accéder à l'espace sans les frais astronomiques d'aujourd'hui.

Il pourrait être nécessaire de revoir toute l'architecture de l'habitat futur et adapter l'actuel.

Si ce système fonctionne, on pourra soulever plusieurs tonnes avec quelques centaines de watts...

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qu'en est il pour le déplacement dans l'espace ? Pourrait-il permettre d'atteindre des vitesses importantes ?

A votre avis, qu'est ce qu'il manque pour être sur de ce principe ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne comprends toujours pas comment un tel système pourrait fonctionner.

Le principe physique à la base de tout ici est la pression de radiation, c'est à dire le transfert d'impulsion (E/c) d'un photon lors de son absorption et/ou de sa réflexion. Lorsque le photon est émis par la source liée à la cavité,  il a une impulsion i et la cavité une impulsion -i. Si le photon rebondi sur la paroi en face, il donne une impulsion 2i à la cavité (donc -i+2i=i) et repart avec une impulsion -i. S'il re-rebondi, il donne -2i à la cavité  (i-2i=-i) et repart avec une impulsion i, retour à la case départ. S'il est ensuite absorbé, il donne i à la cavité  qui avait -i donc 0 impulsion pour la cavité au final. Pendant tout ce temps, l'énergie du photon a été conservée. Ca a commencé avec un atome excité lâchant un photon, ça se termine avec un atome excité ou une agitation thermique. Vu comme ça, le fait de faire résonner la cavité ne change rien du tout que quel soit le facteur Q de cette cavité.

Si l'EmDrive génère une force et un mouvement, il fournit un travail. L'énergie de ce travail ne peut venir que des microondes. Si augmenter Q augmente le travail, alors chaque rebond doit prendre de l’énergie aux photons, donc diminuer leur longueur d'onde. Or leur longueur d'onde ne varie pas il me semble.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le développement de votre post Carl, est exactement la raison du rejet normal de l'Emdrive.

Cependant, sa "mécanique" ne concerne pas seulement quelques milliards de photons projetés sur des miroirs, il y a aussi l'aspect ondulatoire en interaction avec la forme tronconique de la cavité. Et l'électromagnétisme est une des quatre interactions fondamentales de la physique.

C'est le développement de l'électromagnétisme classique, qui est à l'origine de la théorie de la relativité.

Et très rapidement est apparue la nécessité de concilier théorie électromagnétique et mécanique quantique.

L'électromagnétisme ne s'interprète pas juste avec ses photons, son étude conduit à l'électrodynamique quantique, et c'est ainsi qu'il faut décortiquer le fonctionnement de cet Emdrive.

Décortiquer, est un acte d'observation de ce qui est présenté, sans plus...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Carl, d'après Sawyer, il y aurait deux phénomènes utilisés dans cet Emdrive :

- D'une part le rebond du front de propagation de l'énergie des micro ondes d'une face à l'autre de la cavité.

Et là je vous rejoint dans votre analyse : le système ne pourrait pas fonctionner seulement comme cela, il violerait de cette façon le principe de la conservation du mouvement, quelles que soient les dimensions des miroirs de rebond.

- D'autre part, il évoque un gradient de vitesse le long du trajet de ce front d'onde, qui d'après lui change tout.

C'est là que j'ai analysé son système, et il ressort sauf erreur de ma part, que ce gradient de propagation est lié au dimensions transversales de l'Emdrive.

Le front d'onde de propagation de l'énergie se trouve ainsi à chaque instant au milieu d'un tronçon de dimension variable du guide d'onde, qui lui impose une vitesse de propagation toute aussi variable.

Dans un sens ce front d'onde est de plus en plus lent, et dans l'autre il est de plus en plus rapide et tend alors vers C.

C'est ce point qui me semble revendiqué par Shawyer, pour nous présenter son Emdrive comme un système "ouvert", et qui produirait son delta de propulsion.

Mon analyse n'est cependant pas une validation du fonctionnement de cet appareil, mais une étude de sa possibilité...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La possibilité du fonctionnement de l'Emdrive, s'articulerait donc autour de quatre "mécanismes" distincts :

- Les ondes électromagnétiques correspondent aux variations couplées d'un champ électrique et d'un champ magnétique perpendiculaires l'un à l'autre, et se propagent naturellement en ligne droite dans le milieu matérialisé par la cavité/guide d'onde de l'Emdrive.

- On sait que ce milieu apporte une variation de la vitesse du front d'onde de propagation de l'énergie mis en oeuvre par la cavité accordée, à cause de la variation du diamètre du guide d'onde, ce gradient de vitesse est parcouru dans un sens, puis dans l'autre par ce front de propagation.

- Ce front de propagation représente un ensemble de corpuscules les photons, qui peuvent être assimilés à un vecteur d'onde que Mr Louis de Broglie va intégrer dans la relation P=h*k(vecteur), en tant que quantité de mouvement.

- La réflexion sur les miroirs qui correspondent à un changement de milieu de propagation, renvoient intégralement le front d'onde dans son milieu d'origine. (il n'y a pas de réfraction, puisque les miroirs ne sont pas transparents au front d'onde)

Tel quel, ce front d'onde présenterait successivement deux quantités de mouvement différentes, il n'y aurait donc pas conservation de la même quantité de mouvement, mais un changement de quantité de mouvement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 290
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    Berthierch@aol.com
    Membre le plus récent
    Berthierch@aol.com
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 441
    Total des sujets
    1 177 193
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets