Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Ponto Combo

Members
  • Posts

    2,534
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Ponto Combo

  1. Ponto Combo

    [Rafale]

    On voit le soleil et les reflets solaires sur les nuages donc ce n'est pas du LWIR. Ces trucs c'est toujours en MWIR. Ce n'est pas qu'une caméra, la valeur ajoutée étant les traitements d'images qui permettent de déterminer si c'est un missile ou non. L'image n'est pas exploitée par le pilote. Une des grandes innovation c'est d'avoir intégré des lentilles dans le cryostat: https://www.laserfocusworld.com/detectors-imaging/article/16562953/integrated-fisheye-optics-yield-360degree-ir-images Avant les travaux de Sofradir et l'Onera il y avait ce brevet Thales pour un fish-eye séparé du cryostat. Je ne sais pas comment ils se sont arrangés entre Thales et MBDA mais il y a eu du dégrossissage... Edit: ajout photo
  2. A chaque fois qu'on parle de tenaille ça fait penser à Machecoul...
  3. Un long article sur un rapport de l'Army Science Board qui met en évidence les lacunes de l'Abrams en prévision d'un conflit futur avec la Chine (vers 2040). Le rapport pointe vers des chars plus légers avec un calibre plus important, des ATGM hypersoniques et des véhicules dronisés.... En lien avec le MGCS le passage suivant: https://www.thedrive.com/the-war-zone/m1-abrams-ineffective-by-2040-in-fight-against-china-army-study
  4. Ponto Combo

    [Rafale]

    il faut être pisteur pour s'y retrouver...
  5. Voir P44/50.... Les Mirage 2000-5 et -9 sont navalisés maintenant... Le stagiaire a encore frappé. Étonnante coquille pour un document DA... https://dassault-aviation.publispeak.com/rapport-annuel-2021/doc/article/44/
  6. Si tu parles de la nouvelle voie IR alors c'est inexacte... Un OSF est composé 3 unités: UGT Unité de Gestion Traitement, c'est un boitier électronique qui fait en même temps l'interface mécanique avec l'avion UIT Unité d'Identification et Télémétrie, c'est la voie TV qui a fait l'objet de l'amélioration IT Improved Tehnology UIV Unité IR de Veille qui fait l'objet de la modernisation de la version F4 L'UIT et l'UIV sont montés sur l'UGT. L'OSF NG va uniquement remplacer le lest qui est en lieu et place de l'UIV d'origine. Une UIT:
  7. Comment ce marin français a réussi le Perisher, le stage britannique de commandement de sous-marin Le capitaine de corvette Clément Coeffé a validé le Perisher, la formation britannique des futurs commandants de sous-marins nucléaire d’attaque (SNA). À l’occasion de la venue du roi Charles III en France, il nous raconte son expérience lors de ce stage hors du commun qui renforce les liens franco-britanniques en matière de défense. En 1917, alors que la Première Guerre mondiale fait rage, les Britanniques subissent de nombreux naufrages de sous-marins. Pour stopper ces pertes, ils créent un stage très sélectif afin de mieux former les futurs commandants de la Royal Navy. Cette formation est ouverte aux alliés les plus proches du Royaume-Uni. En 2022, le capitaine de corvette Coeffé a été le troisième français à y participer. Il nous raconte. En quoi consiste le Perisher ? Cette formation est l’ultime sélection des officiers britanniques pour se voir confier le commandement d’un sous-marin nucléaire. D’une durée de cinq mois, le Perisher réunit cinq à six stagiaires venus principalement du Royaume-Uni, des États-Unis et de France. Après des enseignements théoriques et des entraînements sur simulateurs, j’ai embarqué sur un SNA britannique dans les fjords de Norvège. Pendant un mois, j’ai pu prendre le commandement du submersible, à tour de rôle avec les autres candidats et sous la supervision d’un Teacher – l’officier entraineur, ancien commandant de sous-marin très expérimenté. Ce dernier teste nos prises de décision dans des situations difficiles. Il cherche à développer chez nous une « agressivité contrôlée » dans l'exercice du commandement. Formés jusqu’alors à respecter des procédures et à agir dans un cadre strict, nous devons, pour accéder au commandement, apprendre à dépasser ces limites tout en conservant un niveau de sécurité acceptable. Sélectif à quel point ? Le taux de réussite moyen pour les officiers britanniques est de 60 %. Lors de mon cours, un candidat a échoué 30 minutes avant la fin de l’épreuve et a été immédiatement débarqué du sous-marin, après s’être vu offert une bouteille de whisky – c’est la tradition. Cela marque les esprits. Y a-t-il une seconde chance ? Pas en cas d’échec à la mer. Le Teacher est très clair dans une lettre qu’il envoie à tous les stagiaires. C’est un cours où l’on échoue – ou réussit – devant tout un équipage. Difficile dans ces conditions de regagner la confiance des marins lorsqu’elle est perdue. Le stress est très intense car la moindre erreur peut mettre fin à notre carrière de commandant de sous-marin. Parlez-nous des missions effectuées lors de ce stage. La phase « mer » s’est effectuée dans les eaux norvégiennes, connues pour leurs fjords étroits et la présence de pêcheurs contraignant les opérations. Nos missions ont balayé tout le spectre des opérations sous-marines : acquisition de renseignement, observations d'objectifs côtiers, lutte anti-navire et anti-sous-marine, dont un exercice de détection et de pistage d’un submersible norvégien. Un moment marquant vous vient-il en tête ? Lors d’une mission, notre tâche était de reconnaitre un objectif afin d’y déployer ultérieurement une équipe de forces spéciales. Les jours précédents, nous avions reconnu l’ouest de l’objectif. Enclavé dans un fjord, le sud restait à observer. Après plusieurs études de la zone et en tant que responsable de la navigation, j’ai proposé un plan passant par le sud : un chemin plus complexe en raison de cartes insuffisamment précises mais, à mon sens, réalisable. Mon plan a été retenu et nous sommes entrés dans le fjord. Cependant, en raison d’une trop grande densité de pêcheurs, nous avons dû rebrousser chemin après quelques minutes seulement. Que s’est-il passé ensuite ? Après la manœuvre, le Teacher ne nous a donné aucune indication concernant son appréciation de la situation. J’étais assez perturbé de ne pas savoir si j’avais agi correctement. Avais-je pris des risques inconsidérés ? Avais-je été trop téméraire ? À la fin du stage, j’ai appris que le commandant du bateau avait apprécié ma capacité à me mettre dans une situation inconfortable mais surtout la faculté de notre équipe, dans l’action, à renoncer à notre plan car le niveau de sécurité n’était plus acceptable. Le Perisher est une illustration du niveau de confiance entre les marines française et britannique. L’intégration est telle que la validation de ce stage au Royaume-Uni prévaut également en France. Selon Clément Coeffé, la coopération franco-britannique se vit à travers ces échanges d’officiers. https://www.defense.gouv.fr/actualites/comment-ce-marin-francais-reussi-perisher-stage-britannique-commandement-marin
  8. Mais ça fait toujours plaisir de la revoir.
  9. La partie "Ex Cassidian" basée à Élancourt a été intégrée dans une boite qui s'appelle Spherea séparée d'Airbus maintenant. Il était question de rapatrier à Toulouse toutes leurs activités. https://www.spherea.com/ Il me semble que ce sont ces équipes qui ont fait le banc Mermoz du Rafale: Le gros sites Airbus DS restant à Élancourt c'est du spatial, beaucoup de salles blanches.
  10. Probablement... Il est à la retraite maintenant: https://de.linkedin.com/in/matthew-snyder-2707b4b9
  11. Comme @Patrick, c'est peut-être une détection via SPECTRA si les radars des F16 sont ON ce qui est le cas le plus probable
  12. La formulation de la phrase n'implique pas qu'il y a identification. L'IRST détecte mais ça ne veut pas dire qu'il identifie, surtout à ces distances.
  13. Ponto Combo

    [Rafale]

    Ils sont cons les américains, ils veulent intégrer un HMD monoculaire sur le F22... The Air Force is looking for a host of F-22 Raptor upgrades and will seek small businesses to offer potential solutions, according to a draft “open topic” on the AFVentures Small Business Innovation Research (SBIR) page. No timing was stated for the upgrades. According to a recent but undated “Focus Topics” summary in the AFVentures system, which is run by the Air Force Research Laboratory, the Air Force is looking at 14 potential F-22 upgrades, including: Integrating the Thales Scorpion helmet-mounted display/weapon cuing system A long-range infrared search-and-track sensor Manned-unmanned teaming Pilot-assisted autonomy A GPS-alternative navigation system Simulation of “red air” threats Algorithms for “optimized intercepts” Combat identification of threats Cyber intrusion detection and prevention Predictive maintenance Synthetic data generation Sensor fusion Improved sensing Real-time debriefing The Air Force has been evaluating the Scorpion helmet for at least seven years. The F-22 is the only frontline Air Force fighter not to have a helmet-mounted display and targeting system; the F-15 and F-16 both use the Joint Helmet-Mounted Cuing System (JHMCS), and the F-35 has its own unique helmet-mounted display system (HMDS). For various reasons—mostly budgetary, but also due to the size of the helmet hampering pilot movements under the F-22 canopy—the helmet system has been consistently deleted from planned F-22 upgrades over the years. The AFVentures announcement says the service is willing to entertain small business proposals to process aircraft data and provide an interface to the Scorpion helmet, not to provide the helmet itself. The “desired functionality” is to include “displays of threats, battlespace lines, aircraft state information, weapon information, and navigation information.” The overall goal is to improve battlespace situational awareness; “usability and processing intensity are considerations.” https://www.airandspaceforces.com/usaf-looks-to-small-businesses-for-some-f-22-upgrades/
  14. Ellemann : des erreurs ont été commises dans l'achat d'artillerie Les rapports sur le déroulement de l'affaire Elbit montrent que des erreurs ont été commises et que le Parlement danois a reçu des informations incorrectes dans plusieurs cas. Aujourd'hui, le ministre de la défense Jakob Ellemann-Jensen a présenté ses excuses au Parlement danois et estime qu'une enquête indépendante sur cette affaire est nécessaire. Aujourd'hui, le ministre de la défense Jakob Ellemann-Jensen a informé le parlement danois de la défense et la commission des finances sur l'affaire Elbit. Les rapports du ministère de la défense et de l'Agence danoise du matériel et des achats de défense (FMI) montrent que des erreurs ont été commises et que le Parlement danois a reçu des informations erronées dans quatre domaines en particulier. Les documents indiquaient à tort que le contrat avec le fournisseur devait être signé avant la fin du mois de janvier pour que l'appel d'offres soit valable. Le Parlement danois n'a pas été suffisamment informé du fait que l'IGF n'a pas repris contact avec tous les fournisseurs potentiels en raison de contraintes de temps. Le Parlement danois a eu l'impression erronée que la défense danoise recevrait un système d'artillerie ATMOS - un soi-disant démonstrateur - au printemps 2023. Le Parlement danois n'a pas été informé qu'au début du mois de janvier, un accord a été conclu entre FMI et Elbit dans le cadre d'un procès à partir de 2020. "Des erreurs ont été commises dans ce processus. Aujourd'hui, je me suis excusé auprès du Parlement danois, tout comme je me suis excusé pour le traitement urgent des documents. Malheureusement, les rapports montrent que le Parlement a reçu des informations incorrectes dans plusieurs cas. Il s'agit d'informations que j'ai reçues de mon ministère et que j'ai transmises. C'est répréhensible. Je la prends très au sérieux", a déclaré le ministre de la défense Jakob Ellemann-Jensen. Les rapports montrent que la formulation des documents transmis à la commission des finances le 26 janvier est incorrecte. Les documents indiquent que "le dossier est *** car le contrat avec le fournisseur doit être signé dès que possible et avant la fin du mois de janvier pour garantir la validité de l'offre, les possibilités de production et une mise en place rapide de la capacité opérationnelle". Cette formulation a donné l'impression que l'offre expirerait à la fin du mois de janvier, alors qu'en réalité, la date limite visait à assurer la livraison la plus rapide possible des nouveaux systèmes. Des questions qui restent sans réponse Un autre élément de critique concerne la nature de l'étude de marché réalisée par l'IGF, et notamment la question de savoir si le Parlement danois a été informé du fait que, faute de temps, tous les fournisseurs potentiels n'ont pas été contactés. FMI déclare qu'elle "n'a malheureusement pas été précise dans la formulation du moment et de la manière dont les informations sur les possibilités de fournir des systèmes d'artillerie de Nexter Systems ont été obtenues". Ainsi, il ressort de l'évaluation du matériel que des demandes informelles ont été adressées à trois fournisseurs concernés, dont Nexter Systems. Or, cela n'a pas été le cas pour Nexter Systems". Le Parlement danois a également eu l'impression erronée que la défense danoise recevrait un système d'artillerie ATMOS - un soi-disant démonstrateur - au printemps 2023. À l'époque, c'était l'un des arguments en faveur de l'acquisition d'ATMOS, mais en raison de malentendus sur le lieu et le moment de la livraison, le démonstrateur n'est arrivé au Danemark que la semaine dernière. En outre, le Parlement danois n'a pas été informé que, début janvier, un accord a été conclu entre FMI et Elbit dans le cadre d'un litige datant de 2020. FMI souligne dans le rapport qu'il n'y a aucun lien avec la signature ultérieure du contrat, mais ni le ministère ni le ministre de la défense ne semblent avoir été informés à l'époque de la conclusion de l'accord, ce que FMI a confirmé. "Dans l'ensemble, le processus a été critiquable. Des erreurs ont été commises et j'ai donc insisté sur le fait que des mesures concrètes devaient être prises pour que ce type de processus ne se reproduise pas. J'ai encore un certain nombre de questions concernant la couverture du marché par FMI et le fait que le ministère n'ait pas été informé de l'accord conclu avec Elbit. J'ai donc proposé aux parties à l'accord de mener une enquête indépendante afin de clarifier les questions qui subsistent", a déclaré Jakob Ellemann-Jensen. https://www.fmn.dk/da/nyheder/2023/ellemann-der-blev-begaet-fejl-i-forbindelse-med-artilleri-indkob/
  15. Voir p40 du rapport parlementaire conjoint franco-britannique: "en conclusion des travaux d’une mission d’information conjointe sur la prochaine génération de missiles anti-navires" https://air-cosmos.com/media/17876/download
  16. On ne connait pas le CV de cette personne mais son avis est très tranché....
  17. Ponto Combo

    [Rafale]

    https://air-cosmos.com/article/le-viseur-de-casque-du-rafale-f4-24547
×
×
  • Create New...