Jésus

Members
  • Content Count

    55
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

109 Excellent

About Jésus

  • Rank
    Débutant

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

161 profile views
  1. Jésus

    FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

    On en reste à une maquette de "perspective" et non du produit final voir d'un prototype. Il est prévu d'arriver en service, non pas dans les années à venir mais dans 20 ans. C'est le successeur du Rafale et non un "complément", même si comme pour le Mirage, il va le côtoyer le temps que toutes les livraisons soient faîtes. Il est un avion de 6e génération qui est aujourd'hui bien placé pour faire de l'ombre au F-35. Cette maquette comme la communication qu'on fait actuellement fera réfléchir de potentiels "clients" en leur donnant l'alternative d'acheter du Rafale (voir de l'EF) opérationnel pour pouvoir ensuite disposer de cet avion là plutôt que parier sur un F-35 encore problématique et qui au vu du programme, devrait se succéder à lui même dans diverses versions. Il y a en réalité un trou de 10 ans (2020-2030) ou le F-35 sera a son maximum pour décrocher des contrats, après 2030, l'avion européen deviendra un compétiteur très sérieux pour eux. Certains ici craignent qu'on ait une flotte d'avions trop évoluée, trop coûteuse, trop technologique et qu'il faudrait encore avoir des rafale (c'est marrant pour ce dernier on disait la même chose avec les Mirage) à côté, mais c'est une mauvaise analyse de l'avenir et de ce qu'on fait déjà. L'avenir sera dans une flotte de supériorité qui devra avoir différents rôles pour déjouer les menaces adverses et qui disposeront de munitions intelligentes ainsi que des munitions/drones de saturation qui ouvriront la voie. Pour ce qui sera des phases de reconnaissances et même d'attaques dans un environnement ou les menaces sol/air ennemis ont été largement détruites ou qu'elles sont absentes , ce ne seront plus (de moins en moins comme on le voit déjà) des avions de chasse qui s'en chargeront, mais des drones. Les drones Male et d'autres prennent de plus en plus de place et le "compagnon" qui prendra un peu plus de risque en territoire ennemi avec une menace sol-air, ce sera un drone furtif. Le drones et les munitions intelligentes, complexes prendront toujours plus de places et on développera tout aussi sûrement des munitions et des drones low cost pour jouer les "sacrifiés". La chose qui semble changer c'est qu'avant on comptait sur une défense sol-air pas trop coûteuse pour détruire des avions plus coûteux, puis les avions ont évolués (frappes à distances, contre-mesures etc...) pour remettre en question cette défense sol-air bon marché, ce qui poussa ensuite les états comme la Russie ne disposant pas de la supériorité aérienne à vouloir des outils sol-air extrêmement coûteux, peu nombreux (en système complet) devant jouer un rôle d'interdiction pour abattre des avions précieux. Demain on semble vouloir faire de ces défenses sol-air complexes la cible principale. Il n'y a pas beaucoup de pays qui peuvent se payer des S-400-500 et compagnie et si on arrive à créer un mode d'action efficace pour le détruire ou le contourner (saturation, brouillage, leurres, drones cibles, munitions complexes) ça va créer un changement stratégique évident, car aujourd'hui du côté russe ou chinois, on pense que ces systèmes sol-air complexes et coûteux vont donner l'avantage sur le long terme, ou du moins retirer un avantage aérien à l'ennemi, mais ça peut en réalité être qu'une simple passade, le temps qu'en occident, on sorte la réponse à ce qu'on semblait laisser de côté car ni les russes ni les chinois ne semblaient jouer directement un rôle.
  2. Jésus

    [Drone] dans l'armée de de terre

    Il est écrit "micro drones" mais honnêtement, pour moi il est plutôt de la gamme mini drones, le "micro" c'est un drone qui rentre réellement dans sa poche. Je pense que ces drones vont remplacer les drones "grands publics" qui ont été achetés bien souvent par unités et non par achat "national", si quelqu'un en sait plus, je suis preneur.
  3. Jésus

    Chine

    Pourquoi les médias russes qui ont 50 caméras pour filmer 100 gilets jaunes avec une tendance à surjouer leur importance sont absents et silencieux sur la Chine?
  4. Jésus

    [Iran]

    Il faut quand même relativiser, les principales exportations de l'Iran (et qui lui donnent surtout de l'argent) c'est le pétrole et le gaz. Qu'ils exportent des pistaches ou des tapis, certainement, mais ce n'est pas cela qui va tenir l'économie du pays. Les revenus du pétrole, eux sont comme en Arabie et ailleurs, très importants, la plus valu est énorme et ça permet de faire pas mal de choses en investissements. C'est grâce à ces revenus que le gouvernement iranien investit dans d'autres secteurs, l'industrie de défense, l'agriculture, le nucléaire... Mais globalement d'un point de vue industriel, l'Iran reste plutôt un pays "assembleur" que productif, ça importe beaucoup de produits manufacturés. Un gros problème qui existe actuellement en Iran, c'est la conséquence d'une politique énergétique qui voulait obtenir l'électricité en construisant des barrages. Cette politique a complètement bouleversé l'agriculture qui se voulait plus intensive (on retient l'eau pour ne pas la perdre qu'on pensait). Alors tout s'est développé, l'agriculture intensive, notamment de produits nécessitant beaucoup d'eau s'est mise en place, ils ont puisés et encore puisés l'eau a tel point que de nombreuses régions s'assèchent (le désert iranien s'étend naturellement mais ces actions humaines l'accélèrent fortement). Qui plus est les barrages plutôt que retenir l'eau pour créer de l'électricité et permettre d'irriguer les champs, ont un autre mauvais effet, l'eau stagne et s'évapore, ce qui réduit considérablement les volumes d'eaux disponibles. Si bien que depuis quelques années, on manque d'eau en Iran, tout se vide, tout est pompé et les sols deviennent si secs que lorsqu'il pleut (!), il y a des inondations partout. Mais généralement c'est surtout qu'il manque cruellement d'eau dans le pays, il y a des restrictions et le pouvoir va jusqu'à accuser Israël de lui voler les nuages pour expliquer au peuple les raisons de la situation, tout cela pour se dédouaner de toute responsabilité. Le pays s'urbanise fortement. Alors cette diversité économique est à relativiser. Une population plus nombreuse est un plus gros problème à gérer en cas de crise économique et sociale et la contagion d'un mouvement ici ou là de contestataires peut vite s'étendre. Il suffit de voir la Chine avec Hong Kong (en soit ce n'est pas comparable mais c'est intéressant à mettre en perspective), on pourrait se dire que l'énorme poids chinois ne peut qu'étouffer la contestation de cette cité, pourtant à Pékin on craint fortement que la contestation s'étende et on finit par reculer. Tout peut venir d'un coup, sans que techniquement on ne comprenne les raisons fondamentales, voyez l'Algérie de Bouteflika, voyez au Soudan et dans tous ces pays du printemps arabe, voyez nos gilets jaunes et l'effet chaotique et multiplicateur qu'ils ont eût à l'échelle du pays. L'Iran a déjà connu une révolution et en 2009 on ne peut nier que l'Iran avait été le premier pays annonciateur du printemps arabe, réprimé dans le sang.
  5. Jésus

    [Iran]

    En regardant la vidéo, on voit que ce navire est bien un navire à vocation militaire, il semble disposer d'un bitube (canon AA 23mm) à l'avant, on le voit assez bien quand même vers 1:30. Donc en soit, pour l'identification du "propriétaire" il n'y a qu'à faire le tour de la région pour voir qui dispose de ce genre de navires civils bricolés en navires militaires. Sans tergiverser, nous savons tous que c'est une "spécialité" iranienne qui par défaut de pouvoir avoir une flotte de guerre, mise sur une multitude de petits navires de ce genre équipés de tout et n'importe quoi, pas forcément prévus et adapté à la mer et aux mouvements d'un navire (j'ai déjà vu des vidéos de leurs exercices ou les missiles et autres partent un peu n'importe ou). Le truc du sauvetage est à relativiser, sachant que les évacués ont été transmis aux iraniens par un autre navire civil (le plus proche comme les lois de la mer l'impose et ceux qui disent que la non intervention des américains serait un signe ou je ne sais quoi, faut rappeler que ce même s'ils ont reçus le signal de détresse, ils n'étaient pas le plus proche). Il est naturellement très suspect de voir ce navire iranien à ce niveau et pratiquer cette opération visant à détacher une mine non explosée dans le but certainement de cacher un élément de preuve. Si les iraniens avaient communiqués avant les américains sur un élément (mine) qu'ils auraient récupérés sur ce navire, mettant en avant cet élément à charge pour une enquête internationale, l'annonce américaine aurait été sans doute un simple coup de vent sans intérêts ou ne faisant que confirmer la version iranienne. Mais il n'en est rien et à mes yeux, l'attitude de l'Iran face à cet élément de preuve déterminera sa responsabilité, entendez par là que si le pays refuse d'admettre que c'est bien lui pour éviter de montrer la mine dans le cadre d'une enquête, ce serait typiquement un aveu à mes yeux. Donc cette vidéo, elle peut faire douter, elle ne désigne pas directement le poseur des explosifs, mais montrerait plutôt une opération de nettoyage de la scène de crime avant que les américains ne viennent et on ne peut pas nier que l'Iran ait manqué de réactivité pour intervenir sur place et faire prendre un risque important à cette équipe qui n'aura pas pris de gants pour un "désamorçage" avec toutes ces personnes à proximité. Je crois qu'au fond, nous savons tous que c'est l'Iran, mais que certains par convictions aiment encore alimenter la théorie du complot. Souvent ce sont les mêmes qui auront sans arrêt l'exemple irakien des américain pour alimenter l'idée que tout ce que peuvent dire les américains reposent sur le même mensonges, au bout d'un moment va falloir arrêter de toujours sortir ce cas de 2003 pour nier tout discours des américains. A force d'agir ainsi, certains finissent par privilégier et soutenir les mensonges d'autres états et participent à une propagande. Ici nous ne sommes pas à l'Onu avec Powell en 2003, à l'époque déjà ce mensonge ne passait pas, pas sans raisons. Aujourd'hui et dans d'autres cas, les américains amènent quand même des preuves, des indices, des éléments qui permettent à tout le monde de se faire sa propre idée des choses, comme je l'ai fait moi même, sans reprendre une déclaration de Washington. En face, on a l'Iran qui n'a que des mots et n'amène jamais rien d'autres sur la table qu'un sentiment de victimisation, de complotisme justement pour faire vivre cet éternel flamme que semble être devenu le mensonge américain de 2003 et étrangement le milieu "informel" iranien, russe et compagnies, aiment bien le rappeler pour parfois faire passer une vérité en mensonge et faire passer leurs mensonges en une vérité cachée qu'ils dévoileraient au monde... Pour cette affaire de sabotage, rappelons également qu'un navire civil n'est pas un navire militaire, il n'a pas un radar, mais seulement un système (comme pour les avions civils) de localisation par balises GPS pour identifier les autres appareils. C'est également pour ces raisons qu'on critique souvent aussi les avions russes qui viennent tourner ici et là, balises éteintes. Un navire peut de nuit, sans balises, sans lumières, s'approcher furtivement d'un autre navire. Il suffit d'être un minimum silencieux au niveau de la motorisation. Le fait que les explosifs semblent systématiquement au dessus de la ligne de flottaison, toujours à même hauteur sur toutes les attaques, c'est un indice. Cela élimine une action sous-marine (torpille, plongeurs etc...) cela élimine également grandement une action aérienne, mais cela conforte l'action depuis un navire et cette vidéo de "désamorçage" montre malheureusement pour l'Iran, qu'on se trouve à bon niveau depuis ces mêmes navires pour faire l'inverse. Il y a quand même pas mal d'éléments à charge, on a beau vouloir nier le truc, vouloir s'accrocher à la dernier théorie du complot pour épargner l'Iran (pourquoi en fait?) mais il faut savoir pouvoir reconnaitre que sur ce coup là, les iraniens se sont fait prendre par cette explosif qui n'a pas fonctionné et qui est une preuve qu'ils ont voulus cachée, par ce que ce sont eux et non pas un complot américain.
  6. Vous comparez un peu de l'incomparable. Lorsque j'évoque l'Ukraine, la Tchétchénie, l'Afghanistan ou la Géorgie, je ne parle pas d'un hiver qui aurait sauvé les russes. Ces conflits sont mineurs par rapport à la 2e GM, l'invasion de Napoléon ou l'époque de la Russie impériale qui était tranquille sur son immense territoire, car justement l'hiver et les grands espaces étaient une protection (ce qui ne serait plus le cas aujourd'hui, les routes et autres ont cassés cet avantage, en plus du fait que la Russie n'a plus la grandeur de l'URSS). Ces "petits" conflits n'ont pas montrée une grande armée russe et s'arrêter sur des "victoires" c'est allez un peu rapidement à la conclusion. Ce sont des conflits ou la Russie a été l'agresseur et elle ne faisait pas face à une invasion étrangère qui la mettait en danger. L'Afghanistan n'a pas été une victoire, l'Ukraine au delà de la Crimée (sans combats), le Donbass n'a pas été réellement une victoire militaire pour les "volontaires russes", la Tchétchénie après une défaite, la vengeance a juste été un tapis de bombes sur une ville, Grozny, qui représente à elle seule la Tchétchénie. En Géorgie les russes n'ont pas obtenus une grande victoire non plus face à un adversaire à relativiser. Dans ces conflits les russes n'ont pas montrés de grandes valeurs combattives et il n'y avait que leur écrasante supériorité numérique qui leur offrait un avantage face à ses ennemis. L'armée russe étant globalement une armée de conscrits, donc de très jeunes hommes qui n'ont presque pas d'expérience militaire et ça se ressent sur le terrain! En Afghanistan les tactiques russes c'était du tout et n'importe quoi avec des répressions aveugles qui aura fait plus d'un million de morts chez les civils ainsi que 6 millions d'émigrés. Négociant leur sortie avant de bombarder ceux avec qui elle a négociée, ça me fait penser à la Syrie ou la Russie joue de la même hypocrisie dans ses négociations ou elle a vite fait de perdre en crédibilité pour parvenir à des accords. De plus en plus les russes déclarent des cessez le feu sur le dos de ceux d'en face, au point de parvenir a des cessez le feu unilatéral qui sont ensuite sois disant "violés" par ceux d'en face, légitimant ainsi une volée de bombes. Des zones de "désescalades" ou la finalité c'est le désert, entre déportations des populations, des combattants ou par le matraquage et le siège, l'issue c'est comme toujours, un terrain vague ou planter un drapeau. Ils négocient une sortie de zone assiégée, puis bombardent ceux avec qui elle a négociée, c'est totalement incohérent comme tactique, ce n'est qu'une stratégie à court terme, de l'instant pour des victoires rapides mais qui ne construisent pas la paix et la victoire de long terme. Contre la Géorgie, les russes malgré leur écrasante supériorité ont connus autant de morts que les géorgiens avec un nombre d'aéronefs au tas. Plusieurs responsables de l'armée russe avaient dis à l'époque qu'une armée occidentale, dans la même situation n'aurait sans doute pas connu ce genre de pertes. Un déficit capacitaire a également été largement mis en avant, entre ceux (toujours en Russie) qui disaient que l'armée géorgienne avait les mêmes matériels que les russe,s mais qu'ils avaient de meilleures versions avec de meilleures capacités et ceux qui disaient assez rapidement les lacunes de la marine russe, du manque de réactivité, d'organisations etc. Pas étonnant que tout de suite après ce conflit, les russes ont décidés d'une vaste modernisation de leur armée, calqué sur un modèle occidentale (moins nombreuse , mieux équipée), qui aura vu notamment les russes s'ouvrir anormalement à l'étranger pour s'équiper, blindés italiens, BPC français, intérêt pour le Félin, VBCI et autres pour lesquels ils ont fait des copies qu'on voit essentiellement défiler le 9 mai. Si la Géorgie aurait été une victoire indiscutable, les russes n'auraient pas fait cette vaste réforme, il faut le comprendre, même s'ils ne le disent pas comme ça, on ne remet pas tout en question par un simple coup de tête politique. Dans ces divers conflits que certains aiment faire passer comme des victoires militaires des russes, la réalité stratégique, c'est que les russes peuvent se vanter d'une victoire à court terme, sur l'instant (car la Russie fonctionne toujours sur l'instant et sur une idée de grandeur inspirée du passé) mais sur le long terme, la Russie ne fait que d'attiser une rivalité qui lui donne de plus en plus de grains à moudre. Justement vous citez bien que pour les allemands, l'hiver était un "problème" à éviter. Cela s'inscrivait dans une tactique qui prenait en compte l'échec de Napoléon et la Blitzkrieg allemande, nouveau concept qui balaya tous les pays "cibles" des nazis. Les allemands n'ont pas forcément été "bloqués" par l'armée soviétique, au début de la guerre, militairement, les nazis dominaient les soviétiques, malgré qe ces dernières opposaient plus de résistances que prévues. Mais c'est bien l'hiver et les grands espaces qui aura permis aux russes de souffler, de s'organiser, de se refaire, quand les allemands se fixaient et pataugeait. Car n'oublions pas qu'avant l'hiver, les allemands ont été très largement pris dans la boue, qui foutait en l'air l'essentiel des véhicules motorisés, qui foutait donc en l'air tout le gain tactique de la blitzkrieg. L'hiver au contraire, après cette période de boue, a finit par geler les sols, ce qui donna aux allemands un nouveau souffle tactique, menaçant Moscou avant qu'Hitler ne veuille s'assurer les réserves pétrolières. Mais très clairement, l'hiver, les maladies, la famine auront causés plus de morts dans l'armée allemande que les soviétiques. Mais pour ces derniers, le froid aura été tout autant meurtrier
  7. Je suis d'accord, l'approche envers le char doit être revu, surtout quand on ne compte plus sur la quantité. Dans la situation militaire actuelle (pas seulement en contre-insurrection) la présence importante de missiles anti-chars, toujours plus évolués, interroge. Nous sommes encore beaucoup à garder en tête l'image du combat de chars, ou pour détruire un char adverse il faut avoir un meilleur char que lui, mais surtout, qu'il faut avoir un char pour faire ce job de destruction. Mais nous ne sommes plus à Koursk, arrêtons de voir le besoin en chars sur un plan de rivalité avec d'autres chars, ce n'est pas celui qui a le plus ou les meilleurs chars qui sera le gagnant d'un combat terrestre, aujourd'hui il suffit d'un missile, quand ce n'est pas une roquette pour détruire les chars, une menace plus complexe et plus diffuse qui ne le serait des chars adverses. Quand je vois la guerre en Syrie, j'ai l'impression que les chars deviennent juste de bonnes cibles qu'ils n'apportent un réel avantage militaire. Une offensive à pieds ou via des pick-up de l'infanterie, voilà ce qui fait gagner les batailles dans ce conflit. Ils ne savent pas comment bien utiliser ces chars qui manquent clairement de réactivité face à un ennemi qui fonce à 80km/h (hors agglomération ) vers lui. De quoi avons nous vraiment besoin? D'un gros canon pour l'appui direct? Si oui, vaut mieux envisager un modèle comme l'AMX-10RC sur roues avec une bonne tourelle. Non aujourd'hui il faut un char qui soit avant tout parfaitement adapté à lutter non pas contre d'autres chars, mais contre les roquettes et les missiles, un char disposant des meilleurs capteurs pour repérer l'ennemi et le neutraliser. Mais surtout avoir un concept d'utilisation qui intègre pleinement le char dans un dispositif d'éléments complémentaires (oublions les raids blindés, concept fumeux qui se base sur l'idée que l'infanterie ennemie est démunie contre les blindés et ou la seule menace serait d'autres chars ennemis qu'on affronterait dans un combat ou le meilleur char l'emporte). L'export est pour moi assez secondaire, personnellement entre acheter et entretenir un parc de chars coûteux et équiper mon infanterie de missiles anti-chars qui servent à traiter un peu près tout (voir le MMP), je choisis le second. Maintenant si on arrive à sortir un blindé qui remet en cause le rôle du missile anti-char, je changerai peut-être d'avis, mais j'estime vraiment qu'actuellement, c'est bien le missile qui domine le terrain et non le char, même si cela ne veut pas dire que le char ne sert à rien et qu'on ne peut pas en tirer profit, tout dépend du terrain et de la profusion de missiles en face. L'engagement du char dans le conflit syrien par exemple devient intéressant quand l'ennemi doit se planquer pour cause de pilonnage car ça ne lui permet pas de s'installer pour tirer. Par contre en position ou chacun campe sur ses positions défensives, le char devient la cible par excellence. dans l'armée française il manque des moyens de saturation au sol, mais pas forcément de l'artillerie. Je parle de mitrailleuses à grande cadence (type minigun) même à petit calibre couplé à un bonne optique d'observation, mais aussi de mitrailleuses plus grosses avec des obus explosifs. J'espère que le Jaguar avec son canon de 40mm apportera cela. Le VBCI c'est déjà bien, mais on doit pouvoir arroser les zones , donc d'avoir la réserve de munitions. Il est important de tenir un no man's land de 5 km sur lequel nos capacités de tirs de précisions, d'observations (y compris les drones) jouent pleinement un rôle "incapacitant" pour l'ennemi (là encore je me base sur un scénario à la Syrienne).
  8. C'est vrai, ce n'est pas comparable. Le nombre de morts servant à justifier qui a le plus donné pour la chute du nazisme est un élément instrumentalisé par les russes pour obtenir tout le mérite et la gloire de cette guerre et faire passer les américains comme des marginaux. La "récupération" de cette guerre elle se fait des deux côtés, il est NORMAL que chacun pense à son implication nationale, ses faits d'armes. Les américains ne vont pas célébrer les combats russes, comme les russes ne vont pas célébrer les combats américains. Les gagnants peuvent se tirer la couverture, les perdants eux par contre, malgré des batailles qui auraient tout le mérité d'être célébrées, la défaite final finit par marginaliser tout cela. L'opération Barbarossa, la bataille de France , Pearl Harbor etc., croyez bien que si à la fin ils avaient gagnées, cela aurait été des batailles célébrées comme Stalingrad ou le débarquement. Si les russes auraient connus la même victoire à Stalingrad et qu'ensuite les allemands auraient gagnées, elle serait passe dans l'oubli. Les victorieux écrivent l'Histoire en gardant le meilleur...pour eux. Que sont devenus Austerlitz et toutes ces batailles gagnées par Napoléon? Ailleurs dans le monde quand on parle de Napoléon, on le voit comme un dictateur et on pense avant tout à Waterloo, il n'y a que chez nous qu'on arrive encore à penser à ses victoires bien plus belles que la victoire des anglais et cie à Waterloo, pourtant... Dans la 2e GM, le grand gagnant s'avère être les USA. Ils ont gérés la chose à leur manière, en analysant et en profitant de diverses situations. Ne faisons pas les scandalisés devant ce comportement car il est presque "normal", laisser d'autres faire le sale travail en le soutenant est toujours préférable à faire le travail pour les autres, surtout quand on est pas directement impliqué par la menace, les USA venant aux allemands, ils n'avaient pas à craindre un débarquement nazis chez eux. Comme face à Daesh (pour rester dans un cas récent), mieux vaut compter sur les irakiens et les kurdes que vouloir épargner leur sang et verser le nôtre pour leur intérêt futur. C'est donc normal que les américains n'allaient pas précipiter un débarquement en Europe, juste pour faire plaisir à Staline et pour épargner du sang russe en échange de sang américain, cessons d'être hypocrite. Car la réalité de la lutte contre les nazis, elle est bien à relativiser, tant chez les russes que chez les américains. Quand chez nous la guerre a commencée en 1939, chez eux elle a commencée fin 1941. A Moscou comme à Washington, l'Histoire commence là et ils oublient vite leur rôle de spectateur quand ils attendaient que nous français et britanniques allons faire le job à leur place. Ce n'est qu'après que nous ayons été vaincus, que du côté russe on finissait par comprendre, eux qui avaient pactisé avec ces nazis pour pouvoir en même temps envahir quelques territoires avant que les finlandais les ont remis en question d'un point de vu militaire. Les américains, toujours assez distant (ce qui est une réalité stratégique) ont joué le cheval du soutien indirect aux anglais, dernière puissance ( un empire derrière ) du continent résistant contre les nazis, avant l'entrée en guerre des russes qu'ils soutiendront également de la même manière. Les russes n'ont jamais déclarée la guerre au nazisme et si les américains avaient décidés de ne pas soutenir les anglais puis les russes, pour les allemands les américains n'auraient pas été un problème et sans doute qu'avec les Japonais, Pearl Harbor n'aurait pas eût lieu. Donc d'une certaine manière, les américains ont par rapport aux russes, le "mérite" d'avoir soutenu même indirectement un effort de guerre européen contre les nazis alors que les russes ont clairement à la même époque facilité l'effort de guerre allemand contre nous, si ce n'est en soutenant indirectement les allemands (pétrole...). Du côté russe, on aime se faire voir comme ceux qui se sont sacrifiés pour libérer l'Europe du nazisme, mais honnêtement c'est se foutre de nous que de prétendre cela. Les russes n'ont pas été là, quand nous déclarions la guerre aux allemands, ils étaient en train de conquérir des territoires à l'Est pour s'étendre et de donner la main aux allemands au milieu d'un Pologne partagé en deux. Les russes n'ont pas déclaré la guerre à Hitler pour nous délivrer, ils se sont fait attaqué et se sont défendus, pour eux et non pour nous. Ensuite ce rôle de "libérateur" est en réalité un rôle d'occupant, on remplace les nazis par des soviétiques, on profite d'un contexte pour étendre encore une fois les frontières. Moi honnêtement ça me fait presque rire que de voir les russes jouer le rôle de ceux qui se seraient sacrifiés pour nous, pour vaincre le nazisme, non ils ont juste eût de la chance d'avoir repoussé le nazisme et de profiter du vide et de l'élan militaire de la défaite allemande, mais cela n'a jamais été fait pour nous et contre le nazisme en lui même. Alors dans leur "défense" ils ont beau avoir été responsable des plus grosses pertes allemandes de la guerre (encore que les conditions environnementales ont grandement aidés, tout n'est pas qu'une affaire d'ardeur russe au combat) mais ce sacrifice a été subit et non pas choisit, voilà la seule chose à retenir et qui est à différencier de leur discours de vainqueur se faisant passé pour les combattants de la libération de l'Europe du nazisme. Du côté américain, c'est un peu différent, bien que non impliqué directement, ils étaient toujours là indirectement. Comme pour les russes, ils comptaient sur nous pour régler un problème qui était (ils avaient en partie raison) européen et loin de chez eux. C'est comme nous aujourd'hui, le débat de savoir s'il faut mourir pour des afghans contre des talibans, se pose. Bien que la propagande russe aime alimenter une collaboration américaine avec les nazis avant guerre afin de les faire passer pour ceux qui leur donnaient la main plutôt que de la repousser, ce n'est qu'une manière pour les russes d'occulter leur propre relation avec les nazis avant 1941 (que j'ai déjà spécifié plus haut). Les américains aidaient les européens à se battre, avec énormément de choses, mais en évitant de verser du sang américain. Il a fallu attendre Pearl Harbor pour que ça change, les allemands étant de mèches avec les japonais, ils ambitionnaient d'isoler les américains ou plutôt le soutien américain, que cette puissance qui n'était pas encore à son sommet, ne puisse pas envoyer ses boys. Stratégiquement pour Hitler faire la guerre contre les américains c'était couper un cordon ombilical (maritime) alimentant la GB grâce notamment au front japonais, mais ils avaient négligés la capacité industriel américaine qui a finit assez rapidement (débarquement en Afrique, en Italie avant la Normandie) à transformer un combat d'isolement en un combat direct contre lequel ils ne s'attendaient pas. C'est donc ce bouleversement américain qui changea clairement le cours de la guerre et qui inversa l'initiative stratégique. Un danger qui comme je l'ai écris dans mon autre commentaire, poussa les allemands à envisager un second front et à maintenir des présences militaires qui auraient compliquées la défense des russes. En débarquant en Normandie, on ne peut pas dire que les américains l'ont fait juste pour nous libérer, ils voulaient éliminer les nazis sans conditions, comme les soviets, tout le régime hitlérien devait passer à la trappe, si ce n'est cette Allemagne qui aura déjà été un sacré problème 20 avant. Ce qui est sûre, c'est que notre destin aura été meilleur avec les américains que ne l'aura été celui des pays de l'Est avec les soviétiques. Quand nous avons demandés aux américains de partir de notre territoire, ils sont partis (malgré quelques frictions), je doute qu'avec les soviétiques cela aurait été la même chose. Mais surtout, la bombe nucléaire donna aux américains une importance énorme contre les soviétiques à la fin de la guerre avant qu'on ne connaisse la guerre froide et ce péril apocalyptique de la guerre nucléaire généralisée.
  9. Il convient de rappeler également que dans les "pertes" soviétiques, on ne parle pas que de soldats, mais d'une très grand nombre de civils, victimes des nazis, du froid, de la faim et de maladies. Inclure ces victimes dans le rang de ceux qui se sont sacrifiés (tels des combattants volontaires) pour combattre les nazis, c'est vouloir jouer un peu à ce qui est une propagande patriotique russe qui reste d'actualité, car on aime montrer le russe comme un combattant se sacrifiant pour sa patrie, beaucoup moins montrer le russe "victime" y compris de son propre climat dont là aussi on aime donner le sentiment qu'il serait plus résistant, tel un surhomme du froid (dans les mêmes conditions climatiques et matériels, un russe ne survivra pas plus longtemps qu'un allemand). Du côté militaire, là aussi on doit relativiser de nombreuses choses, tous ne sont pas morts aux combats et beaucoup sont morts comme les civils, pour des raisons de froid, de faim, de maladies. Beaucoup également sont morts comme captifs de la même manière qu'un grand nombre des morts allemands qu'on dit "tués" par les russes (ça se compte en centaines de milliers) sont des prisonniers qui sont morts, même après la guerre. Les purges stalinienne qui ont été faîtes avant, pendant et juste après la guerre peuvent également se fondre dans ce lot de victimes imputées au nazisme mais qu'on fait passer comme des russes s'étant sacrifié pour leur pays. Nous ne le saurons jamais, c'est un peu comme cette Histoire de l'élite militaire polonaise éliminée à Katyn, il a fallu du temps pour l'admettre et cette URSS garde encore de nombreux secrets, même si beaucoup qui savaient, sont sans doute aussi passés sous la lame d'assassins qui ne savaient pas... Au niveau du combat, il est évident que l'armée allemande était supérieure à l'armée soviétique. Si la Blitzkrieg a également surpris les soviétiques sur l'aspect tactique, l'immensité du territoire à couvrir ne permettait pas d'arriver à gagner par la rapidité, car c'est juste pas possible de faire sur des milliers de km ce qui fonctionne sur des centaines de km. Les Allemands n'étaient pas prêts pour l'hiver mais ils n'étaient pas non plus prêts pour assurer un cordon logistique aussi étendu, cela aura participé à leur défaite. Certains choix tactiques ont également été mauvais. Les russes grâce à la grandeur de leur pays, disposaient toujours d'une arrière cours pour alimenter l'effort de guerre, d'autant plus soutenus par d'autres. Les russes ne se battaient pas sur plusieurs fronts, tous leurs moyens allaient dans une même direction pendant que les allemands devaient se maintenir partout sur les territoires occupés en Europe et jusqu'en Afrique, les nazis, même s'ils ne combattaient pas intensivement ailleurs, leurs troupes d'occupations et celles se préparant à un débarquement américain manquaient contre les russes, de même que les anglais bouffaient énormément la Luftwaffe alors qu'elle aurait pût être plus utile à l'Est. Les russes ont donc quand même profité de la meilleur situation militaire pour mener une guerre totale et d'usure. En parlant d'usure, du côté russe on aime bien d'une certaine manière se faire passer pour ceux qui auraient par les armées, saigné l'armée allemande. Mais en réalité près des 2/3 des soldats allemands morts à l'Est ne sont pas morts au combat (et combien de prisonniers exécutés sur place tant du côté allemand que russe sans que "personnes" ne le sache, figurent dans les "morts au combat"?). En tout cas d'un point de vue statistique, il est évident que les russes l'ont emportés par le nombre et non pas par une supériorité au combat. Le rapport peut être estimé à 1 contre 4 voir de 1 contre 5 en début de guerre. Cette stratégie d'usure, tant par les hommes que par les conditions environnementales aura fonctionné pour les russes mais à un prix tellement important qu'on comprend que chez eux, on préfère célébrer l'esprit de sacrifice, de combativité et d'invincibilité plutôt que de remettre en question cette différence de près de 10 millions de morts militaires entre les deux armées (sans retirer aux allemands les pertes qu'ils ont subis sur les autres fronts depuis 1939), le soldat russe n'en sortirait pas grandit. Et quoi que certains peuvent dire encore aujourd'hui des soldats russes actuels, ils ne sont pas des foudres de guerre, il y a une image (entretenue) qui leur colle à la peau (avec la masse humaine et de matériels jouant le rouleau compresseur écrasant tout à son passage telle une machine invincible et supérieure), mais les soldats russes ne sont pas "bons", ils ne l'ont jamais vraiment été. Dame hiver leur a sauvée bien souvent la mise et que ce soit en Afghanistan, en Tchétchénie, en Géorgie ou non officiellement en Ukraine, le soldat russe a rarement brillé dans sa combattivité, il ne "surpasse" pas l'adversaire dans le combat, il peut le surpasser par le nombre et le poids des obus, mais pas humainement et tactiquement.
  10. Jésus

    [VBAE, Véhicule Blindé d'Aide à Engagement]

    Quand on regarde l'armée américaine, nous la voyons au dessus de la nôtre avec plus de moyens, mais en réalité dans cette armée américaine, les unités terrestres ne sont pas du tout au top sur bien des aspects. Ils ont un concept assez simple qu'ils traînent depuis la deuxième guerre mondiale, c'est celle de la puissance aérienne. Le concept est tellement poussé, qu'ils en sont venus à rendre dépendantes les unités terrestres des moyens aériens, mais à tous les niveaux (déplacements, logistiques, appuis, renseignements...). Pourtant ils ne manquent pas vraiment de matériels et des finances pour optimiser les forces terrestres, mais on constate sans arrêt qu'ils se remettent souvent en question mais ils finissent toujours par apporter une réponse matériel plutôt que conceptuel et tactique. Même si l'effet de masses permet de faire face à certaines situations, individuellement dans l'armée américaine, les unités au sol ont très peu d'initiatives, très peu d'autonomie tactiques et elles restent perpétuellement en liaison avec des moyens aériens, dès que ça accroche, on appel les avions et les hélicos et on attend sur place en tirant pour contenir l'ennemi. Il est vrai que nous sommes sur divers aspect, un modèle, même s'ils ne le diront jamais assez. Nous de notre côté on envie certaines choses matériels. C'est vrai que chez nous on garde, malgré une tendance à vouloir imiter la méthode américaine, un concept "d'autonomie" sur le terrain. Là ou les américains ont des missions périodiques ou ils savent un peu près quand ils vont rentrer pour dormir à l'abri d'une base fortifié, nous on se voit partir pour durer quelques jours avec pas grand chose, on se voit s'adapter à la situation. Partir 2 semaines au milieu de nulle part, à bivouaquer ici et là, à vivre avec un camion de ravitaillement en autonomie (sans train logistique, tant terrestre qu'aérien), cela parait presque banal, si ce n'est normal chez nous, mais pour les américains, en dehors des FS, ça n'est pas dans les procédures classiques, c'est de l'exceptionnel, de l'imprévu. Les américains sont très centrés sur eux-même et sur un train logistique conséquent qui est un gros avantage (très coûteux au passage) quand il est en place et qu'il ne rencontre pas de couacs, mais qui est aussi un gros problème dans leurs interventions. Les américains quand ils débarquent ici et là, s'enferment dans leurs bases, ils vivent en autarcie, presque comme à la maison. Le soldat américain doit se sentir comme chez lui, un concept moralement louable mais qui en réalité détache le militaire de sa mission, car il est déconnecté du pays dans lequel il se trouve, il en sort comme un touriste pour visiter (faire sa mission du jour) et y rentrer pour manger au KFC après une partie de jeu-vidéo. Alors oui, pour le soldat, l'individu en lui même, tout cela est parfait, mais une opération militaire a différents facteurs à prendre en compte, des facteurs invisibles qui dépasse le confort individuel du soldat. Une opération militaire doit s'intégrer dans le paysage et ses habitants. Nous français, avons l'habitude d'acheter localement plusieurs choses, nous avons l'habitude d'être assez ouvert envers la population, avons l'habitude de recruter des locaux. Nous offrons des opportunités, on se fait bien voir, donner du travail à 500 personnes, ce sera 500 familles regroupant des milliers de personnes parfois qui vivront de cela, qui profiteront d'un marché et qui au final s'enrichiront et feront vivre d'autres personnes. Ces travailleurs locaux, généralement entretiennent une bonne entente avec nous et chez eux, ils transmettent aux voisins un sentiment d'acceptation et même plus envers nous qui favorise notre présence et notre mission. Un travail qui se fait sur la longueur, mais qui est nécessaire, un travail que les américains ne font jamais, même si parfois ils vont sortir un chèque pour faire ceci ou cela.
  11. Jésus

    [VBAE, Véhicule Blindé d'Aide à Engagement]

    Je suis d'accord avec vous, beaucoup ici se font beaucoup trop d'idées avec l'armement de ce VBAE, tout cela je pense remonte au projet du CRAB de Panhard, qui depuis semble être devenu pour certains l'objectif à atteindre. Mais le CRAB c'était une sorte d'hybride devant être un entre deux du VBL et de la Sagaie qui à la base allait être supprimé sans remplaçant avant finalement une compensations revue à la hausse du nombre de Jaguar (+52). L'engin de combat de la cavalerie au delà du Leclerc, ce sera le Jaguar et il n'y aura pas un nouveau véhicule puissamment armé pour occuper la place d'un 3e véhicule "combattant". Le VBAE restera un véhicule d'éclairage et de reconnaissance, précurseur de l'engagement des véhicules de combats. Son armement sera limité à de l'auto-défense voir à l'adaptabilité d'un poste de tir MMP et il serait plus logique d'avoir un VBAE avec des éléments à la pointe pour l'observation, la communication, que pour le combat. Abandonnons l'idée de la tourelle de 20/25/30/40 mm, on finira déçu par ce qu'on a un peu trop pris le CRAB comme le cahier des charges du programme plutôt comme ce qu'il était, le projet et la vision d'un industriel.
  12. Tout l'intérêt est bien là, d'avoir un hélicoptère entre le pure hélicoptère de combat (Tigre) et le pure hélicoptère de manoeuvre (NH90). Ce Guépard devenant donc clairement un hélicoptère polyvalent pouvant épargner la nécessité qu'on a actuellement d'avoir un mixte d'hélicoptères différents. Dire que cet hélicoptère ne remplace pas la Gazelle c'est penser qu'il y a une nécessité d'avoir un tel hélicoptère. Mais cette nécessité est-elle par "habitude" ou par un réel besoin opérationnel? Cherche t-on réellement encore à avoir un hélicoptère de reconnaissance et d'attaque comme par le passé? Au moment ou prolifère les drones, la pertinence du petit hélicoptère de reco a t-il la même pertinence qu'il y a 20 ans par exemple? Personnellement j'ai des doutes, les drones évoluent si vite et permettent de faire des choses de plus en plus vastes (même en offensif) qu'en 2030 on trouverait fou d'utiliser un petit hélicoptère pour faire une petite reco de 3-4h en faisant un max de bruit quand on a des drones qui volent des dizaines d'heures et qui tireront de plus en plus de choses avec le temps. Alors on peut se dire qu'il faut un vrai "successeur" à l'hélico Gazelle en terme de reco légère, mais il faut surtout s'interroger si c'est toujours autant pertinent et s'il n'est pas préférables de mettre un peu plus les moyens sur les drones, qui démontrent année après années, conflits après conflits, leur intérêt certain pour la reconnaissance que ce soit à 100m à 10km, 100 ou 1000, ils sont parfaits pour cela et ils commencent même par mettre les avions de chasse en marge
  13. Il faut se l'avouer quand même, si auparavant on pouvait se poser des questions devant le premier modèle civil du H160, avec cette maquette plus vrai que nature, on commence par voir qu'il y a un vrai potentiel autour de cette machine. Bonne nouvelle qu'on a avancé le programme de 2 ans, pour le nom "Guépard" ça reste accessoire. Mais ce que nous voyons reste une maquette, inutile de vouloir chercher des défauts ou des problèmes (c'est obsessionnel pour certains que de rechercher tout ce qui ne peut pas bien aller sans pour autant bien savoir). Cette maquette n'est pas un produit final, encore moins un hélicoptère en état de voler et de nombreux éléments ne sont là que pour visualiser. Alors oui on voit des reflets sur les écrans, mais est-ce vraiment les écrans qui seront finalement à l'intérieur? Est-ce vraiment des écrans ou un simple écrans grand public (donc pas cher) recouvert d'un plexiglas pour l'occasion? Il n'y a ni câble, ni rien qui est relier et ne jouons pas ceux qui savent mieux concevoir un bon hélicoptère qu'eux, que nous voyons des problèmes qu'ils ne voient pas. Mais ne faisons pas non plus comme si l'armée ne serait pas de la partie pour concevoir cet hélicoptère, qu'il se ferait dans leur dos et qu'elle devra gérer un truc totalement inadapté à la guerre. Les armées sont écoutées, ce programme a été avancé sous sa pression et le fait que les Puma de l'AA ne soient finalement pas remplacés par cet hélicoptère ce n'est pas pour rien non plus. je trouve que pour une fois depuis bien longtemps, l'exécutif se laisse convaincre par le bas et l'écoute pour ses besoins tout en arrêtant l'aveuglement industriel qui utilisait l'état comme vache à lait. Ceux qui se disent que cet hélicoptère ne remplacera pas la Gazelle par ce qu'ils estiment que le besoin des armées aujourd'hui c'est de continuer comme avant, c'est se tromper. Non, nous ne cherchons pas à avoir une Gazelle neuve de la même manière qu'avec l'A400M on ne cherchait pas à avoir un Transall neuf, le besoin réel a changé et ce n'est pas par ce qu'on fait avec, que cela veut dire que c'est ce qu'il faut pour continuer ainsi. Aujourd'hui qu'est-ce qu'on vante à la Gazelle? Bien plus sa disponibilité et son entretien peu coûteux que ses capacités très limitées sur bien des aspects. Alors c'est sûre qu'en ayant ce genre d'approche, on finit par se dire que ce Guépard, ne fera pas ce que fait la Gazelle, ne fera pas ce que fait le Dauphin,ne fera pas ce que fait le Panther ne fera pas ce que fait l'Alouette 3, on passera à côté de ce qu'apportera cet hélicoptère par ce qu'on reste figé dans un modèle passé (d'aujourd'hui) pour lequel on cherche la continuité en pensant que ce modèle est parfait. Croire que le besoin moderne d'un hélicoptère léger serait de jouer la proximité (tant de l'ennemi que du sol) c'est une erreur. Le besoin actuel n'est plus de jouer aux têtes brûlés à portée de kalash de l'ennemi comme s'il y avait des nuées d'hélicoptères, mais bien d'avoir un hélicoptère polyvalent dont la reconnaissance et l'attaque est l'une de ses missions (sachant que déjà depuis des années, le Tigre a largement repris ce rôle offensif à la Gazelle). La prolifération de drones amènent également une capacité de reconnaissance nouvelle qui bouscule le rapport à l'hélicoptère léger de reconnaissance, même si de nombreux nostalgiques, par habitudes de "faut que ça change mais surtout rien ne doit changer". Le besoin actuel même s'il peut se spécialiser du côté de la marine ou de l'armée de l'air, reste plutôt un petit hélicoptère de manoeuvre armé pouvant assurer un transport de combattants, de quelques éléments de ravitaillements, de faire une EVASAN tout en pouvant mener des actions un peu plus offensives pour éviter de faire intervenir un Tigre dans de nombreuses missions (notamment en le dotant d'un armement de précision comme le MMP ou les prochaines roquettes guidées, la boule optro le permettra. On pourrait bien avoir un hélicoptère qui pourrait dans de nombreux scénarios faire seul un rôle qui aujourd'hui est dévoué à une Gazelle et un Puma
  14. Jésus

    [VBAE, Véhicule Blindé d'Aide à Engagement]

    Pour moi ce Scarabee est ce qu'il est, c'est à dire un prototype (voir un démonstrateur) de chez Arquus et non un produit basé sur le besoin ou les recommandations de notre armée. Je sais parfaitement que la probabilité est quasi nulle de voir notre armée choisir un prototype d'un industriel sans que rien ne change. Quand on lancera officiellement le programme, les exigences, les spécifications et autres qu'on imposera fera bouger les choses. Qu'Arquus cherchera à adapter ce Scarabee, qu'il le modifiera, ce sera son choix, mais il n'est pas le seul et je trouve que ces derniers temps, le mindef ne se laisse plus embarqué dans des projets portés par les industriels, mais bien plus par un partenariat ou l'industriel doit satisfaire les besoins des militaires mais également un contrat de soutien qui s'avère plutôt exigeant (80% pour les VBMR par exemple). Arquus n'imposera donc pas son Scarabee aux armées dans un projet industriel. Ses bureaux d'études doivent tourner et la réalisation de prototypes dans ce genre d'entreprises, c'est aussi ce résultat mais qui ne répond pas forcément à un besoin d'une armée. Arquus cherche à être précurseur sur ce programme là, car après les problèmes sur les véhicules des FS, après la perte du marché VBMR, mais aussi après que le groupe ait voulu se débarrasser de sa filiale RTD avant de changer d'avis devant la perspective des contrats potentiels du renouvellement des véhicules français, ben ils ont un certain besoin d'obtenir une part du gâteau. Les milliers de camions à venir le seront tout autant.Ce Scarabee c'est donc surtout un moyen pour Arquus d'être sur le programme VBAE avant les autres Sur la question du bien fondé du rail, je pense que même s'il y a de nombreux avantages et que le rail vu son enfoncement dans la structure doit être costaud, le désavantage de ne pas avoir la portière comme protection supplémentaire reste le principal inconvénient, à voir ensuite comment on évalue son utilisation
  15. Jésus

    Chine

    Ou à Paris? Ou d'aller voir la réplique miniature de Paris en Chine? La Chine depuis des années détruit et rase son patrimoine historique pour y construire des usines, des grattes-ciel, mais dans le même temps cherche à acquérir le patrimoine historique des autres. Cette Chine se meurt dans une course à vouloir faire et être comme les autres, dans une course ou il n'y a que l'économie et le fric par tous les moyens qui compte avec un système politique qui ne veut pas d'oppositions à son pouvoir. On a bien du mal à voir une identité et une culture chinoise, il n'y a que du made in china de produits occidentaux ou inspirés des produits occidentaux en faisant croire que ce serait chinois. Le grand malheur de cette Chine, c'est qu'elle n'offre pas un modèle alternatif, elle n'exporte ni des valeurs ni une culture, elle ne rayonne pas la Chine, il n'y a que le fric qui dirige tout et qui fait tout! Les chinois quand ils ont de l'argent viennent rêver en Europe devant notre Histoire (chez eux il n'y a plus rien du passé à part la grande muraille et quelques bâtiments symboliques, c'est quoi le centre ville "historique" de leurs grandes villes?) et notre héritage, rêvent de s'acheter des produits de luxes par ce que pour eux c'est une manière de nous ressembler dans ce qu'il y a de mieux, rêvent de s'acheter une belle berline allemande ou un truc qui s'en approche et vont se faire débrider les yeux en portant un beau costard bien occidental. Quand on voit le parti au pouvoir revendiquer des terres "historiques" appartenant à la Chine, désolé mais je m'interroge, comment un pouvoir efface à ce point le patrimoine historique de son pays ou seul la misère et les oubliés de la campagne semblent encore vouloir rappeler une Chine un peu "différente", moi j'ai un peu des doutes. Les eaux polluées un peu partout car on privilégie l'entreprise qui produit des jeans à la nature... Qui rêvent vraiment d'aller en voyage en Chine? On y va pour faire des affaires, rarement pour y voyager. Mais ce constat n'est pas propre à la Chine, il peut se voir en Corée ou au Japon, il commence aussi par s'étendre en Asie du Sud-Est, en Inde, faire du fric, produire pour vendre, on oublie le reste. Moi je suis content qu'en France, dans chaque village vous y trouverez une Histoire à chaque coin de rue et il n'y a pas un état qui va venir du jour au lendemain vous expulser pour raser tout le quartier par ce qu'il a été jugé économiquement plus profitable d'y construire une route. C'est d'ailleurs ce droit à la propriété qui permet chez nous, de maintenir l'ancien, de l'entretenir, de le rénover, mais aussi à toutes ces règles d'urbanismes qui parfois emmerdent des promoteurs immobiliers mais qui imposent de garder un style "ancien", qui impose de ne pas dépasser une certaine hauteur, d'avoir des volets battants, fenêtres en bois, des couleurs uniformes etc... La richesse d'un peuple et d'une nation, c'est cela, c'est cela qui rend notre France belle, diversifiée. Tâchons nous de réparer l'erreur des grands blocs HLM d'il y a quelques années, folies dans laquelle la Chine et d'autres sont tombés en plein dedans, ils en payeront eux aussi le prix un jour. Tâchons aussi d'éradiquer la pollution de nos eaux et de nos terres en plus de l'air, on aura un beau pays qu'on devra préserver d'un scénario à la Chinoise (mais pas que eux) même si à côté on n'a pas une croissance économique de folie.