Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Dario

Members
  • Posts

    587
  • Joined

  • Last visited

    Never

Everything posted by Dario

  1. Tu es palestinien ? Sinon oui, il me semble aussi que c'est 100% sunnite chez les musulmans. Il reste aussi des druzes, mais ils ne sont pas forcément comptés comme musulmans. Le mouvement baasiste, en Irak et en Syrie, était porté en grande partie par les chrétiens d'orient, qui voyaient dans cette option politique le moyen de créer l'égalité entre chrétiens et musulmans en terre musulmane, c'est à dire d'en finir définitivement avec les restes du statut de dhimmi :) Malheureusement, l'échec du baasisme et du nationalisme arabe ont ouvert la voie à l'islamisme, et là tout le monde paye. :( Il ne faut pas nier l'ampleur des difficultés que rencontrent les chrétiens d'orient, surtout depuis que les pays de la région subissent l'offensive islamiste. Même si, je suis d'accord avec toi, les discrimination ne sont pas la seule raison. Mais elles existent, surtout en Egypte (interdiction d'accès à certaines professions) et en Palestine (agressions inter-palestiniennes). =D =D =D
  2. Un airbus à 100 millions ? Pas mal comme cadeau d'entreprise ! :O Sur ce coup, ils ont réinventé le sens du mot "corruption". =D
  3. Les Américains s'y mettent aussi ! =D =D =D =D Je crois que les rafales ont un avenir en Arabie Saoudite. Aux Etats-Unis, les concurrents de BAE sont aussi en train de se réjouir.
  4. Avec un léger bémol : le nationalisme n'est pour le Hamas qu'un vecteur conceptuel permettant d'assoir l'islamisme. Oui, très légèrement. =D
  5. 15 à 20% des palestiniens étaient chrétiens jusqu'a une période très récente. 7% des députés palestiniens sont encore aujourd'hui chrétiens. Tu sembles oublier que le christianisme est issu de cette région. Par contre il est vrai qu'il y a de moins en moins de chrétiens en Palestine, comme dans tout le monde musulman, car ils fuient les agressions des islamistes, et plus généralement les discriminations et l'intolérance de la majorité musulmane qui leurs rendent la vie littéralement impossible. Il faut bien reconnaitre que cette éradication progressive des chrétiens sur leurs terres historiques est presque devenu une habitude dans le monde musulman : Turquie (grecs, pontiques, arméniens, syriaques), Egypte (coptes), Palestine (catholiques et orthodoxes) etc. Les islamistes ne font bien entendu rien pour améliorer la situation, vu que pour eux ce ne sont que des "infidèles".
  6. La langue corse, ce n'est que du génois amélioré, non ? =D (Et l'Italien, c'est du toscan, à la base.)
  7. Aucune colonie française n'étaient rentable pour l'Etat français, elles coûtaient toutes énormément plus cher à la métropole que ce qu'elles pouvaient éventuellement rapporter... Les pires étaient l'Indochine, à cause du coût des infrastructures, et l'Algérie, dont le budget était à peu près bouclé une année sur trois, et qui vivait sous perfusion financière les deux autres années. Pendant que la France était bénéficiaire du plan Marshall, elle en consacrait deux fois le montant dans ses colonies... La décolonisation est finalement moins une affaire de libération des peuples que de largage des boulets financiers ; c'est là tout le sens du "paradigme hollandais", qui fait qu'un pays réussit mieux sans ses colonies à cause du redéploiement des capitaux en métropole. (cf thèse de doctorat de Jacques Marseille, sur ce sujet)
  8. ;) Les explications monétaires sont souvent les explications fortes : cf le tarissement des mines d'or de la péninsule ibérique pour les Romains ; cf l'afflux soudain de l'or des civilisations précolombiennes qui n'est pas étranger à la fin de l'Espagne en tant que grande puissance ; cf le rôle du dollar assurant les transactions pétrolières dans l'économie mondiale, etc. La monnaie, c'est le pouvoir, d'où l'hégémonie américaine depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
  9. Dario

    Marine Britannique

    Je n'attaque pas le Royaume-Uni en tant que pays, mais je critique son industrie navale, nuance. ;) Ces deux navires n'offrent pas les mêmes fonctionnalités, il est donc difficile d'établir des comparaisons de coût sur deux classes aussi différentes : le Mistral est plus proche d'un LHD avec son radier, le HMS Ocean est un LPH. J'irais même plutôt penser que vu les capacités du Mistral, c'est presque un record de l'avoir à ce prix. Mais ceci n'enlève rien à ce que j'écrivais dans mon post : je me demande si le Royaume-Uni peut être un partenaire fiable alors que son industrie n'est pas restructurée. Il me semble que quand un pays s'engage dans un programme aussi coûteux, il n'est pas interdit de se poser des questions sur la validité du choix du partenaire ; l'inverse serait inquiétant. Ah non, pas moi ! =D Ce sont des motifs politiques, et uniquement politiques qui fondent cette coopération CVF/PA2. Il est irrationnel que la France s'embarque dans ce type de programme avec le Royaume-Uni, pour toute une foule de raisons évoquées précédemment. Ok, I try to translate the idea. CVF or PA2 are not to be constructed by "France" or by "UK", but by private companies in a competitive context, contracting with our respective governments. So it seems to me that saying harshly "you" or "us" seems a little outdated, considering the complexity of this business sector; the whole thing seems less a matter of national identity than a matter of industrial reality. There is for sure national coloration in the process, but less than in the past centuries because of globalized capitalism and shareholders dispersion. It is like cricket: players are from Pakistan and balls are manufactured in China, but even if the grass is english, is it sufficient to say that the whole game is always british ? :) C'est une blague ! Les Anglais ont-ils perdu le sens de l'humour ? =D
  10. Oui, mais il ne suffit pas de quelques drapeaux pour créer une nation. Le pays reste trop fortement clivé, Aoun n'est populaire que parmi une minorité ; la plupart des chrétiens ont plutôt l'impression qu'il s'agit d'un marché de dupes avec le Hezbollah qui doit bien représenter 95% des forces du 8 mars ! Je doute en outre que la "libération du Liban" avec l'évacuation des forces Syriennes soient de nature à créer une identité commune dans le genre des Italiens avec l'Autriche, par exemple, hors du bloc du 14 mars.
  11. C'est toujours 207 millions de trop ! =D J'espère que le nouveau président Sarkozy va annuler ce deal quand il se rendra compte quelle galère cela va être. :)
  12. C'est vrai qu'un enfant de 10 ans qui lance des cailloux sur un merkava, c'est plus photogénique. =D Je constate aussi que l'information du massacre des jeunes du Fatah par le Hamas voilà quelques mois, a été très rapidement mise de côté. Il y a probablement des mémoires sélectives.
  13. Dario

    Marine Britannique

    Dans le passé, oui, mais là leur industrie connaît quelques problèmes qui seront peut-être résolus par la restructuration que le MoD veut imposer. Yesterday, love was such an easy game to play Now I need a place to hide away Oh I believe in yesterday =D
  14. Dario

    Marine Britannique

    Les invincibles et CdG ne sont pas des classes comparables, et tu le sais bien. ;) Mais si tu veux jouer à cela, c'est possible : - Larg Bay et Lyme Bay : +66% de dépassement de budget - Mount Bay et Cardigan Bay : +46% de dépassement de budget - Le programme Bay à 12 mois de retard, au minimum, la cinquième unité est annulée - HMS Daring livré en mai 2009 au lieu de 2007, soit 24 mois de retard - L'industrie navale UK est incapable de construire des sous-marins sans les transferts de technologie US. (Tout comme le Royaume-Uni est dépendant des systèmes Trident pour sa dissuasion...) - Aucun chantier naval anglais n'a jamais construit de navires de cette taille - il y a plusieurs générations de décalage entre l'invicible et le CVF, et cela va poser des problèmes évidents => et cela, ce sont des problèmes d'aujourd'hui, pas d'il y a 10 ans. :) Pour toutes ces raisons, on peut se demander clairement si le Royaume-Uni est un partenaire fiable en terme de construction navale, quand on voit que l'industrie française, restructurée, arrive à lancer des BPC en deux ans à un tarif très faible, mais aussi des paquebots géants comme le QM2. Au final, la restructuration de l'industrie navale anglaise est absolument nécessaire, mais le problème est qu'elle se fera sur le dos du programme CVF, ce qui fait peser des risques inacceptables sur le programme conjoint du PA2 français. J'espère donc que le principe de réalité va contribuer à annuler cette coopération qui s'annonce de toute façon très difficile. Le problème c'est que "nous" et "vous" aurait un sens si la France et le Royaume-Uni construisaient eux-même leurs navires. Or nous ne sommes plus que partiellement à l'époque des state-owned companies, il y a concurrence entre entreprises privées dont les capitaux sont un peu partout. Mais si c'est comme au cricket, tant que le gazon est anglais, Londres est contente ? =D Quand on connait les facilités avec lesquelles certains Anglais ont tendance à réécrire l'histoire à leur profit et à s'attribuer tout le mérite de programmes conjoints, on peut se permettre rationnellement de douter du tone de certaines press release. ;) (Je précise que je n'ai rien contre l'Angleterre, qui est un beau pays, quand il ne pleut pas. =D ) (Et quand je met un smiley comme celui-ci : =D, c'est de l'humour, Rob. ;) )
  15. Les sunnites sur le rivage, les maronites dans les montagnes, les druzes dans le chouf, les chiites dans le sud. Cela fait quatre, j'avais oublié les sunnites, les plus discrets, ce sont les seuls pour l'instant à n'avoir pas réellement de milice. Le problème de fond du Liban est de nature confessionelle : c'est un Etat constitutionnellement instable, qui règne non pas sur une nation, mais sur plusieurs, qui ont chacune des amitiés extérieures parfois pesantes (euphémisme. =D ) Le terrorisme est un moyen, pas une fin en soi. La partition est une solution ultime qui fonctionne quand les irréconciliants sont majoritaires, comme entre l'Inde et le Pakistan.
  16. La solution définitive, c'est la partition du Liban en trois entités autonomes. Je doute que les Libanais arrivent à créer une nation vu leurs difficultés périodiques. :(
  17. Autre temps, autre moeurs. La non prolifération n'avait tout à fait la même priorité pendant la guerre froide, et les dispositifs de vérification de l'AIEA étaient beaucoup moins bien efficaces qu'ils ne le sont aujourd'hui.
  18. Pas uniquement, il faut séquencer. L'argument terroriste, même s'il est sur-utilisé, n'est pas du tout à négliger considérant le passif Iranien sur ce point. Et en arrière-plan, on a l'argument de la stabilité régionale sur le long terme avec l'idée d'éviter une course aux armements, là je suis d'accord. Un MO sans ADM relève de la fiction, quant à la tutelle des USA, je ne suis pas certain de préférer celle de la Chine dont on commence à voir l'impact au Darfour. Les jeux entre grandes puissances sot toujours difficiles à vivre sur le terrain pour les populations...
  19. Dario

    Marine Britannique

    =D Un peu comme pour leur porte-avions, quoi. =D
  20. Je n'ai pas décrit l'Iran comme une dictature monolithique, mais comme une théocratie moyen-âgeuse aux mains de religieux arriérés, c'est une nuance, tout de même. =D =D Des rapports contradictoires existent, à prendre en compte même si on peut émettre de sérieuses réserves vu la source US. Je ne suis pas d'accord. =D Mais ce n'est pas forcément une question de mérite, mais plutôt de pragmatisme. Israel n'est pas un danger potentiel pour l'Europe, l'Iran, si. Et si on doit convoquer l'histoire pour assoir une perception ou fonder une décision, il ne me semble pas qu'Israel soit réputé pour promouvoir l'idéologie islamiste à coup de voitures piégées et de prises d'otages durant des années. Ce qui ne signifie pas non plus qu'Israel soit un paradis tranquille dirigé par de pacifiques nymphes en string virevoltant au milieu des oiseaux, mais tout de même, il existe une somme de différences objectivables entre l'Iran et Israel qui font rationnellement pencher la balance du soutien plutôt vers le second que le premier. Sur le strict plan des normes, c'est effectivement ce que l'Iran devrait faire. Le problème est que si l'Iran se retire du TNP, ce pays devra assumer son programme de façon totalement isolée, sans aucune aide extérieure, car les signataires du TNP n'auront pas le droit de lui transférer de la technologie ou du matériel ; or l'Iran n'a pas les moyens d'une autonomie complète de sa filière nucléaire. C'est un problème considérable, qui explique l'impossibilité du retrait de Téhéran. Bien entendu, je n'ai pas écrit le contraire. ;)
  21. Aucun rapport si le programme est civil. Tu n'as pas saisi qu'on ne peut pas être signataire du TNP et en même temps entretenir un climat de secret vis à vis de l'instance régulatrice de ce même traité, c'est à dire l'AIEA. Enfin, ce qui est étonnant, c'est que quand des responsables iraniens disent périodiquement qu'ils vont atomiser Israël, tu ne les prends pas au sérieux, mais par contre, tu prend pour argent comptant des déclarations beaucoup plus subtiles en provenance des Etats-Unis, qui te semblent alors logique pour fonder la stratégie de secret entourant le programme nucléaire iranien. Il faut en outre ici préciser que les options retenues aux Etats-Unis pour le changement de régime ne sont pas militaires, même chez les néo-conservateurs, cf les memorandum du think tank néo-conservateur, l'AEI. Aucun rapport entre l'ouverture des installations et d'éventuels bombardement, l'AIEA n'étant pas une agence de renseignement. Ce qu'on demande à l'Iran, c'est d'ouvrir ses installations à l'AIEA, pas au Pentagone, pour cesser enfin d'être dans l'illégalité au regard du TNP et montrer au monde que son programme est "pacifique". Et le nom de la centrale irakienne n'était pas "Osiriks" mais Osirak. =D Tu as du mal à saisir que ce n'est pas une question de "pays ayant soutenus l'Irak", mais de norme internationale (CS et TNP) et de non respect par l'Iran des demandes de l'instance de régulation du TNP, l'AIEA. L'Iran n'a pas voulu lever le secret sur son programme, et se place donc dans l'illégalité. C'est à l'Iran de montrer que son programme est civil en se soumettant aux demandes et aux inspections de l'AIEA ; or, l'Iran refuse de complaire à ces demandes et ces inspections, et met des bâtons dans les roues de l'AIEA ; donc il est évident qu'ils ne peuvent s'attendre à rien d'autre qu'à une suite de sanction de la part de l'AIEA et du CS. C'est tout de même d'une logique assez accessible. Non, l'AIEA s'est plainte du refus de Téhéran du placement de certaines caméras. Aucun pays signataire du TNP ne doit entretenir un quelconque secret vis à vis de l'AIEA, sous peine de remettre en cause le dispositif de non prolifération. Non, Ispahan n'est pas qu'un centre de recherche, cf mon post ; si tu connaissais le dossier, tu saurais ce que "Pars Trash" signifie.
  22. L'Iran a repris l'enrichissement avec des centrifugeuses montées en cascade à Natanz ; doit-on en penser que c'est volontairement pour inquiéter l'AIEA ? =D L'UE3 dit exactement l'inverse, à savoir que le manque de progrès vient plutôt des Iraniens ; en réalité, ces derniers ont pratiqué le pourrissement en maniant le chaud et le froid dans le but de jouer la stratégie du "fait accompli" comme l'ont fait avant eux le Pakistan, l'Inde et Israel... Le problème pour les Iraniens est que cela s'est vu, car le système des inspections est plus efficace qu'avant, et cela s'ajoute à une volonté politique de stopper la prolifération nucléaire à l'époque du terrorisme de masse. L'UE3 joue donc l'approche douce, avec des sanctions mesurées, pour tempérer les velléités de Washington. Il faut constater que cette stratégie est loin d'être la pire, et produit des resultats que certains disent mesurables et objectifs. Non, ils ont refusé les inspections car cela est un moyen de bargaining comme un autre, et tous les prétextes sont bons pour influer sur la balance de négociations, et gagner du temps, ce qui semble être, au final, le fond de la tactique de Téhéran... L'autre point c'est que l'AIEA accepte aussi de traiter les informations venant des pays signataires. Je n'ai pas parlé de site en particulier, mais dans le genre problématique, tu as aussi Ispahan, parce qu'il n'y a pas que le MNSR et LWSR là-bas (cf Pars Trash) + la diversion sur le tunnel de Téhéran dans lequel personne n'est sûr de quoi que ce soit, rien n'est résolu à ce sujet. Cela s'ajoute au Refus de 48 inspecteurs + refus de caméras à Natanz + pourrissement du 93+2 et ainsi de suite... Les autorités iraniennes ont choisi, volontairement, une stratégie de pourrissement et de confrontation, alors qu'il aurait été tellement plus simple d'ouvrir leurs installations à l'AIEA, comme le font tous les autres pays signataires du TNP et qui n'ont rien à cacher, dans l'hypothèse peu probable, bien sûr, ou Téhéran n'aurait effectivement rien à cacher. =D
  23. Je déduit de ton message que tu te situes dans une logique de "choc des civilisations" et que tu veux donner raison à Huntington. =D
  24. Non, dans les faits elles sont gelées puisque l'AIEA n'a toujours pas accès aux sites qu'elle désire inspecter. Non, avant les sanctions, l'Iran était clairement en défaut de coopération avec l'AIEA ; Teheran a même suspendu le protocole additionnel de 1997 qui permettait des inspection poussées. Sachant que tout le monde a un doute sur le finalité du programme iranien, cela n'était pas fait pour rassurer les autres parties au TNP... Par ailleurs, l'AIEA, par la voix d'El Baradei, s'est déjà plainte à plusieurs reprises de l'absence d'effort de transparence de Téhéran, du refus de certaines mesures proposées, des oppositions systématiques à l'égard de certaines équipes etc. Et surtout, c'est là le noeud du problème, l'Iran a refusé de suspendre l'enrichissement comme l'AIEA lui demandait, le temps d'opérer les vérifications d'usage. Or, l'AIEA est l'autorité régulatrice du TNP, et toutes les parties à ce traité doivent se soumettre à ses demandes, sans quoi le litige remonte au CS qui est compétent pour lancer des sanctions. L'Iran a ainsi refusé à la fois la plupart des injonctions mais aussi toutes les mains tendues par l'AIEA ; le dossier a suivi la procédure normale et est donc remonté au niveau du CS. L'AIEA et le CS ne demandaient finalement qu'une chose à l'Iran : de respecter le TNP et de ne pas se lancer dans un programme nucléaire militaire ; or, l'Iran a refusé toute mesure de transparence, cache toujours des éléments à la vue des inspecteurs, et refuse finalement toute aide qui pourrait prouver la non-existence d'une finalité militaire à son programme. Partant de ce constat, il est tout a fait normal que l'Iran soit sanctionné car Téhéran joue au chat et à la souris avec l'ONU ; prendre les autres pour des cons implique qu'à un moment donné ces derniers apprécient assez peu cette forme d'attention.
  25. Non, l'Iran ne respecte pas le TNP puisque les inspections sont gelées... Cela fait trois fois que je t'explique le fonctionnement du système. Relis mon post, parce que là j'ai l'impression que tu n'as pas saisi l'ensemble. J'essaye pourtant d'écrire lisiblement.
×
×
  • Create New...