Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Dario

Members
  • Posts

    587
  • Joined

  • Last visited

    Never

Everything posted by Dario

  1. Je suis d'accord avec cela, mais ce n'est parce que le processus de démonisation existe dans les perceptions que le réel qui le sous-tend ne mérite pas d'être étudié pour autant. [08] (Cela vient de mes études en sciences politiques, pour répondre à Yoram). Il existe une logique connexioniste de l'internationale islamiste, cf Kepel qui a travaillé sur ces questions. Le monde diplo n'est plus une référence crédible, depuis longtemps déjà, mais une référence partisane. Quant à Enderlin, tu n'a pas parfois l'impression qu'il est juste un tout petit peu partisan, de temps en temps, juste comme ça ? [08] Oui, mais qu'une république islamiste à l'iranienne prenne pied à Gaza ne serait bon pour personne.[52]
  2. Oui, c'est scandaleux. On doit avoir des sources totalement contradictoires.[08] - Oui, mais ces données ont subi des distorsions de ceux qui les ont collectées et de ceux qui les transmettent, pour des raisons d'ailleurs variables. L'intérêt de l'Iran est de faire croire qu'ils ont des missiles convenables ; l'intérêt des USA est de faire croire la même chose pour vendre une action musclée ou un bouclier antimissile. - L'estimation du rapport sénatorial est une estimation partisane pour "sex up the menace". C'est le même principe que dans les NSS ou la WMD Strategy. - Un scud à l'anthrax cramerait sa cargaison à l'impact, sauf s'il dispose d'une ogive spéciale, et là c'est un peu plus complexe à réaliser. De plus, les études de dispersion de ce type de vecteur ne reposent que sur des modélisations dont là aussi, il faut démêler ce qui est orienté de ce qui l'est moins. Israël a un arsenal nucléaire crédible, certes, mais cela n'est pas lié à son expertise ballistique qui reste discutable. Son vecteur principal, c'est l'aviation, pas les missiles, et c'est logique vu qu'en cas de conflit, Israël aurait la maîtrise du ciel régional en quelques heures. Oui, l'Iran n'est pas totalement à la ramasse, bien sûr mais reste à des années-lumières de disposer de vecteurs comparables à ceux dont disposent les pays intégrant une industrie aérospatiale crédible, soit quatre pays sur cette planète. (Et je ne pense pas que la république iranienne vive encore 40 ans, les minorités ethniques commencent à s'agiter. [08]) J'ai lu qu'il s'agissait d'une intox, et que le programme syrien était clairement surestimé pour bien rentrer la Syrie dans l'axis of evil... Difficile de savoir. Par contre, mais c'est toujours les mêmes sources US, WMD report 2005, la Syrie serait effectivement dépositaire des stocks irakiens.
  3. Oui, mais comparaison n'est pas raison ; les bases idéologiques sont tellement différentes que rien ne peut présupposer que le Hamas suivra le paradigme du Fateh. Sinon tu n'as pas répondu à celle-là : - Le massacre de dizaines de jeunes du Fateh dans un camp d'entrainement marque la prise de contrôle du mouvement par les plus durs. Et sur le terrain, il n'est nulle prise de distance par rapport à la charia ; au contraire, les gazaiotes doivent s'y soumettre, les cyber-cafés sont attaqués, les concerts publics sont réprimés, les filles dévoilées sont agressées etc. Gaza se talibanise à grande vitesse. Bon, on ne tombera pas d'accord. Tu es trop optimiste, c'est une posture assez dangereuse quand on veut faire des relations internationales. [08]
  4. Si cela est important, car encore faut-il qu'il la trouve, la tête. [08] Ce type de vecteur est primitif et peu fiable ; risquer des années d'effort de programme nucléaire sur une missile copié du nord-coréen des années 50 constitue un risque irrationnel. Là je ne suis pas d'accord sur le "à terme", qu'il faudrait préciser, car ces pays n'iront pas beaucoup plus loin que la bombe à uranium type hiroshima, et ils n'ont pas non plus la capacité d'en produire des dizaines. Et c'est là qu'est le problème : des vecteurs pourris + quelques bombe médiocres en faible quantité ne constituent pas une menace efficace. En Irak, oui, mais la Syrie a abandonné cette filière. Pourquoi ? Je n'en sais rien, peut-être par manque de capacité, ou par une menace israélienne que "ce serait un peu trop" pour l'équilibre régional... Par ailleurs, pour ces armes aussi la question du vecteur se pose. Et le scud n'est pas une solution valable pour l'anthrax, à cause de la perte à l'impact et d'une aire d'effet proche d'un pêt de chameau. Oui, ils ont des programmes. Mais tout le monde a des programmes de tout et n'importe quoi, cela ne veut pas dire qu'ils ont la capacité de les mener à bien. Le problème, c'est que le progrès dans la construction de missiles nécessite un saut technologique à un moment donné pour dépasser certaines contraintes et augmenter à la fois la portée et la précision. La Corée du Nord n'y arrive pas, tous ses tirs foirent lamentablement, et il est peu probable que l'Iran y arrive d'ici un siècle. Car le seul moyen de dépasser ces contraintes, c'est d'avoir une filière aérospatiale crédible et de tester les missiles sous forme de lanceurs spatiaux. C'est le cas des USA, de la Russie, de la France et de la Chine depuis qu'elle a envoyé un type dans l'espace, grande fumisterie pour tester leur futur ICBM de 12000 km de portée. Le jour où l'Iran, la Corée du Nord, la Syrie seront à ce niveau n'est pas près d'arriver. Des transferts indirects de technologie restent cependant bien sûr toujours possibles.
  5. Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi ; ce que je veux dire, en fait, c'est que cette situation est très instrumentalisée dans le discours, que c'est une sorte de "marketing". Le prétexte varie en fonction de son impact dans l'opinion.
  6. Les analyses que tu as lu doivent être très antérieures aux élections.[08] - Le massacre de dizaines de jeunes du Fateh dans un camp d'entrainement marque la prise de contrôle du mouvement par les plus durs. Et sur le terrain, il n'est nulle prise de distance par rapport à la charia ; au contraire, les gazaiotes doivent s'y soumettre, les cyber-cafés sont attaqués, les concerts publics sont réprimés, les filles dévoilées sont agressées etc. Gaza se talibanise à grande vitesse. - Le "réalisme territorial" est loin de représenter une évolution structurelle du mouvement, mais marque plutôt à mon sens un recul tactique à un moment critique de prise de contrôle de l'administration et de séduction des nécessaires soutiens financiers afférents. La comparaison avec al quaeda tient la toute, à mon humble avis ; le mode opératoire de l'attentat-suicide est un grand classique du Hamas. Ces mouvements se ravitaillent aux mêmes sources idéologiques, si ce n'est aux mêmes fonds financiers.
  7. J'en suis heureux ! [61] Euh, là on ne sera pas vraiment d'accord, en fait. [08][08]
  8. Non, c'est plus subtil, le Hamas s'inscrit dans un mouvement beaucoup plus vaste que le strict conflit israélo-palestinien. Il se définit comme un "mouvement universel", pose que toute terre conquise une fois doit être soumise à charia, ce qui vaut pour la Palestine mais pas seulement ; il n'est pas du tout isolé d'autres mouvements islamistes globaux, que ce soit au niveau de ses moyens, de ses soutiens ou de ses doctrines.
  9. Non, ce ne sont pas des programmes ballistiques avancés, mais plutôt du nord-coréen recyclé. ;) Peu nombreuses, technologie primitive ; et sans vecteurs autre que pour un théâtre régional, elles n'offrent pas d'intérêt. Pas très avancé non plus, et pas de quoi rentrer dans une logique de DMA. S'ils arrivent à avoir une bombe à l'uranium, cela ne changera pas le fait qu'il en existe des milliers "en face". Risquer la destruction totale n'est pas rationnel, même pour un ayatollah. La Syrie est championne du chimique, mais c'est dans une logique de DMA régional face à Israël. Elle n'a pas les moyens de porter sa dissuasion ailleurs. Les virus, c'est du biologique. Aucun de ces pays ne dispose d'un potentiel inuquiétant à ce niveau. Et l'avantage de ce domaine, c'est qu'il est beaucoup plus facile de remonter à la source d'un virus, plus aisément traçable qu'un kilo de yellow cake, et que cela donne aisément l'adresse du "fournisseur". Et si c'est un Etat, c'est vitrification assurée.
  10. Lire : "ce qui lie tous les terroristes islamistes entre eux (...)". Il ne faut pas imaginer une seconde que le Hamas est éloigné de l'internationale islamiste, cf les livres de Kepel. Ils ont un même fond idéologique fait de suprémacisme islamiste, de haine de tout ce qui est différent d'eux, de revanche au long cours sur l'occident etc. Le nationalisme n'est qu'instrumental à ce niveau.
  11. La pauvreté n'est pas forcément déterminante du terrorisme. Les hijackers du 11 septembre étaient des bourgeois éduqués. En France, des terroristes en devenir qui ont été arrêtés étaient étudiant à l'université. Au Royaume-Uni, les poseurs de bombe étaient des petits-bourgeois intégrés, et ainsi de suite... [38] Quant au problème israélo-palestinien, ou à la politique américaine, cela tient finalement plus du prétexte que de la réalité. Ce qui lie tous les terroristes entre eux, c'est une même idéologie.
  12. La France serait-elle un global medium power, présent un peu partout dans le monde ? [57] J'aurais pas cru, je ne lis que la presse italienne de Berlusconi. [08]
  13. Il ne s'agissait pas de "centaines de millions de soldats", mais de conquêtes militaires classiques, ramassant les restes de l'effondrement de l'empire romain à l'ouest, et tombant sur une très ancienne civilisation à l'Est, qui a renoncé à se défendre, pour des raisons philosophiques et religieuses. On est loin de "centaines de millions" de soldats et du "chaos". Quoique pour les peuples colonisés par les conquérants musulmans, c'était pas la grande joie, surtout pour les bouddhistes qui ont été graduellement exterminés. Rien de menacant pour qui que soit. C'est le différentiel technologique qui donne la solution des conflits classiques. Ensuite il ne faut pas oublier qu'une guerilla ne fonctionne que sur son propre territoire, pas sur celui d'autrui ! Mauvais exemple. Les pays du golfe disposent de la rente pétrolière. Ce sont des clients de la technologie et de la science occidentale, ils ne créent, ne produisent et ne concoivent strictement rien, mais ils achètent. Et acheter, ce n'est pas très compliqué. Mais le jour où le pétrole ne coulera plus et quand il sera remplacé dans certains de ses utilisations, c'est à dire dans quelques décennies, la plupart de ces pays, excepté Dubaï et ceux qui seront alors sous perfusion américaine, reviendront directement à un moyen-âge qu'ils n'ont de toute façon jamais quitté dans les mentalités. Non. Techniquement, la modernité est un processus graduel de sortie de la religion ; les deux sont parfaitement indissociables, puisque la modernité véhicule l'idée que la science est supérieure à la religion, que la religion doit être aussi un objet de doute, car aucun tabou n'est supposé résister à l'analyse rationnelle. Pour faire très synthétique : la modernité est arrivée en Europe avec la réforme protestante, quand une pluralité d'approche au phénomène religieux s'est imposée, créant un doute dans la perception de la vérité, avec deux religions dont personne ne pouvait dire laquelle était vraie. C'est dans ce doute que s'est engouffrée une troisième voie, la science, et c'est comme par hasard depuis 5 siècles que toutes les découvertes scientifiques et leurs applications viennent de l'occident... C'est ainsi que par définition, toute religion est anti-moderne. Je n'élaborerais pas plus, c'est HS, mais le sujet est intéressant. Réducteur. Pendant que la France recevait le plan marshall, elle en dépensait deux fois le montant uniquement dans ses colonies pour construire des infrastructures ! Les pays européens se sont ainsi relevés rapidement surtout parce qu'ils partaient déjà d'assez haut avant-guerre et faisaient parti du "monde développé", ce qui n'est en rien comparable avec la situation du monde musulman aujourd'hui qui part "d'assez loin". Non, en la matière, il faut une historicité favorable, une masse critique, une posture vis à vis de la science qui ne soit pas conditionnée par le fait religieux, c'est à dire une modernité, à laquelle la Chine a plus facilement accès que le monde musulman... L'écart technologique entre les global players (triade europe/usa/japon +chine/russie) et les autres s'accroit ainsi chaque jour de façon difficilement imaginable, et est même devenu globalement impossible à rattraper pour l'immense majorité des pays de la planète, monde musulman compris ; il faut savoir aussi que cet écart technologique s'accroit de la même façon, au sein de la triade, entre les USA et les autres. Sauf que dans ce dernier cas, c'est rattrapable, mais pas dans l'intégralité des secteurs. Leur savoir-faire vient principalement des transferts de technologie issus des délocalisations des industries occidentales. Parler d'indépendance technologique en ce qui concerne l'Inde est pour le moment un pur fantasme, même le nucléaire indien vient du Canada. Aucun pays musulman n'est pour le moment apte à développer une réelle indépendance technologique, hors de l'occident ou de la Russie, car cela impliquerait une réelle modernisation accompagnée de l'irruption d'un certain matérialisme, ce qui changerait ces pays en profondeur et réduirait très fortement leur caractère religieux, ce à quoi beaucoup ne sont pas prêts... Le Maroc par exemple est sur cette voie de modernisation, mais ses problèmes d'analphabetisme, la faiblesse de ses ressources, les tensions religieuses sont pour le moment très problématiques, et surtout il ne dispose ni des structures de recherche nécessaires ni de la masse critique pour se lancer dans les aventures de la techno-science. Le seul potentiel, c'est une surspécialisation sur quelques niches, ce qui est déjà très bien en soi : mais parler d'indépendance technologique, c'est prendre ses rêves pour des réalités.
  14. Des "centaines de millions de soldats" ? C'est du grand n'importe quoi ! Et tu les équipes avec quoi, tes soldats ? Sans les technologies occidentales ou russes, il reste à peine aux pays musulmans de quoi fabriquer des lance-pierres ou alors, peut-être, des arcs et des flèches... Tu fantasmes sur un "pouvoir potentiel" qui n'existe pas et n'a jamais existé. L'analyse rationnelle est le résultat d'un processus de sortie de la religion. Tant que le monde musulman sera aussi "sensible" sur la question de la religion, il y a peu de perspectives de développement et de progrès social.
  15. Je ne pense pas, non. [61] Aucun pays musulman ne constitue réellement une menace crédible pour qui que ce soit, mis à part le Pakistan sur l'Inde, et encore, il faut le dire vite. Le "monde musulman" n'est pas un bloc, il n'a pas vraiment de réalité géopolitique, pas plus que le "monde chrétien" ou "le monde bouddhiste". Ce sont des concepts qui n'existent pas dans le réalité des rapports de forces qui structurent notre monde. Aucun pays du monde musulman ne dispose des ressources en propre (technologie, science, enseignement, organisation d'un Etat moderne etc.) lui conférant le statut de menace majeure, même à très long terme. La Chine, par contre, c'est une autre histoire. Alors parler de chaos sur terre, c'est clairement abusif et revient à donner aux pays musulmans et à l'Islam une centralité qu'ils n'ont pas...
  16. Oui, c'est le scénario le plus probable, mais tu oublies : - la Russie dans le second bloc, intégrée à un pacte de Varsovie new age qui est l'organisation de coopération de Shangai. Et là ça change un peu la donne. - le "monde musulman" est très fortement divisé, et le restera, entre 1) l'Iran chiite + l'Azerbaidjan et le monde sunnite 2) entre les nationalistes et les islamistes 3) entre les modernistes sécularistes et les archaïques identitaires 4) entre les démocrates et les partisans des dictatures Quid de la Turquie ? si le kémalisme l'emporte dans les prochaines années et que le pays se stabilise, la Turquie reste alors aux côtés de l'Europe. Quid du Maroc ? Si ceux qui veulent un Maroc moderne et tourné vers l'avenir restent au pouvoir et endiguent l'islamisme dans les classes populaires, pas de problème. Quid du Pakistan et des militaires au pouvoir dont la force s'effrite chaque jour un peu plus ? Sinon oui, la Chine est bien en train de construire des "alliances de revers" avec une partie du monde musulman. C'est d'ailleurs une des origines du génocide au Darfour. (et là on se dit qu'un PA3, c'est pas si con que ça [08])
  17. Oui, je suis tout à fait d'accord avec ceci. Mais l'engagement de ne pas renouveller un fonctionnaire sur deux est illusoire, surtout dans les forces de gendarmerie/police, même en rationnalisant et en éliminant les redondances. Une grande part des économies réside dans l'alignement des statuts. Les accords de défense sont renégociables ; je pense surout aux alliés essentiels comme l'Allemagne, qui est présente en RDC : s'il y voient un intérêt industriel, financier, ou diplomatique à l'affaire, il ne faut pas s'interdire d'y réfléchir. Ce qui tourne autour de la françafrique pèse beaucoup trop lourd pour ce que cela nous apporte. Oui, tout à fait. Mais c'est en Asie que le potentiel de développement est le plus soutenu, et c'est dans cette région que transite l'essentiel du commerce mondial et que se concentrent les tensions les plus sérieuses. Cela n'obère bien entendu pas le fait que l'Argentine et le Brésil soient des puissances essentielles avec lesquelles nous devons nous associer le plus possible. :)
  18. Pour l'aéromobilité, il faudrait injecter un milliard d'euros pour toucher les NH90 plus tôt que prévu, car les pumas ne tiendront pas le coup et cela va coûter un maximum de les maintenir dans conditions "acceptables". Diminuer les OPEX est une très bonne idée, histoire de respirer un peu financièrement. Mais il faudrait aussi faire quelques choix "douloureux" en matière de primes et de traitement des militaires pour ces opérations ; il faudrait aussi revoir les conditions de retraite des officiers supérieurs (double jumping etc). Il faut faire du cost-killing au niveau de la masse salariale. Il faut aussi basculer l'essentiel de la gendarmerie à l'intérieur, diminuer les redondances, aligner les statuts sur ceux de la police, rationnaliser les avantages des officiers de gendarmerie et en terminer avec la filière issue de St Cyr. Ce sont des milliards d'euros qui sont économisables ainsi chaque année ; au global, la réserve d'efficience dans l'administration permettrait de sauvegarder 40 milliards d'euros par ans, ce qui est absolument considérable. Mais il faut une volonté politique forte. Couper un peu le lien avec certains pays africains me paraît essentiel. Quand on voit le coût de l'opération licorne pour les bénéfices obtenus (100 millions par an), on se dit que la françafrique n'a aucun intérêt, mis à part sauvegarder quelques réseaux affairistes dépassés. A ce niveau, privilégier la diplomatie sur les armes coûte moins cher et permettrait de sortir de la "logique de brousse" de certains régiments. Sauvegarder nos positions sur ce continent coûte plus cher que cela ne nous rapporte ; il veut mieux donc être pragmatique et rationnel et constater qu'il serait plus logique de réduire drastiquement le nombre de bases, mais parallèlement de gonfler la taille de celles qui resteront pour en faire de vrais centres régionaux, européens si possible. Il faut ainsi se rendre à l'évidence, l'avenir du monde est en Asie, et pas en Afrique, ce qui implique d'investir avant tout dans la marine. Pour les budgets : oui, l'Allemagne voit une réduction relative de son budget par une stabilisation en valeur monétaire. Quant à l'Italie, tout dépend de ce qui va être réalisé ou pas, le flou artistique sur les finances publiques pouvant donner tout et son contraire.
  19. Je ne suis pas certains que BK soit un bon choix ; ce n'est pas un "réaliste". Moi aussi j'aurais préféré, et de très loin, Védrine, un grands penseurs en matière de RI ainsi qu'un excellent MAE.
  20. Les plastrons des cuirassiers arrêtaient la plupart des balles de l'époque (fusil à faible portée, balles à faible énergie cinétique ; c'était pas du 44 magnum en 1809). La cuirasse était un des avantages de ces régiments de choc qui pouvaient charger une ligne faisant feu sur eux. C'était les "blindés" de l'époque, utilisés pour faire de la rupture. D'où l'intérêt de la mitraille et des biscaïens pour les arrêter.
  21. Cervantes, il ne faut pas oublier la "barrière de la langue" et les tournures de phrases qui peuvent créer des malentendus ou paraître aggressives quand elles ne le sont pas forcément. [28]
  22. La France occupe avec le Royaume-Uni une catégorie relativement distincte de celle de l'Italie et de l'Espagne, et surtout de la Pologne (nucléaire+Conseil de sécurité+présence sur tous les continents, medium global power, FR+UK =40% des dépenses militaire de l'UE alors que 2/27e etc.) Le fond du problème est là, c'est quelque chose que tu as du mal à comprendre alors qu'ici plusieurs te l'ont expliqué, et ça devient fatiguant de lire toujours les mêmes idioties de ta part. Je te conseille aussi de t'acheter un livre sur l'histoire de la construction européenne, pour que saches quel est la réalité du couple franco-allemand pour la construction de l'UE, et du couple franco-anglais pour l'europe de la défense. Quand tu auras un minimum de connaissances sur le sujet, tes messages ne passeront pas pour des trolls issus des forums du New York Post ou de Little Green Football. ;) Je pense que tu pourras te permettre de faire ce genre de post le jour où tu maîtriseras des notions élementaires d'économie et de finances publiques, ce qui n'est pas ton cas pour le moment. Le budget réel de la défense est à 1,78% (sans la gendarmerie) et peut être porté à 2%. Pendant la guerre froide, il était à 5%. Cela veut dire que la marge de manoeuvre est loin d'être négligeable. Je te rappelle que la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie sont dans une phase d'augmentation de leurs dépenses de défense, et il n'est donc pas illégitime de s'interroger sur l'utilisation possible de ces crédits. Après, que certains ici aient envie de s'interroger sur la pertinence d'un 3e porte-avions, pourquoi pas ? C'est un sujet comme un autre.
  23. J'ai rarement lu un boulet pareil ! [09]
  24. Mon hypothèse est que certains de l'autre côté des alpes ont bouffé de la propagande antifrançaise répandue sur certains grands réseaux mondiaux de médias depuis 2003 et le refus de la France de participer à la guerre d'Irak. Le problème est que certains esprits faibles confondent manipulations médiatiques et réalité. Pour revenir au sujet : La France doit-elle garder pour les deux prochains siècles ce décalage de génération induit par l'absence de commande du sister-ship du CdG ? Lors de la prochaine génération de PA, la France aura un CVF et un PA(X), et ainsi de suite ? Un PA3, sur le plan budgétaire, n'est pas un problème en soi, car cela ne fait "que" 500 millions sur 5 ans, ce qui est largement supportable... Le problème, c'est l'achat et la maintenance de tout ce qui va avec, x rafales, un horizon en plus et tout le tintouin. Pour cela, il faudrait un budget de la défense "convenable", qui soit réellement à 2,5% du pib. Ceci suppose bien évidemment que nos amis gendarmes passent réellement à l'intérieur, avec armes et budget. [08]
×
×
  • Create New...