Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

HK

Members
  • Posts

    2,562
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Everything posted by HK

  1. Attention, avant de faire un procès d’intention, ce n’est pas parce que le Marquis hésite sur les contours du programme (normal, l’info n’est pas dans le domaine publique) que la Marine ne sait pas ce qu’elle veut. Moi j’attends de voir…
  2. @HirondelleFaut pas trop écouter les théories de ce blog… elles n’engagent que lui. Ce qu’il dit (en gros) c’est que le décalage des FDI MN causé par la commande grecque permettrait de réviser les objectifs à la hausse, par exemple en livrant une grosse série de 6 FDI MN musclées à partir de ~2026-27. Et que la rénovation des 2 dernières FLF permettrait de boucher le trou. J’y crois moyen. Car il est encore trop tôt pour s’engager budgétairement sur les FTI 6-7-8 (dont la production ne commencerait qu’en 2027). Tout cela sera décidé lors de la prochaine PLM 2025-2029, en même temps que le remplacement des frégates de surveillance, les commandes EPC etc. Entre temps on verra peut être quelques avancées sur la protection des FDI (commande de lances-leurres, brouilleurs). Quand à la rénovation des FLF 4 & 5, elle est très difficile à justifier car la Marine n’en a pas besoin pour atteindre son format « idéal » de 18 frégates, qui sera atteint avec la livraison des FTI (qui sont donc logiquement prioritaires).
  3. @SalveriusPlus de détails ici: https://www.flightglobal.com/helicopters/airbus-helicopters-warns-on-weight-increase-for-natos-next-generation-rotorcraft/148718.article PS. L’usage militaire avait déjà été évoqué en Décembre dernier… voir mon post en page précédente. Voir même dès 2012 au moins: https://www.helicopassion.com/fr/03/wbl329.htm Et puis en 2019: https://www.defensa.com/espana/airbus-ofrece-helicoptero-compuesto-racer-ejercito-tierra
  4. Ce n’est pas un peu tôt pour affirmer ça? Voici une carte… bon c’est vrai qu’en réalité personne ne sait.
  5. Si je résume, troupe russe motivée mais très mal préparée, envoyée au compte gouttes contre des défenses ukrainiennes bien en place. Niveau tactique nul - aucune coordination entre unités, aucun appui artillerie, officiers absents, les soldats reçoivent juste l’ordre d’avancer. Gros gaspillage de potentiel - quand une attaque ne réussit pas, on envoie une autre unité le lendemain, et encore une autre etc… La 3ème partie est édifiante aussi. Il y parle de la qualité de vie des soldats russes - corruption et vols, pas de rotation des troupes, déserteurs etc.
  6. Voici la suite du récit: https://victor--shyaga-livejournal-com.translate.goog/561.html?_x_tr_sl=ru&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=en&_x_tr_pto=wapp La guerre en Ukraine à travers les yeux d'un soldat au front... Deuxième partie. Mais, comme il s'est avéré, ce n'était pas une attaque contre Dolgenkoe. Soit les plans ont changé, soit les officiers ont fait une erreur, mais nous avons juste suivi le chemin le long des champs et des débarquements jusqu'au village de Suligovka, qui était situé à environ 2,5 kilomètres de Brazhniki et était déjà occupé par le nôtre depuis 6 jours. Mais nous ne le savions pas. Nous pensions tous que nous allions attaquer le village de Dolgenkoye et qu'il fallait prendre la première rue de ce village. Pendant que nous marchions, l'armée ukrainienne nous a apparemment repérés et ils ont commencé à nous frapper avec des grêlons et des mortiers. Lors du deuxième bombardement assez massif, j'ai déjà dit au revoir à ma vie - je pensais que, eh bien, c'est tout - la prochaine mine m'arracherait les jambes ou me tuerait tout de suite ... C'était effrayant, bien sûr, c'était très ... Le gars qui a reçu la mitrailleuse a 38 ans et n'est pas habitué à l'activité physique. De la marche et des tirets avec une mitrailleuse, une mitrailleuse et un gilet pare-balles - il était très épuisé, son cœur lui faisait mal. Nous l'avons signalé à notre commandant. Il m'a dit de rester avec ce type et qu'on couvrait la retraite des blessés qui se présentaient dans les compagnies qui nous précédaient. Nous avons reculé un peu, attendu les blessés (ils étaient 4 ; ils étaient légèrement blessés - certains avaient une main, certains avaient un fragment légèrement dans le dos à travers un gilet pare-balles, certains avaient une légère blessure à la jambe ; tout le monde marché tout seul). Les blessés ont continué, nous nous sommes assis encore 40 minutes. Nous avons entendu dire que les nôtres étaient à nouveau couverts de grêle. Ensuite, avec ce type, nous sommes descendus au village de Brazhkovka. J'étais avec une mitrailleuse. Après avoir été là pendant 3 heures, j'ai conduit un véhicule blindé de transport de troupes avec quelqu'un à Suligovka. Ce type est allé là-bas dans un véhicule blindé de transport de troupes de la 2e compagnie. À Suligovka, j'ai trouvé ma compagnie. Dans la soirée, notre commandant nous a dit que nous n'avions pas terminé notre tâche et que demain matin nous devions partir à l'assaut de Dolgenkiy. De nombreux commandants de compagnie de deux bataillons du régiment 752, qui devaient passer à l'assaut, ont dit à leurs combattants qu'ils nous envoyaient à une mort certaine, car tout avait été abattu dans l'armée ukrainienne et ont dit que c'était à vous de décider si vous voudriez aller ou pas. Nous avons 4/5 (sinon plus) refusé d'y aller. J'ai également refusé. Y compris très fortement du fait que physiquement je n'avais plus la force de passer à l'assaut. Mais de nombreux volontaires d'autres compagnies sont passés à l'attaque dans la matinée. Je n'étais plus dans cette attaque. Trois personnes sont venues de notre compagnie et notre Art. lieutenant…. Il a été blessé à la jambe lors de cette attaque. Comme l'ont dit plus tard ceux qui ont participé à cette attaque, il fallait 7 kilomètres à travers les champs pour aller de Suligovka à Dolgenkiy. Nous sommes partis le matin à 10h et ce n'est qu'à 16h que nous avons atteint environ 600 mètres du village. Ils sont tous arrivés fatigués. Pendant tout ce temps, ils étaient sous le feu des mortiers. Des blessés et des morts sont partis. Quand ils ont rapporté à notre commandant de bataillon, le major Vasyura, qu'il y avait des blessés et des tués, il a dit de manière obscène, "laissez-les et passez à l'attaque !!" sont passés à l'attaque dans la matinée. Ils ont dit qu'ils avaient blessé le commandant du peloton de reconnaissance, qui marchait avec nos compagnies incomplètes. Il a lui-même dit à ses éclaireurs d'aller de l'avant et de soutenir l'attaque, puis il a été emmené. Nommé un supérieur pour eux. Ils l'ont ensuite emmené. Lorsque les nôtres ont atteint presque Dolgenkiy, ils ont commencé à être attaqués très lourdement de mortiers. Un char ukrainien a commencé à tirer. Il y eut encore plus de blessés et de tués. Les officiers (ceux qui étaient vivants et non blessés) ne savaient que faire. Puis l'un des volontaires (il me l'a dit personnellement ; il a 40 ans et il avait servi sous contrat pendant 12 ans, y compris dans le Gru ; un ancien combattant) a dit que, - "les hommes, nous devons nous éloigner, sinon ils nous briseront avec des mines et ensuite le reste sera fusillé. Alors ils ont commencé à partir. Personne n'avait de force. Il était très difficile de traîner les blessés. Nous sommes rentrés à 11h du soir. L'un des volontaires qui a visité l'Ukraine avec moi (Andrey de Koursk) a dit que beaucoup ont simplement fui, se sont retirés. Il leur a crié d'aider à tirer les blessés, mais ils n'ont pas aidé. Voilà, c'était comme ça l’attaque le 20 avril contre le village de Dolgenkoe .... Après cette attaque, presque tout le monde a refusé de passer à l'attaque le lendemain ... Seule une partie (11 personnes des restes de deux bataillons) est restée et a été avancée jusqu'à la ligne de front, atterrissant à un demi-kilomètre de Suligovka pour aider l’infanterie motorisée de Sakhaline, qui y tenaient la défense ... Il convient de noter qu'en principe, beaucoup de ceux qui ont refusé de passer à l'attaque (y compris moi) étaient prêts à maintenir la défense sous les obus de mortier, mais on nous ordonné d'aller par nos propres moyens à Izyum. Et ils ont pris et emporté nos armes. Ceci, en fait, alors que nous étions en toute première ligne ... Je dirai aussi qu'à cause des mensonges constants, nous ne croyions plus à notre commandement. On nous a dit deux fois avant les attaques que tout irait bien - que l'artillerie ennemie avait été supprimée, que la reconnaissance avait traversé les débarquements, que les nôtres étaient déjà entrés (avançaient) devant de l'autre côté de l'autre partie et nous n'avions besoin que de les atteindre ... Mais tout cela s'est avéré être une fois un mensonge et s'est transformé en de nouvelles pertes insensées parmi nous ... Nous nous sommes demandés - pourquoi avons-nous été envoyés à ces attaques folles !? Pensiez-vous que cela pouvait être pour calculer l'artillerie ennemie lorsqu'elle nous a frappés ? Ou pour que l'armée ukrainienne épuise ses stocks d'obus sur nous ? Puis ils ont pensé que ces attaques étaient peut-être nécessaires pour détourner l'attention et les forces de l'armée ukrainienne ? Je ne sais pas. Beaucoup d'entre nous avaient le sentiment d'avoir été délibérément détruits. Pour l'avenir, je dirai que sur la base du fait que Dolgenkoe essayait de prendre différentes unités, je pense que notre commandement avait simplement pour tâche de prendre Dolgenkoe et ils ont simplement envoyé ceux qui étaient là. C'est arrivé au point qu'au début du mois de mai, ils ont généralement commencé à envoyer 7 (!!!) personnes pour attaquer ... C'est juste que, si je comprends bien, d'autres unités ont attaqué une ou deux fois Dolgenka, puis ont cessé d'y aller. Y compris l'OMON et quelques autres forces spéciales (SOBR, probablement) le 1er mai, en quelque sorte. Ils n'ont pas non plus réussi à prendre Dolgenkoe. Eux, avec les restes de notre régiment, ont marché, juste côte à côte, dans une zone différente. C'est juste que dans d'autres unités le commandement se sont occupés de leurs subordonnés, si je comprends bien, et notre commandement, si je comprends bien, ne se souciait pas de nous. Le 45e régiment de reconnaissance des forces aéroportées a tenté d'avancer à travers la forêt jusqu'à Dolgenkoye le 19 avril, lorsque nous sommes allés à Suligovka. Mais ils n'ont pas réussi - il y avait des tirs très violents dans la forêt, à notre droite. Nous l'avons très bien entendue. Les forces aéroportées ont perdu une personne tuée et se sont retirées et ont refusé d'avancer plus sur Dolgenkae. J'étais à Suligovka pendant 3 jours, puis moi et un autre gars de ma compagnie (il avait auparavant servi sous contrat dans les forces spéciales de Vityaz) et un gars d'une autre compagnie a conduit un camion à Izyum. Là, nous nous sommes retrouvés à un endroit à la périphérie d'Izyum, où, entre autres, ils nous ont rassemblés - les soi-disant refusniks ou 500. J'y suis arrivé vers le 25 avril. En fait, nous étions utilisés comme main-d'œuvre - ils creusaient des tranchées là où c'était nécessaire, transportaient des sacs de terre pour renforcer le quartier général de la division, sciaient des pins pour les pirogues. De nouveaux refuzniks nous étaient amenés presque tous les jours. Et leurs histoires étaient encore plus tragiques que les nôtres... Dès leur arrivée en Ukraine, de nouveaux volontaires ont été jetés à l'assaut de Dolgenkiy. Il n'y avait plus d'officiers, alors parmi les volontaires, ils ont choisi le plus aguerri (celui qui a combattu en Tchétchénie, en Syrie), l'ont nommé doyen, ont donné des talkies-walkies (un, deux) et l'ont envoyé à l'assaut ... Au fin avril, 18 personnes nous ont été amenées, qui sont allées attaquer avec un groupe assez important - 120 hommes. Ils ont dit qu'en plus d'eux, une autre unité avait attaqué Dolgenka d'une direction différente. C'est peut-être pour cela qu'ils (je pense que oui) presque sans attaques au mortier ont atteint Dolgenkiy. Il leur restait déjà 300-400 mètres lorsqu'ils se sont retrouvés sous le feu croisé de deux mitrailleuses .... De plus, les positions des mitrailleurs ukrainiens se sont avérées encore plus proches d'eux. Ils ont commencé à se battre. Les nôtres avaient aussi des mitrailleuses et des RPG. Si je comprends bien, ils ont tué au moins 6 mitrailleurs, mais ont été forcés de se retirer à cause des mitrailleuses ukrainiennes, qu'ils ne pouvaient pas supprimer. Très probablement, ces mitrailleuses se trouvaient dans des positions bien fortifiées. Les gars ont dit que s'ils avaient reçu un peu d'aide - si les mitrailleuses avaient été supprimées par des hélicoptères ou des chars, alors ils seraient entrés dans Dolgenka même ... Quand j'étais encore à Suligovka et quand nous avons lancé l'attaque, ils ont dit que des carabiniers motorisés de Klintsy avec une compagnie complète sur des véhicules blindés de transport de troupes sont entrés dans Dolgenka, mais comme on dit, ils ont été en quelque sorte spécialement lancés, car ils ont alors commencé à tirer de trois côtés. Mais ils sont quand même sortis par eux-mêmes de ce triangle d'embuscade à Dolgenkiy, où ils sont arrivés. Ils ont également dit que c'était avant nous, avant le 19 avril, que 8 chars et fantassins sont également entrés dans Dolgenkoe, mais ont décidé d'avancer et de ne pas se consolider (très probablement, ils ont simplement reçu l'ordre d'avancer, de développer l'offensive) et les chars ont avancé et presque tous ont été assommés, puis l'infanterie a été immédiatement chassée de Dolgenkiy ... En mai, ils nous ont apporté ce qui restait de Bars (ce sont des réservistes formés de toute la Russie) - 14 personnes. Ils sont allés prendre d'assaut Dolgenkiy pendant un mois et se trouvaient dans cette zone. Ils étaient attachés, si je comprends bien, au commandement de notre division brisée. Au total, 340 personnes sont arrivées en Ukraine. Au bout d'un mois, 57 personnes restaient sous les bombardements. D'ailleurs, la moitié de ces rescapés sont ceux qui étaient au quartier général. La plupart d'entre eux ont été blessés. Et ils n'ont pas eu une seule bataille d'armes légères, toutes les pertes provenaient de l'artillerie ukrainienne ... Mon opinion est que si ce n'était pas pour l'artillerie ukrainienne, pas pour sa puissance et sa précision, alors nos gars le feraient ont vaincu l'armée ukrainienne dans de petites batailles. C'est mon point de vue. Quant à nous, les volontaires, mon opinion est que nous étions, en principe, tout à fait prêts au combat et que nous pouvions attaquer parfaitement (dans la mesure où nos connaissances et nos compétences nous le permettaient), juste après une attitude aussi vile et porcine de la part de la direction de le bataillon et le régiment, très nombreux ne voulaient plus rester et combattre dans cette partie…. Moi y compris… Je comprends tout, le commandement fait des erreurs, mais quand on se rend compte que le commandement s'en fout de toi et qu'on t'envoie vers une mort insensée, ça décourage grandement l'envie de combattre… Voici un autre de ces moments - pendant tout le temps dans toute la division début mai, seuls les officiers ont reçu des récompenses d'État. Pas un seul sergent et pas un seul soldat n'a reçu de prix. J'ai parlé avec les 5 autres volontaires sous contrat de notre compagnie. Ils étaient très jeunes - 19-22 ans ; étaient (et sont) gentils et joyeux quoi qu'il arrive) Ils ont emmené Kamenka avec d'autres unités. Eux, sur leur site, ne sont venus que 8 personnes. Ils ont tué 12 soldats de l'armée ukrainienne au combat. L'un des morts était un officier. Ils ont trouvé un talkie-walkie sur lui. Ils ont appris par radio que des renforts ukrainiens se préparaient sur leur site - 40 personnes devaient venir en aide aux militaires ukrainiens à Kamenka. Nos gars ont compris d'où viendraient ces soldats ukrainiens et leur ont tendu une embuscade à cet endroit. Les 30 personnes qu'ils ont tuées au combat. Ces gars ont entre 19 et 21 ans. Ils savent tirer parfaitement de tout - du RPG-7, du "Fly", des mitrailleuses. À bien des égards, ils sont encore des enfants, mais ils se sont battus jusqu'à la mort - courageusement et jusqu'au bout .... C'est pourquoi aucun d'entre eux n'a reçu de prix !? Pourquoi!? Ils ont également refusé de lancer des attaques sur Dolgenkoye et sont ensuite partis avec nous en Russie et ont résilié les contrats. L'armée ukrainienne couvre constamment nos positions avec des mortiers, des grêlons, de l'artillerie à canon, des helicos. Je ne sais pas pourquoi l'armée ukrainienne a tant d’hélicos. Mais à Izyum, notre défense aérienne les abattait très souvent tous les jours. Alors ils ont dit. En général, si nous prenons spécifiquement notre division, alors la défense aérienne était sa meilleure partie opérationnelle, prête au combat, si je comprends bien. Les chars ont subi d'énormes pertes ... Nos chars ont été assommés par dizaines lors d'attaques et en marche ... En général, nous avons d'énormes pertes d'équipement - beaucoup de véhicules blindés de transport de troupes et de véhicules blindés de transport de troupes, et camions, et ingénierie ... Mais le pire n'est pas cela, mais combien de personnes meurent chaque jour, sont rendues invalides et combien sont capturées ... Fin de la partie 2.
  7. Merci @ARMEN56. Intéressant cette surcharge de gasoil pour les missions Union Française… donc à priori les 180t de GO c’était la charge « normale » pour 4,500nm @ 15 noeuds ou 6,000nm @ 12 noeuds, auquel il faudrait rajouter X tonnes de GO en surcharge pour arriver aux distances franchissables plus longues de 7,500nm @ 15 noeuds ou 9,000-10,000nm @ 10 noeuds. Pourquoi faire la distinction entre charge normale et surcharge? Est-ce que c’est courant sur d’autres navires MN? Quel impact sur la conduite du navire, tenue à la mer etc? P.S. J’ai retrouvé ton post précédent sur le sujet, tres complet: PPS. Pour les plans complets des avisos-escorteur, voir ici: http://anciensdubourdais.free.fr/historique_4.htm
  8. Je découvre ce patrouilleur intéressant du chantier turque STM. 89m, 1,900 tonnes, 5,500nm @ 16 noeuds, avec qqs capacités militaires… il me semble correspondre assez bien au cahier des charges MN pour le PO. A voir si Naval Group dessinera quelque chose de similaire… https://www.stm.com.tr/en/our-solutions/naval-engineering/offshore-patrol-vessel
  9. Et puis X avions, X frégates, X SNA etc. On peut certes envisager quelques économies à la marge (dual carrier ops qui permettent de mutualiser l’escorte et les Hawkeye). Mais monter à 2 ou 3 PA sans augmenter le budget n’est pas réalisable. Il faut bien poser le problème. S’il s’agit seulement de résoudre la question de la disponibilité du PAN lors de ses ATM tous les 8-10ans, ou d’améliorer sa survivabilite face aux nouvelles menaces, il y a d’autres palliatifs « militaires-techniques » (comme diraient les Russes) qui ne nécessitent pas de compromettre ses capacités les autres 80% du temps. (On se débrouille avec les alliés, l’Armée de l’Air, les PHA gré en porte-hélicoptères, on réduit la durée des ATM, on travaille les raids à >1,000 nautiques etc)
  10. @SalveriusCela reste loin des capacités d’un PA moyen de la taille du CdG… pas de Hawkeye, capacités d’emport limitées par le tremplin, flux et stocks de munitions etc. Si tu veux 3 PA, très bien j’applaudis. Mais la façon d’y arriver ce n’est pas le PA « léger », c’est le PA « rustique », qui reste moyen-lourd. Taille minimum: 40,000 tonnes, idéalement 50,000t+. Propulsion: conventionnelle diesel-TAG. Vitesse légèrement réduite: 24-26 noeuds. Système de combat simplifié et dérivé des FTI (effet de série). Catapultes vapeur ou tremplin + catapulte d’appoint. Un peu comme le PA proposé par Naval Group à l’Inde au début des années 90:
  11. Tout simplement parce que ce qui dimensionne la taille maximale d’une pontée c’est les dimensions de la zone parking du pont d’envol. Cette zone ne peut pas empiéter sur la piste oblique et il faut aussi qu’elle soit facile d’accès. Sur ton dessin, la zone avant ne peut accueillir que ~6 Rafale a vu de nez. La zone arrière est trop difficile d’accès et sera réservé aux nounous/alerte. Sur les Clemenceau la pontée max était de 23 avions (15 devant, 4 près de l’îlot, 2 sur les ascenseurs, 1 sur le spot nounou/alerte derrière l’ascenseur arrière et le dernier dans les brins). Jusqu’a 18 c’était « facile », après ça devenait plus sportif. Sur le CdG la pontée max est la même… 23 avions (13 devant, 4 entre les ascenseurs, 2 sur les ascenseurs, 2 sur le spot nounou/alerte derrière l’ascenseur arrière et les 2 derniers devant l’ascenseur avant et dans les brins). Jusqu’à 19 c’est « facile » puis ça se complique. C’est pour ça que le positionnement de l’îlot, la taille des parking et la prévision des flux sont essentiels. Il faut une taille minimum de PA pour avoir qqch qui tient la route. Tout ceci est tres bien expliqué ici: https://www.checksix-forums.com/viewtopic.php?f=279&t=188165&start=25
  12. Ou comment la montagne accouche d’une souris… On a beau se tortiller dans tous les sens, à la fin on obtient un PA qui ne peut récupérer que des pontées minuscules de 6 avions. Pour la haute intensité ce n’est pas top. (Le CdG est dimensionné pour des Alpha Strike de 20 avions… la différence qualitative pour quelques milliers de tonnes est tout simplement énorme)
  13. HK

    Le successeur du CdG

    Je ne vois vraiment pas. Combien de munitions rôdeuses et de drones capable d’opérer à 500-1,000 nautiques*… qui plus est sans pont plat? * Distance minimale de sécurité quand on n’a pas la supériorité aérienne face à une aviation à terre de bon niveau
  14. Voici les perfos de l’Arrano et un comparatif H160 / Tigre / Wildcat. Les ratios du H160 sont tout à fait convenables… similaires au Tigre HAP/HAD, un peu inférieurs au Wildcat, mais cela dit le H160 compense avec un rotor plus grand (donc plus efficace) que le Wildcat Puissance au décollage / 2min / 30s H160 6,050kg (Arrano 1A): 1,280 / 1,359 / 1,426 cv Tigre HAP 6,100kg (MTR390): 1,285 / ?? / 1,473 cv AW159 Wildcat 6,050kg (CTS800): 1,361 / 1,484 / - - cv Tigre HAD 6,600kg (MTR390E): 1,467 / ?? / 1,773
  15. Excellente analyse de la Bataille du Donbas par l’armée Autrichienne (en allemand mais les sous titres permettent de comprendre). Avec un comparatif frappant avec la bataille de Kursk 1943 vers 13min.
  16. Bien d’accord que si on multiplie les chiffres par un facteur “efficacité” les perfos du CdG sont encore plus impressionnantes. Les avions du CdG volant plus loin, plus longtemps, avec plus d’emport. Et en plus il faut retrancher des PA Clemenceau et Foch les 15% d’activité d’écologe (Fouga) qui sont aujourd’hui assurés aux USA. On en arriverait presque à dire que le CdG à lui tout seul fait aussi bien que les Foch & Clemenceau réunis… (mais reste le problème de la permanence ops).
  17. HK

    Le successeur du CdG

    Il me semble que ce n’est pas le rechargement en lui même qui pose vraiment problème, ni en termes de temps d’immobilisation ni de coût. C’est tous les travaux d’extension de vie de tous autres équipements vieillissants du PA pour durer 7 ans de plus que la durée prévue (démontage, inspection, traitement des obsolescences etc). Quand certains équipements commencent à approcher 40 ans cela devient difficile et coûteux, surtout quand on doit prendre en compte les contraintes de sécurité nucléaire.
  18. Détail intéressant… le CdG a passé le cap des 50,000 catapultages depuis 2000/01 durant cette mission. Soit un peu plus de 2,300 catapultages par an. Cela représente une activité 10% supérieure aux PA Clemenceau, qui chacun a effectué environ 2,100 catapultages/an (77,000 sur 37 ans)
  19. Le H160 et les autres helicos d’AH ne sont pas particulièrement sous-motorisés par rapport aux helicos de l’US Army qui sont pourtant la référence mondiale (AH-64E Apache, UH-60M Blackhawk).
  20. Je ne pige pas du tout… j’ai l’impression que tu parles d’un moteur installé verticalement. Hors pour tout un tas de raisons ça ne marche pas sauf si on parle d’un moteur électrique… et qui dit électrique dit pile à combustible, hydrogène etc… pas des solutions qui existent aujourd’hui. Piasecki bossent sur une telle solution a l’horizon 2030. La aussi je ne vois pas trop. La génération électrique sur un H160 c’est 2x13kW, soit environ 1.5% de la puissance disponible. C’est plus que suffisant pour les équipements civils du bord, sachant que les équipements militaires ne consomment pas tant que ça (1kW pour le radar Airmaster C, chiffre qu’il faut multiplier par 3 antennes pour le HIL Marine). Bref besoin d’augmenter la génération du bord oui peut être à la marge, mais ce n’est pas ça qui va impacter les perfos.
  21. Peu probable qu’il y ait une 3ème grande offensive, du moins si on croit des analysts réputés comme Michael Kofman. « Après cette offensive, l'armée russe sera une force épuisée en ce qui concerne son potentiel pour de futures offensives. Quelle que soit la façon que cette offensive se déroule... ils n'ont pas la capacité d'une autre offensive majeure en Ukraine."
  22. En quoi Rubizhne est un verrou? Sur la carte c’est juste une banlieue nord de Severodonetsk, du mauvais côté de la rivière pour espérer encercler la ville par l’ouest et bloquer les lignes d’approvisionnement.
  23. Justement, voici une analyse intéressante sur ces autres intangibles, par un historien militaire réputé. « Ce qui est important à propos de la bataille de Kharkiv est ce qu'elle montre sur le comportement militaire ukrainien par rapport à ce que la bataille du Donbass montre sur l'armée russe. Qu'est-ce que l'Ukraine a fait autour de Kharkiv ces derniers jours? Elle semble s'être fixé un objectif clair (éloigner les Russes de la ville pour la protéger et donner des options pour les opérations futures). Ils ont identifié une partie faible des lignes russes (qui se concentraient sur le Donbass). Les forces rassemblées sont appropriées pour l'opération. Ils ont attendu d'être prêts et ils ont méthodiquement pris toutes les bonnes villes pour atteindre leur objectif. En 4 jours, ils ont atteint leur objectif, les Russes semblant surpris et incapables de réagir du tout. Comparons à la bataille du Donbass. Empestée par le manque de professionnalisme et l'échec. Les Russes télégraphient essentiellement l'opération aux Ukrainiens (vous savez que nous arrivons). Ils précipitent alors des forces apparemment désordonnées dans le théâtre. Beaucoup étaient épuisés de Kiev, d'autres n'avaient aucune idée de ce qu'ils faisaient. Leurs lignes de ravitaillement étaient bien exposées aux attaques. Quand ils ont attaqué, c'était avant qu'ils ne soient prêts, ils n'avaient pas assez de force. Au lieu de cela, ils semblaient engager leurs forces par petits groupes. Ils n'ont pratiquement pris aucun territoire ; ont subi d'énormes pertes et n'ont pas bougé depuis près d'une semaine. Leur logistique est encore inégale, leurs soldats font preuve d'une grande hésitation et leurs attaques semblent non coordonnées. Maintenant, ils s’apprêtent à lancer des troupes épuisées de Marioupol pour attaquer par le sud. Résumons. Un côté est professionnel, se fixe des objectifs importants et réalisables et concentre la force nécessaire pour les atteindre. L'autre est pompeux, non professionnel, attaque lorsqu'il n'est pas prêt et gaspille ses propres forces. Quand on regarde les faits de ce point de vue, il n'est pas difficile de comprendre comment la guerre s'est développée jusqu'à présent. »
  24. HK

    Le successeur du CdG

    Les cœurs du CdG durent ~8 ans. Au même rythme la 3eme paire durera jusqu’à l’été 2026, et la 4ème (et dernière) paire jusqu’à fin 2035. #1: 1999-2007 #2: 2008-2016 #3: 2018-2026 #4: 2027-2035 La date de retrait du CdG a été annoncée (au Sénat) pour 2038 mais je ne vois pas comment c’est possible… il faudrait un dernier changement de cœurs en 2036-37, qui permettrait alors au CdG de naviguer jusqu’en 2045.
  25. HK

    Le successeur du CdG

    Gros problème en perspective car il me semble que le CdG devra être retiré de service vers l’été 2035 quand ses réacteurs auront épuisé leur combustible. Donc si le chantier PANG à le moindre retard…
×
×
  • Create New...