Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

NASA


 Share

Recommended Posts

   1% de moins que le budget 2014, mais 600 millions de + que celui 2013 ... On se rassure comme on peu en allant chercher du + quelque part

 

  En 2013 j'étais 2 ans + jeune que je le serais en 2015 :  Magique non ?  =D

Oui de manière générale le budget de la NASA est stable depuis quelques années.

Link to comment
Share on other sites

   Petite brêve annoncée hier ou avant hier par le site web de Ciel & Espace, une brêve hein ... Pas un article complet ... Juste une brêve ...

 

 La NASA le 10 mars doit annoncer publiquement le grand retour officiel du projet de sonde spatiale pour Europa  vers 2025 environ, projet de sonde qu'on sait tous qui fut annulé il y a quelques années a cause du "remembrement budgétaire" de la NASA pour mettre le paquet et la grosse priorité budgétaire sur SLS du fait qu'Ares était annulé car financièrement pas satisfaisant et qu'il fallait mettre la top priorité dessus, pour que la NASA ne reprennent pas trop de retard dans le domaine des vols habités ...

 

   Ce qui est une excellente nouvelle pour l'exploration du système solaire, quand on sait combien Europa c'est un sacré morceau pour la science et notamment celle de l'éventualité de l'exobiologie potentielle qu'on pourrait y trouver, bien qu'il est avec cette mission hors de question d'aller chercher de la vie : C'est juste un orbiteur qui va se mettre en orbite d'Europa pour quelques années, étudier par imagerie et spectrographie la surface d'Europe en haute résolution, et l'intérieur de la Lune glacée par étude radar & gravimètre, le but majeur sera de mettre en évidence ou non de manière définitive les océans sous glaciaires d'Europa et de trouver des réponses précises quand a la dynamique de surface et l'étude spectrométrique de la matière colorée qui remonte en "taches" et qui sait peut être mettre en évidence une éventualité de matière bio-chimique qui pourrait avoir un lien avec la possibilité que la Lune abrite la vie ... Sans apporter bien entendu de réponses définitives si vie ou non

 

     C'est tout ce qu'on sait pour l'instant ... Pas d'infos si le programme conserve ses caractéristiques d'origine qui exigeaient des passages "proches" répétés a hauteur de Io avant la mise en orbite autour d'Europa ... Il est même possible que par soucis de crédibilité budgétaire les passages autour de Io aient été abandonnés : On en saura + après le 10 mars ou la NASA va lever l'embargo sur un probable dossier de presse

 

    Ah si il y a autre chose qu'on sait, la relance du programme d'orbiteur pour Europa, va probablement ponctionner dès le budget 2014 tout frais présenté, un bon milliard de $ au minimum pour mettre rapidement tout le monde au travail avec du gros budget immédiatement distribué aux instituts, université & labo concernés par le projet ! Comme on s'en doute ce n'est qu'un accompte budgétaire de lancement, du gros est encore a prévoir sur les futurs budgets :

 

     Le programme d'origine annulé était a l'époque évalué entre 4 & 5 milliards de $ ... Il est possible qu'il faille s'attendre soit a un cout encore supérieur si les mêmes objectifs pré-annulation sont maintenus ... Ou des couts un peu + bas si par exemple était abandonné les passages répétés pour étudier Io (sans mise en orbite autour de Io, n'importe quelle technologie même très "durcie" n'y résisterait pas + de 3-4 mois, d'ou a l'origine quelques passages en ne restant que quelques jours/semaines sur cette orbite très sensible en radiation autour de Jupiter pour assurer les "passages" permettant de faire de la science sur Io)  les couts du programmes pourraient être limités a 3,5/4 milliards en abandonnant l'idée des passages pour étudier Io : Mais ça serait bien dommage vu que les exo-planétologistes (ou exo-géologues) en attendaient justement beaucoup en retombées pour leur domaine propre ... L'étude de Io est capitale pour mieux cerner et affiner les modèles a appliquer aux exoplanètes découvertes, notamment les telluriques chaudes comme les super-terre a surface chaude proches de leur étoile ect ...

 

    Mais bon globalement l'exo-planétologie a besoin de l'étude des 4 lunes joviennes pour affiner tout leurs modèles sur les telluriques et aussi notamment les super-terres "océans" (super-terre recouvertes de glace en sur-fusion sur des centaines de km d'épais par dessus la roche) Io n'apporte pas toutes les réponses pour les modèles, c'est bien les 4 lunes a étudier au gravitomètre & radar qui est nécessaire pour l'affinage des modèles ... D'ou pourquoi il est important que la mission européenne Juice étudie bien Callisto ET Ganymède et non juste Callisto comme on aurait été un peu tenté pour économiser des couts ... La science a parfois des exigences qu'il est difficile a esquiver c'est comme ça

 

    Et ça sera pareil pour la sonde US a nouveau mise sur des roulettes : Il serait bien dommage qu'ils annulent le volet d'étude de Io par des passages, mais Europa reste la top priorité qui justifie les couts ...

 

    On verra après le 10 Mars ce qu'ils annoncent ? Ca sent le lourd !

Link to comment
Share on other sites

Je crois avoir vu passe une annonce comme quoi ils avaient un budget de 1Md$ pour cela. Apres on ne peut pas exclure une possible coopération avec l'ESA.

 

 

     Sur l'instrumentation radar et gravitomètre normalement oui, a l'origine les 2 sondes spatiales étaient pensée de sorte a ce qu'elles aient les mêmes instruments d'études de planétologie ... Et l'annulation de la sonde US avait a l'époque renforcée l'idée de la participation des labos US dans l'élaboration des instruments "planétologique" de Juice la mission européenne pour Callisto/Ganymède

 

     Le retour en force annoncé finalement de l'orbiteur US pour Europa va dans le sens d'un renforcément de cette idée : Les 2 sondes spatiales ont un intérêt d'économie de moyens a partager les mêmes instruments qui seront développés pour et donc embarquer des instruments de planétologie exactement les mêmes et en provenance des mêmes labos donc ... Et probablement sous la charge des mêmes équipes qui seront misent en commun quand arriveront les données (un peu a la manière comme cela s'était fait a l'époque de Galiléo ou les équipes qui travaillaient dessus étaient massivement américano-européennes, bien que la il s'agissait que d'une sonde, pas de 2 ...)

 

 

      Ceci dit, il faut bien comprendre que Juice est dans les limites hautes du pouvoir budgétaire de l'ESA et des pays au sein de l'ESA qui vont spécifiquement s'engager dedans avec des budgets spécifiques pour impliquer leurs labos ... 1,2 milliard d'euros de couts pour Juice : C'est tout simplement énorme et historique dans l'histoire des sondes spatiales dirigées par l'ESA

 

    De la, il va pas falloir s'attendre a des miracles concernant l'investissement financier de l'ESA sur la mission US pour Europa mis a part les instruments de planétologie en commun qui seront les mêmes sur les 2 sondes ... Les USA seront probablement seuls pour financer l'imagerie a haute résolution pour étudier la surface d'Europe et les réponses a apporter sur la dynamique des failles & stries de la surface d'Europa et surtout la dynamique des taches rouges potentiellement organique pré-biotique bien qu'on s'attend a une simple dynamique chimique de sels divers sans rapport avec la vie ... Cela va nécessiter une imagerie de bien + grande qualité de résolution que celle prévu sur Juice

 

    Juice son imagerie est surtout prévue et dimensionnée pour faire de l'étude rapide de la dynamique de surface de Ganymède (étrange dynamique de taches noires autour de la surface glacée blanche ou vice versa plutot) et surtout, surtout : Prospection de la surface de Callisto par spectromètre(s) en caméras pour répondre sur la capacité de Callisto a abriter d'éventuelles missions habitées autonomes vers la 2 ème moitié du 21 ème siècle ou la contrainte sera d'être autonome sur des process d'oxygène, et de produits intrants a la bio-chimie permettant de produire nourriture et même matériaux de construction divers ... Et c'est compliqué car la surface de Callisto est essentiellement faite de régolite spatial mélangé a de la glace d'eau et d'ammoniac :  Mais ça ne devrait pas nécessiter une capacité d'imagerie allant aussi loin que celle requise pour apporter des réponses sur les questions posées par Europa

 

    Ce qui veut dire en gros : Les 2 projets de sondes ne devraient pas partager les mêmes solutions d'instruments en imagerie, et ceux prévus pour Juice devront être moins couteux au possible que ceux sur la sonde US ...

 

    Si il y a participation européenne ça se fera uniquement sur la mise en commun des instruments radar et gravitomètre qui vont avoir besoin d'être sensiblement les mêmes donc, et donc réalisables en commun via des labos US et européennes sur des budgets communs voila ...

 

     La participation européenne pour ce renouveau US pour Europa s'arrêtera la, car vu ce qu'on a a payer pour garantir le budget de Juice ... On va être serré !

 

  Juice devait faire des passages a hauteur de l'orbite d'Europa autour de Jupiter sur demande de la NASA pour sa participation a Juice, dans le contexte ou le programme US pour Europa/Io était annulé ... Mais il y a possibilité majeure de remise en cause de ce volet maintenant que le projet de sonde US est remis sur des roulettes, on en sait trop rien pour l'instant comment ça va évoluer et les architectes missions vont s'arracher les cheveux a ce niveau : Car ça implique des changements dans le dimensionnement carburant de devoir faire des passages ou non sur Europa avec Juice ! 

Link to comment
Share on other sites

Yep on est un peu hors sujet mais au passage en fouillant un peu je viens de voir que l'ESA a planifie 2 missions lourdes en plus de JUICE. La L1 était Juice et ils devraient décider pour la L2 en fin d’année (Et la L3 d'ici fin de la décennie).

Link to comment
Share on other sites

Yep on est un peu hors sujet mais au passage en fouillant un peu je viens de voir que l'ESA a planifie 2 missions lourdes en plus de JUICE. La L1 était Juice et ils devraient décider pour la L2 en fin d’année (Et la L3 d'ici fin de la décennie).

 

 

   Personnellement Juice n'est pas un sujet HS a cette actualité de la NASA car on sait très bien qu'a l'origine ce sont 2 projets de sondes spatiales proposé en commun (chacun la sienne) comme programmes parallèles ultra complémentaire ...

 

   On en est au point qu'il est impossible de parler du renouveau du projet de sonde US pour Europa sans citer Juice ... On a affaire a 2 programmes qui dès le départ de leur proposition avaient vocation a être fortement parallèles en imbrication de co-développement d'instruments ect  et notamment dans le domaine d'études planétologiques réclamé par la science des modèles qui espère d'énormes retombées de l'étude des 4 Lunes joviennes

 

   On en était avant cette annonce qui remet la sonde Europa/Io sur des roulettes (enfin au moins Europa ... Io j'ai des doutes, mais j'espère quand même que ça reste au programme ...)  a un ce que la NASA s'imbrique dans la mission Juice pour rattraper au maximum "les manques a gagner" au niveau de la science via des négociations pour des passages de Juice a hauteur d'Europa en + des passages prévus dès l'origine du projet de la sonde européenne vers Ganymède

 

    Tout cela fait que Juice ne pourra jamais vraiment être hors sujet, les programmes sont trop parallèles et semi-imbriqués dans un projet de science globale pour qu'on puisse parler de l'un sans jamais parler de l'autre ...

 

   Car ça remet en + en question des options de passage sur des orbites non prévues qui étaient en cours de négociations qui tout compte fait peuvent être abandonné ...

 

  Mais bon en même temps aucune certitude non plus que la NASA garanti bien qu'elle va envoyer une sonde sur Europa : Le programme de développement est remis sur des roulettes mais ça n'en fait pas un programme décidé ne pouvant plus revenir en arrière pour autant, une seconde annulation est encore possible ... Mais bon en ponctionnant 1 milliard de $ qui la est un fait qui n'est pas une éventualité mais bien une dépense concrète sur le budget 2015 (ou 14? enfin je pense plutot 2015 sinon on aurait eu l'annonce l'année dernière ...)  ce qui est une assez belle garantie en soi que cette fois la NASA est déterminée ... Le projet sera probablement validé définitivement dans 2-3 ans de manière officielle, mais a partir du moment que de telles dépenses sont déja sur la table ... C'est qu'il n'y a que peu de soucis a se faire : Europa orbiter se fera

 

    Reste a savoir maintenant si Io reste au programme ou pas dans un contexte budgétaire assez tendu ...

Link to comment
Share on other sites

En attendant, Juno arrivera sur Jupiter en 2016, encore un peu de patience, cela facilitera les autres missions à venir.

Une seul année en Orbite... Je trouve ça vraiment dommage après je sais pas combien d’année de développement et de construction et 6 ans de voyage.

Link to comment
Share on other sites

Voyager nous a appris l'existance de très importantes radioations dans le voisinage de jupiter alors comment elles vont faire les sondes pour résister? 

Je pense qu'elle doit être protégé pour éviter de trop morfler.

Link to comment
Share on other sites

Elle est surtout faite pour faire des mesures sur la planète et cartographier les forces électromagnétique et gravitationnelles de la zone.

La banlieue de Jupiter  semble assez compliquer pour les missions à venir.

 

Ils vont pouvoir avoir des infos pour les missions qui suivront. Il y a une caméra, on pourra avoir des photos.

 

Elle va être dégrader progressivement par les radiations et finir son parcours dans l'atmosphère de Jupiter.

Sa durée de vie est relativement courte.

Link to comment
Share on other sites

Elle prévue pour résister au moins 7 orbitre avant de faire couic. y en a une deuxième pour l'infra rouge.

 

La sonde emporte également une caméra couleur (JunoCam) fonctionnant en lumière visible (400-900 nm), qui ne répond à aucun objectif scientifique mais devant fournir les premières images des pôles de Jupiter avec une résolution de 1 pixel pour 15 kmJunoCam a une optique grand angle avec un angle de champ de 58°. La caméra, qui est développée à partir de la caméra de descente MARDI de la sonde martienne Mars Science Laboratory lancée à la fin de l'année 2011, est conçue pour résister aux radiations durant au moins 7 orbites58,

 

JUNOCAM

 

JIRAM

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

Voyager nous a appris l'existance de très importantes radioations dans le voisinage de jupiter alors comment elles vont faire les sondes pour résister? 

 

 

    A l'époque de Voyager ce fut surtout une confirmation qu'une révélation, il aurait été assez douteux que les géo-physiciens qui suivaient la mission a l'époque ne s'attendaient pas a ce que ce champ soit découvert ... On savait déja que la Terre en possédait un, que le soleil en possédait un ... Que Jupiter n'en possède pas aurait été + que ... Surprenant !

 

   Par contre ce qu'on savait moins a cette époque, c'est que le champ magnétique terrestre soit si unique pour les telluriques du système solaire, on pensait que Vénus avait le même et que Mars aurait un champ 50 a 75% plus petit mais de belle taille quand même : Déception, que des "traces" magnétiques mais de larges champs comme la Terre ! Ca ce fut de vrais surprises a l'époque ... Mais que Jupiter en possède un, et un colossale : C'était attendu comme le loup blanc  ^-^ 

 

    (Je dis géo-physiciens et non planétologues car a l'époque la planétologie n'était pas vraiment encore une science propre ... C'était le dada des géo-physiciens qui comparaient leurs constatations et leurs théories sur l'exploration toute jeune du système solaire poussée par la course a l'espace & motivée par la guerre froide)

 

   Après pour s'en prémunir il y a 2 méthodes (et qui peuvent être mixée d'ailleurs) :

 

  _ Composants et bus électroniques militaires "durcies"  (enrobage de puce a l'oxyde de titane et cie)

 

  _ Ou bien usure programmée maitrisée de composants a gravure "large" pour leur donner de l'autonomie de durée de vie face a un rayonnement a l'intensité connue dont on sait qu'on peut anticiper l'usure qu'il engendre sur les pistes gravées au micromètre ou au nanomètre ... On réalise des composants avec des gravures pas trop fines a l'inverse de ce qui se fait sur le marché civil ou les gravures sont toujours + fines elles  (par exemple largeur de gravure moyenne des proco civil vers 2005-2010 : 45 nanomètre) et on les soumet a des bombardements de rayonnement qui sont ceux attendus et on voit combien de temps on peut espérer a ce qu'ils tiennent, puis on ébauche une architecture système si ils sont satisfaisants ... Et de par les résultats obtenus, on sait que le système a environ Xxxx heures d'expositions a tel niveau de rayonnement avant rupture d'une pistes gravées inévitables ...

 

   

      En général, ceux qui font réaliser le bus système des sondes spatiales ou de satcom qui doivent répondre a des normes durcies vont utiliser les 2 moyens mixés ...

 

   Des composants électroniques connus, souvent des répliques de puces et processeurs civils qui ont eu de grands succès sur le marché civil 15 ans en arrière, que les agences spatiales et fabriquants de sats font faire fabriquer aux industriels qui les produisaient avant qui ont conservés les matrices et infras de production, a la différence près qu'ils vont les produire en très petites séries a comparé de leur grande époque commerciale et que ça implique au final sur le produit fini livré un prix 500 a 1000 supérieur qu'a l'époque ou ils étaient réalisés en grandes séries ... (logique car le cout de fabrication est maintenu voir + élevé encore avec la progression des salaires et de l'infra a entretenir et que les quantités demandées par an par quelques clients dans le monde sont faibles)

 

    Un exemple bien connu, le Pentium Pro 180 megahertz d'Intel ... Qui était le processeur civil commercial le + vendu dans le monde entre 94 & 97 environ (tout les pc moyennes et hautes gammes en étaient équipés) est par exemple toujours produit en version durcie par Intel toujours pour la demande qui reste "continue" des bus spatiaux de sats & sondes, enfin durant les années 2005/2010 c'était encore le cas tout du moins ... Et il coute + de 100 000$ pièce ! En fait c'est simplement un choix de compromis :

 

   Le Pentium Pro a une gravure de piste de 0,35 µm (micromètre) soit des pistes bien + épaisses que les gravures a 45 nanomètres des processeurs civils qui est la finesse de gravure moyenne des proco produits quelque soit le fabriquant entre 2005 & 2010 ... (0,35 µm c'est grosso modo 100x + épais que 45nm ... Si je me trompe pas d'un zéro, ou alors au moins 10x ...) tout en pouvant assurer 180mhz de cadence : C'est un bon compromis entre robustesse face aux rayonnements spatiaux et une capacité de traitement donnée par trop rhumatisante par rapport a des processeurs des années 80 certes eux bien + robustes encore mais super lents ... D'autant que par exemple pour réaliser un sat com il faut penser a avoir de la bande passante d'émission-reception correcte et donc de traitement ... Bien que la on parle encore d'autre chose, car a la base je ne parle que des bus systèmes de "services" pas ceux du "traitement"

 

   Mais un grand nombre de puces diverses qui ont eu du succès commercial durant les années 80/90 sont aussi toujours produites, mais parfois a gravure élargies (l'architecture des pistes de la puce restent la même, mais par exemple au lieu d'être gravée a 0,1 micron, on va demander a ce qu'elle soit gravé a 0,2 micron et tant pis si la conséquence c'est que le composant final sera + grand que sa version a l'origine : Les pistes un peu + épaisses permettront de mieux résister au flux de rayonnement et retarderont la rupture de piste qui implique la panne total du composant ...)

 

    Après de quel rayonnement exactement on parle ? Dans les magnétosphères il y a 2 principaux rayonnements :

 

    _ Les protons accélérés (en général on les ignorent ou presque, dans le sens qu'on peut que subir quoi)

 

    _ Les électrons accélérés : Eux se sont la bête noire dont il va falloir protéger l'électronique a tout prix, car ce sont les électrons accélérés dans le champ magnétique qui provoquent des dégats dans les fines pistes des composants électroniques en impactant a un niveau d'énergie élevé la matière de la piste qui a croisé le chemin d'un de ses électrons accélérés ...

 

    L'explication d'avoir des puces a pistes les + robustes possibles vient donc de cette nuisance la ! Alors après un impact d'électron accéléré n'a rien a voir a un impact d'un choc ESD sur une piste (décharge électro-statique qui vous flingue un proco illico) car les décharges ESD sont généralement le passage d'un courant étranger soudain d'environ 5000 Volt (généré par des vêtements ou les cheveux d'un maladroit qui ne sait pas que pour le manipuler le composant, il doit avoir des équipements anti-ESD) une décharge ESD provoque d'énormes trous d'impact dans les pistes provoquant une rupture immédiate et donc la panne définitive du composant en question (un proco, une barrette de ram, un chipset et même certaines puces a gravure fine)

 

    Un impact d'électron accéléré c'est différent :  Quand il va entrer en collision avec la piste, l'énergie d'impact va arracher un groupe d'atomes, peut être 10-20-100 atomes qui vont donc être arraché au matériau faisant piste (ou plutot la matière "off" qui ne fait pas piste : Car la gravure d'un composant ce qui fait piste c'est l'absence de matière au dessus de la matrice en silicium a un endroit, mais pour simplifier je dis la piste ... Car ça revient au même en gros ...) cela ne va donc pas faire des gros impacts comme les chocs ESD qui font eux au moindre impact un trou visible au microscope optique comme la foudre qui aurait fait des éclats avec le sol quand elle un éclair est très puissant ... Mais ça va provoquer une usure rapide si a chaque impact d'électrons accélérés tu as 100 atomes sur tes pistes "off" de la matrice qui dégagent ... Et que le flux d'électrons est important et dense, l'usure va aller vitesse grand V jusqu'a la rupture de piste a un endroit ...

 

    Il faut donc des composants a gravure relativement large ... Et étudier a quelle vitesse le composant s'use sous un flux d'électron de tel ou tel niveau d'énergie qu'on observera en labo ... Et en + des enrobages composants durci (oxyde de titane et cie) qui sont des types d'enrobage qu'on utilise pas dans le civil en général mais pour l'électronique de guerre pour résister aux ondes électromagnétiques induites qui vont provoquer un courant de rupture dans le composant

 

    Le bus système d'une telle sonde spatiale sera alors réalisé de sorte qu'il aura une usure programmée connue qu'on peut anticiper, avec des composants dont on sait combien d'heures cumulées environ ils tiennent le coup sous un flux qu'on aura observé au préalable et retesté plusieurs fois pour obtenir une statistique d'usure moyenne ... Puis emettre une marge de sécurité ...

 

    L'enjeu en + quand on a des missions de ce type autour de Jupiter c'est qu'a aucun moment on ne doit perdre la sonde spatiale de controle par une panne irréversible, car cela impliquerait des risques de crash de la sonde quelques années, décennies ou siècles plus tard sur une Lune comme Europa : C'est pas bon surtout si on la soupçonne d'abriter la vie ... On doit s'assurer la fin de vie de la sonde spatiale qu'elle se fasse dans de bonnes conditions en allant la crasher volontairement avant la rupture estimée des pistes par exposition calculé, par une dernière poussée de désorbitement qui implique un crash dans les heures qui suivent dans la haute atmosphère de Jupiter qui elle ne présente aucun risque pour la vie qui serait éventuellement sensible a une pollution

 

    Ce fut le cas par exemple pour Galiléo la sonde spatiale qui a étudié le système jovien durant la fin des années 80, début 90 : Qui a été précipité sur Jupiter a sa fin de vie tant qu'elle était encore sous controle alors que pourtant elle avait une électronique robuste datant des années 70 ... Mais on craignait clairement la rupture de piste par usure du fait du flux d'électrons si intense ... Galiléo avait a son bord un générateur a radio-isotope pour sa source d'électricité : Tout crash sur Europa était donc interdit dans de telles conditions, car si il y aurait crash : Du Plutonium aurait été répandu sur la glace et serait assez rapidement descendu en profondeur du fait de sa chaleur émise, polluant potentiellement les lacs sous glaciaires ou les océans + profonds encore après pas mal d'années ... Un risque inacceptable donc si la vie y est soupçonnée !

 

   Ceci dit, il me semble que les 2 projets de sondes européen comme américain seront a alimentation solaire photovolt cette fois ci, du fait qu'on a bien progressé dans ce domaine avec les technologies photovolt utilisées dans le spatial : Les marges de progressions y sont clairement supérieures que le photovoltaïque de base a silicium qui ne décolle pas au dessus de 10% de rendement ... La preuve en étant Juno envoyée il y a quelques années est a panneau photolvolt ! Mais bon Juno c'est une sonde légère de moins d'une tonne ...

 

    Juice et son homologue US pour Europa, pèseront entre 2 et 4/5t (2 a 3t pour la sonde européenne) et près de 4-5 pour celle US (la différence tient avant tout des besoins carburants différents au vu des orbites envisagées) il est possible que le projet de sonde US au vu du tonnage et des besoins électrique assez important soit contraint d'avoir un GTR (générateur a radio-isotope U238) malgré tout ... A voir donc

Link to comment
Share on other sites

Il me semble que Juice est aussi assez lourde, car elle embarque je crois 3.000Kg de carburant ^^

 

   En effet, je me réfère manifestement un peu trop au premier projet qui lui pesait bien 2 a 2,5t tout compris ... Mais manifestement les 2 passages négociés a hauteur de l'orbite d'Europa autour de Jupiter exige une forte croissance des besoins carburants car si j'ai bien compris les passages auraient lieu d'emblée dès l'arrivée de Juice dans le système jovien puis remonter les orbites ...

 

    Et en + j'ai fais une erreur, c'est autour de Ganymède qu'ils projettent une orbite de 24 mois (étrange mais pourtant c'est bien ça) et que 9 passages maximum a hauteur de Callisto (très étonnant dans le contexte qui a l'origine exigeait une prospection de Callisto la seule Lune habitable du système jovien pour des missions humaines habitée, tu fais pas de la prospection du sol avec 9 passages ... Enfin bon c'est ainsi)

 

   Ce qui veut dire qu'il faudra remonter l'orbite a hauteur d'Europa jusqu'a Callisto directement : Soit une belle collection d'impulsions qui vont dévorer du carburant ...

 

  Alors qu'au départ ils comptaient faire juste des passages a hauteur de Callisto en arrivant dans les orbites les + hautes du système jovien, et aller en route vers Ganymède pour mise en orbite ... On comprend rapidement la différence de tonnage carburant exigé dans ces conditions

 

     Mais ça pourrait bien encore  changer a nouveau, si les USA remettent sur des roulettes l'orbiteur pour Europa/Io, les 2 passages négociés a hauteur d'Europa deviennent très très optionnels et pour une maigre gloire ... Il faut s'attendre donc a une énième annulation et un remaniement de Juice :

 

    Tout dépendra de la période estimée de lancement de l'orbiteur US, s'ils décident de rattraper leur retard pris par l'annulation d'origine (il reste 8 ans a la NASA pour partir la même année que le projet européen : Soit un délai largement dans leur corde) ou s'ils décident de lancer ce projet + vers 2025-30 :  La par contre ça vaudra le coup de conserver les 2 passages négociés de Juice qui prendra des images toujours + utiles que celles qu'on a en archive de Galiléo du fait que Juice aura des imageurs optique et spectrémetrique en haute résolution près de 40 ans + jeunes ! Juste 2 petits passages garantissent pas mal de sciences mise a jour sur la dynamique de surface ... Mais faut il qu'il y ait au moins 5 ans voir + d'écart avec la mission US sinon c'est pas la peine ...

 

 

    Après reste la question de l'impacteur ou de l'atterrisseur russe sur Europa qui était en négociation ... Mais ça avec le contexte actuel je crois que c'est plus tellement la peine d'en parler =D

 

    A l'origine il devait être greffé sur l'orbiteur US pour Europa, puis l'annulation a fait que les russes se sont rapprochés de nous voir si ça pouvait coller avec 2 malheureux passages a hauteur d'Europa (perso je pense pas ...) pis maintenant retour de l'orbiteur US mais contexte de guerre froide en train de revenir au galop :  Je crois que la c'est ciao l'atterrisseur russe ... Pis vu la chkoum qu'ils ont c'est pas une bonne idée

Edited by alpacks
Link to comment
Share on other sites

En tout cas c'est une bonne chose, puisqu'on aura donc 2 missions qui devraient arriver dans une période assez proche autour de Jupiter, ça promet une belle moisson d'information.

Il y a aussi les russes qui voulaient monter sur Juice et mettre un atterrisseur dessus. Ce qui pourrait être encore plus intéressant.

 

On ouvre un sujet pour parler de ces missions ?

Link to comment
Share on other sites

yep, pourquoi pas, les missions joviennes ou missions planétaires, comme bon te semble,  :), surtout qu'il y en a quelques une qui arrivent dans

les 2/3 ans qui arrivent.

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Economies et impact sur les missions

 

Tough choices ahead for NASA's planetary program

spacer.gif

There is little question some long-lived NASA planetary exploration missions will be at risk of cutbacks or cancellation later this year, but the agency's top planetary science official this week cautioned the science community not to presume which projects, if any, will see funding cuts.

 

 

http://www.spaceflightnow.com/news/n1403/18seniorreview/

Link to comment
Share on other sites

Notre civilisation touche à sa fin, assure la Nasa

 

L'étude parrainée par le Goddard Space Flight Center de l'agence spatiale américaine dénonce notamment la surexploitation des ressources.

 

http://www.lepoint.fr/sciences-nature/notre-civilisation-touche-a-sa-fin-assure-la-nasa-19-03-2014-1803180_1924.php

 

 

 

       Il faut dire que si on suit de près les bulletins émis par l'USGC (l'agence US de la géologie) sur l'état des réserves mondiales de métaux ... C'est pas jolie-jolie ce qui nous attends ...

 

    Pour l'USGC pour près des 2/3 des types de métaux & minéraux exploités, utilisés et consommés donc,  seront en rupture mondiale de réserves connues d'ici 30 a 60 ans, le cas principal le + grave étant le cuivre avec un mur de réserve estimé a 2037 environ et attention, la je parle de chiffres émis par l'USGC en ... 2006 ! Ou ils estimaient qu'il n'y avait plus que 31 ans de réserves connues de cuivre ! En 2006 la Chine & les Brics consommaient bien moins que maintenant du fait que le boom de la demande s'est fait que vers 2005 environ ... 8 ans + tard la situation doit être encore pire ...

 

    La seule bonne nouvelle dans cette histoire autour du cuivre étant que les réserves estimées a 31 ans ne prenaient pas en compte les prospections océaniques dont les réserves sont totalement inconnues ...

 

    L'aluminium, en 2006 l'USGC estimait sa rupture mondiale minière a 2074 je crois (entre 60-70 ans)

 

 

   Par contre pour l'autre tiers des types de métaux exploités, ils évaluaient pour les + faibles a 120 ans de réserves, et pour le charbon & le fer (évalué ensemble du fait qu'ils sont consommé en même temps ) 700 ans environ ...

 

 

    Le pire dans cette affaire c'est que même si on négociait un plan de dépopulation mondiale pour le prochain siècle en mettant des législations adaptées (comme par exemple émettre des "permis de faire des enfants" ou que sais je ...)  si on divisait par 2 la population mondiale le siècle prochain via un plan drastique et fort :

 

    On ne serait pas sortis d'affaire pour autant, du fait de la probabilité très élevées que même avec une humanité divisée par 2 le siècle prochain, cette humanité aurait un taux de consommateurs a niveau occidental ou proche (ou de transition) a probablement 80% soit près de 2,5 milliards d'humain consommant des ressources au rythme de consommation occidental ... Alors qu'aujourd'hui dans le monde on doit être a peine 1,5 milliard a consommer a ce rythme la

Link to comment
Share on other sites

Le recyclage permet de ralentir l'affaiblissement de nos ressources (heureusement),

mais tôt ou tard il est clair qu'on va avoir des problèmes avec les besoins d'une planete

surpeuplés avec des exigences de consommation de plus en plus élevées.

 

La seule voie qui reste ouverte,c'est l'espace, du moins pour les ressources.  on va le sentir dans 15 ans avec la appauvrissement des minerai rare utiliser par l'industrie.

 

Pour cela, depuis 10 ans, on voit de plus en plus de pays se lancer dans la course à l'espace, avec plus ou moins de moyens (ex: dernier en date, l'argentine), d'abord pour les satellites, les missions automatisés, les robots, le tourisme spatial, les missions habités, et après certainement plus loin.

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,966
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...