Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Forces de l'ordre] fil d'actu


alexandreVBCI
 Share

Recommended Posts

C'est justement ce qui est dénoncé, le fait qu'on est une liberté d'expression de plus en plus en tronquée, non pas par des censeurs actifs extérieurs, mais par nous même parce que l'on ne veut pas avoir de problème. J'ai l'impression qu'il est de plus en plus lointain le temps du "cause toujours" et qu'on va de plus en plus vers le "ferme ta gueule!"

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 537
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Oui et non ici le maintient d’un ordre (choissez la couleur) se heurte assez vite à l’ordre économique actuel. Sans réforme substantiel de certains fondements comme la libre circulation des biens, des services et des personnes. Une police de la pensée reste tout au moins une quadrature du cercle en Occident.

Ce qui risque d’arriver c’est une grogne invisible alimenté depuis des sites basés à l’étranger ou utilisant la dernière innovation technologique.

Quelques lignes de programmes suffisent à obliger le gouvernement à acheter du matériel pour un coup non négligeable.

La donne se jouerait alors entre un marais qui ne sait pas et serait juste suiviste et une « élite » frondeuse ayant les moyens de s’informer puis de diffuser sa vérité.

Le ferme ta gueule sur l’ensemble de la population française je n’y crois pas trop ce serait contreproductif d’autant que pour dissuader les mesures de répression doivent recevoir une certaine publicité. Qui devra elle aussi emprunter le net… 

Link to comment
Share on other sites

C'est justement ce qui est dénoncé, le fait qu'on est une liberté d'expression de plus en plus en tronquée, non pas par des censeurs actifs extérieurs, mais par nous même parce que l'on ne veut pas avoir de problème. J'ai l'impression qu'il est de plus en plus lointain le temps du "cause toujours" et qu'on va de plus en plus vers le "ferme ta gueule!"

C'est juste la mise en oeuvre du principe de panoptisme étendu a la société entiere ... rien de nouveau juste la continuité du redressement ou de la normalisation auto exercé par "confort" ou faiblesse.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Surveiller_et_punir

On applique ce principe a des plus petites structures, mais rien ne s'oppose via les moyen techno disponible de l'étendre a la société complete de nos jours. De plus l'état pres de ses sous ... se permet de déléguer massivement les investissement lié aupres des divers observateurs.

- Par exemple c'est les FAI qui finance le stockage obligatoire des donnée de connexion.

- De meme c'est l'hébergeur qui doit sur ses fond stocker réglementairement les journaux d'acces a ses serveur.

- La surveillance publique multimédia - vidéo son etc. - est "délégué" aux riverains moral ou physique, ou aux gestionnaires des sites accessibles au publique.

- L'oeil de Sauron qui preleve sa dime sur les autoroutes - l'endroit le moins accidentogene de tous - est entierement géré par le privé :)

Pour le reste elle fait a l'économie se concentrant sur la masse de donnée peu importe leurs pertinences. Pas un sous pour purger stics edvige et autre judex des fiche inexacte - 17% seulement des fiche stics sont exactes ;) - ... par contre on rempli tjrs autant de fiche de toute sortes :) Le but étant de ficher en quantité pas en qualité, et il faut que ca se sache pour intimider ... oooops nan dissuader pardon :lol:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_de_contr%C3%B4le

Link to comment
Share on other sites

Pour ceux qui pensent qu'on ne fait pas assez en terme de protection et d'aide sociale, la France est devenue championne d'europe (et donc du monde puisque l'europe a le plus haut niveau de protection sociale du monde) de la protection sociale en 2006 devant la Suède.

02/06/09 - Les dépenses de protection sociale ont représenté en 2006 près de 27 % du PIB (26,9 %) de l'ensemble des pays de l'Europe à 27, en léger recul par rapport aux années précédentes (27,1 % en 2005 et en 2004 ; 27,2 % en 2003). Parmi les membres de l'Union européenne, la France (31,1%), la Suède (30,7%), et la Belgique (30,1%) ont les ratios les plus élevés, selon le rapport publié par Eurostat qui souligne les fortes disparités d'un État membre à l'autre. En 2006 dans l'UE27, les pensions de vieillesse et de survie représentaient 46 % des dépenses totales de protection sociale, les prestations de maladie et de soins de santé 29 %, les prestations d'invalidité et familiales 8 % chacune, les prestations de chômage 6 % et les prestations liées au logement et à l'exclusion sociale 4 %. Côté financement, plus de 80 % des recettes totales provenaient des cotisations sociales en Estonie et en République tchèque, tandis que plus de 50 % des recettes totales étaient alimentées par les impôts au Danemark (63 %), en Irlande (53 %) et au Royaume-Uni (50 %).

> Communiqué du 2 juin 2009 :

http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=STAT/09/80&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr

Malgrè ça, on continue à entendre des politiques dire qu'on fait pas assez pour les banlieues, qu'il faut augmenter les aides sociales pour faire diminuer la violence, alors que visiblement ça n'a aucun lien. 

Le dispositif de réponse pénale à la fraude aux prestations sociales renforcé

04/06/09 - Dans un communiqué du 4 juin 2009, les ministres du Budget et la la Justice, Eric Woerth et Rachida Dati, indiquent avoir adressé aux magistrats des parquets et aux directeurs des organismes de protection sociale une circulaire d'instruction relative à la lutte contre la fraude aux prestations sociales. Cette instruction, préparée par la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) et la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces (DACG), "invite l'autorité judiciaire et les organismes sociaux à définir conjointement leurs stratégies d'action pour mieux lutter contre la fraude, avec l'objectif d'assurer la cohérence et la lisibilité de l'action publique". Ainsi, les magistrats des parquets sont priés de transmettre systématiquement aux organismes sociaux "des informations tirées des procédures menées à l'encontre des trafiquants des quartiers sensibles lorsque les éléments des enquêtes font apparaître que ceux-ci bénéficient indûment de prestations sociales, afin que toutes les conséquences financières en soient rapidement tirées". Le communiqué cite l'exemple des trafiquants de stupéfiants percevant illégalement le RMI en dissimulant leurs revenus occultes liés à la drogue.

> http://www.presse.justice.gouv.fr/index.php?rubrique=11363&article=17330

Link to comment
Share on other sites

Il est où le rapport entre protection sociales et forces de l'ordre?

autant pour des programmes de sécurité intérieure comme la LOPPSI et HADOPI qui permettent un contrôle du média internet je vois plus ou moins, autant la sécu...

Et l'on peut voir une privatisation du secteur d'ailleurs avec ce dont parle g4lly. Si je ne m'abuse c'est Sagem qui livre les radars et récemment il y a eu une petite polémique vite étouffée quand on s'est aperçu que c'est Sagem qui s'attribuait l'entretien de ses radars

Link to comment
Share on other sites

http://www.clubic.com/actualite-280886-chine-logiciel-censure.html

Chine : bientôt un logiciel de censure ?

Depuis plusieurs années le gouvernement chinois met en place une série de processus permettant de filtrer le contenu du web. C'est ainsi que plusieurs sites Internet jugés inappropriés sont censurés sur le territoire à l'image de YouTube, Hotmail, Wikipedia ou encore Twitter. Les géants de la recherche ont d'ailleurs signé plusieurs accords afin de restreindre les résultats de leur moteur auprès des citoyen du pays. A partir du 1er juillet prochain, les ordinateurs commercialisés à l'intérieur de la Chine pourraient nécessiter la pré-installation d'un logiciel permettant le filtrage automatique.

Le Washington Post rapporte que le gouvernement chinois s'est entretenu à ce sujet avec les différents fabricants mais n'a pas encore annoncé cette initiative au public. Officiellement, ce logiciel permettrait de protéger les plus jeunes internautes contre le contenu inapproprié, notamment les sites pornographiques.

Un porte-parole de Hewlett-Packard explique que la société : « travaille avec les autorités du gouvernement et réfléchit sur la meilleure approche. De toute évidence nous mettrons en oeuvre la meilleure expérience possible pour l'utilisateur tout en s'assurant d'être conformes aux conditions de régulation ».

Développé par la société Jinhui Computer System Engineering Co., le logiciel de filtrage est baptisé « Green Dam-Youth Escort ». Bryan Zhang, à la tête de cette entreprise, explique qu'il s'apparente à une application de contrôle parental laissant les parents décider du niveau de sécurité. Si certains PC commercialisés en Chine sont déjà dotés d'un tel utilitaire, il s'agit cependant du premier demandé et agrégé par le gouvernement local. M. Zhano précise également que Jinhui serait en charge de dresser la liste des sites bloqués et pourrait éventuellement collecter des informations personnelles même si ce n'est pas son rôle principal. Notons par ailleurs que Green Dam-Youth Escort pourra être désinstallé.

Si les représentants de Dell n'ont pas souhaité se manifester à ce sujet, Lenovo affirme au Washington Post sans plus de précision : « nous passons en revue toutes les législations en rapport avec notre commerce ». D'autres représentants de l'industrie ajoutent que les fabricants n'ont pas vraiment eu le temps de tester Green Dam soulignant également le manque de transparence du gouvernement chinois. Ils précisent que Green Dam a été développé pour fonctionner avec le système Windows mais avancent qu'il pourrait créer quelques conflits avec les autres applications installées.

Reste à savoir si tous les fabricants se plieront à cette demande et surtout la manière dont le logiciel sera utilisé par les autorités chinoises.

Link to comment
Share on other sites

Un exemple de vidéosurveillance ciblée couplée à une analyse ADN :

Des caméras utilisées pour arrêter un homme accusé de six viols à Marseille

Les policiers ont positionné des caméras aux endroits où le suspect se cachait pour repérer ses futures victimes. Il a été arrêté vendredi. La justice lui reproche six viols, deux agressions sexuelles et une tentative, soit neuf faits distincts répartis sur dix ans. Les victimes sont des jeunes filles âgées de 11 à 22 ans.

Après la dernière agression répertoriée, en mars 2009, les policiers marseillais ont mis en place une dizaine de caméras aux endroits où le suspect avait l’habitude de se cacher pour repérer des victimes. Jeudi, une caméra a détecté sa présence.

Les enquêteurs de la Sûreté départementale ont ensuite pu identifier son véhicule, ce qui leur a permis de l’interpeller vendredi à son domicile de Septêmes-les-Vallons, dans la banlieue Nord de Marseille. L’homme nie les faits, ne reconnaissant que des exhibitions. Mais son ADN a été retrouvé, selon le Procureur de Marseille, dans sept des neuf affaires que la police lui attribue. L’homme, un magasinier cariste de 47 ans sans antécédent judiciaire, a été mis en examen pour « viols sur mineure de quinze ans avec arme » et écroué dimanche. Il risque vingt ans de réclusion criminelle. Les premiers faits remontent à 1999. « Une bonne partie se sont déroulés au même endroit », affirme le Procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest : autour du collège Jean Moulin dans le quartier de La Viste (XVe arrondissement de Marseille). Deux autres agressions ont eu lieu à Aix-en-Provence. Les victimes sont des jeunes filles âgées de 11 à 22 ans. Les enquêteurs avaient relevé des traces de sperme sur leurs vêtements, ce qui a permis d’extraire un ADN –toujours le même. Les policiers ont fait le rapprochement entre les différentes affaires en 2006. "C'est un gros travail qui a pris des mois, des années d'enquête", indique le Procureur. L’auteur présumé se servait d’une arme de poing à air comprimé pour menacer ses victimes, puis les attachait avec une cordelette dans un endroit désert, des fourrés près de l’autoroute.

Une fois les actes commis à visage découvert, en pleine journée, il repartait avec sa cordelette. Père d’une jeune fille majeure, célibataire, il vit en concubinage depuis 1995. « C’est un individu a priori banal, pas repéré, sans signe distinctif majeur », affirme le Procureur.

http://www.libemarseille.fr/henry/2009/06/des-cam%C3%A9ras-pour-coincer-un-homme-accus%C3%A9-de-six-viols-%C3%A0-marseille.html

On peut toujours discuter des atteintes à la liberté mais vidéosurveillance et ADN ont réussis là ou 10 ans d'enquêtes "classiques" ont échoués.

Link to comment
Share on other sites

Mais il est clair que les caméras et l'ADN PEUVENT rendre de fiers services, mais ce n'est pas l'alpha et l'oméga de l'enquêteur. A côté de cela on pourra sortir les caméras qui servent à surveiller les déplacements de personnes pour des motifs privés, l'ADN mal placé de quelques affaires comme le cas d'un cheveux qui avait atterri sur un vêtement de la part d'un tiers avant analyse et tout le merdier que cela avait entraîné. Bref, ça ne fait pas tout, loin s'en faut.

Link to comment
Share on other sites

On peut toujours discuter des atteintes à la liberté mais vidéosurveillance et ADN ont réussis là ou 10 ans d'enquêtes "classiques" ont échoués.

Mais justement n'est pas grâce au 10 ans d'enquêtes précédentes que la vidéo surveillance et ADN ont pu être efficace. En effet, si les camera n'ont pas été mis au hasard et on été positionné pour chercher quelque chose de connu, n'est ce pas justement grâce au travail fait précèdement.

Link to comment
Share on other sites

Image IPB


http://www.opex360.com/2009/06/08/le-gign-saffiche-officiellement-sur-internet/

Image IPBImage IPB


Le Groupement d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) a désormais son site Internet officiel. L’accent a surtout été mis sur la présentation de cette unité d’élite : on peut ainsi découvrir les différents moyens qu’elle met en oeuvre, ainsi que son organisation, ses missions ou encore les différentes spécialités exercées par les gendarmes qui la composent.

La partie “historique” est à la fois précise et concise. Celles et ceux qui seraient intéressés par le récit des opérations passées du GIGN risqueront d’être déçus : c’est à peine si la libération, en décembre 1994, des passagers de l’Airbus d’Air France retenus en otage par un commando islamiste est évoquée.

Côté multimédia, il n’y a pour l’instant pas grand chose. Nul doute que cette rubrique s’étoffera dans les semaines qui viennent, avec l’ajout de photographies et de vidéos. Pour le moment, seule une galerie de “photocompositions” du GIGN est disponible.

Une partie “sélection” donne les informations nécessaires aux gendarmes et aux civils pour postuler à une place au sein de l’unité. Mais attention, il n’y a pas de recrutement direct. Les civils ne peuvent qu’être réservistes au GIGN, à condition notamment “d’apporter des compétences ou un savoir-faire utiles”, “d’être de nationalité française” et bien évidemment, d’être aptes physiquement et “psychologiquement”.

Comme l’écrasante majorité des sites militaires officiels, l’interactivité n’a pas été prise en compte. Ainsi, les articles ne sont pas ouverts aux commentaires, il n’y a pas le moindre livre d’or qui permettrait aux Internautes de laisser des messages de sympathie, pas plus d’ailleurs qu’il y a de forum de discussion.

Le site : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/gign
*

Image IPB

Link to comment
Share on other sites

Le sénat s'inquiete des dérives sécuritaires

http://www.senat.fr/rap/r08-441/r08-441-syn.pdf

...

- La recherche d’une sécurité collective toujours plus infaillible

Le droit à la vie privée est né historiquement de la volonté de préserver les droits de l’individu et de sa sphère privée face aux immixtions de la puissance publique. Pourtant, depuis une décennie, la demande de sécurité dans la société a relevé le seuil de tolérance vis-à-vis des systèmes de surveillance et de contrôle, ce qui s’est traduit par des arbitrages en défaveur du droit à la vie privée. Les nouvelles technologies sont perçues comme de nouvelles possibilités de lutte contre l’insécurité et de nombreuses personnes ne voient pas d’inconvénient majeur à être tracées ou surveillées dès lors qu’ « elles n’ont rien à se reprocher, ni à cacher ». Ce déplacement du point d’équilibre entre sécurité et liberté explique certains glissements sémantiques : ainsi, par exemple, le terme de « vidéosurveillance » tend à être remplacé par

celui de « vidéoprotection ».

Cette tendance à l’acceptation d’une « surveillance institutionnelle » est complétée par deux nouvelles

tendances qui ont en commun d’exposer la vie privée à une nouvelle menace : la surveillance par

les acteurs privés. Ces tendances sont l’accélération des progrès technologiques et l’exposition de soi et d’autrui sur Internet.

...

Des commentaires a propos par ici http://moreas.blog.lemonde.fr/2009/06/07/homo-numericus-vie-privee-senat/

Link to comment
Share on other sites

<bon comme d'hab AlexandreVBCI tu fais un HS monumental : y'a aucun rapport avec les forces de l'ordre ici

c'est un fait de justice couplé à un background politique

hors tu as l'air de tourner en boucle sur ce thème choisi avec une tendance orientée très limite

donc soit tu mets quelquechose en rapport avec le titre du sujet soit le prochain post du genre va avoir droit à un élagage massif version et toi des possibles vacances....>

Link to comment
Share on other sites

<vu comme ca on est d'accord sur le principe mais malheureusement c'est pas un serveur qu'il nous faudrait mais plusieurs en ligne pour gérer le flux d'incidents de ce genre

on va se cantonner aux infos sur les forces de l'ordre

pour le reste c'est du judiciaire, du politique et du journalistique....>

Link to comment
Share on other sites

Image IPB


http://moreas.blog.lemonde.fr/2009/06/11/la-main-courante-du-brigadier-chef/

La main courante du brigadier-chef

« Pendant quelques secondes, une petite fille m’a regardé en ayant peur de moi (…) Elle ne pleure pas, elle ne dit rien ; la bouche entrouverte, elle tremble (…) Une petite Algérienne, menue, proprette, les pouces dans les bretelles du cartable, le cou tordu vers le haut, très haut, vers le grand flic en cotte noire et rangers… » En sortant du squat où il venait de participer à une expulsion le brigadier-chef Serge Reynaud n’était sans doute plus tout à fait le même homme…

Reynaud, c’est un pseudonyme, mais pas pour me cacher, dit-il, simplement par convenance personnelle. Ses collègues savent qu’il a écrit un livre, d’autant qu’indirectement, ils ont participé… Car il s’agit d’une série d’anecdotes liées aux situations parfois insolites, parfois pathétiques, parfois drôles, que les flics de terrain peuvent rencontrer au cours de leurs missions. Comme celle-ci :

Tous les jours, vers cinq heures, le car de CRS prend le même chemin, le long de la Seine. Ceux qui ne dorment pas ont l’habitude de regarder une péniche qui dépasse du quai, vide de tout chargement. Mais ce matin, elle est chargée à ras-bord : une montagne de sable. Le car est arrêté à un feu rouge. « Le gradé semble dubitatif, ses yeux las vers le bateau surbaissé. Il se tourne vers le chauffeur et, le plus sérieusement du monde, lui inflige un : T’as vu, la Seine a monté cette nuit… »

serge-reynaud.jpgÀ 19 ans, Serge Reynaud choisit d’être gendarme et 6 ans plus tard, il opte pour la police. Les CRS, la 38 à Mulhouse, la 5 à Massy, la 54 à Marseille, et des détachements en Italie et en Bosnie-Herzégovine. Une carrière dans les CRS qu’il assume complètement. Dans son livre, il ne cherche ni à justifier l’action de la police ni à se mettre en valeur ni à régler des comptes, mais l’air de rien, il nous fait faire connaissance avec les policiers de base, ceux qui ne « causent jamais dans le poste » et qu’on voit rarement plastronner au vingt-heures.

Même pour leur hiérarchie, ce ne sont souvent que des soldats. D’autant que les CRS ont de multiples missions : le maintien de l’ordre, bien sûr, mais aussi les patrouilles, les renforts saisonniers, l’assistance aux opérations de PJ, etc. Par définition, ils sont mobiles et corvéables à merci. On n’a à peine le temps de s’habituer à eux qu’ils sont déjà partis.

Tiens, pour la culture des chefs, je ne peux m’empêcher de citer ce passage : « Le commissaire, c’est celui qui fait l’ambiance, la qualité de vie d’un commissariat (…) Si le patron veut du chiffre, tu lui donnes du chiffre. S’il est sociable, tu discutes. S’il est paranoïaque, tu fermes ta gueule en attendant le suivant. S’il est bon, les services vont tourner. Si c’est une buse, ça va gripper ».

Sur ce blog, parfois, il m’arrive de critiquer la police, mais c’est parce que je l’aime bien. Je l’idéalise. Je ne voudrais pas qu’on en fasse une armée qui livre bataille, mais seulement des hommes et des femmes qui assurent notre sécurité, notre tranquillité, dans le respect des lois et de la morale. Des gardiens de la paix, quoi !

Serge Reynaud (on va respecter son anonymat) chroniques-main-courante.jpga 45 ans. Aujourd’hui, il est chef de section à la compagnie départementale d’intervention de Marseille, donc en sécurité publique.

Si vous voulez savoir qui se cache derrière la visière d’un CRS, lisez ce livre : Chroniques de la main courante, histoires vécues, de Serge Reynaud, Bourin éditeur, ou allez faire un tour sur le blog de l’auteur Police-Histoires. Après, vous aurez sans doute un regard différent sur ce corps de la police nationale.


http://police-histoires.over-blog.com/
Link to comment
Share on other sites

On à signaler aujourd'hui une baisse des plaintes de 2 % depuis les années 1960, elles avaient multiplié par plus de 6, on encore loin d'être dans un pays ''civilisé'' (au sens de paix civile). J'ai encore 3 points de suture au menton suite à un accrochage avec un ivrogne qui ne voulaient pas mettre sa voiture sur le parking au lieu de bloqué l'accès au magasin que je surveille  =(

J'ai porter bien attendu porté pplainte mais cela à prit du temps car la gendarmerie qui couvre le secteur ou je travaille NE VOULAIT PAS L ENREGISTRER car l'incident ayant lieu sur autoroute, cela ne les concernait pas, j'ai du allez allez au poste de gendarmerie de l'autoroute qui se trouve à plus de 30 kms de mon domicile >:(

Link to comment
Share on other sites

Bien venue au pays du juridique les gendarmes ne voulaient pas , mais aussi ne pouvaient pas. Question de copétence territoriale

Pour la petite histore à une époque la villela plus délinquante de France au point de faire monter assez haut dans les déoartement "dangereux" était la ville de St Etienne simplemant parceque c'était la que plusiers chînes de grand magasins avaient leur administration .

Moralité l'ensemble des chéques sans provisions ou volés atterissaient au tribunal de cette qu'il provienneny de Strasbourg ou de Marseilles

Link to comment
Share on other sites

On à signaler aujourd'hui une baisse des plaintes de 2 % depuis les années 1960, elles avaient multiplié par plus de 6, on encore loin d'être dans un pays ''civilisé'' (au sens de paix civile). J'ai encore 3 points de suture au menton suite à un accrochage avec un ivrogne qui ne voulaient pas mettre sa voiture sur le parking au lieu de bloqué l'accès au magasin que je surveille  =(

J'ai porter bien attendu porté pplainte mais cela à prit du temps car la gendarmerie qui couvre le secteur ou je travaille NE VOULAIT PAS L ENREGISTRER car l'incident ayant lieu sur autoroute, cela ne les concernait pas, j'ai du allez allez au poste de gendarmerie de l'autoroute qui se trouve à plus de 30 kms de mon domicile >:(

J'ai été confronté plusieurs fois au refus de dépôt de plainte, et même a la disparition d'une plainte. Pour avoir un bon niveau dans les stats on évite parfois de prendre les plaintes dont on ne sait qu'elle n'aboutiront pas ... surtout celle pour lesquelles on a une bonne raisons de pas les prendre :)

Link to comment
Share on other sites

Bien venue au pays du juridique les gendarmes ne voulaient pas , mais aussi ne pouvaient pas. Question de copétence territoriale

Une plainte peut être déposé dans n'importe quel commissariat de police ou de gendarmerie de France...

Collectionneur aurait dû pouvoir déposer plainte dans la gendarmerie de son lieu d'habitation et encore là ou  il travaille!

Ce qui est vrai par contre, c'est que c'est plus rapide pour l'enquête de faire le dépôt de plainte dans le commissariat ou la gendarmerie concernée...

J'ai été confronté plusieurs fois au refus de dépôt de plainte, et même a la disparition d'une plainte. Pour avoir un bon niveau dans les stats on évite parfois de prendre les plaintes dont on ne sait qu'elle n'aboutiront pas ... surtout celle pour lesquelles on a une bonne raisons de pas les prendre :)

Décidément, il t'en arrive des choses G4lly avec la police!

Effectivement, parfois des plaintes - même si normalement elles doivent être prisent - sont orientées en main courante, ou même vers rien du tout... Parfois par des fonctionnaires qui n'en n'ont rien à foutre (j'ai jamais dit qu'ils étaient tous parfait! ;) ) et parfois aussi, et souvent, parce qu'il n'y a pas matière à dépôt de plainte (pénalement parlant j'entends!) combien de personne se déplacent pour déposer plainte pour tout et n'importe quoi... à l'image américaine par exemple! et des fois aussi parce que celui-ci sait que cela n'ira nul part ou que les faits ne sont pas suffisement caractérisés...

(bien entendu, pour le gars qui a des apriori sur les "flic" la raison sera uniquement par fainéantise!)

Pour info G4lly, le gars qui prends les plaintes en général c'est un gardien de la paix , un brigadier ou un chef et je t'assure que eux, ils en ont rien à foutre des "stats"!

Link to comment
Share on other sites

Dis moi, Chimère, tes collègues et toi, vous en pensez quoi de ces blogs et romans.

concernant les plaintes qui sont réorientées, ça m'est déjà arrivé par deux fois. Ca s'est fini en confrontation avec un officier et ça a de suite calmé les choses. Parfois, le simple fait de se faire remonter les bretelles par un gars qui porte l'uniforme suffit et c'est ça le plus important, m'est avis. La paperasse c'est juste bon pour le chiffre, mais si on peut régler les choses de manière simple et efficace autant le faire.

Link to comment
Share on other sites

Dis moi, Chimère, tes collègues et toi, vous en pensez quoi de ces blogs et romans.

Ben a vrai dire, pas grand chose puisqu'en général cela ne fait pas partie de nos sujets de conversation! ^^

Personnellement j'ai lu deux ou trois brève de son romans, j'ai trouvé ça pas sympathique; mais comme je n'ai pas tout lu, je ne peux pas vraiment savoir... j'imagine qu'il y a peut être des choses que je n'apprécierais pas trop... va savoir...

concernant les plaintes qui sont réorientées, ça m'est déjà arrivé par deux fois. Ca s'est fini en confrontation avec un officier et ça a de suite calmé les choses. Parfois, le simple fait de se faire remonter les bretelles par un gars qui porte l'uniforme suffit et c'est ça le plus important, m'est avis. La paperasse c'est juste bon pour le chiffre, mais si on peut régler les choses de manière simple et efficace autant le faire.

oui, parfois un bon coup de gueule peut suffire à en calmer certain...

(au moins ça ne rentre pas dans les "stats", c'est toujours ça! >>> n'est ce pas G4lly! ^^)

Link to comment
Share on other sites

http://lemamouth.blogspot.com/2009/06/le-gendarmerie-reintegre-luclat.html

Le gendarmerie réintègre l'UCLAT

La gendarmerie va réintégrer l'unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT), qu'elle avait choisi de quitter. On ignore les raisons de ce retour, tout comme les raisons... du départ.

Y a-t-il un lien, le directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Péchenard évoquait récemment, lors d'une audition au parlement, un climat tendu avec la gendarmerie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

L'UCLAT est redevenu le coeur de la lutte antiterroriste française, après avoir connu des bas et des hauts. C'est l'UCLAT qui détermine le niveau du plan Vigipirate, mais aussi elle qui, en coordination avec le SPHP, détermine le niveau de protection des personnalités jugées menacées. Voire, qui peut estimer de leur ôter leur protection. Ce dispositif a été inauguré il y a peu.

La plupart des acteurs du renseignement français contribuent à l'UCLAT : la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) pour le ministère de l'Intérieur, la production de la Défense restant encore éclatée entre trois acteurs : la DGSE, la DRM (direction du renseignement militaire, dirigée par le général Benoît Puga, ancien GCOS à qui on prédit encore un grand avenir) et la direction de la protection du secret-défense (DPSD, pilotée par le général Didier Bolleli, ancien du 13e RDP et des afaires réservées au cabinet/Mindef).

L'ancien numéro 2 de l'UCLAT et ancien patron de la section antiteroriste (SAT) du "36", Amaury de Hauteclocque, un proche de Frédéric Péchenard, est devenu chef du RAID, l'an dernier.


GIGN : doublé inédit

La même section opérationnelle de 20 gendarmes de GIGN est intervenue en quelques heures à deux reprises, sur autant de forcenés. Le GIGN avait été appelé une première fois jeudi par la gendarmerie départementale de l'Aisne pour intervenir sur une première situation, à Marle. Un homme de 56 ans, armé d'un fusil et d'une carabine 22LR, avait fait feu à plusieurs reprises, avant d'être maîtrisé vers 00h45, vendredi matin. Leur mission terminée, les gendarmes de Satory ont été "retaskés" sur le chemin du retour, et ont pris la direction du Bas-Rhin, vers une heure et demie du matin. L'échelon négociation a pu, sur la route, prendre la mesure de la situation. Arrivé vers quatre heures à Guémar (Bas-Rhin), le GIGN a mis en place une première reconnaissance du terrain : le moment que le forcené, un retraité, a choisi pour se rendre, plusieurs heures après avoir tué une personne, un père de famille de 37 ans qui tentait de le raisonner, et en avoir blessé grièvement une autre, un automobiliste qui roulait à proximité.

Les interventions sur forcené sont une constante de l'activité du GIGN depuis sa création, il y a 35 ans. La création des PI2G (à Toulouse puis Orange), équipes régionales, devait contribuer à libérer le GIGN de ces missions les plus lointaines de sa base, mais il n'en est apparemment rien.

Link to comment
Share on other sites

HADOPI 2 : le gouvernement envisage le recours à l'ordonnance pénale

On commence à en savoir un peu plus sur la deuxième loi Titanic HADOPI, pour combler les brèches ouvertes par le Conseil constitutionnel. Le volet répressif est abandonné, dans le sens où la future HADOPI, et la Commission de Protection des Droits (CPD) qui est son prophète, n'auront aucun pouvoir de sanction propre. Tout passera par le juge.

Se pose donc un nouveau problème. La justice est engorgée et fonctionne à flux tendu. Lui confier un contentieux de masse crée une menace d'asphyxie, ou suppose l'abandon de poursuites dans d'autres domaines, mais lesquels ? Les violences conjugales, les vols de voiture, le trafic de stupéfiant ? L'hypothèse de fournir à la justice les moyens dont elle a besoin étant naturellement exclue, rien n'étant plus nocif qu'un juge qui a les moyens de juger.

Reste donc la trousse de bricolage, aussi connue sous le nom de : “ ce n'est pas une question de moyens, c'est une question de méthode. ”

Et le gouvernement a trouvé la rustine idéale à ses yeux : l'ordonnance pénale.

Oui, amis juristes, esclaffez-vous à l'envi : on va juger des affaires de contrefaçon par voie électronique par ordonnance pénale.

... La suite http://maitre-eolas.fr/2009/06/18/1452-hadopi-2-le-gouvernement-envisage-le-recours-a-l-ordonnance-penale

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,947
    Total Members
    1,749
    Most Online
    maiquel
    Newest Member
    maiquel
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...