Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Minitel

Members
  • Posts

    112
  • Joined

  • Last visited

Reputation

185 Excellent

About Minitel

  • Birthday 05/18/1974

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

245 profile views
  1. Pourquoi unique ? Apparemment, les russes sont aussi détenteur de ce qui est bien ou mal : sinon, ils ne seraient pas intervenu. On pourrait dire pareil du pouvoir russe.........à moins de considérer que l'intérêt de l'état et de la population se rejoint forcément sur le long terme. C'est la même chose dans tout les pays : je serai curieux de connaître tes sources pour pouvoir sortir de mon actuel endoctrinement. Les US ont agit en leader : certains pays européens ont suivi volontier, d'autres avec quelques réticences. A bon ? Il me semblait que c'était les russes qui étaient prêt à sacrifier les ukrainiens......mon raisonnement doit très certainement être simpliste, mais comme c'est eux qui ont attaqué l'Ukraine, j'ai pensé que les russes étaient près à sacrifier l'Ukraine et les ukrainiens au profit des intérêts russes. Merci de me donner les éléments qui t'ont fait penser l'inverse. Tu noteras au passage que si 60% de la population mondiale n'a pas suivi les sanctions, quasiment 100% de la population mondiale n'aide pas la Russie. L'inde profite d'un prix de l'énergie bas, la Chine s'accommode très bien d'un affaiblissement de la Russie pour la vassaliser et même la Biélorussie n'a pas fait grand chose pour aider son allier....... D'une manière générale, ce qui n'est pas avec moi n'est pas forcément contre moi : il peut-être neutre. Ca, c'est une phrase qui marche avec n'importe quel pays du monde : remplace "occident" par tout les pays qui te viennent en tête et tu auras quand même raison. Un exemple : il faut que la Russie arrête de penser qu'elle est l'unique détentrice de la vérité. C'est un exemple parmi tant d'autres ....
  2. Ça ressemble à un mec qui c'est endormi bourré avec une cigarette allumée à la main et des gardiens qui n'ont pas voulu ouvrir de peur d'un soulèvement des prisonniers.
  3. Je pense la même chose : le manque d'entretien, un climat exigent et une sur utilisation des équipements doit expliquer la majeure partie des accidents (déjà très présent avant guerre). Mais il est aussi possible qu'une intervention humaine "malveillante" amplifie le phénomène.
  4. Ou tout simplement une utilisation intensive du matériel. ...... Soit dit en passant, une augmentation de 100%, ça veut tout et rien dire : si il y a eu 2 déraillements l'année dernière et 4 cette année, l'augmentation est de 100%. Je préfère les chiffres brut.
  5. Donc, pour toi, il y a forcément une responsabilité américaine....... Forcément, il y a une responsabilité américaine, donc il faut trouver laquelle........ Pourquoi j'admettait un tel truc.......parce-que les États-Unis ont forcément une responsabilité ? Il y a aussi une autre hypothèse : il n'y a rien à dire à ce sujet car il n'y a pas de sujet, pas de base de lancement de missiles ou un truc de ce genre. Peut-être que la raison est inverse : l'absence des usa et la faiblesse des pays de l'otan. Au moment du déclenchement de cette "opération spéciale" il n'y avait plus que 80 000 soldats américains contre plus de 300 000 au début des années 90 en Europe (Plus un grand pivot opéré de l'atlantique vers le pacifique par les forces us). Les pays européens avaient une dépense militaire ridiculement faible et étaient très dépendant de l'énergie russe. Tout ça peut constituer une raison pour les russes de profiter de ce "moment" pour renverser le pouvoir en place en Ukraine (avec un zelenski autour de 30% de taux de satisfaction......). L'expression "opération spéciale" employée par les russes n'est peut-être pas une hypocrisie mais réellement le véritable but : renverser un gouvernement jugé faible en profitant d'un moment ou adversaire (l'otan) est lui même jugé faible. Et là je te donne raison : "l'opération spéciale" c'est transformée en guerre au grand désespoir de Poutine.
  6. Medvedev veut donc une extension de l'otan vers l'est via l'annexion d'une partie de l'Ukraine par la Pologne ?
  7. J'ai l'impression que cette phrase résume assez bien la stratégie ukrainienne.
  8. Bon, y'a pas mort d'homme. C'est même étonnant pour l'Allemagne de n'avoir qu'une baisse de 0,9 point de la croissance alors que l'Allemagne est le deuxième fournisseur de la Russie.
  9. Tant mieux : ça évite un coût du pétrole trop élevé pour nous et le reste du monde et cela pénalise la Russie : ils perdent 1/3 de la valeur de leurs exportations.
  10. Le problème de la dépose des munitions, c'est que le panier à roquettes doit se trouver en dessous de la grue intégré du himars (si j'ai bien compris) Rien qu'une simple remorque 3 essieux ou qu'un camion plateau ne serait résoudre : le panier se trouve déjà en dessous de la grue et ne rend pas nécessaire la dépose à terre du panier. Il suffit de mettre cul à cul les 2 engins
  11. On est en train de ce comparer les "retex" pour savoir qui a la plus grosse......chance de vaincre et on souligne au combien la russie a du taf pour arriver à notre cheville (passablement gonflé), mais en cas de guerre "totale" et non pas une simple guerre de moyennement haute intensité, l'Europe a aussi un certain nombre de défi mineurs à relever. -Cela fait un certain temps que l'on parle de sous marin russe qui traîne autour de nos câbles de communication (eux aussi sous marin.....comme quoi la vie est bien faite) et on pourrait se dire : et alors ? Mais ou sont les serveurs de nos moteurs de recherche ? Je dis "nos", mais je devrai plutôt dire "americain" et plus largement, quel est l'autonomie de l'internet européen ? En terme de logiciels, réseaux et matériels, seules huit entreprises européennes figurent parmi les 100 plus grands acteurs des technologies de l'information et de la communication. Tout ça pour dire que notre autonomie "cyber" est loin d'être acquise (l'Europe sans informatique et sans internet, ça donne quoi ?) et qu'un gros travail politique, économique et industriel nous attend si on se place dans l'optique d'un monde passablement moins civilisé qu'hier ou peut-être qu'aujourd'hui. -Alors que l'Europe ne participe pas activement à "l'opération spéciale" initiée par la Russie, de sérieux problèmes de "chauffage hivernal" et accessoirement de "production industrielle" devraient alerter les observateurs que nous sommes. Et, à moins de trouver de vaste gisements de pétroles là où on a déjà cherché sans rien trouver, on peut penser que développer de vastes capacités de stockage supplémentaires de gaz et de pétrole inter-reliées pourrait constituer un point de départ à une politique énergétique européenne. Et si parallèlement à ça, on pouvait développer des partenariats durables avec d'autres fournisseurs que la Russie et anticiper les futurs problèmes liés à des torpilles russes transformant un pétrolier en boule de feu par une politique active de sécurisation de nos lignes de ravitaillements, un grand pas serait fait vers notre probable victoire. -On continu ? Je ne sais pas si certains d'entre vous s'en rappelle, mais pour une anecdotique histoire de pandémie, l'Europe c'est retrouvé à se disputer pour des bouts de papiers à positionner sur le visage. On a appris, par la même occasion, que moins de la moitié des principes actifs qui font tourner nos usines pharmaceutiques étaient fabriqués en Europe (pourquoi je continue à mettre une majuscule à Europe ?). Se qui tombe plutôt bien car il paraîtrait que, trop de blessé lors d'une guerre, satureraient nos services hospitaliers passablement désorganisés. Alors oui, un beau tank brillant (mais pas trop) à la lumière d'un coucher de soleil, le canon fièrement relevé en direction de l'est, a une importance certaine, mais sans la force d'une société civile bien organisé pour le soutenir, il risque de ce mettre à briller pour d'autres raisons qu'un couché de soleil. Les défis qui attendent l'Europe sont à la mesure de son déclin : il va falloir remonter la pente avec en plus le "poids" de la dépense militaire sur le dos alors que l'on a déjà tout une brouette de problème sur les bras.
  12. Hors sol pour nous occidentaux, mais très parlant pour une bonne parti de l'humanité. L'occident, avec son idéologie que je qualifierait de "woke" faute de mieux, est en train de devenir un extrémisme pour la majorité de la population de la planète. Avec pour conséquence que notre culture est de moins en moins diffusée et comprise dans le monde, qu'il soit musulman, une bonne partie de l'Asie et du sous continent indien et même des pays occidentaux comme la Pologne, la Hongrie , la Roumanie ou la Bulgarie.......ou la Russie.
  13. De toute façon, si les ukrainiens ne detruisent pas le pont dans l'espoir de s'en servir par la suite, ce sont les russes qui le détruiront. Donc, autant le détruire avant d'attaquer Kherson pour gêner les russes.
  14. Qui a parlé d'agressivité ? La Chine va obtenir un vassal utile et revenchard qui sera prêt à beaucoup de concession pour obtenir cette revanche contre l'occident. J'ai parfois l'impression que cette guerre est un peu le champ du signe d'une grenouille qui a voulu se faire plus grosse qu'un boeuf. L'appel de la Russie à un monde multipolaires est à la fois une démonstration de faiblesse et un avertissement lancé au monde entier : avec deux puissances que sont la Chine et les États-Unis, comment pourrait émerger un multipolarisme qui ne soit pas de fait un bipolarisme ? Et les nations qui n'ont pas pris parti pour un camp savent que choisir un camp, c'est rejeter l'autre camp : la Russie, elle, est maintenant dans "l'autre camp" et son rêve "multipolaire" à pris fin avec le début de cette guerre. Elle va devenir comme l'Europe, une région importante mais secondaire.
  15. Si initiative chinoise il doit y avoir, je la vois plutôt tournée vers la Russie elle même : -Un accès à une ressource en gaz et pétrole qui ne traverse pas les océans et donc indépendante de la puissance maritime américaine. -Une Russie durablement affectée par un ambargo qui ne laisse aucun autre choix que de coopérer avec la Chine. -La possibilité d'accéder à des territoires presque vides et riches en ressources via de l'investissement et de l'immigration. Honnêtement, je serai Poutine, je m'inquiéterai plus de mon allié que de mon ennemi.
×
×
  • Create New...