Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Minitel

Members
  • Posts

    112
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Minitel

  1. Pourquoi unique ? Apparemment, les russes sont aussi détenteur de ce qui est bien ou mal : sinon, ils ne seraient pas intervenu. On pourrait dire pareil du pouvoir russe.........à moins de considérer que l'intérêt de l'état et de la population se rejoint forcément sur le long terme. C'est la même chose dans tout les pays : je serai curieux de connaître tes sources pour pouvoir sortir de mon actuel endoctrinement. Les US ont agit en leader : certains pays européens ont suivi volontier, d'autres avec quelques réticences. A bon ? Il me semblait que c'était les russes qui étaient prêt à sacrifier les ukrainiens......mon raisonnement doit très certainement être simpliste, mais comme c'est eux qui ont attaqué l'Ukraine, j'ai pensé que les russes étaient près à sacrifier l'Ukraine et les ukrainiens au profit des intérêts russes. Merci de me donner les éléments qui t'ont fait penser l'inverse. Tu noteras au passage que si 60% de la population mondiale n'a pas suivi les sanctions, quasiment 100% de la population mondiale n'aide pas la Russie. L'inde profite d'un prix de l'énergie bas, la Chine s'accommode très bien d'un affaiblissement de la Russie pour la vassaliser et même la Biélorussie n'a pas fait grand chose pour aider son allier....... D'une manière générale, ce qui n'est pas avec moi n'est pas forcément contre moi : il peut-être neutre. Ca, c'est une phrase qui marche avec n'importe quel pays du monde : remplace "occident" par tout les pays qui te viennent en tête et tu auras quand même raison. Un exemple : il faut que la Russie arrête de penser qu'elle est l'unique détentrice de la vérité. C'est un exemple parmi tant d'autres ....
  2. Ça ressemble à un mec qui c'est endormi bourré avec une cigarette allumée à la main et des gardiens qui n'ont pas voulu ouvrir de peur d'un soulèvement des prisonniers.
  3. Je pense la même chose : le manque d'entretien, un climat exigent et une sur utilisation des équipements doit expliquer la majeure partie des accidents (déjà très présent avant guerre). Mais il est aussi possible qu'une intervention humaine "malveillante" amplifie le phénomène.
  4. Ou tout simplement une utilisation intensive du matériel. ...... Soit dit en passant, une augmentation de 100%, ça veut tout et rien dire : si il y a eu 2 déraillements l'année dernière et 4 cette année, l'augmentation est de 100%. Je préfère les chiffres brut.
  5. Donc, pour toi, il y a forcément une responsabilité américaine....... Forcément, il y a une responsabilité américaine, donc il faut trouver laquelle........ Pourquoi j'admettait un tel truc.......parce-que les États-Unis ont forcément une responsabilité ? Il y a aussi une autre hypothèse : il n'y a rien à dire à ce sujet car il n'y a pas de sujet, pas de base de lancement de missiles ou un truc de ce genre. Peut-être que la raison est inverse : l'absence des usa et la faiblesse des pays de l'otan. Au moment du déclenchement de cette "opération spéciale" il n'y avait plus que 80 000 soldats américains contre plus de 300 000 au début des années 90 en Europe (Plus un grand pivot opéré de l'atlantique vers le pacifique par les forces us). Les pays européens avaient une dépense militaire ridiculement faible et étaient très dépendant de l'énergie russe. Tout ça peut constituer une raison pour les russes de profiter de ce "moment" pour renverser le pouvoir en place en Ukraine (avec un zelenski autour de 30% de taux de satisfaction......). L'expression "opération spéciale" employée par les russes n'est peut-être pas une hypocrisie mais réellement le véritable but : renverser un gouvernement jugé faible en profitant d'un moment ou adversaire (l'otan) est lui même jugé faible. Et là je te donne raison : "l'opération spéciale" c'est transformée en guerre au grand désespoir de Poutine.
  6. Medvedev veut donc une extension de l'otan vers l'est via l'annexion d'une partie de l'Ukraine par la Pologne ?
  7. J'ai l'impression que cette phrase résume assez bien la stratégie ukrainienne.
  8. Bon, y'a pas mort d'homme. C'est même étonnant pour l'Allemagne de n'avoir qu'une baisse de 0,9 point de la croissance alors que l'Allemagne est le deuxième fournisseur de la Russie.
  9. Tant mieux : ça évite un coût du pétrole trop élevé pour nous et le reste du monde et cela pénalise la Russie : ils perdent 1/3 de la valeur de leurs exportations.
  10. Le problème de la dépose des munitions, c'est que le panier à roquettes doit se trouver en dessous de la grue intégré du himars (si j'ai bien compris) Rien qu'une simple remorque 3 essieux ou qu'un camion plateau ne serait résoudre : le panier se trouve déjà en dessous de la grue et ne rend pas nécessaire la dépose à terre du panier. Il suffit de mettre cul à cul les 2 engins
  11. On est en train de ce comparer les "retex" pour savoir qui a la plus grosse......chance de vaincre et on souligne au combien la russie a du taf pour arriver à notre cheville (passablement gonflé), mais en cas de guerre "totale" et non pas une simple guerre de moyennement haute intensité, l'Europe a aussi un certain nombre de défi mineurs à relever. -Cela fait un certain temps que l'on parle de sous marin russe qui traîne autour de nos câbles de communication (eux aussi sous marin.....comme quoi la vie est bien faite) et on pourrait se dire : et alors ? Mais ou sont les serveurs de nos moteurs de recherche ? Je dis "nos", mais je devrai plutôt dire "americain" et plus largement, quel est l'autonomie de l'internet européen ? En terme de logiciels, réseaux et matériels, seules huit entreprises européennes figurent parmi les 100 plus grands acteurs des technologies de l'information et de la communication. Tout ça pour dire que notre autonomie "cyber" est loin d'être acquise (l'Europe sans informatique et sans internet, ça donne quoi ?) et qu'un gros travail politique, économique et industriel nous attend si on se place dans l'optique d'un monde passablement moins civilisé qu'hier ou peut-être qu'aujourd'hui. -Alors que l'Europe ne participe pas activement à "l'opération spéciale" initiée par la Russie, de sérieux problèmes de "chauffage hivernal" et accessoirement de "production industrielle" devraient alerter les observateurs que nous sommes. Et, à moins de trouver de vaste gisements de pétroles là où on a déjà cherché sans rien trouver, on peut penser que développer de vastes capacités de stockage supplémentaires de gaz et de pétrole inter-reliées pourrait constituer un point de départ à une politique énergétique européenne. Et si parallèlement à ça, on pouvait développer des partenariats durables avec d'autres fournisseurs que la Russie et anticiper les futurs problèmes liés à des torpilles russes transformant un pétrolier en boule de feu par une politique active de sécurisation de nos lignes de ravitaillements, un grand pas serait fait vers notre probable victoire. -On continu ? Je ne sais pas si certains d'entre vous s'en rappelle, mais pour une anecdotique histoire de pandémie, l'Europe c'est retrouvé à se disputer pour des bouts de papiers à positionner sur le visage. On a appris, par la même occasion, que moins de la moitié des principes actifs qui font tourner nos usines pharmaceutiques étaient fabriqués en Europe (pourquoi je continue à mettre une majuscule à Europe ?). Se qui tombe plutôt bien car il paraîtrait que, trop de blessé lors d'une guerre, satureraient nos services hospitaliers passablement désorganisés. Alors oui, un beau tank brillant (mais pas trop) à la lumière d'un coucher de soleil, le canon fièrement relevé en direction de l'est, a une importance certaine, mais sans la force d'une société civile bien organisé pour le soutenir, il risque de ce mettre à briller pour d'autres raisons qu'un couché de soleil. Les défis qui attendent l'Europe sont à la mesure de son déclin : il va falloir remonter la pente avec en plus le "poids" de la dépense militaire sur le dos alors que l'on a déjà tout une brouette de problème sur les bras.
  12. Hors sol pour nous occidentaux, mais très parlant pour une bonne parti de l'humanité. L'occident, avec son idéologie que je qualifierait de "woke" faute de mieux, est en train de devenir un extrémisme pour la majorité de la population de la planète. Avec pour conséquence que notre culture est de moins en moins diffusée et comprise dans le monde, qu'il soit musulman, une bonne partie de l'Asie et du sous continent indien et même des pays occidentaux comme la Pologne, la Hongrie , la Roumanie ou la Bulgarie.......ou la Russie.
  13. De toute façon, si les ukrainiens ne detruisent pas le pont dans l'espoir de s'en servir par la suite, ce sont les russes qui le détruiront. Donc, autant le détruire avant d'attaquer Kherson pour gêner les russes.
  14. Qui a parlé d'agressivité ? La Chine va obtenir un vassal utile et revenchard qui sera prêt à beaucoup de concession pour obtenir cette revanche contre l'occident. J'ai parfois l'impression que cette guerre est un peu le champ du signe d'une grenouille qui a voulu se faire plus grosse qu'un boeuf. L'appel de la Russie à un monde multipolaires est à la fois une démonstration de faiblesse et un avertissement lancé au monde entier : avec deux puissances que sont la Chine et les États-Unis, comment pourrait émerger un multipolarisme qui ne soit pas de fait un bipolarisme ? Et les nations qui n'ont pas pris parti pour un camp savent que choisir un camp, c'est rejeter l'autre camp : la Russie, elle, est maintenant dans "l'autre camp" et son rêve "multipolaire" à pris fin avec le début de cette guerre. Elle va devenir comme l'Europe, une région importante mais secondaire.
  15. Si initiative chinoise il doit y avoir, je la vois plutôt tournée vers la Russie elle même : -Un accès à une ressource en gaz et pétrole qui ne traverse pas les océans et donc indépendante de la puissance maritime américaine. -Une Russie durablement affectée par un ambargo qui ne laisse aucun autre choix que de coopérer avec la Chine. -La possibilité d'accéder à des territoires presque vides et riches en ressources via de l'investissement et de l'immigration. Honnêtement, je serai Poutine, je m'inquiéterai plus de mon allié que de mon ennemi.
  16. Pour les soldats qui travaillent dans ces entrepôts, ça ressemble de plus en plus à une interprétation moderne de la roulette russe...... J'espère que ces entrepôts ne sont occupés que lors des phases de manutention et que les "logisticiens" sont logés dans une zone "safe" à au moins 100 mètres du dépôt de munitions.
  17. J'ai l'impression qu'une bonne crise économique solutionnerait 3 problèmes en occident : l'inflation, les prix de l'énergie élevés et l'optimisme russe.
  18. Blablachars : "LE K2 BLACK PANTHER EN ROUTE VERS LA POLOGNE Le K2PL Black Panther du sud-coréen Hyundai Rotem devrait devenir le prochain char de l'armée polonaise, dans le cadre d'un contrat estimé à 9 milliards de dollars. Cet accord s'inscrit dans le cadre du programme Wilk (Loup) destiné fournir un remplaçant aux chars d'origine soviétique équipant encore l'armée polonaise.Le programme Wilk d'un plan de modernisation technique des forces polonaises s'étendant entre 2021 et 2035. Pour ce montant Varsovie devrait acquérir 800 chars K2 dont la production serait partagée entre les deux pays. Ce premier succès à l'exportation pourrait ouvrir la voie à de nouveau succès du char sud-coréen, en Oman où Hyundai Rotem se trouve en position très favorable dans le marché d'acquisition lancé par le Sultanat."
  19. C'est une mobilisation générale. On peut en tirer plusieurs enseignements : -il n'y aura pas de déclaration de guerre (ou alors ce projet de loi n'a aucun sens) -Les transporteurs vont être mobilisé : "des firmes ne pourront refuser des contrats du gouvernement pour des biens et des services liés à une opération militaire" -La loi va être promulgué très rapidement : "modifiera le Code du travail..........sans congé annuel." Je suppose que les congés sont pris à la même période que nous (juillet août). -Les besoins de l'armée russe sont énormes : "modifiera le Code du travail afin que le Kremlin puisse réglementer les heures de travail, afin d’obliger les employés de ces entreprises à travailler la nuit, les fins de semaine, les jours fériés et sans congé annuel." -La russie n'est pas prête à lâcher l'affaire.
  20. C'est plutôt l'inverse : contre une "puissance nucléaire", il ne reste QUE l'arme de l'embargo.
  21. Wikipedia : les chinois de Sibérie : Actuellement, une partie significative de la population de la Russie éprouve la crainte de voir la Sibérie colonisée par les Chinois d'une manière lente, mais massive. Souvent les Russes expriment l'opinion suivant laquelle cela peut avoir des conséquences négatives pour la Fédération de Russie[29]. Notamment parce que dans les années qui viendront, le nombre de Chinois en Sibérie pourrait dépasser celui de la population slave, ce qui pourrait mener à un séparatisme de la Sibérie au profit de la Chine[29],[30]. Pour certains experts et certaines organisations politiques cela est perçu comme une menace réelle pour l'existence d'un Extrême-Orient dans le cadre et au sein de la Fédération de Russie[29]. - Actuellement, la Chine poursuit son expansion économique sur notre territoire. Sans guerre, parce que pourquoi se battre si on peut tout acheter avec l'argent. Et c'est ce que font les Chinois. Cela signifie qu'il nous est impossible de prendre cet argent, disent les Russes[31]. Une affirmation est répandue en Russie, selon laquelle les manuels de géographie et d'histoire chinois contiennent des cartes sur lesquels l'Extrême-Orient russe est présenté comme faisant partie de la Chine. Selon le politologue russe président de l'Institut d'évaluation stratégique, Alexandre Konovalov, la Sibérie et l'Extrême-Orient sont souvent coloriés, dans les manuels scolaires de la même manière que la Chine elle-même. La Chine est un sérieux problème en puissance pour la Russie selon les experts[32]. Selon le vice-recteur de l'académie diplomatique du ministère russe des affaires étrangères, Evgueni Bajanov : « …les Chinois considèrent et continuent de croire, ils peuvent le lire dans leurs manuels, qu'à partir du lac Baïkal et jusqu'à l'Est ils se trouvent dans la sphère d'influence de la Chine et que ce n'est que tardivement que ces territoires sont devenus russes [33] » Le 23 septembre 2009, un programme de coopération entre les régions orientales de la Russie et celles du Nord-Est de la Chine a été signé par les présidents de Russie et de Chine pour la période 2009-2018. Ce programme prévoit que la Chine construira des entreprises sur le territoire de la Sibérie[34]. Selon plusieurs médias cette construction d'entreprises s'accompagnera du peuplement de la Sibérie par des travailleurs chinois[34].
  22. Quand la Russie était en difficulté, les journalistes français annonçaient : les russes sont en difficultés. Quand l'Ukraine est en difficulté, les journalistes français annoncent : les ukrainiens sont en difficultés. En France, les journalistes sont des girouettes, quand le vent tourne ils tournent aussi. Il n'y a pas de discours officiel contrairement aux journalistes russes qui sont pour le coût autrement plus critiquable que les journalistes occidentaux. Et si tu tique pour l'excès d'enthousiasme des journalistes occidentaux, j'ose à peine imaginer ta critique des journalistes russes. Le soucis, c'est que sa fait + de 4 mois que les russes se battent à moins de 200km de leurs frontières contre un pays pauvre, corrompu et divisé...... alors que la russie réarme depuis 20 ans. Je crois que la situation est suffisamment étonnante pour en discuter. Et je pense que cette situation a dû te questionner aussi (sinon tu ne serais pas ici). Pas LA valeur sûre, mais UNE des valeurs sûres......il y a aussi les États-Unis, le Canada, la France, l'Italie, l'Angleterre, la Norvège.......... Et puis, quand on affirme que l'Allemagne est en train de dérailler, c'est comme si j'affirmai que la Russie est en train de déraillé sans étayer mes propos : tu aurais le droit de m'en demander un peu plus. Sur Google, quand tu tapes BASF+difficulté+2022, tu obtient : -Croissance du chiffre d’affaires, qui s’établit à 23,1 milliards d’euros (+ 19 %) -EBIT avant effets exceptionnels de 2,8 milliards d’euros (+ 21 %) -Confirmation des perspectives du 25 février 2022 pour l’exercice 2022 C'est loin d'être apocalyptique. Bon, je crois que je vais m'arrêter là.
  23. Il y a quand même l'originalité de la fabrication : CO2 de l'air + énergie renouvelable. Mais quand on creuse, il y a une certaine logique : -Certes le taux de retour énergétique est faible. -Mais les énergies renouvelables ont un gros problème : soit par moment il y en a trop, soit pas assez. Et ce procédé permet un stockage facilement utilisable et très concentré. Ça évitera ce genre de déconvenue : " A l’inverse, lorsqu’une forte production se combine à une faible demande (par exemple durant le week-end ou en période de vacances), le réseau produit un excédent d’électricité. Celui-ci doit impérativement être consommé pour éviter une congestion du réseau, quitte à vendre le courant à un prix négatif. Au début de ce mois de décembre, la force d’éole a fait chuter les prix sur le marché de gros européen jusqu’à -110 € le mégawattheure. Pendant ces courtes périodes, les producteurs qui ne peuvent techniquement pas mettre leur centrale à l’arrêt doivent payer pour écouler leur production, tandis que certains gros acheteurs (industries chimiques, ou métallurgiques) sont rémunérés pour consommer davantage.( https://www.revolution-energetique.com/des-prix-negatifs-sur-le-marche-de-lelectricite-bonne-nouvelle-pour-le-citoyen/ ). Avec l'augmentation des capacités en énergie renouvelable installé, ce genre de phénomènes va se multiplier, sans pour antant permettre une baisse des capacités non renouvelable (une histoire de pilotage....). Et là, la solution de stockage "porche" devient pertinente. Fin du HS. (C'est pratique ).
  24. https://www.largus.fr/actualite-automobile/porsche-efuel-du-carburant-sans-petrole-pour-sauver-le-thermique-10752393.html Et en plus il est écologique : Porsche eFuel. Du carburant sans pétrole pour sauver le thermique ! Alors que certains veulent voir disparaître le moteur thermique, Porsche travaille à le rendre moins néfaste pour le climat. La marque a développé un procédé visant à produire du carburant de synthèse utilisable dans les véhicules actuels, avec un processus de fabrication qui capture du CO2.Face au réchauffement climatique, la voiture électrique est-elle vraiment la seule solution ? La plupart des associations écologistes et bon nombre d’hommes politiques semblent en être persuadés. Au point que l’Union européenne a annoncé cet été vouloir mettre fin à la vente de modèles neufs thermiques dès 2035. Mais, même si cette échéance controversée est respectée, nombre de moteurs à essence, diesel ou hybrides vont encore être employés longtemps après cette date. Dans le monde, on estime ainsi qu’il y a aujourd’hui 1,3 milliard de véhicules en circulation, et il sera impossible de tous les convertir à l’électrique. Le projet Porsche eFuel pourrait en revanche leur permettre de réduire leur empreinte carbone en leur évitant de recourir aux énergies fossiles. Totalement synthétique, ce carburant n’emploie pas de pétrole. Pour le créer, la marque allemand utilise seulement deux matériaux naturels : de l’eau et de l’air ! En faisant passer de l’électricité dans l’eau, Porsche réalise une électrolyse qui lui permet d’obtenir de l’hydrogène (H2). L’autre composé essentiel est le dioxyde de carbone, alias CO2, ce gaz à effet de serre qui serait le principal responsable du réchauffement climatique. Le constructeur de voitures de sport parvient à le capturer grâce à de gros ventilateurs qui envoient l’air ambiant dans des filtres spécifiques. Une réaction entre le H2 et le CO2 permet ensuite de produire du eMéthanol (CH3OH), un alcool qui est enfin transformé en essence sans plomb utilisable dans n’importe quelle voiture grâce à un procédé baptisé methanol-to-gasoline (MTG, du méthanol à l’essence en français)........... L’eFuel ne permet aucunement de réduire les rejets polluants à l’échappement, comme ceux d’oxydes d’azote (NOx) ou de particules. Porsche ne présente donc pas cette solution comme un substitut aux véhicules 100 % électriques, qui pourraient représenter 90 % des ventes de la marque en 2030. En revanche, grâce à la capture du dioxyde de carbone en amont, le carburant de synthèse pourrait rendre des modèles thermiques actuels climatiquement neutres, sans nécessiter de les envoyer à la casse ou d’effectuer de coûteuses modifications. Reste un écueil de taille : la fabrication, complexe, nécessite beaucoup d’énergie. Ainsi, 20 kWh environ seraient nécessaires pour chaque litre d’eFuel. Si des centrales à charbon sont employées pour cette production, l’écologie en prend évidemment pour son grade. Un problème auquel se heurtent également les constructeurs qui misent sur l'hydrogène, comme Toyota ou Hyundai............. L’usine installée au Chili, en partenariat avec Siemens Energy ou encore ExxonMobil, ne commencera à produire qu’à la mi-2022. Avec un objectif seulement fixé à 130 000 l pour cette année. Dans un premier temps, cet eFuel servira seulement à alimenter les Porsche 911 GT3 Cup de la Supercup, le plus prestigieux des nombreux championnats monotypes organisés par la marque. Comme souvent, le constructeur de Stuttgart se servira donc de la compétition comme d’un laboratoire. Le choix de la 911 n’a rien d’anodin, puisque l’un des objectifs avoués à demi-mot est bien de pouvoir faire perdurer cette icône aussi longtemps que possible avec un moteur thermique. La cadence devrait ensuite augmenter assez vite pour atteindre 55 millions de litres par an en 2024 et 550 millions de litres par an en 2026. Mais cela reste une goutte d’eau à l’échelle de la production d’essence mondiale : rien qu’en France, il s’est écoulé 42,55 milliards de litres de carburant routier en 2020, une année pourtant troublée par les confinements.
  25. Oui. Mais la consommation mondiale de pétrole est de 95 millions de barils/jour. Une baisse de 5 millions de barils/jours représente 6 % de baisse (au doigt mouillé...). Mais un baril à 250 $, ça représente combien de % de baisse ? Qui, à part les 30 pays les plus riches, peuvent se permettre (difficilement) un tel prix ? Et l'impact économique négatif. ....quel % de baisse ? Je pense au contraire que la crise économique résultante amènerait l'effet inverse. Et ça, les pays de l'OPEP n'en veulent pas : - L'annonce récente d'un embargo de l'Union européenne sur le pétrole russe a accru les craintes de pénurie. De quoi faire changer d'avis l'Opep, qui a souligné dans un communiqué "l'importance de marchés stables et équilibrés. "Après les annonces, les cours de brut sont remontés de presque 1%", précise le journaliste. Une bonne nouvelle et un geste qui pourrait détendre les marchés et réduire l'inquiétude suscitée par l'embargo.(France info) Ni la Chine : https://atlantico.fr/article/decryptage/les-chinois-sont-en-pleine-panique-bancaire-et-personne-ne-s-en-preoccupe-dans-le-reste-du-monde-banques-retraits-argent-economie-crise-economique-michel-ruimy Ni la Russie qui a besoin d'un pétrole cher, mais certainement pas d'un marché qui s'écroule suite à une crise économique.
×
×
  • Create New...