Chronos

Members
  • Content Count

    6,870
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Chronos last won the day on December 30 2018

Chronos had the most liked content!

Community Reputation

888 Excellent

About Chronos

  • Rank
    Héros

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Belgium
  • Interests
    Bande dessinée, cinéma, Histoire.
  • Pays
    Belgium

Recent Profile Visitors

1,833 profile views
  1. En soi, l'Albanie et la Macédoine du Nord ne paraissent pas, selon tous les indicateurs, être prêts à une adhésion à l'Union européenne. La seule question de leur collaboration à un espace de sécurité et de Justice me paraît suffisante pour rejeter une poursuite du processus d'adhésion ou même son entame. La Pologne, la Hongrie et la Roumanie (je songe au limogeage de cette procureur par le parti au pouvoir parce qu'elle avait osé poser les bonnes questions) sont des cas déjà bien préoccupants pour justifier que l'on n'en ajoute pas d'autres. Il apparaît en outre raisonnable de chercher à consolider l'existant plutôt qu'à étendre l'Union et lui adjoindre de petits Etats ruinés et peu aptes à subvenir à leurs besoins qui vont mécaniquement exclure plusieurs régions sinistrées d'Europe de l'Ouest des mécanismes FEDER et autres alors qu'elles en ont bien besoin. Ça va créer de grosses frustrations et pas qu'à l'Ouest. Les lâcher serait toutefois clairement excessif pour les raisons que tu évoques. Stabiliser les Balkans au profit de l'Union est un enjeu stratégique. Il me semble plus judicieux et viable, pour l'heure, de travailler sur des partenariats particuliers.
  2. Si on pouvait s'épargner Riker ça serait pas mal quand même... Autant Jonathan Frakes a réalisé parmi les meilleurs long métrages de la franchise, autant le personnage qu'il incarne a perdu tout son potentiel au long de TNG, un truc lié au fait qu'il semblait inapte à accepter une quelconque promotion...
  3. Vue d'Alsace (sans parler des subdivisions administratives d'Outre-Mer), cette phrase a un côté cocasse.
  4. Clap de fin pour le gouvernement roumain. https://www.lalibre.be/international/europe/roumanie-le-gouvernement-social-democrate-est-tombe-5d9f172bf20d5a278175f80c
  5. À cette époque de la guerre, le Japon, pauvre en matières premières, n'a plus de flotte de commerce ou de transport, l'aviation américaine a miné les eaux non sillonnées par les sous marins et jusqu'au milieu de la mer intérieure de Seto. La flotte combinée est au fond de l'eau, celle d'escorte aussi. il n'existe plus d'effectifs pour maintenir une force navale cohérente. Les sous mariniers, qui avaient coutume de retirer leurs canons de pont car inutile dans une guerre sous marine totale en mer bleue, se rééquipent en pièces d'artillerie (canons de 75 et plus, plus des canons automatiques de 40mm). L'usage de torpilles est en effet rendu difficile car les japonais en sont revenu aux jonques en bois, au tirant d'eau trop faible pour être accrochés par de tels engins... Pourquoi ? il n'y a plus de métal pour les navires qui n'avanceraient pas car pas assez de charbon ou de pétrole... Le pays, qui dépendait d'importations pour sa nourriture, meurt globalement de faim, n'a plus de métaux, pas de caoutchouc, plus d'essence, ses villes brûlent sous les incendiaires larguées par des bombardiers qui, de jour, volent à une altitude trop haute pour être interceptés (les B-29 sont pressurisés) et, de nuit, peuvent s'autoriser des raids dévastateurs à "faible" altitude. C'était déjà fini à ce stade et le combat ne dure encore que par la volonté des politiciens de poursuivre jusqu'au seppuku national s'il le faut.
  6. Pour la prise de postes fortifiés, l'Histoire peut aussi servir de source d'inspiration ou d'enseignement quant aux difficultés que de telles opérations impliquent. https://en.wikipedia.org/wiki/Fort_Drum_(Philippines)
  7. N'est-ce pas là aussi le retour d'un balancier ayant outrageusement profité à des structures d'actionnariat des années 80 à aujourd'hui, notamment en empêchant les entreprises d'adopter toute forme de politique à long terme, de réinvestissement, de capitalisation interne et de croissance un minimum saine et à favoriser des appels de marge systématique ? Au fond la puissance relative des CEO et des conseils d'administration (souvent pléthoriques, on se souviendra de Kodak*, d'IBM et de General Electric pour ne citer que ces entreprises) était la norme du siècle dernier plus que l'exception avec tous les excès que cela pouvait avoir. La question est de savoir si ces excès étaient plus néfastes que ceux qui se sont développés ces quarante dernières années. Compte tenu de la destruction des tissus industriels en Occident à cette même époque et en partie à cause de cela, une réponse tranchée me paraît difficile. S'agissant des patrons du CAC 40, le problème ne résiderait-il pas plutôt dans la mollesse de l'actionnariat et ce d'autant plus que, contrairement aux USA, celui-ci n'est que minoritairement constitué de fonds d'investissement mais bien de l'Etat, qui pour le coup ne semble pas avoir de stratégie actionnariale ? *Kodak qui ne savait plus vraiment ce qu'elle inventait, y compris l'appareil photo numérique. Pareil pour IBM d'ailleurs.
  8. Je sais bien que c'est le personnage le problème et pas l'acteur. C'était juste un rappel quant à la personne derrière, qu'on l'oublie pas non plus, le pauvre. Mais ouais, de fait, c'est juste mal fichu de bout en bout et on voit mal comment un acteur, même bon, pourrait tirer son épingle du jeu...
  9. On se moque on se moque mais Adam Driver a fait la sélection dans l'USMC, opérateur mortier de 81mm. Il doit donc bien y avoir quelque chose.
  10. Pour la dilution de responsabilité, j'entends bien à court terme (c'est-à-dire le temps d'une réunion interne où on pose pas trop de questions). Passé ce délai de grâce, qui veut remonter la chaîne de responsabilité/délégation de pouvoir dans une administration peut le faire. C'est simplement qu'on oublie un peu trop souvent d'aller poser les questions qui fâchent à qui s'est fait muter dans un autre service après avoir fait n'importe quoi. ça plus la tendance parfois affolante de recruter des gens pour des postes aux antipodes complets de leurs qualifications. S'agissant de la chèreté de la vie en ville, il me semble que nous avons, notamment en Europe, un vaste problème de densité de l'habitat urbain et une sous exploitation chronique des infrastructures. À vient effectivement s'ajouter un maillage pas toujours approprié de zones résidentielles/zones de travail et un service de transport qui chute brutalement une fois les strictes limites d'une agglomération franchies. Si ce que tu proposes est intéressant, il ne résout pas le problème dès lors que le "trou paumé" qui, en dehors des USA (genre en Europe), n'est jamais loin d'une ville, va finir par rejoindre celle-ci avec, entre les deux, une urbanisation anarchique sans plan. Il me semble qu'une bonne mesure serait déjà de forcer la densification de l'habitat et lutter contre l'étalement urbain. Mais on est d'accord que ce problème ne va pas se résoudre avec des trottinettes électriques et des potagers de balcons.. Bref, autant je peux comprendre le problème lorsqu'on atteint des villes de 24-30 millions de gens*, autant des villes comme LA, l'IDF, Londres ou NY (j'entends le NY étendu, donc qui comprend aussi l'Est du New Jersey**) ne me paraissent pas totalement ingérables et leurs problèmes trouvent leur source dans des subdivisions administratives héritées de temps anciens et qui devraient être réformées, de la corruption politique et de mauvaises pratiques de gestion qui ne résistent pas à l'examen et donc les deux seuls motifs d'existence semblent être "On a toujours fait comme ça" et "il y a une histoire derrière ce qui se passe aujourd'hui", soit les deux répliques préférées de ceux qui manquent d'arguments. Il me semble plutôt qu'un argument plus pertinent contre l'émergence de mégapoles voir de mégalopoles serait la tendance de ces dernières à s'affranchir de leur hinterland ou, plus précisément, à ne pas chercher à le valoriser utilement quitte à en perdre le potentiel, pour privilégier une insertion dans le terrain de jeu qui est en fait le leur : le monde. Ce problème me semble bien plus profond sans toutefois être insurmontable non plus, l'hinterland historique de la Ville devant cesser de se considérer comme zone champêtre et entrer dans le jeu, se valoriser, ou se rappeler aux bons souvenirs des villes qu'il approvisionne. En cela les pays européens paraissent, à première vue, très outillés pour relever ce défi, à conditions toutefois de se débarrasser de certains tabous et d'accepter des remembrements territoriaux/administratifs. *Et encore, ces villes sont de facto des structures polycentriques et donc le problème ne se pose en fait qu'à moitié. ** La côte Nord-Est américaine relevant plus de la structure polycentrique évoqué ci-dessus, de elles limitations sont-elles encore pertinentes ?
  11. On entend/lit cela de temps en temps sans toutefois identifier en quoi une mégapole serait ingérable per se. Franchement quand on regarde la chose de près les problèmes trouvent généralement leur cause à trois niveaux : - Une administration globalement incompétente, indolente et peu motivée (et semblerait-il voulue telle par ceux qui en assurent le financement) ; - Une balkanisation du pouvoir et/ou une politisation quasi systématique de toutes questions d'ordre technico-administratif (tendance lourde en Occident depuis les années 80) qui viennent empoisonner le traitement de problèmes simples ; - La multiplication de structures qui ne servent à rien pour caser des potes (corruption), ce troisième problème procédant du second. En soi, rien d'insurmontable et surtout, rien d'inhérent à la taille de la structure. On retrouve les mêmes problèmes dans des agglomérations plus petites. Dans celles-ci cela peut même être pire car l'entre-soi empêche même que la question puisse être soulevée sans rétorsions rapides et tendant à faire fuir les contestataires (esprit de village/Dupont-Lajoie, ce que tu veux).
  12. Perso j'ai pas rien contre les personnages de Jyn et Cassian ni leur répartition de rôles. Le film reste un one shot, plus tourné comme un classique de guerre qu'autre chose et est tout aussi regardable que ses équivalents des années 60-70. Ça casse pas trois pattes à un canard mais il va quand même sérieusement boiter après donc je ne m'en plaint pas et ne regretterai pas le temps passé à visionner. Là où le film pose un vrai problème c'est le trip à Jedda avec le chinois aveugle avec sa canne-arbalète et Whitaker. Là c'est effectivement très embarras +10 surtout qu'on a pris la peine de te présenter Saw Guerrera comme un terroriste infréquentable, même pour la rébellion. Puis là il a l'air plutôt gentil.... T'as pas l'impression de trop en faire ? Autant les woke sont chiant, autant ne faudrait-il pas trop se faire d'illusions vis-à-vis des milieux de droite qui prétendent les combattre et leur agenda, qui ne vaut guère mieux... se pas IG-88 sauf erreur, hé hé hé.
  13. Je pense que tu n'as rien compris. C'est un escape room !