Chronos

Members
  • Compteur de contenus

    6702
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    2

Chronos last won the day on July 13 2015

Chronos had the most liked content!

Réputation sur la communauté

683 Excellent

À propos de Chronos

  • Rang
    Héros

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Belgium
  • Interests
    Bande dessinée, cinéma, Histoire.
  • Pays
    Belgium

Visiteurs récents du profil

1269 visualisations du profil
  1. Chronos

    USA

    C'est le vieil argument du gouvernement des juges. Le fait est que ces technocrates sont les seuls à produire un minimum de stabilité théorique/rationnelle et de cohérence dans la tenue d'une position juridique claire et d'une règle de droit un minimum prévisible... Face à un pouvoir législatif fort et cohérent, cela ne pose pas un problème. Tel ne sera pas le cas à notre époque où, en plus d'être faible, le législatif (en ce compris sa branche exécutive) est devenu profondément erratique et irrationnel. Il y a une propension à légiférer dans tous les sens et d'une manière de moins en moins logique, résultant en des textes flous, difficilement applicables et laissant de plus en plus souvent des "vides juridiques" (un concept par essence faux, le vide juridique, en réalité, n'existe pas) pour éviter un clash politique et laisser les acteurs se démerder. Le juge était supposé être la bouche de la loi. Encore faudrait-il qu'elle soit lisible... ce qu'elle n'est plus. Il en résulte un espace de manœuvre pour les juges qui sont rapidement, à l'insu de leur plein gré, contraints d'endosser la veste du législateur pour combler les incohérences voir, tout simplement, prendre des décisions... Car à un moment il faut bien décider concrètement... sinon cela s'appelle du déni de Justice. De facto ce sont les juges qui se retrouvent à pouvoir faire avancer les choses tout en restant cohérents... Cela étant, si un pouvoir législatif, voir même un exécutif, n'est pas satisfait d'une jurisprudence, rien ne l'empêche de légiférer à ce propos... et de devoir en assumer les conséquences politiques. Visiblement personne n'en a envie, que cela soit ex ante ou ex post... Il faudrait savoir.
  2. Chronos

    [Séries TV]

    D'un autre côté force est de constater que des engagements "massifs" à l'échelon brigade, bataillon, voir même compagnie susceptibles de faire l'objet d'un film ou d'une série sont devenus moins fréquents. Du moins au sein de l'OTAN.
  3. Chronos

    FRANCE : 5° puissance économique?

    Sur ce plan, on n'oubliera pas également des exploitations agricoles structurellement plus petites, dégageant moins d'économies d'échelle, moins bien capitalisées et donc moins compétitives. Toujours dans le même secteur, la Russie est en train de voir le fruit de ses propres réformes agraires et leur production s'améliore en quantité et qualité, au point de faire concurrence à la France sur le marché africain.
  4. Les Etats ont sciemment choisi d'y renoncer en raison des économies d'échelle que cela génère, et qui ne sont pas négligeables. L'efficacité, en revanche, est malheureusement moins au rendez-vous en raison de parasitages de basse politique, d'un manque d'ambition, de volonté, et de dépendance structurelle stratégico-culturelle (au sens large) vis-à-vis de notre premier partenaire commercial alors qu'on a quasiment tous les éléments pour que cela soit le contraire. Cela me rappelle mon passage sur les bancs d'unif durant lequel j'avais pu avoir le témoignage d'un prof qui avait représenté la Belgique à l'ONU sur certains sujets traités nationalement. Il nous avait raconté l'effet de rouleau compresseur que pouvait avoir une délégation américaine (littéralement des dizaines voir centaines de gens) sur une processus de négociation par le simple fait de pouvoir couvrir tous les sujets de manière coordonnée, à tel point que nombre de pays de petite ou moyenne taille ne sont concrètement plus capables de suivre, tout simplement parce ce qu'ils pensent gagner dans la pièce dans laquelle il se trouve a déjà été perdu dans le cénacle dans lequel ils ne siègent pas directement ou indirectement (les chinois font exactement la même chose, au demeurant). À cet égard, la coopération européenne pouvait se révéler fondamentale (sous réserve de tirage de pattes en interne) pour simplement continuer à discuter, et pas que d'un point de vue belge (dont la diplomatie, si le gvt a pu s'entendre en interne, est régulièrement vue comme apte à produire des compromis viables). Dans un tel contexte, des Etats européens de grande taille (soit des puissances moyennes prises isolément et face au monde) seraient-ils vraiment capables de conduire des négociations commerciales et autres avec efficacité face à de gros poissons ? Le seul exemple comparable et économiquement développé me paraît être la Corée du Sud (le Japon représente déjà une échelle différente, double de la France ou de l'UK en fait...). Reste à voir combien de temps des européens seraient capable d'endurer la pression pesant sur les épaules des sud-coréens ou même si une telle pression est souhaitable/soutenable à long terme. L'exemple coréen laisse supposer que non (taux de natalité, suicides, sans préjudice des névroses de ceux qui restent...). On peut également se poser la question de la capacité d'un tel Etat à encaisser des coups sérieux (militaires, économiques, diplomatiques). On n'oubliera pas, enfin, que le monde en dehors de cette pactomanie est celui du rapport de force bismarckien pur et dur. Les nations européennes, seules ou en coalition limitée, ont pu faire les frais de cette politique lors de la crise de Suez durant laquelle la puissance militaire anglaise fut neutralisée par des mécanismes autres (financiers). Il en alla par ailleurs de même dès la fin de la WWI lorsque la réalité rattrapa rapidement les européens quant à la question des réparations allemandes. Il ne fallut pas quatre ans pour voir le sujet de facto traitée par les américains exclusivement. Au fond l'approche totale, couteuses en ressources humaines très qualifiées, se révèle indispensable et le "saut" critique européen avec elle.
  5. Le commerce international est une compétence exclusive de l'Union, qui a également un rôle fondamental dans la détermination des normes techniques pour à peu près tout. Cela veut dire que les spécialistes nationaux qui auraient été engagés par une administration anglaise se trouvent prioritairement à la Commission, qui va chercher à les engager. Idem pour les lobbyistes du secteur, qui vont se déplacer là où la décision se prend (i.e., à Bruxelles). Pour le Royaume-Uni, ceci est un réalité depuis 1973, soit 40 ans. Les spécialistes présents dans les administrations n'ont donc pas été remplacés au niveau national ou beaucoup moins car l'Union s'en charge et les gens compétents sont partis là-bas. Le résultat est que les administrations nationales sont moins outillées pour négocier seules dans ces matières et que le partage de la charge de travail avec des citoyens européens issus d'autres Etats membres implique qu'il manque des spécialistes anglais dans certains domaines, probablement (je doute que cela soit en finance et pharma toutefois). L'objet de l'UE est notamment de regrouper les forces dans ces domaines, ce qu'elle est parvenue à faire. En outre, l'étendue des matières traitées et leur complexité n'a cessé de s'accroître durant le demi siècle passé ce qui implique qu'il faut plus de monde spécialisés dans toute une variété de sujets pour ne serait-ce que disposer de l'information nécessaire à la prise d'une décision (sans préjudice de sa pertinence). C'est très différent du cas de l'administration Trump qui recrute sciemment des incompétents par idéologie, mais aussi par défaut car le personnel capable n'a pas envie de la servir. La question se posant pour le RU est plutôt celle-ci : les spécialistes seront-ils écoutés par le gouvernement ? Et vu l'agenda idéologique à mettre en œuvre, on peut en douter. C'est pas pour rien que les gens les mieux formés étaient massivement contre une sortie... Certains devaient avoir une vague idée des conséquences pratiques .
  6. Des nouvelles de l'Eurobubble bruxelloise. Il semblerait que le gouvernement britannique soit confronté à un tel manque d'expertise en matière de commerce international et d'affaires européennes que n'importe quel anglais ayant fait un stage (fut-il atypique, c'est-à-dire de petite main non rémunérée pendant 5 mois) à Bruxelles (pas nécessairement auprès des institutions, un lobby pourrait, a priori, suffire) est susceptible de négocier des conditions de rémunération réellement attractives auprès de l'administration. Pas mal d'anglais (du moins ceux n'entamant pas la démarche inverse, étant celle de rester) auraient anticipé l'avènement du Brexit et se seraient reconvertis de cette façon. Le gouvernement britannique serait dans une telle situation que des hauts profils continentaux parviendraient également à obtenir des contrats en tant qu'internes ou externes. Du moins c'est le bruit courant, à l'image d'une marée inexorablement montante, dans les cercles des petites mains (bref, celles dans le cambouis et payée au lance pierres...) de tout ce beau monde. Et je commence à l'entendre de suffisamment de sources dignes de foi pour accorder un fond de vérité à la rumeur. Cela peut nous donner, à mon estime, une idée de la totale impréparation du gouvernement britannique et de son administration. Cela peut aussi nous éclairer que la capacité du Gvt May (ou de tout autre qui lui succédera) à efficacement négocier quelque chose face à la Commission. Négocier, après tout, nécessite une connaissance préalable du sujet...
  7. Chronos

    [Séries TV]

    Dans Suits ce sont des avocats. Bref ça y met les heures...du genre beaucoup...très beaucoup. Surtout dans un système judiciaire accusatoire, fonctionnant sur le précédent.
  8. Chronos

    Russie et dépendances.

    Et au-delà de ça on est fort loin du foisonnement vanté.
  9. Chronos

    Space X

    Il ne faut pas oublier les essais actuellement en cours visant à produire de la fibre optique en microgravité par impression 3D. Un kilomètre a été produit il y a quelque mois à bord de l'ISS et il semblerait, sauf erreur, que le produit donne entière satisfaction (c'est-à-dire qu'il est considérablement plus efficace qu'une fibre optique produite sur Terre). À terme il ne serait pas à exclure qu'une production puisse être délocalisée en orbite et demeurer rentable...
  10. Chronos

    [Séries TV]

    En ce qui me concerne je suis, en plus de tout ce qu'il y a d'intéressant aujourd'hui, au milieu de la S5 de The Shield. Et c'est fort bien fait. La qualité de cette série est juste... excellente.
  11. Chronos

    Russie et dépendances.

    Singapour est peut-être l'unique Etat à réellement se trouver dans cette situation. Israël vit littéralement d'aide américaine, que cela soit sous forme d'aide militaire ou de prêts à faible taux. L'Australie est structurellement dépendante des USA pour sa sécurité, plus encore depuis qu'elle dépend de plus en plus de la Chine sur le plan économique.
  12. Chronos

    [Chine] Type 001 & Type 002 - Porte-avions STOBAR

    La traduction Google (si elle vaut quelque chose) donne ceci : "Liaoning carrier aircraft formation initially formed system combat capability" Qu'entend exactement l'armée chinoise par "system combat capability" ?
  13. Chronos

    Space X

    Ne serait-il pas possible de compenser par un plus grand blindage de certaines parties d'un engin spatial devant explorer l'espace "profond" ? Sans préjudice de la question du coût du lancement...
  14. Comme je dis ce n'est pas passé loin. Si le compte rendu factuel est exact, l'altercation s'est déroulée dans le hall d'entrée (photo 1). Sur la gauche, la rue, sur la droite, la Cour de récréation (photo 2, t'as encore un bon morceau hors cadre sur l'arrière du photographe qui tourne le dos au hall d'entrée). Les grandes portes peuvent être ouvertes pour faciliter une évacuation complète de l'établissement qui est gigantesque (photo 2).