Sign in to follow this  
Seal

Conflit en Ex-Yougoslavie : Sarajevo Sniper la mort au bout du Fusil

Recommended Posts

Bonjour,

Reportage de Philippe Buffon sur la Guerre en Ex-Yougoslavie.

6a1ogbCrQEg

Hommage à nos morts.

CWoirnS2aSw

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guerre de Bosnie: Syndrome Post Traumatique , Les fous de Guerre.

KWhnDgSu_1A

Très bons reportages !

Share this post


Link to post
Share on other sites

The Defense Of Bosnia (War Documentary)

3a1bQTDR9y8

Très bon documentaire en version Anglais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

La prise du pont de Vrbanja

Cette action menée par le BATINF 4 le 27 mai 1995 eut un retentissement et une valeur symbolique qui doivent autant à l'environnement et aux circonstances politiques du moment qu'à son succès tactique.

Situé à l'angle nord-est de l'enclave de Gorbavica (le quartier serbe de Sarajevo qui entaille le coeur de la ville d'une large encoche), ce pont a été le lieu d'affrontements, parmi les plus violents qu'ait connus la capitale bosniaque depuis le début de la crise yougoslave. Sur la rive nord de la rivière Miliacka se trouvent en effet la présidence et les principaux bâtiments publics de la ville tenus par les Serbes. A l'extrémité sud du pont, le poste de l'ONU est dominé par des hauts immeubles de sept à huit étages. C'est un véritable bunker de sacs de sable et de bastions qui compte deux postes d'observations (estouest) reliés par une zone vie le faisant ressembler aux tranchées de 1914-1918. De tous nos postes, il est le plus étroitement imbriqué entre les positions serbes et bosniaques. Sur le côté sud du poste s'élève un gros immeuble cubique baptisé « Union Invest » , tenu par les Bosniaques. Ils y accèdent par une série de tranchées et un fossé d'écoulement des eaux qui borde la route. Au bord de ce fossé, un réseau de concertina permet d'étendre le périmètre de sûreté du poste ONU. A trente mètres à l'ouest et au sud-ouest du poste, deux immeubles baptisés « Prisunic » et « Central » sont tenus par les Serbes.

Or le 25 mai, une frappe aérienne sur le dépôt de munitions de Pale amène les Serbes à durcir leur attitude. S'infiltrant de nuit dans les positions tenues par les forces de l'ONU et revêtus d'uniformes de la FORPRONU, ils se sont emparés de plusieurs postes alliés prenant leurs occupants en otages. C'est cette mésaventure que constate le 27 mai à 5 h 00 le capitaine Lecointre commandant la 11° compagnie du 3° RIMa, en s'apercevant que le poste est occupé par les Serbes.

La reconquête du poste est aussitôt décidée et approuvée par le commandement. Elle prévoit l'infiltration par le Sud d'un élément d'infanterie jusqu'à sa base d'assaut puis, après mise en place d'éléments d'appui Sagaie (3° escadron) et VAB canon de 20 mm (4° compagnie), la prise de contrôle du poste par cet élément. Tout le succès de l'opération repose donc sur une coordination fine, ainsi que sur la discrétion et la rapidité de mise en place du dispositif du bataillon, qui seules peuvent assurer l'effet de surprise indispensable.

C'est à la section du lieutenant Héluin « des Forbans du 3 » (surnom de la compagnie) qu'échoit la mission principale. Elle a été relevée la veille, précisément sur le site de Vrbanja, où elle venait de passer dix jours et qu'elle connaît parfaitement. L'assaut devra être simultané sur les trois éléments du site : poste est, zone vie, poste ouest. L'opération commence à 8 h 00 et à 8 h 45 le capitaine Lecointre donne le signal de l'assaut.

Le groupe du sergent Le Couric bondit hors de la tranchée, mais son élan est entravé par le réseau de barbelés. Les hommes sont aussitôt cloués au sol sous les feux croisés des Serbes qui occupent les immeubles Prisunic et Central et qui défendent le site. Cinq « Forbans » sont blessés dont trois gravement (caporaux-chefs Dannat et Colnatonio, et marsouin Maudoigt).

Immédiatement, le colonel Sandahl (placé à 150 mètres à l'est) déclenche et coordonne les tirs d'appui du peloton du lieutenant Mizon et de la section VAB C20 de l'adjudant-chef Hasnier.

Le lieutenant Héluin s'élance alors à l'intérieur du site, s'empare du poste Est et du réduit, où il est blessé, perdant connaissance. Simultanément le marsouin Humblot, en appui au C20 mm est tué.

Le capitaine Lecointre prend aussitôt la place de son lieutenant et poursuit l'action vers le poste Ouest qui est pris à son tour au prix de nouveaux blessés après un intermède au cours duquel les Serbes poussent devant eux des marsouins en otages : sur proposition du commandant d'unité, le colonel Sandhal donne ordre de cesser l'assaut et de proposer un échange de prisonniers. L'assaut se termine à 9 h 08, il a duré 23 minutes. Le marsouin Amaru qui, depuis le poste du cimetière juif, appuyait à la 12.7, a été tué d'une balle en pleine tête.

Avec son interprète, le colonel Sandahl prend alors les négociations à sa charge puis, très vite, fait relever la section Héluin par la section Provendier de la 3e compagnie du capitaine Labuze, qui a également rejoint le site.

Le succès était total mais son bilan était lourd, 2 marsouins tués et 17 blessés dont 3 grièvement. Mais dans cette aventure l'armée française avait été la seule à refuser l'humiliation faite à ses soldats et à recouvrer sa dignité bafouée par l'adversaire.

Les TDM continuent par la suite à honorer les mandats successifs au sein de la Force de stabilisation mise en place à la suite des accords de Dayton (IFOR jusqu'à l'été 1996, puis SFOR). Chaque mandat verse à son tour le prix du sang. L'opération Salamandre, destinée à armer la Division multinationale sud-est en Bosnie, dure encore en 2002.

Source : http://www.troupesdemarine.org/actuel/operations/exyougoslavie.htm

27 mai 1995 : les marsouins reprennent le pont de Vrbanja…

Le 27 mai 1995 en Bosnie-Herzégovine, le 3e régiment d’infanterie de marine reçoit l’ordre de reprendre le poste du pont de Vrbanja et de délivrer, par la force, les Casques bleus qui y sont retenus en otages par des Serbes.

27 mai 1995, en Bosnie-Herzégovine : le capitaine François Lecointre, commandant la 1re compagnie du 3e régiment d’infanterie de marine (3e RIMa), s’aperçoit que des Serbes, déguisés en soldats de l’ONU, se sont emparé durant la nuit du poste Sierra Victor sur le pont de Vrbanja, au centre de Sarajevo. Onze Casques bleus français ont été capturés. 

« Je me suis mis dans la peau du capitaine qui allait conduire l’assaut »

Jusqu’alors, l’ONU cherchait à résoudre les crises par la diplomatie. Mais fort de l’appui du chef de l’État, le général Hervé Gobillard, commandant le secteur, décide de reprendre le poste par la force. Une décision difficile, explique, 18 ans plus tard, le général Gobillard : « J'ai essayé d'analyser les risques techniques, psychologiques, opérationnels, politiques, locaux. Je me suis mis dans la peau du capitaine qui allait conduire l'assaut ; ça pouvait très bien se terminer en carnage. Je me suis demandé si je n'étais pas en train de franchir la ligne qui sépare un Casque bleu d'un soldat en guerre, et puis je me suis dit que l'enjeu était trop important ».

« J’ai eu la tâche la plus facile : celle de faire mon métier de militaire »

La compagnie qui reçoit la mission de reprendre le pont est appuyée par un escadron du régiment d’infanterie – chars de marine (RICM). En pointe se trouve la section du lieutenant Bruno Heluin. « J’ai eu la tâche la plus facile, celle d’aller physiquement en avant faire mon métier de militaire », raconte le colonel Heluin, aujourd’hui chef de corps du 2e régiment d’infanterie de marine (2e RIMa).

Il se rappelle la demi-heure qui a précédé l’opération : « Au moment de lancer l’assaut, il y a eu un grand silence. Ensuite, l’action a semblé interminable. Mais en fait, le tout n’a duré que 40 minutes. Quant à moi, j’ai été blessé et inconscient à partir de la 20e minute. »

Le lieutenant Heluin est le premier à entrer dans le poste. «Un Serbe me tirait dessus à partir d’une position retranchée. Ne pouvant pas riposter car j’avais un problème avec mon Famas, j’ai lancé une grenade. Mais celle-ci a fait éclater une bouteille de gaz, dont j’ai reçu un éclat au visage ».

17 soldats français ont été blessés durant l’action, et deux autres tués : les marsouins Marcel Amaru et Jacky Humblot.

Renverser le sens de la guerre

« Cet acte héroïque d'une poignée d'hommes décidés et bien commandés a permis de renverser le sens de la guerre, et de conduire in fine à la victoire dans les Balkans ! » affirme Jean Guisnel, journaliste spécialisé des questions militaires. Et en effet, cet assaut a marqué le début de la riposte de la communauté internationale, à un moment où les Serbes de Bosnie avaient pris en otage des dizaines de soldats des Nations unies, utilisés comme boucliers humains.

Le président français, Jacques Chirac, a déclaré après ce coup d’éclat : « La reprise du pont de Vrbanja restera dans la mémoire de nos armées comme un symbole, celui de la dignité retrouvée, du refus de toutes les humiliations ».

Image IPB

Source : http://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/27-mai-1995-les-marsouins-reprennent-le-pont-de-vrbanja

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Près de 200 soldats de l'ONU ont payé de leur vie leur engagement en ex-Yougoslavie. Ce film retrace le destin tragique de l'un d'entre eux, abattu par un tireur anonyme.

Le 15 avril 1995, Eric Hardoin, un casque bleu français, est volontaire pour placer des containers afin de protéger la population de Sarajevo des snippers. Mais il va recevoir une balle et s'écrouler. Cette mort filmée en direct révèle l'ambiguïté d'une mission, celle des "soldats de la paix". Comment servir de bouclier sans pouvoir riposter ? Comment les camarades d'Eric vont-ils vivre sa perte ?

Ce film retrace l'histoire de l'engagement de ce militaire français. Sa famille et ses amis témoignent et tentent de comprendre comment l'on peut mourir pour la paix.

1. http://www.vodeo.tv/documentaire/moi-eric-mort-a-sarajevo

2. http://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoaftuzc.html

Ne jamais Oublier !

Share this post


Link to post
Share on other sites

La prise du pont de Vrbanja

17 soldats français ont été blessés durant l’action, et deux autres tués : les marsouins Marcel Amaru et Jacky Humblot.

A-t-on des infos sur les pertes adverses (serbes) lors de cet assaut ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Conférence du LCL Lecointre sur la reprise du Pont de Vrbanja :

[dailymotion=480,360]xiog74_conference-du-lcl-lecointre-sur-la-reprise-du-pont-de-vrbanja_news?search_algo=2[/dailymotion]

Share this post


Link to post
Share on other sites








A rien y comprendre, des Serbes qui s'associent avec des Croates pour combattre les Bosniaques, et des Bosniaques qui s'associent aux Croates de Sarajevo pour combattre les Serbes ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Américains ne seraient pas intervenu dans cette guerre civile,  il y aurait eu moins de morts comme cela a été précisé dans les reportages ...

L'OTAN m'a vraiment déçu, écoeuré ...

Cette guerre qui a déchirée l'ex-Yougoslavie. Slovènes contre Serbes, Serbes contre Croates, puis Serbes et Croates contre Bosniaques, avant que le Kosovo ne s’enflamme à son tour ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

  Mouais ... Un doc un peu specieux quand mëme qui commence par la politique US de 95, oui oui de 95 (ce dont ils parlent a eu lieu en 95)

En evitant soigneusement de parler de l'invasion militaire serbes de 91

 

Au début de la guerre, la JNA tente de mettre fin à la sécession de la Croatie en envahissant le territoire38,39. La sécession n'a pas été écrasée et les forces serbes établissent la république auto-proclamée de Krajina (RSK) au sein du territoire croate. À la fin de l'année 1991, la plupart de la Croatie est impactée par la guerre avec de nombreuses villes et villages lourdement endommagés par les combats et les opérations militaires40 et le reste devait faire face à l'afflux de centaines de milliers de réfugiés41. Après le cessez-le-feu de janvier 1992 et la reconnaissance internationale de la Croatie42,43, les lignes de front se stabilisent, la Force de protection des Nations Unies (UNPROFOR) est déployée et les combats deviennent sporadiques dans les trois années suivantes. Durant cette période, la RSK contrôle 13 913 km2 soit un quart de la Croatie44. En 1995, la Croatie lance deux offensives majeures, les opérations Éclair et Tempête3,45 qui mettent fin à la guerre, en sa faveur. L'Administration Transitoire des Nations Unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et le Srem Occidental (UNTAES) est pacifiquement réintégrée au sein de la Croatie en 19984,5.

  En gros on vient nous parler de méchants croates assistés de méchants américains qui font que du mal a de gentils serbes sans parler des 4 années précédentes de l'invasion serbes ... Un superbe doc langue de bois a sens unique

  En fait les serbes avant 95 ils n'ont rien fait, ce sont des innocents la main sur le coeur ...

  Sauf que le doc aurait mieux fait de commencer par ce qui s'est passé entre 91 et 95, l'invasion serbes dans ces régions croates a fortes minorités serbes, l'exode croate qu'ils ont causé et a grosso modo les même massacres qu'au match retour par les croates en 95

  Pour le reste j'ai de sérieux doutes quand a la responsabilité US quand aux massacres qui ont eut lieu, mais plus probablement, avec ce qu'avaient subit les croates au match aller :  Quiconque pouvait bien les former avec des consignes que l'on veut, éviter des actes de vengeance était tout simplement impossible et illusoire

  Le fond de l'histoire est plutot de nature a évoquer la difficulté qu'il y a a faire éviter de déraper une population en récupération de ses territoires perdus et de ne pas perpreter les mêmes actes qu'ils ont subit eux ... Surtout une population mediterranéene + ou - sujette a la vandetta de la corse a l'albanie (en passant par l'ex yougoslavie)

  La vraie faute US dans cette histoire est de s'être contenté d'appui aérien comme d'hab qui fait qu'au final on ne controle et ne surveille pas ceux qu'on aide au sol (afghanistan de 2001-2002 lors de l'offensive de l'alliance du nord pour virer les talebs avec le mm genre de "festivités au passage")

  Le vrai problème est la politique de non engagement au sol qui permet le dérapage des populations en reconquetes qui ont une soif terrible de vengeance (mais peut on tant leur jeter la pierre que cela ?) que du coup on encadre pas avec aucunes troupes au sol ...

Et les serbes (civils je parle) qui sont restés sur place sachant ce qu'avaient subit leurs anciens voisins croates 4 ans + tot au match aller, alors qu'ils savaient qu'ils arrivaient ... Bon pas bien malin non plus

  Mais le doc lui évite soigneusement de présenter ces choses la, non il présente les choses quasi a la limite comme si c'était les US qui avaient organisé le nettoyage civil au sol ... Celui qui a réalisé ça, a mon avis il ne l'a probablement pas fait sans "convictions politiques et anti-otanienne"

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour alpacks

Ta citation viens d'où ?

Moi je dirais que les Américains ont bien foutu leur merde si on regarde bien les 6 reportages, sans compter l' inefficacité des casques bleus, heureusement que l'on est passé ensuite sous la KFOR ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceux qui ont foutus leur merde, c'est les nazis serbes adeptes de la purification ethnique, des viols en masse et dont les dirigeants sont traduits devant la CPI pour génocide et crimes de guerre.

La vengeance des non-serbes était prévisible après avoir vus leurs familles exterminées, fallait pas s'attendre à ce qu'ils pardonnent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord avec toi Alexandre.

On remarquera une chose, comme je l'ai cité plus haut, on a vu des Serbes s'associer avec des Croates pour combattre les Bosniaques, et des Bosniaques qui s'associaient aux Croates de Sarajevo pour combattre les Serbes ... comme disait certains anciens militaires : "C'était un peut le bordel là-bas".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour alpacks

Ta citation viens d'où ?

Moi je dirais que les Américains ont bien foutu leur merde si on regarde bien les 6 reportages, sans compter l' inefficacité des casques bleus, heureusement que l'on est passé ensuite sous la KFOR ...

La page wikipédia de la "guerre de yougoslavie" chapitre croates/serbes ...

Pour moi le vrai problème de toutes ces guerres depuis les années 90, c'est la politique de non-envoie de troupes au sol systématique des interventions otanienne qui sont un échec de méthodologie ... A chaque fois qu'on se contente de faire de l'appuie aérien pour aider a des reconquêtes de ce type, on commet la faute d'un mode "débridé et déresponsabilisé" de ce qui se passe au sol ...

On peut clairement mettre en avant qu'en 20 ans environ cela a été l'une des fautes principales qu'on peu reprocher aux USA et autres forces otaniennes dans les interventions, parce qu'a chaque fois pour des raisons politiques internes des intervenants mais aussi externes (pour la question de la légitimité de ceux qui sont en reconquête au sol) on évite soigneusement de passer par l'envoie de troupes au sol

Pourtant, ce serait si on y regarde bien l'assurance d'en finir avec les dérives du type massacres par vengeance

Problème, l'évoquer c'est a chaque fois s'assurer de très très fortes oppositions internes !

Aurait on eu un tel problème d'insurgés en Astan par exemple, si dès la fin 2001, début 2002 on avait fait l'envoie massif de troupes US et otanienne en Astan épauler la reconquête au sol de l'Alliance du nord vers Kaboul et le reste du pays ? Car on sait très bien ce qu'ils ont fait, soit loin de se contenter d'éjecter les talebs des régions reconquises :  Mais agresser les villages supposés avoir aidé l'ennemi ect ou encore les vieilles histoires guerrière dont certaines devaient surement dater d'avant les talebs ...

Mais aussi le besoin que les gars puissent se satisfaire sur plusieurs axes (financiers : pillage et frustrations diverses ...) ainsi que les vengeances personnelles parfois ...

Les US et l'Otan auraient fait un pont aérien dès 2001 pour débarquer maximum de soldats pour avancer avec l'alliance du nord dans les régions et éjecter les talebs tout en les empêchant de faire n'importe quoi qui porterait préjudice au climat "futur" du pays ...

  Peut être alors, on aurait vu une population afghane rurale qui aurait eu 100x moins de raisons de devenir insurgés et se faire re-séduire en douce par les talebs pour devenir au final des nouveaux talebs locaux

  Problème, on a pas fait cela, on a simplement fait de l'appuie aérien "fort" aux afghans de l'Alliance du nord qui ont eux fait leurs petites affaires souvent pas clean au sol, avec seulement des FS a Tora Bora pour rêgler son compte a AQ en Astan ... Résultat des courses, en 4 ans la situation évolue dans les zones rurales afghanes au point qu'en 2005 il faudra passer par l'envoie massif de troupes otanienne et US pour contenir ce qui allait exploser en conséquence d'une reconquête mal gérée !

En Libye je pense qu'idem on aurait du envoyer des troupes au sol, juste après avoir empêché par la voie aérienne le massacre de Benghazi ... Débarquement par BPC de blindés (dont quelques Leclercs mais pas besoin de beaucoup juste quelques uns) et troupes mais aussi, réalisation d'un pont aérien pour débarquer des troupes dans le désert :  Car la question des touaregs & des potentiels djihadistes (locaux ou externes) de la volatilité de l'armement pillés dans les casernes abandonnés des kadhafistes était connue depuis le début et pouvait être empêchées par une prise de controle du désert sud libyen ...

  Ce qui aurait évité d'ailleurs les répercutions que cela a eut au sahel avec l'arrivée massive de l'armement et la prolifération soudaine des djihadistes en parallèle ...

  Cela va faire 20 ans par moults expériences qu'on a l'évidence que cette politique de non engagement au sol est tout simplement mauvaise et dangereuse pour l'équilibre de ces régions en aggravant leur destabilisation au lieu de régler les problèmes, a ce niveau la il faut un changement de façon de voir les choses et peut importe si ça hurle a la colonisation ou impérialisme en interne pour les intervenants

  Le Mali a l'inverse est le bon exemple qu'au final si on le veut, que ça marche d'intervenir au sol dès le début ... Il faut que cela serve de leçon pour les prochaines interventions qui auront probablement lieux encore et encore ... Si tant est qu'il y en a qui l'ont compris (je suis pas sur de cela ...)

Share this post


Link to post
Share on other sites

et puis je pense qu'un petit rappel des relations des USA avec les missions  l'égide de l'ONU sa leur a laissé un mauvais goût avec l'affaire somalienne en terme de troupes au sol ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Restore_Hope

même constat pour les missions au Liban dans les années 80 ,après l'attentat contre les Marines à Beyrouth .

http://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_du_23_octobre_1983_%C3%A0_Beyrouth

alors une guerre civile en ex-Yougoslavie ,s'est un peu logique au vu de leur passif avec leur relation dans le maintien de la paix d'être échaudé pour y allé .

vu que les USA ont déjà du mal dans leur façon de faire avec les missions ONU (s'est pas une critique ,juste un constat ,s'est pas leurs dada ) et bien je comprend disons leur point de vue .

se qui paraître évident sur l'instant avec un regard critique ,la guerre en ex Yougoslavie doit aussi prendre en compte la psychologie du passif en se qui concerne les US (Liban Somalie ).

ses opérations ont bien marqué les US ,et donc automatiquement un certains rejet venant du subconscient .

certes les opérations en Haiti sont aussi issu du cadre de l'ONU ,mais Haiti s'est dans l'arrière cour des USA ,et ils ont toujours eu à intervenir dans se pays .

voir dans le passé http://en.wikipedia.org/wiki/Haiti%E2%80%93United_States_relationspour des opérations de police dans se pays .

mais sa reste gérable car connaissance du pays par les US et des haitiens connaissant les US (ils savent que les US font pas dans la finesse ).

s'est vrai que s'est dommage car pour une fois que les US se lancé dans une opération humanitaire tel que le Somalie ,sa n'a pas était concluant .

le choc vient aussi de l'effet guerre du golfe en 1991 ,ou les USA avaient perdu très peu de soldats et était dans l'ambiance guerre "zéro mort" .ils battent une armée Irakienne grâce à leur moyens technologique ,mais perde beaucoup d'hommes en 2 jours au fond d'une ville en ruine en Somalie pour des intérêts humanitaire (donc pas vital d'un point de vue intérêt pour les US ) .

enfin voilà mon humble vision mais je ne pense pas qu'elle soit erroné quelques part  =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aurait on eu un tel problème d'insurgés en Astan par exemple, si dès la fin 2001, début 2002 on avait fait l'envoie massif de troupes US et otanienne en Astan épauler la reconquête au sol de l'Alliance du nord vers Kaboul et le reste du pays ? Car on sait très bien ce qu'ils ont fait, soit loin de se contenter d'éjecter les talebs des régions reconquises :  Mais agresser les villages supposés avoir aidé l'ennemi ect ou encore les vieilles histoires guerrière dont certaines devaient surement dater d'avant les talebs ...

Mais aussi le besoin que les gars puissent se satisfaire sur plusieurs axes (financiers : pillage et frustrations diverses ...) ainsi que les vengeances personnelles parfois ...

Les US et l'Otan auraient fait un pont aérien dès 2001 pour débarquer maximum de soldats pour avancer avec l'alliance du nord dans les régions et éjecter les talebs tout en les empêchant de faire n'importe quoi qui porterait préjudice au climat "futur" du pays ...

Pour l'Afghanistan, la stratégie du "tout FS" n'a pas été délibérée, mais est un hasard de la guerre : la combinaison FS-CAS a marché avant que les USA ne soient en mesure de déployer des unités conventionnelles.

Les premiers marines débarqués à FOB Rhino n'établissent le contact avec les Afghans anti-Talibans et les FS que le 13 décembre 2001, alors que Kandahar est déjà tombé depuis une semaine et que l'essentiel est déjà joué à Tora Bora.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceux qui ont foutus leur merde, c'est les nazis serbes adeptes de la purification ethnique, des viols en masse et dont les dirigeants sont traduits devant la CPI pour génocide et crimes de guerre.

La vengeance des non-serbes était prévisible après avoir vus leurs familles exterminées, fallait pas s'attendre à ce qu'ils pardonnent.

Simplification à outrance classique de quelqu"un qui n 'a suivi le conflit que par TF1 interposé

:P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui surtout que les serbes en Bosnie on quand même pas mal mangé avant que l'armée ne viennent leur porter secours.

Puis massacrer des serbes le jour du noël orthodoxe et penser qu'il n'allait rien se passer en retour était stupide au mieux, un véritable appel au crime dans les faits.

Enfin bon guerre complexe, sauf que les serbes jouent le mauvais rôle (monde manichéen oblige), alors que dans le faits tout le monde a les mains sales...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,510
    Total Members
    1,550
    Most Online
    zorkhoff
    Newest Member
    zorkhoff
    Joined
  • Forum Statistics

    20,895
    Total Topics
    1,317,147
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries