Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Intermediate eXperimental Vehicle, Space Rider (et successeurs)


seb24
 Share

Recommended Posts

Donc, pour en revenir à "notre" IXV et à ses petites traces de brulures latérales suite à la rentrée :

 

Rien de méchant il semble, et "relativement attendu" car le revêtement thermique de l'IXV est beaucoup plus simple (et donc moins cher) que celui du X37 décrit succinctement ci-dessus.

Il se compose en seulement 2 matériaux principaux (comme en témoigne visuellement les 2 seules couleurs des revêtements blanc et noir) :

 

D'après citation de Stéphane Dussy, ingénieur en charge du système avionique sur l'IXV :

 

Ce dispositif mêle deux technologies :

 

1)-  La première consiste en un revêtement composite en fibre de carbone avec une matrice en carbure de silicium (C/SiC). Cette semelle en céramique (les parties noires du vaisseau) résiste à l'échauffement en diffusant la chaleur de manière radiative. Ce sont les parties les plus lourdes et les plus coûteuses du vaisseau.

 

2)-  A l'inverse, les parties blanches, plus légères et bien meilleur marché sont constituées de matériau dit "ablatif", de type liège, qui absorbe la chaleur en se consumant comme le ferait une bougie. Lors du décollage, cette partie du fuselage mesurera 2,6 cm d'épaisseur. Ce sera certainement moins après l'amerrissage.

 

thumbs_Encapsulation-coiffes_002.jpg

 

Voilà ! Donc pas de soucis pour les traces de brulures sur les flancs, celles-ci n'étant que le "liège" ayant bien fait son travail de protection en se consumant ... Pas cher et facilement remplaçable !

 

 

 

 

Un peu plus sur l'IXV et la suite possible (ISV PRIDE) ....

 

Stéphane Dussy

 

"Une chute dans l'océan endommage toujours le matériel, ce qui complique sa réutilisation. L'IXV sera repêché par un navire à l'issue du vol, mais uniquement à des fins d'étude pour voir comment il s'est comporté durant le test. 

Seule une pose en douceur sur la terre ferme rend commercialement envisageable le réemploi d'un vaisseau spatial. Dans le futur, les successeurs de l'IXV seront d'ailleurs conçus pour se poser sur la terre ferme. Et c'est dans cette optique que ce design en forme de navette prend tout son sens. Non seulement il permet de manoeuvrer et de poser l'appareil avec une précision beaucoup plus grande que ce que l'on fait actuellement avec une capsule de type Soyouz, mais en plus, il ouvre la porte à deux types d'atterrissage. Soit une pose verticale sur un sol herbeux qui amortit l'impact (l'appareil est alors ralenti par un parachute), soit un atterrissage similaire à celui qu'effectuaient les navettes américaines : à la manière d'un avion sur une piste en dur. Le choix de l'une ou l'autre des options est toutefois encore loin d'être tranché, et fera l'objet de discussions ultérieures.

L'IXV est assez petit car on a une grosse contrainte de place liée à la coiffe du lanceur Vega (le plus petit des lanceurs européens), utilisé pour le test. Mais si l'on parvient à maîtriser le comportement aérodynamique de ce type de design, rien n'empêche par la suite de construire un successeur à l'IXV de plus grande taille, capable d'accueillir un équipage. On fera appel dans ce cas à fusée Ariane 6 pour l'envoyer dans l'espace.

Mais dans un premier temps, l'IXV aura probablement pour mission de rapporter uniquement des objets, des équipements ou des échantillons. En effet, il faudrait un budget beaucoup plus conséquent pour envisager de ramener un équipage sur Terre. Car cela implique de disposer de systèmes de sécurités supplémentaires avec de nombreuses redondances, ainsi que l'implémentation de dispositifs particuliers tels que le système de gestion de l'oxygène, l'interface homme-machine, etc."

 

http://www.sciencesetavenir.fr › Espace

Edited by jojo (lo savoyârd)
Link to comment
Share on other sites

Merci pour lien sur PRIDE !

 

CRS-5 :

Oui ... Pas très chouette la bête ...

De toutes façons, même si réutilisable (revêtement intégral à revoir), le fait d’amerrir en eau salée nécessite obligatoirement une remise en condition générale assez poussée.

De plus si la structure, en plus du revêtement, a possiblement "travaillée" du fait d'un échauffement trop important (et là sur la photo il se peut que ce soit le cas ?), je ne vois plus trop l'intérêt, autant en terme financier qu'au niveau du temps nécessaire (checkup du tout, plus toutes les interventions nécessaires à sa remise en état optimal) ...

Après je ne connais pas les spécificités & caractéristiques du CRS-5, hormis sa mission ...

Edited by jojo (lo savoyârd)
Link to comment
Share on other sites

Encore de l'anglais.

Mettez moi du Croates, du Letton , de l'Occitan ou du slovaque,

je ne sais pas, et je m'en moque.

Mais changeons un peu.

Ben ?

L'article est en français ...

Et PRIDE est un acronyme.

(Programme for Reusable In-orbit Demonstrator in Europe)

ESA est bien aussi un acronyme en anglais ...

L'anglais s'impose naturellement pour une agence européenne ... Difficile de faire autrement, surtout dans le domaine scientifique ...

Maintenant en savoyard ça m'irait bien aussi ! Lol

Edited by jojo (lo savoyârd)
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 3 months later...

  Moi je suis très étonné qu'on ait pu avoir un tel écart de valeurs en t° atteinte par le bouclier ... Près de 400°c de moins que ce qui était attendu (1100° au lieu de 1500 ...)

 

 Ce qui fait quand même guère sérieux pour l'ingénieurie européenne qu'elle puisse se planter d'un tel écart même si la ce fut par chance dans une direction qui ne pouvait pas porter préjudice a la mission ... Il n'en demeure pas moins qu'un engin habité européen a bouclier thermique serait drolement aléatoire pour la survie de l'équipage en étant dans les choux a ce point ...

 

    La logique aurait voulu que les écarts de données avec la théorie soit de quelques dizaines de °c pas +

 

  Alors je veux bien qu'on ait un peu trop sous estimé l'effet de freinage des pales directionnelles, mais quand même ...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Je doute que ça serve à la moindre chose ce truc. En hypersonique au moindre soucis c'est la mort assuré. Pas le temps de détacher sa ceintures. Sans compter qu'intégrer ce genre de truc dans un hypersonique va le rendre encore moins rentable qu'il n'est déjà...

... Pourquoi ne pas nous faire plutôt de joli designs de lanceurs réutilisables ? :mellow:

Edited by seb24
Link to comment
Share on other sites

Bon quelques news. Le Successeur de IXV qui s'appelera visiblement Space Rider:

  • Vol prévu vers 2020/2021
  • +450Kg de charge utile avec soute
  • 6 vols d’affilé sans révision importante
  • Autonomie de 2 mois en orbite

Un petit doc que j'ai trouve:

http://www.cesmamil-hypersonic.org/wp-content/uploads/2016/07/35.1-SPACE-RIDER-the-Reusable-Orbital-Re-entry-Vehicle-for-Europe-Massobrio-Rufolo.pdf

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, zx a dit :

Après ca, ils nous feront la version capsule habité :)

Deja qu'ils arrivent a etre dans les temps avec quelque chose qui fonctionne bien pour 2020/21 ce sera deja pas mal. ^^ On verra par la suite.

Vega E etant aussi maintenant officiellement dans les tuyaux ca devrait pouvoir pousser vers une version plus lourde du Space Rider pour 2025.

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...
Il y a 8 heures, collectionneur a dit :

C'est long, très long comme attente 30 ans après les premières ébauches de navettes européennes...

La différence c'est que, cette fois, le Rider sera autre chose qu'une maquette.

Link to comment
Share on other sites

Les italiens sont motivés pour le faire, Si la France et l'Allemagne donne un coup de main au niveau budget et resources, ca peut accélérer le programme, si il y a une volonté politique.

Space X après 10 ans de travail, il va finir par arriver à faire une version orbiter de sa F9 pour le vol habité, après avoir gagné son paris sur le réutilisable, ce qui semble bien parti, si je suis l'esa, je commencerais  à faire profil bas, on aurait pu adapter A5 pour le vol habité, mais on ne l'a pas fait. contrairement à une société privé comme spaceX, certe fortement aider par l'expérience et les resources de la NASA.

a moins d'acheter des places sur F9 dans l'avenir, comme pour les soyouz, le ridicule ne tue pas

 

Edited by zx
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, dark sidius a dit :

Pour une fois que ça va dans le bon sens on va pas critiquer...

Tu es malade ? :biggrin:

Le 30/06/2017 à 10:36, zx a dit :

Les italiens sont motivés pour le faire, Si la France et l'Allemagne donne un coup de main au niveau budget et resources, ca peut accélérer le programme, si il y a une volonté politique.

Space X après 10 ans de travail, il va finir par arriver à faire une version orbiter de sa F9 pour le vol habité, après avoir gagné son paris sur le réutilisable, ce qui semble bien parti, si je suis l'esa, je commencerais  à faire profil bas, on aurait pu adapter A5 pour le vol habité, mais on ne l'a pas fait. contrairement à une société privé comme spaceX, certe fortement aider par l'expérience et les resources de la NASA.

a moins d'acheter des places sur F9 dans l'avenir, comme pour les soyouz, le ridicule ne tue pas

 

Perso cette histoire de version habite me fait toujours un peu bizarre. Je doute qu'il soit nécessaire de faire un gros boulot pour mettre une capsule ou un vaisseau habite sur une A6 ou A5. Et de toute façon, pour l'instant il n'y a pas de volonté d'investir dans les vols habité donc la question ne se pose pas.

Qu'ils continuent d'investir sur Rider et le fassent voler dans les temps (2020) je serais déjà content.

 

Le 30/06/2017 à 09:49, collectionneur a dit :

Si il n'y a pas de coupes budgétaires ou crise économique ou autres imprévus... Croisons les doigts...

Pour l'instant le budget de l'ESA a augmenté de manière assez significative ces dernières années malgré la crise. Avec le plus dur qui a l'air derrière nous, je pense qu'on peut être optimistes.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...
  • 1 year later...
  • 1 year later...

http://www.opex360.com/2020/12/13/lagence-spatiale-europeenne-a-donne-son-feu-vert-au-projet-de-drone-orbital-space-rider/

L’Agence spatiale européenne a donné son feu vert au projet de drone orbital Space Rider     

Space Rider ( Space Reusable Integrated Demonstrator for Europe Return )

Le développement Space Rider est proposé à la suite du vol suborbital réussi du corps portant expérimental IXV de l'Agence spatiale européenne

Dans leur rapport sur l’avenir de la Base industrielle et technologique de Défense [BITD], les députés Benjamin Griveaux et Jean-Louis Thiériot avaient indiqué qu’un drone spatial comme le X-37B faisait partie des priorités du commandement de l’Espace [CdE]. Ce que le chef d’état-major de l’armée de l’Air & de l’Espace [CEMAAE], le général Philippe Lavigne, avait déjà laissé entendre. « La question d’un drone spatial tel que le X-37B sera certainement abordée un jour », avait-il en effet affirmé.

Mais, pour le moment, il faudra patienter… même si, 

le 9 décembre, l’Agence spatiale européenne [ESA] a confié à quatre entreprises le le projet de navette spatiale automatique Space Rider, pour 167 millions d’euros. Dans le détail, Thales Alenia Space Italy et Avio auront à construire l’engin, le module de maintien orbital AVUM et le système de rentrée atmosphérique. Quant au développement système de contrôle au sol, il est revenu à Telespazio et Altec.

Ce drone spatial affichera une masse de 2,4 tonnes et pourra transporter une charge utile de 800 kg. Il sera mis sur orbite par une fusée Vega-C et son premier vol devrait se produire en 2023

Mais, par rapport au X-37B, Space Rider n’aura visiblement pas vocation a rester des centaines de jours à tourner autour de la Terre, l’ESA ayant évoqué des missions de deux mois. À l’issue, il se posera au Centre spatial guyanais [CSG] de Kourou ou, en cas d’empêchement, aux Açores [Portugal].

En tout cas, Space Rider n’aura pas vocation à réaliser des missions militaires. Cependant, il pourra être utilisé pour effectuer des expériences en orbite basse, ce qui favorisa certainement le développement de nouvelles technologies susceptibles d’intéresser les armées.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,946
    Total Members
    1,749
    Most Online
    maiquel
    Newest Member
    maiquel
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...