Napoléon III

LFC : 16 Juin 1940, un autre destin pour la France (Inspiré de la FTL)

Recommended Posts

Fin Juin 1940

Le lendemain du funeste 23 Juin 1940, les avions transportant le gouvernement de la République française, les parlementaires ainsi que le général Doumenc et son État-major atterrirent à Alger, nouvelle capitale de la France, après avoir volé à proximité de l’espace aérien espagnol afin d’être hors de portée de la Regia Aeronautica. Georges Mandel et son gouvernement y sont notamment reçus par le Général Noguès, l’une des âmes du sursaut de la France et du ralliement de l’Empire à l’idée de la poursuite des combats.

Le Japon, voulant profiter de l’affaiblissement considérable de la puissance française qu’a entraînée la défaite en Métropole, envoie un ultimatum au gouvernement français replié en Algérie le 24 Juin 1940. Tokyo enjoint la France de cesser de ravitailler l’armée chinoise depuis sa colonie indochinoise et lui intime d’accepter la présence d’une commission japonaise au Tonkin pour constater que l’arrêt des livraisons d’arme à la Chine est effectif. Le gouvernement français rejette avec hauteur cet ultimatum. Le général Catroux, commandant des forces françaises en Indochine, informe quelques jours plus tard le cabinet Mandel d’une concentration importante de troupes japonaises à la frontière Sino-tonkinoise et des premiers accidents aériens entre avions japonais et français. Catroux est un homme de valeur, qui aurait été apte à défendre vigoureusement la souveraineté française sur l’Indochine mais Alger, qui manque sérieusement d’officiers supérieurs dans son armée depuis la « Catastrophe », rappelle Catroux en Afrique du nord pour lui donner le commandement d’une armée. Il est remplacé par Vincent Auriol, un Socialiste ami de Léon Blum, qui devra faire face, presque sans renforts, aux prétentions nipponnes et, bientôt, thaïlandaises.Cependant, Auriol n'étant pas un militaire, c'est un officier bien connu de Georges Mandel, véritable baroudeur des colonies, dont l'unité s'est bien comportée lors des combats de la Somme et de la Loire et qui a été nommé par le Président du Conseil en personne sur la liste des officiers méritants à évacuer en urgence qui se voit confier le commandement militaire français en Indochine. Cet homme, c'est le fraîchement nommé général Raoul Salan.

948547FlagofColonialAnnamsvg.png
Drapeau de l'Union indochinoise.

En Europe de l’est, Staline envoie un ultimatum à la Roumanie le 25 Juin lui ordonnant la cession à l’URSS de la Bessarabie et de la Bucovine. Bien que la Roumanie ait commencée à se rapprocher du Reich (le Roi Carol II a nommé Ion Gigurtu, favorable à l’Axe, premier ministre le jour même…), celui-ci conseille à la Roumanie de céder. C’est chose faîtes le lendemain, même si Staline, suite aux pressions allemandes, n’a finalement accepter de n'annexer que le nord de la Bucovine. Le tyran rouge agrandit donc un peu plus son glacis territorial, en profitant des malheurs des Alliés.

3321961024pxSovietoccupationofBessarabia
Les Roumains fuient leurs foyers à l'annonce de l'arrivée de l'Armée rouge.

Ceux-ci ne restent cependant pas inactifs. Le Cabinet français est d’accord sur le fait que la conquête de la Libye italienne est obligatoire pour empêcher Hitler d’envoyer des troupes en Afrique pour la conquérir. Cependant, craignant que l’Espagne ne se décide à intervenir dans le conflit, le général Noguès insiste pour que des forces importantes soient maintenues à la frontière du Maroc espagnol.

Cependant, le destin semble (enfin) pencher en faveur des Alliés. En effet, le Maréchal Italo Balbo, commandant les forces italiennes en Libye, est tué par sa propre DCA (!). Il est remplacé par le fasciste fanatique, Rodolfo Graziani. De plus, les Britanniques se sont emparés, lors d’un coup de main, de Forte Capuzzo, en territoire italien.

833193italobalbo.jpg
Italo Balbo.

543380RGraziani.jpg
Rodolfo Graziani

En Afrique orientale italienne, bien qu’il soit isolé de sa métropole par les colonies des Alliés, le Duc d’Aoste, commandant en chef des armées italiennes dans cette région, n’a pas l’intention de rester inactif sur ce front et prépare une offensive contre les Somalies françaises et britanniques ainsi que contre le Soudan et le Kenya, colonies britanniques.

605078AmadeoAosta3rd01.jpg
Le Duc d'Aoste

Par ailleurs, Italiens et Allemands se concertent afin de préparer plusieurs opérations destinées à faire plier définitivement ses maudits Alliés qui refusent de se rendre. Une vaste offensive aérienne est prévue contre l’Angleterre, prélude à un débarquement de la Wehrmacht (Nom de code, opération « Lion de mer ») dans le pays. En parallèle plusieurs escadrilles de la Luftwaffe assisteront la Regia Aeronautica et la Regia Marina pour la conquête de la Corse, une fois le sud de la France complètement occupé (ce qui est chose faîte fin Juin).

Mais les Alliés ne se contentent pas d’attendre et les Commandos britanniques lancent un raid sur Le Touquet, en France occupée. Celui-ci a le don de redonner le moral au peuple britannique et il est prévu de réitérer ce genre d’action à l’avenir. Si les Français sont d’accord sur le principe, ils insistent pour avoir leur propre force de raids dénommée « Corps francs », même si, bien entendu, elle travaillera en parfaite intelligence avec son homologue britannique. Les premiers membres des « Corps francs » français seront prélevés dans les troupes françaises ayant participé à la campagne de Norvège et repliées en Grande-Bretagne.

En France métropolitaine, la flamme de la résistance s’allume et les hommes de l’île de Sein, ayant entendus les appels des membres du gouvernement à poursuivre la lutte s’exilent, non pas en Algérie mais en Angleterre. Ils rejoindront, pour la plupart, la Marine nationale. Par ailleurs, plusieurs ouvrages de la Ligne Maginot, ne s’estimant pas concernés par l’acte de capitulation, refusent de se rendre ! Les Allemands sont contraint d’en faire le siège.

En Suisse, le Capitaine des services de renseignement helvétiques, Hans Hausamann, transmet ses prévisions à son gouvernement.

« La France et la Grande Bretagne ne céderont pas, quoi qu’il arrive. Même si les Allemands s’empareraient de l’Afrique du nord et de la Grande Bretagne, les flottes et les Empires français et britanniques poursuivraient le combat.

L’Allemagne va attaquer l’URSS et les États-Unis vont entrer en guerre aux côtés des Franco-Britanniques.

Français, Britanniques et Américains vont soutenir les Soviétiques dans leur résistance à Hitler.

La guerre sera longue. Elle s’achèvera par la défaite totale de l’Allemagne, pays restreint, à l’industrie limitée, et qui manque d’intelligence. La meilleure preuve en est que l’Allemagne accepte l’entrée en guerre de l’Italie, qui conduira l’Axe au désastre. »

Enfin, un bilan de l'Opération Ariel d'évacuation des Armées alliées de France peut être dressé. On compte 350 000 évacués de Métropole vers l'Angleterre ou l'Afrique du Nord. Pour ce qui est de la France, 100 000 militaires, combattants ou des services de l'arrière, et 50 000 civils ont pu être évacués avant l'arrêt de l'opération d'évacuation le 24 Juin à 12 heures, date de l'entrée en vigueur de l'Acte de capitulation. Dans les faits, les évacuations continueront mais de manière clandestine à travers l'Espagne ou, plus modestement, par Sous-marins.

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Juillet 1940

Les opérations (presque) terminées en France et la Métropole entièrement occupée (sauf la Corse), la Luftwaffe peut se redéployer dans le nord de celle-ci, face à la Grande-Bretagne et lancer ce qui sera connue plus tard comme étant la « Bataille d’Angleterre ». L’objectif de l’ennemi est de détruire la RAF comme préliminaire à un débarquement amphibie de l’armée allemande dans le pays. La première phase de la bataille consiste en l’attaque par la Luftwaffe des convois britanniques dans la Manche et des Docks des ports anglais.

258269800pxRayFlyingLegends20051.jpg
Un Spitfire de la Royal Air Force.

Le Reich, lui, annexe l’Alsace et la Moselle sans en référer au « gouvernement » de Laval et en expulse les (rares) fonctionnaires qui avaient ralliés le Régime du traître collaborateur.

Parlons-en de Laval. Soucieux de légitimer son pouvoir et conscient de la relative faiblesse de sa position (Qui sait, les Allemands pourront toujours trouver un autre traître pour les servir s’il leur en prenait l’envie), il se comporte en vrai dictateur selon la définition de Voltaire, défendant les lois avant de les abattre. Les députés et sénateurs qui n’ont pu rejoindre l’Afrique du nord ou l’Angleterre sont regroupés par les Allemands (et les députés et sénateurs faits prisonniers, libérés) et envoyés à Versailles, où se réunit un Congrès extraordinaire. Afin d’avoir un nombre de participants au Congrès relativement crédible et voulant également montrer le caractère corporatiste qu’il veut donner à la « France nouvelle », Pierre Laval a également convoquer à Versailles les principaux représentants des différents corps de métier. Ils sont désignés sous le terme de « Délégués ». C’est Laval, député lui-même, qui mène les opérations et propose plusieurs motions au « vote » des parlementaires et des délégués. La première reconnaît la vacance du pouvoir après la « fuite » du gouvernement Mandel et du Président Albert Lebrun. La seconde propose au vote des Congressistes la nouvelle constitution griffonnée par Laval et ses amis. Enfin, la troisième propose l’élection d’un « Chef de l’État » conformément aux dispositions de la constitution de « L’État français » que viennent de voter les Congressistes. Laval annonce qu’il ne sera pas candidat lui-même. Surprise des Congressistes. Surprise qui atteint son paroxysme lorsque Laval propose comme candidat « Le plus illustre des Français » et qu’une silhouette bien connue fait son entrée dans « l’hémicycle ». Pétain se présente au vote des Congressistes.

195454525.jpg
Laval devant les "Congressistes"

Même si les baïonnettes allemandes étaient le gage le plus sûr du succès du vote, Laval fut donc assez malin pour s’appuyer sur l’aura du Maréchal Pétain mais aussi pour « câliner » les députés les plus courageux, et qu’il a identifié lors des débats, en leur promettant que les pouvoirs très importants du chef de l’État « seront un gage de stabilité en ces heures troublées » et la volonté populaire sera toujours prise en compte, malgré le caractère « novateur » du nouveau Régime, alors que toutes les actions de Laval depuis qu’il a pris langue avec les Nazis vont dans le sens contraire !

Le vote est un succès, seuls quelques députés qui seront arrêtés dans les semaines suivantes, osent se dresser contre le dictateur. Notons qu’aucun délégué n’a osé voter non… Pétain devient donc « Chef de l’État » et il forme son cabinet avec Laval comme « Chef du gouvernement » et Allibert en Ministre de la Justice entre autres ainsi que toute une clique de collaborateurs sans scrupules. Camille Chautemps, pressenti pour un portefeuille ministériel, refusera de devenir membre du gouvernement Laval. Il sera également arrêté dans les jours qui suivent.

Cette fiction démocratique ne durera que le temps du Congrès. Les premières mesures dictatoriales, antisémites notamment, ne tardèrent pas. Notons que les Allemands, qui certes espéraient compter sur des collaborateurs pour administrer la France défaite, furent étonner par le zèle de ceux-ci à copier leur propre régime !

Notons qu’à propos de la trahison de Pétain, De Gaulle écrira dans le Tome 1 de ses mémoires de guerre intitulé « Le Sursaut ». « Et dire que nous pensions qu’il se retirerait avec honneur. ».

Le gouvernement Mandel lui aussi s’organise mais de manière à respecter la République et la démocratie. Députés et Sénateurs qui ont rejoint l’Afrique du nord reprennent du service et voteront toutes les mesures décidées par le gouvernement Mandel, afin de respecter les vœux du peuple français. Et pour montrer que la continuation du combat est légitime en même temps que légale, le gouvernement Mandel fait voter l’investiture de son gouvernement du 17 Juin par le Parlement. C’est un immense succès, cette investiture étant votée à la quasi-unanimité (à opposer au fait que Reynaud ne fut investi que par une voix d’avance en Mars 1940…) tandis que les quelques parlementaires qui l’ont rejeté ne risquent pas l’arrestation, contrairement aux courageux de Métropole qui ont dit non à la dictature de l’État français.

2260611024pxAlgiersCNEv1p58J.jpg
Vue d'Alger, la capitale (provisoire !) de la République française.

Néanmoins, il y a toujours des députés, désireux de poursuivre la lutte, présents en Métropole occupée. Les gouvernements britanniques et français décident donc de déclencher l’opération « Ecclésia », l’extraction vers l’Afrique du nord des députés et sénateurs afin qu’ils puissent siéger à la Chambre de députés ou au Sénat. Le tout en coopération avec la Résistance française naissante et les forces spéciales britanniques et françaises.

Georges Mandel sait que la France doit reconstituer son armée si elle veut, un jour, se libérer de l’occupant. C'est dans ce but qu'il fait voter par les deux chambres la motion accordant la citoyenneté française à tous les « Indigènes » s’engageant dans l’Armée française. La mesure connaît un succès immédiat et les problèmes d’effectifs sont rapidement réglés. Reste à équiper les volontaires…

506156LedfildelalibrationTunis.jpg
L'Armée française recomplètera rapidement ses effectifs.

En Afrique de l’est, la chaleur extrême n’empêche pas des opérations militaires de se dérouler. Les Italiens attaquent au Kenya, au Soudan mais, surtout, ils préparent pour le mois suivant, une offensive en direction de Djibouti et de la Somalie britannique.

En Indochine, la passation de pouvoir entre Catroux et le duo Auriol-Salan est à peine effective que les Japonais déclenchent un assaut massif surprise depuis la Chine occupée contre la position française de Lang Son. Salan demande immédiatement des renforts à Alger qui ne peut que lui envoyer des mots d'encouragements… Les États-Unis, eux, placent en état d'alerte la Flotte d'Asie basée à Manille tandis que les Britanniques décident d'envoyer des unités navales de Singapour à Saïgon. Cependant, l'opération japonaise a été lancé simplement en vue de montrer les muscles de l'Empire du Soleil levant et pour faire pression sur les Français. Une fois Lang Son conquise, les Japonais cessent leur attaque. Hiro Hito envoie un émissaire s'excuser (!) auprès d'Auriol et de Salan. Ce dernier explique à l'envoyé de Tokyo que la France continuera d'aider le gouvernement chinois dans sa lutte contre l'invasion japonaise. Les Japonais décapiteront une partie des prisonniers français.

La Thaïlande a suivi avec intérêt le combat de Lang Son. Immédiatement après la fin des hostilités, elle prend langue avec le gouvernement impérial de Tokyo.

Le gouvernement Mandel est profondément choqué par cette véritable acte d'agression mais il ne peut bien évidemment rien faire, pour l'instant, si ce n'est réclamer un dédommagement de la part des Japonais qui mettra d'ailleurs du temps à venir.

Les exactions nippones seront cachées à l'opinion publique de l'Empire par crainte de sa réaction.

Dans le même temps, en Afrique du nord, les conditions climatiques bloquent les opérations. Les deux camps se contentant de quelques raids et reconnaissances musclées menés de part et d’autres de la frontière. A la chaleur s’ajoute le fait que les Français et les Britanniques doivent se remettre du désastre de Mai-Juin en France tandis que les Italiens, non seulement ne sont pas prêt mais en plus, souffrent du blocus des Alliés.

352902CoatofarmsofItalianEastAfrica.png
Emblème de l'Afrique orientale italienne

Cependant, le Führer, qui pense que Français et Britanniques résistent uniquement car ils comptent sur un soutien soviétique (c’est très mal connaître les hommes d’Alger), tourne déjà ses yeux vers l’Est et en ce mois de Juillet 1940 sont produites les premières directives mettant en branle l’opération Barbarossa.

N’en déplaise à Hitler, c’est surtout l’aide US qui, pour l’instant, permet aux Français d’espérer. Privé de l’industrie métropolitaine et l’Empire, certes riches en ressources diverses, étant privé, lui, d’industrie, et d’industrie militaire notamment, le gouvernement français compte lui sur l’aide américaine pour ravitailler et rééquiper ses armées et, notamment, son aviation qui pourrait un jour subir un assaut massif de la Luftwaffe s'il prenait envie au Führer d'envahir l'Afrique du Nord.. Néanmoins, le cabinet Mandel, soucieux de maintenir, à moyen terme, son autonomie politique, autonomie qui passe par une indépendance industrielle, prépare un plan d’industrialisation massif de l’Afrique du nord, et, notamment, de l’Algérie afin que la France puisse bientôt, équiper son armée elle-même. Les premières leçons de la Bataille de France ayant été retenues, les nouvelles forces blindées françaises se baseront sur les chars Somua et leurs futurs équivalents plus évolués, d’abord produits aux États-Unis puis, bientôt, on l’espère, en Afrique du Nord. De plus, BCC, DLM et DCr passent à la casserole et sont remplacés par les divisions blindées. La 1ère division blindée française sera formée à partir des BCC basée en Afrique du Nord et ceux que l’on va rapatrier du Levant, car la diversion balkanique est logiquement abandonnée, pour le moment, au profit d’une offensive contre la Libye italienne.

855038d8c2b2bf73f22bcf81dbb6fcec11d80f.j
La force blindée française est réformée sous l'impulsion du Ministre de la guerre

En France métropolitaine, les Communistes, loin de résister à l’envahisseur comme ils le fanfaronneront après-guerre, tentent, par l’intermédiaire du numéro deux du Parti, Jacques Duclos, d’obtenir des autorités allemandes la reparution de leur journal, « L’Humanité ». Ils se verront signifier une fin de non-recevoir et le Parti reste clandestin sans pour autant entrer en Résistance. Mais la gauche française n’est pas représentée par le seul Parti communiste. La gauche socialiste, quoi que profondément choquée par la défaite, a connue elle aussi un sursaut depuis le 16 Juin 1940 et la décision du gouvernement Mandel remanié après la destitution des pires ministres défaitistes de continuer la guerre depuis l’Empire. Soucieuse de poursuivre elle aussi la lutte, la SFIO clandestine (Pétain a rapidement interdit les Partis politiques de gauche sans mener, pour l’instant, une politique équivalente avec ceux de droite, soucieux de les rallier ainsi à l’État français) fonde le mouvement « Liberté », certes ouvert à toutes les bonnes volontés mais dont la base sera belle et bien socialiste. Mais la droite, elle aussi, commence à s’organiser en la personne d’Henri Frenay qui fonde le « Mouvement de libération national ». Militaire ayant échappé à la capture lors du désastre de Mai-Juin, Frenay est contraint à la clandestinité du fait que les Allemands traquent les militaires français qui ont échappés à la captivité car ceux-ci sont susceptibles de vouloir rallier l’Angleterre ou l’Afrique du nord. Mais Frenay ne se contente donc pas de se cacher et décide de résister à l’envahisseur et, même, au Régime de Pétain, car si Frenay est politiquement assez proche des idées proférées par le Maréchal, il est écœuré par sa collaboration manifeste avec l’ennemi. Ainsi, on ne peut en ce mois de Juillet 1940 limiter l’affrontement résistance/collaboration à un duel gauche/droite car quelques anciens Communistes, en rupture de ban (et qui en paieront bientôt le prix), rallient l’État français. Des Socialistes rejoignent aussi Pétain.

Dans l’est, les Allemands ont dû réduire un à un les forts de la Ligne Maginot qui avaient refusé la reddition.

428053FrenchsoldiersonMaginotLine.jpg
Les soldats de la Ligne Maginot se sont battus jusqu'à la dernière cartouche.

La continuation de la résistance française n’empêche pas le Führer de faire un retour triomphal à Berlin qui acclame celui qui a écrasé la France…

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Août 1940

Début Août, les Italiens lancent une attaque d’ampleur contre les Franco-britanniques de Djibouti et de Somalie britannique. Largement dépassé en nombre, les Alliés ne s’en défendent pas moins avec vigueur et parviennent à contenir les Italiens avant de finalement craquer sous le poids du nombre et d’évacuer par la mer en direction d’Aden trois semaines plus tard. A noter que les Français sont commandés par le général Paul Legentilhomme, fervent soutien de Noguès lors du Sursaut français.

Pendant ce temps, sur le front « principal », la Bataille d’Angleterre est entrée dans une seconde phase. En effet, les Allemands jugeant leurs attaques navales inefficaces pour détruire la RAF, ceux-ci décident d’aller « la chercher » dans ses bases et s’en prennent aux aérodromes et usines d’aviation. Les deux camps subissent de lourdes pertes mais la RAF, pourtant en infériorité numérique tient bon et s’accroche à son ciel. Cette résistance héroïque fera l’admiration du monde entier, et, notamment, celle du peuple américain. Roosevelt se sait un peu plus soutenu par son opinion publique et décide d’encore augmenter son aide militaire aux Alliés.

308023JunkersJu88.jpg
Un Junker 88, un des bombardiers utilisés par les Allemands pour leur assaut sur l'Angleterre.

Dans les Balkans, Hitler, soucieux de protéger son approvisionnement en pétrole venant principalement de Roumanie et des champs pétrolifères de Ploiesti et voulant, dans ce sens, éviter un conflit entre la Hongrie, qui veut récupérer la Transylvanie, et la Roumanie. Ribbentrop et Ciano rendent leur « arbitrage » le 31 Août qui demande à la Roumanie de rétrocéder le nord de la Transylvanie à la Hongrie. Le gouvernement désormais pro-fasciste de la Roumanie cède. La Roumanie se rapproche un peu plus de l’Axe tout en voyant son territoire amputé un peu plus. Quelques jours plus tard, un coup d’État militaire conduit le pro-nazi Antonescu au pouvoir et contraint le roi Carol II à s’exiler et à abdiquer en faveur de son fils qui devient le roi Mihail Ier. Ce dernier déteste Antonescu et entre rapidement en contact avec les Alliés, surtout les Français en lesquels il a vu un soutien potentiel pour son pays dans l’avenir. Entre-temps, son pays s’engage de plus en plus résolument du côté de l’Allemagne.

812195800pxIonAntonescu.jpg
Ion Antonescu, Conducator du Royaume de Roumanie.

En Afrique, les stratèges alliés ne restent pas inactifs et préparent activement la conquête de la Libye italienne. La 1ère Division blindée française, nouvellement créée, comme on l’a vu, et renforcée au début du mois par les BCC stationnée au Levant, s’entraîne dans le sud tunisien et prépare la grande manœuvre préparée en secret par le général De Gaulle et le généralissime Doumenc. En effet, soucieux d’appliquer les théories (qui se sont avérées fondées mais grâce aux généraux allemands Guderian, Rommel et Manstein) qu’il a développé dans son livre « Vers l’armée de métier », De Gaulle prévoit qu’alors que les divisions d’infanterie « fixeront » les divisions italiennes le long de la frontière, la 1ère DB les contournera par leur flanc non protégé en traversant le désert puis en fonçant droit devant elle en semant le chaos dans les lignes logistiques ennemies avant de l’isoler en atteignant la mer à Tripoli.

Plus au nord-est, la tension ne cesse de monter entre l’Italie et la Grèce, le régime de Mussolini souhaitant provoquer un accident de frontière qui justifierait une invasion, invasion qui, aussi, pourrait faire oublier la guerre plutôt mal engagée sur le front naval, malgré la conquête du Sud-Est de la France. L’accident le plus grave est le torpillage par le sous-marin italien Delfino du croiseur léger grec Elli près du port de l’île de Tinos. Le sous-marin tente aussi d’attaquer les navires de passagers Elsi et Esperos mais son attaque ne parvient qu’à endommager le quai du port. Le lendemain, dans une déclaration commune, Français et Britanniques offrent leurs garanties à la Grèce et lui promettent leur appui en cas d’invasion italienne. Cependant, cette garantie embarrasse Athènes qui souhaite éviter la guerre contre l’Italie. D’ailleurs, bien qu’ayant identifié l’agresseur, les Grecs annonceront officiellement que le sous-marin était de nationalité inconnue.

757541StateFlagofGreece18631924and193519
Drapeau du Royaume de Grèce

Georges Mandel, ancien ministre des colonies, est bien conscient des réformes nécessaires au maintien de l’unité de « l’Empire » dans l’avenir. Il décide donc d’organiser l’élection d’un « Conseil de l’Empire », élection à laquelle pourront participer non seulement les Citoyens français mais aussi les « Indigènes ». Conscient que la Chambre des députés et le Sénat pourraient être hésitant face à une réforme aussi audacieuse, Mandel utilise toute l’influence dont il dispose pour faire passer la réforme, quitte à ce qu’elle ne passe que par une voix de majorité. Le Parlement vote donc pour l’organisation de cette élection d’autant que si son projet de loi n’allait pas aussi loin, l’ancien président du Conseil, Léon Blum, avait voulu accorder la citoyenneté française aux Musulmans d’Algérie. L’élection aura lieu dans les 6 mois, le temps de l’organiser. Le « Conseil de l’Empire » devra débattre et voter des réformes concernant l’Empire et, notamment, du statut des territoires le constituant et des droits futurs de ses habitants.

Laval, Chef du gouvernement de l’État français, était un admirateur des régimes fascistes, et de l'Italie mussolinienne en particulier. Il désirait par dessus tout fonder un Parti unique en France, Parti unique qui serait au service de la « Révolution nationale » lancée par Pétain dès Juillet 1940. Cette « Révolution » était de tendance réactionnaire, ce qui déplaisait aux Fascistes français comme Déat ou Doriot. Signe que Pétain n'est pas tout puissant, et qu'il doit compter avec « l'autre camp » des Collaborateurs, Fasciste et « Lavaliste » et peut-être le plus acharné à servir les Allemands, il accepte finalement la création d'un Parti unique français, malgré son opposition à cette idée ainsi que celle du camp « Maréchaliste » et réactionnaire.

Néanmoins, Laval, sait qu'il doit compter avec le « Chef de l’État » et nomme ce Parti unique « La Francisque », en l'honneur du Maréchal. Malgré leur opposition à ce principe, les « Réactionnaires » s'empressent d'adhérer au mouvement tandis que les « Fascistes » y renâclent, Doriot notamment ne voulant pas voir son mouvement, sur lequel il est tout puissant, être fondu dans la masse de « La Francisque » ! Laval compose et accepte le maintien du PPF de Doriot comme entité autonome au sein de « La Francisque » !

Ainsi, la farce criminelle de l’État français devient la seule entité pseudo étatique à Parti unique autorisant plusieurs partis politiques !

Le terme Francisque vient de la hache franque choisie comme symbole de l’État français et de son chef par Pétain lui-même. La Francisque figure d'ailleurs sur le drapeau tricolore de l’ État français.

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Septembre 1940

La bataille d’Angleterre se poursuit, avec de lourdes pertes dans les deux camps. Néanmoins, la disproportion des forces est trop importante et la RAF apparaît au bord du point de rupture. Or, Churchill sait que beaucoup d'avions de l'Armée de l'Air « pourrissent » dans des hangars ou à l’air libre car les bases aériennes de l’AFN n’ont jamais été prévues pour accueillir autant d‘avions de combat. Par ailleurs, souvent les Français n’ont pu évacuer le personnel au sol ce qui fait que les avions commencent également à souffrir du manque d’entretien.

Churchill décide en connaissance de cause de demander au gouvernement français l’envoi de plusieurs escadrilles de chasse en Angleterre. En plus des arguments pragmatiques, Churchill envoie des mots magnifiques, très churchilliens, aux Français, sur l’importance du front de la Bataille d’Angleterre et sur la gloire qui rejaillirait sur la France d’être l’instrument de la victoire sur ce front par l’arrivée massive de renforts au moment où tout semblait perdu. Mandel, son gouvernement et le Parlement acceptent.

818536800pxD520LeBourget01.jpg
Un Dewoitine D.520, fleuron de l'Armée de l'air.

Alors que la RAF s'écroulait, l'arrivée opportune des appareils de l'Armée de l'air sauve la situation. En effet, Hitler, qui a les yeux rivés vers l’Union soviétique, et effaré par les pertes de son « invincible » Luftwaffe, décide d’arrêter les frais, voyant qu'il n'arriverait jamais à nettoyer le ciel anglais du fait que la RAF serait toujours épaulée par son alliée française. Par conséquent, le Führer décide de se « contenter » de raids nocturnes sur les villes britanniques pour saper le moral de la nation anglaise. En effet, le Führer souhaite « économiser » son aviation pour la guerre contre l’URSS, quitte à reprendre l’assaut contre l’Angleterre plus tard. Ainsi, à la fin du mois de Septembre, soit 1 semaine et demi après le début de l'intervention de l'aviation française dans la bataille, les bombes cessent de pleuvoir de jour sur les aérodromes britanniques pour pleuvoir de nuit sur les malheureuses villes britanniques.

126287BlitzWestEndAirShelter.jpg
La population civile britannique se protège comme elle peut des assauts impitoyables de la Luftwaffe.

Dans les Balkans, le dépeçage de la Roumanie s’achève par les accords de Craiova qui entérinent le retour de la Dobroudja du sud dans le giron bulgare. Notons que le gouvernement français a insisté auprès de la Grande-Bretagne pour que les Alliés condamnent les transferts de souveraineté organisés par l’Axe au détriment de la Roumanie. Nonobstant, les Britanniques, qui veulent se rapprocher avec Staline, refusent de condamner l’URSS pour son annexion de la Bessarabie et de la Bucovine du nord, la France recule donc sur ce point. Néanmoins cette condamnation de dépeçage de la Roumanie, associé à une condamnation non moins ferme du régime fasciste d’Antonescu redonne du baume au cœur à la résistance démocratique roumaine et au jeune roi Mihail.

926795Romanias1940lostterritories.jpg
Le démantèlement de la Roumanie

Cependant, en Afrique du nord, la guerre cesse d’être purement aérienne et les combats au sol s’engagent suite à l’offensive conjointe des Franco-britanniques contre la Libye italienne. C’est l’Opération Compas/Compass (En effet, chaque opération conjointe des Alliés voit son nom traduit en Français et en Anglais) déclenchée le 13 Septembre.

Pour une fois, ce sont les Alliés qui font preuve d’audace et qui surprennent les forces italiennes. En effet, les deux alliés enclenchent un vaste mouvement tournant de l’aile italienne exposée au désert. Rapidement, les forces italiennes, qui manquent non de courage mais d’équipements et, surtout, d’un chef compétent, partent en déroute. Tripoli tombe après 2 semaines d’une ruée épique à travers le désert libyen de la 1ère DB française, entraînant l’isolement des forces italiennes stationnées à la frontière entre la Tunisie et la Libye et qui n’ont pu se replier vers l’est pour échapper au mouvement tournant des Français. Nonobstant, il faudra encore une semaine aux Français pour réduire la poche ainsi créée, permettant aux forces italiennes du reste de la Tripolitaine de s’installer solidement en hérisson dans les villes. A l’est, en Cyrénaïque, la Western Desert Force britannique, attaque depuis sa pointe avancée du Forte Capuzzo et opère un vaste mouvement tournant par le désert qui la mène à Tobrouk qui tombe rapidement. Là aussi, les Italiens sont en déroute. L’offensive générale des Alliés est donc un succès bien plus grand que ce qu’ils avaient pu prévoir au départ, ce qui redonne du baume au cœur à leur population, notamment à la malheureuse population française de Métropole qui subit le joug ennemi ou bien la population urbaine britannique qui subit les bombardements allemands.

255728ElAlamein1942Britishinfantry.jpg
Les Britanniques à l'assaut !

Nonobstant, Hitler souhaite maintenir une pression, à moindre frais, sur les Franco-britanniques tout en s’assurant personnellement de la fidélité de Pétain et de son régime. Pour cela, il décide de rencontrer Franco, le dictateur espagnol à la frontière Franco-espagnol à Hendaye pour lui demander quel serait le prix de son entrée en guerre. Montrant là son mépris pour le régime de Pétain, c’est dans cette même ville que le Führer convoque le vieux maréchal. Ainsi, Hitler convoque le chef de l’État français reconnu par lui en… territoire français !

482672BundesarchivBild183H25217HenryPhil
Entrevue d'Hendaye entre Philippe Pétain et Adolf Hitler

Cependant, la rencontre avec Franco n’aboutit pas. Franco demandant une aide allemande, à la fois militaire et économique, massive en échange de son intervention aux côtés de l’Axe. D’aucun n’y verront que le dictateur espagnol a voulu faire monter les enchères trop haut pour que l’Allemagne accepte son alliance. Du côté de Pétain et Laval, la rencontre est, au contraire, un succès. Le dictateur français et son président du conseil acceptent de renforcer la collaboration, notamment économique, en fournissant au Reich les ressources de la Métropole pour son économie de guerre. En revanche, Pétain se voit refuser la création d’une armée pour son État français, Hitler se doutant que les soldats français déserteront à la première occasion pour se battre aux côtés des Alliés et aussi, ne voulant pas donner à la France de Pétain cette pièce de monnaie pour de futurs marchandages. Hitler veut, au contraire, complètement abaisser la France et lui redonner une armée n’est pas dans ses projets. Néanmoins, les deux complices que sont Laval et Pétain obtiennent la formation d’une « Force de Sécurité Légionnaire» de 100 000 hommes pour pallier aux multiples défections dans la police et la gendarmerie, sans compter du peu de fiabilité des policiers et gendarmes qui n’ont pas démissionné ou fuis. Cette force, bientôt dénommée simplement « La Légion » (à ne pas confondre bien sûr avec la « Légion étrangère » qui elle poursuit le combat contre l'Axe), se fera connaître de tous pour ses exactions de diverses natures. Cette force paramilitaire, sorte d’hybride entre une force de Police et une Armée, sera commandée par Darnand.

Et pourtant, malgré cela, il reste encore des Français pour vouloir suivre le vieux maréchal. Véritables fascistes (assez rares en France mais toujours trop nombreux de toute façon), ultraconservateurs maurassiens ou tout simplement, antirépublicain de base et vulgaires antisémites, formeront la base des Français qui soutiendront l’État français de Pétain et Laval. Cependant, la majorité, de moins en moins silencieuse au fur et à mesure de l’avancement de la guerre et de la multiplication des succès des Alliés et du discrédit de Pétain, soutient bien évidemment Alger et sa politique de résistance républicaine et démocratique à l’Axe.

Le 30 Septembre 1940, en grande partie suite au « forcing » exercé par les Français, les Franco-Britanniques font une déclaration commune dénonçant la nullité des Accords de Munich et annonçant le retour à la Tchécoslovaquie des territoires sudètes après la victoire commune. Cependant, rien n'est dit concernant le Premier arbitrage de Vienne qui avait accordé le sud de la Slovaquie à la Hongrie. Oubli ou volonté de ménager une Hongrie encore neutre ?

Modifié par Napoléon III
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais enfin je veux pas faire mon bégueule mais LA question c'est comment des appareils de chasse peuvent rejoindre les iles britanniques depuis l'AFN.

Les pattes sont beaucoup trop courtes

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Akhilleus a dit :

Ouais enfin je veux pas faire mon bégueule mais LA question c'est comment des appareils de chasse peuvent rejoindre les iles britanniques depuis l'AFN.

Par porte-avions ou éventuellement cargos, même si ces derniers ont surtout été employés dans cet usage par les Américains. Mais cela implique un risque non négligeable de voir les avions être envoyés au fond par des sous-marins ou avions allemands/italiens, puis un temps de chargement/déchargement et de trajet bien plus long. Autrement dit, ce n'est pas en septembre 1940 qu'il aurait fallu faire cet appel... mais dès juillet, afin d'amener sur place les navires et escortes nécessaires s'ils ne s'y trouvent déjà pas, d'embarquer les appareils et de faire le trajet tout en prenant assez large pour s'éloigner des côtes françaises...

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Béarn qui sert de transport d'aviation peut embarqué une cinquantaine de chasseurs a chaque rotation. Il ne fallait pas longtemps a l'époque pour leur remise en état après déchargement.

Modifié par collectionneur
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Tout d'abord, merci pour vos interventions.

Je pensais en effet à un transport par cargos des avions français depuis l'AFN. Pour les pièces détachées, une partie des avions français étant déjà d'origine américaine, on peut penser que c'est l'oncle Sam qui fournira discrètement les pièces de rechange. Pour les avions français, on peut imaginer que pour un avion qui volera et combattra, un autre servira à fournir des pièces de rechange.

De plus, comme le dit Collectionneur, le Béarn peut bien servir à transporter une partie des avions français.

Et puis, c'est tout au plus entre 100 et 200 avions qui sont transportés en Angleterre. En effet, c'est un appoint décisif certes qui est fourni aux Anglais, mais le gros de l'aviation française reste en AFN pour la protéger mais aussi prendre part à l'offensive contre la Libye italienne.

Et maintenant, la suite :)

Octobre 1940

En Libye, le désastre italien se poursuit. Harcelés à l’ouest par les raids menés loin sur leurs arrières par la 1ère DB française (tandis que l’infanterie fixe le gros de leurs forces), les Italiens sont contraints à la retraite sur l’ensemble du front. Même situation désastreuse pour eux sur le front est, où talonnés par les Britanniques, pourtant moins nombreux (même si cette infériorité numérique est de plus en plus compensées par le fait que les Italiens subissent de plus lourdes pertes que les Britanniques), les Italiens se replient et voient toutes leurs tentatives de recréer un front cohérent s’effondrer face à l’action des soldats du Commonwealth. Alors que la majorité de l’État-major italien envisage la retraite et l’évacuation des troupes de Libye qui pourront l’être, le Duce s’évertue à vouloir envoyer des renforts à Graziani et ce, en dépit du blocus de plus en plus serré imposé par les Franco-britanniques à la Libye italienne. Dans le même temps, le dictateur italien continue à préparer son invasion de la Grèce quand une nouvelle le met en colère.

En effet, Hitler l’a encore mis devant le fait accompli en faisant occuper la Roumanie par son armée avec la bénédiction d’Antonescu, sans avoir, bien évidemment, prévenu Rome. Alors, Mussolini, furieux, décide d’accélérer les préparatifs d’invasion de la Grèce et envoie d’importants renforts en Albanie dans ce sens. Cependant, les Alliés se rendent rapidement compte du manège italien avec l’intensification du nombre de convois entre Brindisi, Tarente et Tirana. Ils décident de lancer un puissant raid sur ces convois afin d’entraver les préparatifs mussoliniens. Ce sera l’origine de l’une des plus grandes batailles navales de la guerre en Méditerranée entre la Regia Marina et les marines franco-britanniques. La bataille du Détroit d’Otrante.

87718311301convois7.jpg
Un convoi italien faisant la navette entre l'Italie et l'Albanie.

Les trois vaisseaux principaux de la Flotte alliée sont des porte-avions. L’un est français. Il s’agit du Béarn. Les 2 autres sont Britanniques. Il s’agit des HMS Illustrious et HMS Ark Royal. En effet, les Franco-britanniques n’ont pas l’intention d’attaquer les convois italiens à l’aide des canons de leurs cuirassés mais de les détruire grâce à leur aviation embarquée. Cependant, Mussolini a prépositionné ses sous-marins tout autour de la Grèce en prévision de son invasion et l’un d’eux repère la Flotte alliée et informe l’État-major italien de sa position et de sa direction avant d’être détruit par les destroyers alliés. Se sachant repérés, les Amiraux alliés décident néanmoins de poursuivre l’opération.

Cependant, contre l’avis de ses officiers, le dictateur italien décide d’engager massivement la Regia Marina contre la Flotte alliée, afin de laver l’affront subi en Libye à grands coups de canons.

804043Giulioce07.jpg
La Regia Marina à l'assaut de la Flotte alliée.

Ce sera un désastre qui ébranlera l’opinion que se font les hauts dignitaires italiens, et surtout Monarchistes, de Mussolini. Disposant de la domination aérienne grâce à leurs porte-avions, les Alliés purent à leur guise couler les vaisseaux italiens avant que ceux-ci ne soient à portée de tir des bâtiments alliés puis se retirer vers le sud avant l’intervention de la Regia Aeronautica basée dans le sud de l’Italie, intervention de l’aviation italienne retardée qui plus est par une série de raids de l’Armée de l’air sur ses bases de Sicile. Néanmoins, en dépit du fait que la flotte alliée n’a pu attaquer les convois italiens (néanmoins harcelés par les sous-marins franco-britanniques), la journée se termine sur un triomphe complet pour les Alliés qui ont coulé les Cuirassés italiens Giulio Cesare et Conte di Cavour.

Cependant, cela ne changea rien à la résolution du dictateur italien d’envahir la Grèce, invasion qui fut déclenchée le 28 Octobre 1940 suite au refus d’un autre dictateur, grec celui-là, Metaxas, de céder à l’ultimatum italien. En effet, celui-ci répondit par un simple « non » aux exigences italiennes.

556904IoannisMetaxas1937.jpg
Ioannis Metaxas, le dictateur grec.

Volant de victoire en victoire en Libye, ayant infligés de sévères pertes à la marine italienne et, désormais, la Grèce étant en guerre avec l’Italie, les Alliés commencent à réfléchir à un plan consistant à envahir les îles du Dodécanèse, colonies italiennes.

632564Dodekanes.png
L'archipel du Dodécanèse italien.

En parallèle, un homme s’intéresse particulièrement à la victoire de la Flotte alliée sur son homologue italienne, obtenue grâce à un usage intelligent de la force aéronavale. Cet homme c’est l’Amiral japonais Yamamoto. En effet, son pays se prépare un peu plus à un conflit qu’il juge inévitable avec les Alliés et, les États-Unis, dont il estime qu’il s’oppose à son expansion, ce qui est vrai car les Alliés et les États-Unis soutiennent la Chine contre l’invasion nipponne. Constatant l’avantage pris par celui qui maîtrisait le ciel et qui disposait de porte-avions, il commence à élaborer des plans pour renouveler ce type d’opérations non seulement contre une Flotte en mouvement en pleine mer mais, aussi, contre une Flotte au mouillage dans un port. Ainsi naissent les prémices de l’attaque de la base américaine de Pearl Harbor.

Modifié par Napoléon III
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 22 heures, Skw a dit :

Par porte-avions ou éventuellement cargos, même si ces derniers ont surtout été employés dans cet usage par les Américains. Mais cela implique un risque non négligeable de voir les avions être envoyés au fond par des sous-marins ou avions allemands/italiens, puis un temps de chargement/déchargement et de trajet bien plus long. Autrement dit, ce n'est pas en septembre 1940 qu'il aurait fallu faire cet appel... mais dès juillet, afin d'amener sur place les navires et escortes nécessaires s'ils ne s'y trouvent déjà pas, d'embarquer les appareils et de faire le trajet tout en prenant assez large pour s'éloigner des côtes françaises...

Oui cargos ou Bearn seraient la seule solution mais bien vulnérable notamment dans l'Atlantique (en particulier au large du Portugal et des Azores) face à des sous marins allemands

 

Citation

Les deux vaisseaux principaux de la Flotte alliée sont des porte-avions, l’un est français, il s’agit du Béarn. L’autre Britannique, il s’agit du HMS Illustrious. En effet, les Franco-britanniques n’ont pas l’intention d’attaquer les convois italiens à l’aide des canons de leurs cuirassés mais de les détruire grâce à leur aviation embarquée.

@Napoléon III

J'aime bien ta prose mais elle a le défaut d'etre excessivement optimiste

Ainsi l'aviation embarquée britannique ou française est loin d'avoir l'expérience adéquate pour chercher et trouver puis attaquer de façon efficace des grosses unités navales sur un terrain de jeu de plusieurs milliers de km². Les Levasseurs et les Swordfishs ne sont pas particulièrement des foudres de guerre et d'efficacité, il n'y a pas de bombardiers en piqué et les appareils chargés du bombardement ont des défaut de ciblage et d'amorçage de charges

Voir le résultat de la bataille du Golfe de Tarente face à la même Regia Marina (toujours aussi mauvaise)

Alors couler à la fois le Cavour ET le Cesare

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui en plus on peut penser qu'au vu de la proximité des cotes italiennes, ces derniers puissent assurer une certaine supériorité aérienne avec leur avions basés à terre. Si les PA franco-brit arrivent ne serait-ce qu'à couvrir la flotte c'est déjà pas mal.

Mais qu'en est il au niveau de l'équilibre des forces franco-italien au niveau des flottes de surfaces ? On dit souvent que la Marine française était vraiment magnifique à la veille de la guerre.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la réalité, la flotte sous-marine italienne, pourtant très nombreuses n'a pas fait parlé beaucoup d'elle.

Mais il faut voir si la Méditerranean Fleet peut rassembler assez de porte-avions pour porter un coup aussi important a la flotte italienne. 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/05/2017 à 16:43, Akhilleus a dit :

Oui cargos ou Bearn seraient la seule solution mais bien vulnérable notamment dans l'Atlantique (en particulier au large du Portugal et des Azores) face à des sous marins allemands

 

@Napoléon III

J'aime bien ta prose mais elle a le défaut d'etre excessivement optimiste

Ainsi l'aviation embarquée britannique ou française est loin d'avoir l'expérience adéquate pour chercher et trouver puis attaquer de façon efficace des grosses unités navales sur un terrain de jeu de plusieurs milliers de km². Les Levasseurs et les Swordfishs ne sont pas particulièrement des foudres de guerre et d'efficacité, il n'y a pas de bombardiers en piqué et les appareils chargés du bombardement ont des défaut de ciblage et d'amorçage de charges

Voir le résultat de la bataille du Golfe de Tarente face à la même Regia Marina (toujours aussi mauvaise)

Alors couler à la fois le Cavour ET le Cesare

Et encore, la FTL, dont je m'inspire pour le Point de divergence, l'est encore bien plus ! Je ne vais pas spoiler mais les Français y sauvent nettement plus de moyens que dans LFC ce qui fait qu'ils sont encore plus efficaces et entreprenants que dans ma version.

Oui les U-Boots sont une menace à l'arrivée des renforts aériens mais ici, la Royale s'ajoute à la Marine britannique pour défendre les cargos. Il n'y a pas plus de U-Boots qu'en vrai mais plus de destroyers et de convois à traquer. Sans compter que ce convoi vital sera sûrement lourdement défendu.

Le 17/05/2017 à 17:32, FoxZz° a dit :

Oui en plus on peut penser qu'au vu de la proximité des cotes italiennes, ces derniers puissent assurer une certaine supériorité aérienne avec leur avions basés à terre. Si les PA franco-brit arrivent ne serait-ce qu'à couvrir la flotte c'est déjà pas mal.

Mais qu'en est il au niveau de l'équilibre des forces franco-italien au niveau des flottes de surfaces ? On dit souvent que la Marine française était vraiment magnifique à la veille de la guerre.

 

On peut imaginer alors un Porte-Avions de plus mobilisé par les Britanniques en prévision d'une contre-mesure italienne conduite par la Flotte basée à Tarente. Sachant que les Britanniques n'ont pas à surveiller la Flotte française (pas de Dakar par exemple ici). Je réponds d'ailleurs ici également à Collectionneur :p

 

Il y a 18 heures, collectionneur a dit :

Dans la réalité, la flotte sous-marine italienne, pourtant très nombreuses n'a pas fait parlé beaucoup d'elle.

Mais il faut voir si la Méditerranean Fleet peut rassembler assez de porte-avions pour porter un coup aussi important a la flotte italienne. 

 

On peut imaginer que l'Ark Royal participe également au raid.

 

 

Et voici la suite !

 

Novembre 1940

Bien que les piètres performances de l’armée italienne depuis le début du conflit (sauf en Afrique orientale) soient évidentes, personne ne s’attendait à ce que l’Armée grecque parvienne à enrayer seule, avant même l’arrivée des renforts franco-britanniques, la machine de guerre mussolinienne. Et pourtant, au bout d’à peine 2 semaines de guerre, l’offensive italienne est stoppée et c’est l’armée grecque qui commence à envahir à l’Albanie ! Soucieux de montrer qu’ils se battent non pour des conquêtes territoriales mais pour libérer les victimes des dictatures fascistes, les Franco-britanniques convainquent les Grecs et l’ancien roi d’Albanie, Zog Ier, de signer un accord qui stipule que les territoires d’Albanie dont ont été chassés les Italiens seront dirigés par une administration albanaise provisoire. Cependant, cette administration est entièrement à construire et, en attendant, ce sont les Grecs qui dirigent les zones d’Albanie qu’ils ont conquis. Néanmoins, cela montre que l’Albanie est désormais un gouvernement allié en exil au même titre que la Tchécoslovaquie par exemple.

636454AhmetZogu18951961.jpg
Le Roi d'Albanie, Zog Ier

334871FlagofAlbania19341939svg.png
Drapeau du Royaume d'Albanie

Dans le même temps, c’est à la fin de ce mois de Novembre que les dernières troupes italiennes de Libye capitulent. Cependant, Graziani a été évacué sur ordre de Mussolini et est rentré en Italie. Les troupes françaises et britanniques font leur jonction à El-Agheila, au centre de la Libye et placent le pays sous leur administration. Signe que les vieux réflexes colonialistes ont encore la vie dure quoi que plus pour très longtemps au vu de l’association entre le Négus et les Alliés en Éthiopie. Totalement isolées dans le désert, les garnisons italiennes du sud libyen, comme celle de Koufra, se rendent aux Alliés sans coup férir.

La victoire alliée en Libye dégage de nouvelles troupes pour la campagne de Grèce où des renforts ont déjà été expédiés par les Alliés. Tandis que les Britanniques renforcent les Grecs en Albanie, les troupes françaises, constituées en une « Armée d’Orient », appelée ainsi en souvenir du premier conflit mondial et commandée par le Général Catroux, et soutenue par d’autres divisions du Commonwealth, se positionnent le long de la frontière yougoslave et, surtout, bulgare, pays qui est sur le point de signer le pacte Tripartite.

606095GeorgesCatroux1940.jpg
Le Général Georges Catroux, commandant de "L'Armée d'Orient".

En parallèle, les Alliés commencent la conquête des îles du Dodécanèse, permise par leur supériorité maritime totale dans la région du fait de leur victoire lors de la Bataille du détroit d’Otrante et de l’« écran » protecteur formé par la Grèce, désormais membre de la coalition alliée. Privés de ravitaillement, les Italiens n’opposèrent qu’une faible résistance au débarquement allié, consécutif à un intense bombardement des Cuirassés et de l’aviation Franco-britanniques. Seules les fanatiques chemises noires opposèrent une résistance aussi inutile que désespérée.

Tandis que la Grèce a rejoint les Alliés, contre le gré de son dictateur, la majorité des pays d’Europe de l’est adhèrent au pacte tripartite. C’est le cas de la Slovaquie, de la Roumanie et de la Hongrie tandis que seule une crise interne a empêché la Bulgarie d’en faire autant.

Du côté des Amériques, les Franco-britanniques peuvent souffler. Leur ami, Franklin Roosevelt, a été réélu face au Républicain Willkie. Ils peuvent donc toujours compter sur l’aide américaine pour lutter contre l’Allemagne et ses alliés bien que Willkie était loin d’être un isolationniste.

Enfin, l’Alliance Russo-germanique bat de plus en plus de l’aile. En effet, la rencontre entre Hitler et Molotov, le ministre soviétique des affaires étrangères, est un échec. Les demandes soviétiques de garanties en Europe de l’est et sur la Mer noire s’opposant à un refus catégorique du Führer. Cependant, notons que les préparatifs de l’opération Barbarossa ne s’étaient pas interrompus pendant la visite du ministre soviétique à Berlin.

276468BundesarchivBild18319841206523Berl
Molotov reçut par les Nazis à Berlin

Quelques jours plus tard, le dictateur allemand tance vertement le ministre italien des affaires étrangères, Ciano, pour la politique conduite par l’Italie en Grèce et lui enjoint d’au moins amener la Yougoslavie, pro-française, dans les filets de l’Axe en lui promettant Salonique si elle entre en guerre contre la Grèce. Plus discrètement, Hitler promet au ministre italien d’importants moyens allemands en 1942 pour la reconquête de la Libye et l’invasion de l’Afrique du nord française et de l’Égypte.

232571GaleazzoCiano01.jpg
Le Comte Ciano, gendre du Duce et son ministre des affaires étrangères.

En France métropolitaine, le 11 Novembre est célébré, malgré l’interdiction faîte par les autorités d’occupation, par les étudiants parisiens. Des centaines d’arrestations seront procédées par les forces allemandes en représailles.

 

Modifié par Napoléon III
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Décembre 1940

Soutenus par des renforts alliés en hommes du Commonwealth et en équipement lourds qui lui faisaient défauts (chars, artillerie) chaque jour plus nombreux, les forces grecques continuent leur progression en territoire albanais, multipliant les captures de soldats italiens en déroute. Malgré l’envoi de renforts importants en Albanie par le haut-commandement italien, dont les convois sont escortés par d’importantes forces aériennes et navales pour éviter toute déconvenue, la situation ne s’améliore pas sur le terrain pour l’Italie fasciste. D’ailleurs, nombreux sont les soldats italiens capturés à dénoncer Mussolini et le Fascisme. Conviction ou lâcheté ? Au vu des redditions massives de soldats italiens, parfois par régiments entiers, et des conversations qu’ils entretiennent avec leurs geôliers, il semblerait que les Italiens subissent plus cette guerre qu’ils ne la supportent, ce qui améliore un peu l’image désastreuse qu’avait l’Italie aux yeux des Français depuis le « coup de poignard dans le dos » de Juin 1940.

451637642.jpg
Les Alliés multiplient les captures de soldats italiens démoralisés.

Mussolini est effaré, heureusement pour lui, il y a encore sa fidèle armée d’Afrique orientale, commandée par le Duc d’Aoste et qui tient bon, et ses Légions de Chemises noires, fidèles jusqu’au bout. Mais le Fascisme italien est bien moins solide que son homologue nazi et on commence à murmurer dans le dos du Duce.

Malgré son dégoût pour cette solution, il est contraint de réclamer l’envoi de renforts allemands en Albanie. Hitler envoie rapidement une Luftflotte en Italie du sud ainsi qu’une Panzerdivision et de l’infanterie en Albanie. Le Corps expéditionnaire allemand est commandé par le général Rommel, l’expert de la guerre blindée mais qui est loin d’être le plus haut gradé de la Wehrmacht. En effet, les officiers plus gradés, comme Von Rundstedt, sont conservés pour les futures opérations en Russie.

366937ErwinRommel1.jpg
Erwin Rommel

Néanmoins, le dictateur allemand, en ayant fini avec la « Bataille d’Angleterre » et soucieux de distraire le plus de moyens alliés possibles du front grec à moindre frais, décide également l’envoi d’une Luftflotte en Sicile pour attaquer à la fois Malte et la Tunisie et s’en prendre aux convois alliés qui traversent la Méditerranée centrale quasi-impunément. Dans la même optique, malgré les protestations des commandants de la Marine allemande qui estiment les moyens déjà insuffisants pour la « Bataille de l’Atlantique », Hitler ordonne l’envoie de 20 U-Boots en Méditerranée pour s’en prendre à la fois aux convois alliés traversant le chenal entre la Sicile et la Tunisie mais, surtout, pour attaquer les convois qui ne cessent de déverser des renforts alliés en Grèce.

398958BundesarchivDVM10Bild236365UBootU3
Un des U-Boot envoyé en Méditerranée.

Le dictateur allemand décide également, de concert avec le tyran italien, de concentrer sa Luftwaffe dans le sud de la France et en Italie en vue d’apporter une couverture aérienne à la Regia Marina italienne qui doit fournir et escorter les navires qui participeront à l’invasion de la Corse par l’Axe. Cette couverture apparaît vitale aux stratèges de l’Axe car la marine italienne est en infériorité numérique face à ses homologues française et britannique réunies en Méditerranée, surtout depuis la désastre de la Bataille du détroit d'Otrante et que laisser la Corse aux mains des Français toujours en guerre est inacceptable aux yeux des dirigeants de l’Axe (surtout Mussolini, qui veut annexer l’île). D'autant plus que l'île constitue un véritable Porte-avion incoulable, à l'instar de Malte.

300992BombDamageMalta.jpg
Les assauts aériens germano-italiens sur Malte seront furieux !

Les défenses de la Corse ont été renforcées par l’arrivée de plusieurs divisions de chasseurs alpins de l’Armée des Alpes, envoyée dans l’île avant la Capitulation des armées de Métropole, mais l’ampleur des moyens aériens mobilisés par l’Axe lui permet de compenser son infériorité au niveau naval. Les Allemands, qui ont pu juger de la qualité des troupes italiennes, décident que le premier choc sera porté par leurs parachutistes ainsi que par leurs troupes alpines, transportées par planeurs. Les Italiens, notamment les « Alpini » ne participant qu'à la seconde vague, qui débarquera sur les côtes corses.

L'assaut est prévu pour le mois de Janvier 1941.

500104BundesarchivBild101I527234821Kreta
Les parachutistes du Reich se préparent pour l'invasion de la Corse.

En parallèle, l’Allemagne multiplie les pressions sur la Bulgarie et la Yougoslavie pour qu’elles adhèrent au pacte tripartite. Cependant, le gouvernement bulgare se montre réticent tandis que si le Régent du Royaume de Yougoslavie est prêt à s’allier à l’Axe, il sait qu’il doit compter sur un peuple serbe et un corps d’officiers acquis à la cause alliée. Néanmoins, la Yougoslavie signe un traité d’amitié avec la Hongrie pro-allemande, dont on sait qu’elle s’est déjà bien gavé de territoires appartenant à ses voisins avec la bénédiction allemande.

Dans le même temps, la coalition alliée, dont fait partie des partisans éthiopiens, se lance à la conquête de l’Afrique orientale italienne. C’est une offensive générale dans plusieurs secteurs (un débarquement indien a même lieu en Somalie britannique) à laquelle participe également les forces françaises et même la Force publique du Congo belge. Mais cette-fois, les Italiens s’accrochent et se battent comme des lions.

La Résistance française commençait à s’organiser au niveau national tandis qu’après un temps de flottement, contact avait été pris avec des représentants d’Alger, parachutés depuis le territoire britannique. C’est ainsi que Henri Frenay prit contact avec d’autres commandants de réseaux locaux, allant d’organisation patronnées par la SFIO aux groupes catholiques, sous la houlette d’un envoyé de la République, André Dewavrin. Dewavrin voyage sous le pseudonyme d’André Passy et fut spécialement choisi par le Général de Gaulle pour qu’Alger prenne langue avec les Résistants de l’intérieur.

780892800pxPortraitofHenriFrenayheadands
Henri Frenay, un des futurs meneurs de la Résistance française.

Tous acceptent de se placer sous les ordres du gouvernement de la République réfugié en Algérie, parfaitement légitime pour contrôler la Résistance intérieure. Tous acceptent de remettre à la Libération les querelles politiques qui n’ont déjà que trop affaiblie la France et se déclarent prêt à combattre Pétain et son Régime de collaboration, et ce mêmes les groupes situés le plus à droite de l’échiquier politique de la Résistance.

Néanmoins, si on ne tient compte que des organisations civiles, on constate que la Résistance est plutôt le fait d’hommes de gauche, à l’exception des Communistes, encore paralysés par les consignes de Moscou qui veut encore câliner Hitler. Néanmoins, l’apport des militaires rééquilibre le rapport droite/gauche au sein de la Résistance intérieure.

Cet équilibre permet de former facilement ce qui sera connu comme le « Conseil national de la Résistance intérieure » (CNRI), obéissant certes aux ordres d’Alger, mais qui est autonome sur le plan des actions à entreprendre en vue d’obéir aux ordres du gouvernement. Sur le plan local, les chefs de la Résistance créent des « Régions », regroupant plusieurs départements, pour délimiter le champ d’action des réseaux locaux. Néanmoins, des « Comités locaux » sont créés, regroupant les chefs de réseaux politiquement rivaux mais unis dans la Fraternité de combat.

Passy transmet aussi aux chefs du CNRI la consigne d’Alger de ne pas, pour l’instant, entreprendre d’actions militaires contre l’occupant, de se contenter d’actions de renseignements et de diffusion d’une presse clandestine, afin de limiter au maximum les représailles, certaines, contre la population.

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Janvier 1941

L’Allemagne, soucieuse d’en finir au plus vite avec la grave menace que font peser les Alliés sur le flanc sud de Barbarossa, continue de faire pression sur la Bulgarie pour qu’elle signe le Pacte tripartite et permette le passage des troupes allemandes chargées de chasser les Franco-britanniques de Grèce.

Le dictateur allemand a bien raison de vouloir accélérer ses préparatifs. En effet, les renforts alliés continuent d’affluer à Athènes (pour les Britanniques seulement) et à Salonique (pour les Français surtout), notamment la redoutable 1ère Division blindée française qui a pulvérisée les Italiens en Libye, expédiée en Grèce sur ordre de la Présidence du Conseil.

413093Australiantroopsembarking.jpg
Les troupes alliées ne cessent d'affluer en Grèce

En Albanie, l’arrivée des Allemands et la fulgurante contre-attaque qu’ils ont lancés ont permis de sauver l’armée italienne d’Albanie du désastre. Néanmoins, le terrain montagneux et la faiblesse des effectifs du Corps expéditionnaire allemand empêchent Rommel de contre-attaquer aussi loin qu’il l’espérait. D’ailleurs, les Alliés ont appris depuis le désastre de Mai-Juin 1940 et savent en partie contrer les effets du Blitzkrieg et les tactiques allemandes.

Mais, pour une fois, le soleil se lève à l’ouest. En effet, les premières réunions d’État-major entre des officiers US et Franco-britanniques ont lieu. Il est décidé de donner la priorité à la défaite de l’Allemagne sur celle du Japon après sa probable intervention dans le conflit. Ces réunions ont pour objectif d’habituer les officiers américains et Franco-britanniques à travailler ensemble pour être prêt le jour où les États-Unis entreront dans le conflit.

Le 29 Janvier, le dictateur grec, le général Metaxás, meurt. C’est Koryzis, le gouverneur de la Banque hellénique, qui devient le nouveau premier ministre grec. Mais il entretient de mauvaises relations avec le général Papagos, le commandant en chef des armées grecques.

En Afrique orientale italienne, les combats violents se poursuivent sur l’ensemble du front mais les Alliés, soutenus par les partisans d’Hailé Sélassié, progressent mais se heurtent à la résistance de plusieurs places fortes italiennes, notamment celle de Keren en Erythrée.

380852AddisAbaba8e00855u.jpg
Le Négus, Hailé Sélassié

En Roumanie, le parti fasciste de la « Garde de Fer » tente un coup d’état avorté contre Antonescu. Ce dernier écrase les putschistes grâce à l’aide de l’armée roumaine et des force allemandes présentes dans le pays.

813739HoriaSima.jpg
Horia Sima, le chef des Pro-Nazis roumains de la "Garde de fer".

En Corse, c'est l'assaut général de l'Axe. Nom de code : Opération Merkur.

Les forces conjuguées de l’Armée de l’air basée sur l’île et de la Flotte combinée des Franco-britanniques, permettent d’infliger de lourdes pertes à la Regia Marina, déjà largement affaiblie par les combats précédents. Néanmoins, la Marine italienne parvient cependant à faire débarquer l’infanterie italienne en soutien aux parachutistes et aux chasseurs alpins allemands débarqués par voie aérienne durant la nuit. Les forces de l'Axe voient non seulement s’opposer à elles l’armée de terre, mais également les forces de gendarmerie soutenues par de nombreux volontaires se basant souvent avec leurs armes personnels, des fusils de chasse ou bien des souvenirs de guerre de 14-18.

884613BundesarchivBild101I166050831Kreta
Les Parachutistes allemands feront face à la résistance héroïque du peuple corse.

Néanmoins, cette résistance courageuse et qui sera encensée par la Presse américaine finira écrasée par les forces additionnées de la Luftwaffe, de la Regia Aeronautica qui attaque en force et de l’arrivée continue des renforts terrestres italiens dans l’île.

Cependant, les pertes ont été terribles pour la Marine de Mussolini, ses troupes d’élites de chasseurs alpins ainsi que pour les parachutistes et troupes alpines d'Hitler. Ces unités d'élite sont considérablement affaiblie à l'heure où l'Allemagne prépare l'invasion de la Grèce.

Le coup a aussi été rude pour le moral des rares troupes motivées de Mussolini, à qui on avait dit qu’elles allaient être accueillies en libératrices et qui se sont vues accueillir à coup de fusil de chasse par les Corses.

D’ailleurs, l’île d’origine de Napoléon fait partie du partage de la France entre les deux dictatures allemandes et italiennes. Partage dans lequel les Collaborateurs n’ont pas eu leur mot à dire. La France est en effet partagée depuis les Accords du Brenner de Juillet 1940 entre une zone d’occupation allemande et italienne (cette dernière correspondant au sud-est de notre pays moins la Savoie, Nice, la Corse et quelques régions frontalières qui sont, elles, annexées par l’Italie fasciste).

La bataille de Corse est certes officiellement terminée mais nombre de Corses ont pris le maquis et mèneront une guérilla contre l’occupant italien (en effet, les troupes allemandes quitteront rapidement l'île) à tel point qu’on déconseille à Mussolini de se rendre à Bastia pour y proclamer l’annexion de l’île, par crainte qu’il ne se prenne une ou plusieurs balles tirées depuis la foule.

764230merselkebirjuillet1940pasdinfopour
Le Cuirassé "Bretagne" sera l'une des victimes françaises de la Bataille de Corse

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En Roumanie, le parti fasciste de la « Garde de Fer » tente un coup d’état avorté contre Antonescu. Ce dernier écrase les putschistes grâce à l’aide de l’armée roumaine et des force(s oublié) allemandes présentes dans le pays.

La, je ne comprend l'attitude des allemands face a un ''partie frère''. Durant leur tentative d'état du 24 janvier 1941 dans la réalité, l'Allemagne à réagit comment ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Garde_de_fer

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎17‎/‎05‎/‎2017 à 17:32, FoxZz° a dit :

Mais qu'en est il au niveau de l'équilibre des forces franco-italien au niveau des flottes de surfaces ? On dit souvent que la Marine française était vraiment magnifique à la veille de la guerre.

Les 2 flottes sont plus ou moins équivalentes avant guerre ( avec une absence de vrais portes-avions opérationnels de chaque côté ) mais la perte des arsenaux métropolitains signifie ( par exemple ) qu'il est impossible de terminer le Jean Bart, de rendre réellement opérationnel le Richelieu ou de réparer les navires endommagés : la Royal est condamnée à mort à moyen terme par la rupture de sa logistique   

Dans un scénario hypothétique, La question est de savoir si les britanniques vont créer la force H avec des portes avions aptes à donner la supériorité aux alliés en méditerranée occidentale ou en rester aux accords initiaux confiant la méditerranée occidentale à la Royale et la méditerranée orientale à la Royal Navy      

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, FoxZz° a dit :

Il reste tout de même Bizerte et Mers-El Kébir, ce n'est pas rien.

Il n'y a rien dans ces ports pour soutenir des opérations. Et la base de Mers-el-Kébir n'est même pas encore achevée.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En 1939/1940, il s'agit de "simples" bases qui ne se substituent pas à Toulon :

 http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/archives/encyclopedie-algerianiste/histoire/histoire-militaire/generalites-militaires/235-la-construction-de-la-base-navale-de-mers-el-kebir-2

Grillé par Ciders

Modifié par loki
information complémentaire
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La, cela ne quelques mois que les bases en France sont perdu, Au niveau munitions et carburant, avec le soutien britannique, il ne devrait pas avoir de gros problème. Mais il est sur que pour les gros carénages, il faudra passé par les arsenaux aux Etats Unis et au Royaume Uni. 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, collectionneur a dit :

En Roumanie, le parti fasciste de la « Garde de Fer » tente un coup d’état avorté contre Antonescu. Ce dernier écrase les putschistes grâce à l’aide de l’armée roumaine et des force(s oublié) allemandes présentes dans le pays.

La, je ne comprend l'attitude des allemands face a un ''partie frère''. Durant leur tentative d'état du 24 janvier 1941 dans la réalité, l'Allemagne à réagit comment ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Garde_de_fer

Elle a soutenu comme LFC Antonescu car celui-ci était moins extrémiste et donc plus susceptible de ne pas provoquer une opposition ouverte en Roumanie et de rallier l'Armée roumaine. Je n'ai pas changé la réalité ici.

---------------------

En ce qui concerne l'entretien de la Royale et la finition des bâtiments français non terminés, en effet Mandel et Darlan comptent sur les Américains.

Et voici le mois de Février 1941 !

Février 1941

Intense activité diplomatique allemande durant ce mois. Les négociations se poursuivent avec la Bulgarie et la Yougoslavie. Si les états-majors allemands et bulgares tombent d’accord sur les modalités de l’entrée de la Wehrmacht dans le pays, la Yougoslavie en la personne de son président du Conseil, Tsvetkovitch, impose une fin de non-recevoir aux demandes allemandes de signature du pacte tripartite. Néanmoins, dans le même temps, les Yougoslaves refuseront d’accueillir une délégation franco-britannique composée d’Eden, ministre britannique des affaires étrangères, et Sir John Dill, chef d’État-major impérial britannique, du Général De Gaulle, ministre français de la guerre et du généralissime Doumenc. Cette délégation, s’est néanmoins rendue à Ankara après avoir discuté avec les Grecs à Athènes, mais les Turcs refuseront sa proposition d’alliance.

908931DragiaCvetkovi2631.jpg
Le Président du Conseil yougoslave, Dragisa Tsvetkovitch

En ce mois de Février 1941, les Nazis « discutent » ou plutôt imposent à leurs laquais français les modalités d’un renforcement de la Collaboration de l’État français avec l’Allemagne. Ils grondent car leurs services de renseignement les tiennent au courant de la véritable haine que se vouent les deux « têtes » de l’État fantoche de Paris, Pétain et Laval et ils tiennent à remettre les choses au clair pour éviter une confrontation directe entre les deux hommes. Ils réclament aussi une augmentation de la répression menée par les Français contre la Résistance qui va en se renforçant, soutenue par Londres et Alger.

L’URSS, de son côté, n’est pas si inconsciente de la menace nazie qu’on pourrait se l’imaginer. En effet, le général Joukov, le vainqueur des Japonais à Khalkhin Gol en Août 1939, est nommé à la tête de l’État-major général et Commissaire adjoint à la défense.

219592RIANarchive2410MarshalZhukovspeaki
Le Général Gueorgui Joukov

En Afrique orientale, les défenses italiennes s’effondrent de toute part. Keren est prise après de durs combats auxquels participent des troupes françaises parties du Tchad tandis que les Britanniques s’emparent de Mogadiscio.

568262KARsoldierscollectingarmsatWolchef
En Afrique orientale italienne aussi les Alliés triomphent !

En Norvège, un raid est mené conjointement par des résistants norvégiens et des Commandos franco-britanniques sur les iles Lofoten. Des centaines d’Allemands seront capturés tandis que de nombreux jeunes volontaires norvégiens se joignent aux Alliés pour poursuivre la lutte en exil. Cependant, les représailles nazies seront sanglantes ce qui poussera la Résistance norvégienne à demander aux Alliés d’arrêter ce type d’opération.

280300HMSLegionLofotenraids.jpg
Les cuves de pétroles des îles Lofoten brûlent !

Du point de vue politique, l’événement majeur de ce mois de Février 1941 est l’élection du « Conseil de l’Empire », où votent donc non seulement les Citoyens français des colonies mais également ceux qui portent encore le statut d’Indigènes. L’élection ayant été démocratique, c’est une majorité de personnes originaires des colonies qui sont élues et qui siégeront donc aux côtés du Parlement à Alger même si la proportion de colons au sein du « Conseil de l’Empire » est supérieure que dans la population, signe de l’influence encore importante de ceux-ci. Du point de vue de la politique politicienne, Léon Blum est satisfait des résultats qui ont placé des partis proches de la SFIO en tête. Dans le même temps, Mandel et de Gaulle constatent que l’immense majorité des élus sont de farouches partisans de la guerre contre l’Axe et que les seuls opposants à celle-ci sont à compter parmi les colons, notamment indochinois.

598032independancecotedivoire3514026.jpg
Félix Houphouët-Boigny, représentant la Côte d'Ivoire au "Conseil de l'Empire".

Modifié par Napoléon III
  • J'aime (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5120
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    STEPHANE BEGALA
    Membre le plus récent
    STEPHANE BEGALA
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20095
    Total des sujets
    1087681
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets