Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Skw

Members
  • Posts

    8,547
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    31

Everything posted by Skw

  1. Henri K. ne serait que la copie chinoise de HK* ? * Qui sonne très hongkongais en passant ^^ --> [ ]
  2. La bienvenue ! Effectivement, de même que souhaité par SLT, n'hésite pas à fournir du contenu (actualités, points de vue, analyses) en provenance des terres indonésiennes et autres contrées de cette région !
  3. Pour que Le Drian - homme connu pour sa discrétion et une certaine réserve, n'étant par ailleurs pas un perdreau de l'année et connaissant le cynisme des jeux politiques - fasse une telle sortie publique... on imagine qu'il a dû s'en passer des manœuvres.
  4. Non. A la fin des années 1990 et au début des années 2000, les industries aéronautiques danoises qui s'étaient développées en profitant des retours industriels du F-16 ont créé leur groupe d'influence, le JSF DK Team. Ils ont fait dans les années suivantes un forcing du diable pour que le pays opte pour le JSF. Cela afin d'assurer leur propre avenir. Il y a peu de mondes dans lesquels les Danois auraient pu prendre des F/A-18 Super Hornet. S'ils prenaient américain, c'était presque à coup sûr du JSF/F-35.
  5. https://www.francebleu.fr/infos/societe/enquete-depuis-plusieurs-annees-edf-recherche-en-toute-discretion-des-terrains-pour-ses-nouveaux-epr-1651178088
  6. Skw

    Le F-35

    Pas sûr que ce soient les considérations techniques qui motivent toujours les décisions australiennes. Autrement dit, le pays semble offrir un beau contre-exemple à la démonstration. PS : Soit dit en passant, ce n'est pas une exclusivité australienne. Il est même sage d'établir les décisions impliquant la sécurité nationale en fonction de critères dépassant les seuls aspects techniques. Mais disons que le poids des critères techniques dans la décision me semble d'autant plus faible dans le contexte australien.
  7. C'est peut-être moins limpide que cela : https://fr.wikipedia.org/wiki/Essai_sur_le_don
  8. Les stocks des forces russes sont-ils tendus à un tel point qu'ils ne peuvent pas leur transférer des fusils d'assaut et de précision un peu plus modernes ? Au moins pour équiper une partie des forces ? Ou le blocage serait ailleurs ?
  9. J'imagine qu'il y a deux choses qui peuvent coûter cher : le nombre d'heure de vol se multipliant, la disponibilité opérationnelle accrue que cela peut impliquer.
  10. Je réponds ici, ce fil me semblant plus adapté, pour éviter le hors-sujet : Je pense qu'il y a eu un tournant dans la manière de considérer l'Allemagne sur la scène politique française suite à l'arrivée d'Angela Merkel à la chancellerie. La politique menée sous ses différents gouvernements a cristallisé beaucoup d'hostilités dans la société française en raison de son positionnement libéral multifacettes : crise migratoire alimentée notamment par un discours d'attraction de la main d’œuvre étrangère pour faire tourner l'économie allemande sans que ne soient considérées les répercussions sur les pays voisins (critique essentiellement portée par l'extrême-droite), orthodoxie budgétaire soutenue jusqu'à l'excès avec l'idée même que la partie allemande cherchait la sanction plutôt qu'une solution dans le cadre de la dette publique grecque (critique essentiellement portée par l'extrême-gauche). Il est d'ailleurs assez étonnant d'entendre fréquemment Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon employer la même expression, à savoir "L'Allemagne de Madame Merkel", pour qualifier ce face à quoi ils se positionnent. Initialement, c'était plutôt Jean-Luc Mélenchon qui employait l'expression. Puis, cela fut repris par Marine Le Pen. Pour ces partis, Angela Merkel est devenue la figure allégorique d'une Union Européenne qu'ils réprouvent, du moins dans ses orientations, et face à laquelle ils se positionnent. Par ailleurs, nombre d'européistes français reprochent à Angela Merkel de ne pas avoir su, en dépit des latitudes d'action politiques dont elles jouissait, pousser le projet européen. Plutôt à penser de manière primaire aux intérêts allemands que dans une ligne intégratrice au sein desquels les intérêts allemands auraient pu trouver leur place. En d'autres termes, certains pensent qu'une occasion a été perdue.
  11. Peut-être du point de vue du droit russe. Néanmoins, la Convention de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre est assez claire en la matière : Ou encore : Pour plus de détails : https://www.ohchr.org/fr/instruments-mechanisms/instruments/geneva-convention-relative-treatment-prisoners-war
  12. C'est sûr que prendre le risque de ne plus avoir de chasseurs-bombardiers opérationnels, sachant qu'une nouvelle initiative populaire verrait probablement le jour en cas de sélection d'un autre appareil.... ce serait fort arrangeant !
  13. Les électeurs ont voté deux ans plus tard pour un président qui n'a jamais caché, en cas de victoire à la présidentielle et aux législatives, qu'il ratifierait le traité en passant par un vote du Congrès et non plus de la population... Je sais bien. Mais je trouve que c'est parfois assez léger. Du moins, il devrait y avoir dans certains cas le droit à demander et obtenir, sous peine de poursuites, l'accès aux informations non fournies lorsque celles-ci existent. Du moins, c'est ma vision des choses. A titre d'exemple, le projet Stuttgart 21, pour lequel les citoyens de la région de Stuttgart ont été appelés à voter... est une escroquerie démocratique. Nombre de coûts et risques ont été cachés/amenuisés, ce dont attestent des rapports récents. Sans surprise, le coût du projet est passé de 4,1 milliards d'euros en 2010, un peu avant le référendum, à presque 9,15 milliards d'euros aux dernières estimations, avec qui plus est une réserve de 650 millions d'euros. Il est fort probable que le coût définitif soit au-dessus des 10 milliards. Personnellement, j'aurais eu l'impression d'être pris pour un c** si l'on m'avait appelé à voter dans de telles conditions.
  14. A noter que je ne serais pas forcément contre davantage de démocratie directe dans le contexte français. Hormis rares référendums au niveau national, que les opposants, éditorialistes et citoyens veulent volontiers tourner en plébiscites, on en a quelquefois au niveau local sur certains projets d'aménagement. Mais disons que certains semblent avoir dans le contexte français une compréhension assez poétique du concept... pensant que cela résoudrait tous les maux. A noter néanmoins - et l'on m'avait d'ailleurs rétorqué sur ce fil qu'il était bien cavalier de ma part d'instruire aux membres suisses de ce forum comment devait fonctionner leur démocratie lorsque je pointais cela - que j'ai beaucoup de mal avec la démocratie directe lorsqu'une obligation d'information détaillée n'existe pas. Si l'on me demande de voter, j'exige d'avoir accès à l'information. Sans quoi je considère que c'est me prendre pour un idiot... pour ne pas dire autre chose. Le fait que le citoyen ne soit pas un technicien dans le domaine ne constitue pas à mes yeux une excuse dispensant d'un niveau d'information suffisant. Combien de nos députés ou sénateurs, côté français, ont la connaissance technique nécessaire et réellement supérieure à ce qu'aurait un citoyen lambda ayant fait l'effort de s'instruire, pour réellement comprendre les dossiers sur lesquels ils votent ? Pas beaucoup. Et je ne vois pas pourquoi un citoyen ne serait pas capable de comprendre dans les mêmes proportions une note technique ou encore une maquette budgétaire rédigée à l'attention des législateurs qu'un député ou sénateur lui-même.
  15. Tu écris cela pour les voisins français qui penseraient que la démocratie directe est forcément pure ?
  16. Cette photo - comme pas mal de celles qui ont été prises du côté d'Azovstal, mais d'autant plus avec cette lumière - on la dirait tout droit sortie d'Avalon :
  17. Skw

    Le F-35

    On peut aussi constater que les programmes contemporains, en plus d'être de plus en plus coûteux, sont généralement de plus en plus étirés dans le temps. Cela ayant trait assez largement, mais sans doute pas seulement, à la complexité de ces programmes. Si mon parallèle entre le F-35 et les cathédrales peut faire rire - et c'était effectivement l'objectif - il y a cependant quelques aspects qui mériteraient réflexion. Tu as pu pointer à travers tes postes : * les capacités additionnelles introduites au cours du développement, ce mécanisme étant d'autant plus fréquent/explicable sur les programmes qui s'étirent dans le temps >> les cathédrales voyaient leur plan être adapté au fur et à mesure et s'enrichir de nouveaux ajouts, pas forcément dans une optique d'adaptation aux nouveaux besoins opérationnels, mais parfois dans une logique d'adéquation à une symbolique religieuse en évolution. * les apports d'innovations technologiques pour palier des limites/défauts conceptuels >> nombres de cathédrales ont intégré des innovations technologiques (ex : arcboutants, chaînage en plomb, agrafes en fer, etc.) au fur et à mesure afin de résoudre des problèmes de structure pas forcément identifiés ou sinon mal appréhendés initialement. * les limites financières, s'expliquant parfois par des changements de figures politiques ou des éléments de contexte extérieurs au projet, freinant le programme dans son développement >> l'argent et les capacités de financement furent le principal frein/accélérateur de la construction des cathédrales. Je ne suis pas un spécialiste de la gestion de projets, mais j'imagine qu'il doit plus ou moins y avoir un théorème expliquant que plus un projet se complexifie, plus son temps de développement se voit allongé, plus il est susceptible d'être influencé par l'un des 3 points cités plus haut. Autrement dit, les éléments que tu apportes comme justificatifs pour expliquer les dépassements de délais ou réorientations de programme sont en fait consubstantiels des projets aussi longs. Bon, sinon, on peut aussi reconnaître l'ambition du programme F-35 tout en riant des communications de LM qui t'expliquent que l'avion sera bientôt disponible dans sa pleine capacité opérationnelle.
  18. Dans d'autres régions, plus montagneuses notamment, la pression sur la ressource fourragère s'explique également par l'abandon des pâturages les plus difficiles d'accès. Jadis, il existait une main d’œuvre relativement bon marché, souvent familiale, prête à défricher les sentiers permettant l'accès aux zones les plus difficiles ou encore à accompagner les troupeaux sur ces secteurs. Lorsque les cheptels ne passent plus assez fréquemment ou plus en assez grand nombre sur ces espaces, le milieu tend à se refermer, avec le développement de végétations ligneuses. Sans compter que cette fermeture de milieux tend désormais à favoriser la prédation par le loup - puisque la bête trouvant ici un milieu lui étant plus favorable pour mener des attaques, que les chiens ont généralement du mal à protéger correctement les troupeaux dans un tel contexte, que les éleveurs ont plus de mal à dresser des clôtures - , d'où l'abandon encore plus rapide de ces parcelles par les éleveurs. Au final, s'ils ne veulent pas réduire la taille des cheptels, cela passe alors par un autre apport fourrager. D'où la pression notamment sur le foin.
  19. J'ai pensé à la même. Il faut avouer qu'elle avait des titres hautement politiques, si on tente de les replacer dans le contexte malien :
  20. Les géopolitologues ont généralement une région du monde (ex : Asie du Sud-Est) ou une entrée thématique (ex : le pétrole) de prédilection, sur laquelle ils ont une vraie maîtrise. Quand un soit disant expert est contacté par les médias pour parler d'à peu près tout, alors même qu'il se plaignait un temps d'avoir été blacklisté de certaines antennes, c'est plutôt mauvais signe.
  21. Il semblerait que l'auteur de cet article ait apporté un correctif par ailleurs, en commentaires d'un autre article :
  22. Skw

    L'Inde

    C'est ce qui est vendu à la Malaisie. Le Tejas MK1A serait censé pouvoir en embarquer deux, probablement avec quelques conséquences sur le rayon d'action...
×
×
  • Create New...