lol94

[Chine] Programme Spatial

906 messages dans ce sujet

Selon les scientifiques chinois, le prochain vol d'un vaisseau spatial habité Shenzhou devrait intervenir en 2008 et comporter certaines innovations technologiques intéressantes. Cette mission, Shenzhou VII, emportera deux passagers comme la précédente, mais le programme de la mission prévoit la sortie dans l'espace d'un des occupants, prélude à l'assemblage d'une future station spatiale en orbite autour de la Terre. L'étape suivante, programmée semble-t-il fin 2008 ou début 2009, prévoit le rendez-vous et l'amarrage de Shenzhou VIII avec un autre satellite, ce qui formera peut-être l'embryon de la future station. Mais ce que l'on retiendra surtout, c'est l'annonce par la Chine de l'utilisation d'un nanosatellite auxiliaire durant les opérations extravéhiculaires, destiné à suivre la marche des astronautes dans l'espace. Ce petit engin de la taille d'un ballon de football serait équipé de caméras et de moteurs, ce qui le rendrait totalement autonome. Embarqué à bord de Shenzhou, il serait libéré en orbite peu avant la sortie et permettrait de visualiser le travail des astronautes sous un angle idéal. Cependant, l'avancée la plus importante du concept se situe peut-être sur le plan de la sécurité. L'autonomie de ce nanosatellite doté de vision, télécommandé au choix depuis un vaisseau ou la Terre, permet d'en envisager une utilisation comme bouée de sauvetage, soit pour aider un astronaute dont le système de propulsion serait défaillant, soit pour récupérer un outil malencontreusement échappé et potentiellement dangereux. Il ne serait même pas nécessaire d'équiper ce "micro-robot" d'un système préhensile pour cela, une simple surface magnétique suffirait. Gageons que les scientifiques chinois y ont déjà pensé… Selon Yang Genqing, de l'institut de recherches sur les micro-satellites basé à Shanghai, ces petits engins ont beaucoup d'avenir devant eux. De quelques dizaines de kg tout au plus, consommant peu d'énergie, peu coûteux et rapides à fabriquer, ils pourraient former un réseau autour de la Terre et fournir de nombreux services, non seulement en matière de télécommunications, mais aussi d'assistance à un vaisseau en difficulté.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Chine révèle son ambitieux nouveau programme spatial Dans le cadre de son 11e Plan quinquennal, la Chine vient de dévoiler son nouveau programme spatial qui ambitionne non seulement le lancement des premiers satellites astronomiques du pays, mais aussi une coopération internationale plus étendue. Dans cette optique, l'agence spatiale chinoise projette avec la Russie une mission commune automatique vers la planète Mars, qui comprendra un atterrissage et un retour d'échantillons, mais aussi l'exploration in situ d'un des deux satellites naturels Phobos ou Deimos. Toujours avec la Russie, la Chine travaille au projet WSO/UV (World Space Observatory/Ultraviolet), un télescope spatial de 170 cm travaillant dans les longueurs d'onde de 100 - 320 nanomètres qui échappent aux observatoires terrestres. Il s'agit en fait d'une coopération internationale impliquant 16 pays dont la Russie occupe le premier rôle, la Chine étant en charge de construire le spectromètre embarqué, cœur du système. Un autre projet non moins ambitieux est le SMESE (Small Explorer for Solar Eruptions), une coopération sino-française destinée à observer les éruptions solaires et les éjections de masse coronales durant la prochaine phase de maximum solaire en 2011. Le plan n'a pas encore déterminé de calendrier précis pour ces trois projets, qui sont cependant déjà en phase préparatoire et dont la conception est pratiquement définie. La Chine prépare aussi un satellite astronomique d'observation en rayons X, dont le lancement est prévu en 2010. Celui-ci sera essentiellement consacré à l'étude des trous noirs et de leur environnement, un des domaines les moins connus de l'astrophysique. Les scientifiques espèrent que ce nouvel outil leur permettra de faire des percées significatives dans ce domaine. Ce programme sera précédé par l'envoi, en 2009, de l'observatoire astronomique Spectr-UF, un télescope ultraviolet réalisé conjointement avec la Russie. Enfin, Wang Chunping, membre du CCPPC (Conférence consultative politique du Peuple chinois), confirme l'intention de la Chine d'envoyer une sonde vers la Lune cette année, et une nouvelle mission habitée en orbite terrestre en 2008. Selon le Plan, la Chine concentrera essentiellement ses efforts sur le développement durable de la science spatiale au bénéfice de l'économie du pays et de la sécurité nationale, avec pour ambition de devenir un "grand pays novateur".

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les scientifiques chinois développent un prototype de rover lunaire

Par Jean Etienne, Futura-Sciences, le 03/04/2007 à 11h19

Deux prototypes d'un futur véhicule d'exploration lunaire automatisé ont été présentés le 31 mars à l'Institut de l'Ingénierie spatiale de Shanghai.

Développés par plusieurs organismes de recherche spatiale sous le contrôle du Bureau de l'Espace de Shanghai, les deux véhicules MR-2 et MR-3 préfigurent ce que seront les explorateurs robots chinois chargés de reconnaître les étendues désertiques de la Lune, tout en procédant à des analyses et, ultérieurement, capables de ramener des échantillons de roches sur Terre.

Seul MR-2 est actuellement fonctionnel. Mesurant 1,20 mètre en longueur et en largeur pour 1,50 mètre de haut, le prototype de 200 kg a été installé pour la démonstration dans une reconstitution de terrain lunaire formé de sable fin. Commandé à distance par des techniciens, le robot à six roues s'avère capable de gravir des côtes de 30°, franchir des obstacles et cela à une vitesse allant jusqu'à 100 mètres par heure.

Maquette fonctionnelle de MR-2. Crédit Institut de l'Ingénierie spatiale de Shanghai.

Mais le robot est aussi capable de prendre son autonomie, ses caméras appréhendant alors la nature du terrain qui se trouve devant lui dans un rayon de 3 mètres. Une cartographie de la zone est alors établie, et les rochers dont la hauteur dépasse 25 centimètres, considérés comme infranchissables, seront automatiquement contournés. L'ordinateur de bord, couplé au système de navigation visuelle, est capable aussi bien de déterminer le meilleur itinéraire à suivre pour se rendre à un point donné, que de désigner les objets susceptibles d'être examinés par les instruments de l'appareil.

Image IPB

MR-2 simulant la détection et l'examen d'un rocher lunaire. Crédit Institut de l'Ingénierie spatiale de Shanghai.

Image IPB

Le second prototype, MR-3, a été présenté sous la forme de maquette grandeur nature, mais n'est pas encore fonctionnel.

Les deux engins ressemblent extérieurement aux explorateurs martiens Spirit et Opportunity qui parcourent inlassablement le sol de la Planète rouge depuis plusieurs années, mais alors que ces derniers sont alimentés par des batteries au lithium rechargées par des panneaux solaires, leur homologue chinois fonctionnera au moyen d'une source d'énergie nucléaire qui assurera un débit d'électricité à la fois constant et de longue durée.

"Nous voulons faire mieux que les Etats-Unis et plus rapidement que la Russie", a déclaré Luo Jian, directeur de l'institut.

Mais ces deux prototypes ne constituent encore qu'un projet en concurrence avec plusieurs autres, développés parallèlement par d'autres entreprises et mis en compétition afin de sélectionner celle qui sera chargée de réaliser l'engin définitif. Aucune communication n'a été faite sur les autres réalisations, celle qui vient d'être présentée officiellement paraissant la plus aboutie.

La Chine projette l'envoi d'une sonde en orbite autour de la Lune à la fin de cette année, qui sera suivie par plusieurs missions d'exploration automatiques dont certaines avec retour d'échantillons. Le premier vol habité chinois est prévu vers 2017.

Image IPB

Vue d'artiste préfigurant une mission automatique chinoise de retour d'échantillons lunaires.

Crédits : Institut de l'Ingénierie spatiale de Shanghai

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca y est ils ont terminer d'usiner tiangong, le mini laboratoire orbital, un equivalent skylab, ils vont pouvoir

tester les rendez vous spatiaux. ils m'ont l air de progresser des plus en plus vite. Après ca sent objectif lune.

Image IPB

http://www.spaceflightnow.com/news/n1008/18tiangong/

The Xinhua news agency, citing a military source in Beijing, said China has completed construction of the Tiangong 1 space module. The vehicle is now being tested to check its electrical, mechanical and thermal properties, Xinhua reported.

The nearly 19,000-pound spacecraft will launch on a Long March 2F rocket sometime next year, setting the stage for a series of automated and crewed dockings in 2011 and 2012.

Xinhua reported the Long March booster is currently being tested.

Tiangong means heavenly palace in English.

The Shenzhou 8 spacecraft is being readied to launch in the second half of 2011, when it will rendezvous and dock with the Tiangong 1 module in orbit. Shenzhou 8 is currently planned to fly without a crew on China's first space docking attempt.

Shenzhou 8 is now under construction, Xinhua reported.

Two more Shenzhou spaceships are planned for launch in 2012 with Chinese astronauts. Each mission will visit the Tiangong lab for temporary stays. The Tiangong 1 module will offer more spacious quarters for Chinese astronauts to conduct research in orbit.

China's space program is shrouded in secrecy. State media reports are often the only official source of information on the country's space ambitions.

The military-run human space program has accomplished three piloted Shenzhou missions since 2003, when China became the third nation to send a human into space. The most recent Shenzhou flight in 2008 included China's first spacewalk.

Other Chinese space activities this year include the October blastoff of the country's second probe to the moon, the construction of the Beidou satellite navigation system, and continued launches of government reconnaissance spacecraft.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca y est ils ont terminer d'usiner tiangong, le mini laboratoire orbital, un equivalent skylab, ils vont pouvoir tester les rendez vous spatiaux. ils m'ont l air de progresser des plus en plus vite.

Technologiquement, c'est juste du niveau des année 60/70. Maintenant qu'ils ont les moyens financiers et industriels, les progrés peuvent être assez rapide.
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils refont ce qu'on fait les russes à leur sauce, la ou ils seront bloqués, c'est pour réaliser

le module lunaire, il n'y avait que des prototypes coté russe, ils devront faire par eux meme.

Ils pourront faire jusqu'au tour d'orbite de la lune avec un schenzhou, après ca sera à eux d'innover.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Guére d'infos sur l'engin à part qu'il aura une caméra d'une résolution d'un mêtre. J'espére que l'orbite lunaire sera ''inédite'' car malgré les missions russes US et autres précédentes, nous n'avont que quelques % réellement détaillé de la surface de notre satellite à étudier.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

AFP : La Chine va lancer cette année avec la Russie une sonde vers Mars

La première sonde chinoise vers la planète Mars devrait être lancée en octobre 2011, en collaboration avec la Russie, après un retard de deux ans, a indiqué dimanche l'agence Chine Nouvelle.

La sonde chinoise Yinghuo-1 devait être lancée à l'origine en octobre 2009 en compagnie de la sonde russe "Phobos Explorer" depuis le site de lancement de Baïkonour au Kazakhstan mais ce lancement avait été reporté, a précisé Chine Nouvelle.

Selon un expert de l'Académie chinoise des technologies spatiales cité par Chine Nouvelle, le lancement a été reporté à octobre. La Chine prévoit par ailleurs de lancer seule une sonde vers Mars en 2013.

La sonde doit analyser l'environnement spatial autour de Mars et s'intéressera particulièrement à ce qu'il est advenu de l'eau autrefois abondante sur la planère rouge.

La Chine qui a déjà lancé une sonde vers la Lune, a développé un ambitieux programme spatial.

Sa deuxième sonde lunaire, Chang'e-2, étape supplémentaire de son programme destiné à envoyer des hommes sur la Lune vers 2020, est actuellement en orbite autour de la lune.

Une troisième mission est prévue vers la Lune en 2013, la mission Chang'e-3 comprend l'atterrissage sur la Lune d'un robot chargé d'analyser des échantillons lunaires.

Dans la phase suivante, vers 2017, les Chinois tenteront de ramener des échantillons sur Terre, avant d'essayer d'envoyer des hommes sur la Lune vers 2020.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

News de Tiangong-1, la future mini station chinoise (un equivalent de skylab, saliout), elle va permetre les rendez vous en orbite, après les rendez vous, il est logique que la prochaine etape sera un tour de lune. lancement pour 2012

avec Shenzhou 8,  Shenzhou 9 & 10 pour les rendez vous avec la station.

Long March2F launch vehicles are used to launch Tiangong-1 target spacecraft and Shenzhou-Ⅷ spaceship. The first-phase test of the launch vehicle to launch Tiangong-1 has been completed, and assembly of the launcher to launch Shenzhou-Ⅷ has started. Preparations for the launch site, landing site, measurement and control system, and communications system are in full swing.

Rendezvous and docking technologies are essential for the sustainable development of China's manned spaceflight project. Following the first docking this year, Shenzhou IX and Shenzhou X are scheduled to be launched in 2012 to conduct a manned space docking with Tiangong-1 and carry out man-tended experiments in the space laboratory. (Li Yida )

la maquette

Image IPB

post youtube de hk299792458  =) j'ai deja vu ce pseudo quelque part

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=55M_ZxfcNqo&feature=player_embedded

Image IPB

systeme d'amarage

http-~~-//www.youtube.com/watch?v=ARWyr6osDjQ&feature=player_embedded

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si il font une copie de la fusée energia, y a plus qu'a.

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-bref-la-chine-planifie-un-lanceur-lourd-pour-ses-futures-missions-spatiales_29553/#xtor=RSS-19

En prévision des missions habitées sur la Lune  à l’horizon 2030 et sur Mars vers 2050, et pour mener à bien ses ambitions spatiales dans les décennies à venir en matière d'exploration, la Chine a besoin d’un lanceur lourd, qu’elle ne possède pas aujourd’hui, capable de transporter plus de 100 tonnes en orbite basse.

Dans son rapport Space Science & Technology in China : A Roadmap to 2050, l’Académie chinoise des sciences a tracé une ambitieuse feuille de route pour sa communauté scientifique et l’industrie spatiale d’un pays en plein boum économique.

Pour atteindre ses objectifs, la Chine aura besoin d’ici quelques années d’un lanceur lourd capable d'envoyer quelque 130 tonnes en orbite basse. Sa mise au point ne sera pas une partie de plaisir. Pour y parvenir, la Chine aura besoin d’acquérir un certain nombre de technologies qu’elle ne maîtrise pas pour l’instant. Autre problème, aucune installation au sol de ses centres spatiaux ne semble suffisamment dimensionnée pour opérer un lanceur de cette envergure.

À l’instar des États-Unis, empêtrés dans le choix de l'architecture du lanceur lourd qui leur manque depuis que l’on sait que la navette ne sera plus utilisée d’ici quelques mois, la Chine n’a pas d’idée préconçue sur ce à quoi ressemblera son futur lanceur. Des études de faisabilité ont été lancées. Cependant, le développement de la Long March 5, une famille de lanceurs aux performances similaires aux delta IV et Ariane 5 (20 tonnes en orbite basse et 10 tonnes en GTO), prévue vers 2014, pourrait être un bon point d’appui. Son corps central pourrait servir de booster.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

puis il va y avoir de beaux retard et le 2050 va donner 2100  :lol: :lol: :lol:

bienvenue dans le monde moderne

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Chine se prépare à lancer sa propre station spatiale

Ils préparent actuellement le premier module, baptisé Tiangong-1 (« palace paradisiaque »).

Le lancement du module Tiangong-1 est prévu avant la fin de l’année.

De nombreux autres modules sont bien sur prévus pour composer une véritable station spatiale et ainsi assurer une présence chinoise durable dans l’espace.

La Chine s’est dite intéressée par une coopération autour de la Station Spatiale Internationale, mais en l’état leurs systèmes d’arrimages ne sont pas compatibles avec l’ISS. [space via Dvice]

http://www.gizmodo.fr/2011/07/27/la-chine-se-prepare-a-lancer-sa-propre-station-spatiale.html

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

puis il va y avoir de beaux retard et le 2050 va donner 2100  :lol: :lol: :lol:

bienvenue dans le monde moderne

Je trouve que tu t'enfonces dans le trollage systematique lorsque l'on parle de la Chine ou de la Russie...  :-[ :-[

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve que tu t'enfonces dans le trollage systematique lorsque l'on parle de la Chine ou de la Russie...  :-[ :-[

les chinois oui mais les russes non car je trouves que les russes un peuple, comment dire, (sérieusement, je rigole pas) je respecte franchement les russes car d'ailleurs un belle exemple, c'est qu'ils faisaient aussi bien que les us mais avec peu de moyens.

par contre les chinois, ce qui m'énerve, ce sont leur arrogance, et leur non respect des autres

et j'en ai pleins des exemples pour appuier ca:

- production de su-27 sans licence (appareil renommé J-11)

- lanceur de 130T

- station spatial alors que le nombre de vols habités se comptes sur les doigts d'une main

- leur zee qui prend cele des autres pays

- accaparations de territoires étrangers (spratleys, ou encore avec les japonais ou les russes)

- provocations avec les indiens (les barrages en construction au tibet pour ne pas que les indiens aient de l'eau)

- le tibet

et je peux en citer beaucoup plus

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les chinois oui mais les russes non car je trouves que les russes un peuple, comment dire, (sérieusement, je rigole pas) je respecte franchement les russes car d'ailleurs un belle exemple, c'est qu'ils faisaient aussi bien que les us mais avec peu de moyens.

par contre les chinois, ce qui m'énerve, ce sont leur arrogance, et leur non respect des autres

et j'en ai pleins des exemples pour appuier ca:

- production de su-27 sans licence (appareil renommé J-11)

- lanceur de 130T

- station spatial alors que le nombre de vols habités se comptes sur les doigts d'une main

- leur zee qui prend cele des autres pays

- accaparations de territoires étrangers (spratleys, ou encore avec les japonais ou les russes)

- provocations avec les indiens (les barrages en construction au tibet pour ne pas que les indiens aient de l'eau)

- le tibet

et je peux en citer beaucoup plus

Il est clair qu'il y a un problème avec eux, a certains même pas mal de niveau disons qu'après moi je préfère mettre ça sur le dos du PCC et de l'autorité chinoise que sur celui du peuple chinois qui mérite pas ça :

C'est dur pour eux aussi, de constater leur politique nationale honteuse et qui copie hélas sans vergogne trop de choses qui sincèrement ne les grandis vraiment pas !

Hélas derrière y a le contre exemple des initiatives industrielles individuelles (ou de groupes d'intérêts) qui ont exactement les mêmes mentalités et pratiques qui me fait dire au final : non non non ce n'est hélas pas que l'autorité chinoise qui a cette très mauvaise habitude : puisqu'ils sont pas non plus de responsable de tout a ce niveau entre pale copies ridicules et contrefaçon (et ou souvent la frontière est difficile a trouver entre les 2)

Il suffit déja juste de regarder les pratiques qui se font dans l'industrie automobile chinoise : les copies pures et simples de désign notamment d'allemande de renommée qui ne sont plus a faire : qui les rends limite plus bas que terre, a la limite de tourner au massacre de l'image de la marque allemande elle même : pour la qualité ridicule qui y est lié en +

Pour revenir sur le vrai sujet, il est clair quand même que le gouvernement chinois joue un peu a tout et n'importe quoi a ce lancer comme il le font dans des programmes spatiaux basés notamment sur de la copie pure et simple de ce que les soviétiques ont crée par eux même tout en prenant le temps nécessaire :

Les voir honteusement s'approprier soyuz ainsi, et sans retour d'expérience se lancer dans de la station spatiale comme ça, c'est franchement assez lamentable :

D'un parce que les risques d'échecs sont énormes et de deux, ben parce que c'est le peuple chinois qui en payera la facture tant financière que de pot cassé en terme d'images négatives quoi qu'il arrive ...

C'est assez plus bas que terre, et peu respectueux de ce qui ont pris le temps pour batir l'expérience spatiale et qui pourtant se gardent bien de se lancer dans des délires sans expériences ni retour de moyens termes de technologies propres a eux

Et y a le coté détestable de volonté assez visible de détournement de l'attention du peuple, en agitant tel un hochet ce qui pourrait devenir une éventuelle fierté par la passion de l'espace qui est toujours un sujet populaire d'attention et d'espoir d'anticipation :

Certes la course a l'espace des années 50-60 n'était pas triste non plus a ce niveau, notamment pour les russes : qui avaient trouvé un excellent moyen de dire a son peuple sans le dire : voyez que la démocratie, c'est "+ faible" :

Mais bon après la "destalinisation" du monde soviétique après la mort de celui ci : même si la démocratie en fut pas acquis pour autant, il y avait eu malgré des efforts très concret pour que le peuple russe puisse jouir d'une société de progrès enfin : bon instrumentalisé par le coté matérialiste, les russes pour palier l'absence de démocratie après staline avaient mis en place rapidement l'équivalent russe de la société de consommation, en veillant a intégrer comme les amérloques et nous en europe plein de besoin de tout plein des nouveaux bidules domotique de l'électroménager mais qui ne mentait pas sur une chose : l'effort pour élever le niveau de vie, était donc bien réel :

C'était ça ou la révolte de toute façon : avaient ils le choix ? Non ... Même politiquement et idéologiquement, le soviétisme niait quelque part l'intéret matérialiste de la société de consommation, la vérité étant que son équivalant a l'intérieur du territoire soviétique fut inévitable : de la furent nés pleins d'équivalent soviétiques du monde moderne occidental mais au moins le progrès de niveau de vie fut véritable et concernait tout le monde a quelques exceptions près

Donc a la limite la course a l'espace pouvait se justifier a ce moment la, les excès du stalinisme avaient disparu, les russes s'étaient éloigné des risques de famines de l'ère stalinienne (enfin risque : quand elles ne furent pas orchestrée directement par le pouvoir pour se débarrasser des génants : les paysans qui revendiquaient leurs terres confisquées pour les kolkhozes et le plan quinquénal : qui étaient un vrai problème : parce que la plupart de ceux qui ont perdu leur terre a cette époque étaient loin d'être des "riches propriétaires" terriens qui exploitaient le russe sans terre des campagnes en main d'oeuvre : d'ou pourquoi on a organisé ces famines pour les supprimer et plus en entendre parler car ils étaient un risque de contradiction lourd dans la doctrine) et tout un chacun pouvait raisonnablement jouir d'une société de consommation "limités" par le cadre décidé :

D'ou le nombre de déçus a la chute du bloc après 91 : car les niveaux de vie ont chuté après, pour peiner a remonter, et dont certains en ressentent toujours les effets aujourd'hui encore 20 ans + tard

La avec la chine : ils se lancent dans un programme spatial qui sera couteux, inutile dans le sens qu'il apporte pas grand chose a par bien entendu l'apprentissage : mais bon apprendre on peu aussi, en étant observateur en attendant d'en avoir les moyens par de la participation basique a l'ISS (ce qui serait + légitime et raisonnable vu le niveau de chine pour 80% des chinois pour qui c'est loin d'être la fête consumériste et du progrès social : seul les 150 millions de chinois concentrés dans les centres ville principaux du pays bénéficient réellement du progrès social de l'ère consumériste chinoise, on est très loin des progrès sociaux et du développement général dont bénéficiaient les russes sous l'ère soviétique a partir des années 60)

On est au point même ces derniers temps en chine, ou la population deshéritée retourne dans les campagnes, parce que l'industrie ne parvient pas a se nourrir correctement soit même du fait d'une vie très chère dans les villes : ce qui est un mauvais signe quand même : qui prouve que l'industrie n'est pas un vecteur de développement humain pour eux

C'est la que ça coince ! Si la chine rêve tant que ça de spatial : alors qu'ils se lancent dans un programme commercial de lanceurs satellites pour que ça soit un vrai secteur de développement pour le pays avec de vrais retombées économiques pour le peuple, et pas un programme spatial habité alors qu'ils ont même pas de solidité affirmées en nombre de lancement divers ...

C'est pas bon et ce sont de mauvais signaux envoyés au peuple chinois je pense : qui lui attend surement autre chose

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hors contexte politique, voila un résumé du programme shenzhou par un fan de l'espace

bien connu capcom, une référence dans le domaine de la connaissance des programmes spatiaux.

http://www.capcomespace.net/dossiers/chine/shenzhou.htm

Shenzhou est né d'une coopération de la Chine avec la Russie. C'est pourquoi le vaisseau chinois ressemble tant aux Soyouz russes. Ainsi, Shenzhou comporte 27 éléments majeurs du Soyouz, dont la tour de sauvetage, les volets aérodynamiques, le contrôle thermique, le système de survie, le système d'amarrage...

Si Shenzhou ressemble à Soyouz, ce n'en est toutefois pas un jumeau. En effet, leurs dimensions et masses sont différentes.

Image IPB

Les photos de l'atterrissage du Shenzhou présentent de nombreuses similitudes avec la capsule russe Soyouz. En fait, les Chinois admettent d'avoir acheté une capsule Soyouz en 1990 aux Russes. Il s'en suit que plusieurs observateurs en ont conclu que toute la capsule Shenzhou n'est qu'une copie.

"Non, ce n'est pas le cas", rétorque l'ingénieur d'espace Andrew Lepage, un consultant indépendant. "Tous les systèmes vitaux et la plupart des matériels sont conçus par les Chinois". La plupart des experts indépendants sont d'accord ainsi que les rapports parvenus ultérieurement. Apparemment, les Chinois se sont procuré un Soyouz en état de marche pour étudier, mais le prix demandé par les Russes est tellement élevé que l'affaire n'a jamais pu être concrétisé. La capsule qu'ils ont reçue était dépouillée de tout équipement spatial.

Le module de rentrée chinois est environ 13 % plus large en dimension que son homologue russe. L'arrangement intérieur reste similaire. Il y a trois sièges inclinés placés côte à côte, aussi bien le tableau de bord monté sur les parois de la capsule et placé aux pieds de l'équipage. Il y a aussi des contrôles manuels et un appareil optique de guidage, indispensable pour les rencontres dans l'espace.

Mais les deux autres modules utilisés par les Chinois sont assez différents de leurs homologues américains ou russes. Le module de propulsion a quatre moteurs principaux, tandis que le module de servitude d'Apollo n'en a qu'un et le russe Soyouz n'en possède qu'un principal et qu'un de secours. Le module de service porte ses propres panneaux solaires et son système de contrôle de vol est indépendant, et il peut donc continuer sur son orbite librement et longtemps comme un mini laboratoire après que le module de descente a ramené l'équipage vers la Terre.

Au moins deux des particularités du Shenzhou sont copiées directement de l'architecture du Soyouz. Dans les

années 1960, les Soviétiques ont adapté le design des lanceurs tractés, originalement utilisés par la NASA sur les capsules Mercury et qui consistait en une fusée montée au sommet de la capsule pour l'extraire loin du lanceur en difficulté. Mais pendant et après 20 essais intensifs, des problèmes de stabilité ont rendu très incertaine cette séparation entre le module de rentrée avec son lanceur. Comme remède, les Russes ont ajouté quatre réflecteurs carrés pour améliorer l'aérodynamique de l'engin. Ceux-ci sont ouverts lors du démarrage de la tour de secours et corrige la trajectoire du véhicule. Les Chinois en ont simplement copié l'idée.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si il réussissent les rendez vous orbitaux,  la prochaine étâpe sera objectif lune (du moins un tour de lune pour commencer)

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/en-bref-lancement-imminent-dun-laboratoire-spatial-chinois_32932/#xtor=RSS-19

D’ici quelques jours la Chine doit lancer un premier laboratoire spatial. Une nouvelle étape dans son programme de vols habités après le lancement réussi de trois missions habitées depuis 2003.

La Chine vient d’annoncer que son premier laboratoire spatial, baptisé Tiangong-1, sera lancé d’ici la fin du mois. Un lancement qui pourrait être reporté de plusieurs jours en raison de l’échec survenu ce jeudi de la mise à poste d’un satellite espion par un lanceur Long March 2C.

Tiangong-1 doit être lancé par une fusée dont ce sera le premier tir. Bien qu’il s’agisse d’une version différente de la Long March 2C, certains systèmes sont communs aux deux lanceurs de sorte que les responsables veulent connaître les causes exactes de la perte du lanceur 2C avant d'autoriser le lancement. En trente-cinq missions c’est seulement le premier échec de ce lanceur et le deuxième, tous lanceurs confondus, depuis février 1996.

La Chine s’installe en orbite basse

De forme cylindrique, ce laboratoire de quelque 8,5 tonnes est plus petit que l’Américain Skylab lancé en 1973. Il sera équipé de deux ports d'amarrage et d'un jeu de panneaux solaires. D'ici la fin de cette décennie, deux autres modules similaires seront lancés et viendront s’accrocher à Tiangong-1 pour former une ministation spatiale. En 2012, la Chine pourrait décider d’envoyer un équipage à bord de ce premier module, s’il s’avère viable.

À noter que le programme Tiangong n'est qu'une étape visant à maîtriser le rendez-vous orbital et à se familiariser avec les contraintes de la vie et du travail dans l'espace. La Chine projette de construire une station spatiale de quelque 60 tonnes (contre 420 tonnes pour l'ISS) à l’horizon 2020.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 50 ans après Mercury, Gemini, Soyouz,... C'est presque touchant de voir la Chine franchir à vitesse grand V les étapes de la conquête spatiale habitée (homme en orbite, rendez-vous spatial, embryon de station,...)   :oops:

Du coup si je comprends bien, il n'y a plus que les Russes & les Chinois qui sont capables aujourd'hui d'envoyer un homme dans l'espace ? Quelles sont les ambitions officielles de la Chine pour la suite (homme sur la Lune ?) ?

EDIT : d'après les infos que j'ai pu trouver, Tiangong-1 est prévu pour être lancé par une Longue Marche 2F (8.4t en LEO), qui a déjà connu 7 lancements.

zx tu dis que c'est lancé par une fusée dont ce sera le premier tir ? Ou bien alors ce serait la Longue Marche 2F/G ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  50 ans après Mercury, Gemini, Soyouz,... C'est presque touchant de voir la Chine franchir à vitesse grand V les étapes de la conquête spatiale habitée (homme en orbite, rendez-vous spatial, embryon de station,...)   :oops:

Du coup si je comprends bien, il n'y a plus que les Russes & les Chinois qui sont capables aujourd'hui d'envoyer un homme dans l'espace ? Quelles sont les ambitions officielles de la Chine pour la suite (homme sur la Lune ?) ?

En mode mauvaise langue on dira pas grand chose en termes d'ambitions si ce n'est le même que le spatial soviétique habité : propagande politique  :-X  Bien utile pour occuper les pensées du petit peuple au lieu d'avoir a causer démocratie  ;)

Car si on reportait la chine a des normes démocratiques, avec ses richesses et sa société civile : elle aurait en réalité aucune chance de justifier des dépenses autour d'un programme habité, alors que seulement 8% environ de sa population a un niveau de vie comparable aux niveau occidentaux de pouvoir d'achat ect

Sinon pour être quand même moins obtus au niveau politique de ma part : expériences scientifiques lambda en apesenteur, a la base la chine voulait simplement un accès a l'ISS, accès qui lui a été refusé (principalement les USA farouchement opposé a les voir foutre les pieds dans la station  ;))

Disons qu'en science "pure" la chine est devenue très active, qui tient aussi au fait que des labos et personnels scientifique chez elle = bien moins couteux qu'en occident donc elle s'y donne a coeur joie tant qu'elle peut ... Manifestement ils désiraient faire moultes expériences comme les autres dans l'ISS s'ils avaient eu accès et surement y coller "un module a eux"

Ce qui renforce quand même le coté "politique" de la chose : la chine développe son programme habité, parce que l'impérialiste américain nous interdit l'espace : vu du PCC ça sonne bien  ;)

Sinon je pense qu'en terme réaliste ça devrait s'arrêter a leur mini station de 50t et point final ...

Ils parlent de mission sur la lune, mais ça c'est du blabla : alors qu'ils avouent eux même, réaliser ce petit programme a la soyuz pour acquérir l'expérience qu'ils n'ont pas ...

Dans ces conditions, tirer des plans sur la comète "lune" avec les moyens "technologiques" limités qu'ils ont est assez illusoire et bon pour amuser le petit peuple chinois qui se voit déja avec des bases la bas, et des installations a la kubrick  :lol: normal c'est le peuple, il aimera toujours fantasmer sur ces trucs

La lune sincèrement, si ce n'est pas pour s'en servir réellement, il est obsolète de vouloir y aller, pour dire "on y est allé"

Les programmes lunaires sérieux n'apparaitront uniquement, quand on aura des motivations sérieuses et définitives, d'y installer des infrastructures spécifiques permanentes avec une base semi-permanente (au moins, sinon permanente) pour en gérer la construction assemblage ...

Comme par exemple un projet de télescope géant qui pourrait être très utile a l'astronomie-physique-exoplanétologie de l'avenir si on réunissait l'intéret des énorems téléscopes au sol comme le VLT ou l'EELT, et l'avantage du téléscope spatial : Une telle infrastructure sur la lune réunirait les 2 ...

Des télescopes comme je viens de citer, demandent hélas du personnel permanent, d'ou l'impossibilité d'avoir des versions "spaces télescopes"

Un télescope de 40m sur la lune, par exemple aurait très certainement d'apporter une capacité d'avoir une image directe d'exoplanètes et leur étude chimique par spectroscopie facilitée : choque qui sera pas possible surement sur terre ... Et qui risque d'etre difficile sur des formats comme des hubble next gen ect :

D'ou le besoin de mixer les 2 via un téléscope comme sur du cerra paranal sur la lune ! La ça serait un projet sérieux qui apporterait une raison sérieuse d'y retourner et cette fois, commencer a y avoir des permanences en modules semi-entérés

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 50 ans après Mercury, Gemini, Soyouz,... C'est presque touchant de voir la Chine franchir à vitesse grand V les étapes de la conquête spatiale habitée (homme en orbite, rendez-vous spatial, embryon de station,...)   :oops:

Du coup si je comprends bien, il n'y a plus que les Russes & les Chinois qui sont capables aujourd'hui d'envoyer un homme dans l'espace ? Quelles sont les ambitions officielles de la Chine pour la suite (homme sur la Lune ?) ?

EDIT : d'après les infos que j'ai pu trouver, Tiangong-1 est prévu pour être lancé par une Longue Marche 2F (8.4t en LEO), qui a déjà connu 7 lancements.

zx tu dis que c'est lancé par une fusée dont ce sera le premier tir ? Ou bien alors ce serait la Longue Marche 2F/G ?

En dehors du reste, j'apprécie l'aventure humaine et les efforts énormes des ingé/tech/ddo qu'ils doivent fournir pour que ca marche, que ca soit pour les programmes

apollo, soyouz, shenzhou.

Avec les chinois, on ne connait pas trop le détail de leur programme lunaire, mais si ils réussissent les rendez vous avec Tiangong, on en saura certainement plus,

sur leur objectifs.

les shenzhou utilisent une longue Marche 2F, schenzhou 7 avait lancée 3 Taikonautes, c'est la plus fiable qu'ils ont.

Le vaisseau Shenzhou est lancé par une fusée CZ-2F ou Longue Marche 2F depuis le Jiuquan Satellite Launch Center.

Ce lanceur mesure 62 mètres de haut et pèse 477 tonnes. Il peut placer 8,5 tonnes à une orbite de 500 km.

Pour ce que je sais, Tiangong-1 sera lancé par une 2F (modifié) reste à savoir dans quelle proportion, il y a toujours des risques important d'echec.

Ensuite viendra se succéder Tiangong-2 et Tiangong-3

http://news.xinhuanet.com/english2010/sci/2011-03/03/c_13759584.htm

Les chercheurs ont effectué environ 170 modifications technologiques, dont 38 importantes, sur le modèle de la Longue Marche II-F originale.

Je pense que les Shenzhou 8,9,10 seront des 2F, j'ai l'impression qu'ils ont pris du retard sur les moteurs YF-100 de la 2F/G, qui était prévue pour 2010 pour Shenzhou 8,

dommage c'est une charge utile de 11,2t.. ils ont certainement des soucis.

http://french.news.cn/dossiers/2011lh/2011-03/03/c_13759832.htm

la liste des fusées longue marche,

http://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_Marche_(fus%C3%A9e)

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Chine prépare sa première station spatiale

Le vaisseau spatial Tiangong 1, «palais céleste», qui va être lancé par une fusée chinoise entre le 27 et 30 septembre prochain montre que la Chine compte bien poursuivre son ambitieux programme d'exploration spatiale.

Avant la fin du mois, la Chine va lancer dans l'espace un premier module crucial pour son ambitieux programme spatial. Entre le 27 et le 30 septembre prochain, une fusée Longue Marche 2F va décoller de la base de lancement de Jiuquan dans le désert de Gobi pour mettre en orbite le laboratoire Tiangong 1, le «palais céleste».

Le lancement a été retardé d'au moins un mois par l'explosion en vol d'une fusée Longue Marche 2C lors du tir d'un satellite «expérimental» secret depuis la même base de Jiuquan. Malgré ce retard, et alors que l'Amérique n'est plus capable d'envoyer des astronautes en orbite par ses propres moyens depuis la mise à la retraite des navettes spatiales, les Chinois poursuivent lentement mais sûrement leur ambitieux programme, avec en ligne de mire l'exploration de la Lune.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2011/09/20/01008-20110920ARTFIG00507-la-chine-prepare-sa-premiere-station-spatiale.php

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 034
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    Dellbaeth
    Membre le plus récent
    Dellbaeth
    Inscription
  • Statistiques des forums

    19 924
    Total des sujets
    1 049 654
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets