Recommended Posts

Le gouvernement Algérie soutient le Polisario en tant qu'entité représentant le peuple du Sahara Occidental qui sont loin d'être des terroristes!

Effectivement mais des relations étroites entre le Polisario , Al Qaïda et Aqmi sont suspectées quelques recherches suffisent a aller au delà du doute et je parle de Medias qui ne sont pas impliqués directement dans le conflit .

Aqmi " aurait " sous-traité des acivitées terroristes au front Polisario.

Une caserne du Polisario ( le seconde en importance ) s'apelle bien Al-qaïda exact ? l'info je l'ai trouvé sur un forum du polisario ...tu ne trouves pas qu'il y a mieux en terme de communication ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

fool il faut déjà comprendre l'arabe pour dire ce genre de chose, al qaida en arabe signifie "La Base" ou "Centre de commandement" donc il ne faut pas jouer sur les mots! On dit "Al Qaida Al Jawia li Bousfer" en traduction ça donne "base aérienne de Bousfer", c'est pas une base de Benladen quand même! Et personne ne connais aussi bien que nous ces meurtriers barbus car nous avons été les premiers à les combattes donc les leçons c'est nous qui les donnons et non pas l'inverse! Si le Polisario avait une quelconque liaison avec des terroristes l'Algérie le neutralisera! Or ce n'est pas le cas, c'est juste une manoeuvre trouver pour essayer de discrédité le Polisario dans le scène internationale. En plus les camps du Polisario dans le Sahara sont supervisés par l'ONU.

Seguleh I, je confirme ce que je dit oui et ce n'est un secret pour personne car tout le monde le sait, nous avons aidé militairement le Polisario en fournissant la formation et des dizaines d'autres pays le matériel militaire et nous continuons à les soutenir politiquement en acceptant tout ce qui les arranges, car quand votre armée avait bombarder les sahraoui au nord, la Mauritanie avait fait de même au Sud, la population sahraoui avait le choix entre l'Océan et l'Algérie, c'est pour cela que nos terre leur ont été ouverte et c'est pour cela que nous les soutenons car l'Algérie ne pourra pas héberger indéfiniment tout un peuple! Raison pour laquelle nous soutenons et à fond un referendum! Et n'importe quel résultat arrangera les affaires de l'Algérie que ce soit un pays de plus ou un Maroc allonger on s'en fiche!

Le black Out médiatique totale dans cette zone est une preuve que le Maroc cache quelque chose bon à lui de présenter des vidéos ou je ne sait quoi avec des prises tout aussi douteuses les unes que les autres! Je me demande depuis quand des hélico militaire au lieu d'aider leur soldats les filmes entrain de se faire tuer sans aucune réaction, c'est tout simplement ridicule!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement mais des relations étroites entre le Polisario , Al Qaïda et Aqmi sont suspectées quelques recherches suffisent a aller au delà du doute et je parle de Medias qui ne sont pas impliqués directement dans le conflit .

Aqmi " aurait " sous-traité des acivitées terroristes au front Polisario.

Une caserne du Polisario ( le seconde en importance ) s'apelle bien Al-qaïda exact ? l'info je l'ai trouvé sur un forum du polisario ...tu ne trouves pas qu'il y a mieux en terme de communication ?

il faut comprendre une chose la guerre médiatique entre le maroc et le front polisario fait rage , le maroc tente de faire passé le polisario pour un mouvement terroristes pour salir sont image de mouvement de libération national , la presse marocaine est tres agressif sur se coté la , il y a de nombreux site sur la toile qui se présentent comme étant des site pro-sahraoui mais qu'ils sont en réalité des sites marocains .

donc inutile de te cassé le téte :

1- le jours ou l'onu ou un seul etat au monde a part le maroc accuserait le polisario de liens avec l'AQMI la on pourrait avoir des suspicion.

2- l'AQMI est idéologiquement contre l'indépendance du sahara occidental et veut fusioné tous les pays du maghreb en un seul super etat maghrébin salafiste ( ces terrosite ne se sont pas auto proclamé AQMI pour rien ) , c'est illogique le polisario de soutenir AQMI.  .

3- la raison la plus importante , pour quoi le polisario irait s'embourber dans se genre de bourbier et se metre a dos la communauté international et a leurs téte les USA alors que le polisario bénéficier d'une tres bonne image international , a son actif des dizaines de reconnaissance dans le monde et des représentations officiel a l'onu , membre fondateur de l'union africaine ...ect

bref ça serait du suicide pour le polisario de soutenir l'AQMI 

Share this post


Link to post
Share on other sites

fool il faut déjà comprendre l'arabe pour dire ce genre de chose, al qaida en arabe signifie "La Base" ou "Centre de commandement" donc il ne faut pas jouer sur les mots! ne m'accuse pas dans la même phrase de jouer sur les mots et de ne pas les comprendre s'il te plait ( non je ne parle pas arabe ) , ma position d'occidental est : appeller une base , une caserne ou ce que tu veux pourvu qu'il y ait des armes al qaïda après 9/11 c'est au mieux une erreur de com , au pire stupide et pas de nature a vous attirer la sympathie de certains . tu vas devant le parvis du siège de l'ONU a NY et tu annonce ça aux passants ....tu vois ou je veux en venir ? ça coute quoi de renommer cette caserne ?

Le black Out médiatique totale dans cette zone est une preuve que le Maroc cache quelque chose bon à lui de présenter des vidéos ou je ne sait quoi avec des prises tout aussi douteuses les unes que les autres! Je me demande depuis quand des hélico militaire au lieu d'aider leur soldats les filmes entrain de se faire tuer sans aucune réaction, c'est tout simplement ridicule!

Les Video presentées par le Maroc et par Docléo ici sont plus douteuses les unes que les autres et celles presentées par les algériens qui ont été les premiers a poster sont l'expression pure et parfaite de la verité absolue ? c'est une blague ? il me semble qu'il a été demontré que certaines video sont un montage avec recup d'images d'archives non ? alors permets moi au moins de douter des " preuves " ammenées par les deux protagonistes

 Il ne me semble pas que Human Rights watch soit un organe de presse marocain ....: http://www.droits-humains.org/index.php?option=com_content&view=article&id=100:un-journaliste-us-temoin-dune-connexion-entre-le-polisario-et-al-qaida-&catid=1&Itemid=19

l'article de Richard Miniter du NYP qui était jusqu'a sa visite acquis au front polisario : http://www.nypost.com/p/news/opinion/opedcolumnists/letting_another_qaeda_bastion_grow_K4ZwpV5YwReZKXQjUd64FPce n'est pas une preuve je te l'accordes volontiers , juste un élément qui permet de douter non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

ne m'accuse pas dans la même phrase de jouer sur les mots et de ne pas les comprendre s'il te plait ( non je ne parle pas arabe ) , ma position d'occidental est : appeller une base , une caserne ou ce que tu veux pourvu qu'il y ait des armes al qaïda après 9/11 c'est au mieux une erreur de com , au pire stupide et pas de nature a vous attirer la sympathie de certains . tu vas devant le parvis du siège de l'ONU a NY et tu annonce ça aux passants ....tu vois ou je veux en venir ? ça coute quoi de renommer cette caserne ?

Je ne t'accuse de rien. A ton avis on doit changer certains de nos termes à cause d'une bande d'illuminé égorgeurs de gosses c'est ça?? Béh non on changera rien, l'arabe n'est pas la propriété des terroristes et Al Qaida ou je ne sais quoi d'autres n'a pas de Copyright pour ce mot. Tu passe devant des bases de l'armée algérienne(ou dans n'importe quel pays arabe) et tu lit sur chacune d'elle "Al Qaida" car c'est un mot arabe qui désigne "Base". En plus cette base existe depuis bien avant la venue sur la scène médiatique d'UncleBen. Ce sont de faux problèmes fool

Les Video presentées par le Maroc et par Docléo ici sont plus douteuses les unes que les autres et celles presentées par les algériens qui ont été les premiers a poster sont l'expression pure et parfaite de la verité absolue ? c'est une blague ? il me semble qu'il a été demontré que certaines video sont un montage avec recup d'images d'archives non ? alors permets moi au moins de douter des " preuves " ammenées par les deux protagonistes

Je ne présente aucune vidéo moi, que le Polisario ramène des vidéo et que le Maroc face autant c'est entre eux deux, rien à fiche. Ce que j'ai signalé c'est le black out médiatique exercé par l'un des partis du conflit en l'occurrence le Maroc tout en imposant ses vidéos à lui. Donc tu peut croire qui tu veux, car coté médiatique c'est le meilleur propagandiste qui gagne vu que les médias n'ont pas accès au Sahara Occidental et chaque journaliste est systématiquement éjecté du Maroc s'il montre un intérêt pour les zones sud.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Seguleh I, je confirme ce que je dit oui et ce n'est un secret pour personne car tout le monde le sait, nous avons aidé militairement le Polisario en fournissant la formation et des dizaines d'autres pays le matériel militaire et nous continuons à les soutenir politiquement en acceptant tout ce qui les arranges, car quand votre armée avait bombarder les sahraoui au nord, la Mauritanie avait fait de même au Sud, la population sahraoui avait le choix entre l'Océan et l'Algérie,

Il y a une 3eme solution pour les Saharaoui, c'est le Maroc et en entre l'océan et le Maroc ils auraient choisis le Maroc. Mais l'Algérie s'en est mèlé, pourquoi ?

On arrivera pas à me convaincre que c'est par bonté d'ame.

La seule explication logique c'est que c'est par opportunisme. ça donne un pouvoir de nuisance à l'Algérie, lequel pouvoir de nuisance tu peux le vendre, le négocier ou attendre et affaiblir ton voisin en lui empoisonnant la vie.

Parfaitement bien joué mais pas très amical. Ce genre de truc ça a des avantages mais aussi des inconvénients: rien ne dit que l'Algérie gagnerait pas plus a voir des bonnes relations avec le Maroc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne t'accuse de rien. A ton avis on doit changer certains de nos termes à cause d'une bande d'illuminé égorgeurs de gosses c'est ça?? Béh non on changera rien, l'arabe n'est pas la propriété des terroristes et Al Qaida ou je ne sais quoi d'autres n'a pas de Copyright pour ce mot. Tu passe devant des bases de l'armée algérienne(ou dans n'importe quel pays arabe) et tu lit sur chacune d'elle "Al Qaida" car c'est un mot arabe qui désigne "Base". En plus cette base existe depuis bien avant la venue sur la scène médiatique d'UncleBen. Ce sont de faux problèmes fool

Tu as raison c'est un faux problème et je comprend bien  ton point de vue , on serait bien embêté si on devait renommer toutes nos " bases " aériennes ; je n'avais pas realisé et ne t'avais pas compris , mea culpa Fulcrum  =)

Le maroc impose peut être  un black-out médiatique mais d'aprés l'article ecrit par le journaliste américain que j'ai mis en lien au-dessus , journaliste qui avant son enquête était " pro-polisario " le front Polisario en fait autant donc sur ce point la encore on a une égalité .

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Il ne me semble pas que Human Rights watch soit un organe de presse marocain ....: http://www.droits-humains.org/index.php?option=com_content&view=article&id=100:un-journaliste-us-temoin-dune-connexion-entre-le-polisario-et-al-qaida-&catid=1&Itemid=19

l'article de Richard Miniter du NYP qui était jusqu'a sa visite acquis au front polisario : http://www.nypost.com/p/news/opinion/opedcolumnists/letting_another_qaeda_bastion_grow_K4ZwpV5YwReZKXQjUd64FPce n'est pas une preuve je te l'accordes volontiers , juste un élément qui permet de douter non ?

ces des infirmations pour le moins douteuses et sans aucune crédibilité ! il n'apporte aucune preuve

Human Rights watch ne fait que reprendre l'article de se journalistes

encore une fois aucun gouvernement dans le monde n'a fait de tel insinuation sur le polisario a part le Maroc qui est entrain de négocier avec lui a l'onu...

La seule explication logique c'est que c'est par opportunisme. ça donne un pouvoir de nuisance à l'Algérie, lequel pouvoir de nuisance tu peux le vendre, le négocier ou attendre et affaiblir ton voisin en lui empoisonnant la vie.

heu l'Algérie soutien le front polisario depuis 1973 lorsqu'il combattait l'Espagne , le maroc n'est entré en conflit avec le polisario qu'en 1975 se qui prouve que ça n'a aucun lien avec un pseudo opportunisme ...

Il y a une 3eme solution pour les Saharaoui, c'est le Maroc et en entre l'océan et le Maroc ils auraient choisis le Maroc. Mais l'Algérie s'en est mèlé, pourquoi ?

les sahraouis ne veulent pas d'une intégration au maroc ...ils le prouve chaque jour .

Le maroc impose peut être  un black-out médiatique mais d'aprés l'article ecrit par le journaliste américain que j'ai mis en lien au-dessus , journaliste qui avant son enquête était " pro-polisario " le front Polisario en fait autant donc sur ce point la encore on a une égalité .

un seul journaliste qui fait cette affirmation et tu veux i croire aveuglément ,d'autres journalistes affirment le contraire en plus se journaliste américain  a fait son article dans les camps de tindouf se qui prouve que les médias indépendant ont bien accès aux camps , il se décrédibilise tous seul   :lol:

ps: les seul journalistes qui se font expulsé du sahara occidental c'est dans la partie occupé par le maroc .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a une 3eme solution pour les Saharaoui, c'est le Maroc et en entre l'océan et le Maroc ils auraient choisis le Maroc. Mais l'Algérie s'en est mèlé, pourquoi ?

On arrivera pas à me convaincre que c'est par bonté d'ame.

La seule explication logique c'est que c'est par opportunisme. ça donne un pouvoir de nuisance à l'Algérie, lequel pouvoir de nuisance tu peux le vendre, le négocier ou attendre et affaiblir ton voisin en lui empoisonnant la vie.

Parfaitement bien joué mais pas très amical. Ce genre de truc ça a des avantages mais aussi des inconvénients: rien ne dit que l'Algérie gagnerait pas plus a voir des bonnes relations avec le Maroc.

Héhéhé, donc l'Algérie a capturée tout un peuple et ils sont prisonniers chez nous c'est ça?? Béh ils n'ont pas choisi le Maroc pour une raison simple, il leur a parlé avec du Napalm et des chars et une invasion populaire pour les éjectés de chez eux. S'ils avaient le choix d'aller au Maroc, nous n'aurions pas hérité de camps avec des centaines de milliers de personne dans le Sahara et ce problème n'aurait jamais exister.

@fool pas de soucis  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir tout le monde,

j'ai rapidement lu vos posts....et comme d'hab je suis à la bourre...

Effectivement un tragique épisode que cette journée sanglante...

Les images parlant d'elles même..

Comme je le disais plus haut, je crois, on est là dans un combat médiatique à mort ...chacun des protagonistes y va de la survie de son " regime " si je puis m'exprimer ainsi...

Naturellement, on ne peut, on ne doit pas ignorer le rôle évident ( enfin il me semble ) du voisin algerien dans l'activisme du mouvement polisaroui ( euh ça se dit ça )

bref, j'ai pas le temps, ni l'envie de polémiquer, mais je trouve que nous manquons de rationnalité ou d'objectivisme geo-strategique :

si pays SAHAROUI, il doit y avoir ET POURQUOI PAS...,il devrai regrouper le sahara, c'est à dire les populations sahariennes et celà ne s'arrête pas au maroc, mais interresse aussi le sud algerien et autre SAHARA oriental

Je ne comprends pas cette logique à 2 vitesses

Ce qui differencie culturellement, historiquement etc etc les populations du sahara et du nord maroc doit trouver  même racine  en ALGERIE DU NORD, peut être LYBIE etc etc  ( prendre carte et voir tranquillement)

Sous cet angle, il s'agirait d'une nation de ( à la louche ) 1,5/2 MILLIONS d'âmes sur un territoire immense mais aux zones de vie llimitées , somme toute.....et viable en terme d'organnisation socio economique..

Je ne comprends pas pourquoi les dirigeants ALgeriens n'intègrent pas cette hypotèse "rationnelle " dans leurs visions ..

...on peut tout logiquement penser à une épidémie "independantiste " touchant ses propres populations nomades, touaregs , enfin saharouis elles mêmes...tentées, par l'aventure de leurs cousins " germains"

aprés savoir si les marocains empêchent les journalistes, s'ils font le baston , là bas etc etc

ma foi, moi, j'y suis pas dans ces contrées..alors je n'avancerai aucune these ni d'un côté , ni de l'autre...

Qd à dire que les pop LOCALES témoignent tous les jours leur hostilité....

faudrai qd même étayer vos commentaires les copains....sinon ça fait pas mal  débat..partisans ce thread et c'est dommage...parcequ'intellectuellement , elle est interressante cette question du SAHARA;

J'en terminerai sur le document top confidentiel ( ???) mis en ligne plus haut sur le rapport d'un officier gl sur la question de TINDOUF..:

alors, je ne sais pas si c'est authentique, mais bon, elle est  interressante cette question ouverte ......relative à la légitimité des protagonistes sur leur frontieres communes ( algerie/maroc )

si je pose cette question, c'est parceque tout naturellement,on peut trouver là un levier à l'implication ALGERIENNE au sahara oriental..:

je pense qu'on aura tous imaginé ...le pendant ...

oui, je sais , j'ai une imagination débordante...

A vous lire les amis

cordialement

Share this post


Link to post
Share on other sites

si c'était l'Algérie qui était belliqueuse ou opportuniste dans cette histoire , les sahraouis n'aurait pas fuit vers l'Algérie.

concernant le Sahara algerien il fait partie de l'algerie depuis sont indépedance et est reconnue internationalement comme étant un territoire algeriens , la populations est algerienne et se considére comme tel , méme les touareg en algerie on la nationalité algerienne , rien avoir avec le cas du sahara occidental qui est un territoire non décolonisé et considéré par l'onu comme tel , le maroc la envahi et l'occupe illégalement depuis 1975 , la population sahraoui en grande majorité ne se reconnait pas dans l'identité marocaine et l'onu lui a reconnue le droit a l'autodétermination , ça s'arrête la ! qu'on laisse le peuple sahraoui décidé de lui méme s'il veut etre indépendant ou rejoindre le maroc comme le préconise l'onu mais apparement cette éventualité terrifie le Maroc...

pour en revenir a l'actualité

L'UE traitera la crise du Sahara avec le Maroc le 13 décembre

L'Union européenne plaide pour une "solution politique durable et acceptable pour les deux parties" sur le futur de l'ancienne colonie espagnole du Sahara Occidental.

Lors de la prochaine réunion du Conseil d'association Union européenne-Maroc, prévue pour le 13 décembre, l'Union européenne souhaite traiter avec le Maroc les derniers évènements qui ont eu lieu au Sahara Occidental, selon la porte-parole de Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères.

http://www.eitb.com/infos/international/detail/545185/lue-traitera-crise-du-sahara-avec-maroc-13-decembre/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas s'il y a des sécessionnistes dans le Sahara algérien, mais clairement, contrairement au Sahara occidental, le Sahara algérien, n'est algérien que grâce à la France, bref un produit 100% colonial qui n'a rien à voir avec un quelconque découpage ethnique ou historique, enfin maintenant qu'il est algérien et s'il n'y a pas de sécessionnisme important il n'y a pas de raison pour revenir sur ce découpage colonial. J'imagine que c'est surtout peuplé de nomades qui n'ont pas grand chose à foutre d'un Etat tant qu'on leur fout la paix.

Share this post


Link to post
Share on other sites

après le chili ,cuba , le Venezuela et l'Afrique du sud le Mexique réaffirme sont soutien a la RASD

Le Sénat mexicain condamne l’attaque marocaine

Le Sénat mexicain qui a présenté ses « sincères condoléances » au gouvernement sahraoui, a exprimé son « indignation » contre les actes de violence dont les citoyens sahraouis ont été victimes le 8 novembre dernier à El-Ayoune occupée, capitale du Sahara Occidental.

Lors d’une session tenue mardi, le sénat mexicain a demandé au ministère des Affaires étrangères de son pays d’intervenir « auprès du Conseil de sécurité de l’ONU pour mener une enquête sur ce qui s’est passé et agir pour préserver le droit international humanitaire et la paix au Sahara Occidental ».

Solidarité avec le Sahara Occidental: Rassemblement à Paris

La Rédaction le 18 novembre 2010 à 16:08

Des associations françaises solidaires avec le peuple sahraoui et l’association des Sahraouis en France ont appelé hier à un nouveau rassemblement le samedi 20 novembre au parvis des droits de l’homme à la Place du Trocadéro à Paris.

L’appel vient au lendemain du rejet du Conseil de sécurité de la proposition d’envoi d’une mission d’enquête aux territoires sahraouis occupés.

source : http://www.donnetonavis.fr/actu/news/solidarite-sahara-occidental-rassemblement-paris-laayoune_2753.html

Le Polisario demande une enquête de l'ONU sur les violences au Sahara

(AFP)

NEW YORK (Nations unies) — Le représentant du Polisario à l'ONU Ahmed Bujari a annoncé lundi avoir remis une lettre au Conseil de sécurité demandant une enquête des Nations unies sur les violences au Sahara occidental, menaçant de ne pas poursuivre les négociations avec le Maroc.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5irQDOxn76KOsSFoD1QsRQBMXli1A?docId=CNG.f59fefd652b7a6abdc9cb09d73fc5449.1e1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas s'il y a des sécessionnistes dans le Sahara algérien, mais clairement, contrairement au Sahara occidental, le Sahara algérien, n'est algérien que grâce à la France, bref un produit 100% colonial qui n'a rien à voir avec un quelconque découpage ethnique ou historique, enfin maintenant qu'il est algérien et s'il n'y a pas de sécessionnisme important il n'y a pas de raison pour revenir sur ce découpage colonial. J'imagine que c'est surtout peuplé de nomades qui n'ont pas grand chose à foutre d'un Etat tant qu'on leur fout la paix.

Rapidement,

attention, je ne sous entend pas que le sahara algerien n'est pas algerien !!!

je resonne en miroir...point barre

simplement en logique geographique/culturelle..

après , on va pas "enc......" des mouches avec des momoteries.... ;)

je pense que cette question ne peux être régler qu'entre voisins traditionnels....dans le cadre de l'uma  , pour autant que cette notion veuille encore dire quelque chose

a+  zai un afion A PRENDRE :O

Share this post


Link to post
Share on other sites

LA difference est que les nomades du Sud de l'Algérie ont participés à la lutte pour l'indépendance algérienne et n'ont jamais monter de signes de sécession car ils ce sentent avant tout algériens et ce sont des algériens, rien à voir avec ce qui ce passe dans le Sahara Occidental.

Les Sahraoui ont lutés contre l'Espagne depuis 1966 et quand l'Espagne est sortie en 1975 au moment même ou ils décrétaient la création de la RASD, le Maroc et la Mauritanie ce sont emparer de force de leur territoire, c'est là qu'ils ont repris les armes pour bouter la Mauritanie dehors mais le Maroc s'est fixé avec sa stratégie des murs

Share this post


Link to post
Share on other sites

La question relative à la délimitation du territoire revendiquée par le polisario, est fondamentale.

Suffit de relire tout les ethnologues qui ont sillonnés cette région. Les populations etaient nomades et voyageait au gré des points d'eau et paturage, de l'atlantique au sud libyen. Comment donc expliquer que leur revendication ne se limite qu'au sahara marocain, avec le soutien algerien et lybien ?

On parle toujours de massacre de la part des forces de l'ordre marocaine, mais personne ne donne ne serais-ce qu'un nom. Le maroc a avancé un bilan + des noms + des vidéos + des cadavres + des enterrements !!! coté saharaouis, on se contente de parler de génocide en se dégageant de l'obligation d'apporter le moindre commencement de début de preuve ! je veux bien que la parole du méchant maroc féodale soit sujette à caution, mais que l'on prenne comme telle les affirmation des combattants de la liberté saharaouis m'etonne.

Scorpion,

Si médias et société civile s'en prennent à Zapatero et lui reproche de ne pas assez condamner le maroc, c'est aussi que les gvts ne s'en remettent pas aux affirmations des ONG ou presse : ils ont des "services" (le CNI en l'occurence), bien implanté au maroc et qui eux, font des rapports circonstanciés à leur gvts.

Penses-tu qu'il y a eu massacre ou génocide ? si oui, sur quelles bases ? puisque tu dit bien que la seule enquête menée est celle du maroc.

quid des mea culpa que la presse espagnoles commencent à distiller sur son empressement a reprendre sans controle aucun les chiffres du polisario ?

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

Maroc-Sahara : Jours de fièvre

De la prise d’assaut du camp de Gdeim Izik aux émeutes de Laayoune, récit d’une semaine de violences, sur fond de tension accrue entre le Maroc et l’Algérie.

De Rabat à Laayoune, d’Alger à New York, la crise du Sahara occidental s’est brusquement mondialisée en ce début de novembre, suscitant des interpellations à l’Assemblée nationale à Paris, aux Cortès à Madrid, et inondant YouTube de vidéos pleines de bruit et de fureur. Récit de quatre journées qui feront date dans ce conflit vieux de trente-cinq ans.

Rabat, samedi 6 novembre

Le roi Mohammed VI prononce le traditionnel discours à la nation en ce jour anniversaire de la Marche verte. Le ton est dur, presque intimidant. « Nos fidèles sujets de Tindouf » : ainsi qualifie-t-il les réfugiés sahraouis des camps du Polisario dans l’Ouest algérien. Et le souverain de dénoncer « les affres de la répression, de l’intimidation, de l’humiliation et de la torture » qu’y subiraient ces exilés, ainsi que « la violation constante des conventions internationales par l’Algérie, qui a créé cette situation aberrante inédite ». Commentaire d’un diplomate : « Ailleurs qu’au Maghreb, ce serait une déclaration de guerre. »Gdeim Izik, dimanche 7 novembre

Si le roi joue sur un registre martial, c’est que la situation, pense-t-il, l’exige. À une douzaine de kilomètres de Laayoune, la métropole du Sahara sous administration marocaine, plusieurs milliers de Sahraouis ont établi depuis trois semaines un vaste camp de tentes. Symbole d’une protestation nomade pour des motifs purement sociaux à l’origine, le camp de Gdeim Izik, travaillé de l’intérieur par les indépendantistes pro-Polisario, prend de plus en plus l’allure d’un défi politique.

Venue sur place pour y procéder à la distribution de cartes de l’Entraide nationale et de lots de terrains, une délégation de la préfecture et du ministère de l’Intérieur est brusquement encerclée par des jeunes très déterminés. Après deux heures de palabres, les officiels rebroussent chemin. À l’intérieur du camp, des groupes de militants qui ont réparti les tentes en une vingtaine de daïras (comme à Tindouf), empêchent les familles qui veulent regagner Laayoune de s’en aller. L’affrontement est inéluctable.

Gdeim Izik, lundi 8 novembre

Peu avant 9 heures, la gendarmerie royale et les mokhaznis des forces auxiliaires donnent l’assaut au camp. Canons à eau, matraques et grenades lacrymogènes contre cocktails Molotov, bombonnes de gaz et armes blanches. Pas un seul coup de feu ne sera tiré. En une heure, tout est fini. À pied à travers la badia ou à bord de leurs véhicules, les « campeurs » refluent vers Laayoune et les tentes jonchent le sol. Mais le bilan est lourd : plusieurs dizaines de blessés de part et d’autre et surtout huit morts, exclusivement parmi les forces de l’ordre1. Une disproportion remarquable, explicitement reconnue dans ses premiers communiqués par le Polisario lui-même – lequel s’efforcera par la suite d’effacer cette singularité gênante pour lui.

Laayoune, lundi 8 novembre

Avec le retour en ville des « déguerpis » de Gdeim Izik, la protestation tourne à l’émeute dans l’après-midi. Des bandes de jeunes hommes et d’adolescents mettent à sac la cour d’appel et la délégation du ministère de l’Éducation, incendient cafés, commerces et succursales de banques, détruisent des dizaines de véhicules – dont ceux de la radiotélévision et du maire de Laayoune, Moulay Hamdi Ould Errachid. Un mokhazni est égorgé par des émeutiers, avenue de Smara, et un Sahraoui hispano-marocain, cadre à l’Office chérifien des phosphates, est tué sur le coup après avoir été percuté par un véhicule dont on ignore s’il est ou non de la police. Le Polisario tient son martyr et l’inflation des chiffres atteint des proportions fantasmagoriques.

Le Front indépendantiste parle de 11 militants tués et de 159 disparus, puis de dizaines de morts et de 4 500 blessés, et, enfin, contre toute évidence, de cadavres jonchant les rues de la ville, de fosses communes, de milices de « colons » armés et même de… génocide ! À Alger, la presse et la télévision ne sont pas en reste, qui titrent sur l’« intifada » de Laayoune, la « ville martyre ». À l’exception de quelques troubles mineurs signalés à Tan Tan et à Dakhla, le grand sud saharien du Maroc, lui, est resté calme.

   

Alger, mardi 9 novembre

Alors que Laayoune panse ses plaies et que la police procède aux interrogatoires de la soixantaine d’émeutiers arrêtés la veille, un vieil homme sur une chaise roulante et son accompagnateur débarquent à l’aéroport Houari-Boumédiène en provenance de Madrid. Ismaïl Moulay Salma Ould Sidi Mouloud se rend à Tindouf pour s’enquérir du sort de son fils, Mustapha Salma, ancien chef de la police du Polisario, passé à la dissidence et dont il est sans nouvelles depuis le 21 septembre. Après une nuit d’attente en zone de rétention, il est refoulé à destination de l’Espagne.

Rabat, mercredi 10 novembre

Retour sur le discours à la nation de M6. Le roi est trop fin connaisseur de son pays pour ne pas savoir qu’à l’origine des événements de Laayoune réside le malaise latent, à la fois social et psychologique, d’une communauté sahraouie qui ne se sent guère représentée par ses élites politiques et qui, parfois, a l’impression d’être traitée par une administration au demeurant peu proactive, avec un paternalisme mêlé de condescendance. Il sait aussi que le Polisario, expert en manipulation des symboles et plus implanté qu’on ne l’a cru à l’intérieur du territoire (même si la revendication indépendantiste y demeure très minoritaire), sait encadrer, exploiter et exacerber ces frustrations avec professionnalisme, comme on l’a vu à Gdeim Izik.

D’où sa décision de restructurer le Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (le Corcas), de le doter d’une nouvelle gouvernance, d’en démocratiser la composition et d’en élargir les compétences. Ce qui implique, de facto, un changement d’hommes. Pour certains notables locaux, il est vrai, l’affaire du camp de Gdeim Izik aura été un cruel révélateur…

__

1. D'après un bilan officiel actualisé par le Maroc jeudi 18 novembre, 13 personnes ont été tuées, dont 11 membres des forces de l'ordre.

18/11/2010 à 11h:16 Par François Soudan

source: jeune afrique

Evénements de Laâyoune: Deux des quatre décès avancés par le polisario sont "fictifs" selon l'agence de presse Espagnole "Europa Press". Les deux "uniques" personnes qui sont décédées sont Baby Hamady Garguer Boujemaa, mortellement heurté par un véhicule et Daoudi Brahim, décédé des suites d'une pneumonie à l'hôpital militaire de Laâyoune, comme l'atteste le certificat délivré par les médecins, indique l'agence de presse Espagnole citant le wali de Laâyoune-Boujdour-Sakia-El Hamra, Mohamed Guelmous. Les deux autres décès avancés par le "polisario" à savoir Abdeslam Lansari et Bouhasria Elgalia sont "fictifs", affirme la même source citant le wali de Laâyoune qui précise, par la même occasion, qu'il n'y a "aucun cadavre dans la morgue de l'hôpital militaire de Laâyoune", comme le prétend le "polisario". Par ailleurs, Europa Press rapporte que le nombre de décès parmi les forces de l'ordre Marocaines s'est élevé à 11 après le décès d'un autre élément qui a succombé, mercredi, à ses blessures après avoir fait l'objet d'une agression sauvage lors des événements survenus à Laâyoune.

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

La presse espagnole sous pression Lundi, 15 Novembre 2010 12:17 Alain Cohen-Krawcyk   

Les médias espagnols peinent à observer la neutralité chère aux journalistes et reporters du monde entier quand il s’agit du conflit du Sahara Occidental. Cette fois, ils ont en reçu l’effet boomerang en pleine figure. En attribuant des photos de bébés palestiniens blessés dans un raid israélien contre Gaza en 2006 à de prétendus enfants sahraouis, présentés comme ayant été atteints dans les émeutes de la ville de Laayoune le 8 novembre, ils ont frisé le ridicule. Les protestations ne sont pas venues uniquement du Maroc contre une manipulation jugée grossière.

Même les officiels palestiniens ont estimé que l’utilisation honteuse de ces photos contrevenait non seulement aux règles déontologiques, mais portaient atteinte à la dignité humaine des palestiniens en détresse. Des journaux aussi prestigieux que El Pais, ABC, des chaînes de télévision et des sites électroniques ont été obligés de s’excuser auprès de leurs lecteurs et téléspectateurs après la découverte du pot aux roses. Mais le mal est fait. De surcroît, une telle précipitation à publier des photos qui se voulaient compromettantes pour le Maroc, sans précaution ni vérification, aurait pu être mise sur le compte d’une erreur collective passagère. Mais il se trouve que ce n’est ni la seule photo, ni la première fois que cela arrive. D’autres photos de crimes de droits communs et d’assassinats crapuleux ont été utilisées dans l’objectif, inconcevable pour des médias occidentaux, de monter l’opinion espagnole contre le Maroc. L’Espagne étant l’ancienne puissance coloniale au Sahara Occidental, il est normal que les médias aussi bien que l’opinion publique espagnols en général, ressentent une proximité vis-à-vis de leur ancienne colonie. Mais de là à tordre le coup à la réalité, quitte à se départir des règles les plus élémentaires de vérification des faits, il n’y a qu’un pas que les médias ibériques dans un mouvement collectif incompréhensible, ont pris l’habitude de franchir. Le Sahara Occidental a été annexé par le Maroc en 1975. Depuis, le territoire est disputé par le Maroc, qui propose d’y appliquer l’autonomie, et le front Polisario, mouvement parrainé par l'Algérie, qui réclame l’indépendance.

source :http://www.lalettremed.com/select-infos/209-la-presse-espagnole-sous-pression-

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ci-dessous, un exemple parfait de désinformation :

1/ la position du representant de HRW rapportée par le Washington post

2/ la position du representant de HRW rapportée par l'agence de presse du polisario :

U.N. asked to investigate violence in Western Sahara

By Colum Lynch

Washington Post Staff Writer

Tuesday, November 16, 2010; 11:28 AM

UNITED NATIONS - Western Sahara's national liberation movement demanded Monday that the U.N. Security Council launch a probe into clashes last week between Moroccan authorities and Western Saharan protesters, arguing that it is essential to "establish an authoritative account" of the most violent episode in years in the disputed territory.

The move comes one week after Moroccan authorities bulldozed a temporary encampment that housed 12,000 to 20,000 Saharawi protesters on the outskirts of Laayoune. The authorities blasted the compound with water canons and severely beat protesters, triggering anti-Moroccan riots and reprisal attacks by Moroccan security officials against civilians.

The bloody incident outside the Moroccan-controlled city of Laayoune in Western Sahara drew international attention to a remote conflict that generates scant press coverage in the United States. U.N. special envoy Christopher Ross, who is overseeing political talks between the two sides in New York this week, is scheduled to brief the Security Council Tuesday in a special session on the latest spasm of violence. He is to be joined by a senior U.N. peacekeeping official.

Shortly after Spain ended its colonial rule of Western Sahara in 1975, Morocco annexed the territory, thwarting the locals' aspiration to join scores of other African countries declaring independence. The Frente Polisario, which is backed by Algeria, has led the territory's struggle for self-rule. But Morocco - with backing from France - has effectively fended off efforts for the group's recognition on the world stage.

Determining what happened in and around Laayoune has been thwarted by Morocco's refusal to provide access to the area to most U.N. peacekeepers, journalists, diplomats and human rights experts, said U.N.-based officials and diplomats.

Ahmed Boukari, the Frente Polisario's U.N. representative, characterized the crackdown as a "massacre," citing reports from locals that at least 36 civilians have been killed in the melee. Morocco maintains that 12 died, including 10 security officials killed by protesters and rioters.

Peter Bouckaert, a senior researcher for Human Rights Watch, largely supported the government's estimates on the death toll, suggesting that Polisario's numbers might be inflated.

"As far as we know, there is one confirmed death of a civilian, and possibly a second who died in a hospital," Bouckaert said in a telephone interview from Laayoune.

Boukaert said there were rumors that dozens of bodies were being held in military morgues but that interviews with local residents did not support such allegations. "Our evidence gathered suggest a much lower civilian death toll, but it is precisely for this reason that journalists and investigators should have unimpeded access to Laayoune."

He also said confusion over the events highlights the need for the U.N. peacekeeping mission to establish a unit to monitor human rights violations in Western Sahara. Several countries, including Austria and Mexico, pressed the council last year to set up a human rights monitoring unit in the peacekeeping mission to track such abuses. The measure was blocked by France, Morocco's closest ally in the council.

The Saharawis set up the tent city in Gdemi Izik outside Laayoune several months ago to protest the dire social conditions in Western Sahara, including high unemployment, lack of subsidies for the elderly or access to jobs for college graduates. Talks between Moroccan authorities and the protesters broke down.

On Nov. 8, several hundred Moroccan security forces surrounded the camp and advanced in armored cars to dismantle it. Rioting quickly spread from the camp, where one police officer and a fireman were killed, along the road to Laayoune, where two more police were stabbed to death at police station, according to Bouckaert.

The violence escalated in Laayoune amid rumors, apparently untrue, that Moroccan forces had opened fire on civilians in the camps, killing scores. Inside Laayoune, another six Moroccan security forces were killed, including one who had his throat cut, as angry protesters and their supporters rampaged, burning government buildings, he said.

By late Monday afternoon, Moroccan police and military sought revenge, ransacking homes in Saharawi neighborhoods, beating residents and detaining more than 100, many of whom were severely beaten, Bouckaert said.

Bouckaert expressed concern about the treatment of the detained, including six who were charged with crimes by a military court in Rabat, Morocco.

"We saw the bruises of some of the men and women who have been released," he said. "Many people were injured in the camp and in the city, but most of them were too afraid to go to the hospital to seek treatment. On Monday, the police blocked the entrance to the main hospital and beat up Saharawi wounded who arrived, and even the taxi drivers who brought them."

Souce link:

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn...111602813.html

2/

SAHARA OCCIDENTAL/ MAROC/ HRW/

HRW dénonce les "brutales tortures" des forces de sécurité marocaines contre les civils sahraouis

Madrid, 18/11/2010 (SPS).L’envoyé de l’organisation mondiale des droits humains, Human Rights Watch (HRW) au Sahara occidental, Peter Bouckaert a dénoncé, mercredi depuis El Aaiun, les "brutales tortures" des forces de sécurité marocaines contre les civils sahraouis dans les différents centres de détention de la ville et a appelé à la mise en place d’un "mécanisme onusien" de surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental.

"Plusieurs Sahraouis arrêtés à El Aaiun ont été torturés jusqu’à perdre conscience" (…) "nous parlons de cas graves de tortures" (…) " nous étions obligés d’interviewer la majorité de ceux que nous avons visités dans leur maison, parce qu’ils ne peuvent pas bouger, ni marcher, pour cause de la gravité des lésions", a déclaré à la presse M. Bouckaert.

Aussi, a-t-il a jouté, "ils (forces de sécurités marocaines) frappent jusqu’à l’inconscience, hommes et femmes, les menaçant de viol, urinent sur eux et leur refusent la nourriture durant les premiers jours, les arrosent à l’eau durant la nuit pour les empêcher de dormir".

HRW affirme que "les abus continuent en ce moment" et que la police marocaine patrouille dans les rues à la recherche des Sahraouis qui sont "terrorisés".

L’organisation qui est la seule autorisée par les autorités marocaines à entrer à El Aaiun quatre jours après le démantèlement du camp de Gdeim Izik et les manifestations qui s’en sont suivies le 8 novembre dernier, a également dénoncé que "plusieurs victimes n’ont même pas pu aller à l’hôpital parce que la police marocaine les y attend pour tabasser les blessés qui arrivent", précisant également que les centres sanitaires "refusent l’assistance aux Sahraouis blessés"

Par ailleurs, HRW a déploré que la MINURSO soit "l’unique organisme onusien dépourvu de composante de droits humains pour cause de l’opposition de la France".

En conséquence, l’organisation a sollicité "la présence urgente d’une mission de l’ONU avec des compétence en matière de droits humains" et a appelé à "l’ouverture du territoire (sahraoui) aux journalistes", estimant que leur absence "alimente les rumeurs au lieu d’établir la vérité sur ce qui s’est passé réellement". (SPS)

010/090/666 181517 NOV 2010 SPS

Goebbels n'a plus qu'a aller se rhabiller !

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

La question relative à la délimitation du territoire revendiquée par le polisario, est fondamentale.

Suffit de relire tout les ethnologues qui ont sillonnés cette région. Les populations etaient nomades et voyageait au gré des points d'eau et paturage, de l'atlantique au sud libyen. Comment donc expliquer que leur revendication ne se limite qu'au sahara marocain, avec le soutien algerien et lybien ?

l'age des tribus et des populations nomade est révolue on est au 21e siècle et selon le droit international la terre appartient au peuple qui est vie  , l'onu n'a reconnue aucun lien avec la population du sahara occidental et celle des pays voisins se genre de comparaissant n'a jamais existé tout comme le sahara marocain toujours selon l'ONU .

Scorpion,

Si médias et société civile s'en prennent à Zapatero et lui reproche de ne pas assez condamner le maroc, c'est aussi que les gvts ne s'en remettent pas aux affirmations des ONG ou presse : ils ont des "services" (le CNI en l'occurence), bien implanté au maroc et qui eux, font des rapports circonstanciés à leur gvts.

ça reste qu'une théorie qui ne se fonde sur rien ! le gouvernement Zapatero défend ces propres intérêt  

Penses-tu qu'il y a eu massacre ou génocide ? si oui, sur quelles bases ? puisque tu dit bien que la seule enquête menée est celle du maroc.

je ne crois pas mais vue le nombres de journaliste indépendant expulsé par le Maroc et le black-out médiatique actuel il est claire que le Maroc a peur de montré la réalité .

les méthodes des forces de sécurités marocaines ne sont pas un secret pour personne comme le montre ces témoignages

A la une

Torturé, déshonoré et emprisonné à tort par le régime marocain

Témoignage d’un jeune Sahraoui

Par M.B

Cela, à tout état de faits, ne peut suffire pour combler son altesse, roi d'un royaume colonialiste qui se refuse à toute négociation concrète s'agissant du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, en dépit de toute pression internationale, en premier lieu, des Nations Unies.

La tragédie du peuple sahraoui pourrait presque s'ajouter aux livres d'histoire traitant des génocides vécus par l'humanité depuis la nuit des temps. On croyait avoir fermé le chapitre des colonisations depuis un demi-siècle déjà. Bien loin de croire en des jours meilleurs, il est évident que l'homme ne peut assoupir son désir d'asservir l'autre, de le dominer, peu importe son identité et les moyens pouvant être utilisés dans cette sale entreprise.

En effet, les souffrances du peuple sahraoui se poursuivent au jour le jour. L'exemple de ce témoignage recueilli dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, ne peut que bouleverser l'être humain, le choquer au point de ne pas y croire. Pourtant les faits sont-là et parlent d'eux-mêmes.

Le jeune sahraoui, Mohamed Salem Bouamoud, victime du régime marocain, témoigne de son vécu, des souffrances endurées durant son incarcération et bien avant son jugement. Le jeune est l'une de ces victimes en masse que le régime colonial a arrêté, sans motif consistant, torturé puis mis en prison à tort. Ils sont nombreux d'ailleurs, à vivre cette situation quotidiennement dans les territoires occupés du Sahara Occidental. Leur seul crime : avoir manifesté leur désir d'autodétermination. Ainsi, Mohamed a été arrêté suite à une manifestation organisée à l'Ayoune, dans les territoires occupés. De son témoignage, il raconte que les éléments du makhzen ont pénétré dans sa demeure après avoir forcé la porte. Il a été mis à genoux, menotté, frappé devant l'ensemble de sa famille. Pire encore, il a été forcé d'assister à la scène la plus inhumaine qui puisse être infligée à un être humain. Les policiers marocains, raconte-t-il, « ont violé sa sœur »et l'ont obligé à voir, de son propre vivant, cette situation qui plus est des plus ignobles.

Conduit au commissariat, explique-t-il, les éléments du Makhzan, le torturèrent atrocement. Ligoté, accroché au mur, mis à nu, son honneur a été blessé. Battu à mort, les services marocains l'ont sodomisé pour le pousser à parler. Mais parler pour dire quoi ? Parler de détails dont il ignorait tout ? Désireux de connaître les commanditaires et principaux dirigeants du Polisario sur les territoires occupés ? «Ils m'ont obligé à signer un procès verbal rédigé par eux, où il est fait mention de certains noms que je ne connaissais que de réputation » a-t-il indiqué. La tête baissée, son regard attristé au point d'en verser toutes les larmes de son corps. Des larmes qu'il aurait tellement aimé verser, mais qu'il ne pouvait.

Tous les moyens semblent bons au pouvoir colonial marocain pour faire taire la résistance du peuple sahraoui. Allant des coups de poings, passant par la torture jusqu'au pire des moyens imaginables. Des moyens dignes d'un film hollywoodien.

Lors de son témoignage, Mohamed nous montre la photo de sa sœur violement frappée. Ce sont-là, les quelques cas, dont l'image a pu franchir le mur du silence vu que le Makhzan, a-t-il indiqué, menace de répression les victimes ainsi que leur familles si ces images sont diffusées sur Internet.

Il figure parmi l'une de ces nombreuses victimes des arrestations politiques perpétrées au quotidien par le Makhzen au su et au vu de tous. Les séquelles physiques disparaîtront, le temps les guérira certes, mais qu'en sera-t-il de ces autres séquelles non physiques que pas même la magie d'antan ne pourrait guérir?

Mohamed Salem Bouamoud raconte

Témoignage d'un revenant du «Cimetière de vivants »

Ce témoignage repris intégralement par El Djazair.com révèle l'atrocité du drame infligé par le Makhzan aux sahraouis osant défendre et revendiquer leur droit à la liberté et à l'autodétermination.

Mohamed Salem Bouamoud, persécuté à plusieurs reprises et n'ayant pas pu se soigner dans les territoires occupés. Il est donc venu aux camps de réfugiés pour se faire soigner :

« Je suis venu des territoires occupés en passant par la Mauritanie, fuyant la répression marocaine, et pour me soigner des séquelles de la torture et du traitement que j'ai subi durant les différentes phases de ma détention. J'ai donc fuis parce qu'il n'y a pas de possibilité de se soigner et en plus j'avais peur qu'il m'injecte une quelconque maladie, le sida ou autres. Cette pratique courante à laquelle s'apprêtent les services marocains du coté des territoires occupés, est infligée aux jeunes participant aux différentes manifestations organisées.

J'ai été arrêté le 21 mai 2005, lors d'une manifestation qui a eu lieu juste au début de l'Intifada pour l'indépendance, ayant pour objectif de demander le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Cette Intifada s'est poursuivie et il y a eu de nombreuses arrestations, dont celles d'Aminetou Haida, Ennaâma Asfari et bien d'autres encore.

Nous avons déclenché l'Intifada en 2005 qui se poursuit encore, en dépit de la forte présence militaire et sécuritaire dans les territoires occupés qui dépasse de loin celle dans les villes marocaines, vu qu'il y a un appareil répressif spécial pour le peuple sahraoui.

Au cours de la première détention, ils ont enfoncé la porte, tabassé ma famille et humilié ma mère et mes sœurs à mort. Ma sœur est restée 15 jours sans pouvoir parler des suites de cette agression.

Ils m'ont pris de la maison. Les yeux bandés et menottés par la Police Judiciaire marocaine, j'étais conduit à un centre où il y avait beaucoup de gens dont j'entendais les cris. Par la suite, ils m'ont déshabillé complètement.

Je vous raconte des faits impossibles à exprimer. C'est tellement difficile pour moi. Il n'y a ni organisation, ni presse, ni autres organismes pouvant relater ce que nous avons pu vivre dans le silence total.

« C'est une cause noble que nous défendons et ces tortures ne m'arrêteront pas »

Ce que j'ai vécu était horrible. On me mettait un plastique sur la tête jusqu'à m'asphyxier et quand ils sentaient que je ne respirais plus, ils lâchaient un peu du leste. C'était une souffrance intolérable. Au même temps, on m'a ligoté les mains et les pieds, me mettant une barre entre les pieds et me suspendant en haut, à tel point que les douleurs au niveau de mon dos devenaient insupportables. Ils utilisaient le bâton pour me pénétrer. Cette pratique est utilisée aussi bien pour nous les hommes que pour les femmes détenues. Elle sont d'ailleurs nombreuses à vivre cette situation.

Ils m'ont interrogé des nuits durant pour savoir qui a organisé ces manifestations et qui nous soutenait, nous fournissait les drapeaux. Je répondais que c'était par notre propre conviction et que les drapeaux, nous les avons confectionnés nous-mêmes. A ce moment-là, ils se sont mis à me torturer pour que j'apprenne l'hymne national marocain et pour que je ne cite plus le Polisario, chose que je ne pouvais pas concevoir en dépit de toutes les tortures infligées.

Nous avons passé trois jours de torture continue sans rien manger ni boire. ils n'ont pas cessé de nous insulter et de nous tabasser à coups de poing à la figure. Au terme de quelques jours, assis à une table, ils ont eux-mêmes préparé un procès verbal qu'ils nous obligeaient à réciter reconnaissant que Ahmed Hamada, le défenseur des droits de l'homme et Aminetou Haidar, nous donnaient les drapeaux et l'essence pour les manifestations. Des personnes que je connaissais uniquement de nom et que je n'ai jamais rencontrées.

Le dernier jour, nous avions été présentés au juge d'instruction dans une salle où il n'y avait ni avocats ni autres personnes pouvant nous défendre, c'était un Lundi. Les avocats venus, ils ont demandé le report de l'audience pour le jeudi qui suivait. Nous étions face au juge alors que nous ne savions rien du contenu du procès fabriqué en toutes pièces mais que nous avons signé forcés. Ils nous ont reconduits à la prison Noir que j'appellerai "Le cimetière des vivants".

Nous étions dans une toute petite pièce qui contenait 120 prisonniers. Vu le manque de places, on dormait dans les toilettes, une misère atroce. Une fois le jeudi arrivé, le jour du jugement, la cour nous a condamné à 15 ans de prison ferme, pour un crime que nous n'avions pas commis. 20 ans de réclusion était la peine la plus minime. Après avoir été reconduits dans la prison Noir, notre situation empirait et devenait de plus en plus grave. C'est ce qui nous a amené à organiser plusieurs grèves de la faim dont la plus longue était de 52 jours. Vu les conditions d'hygiène désastreuses dont lesquelles nous avions entamé nos grèves de faim, notre état physique se dégradait d'une manière accélérée.

Des suites des grèves de la faim et vu notre situation qui empirait de jour en jour, nous avions introduit des recours auprès de la cour qui a réduit notre peine à trois années de prisons. C'est grâce à la pression de nombreuses organisations internationales que nous avions pu arracher cette réduction de peine, notamment avec le soutien et l'action de l'association marocaine des droits de l'homme et d'autres organisations.

Aujourd'hui, je suis sorti en gardant des séquelles et je tiens à remercier le gouvernement du RASD et aussi le gouvernement algérien pour son soutien inconditionnel et son aide. Esspérons que nous pourrons lui rendre ne serait-ce que le peu, de ce qu'il a donné au peuple sahraoui.

http://www.eldjazaircom.dz/index.php?id_rubrique=263&id_article=1822&rech

franchement entré dans les maisons des manifestants pour les violé devant leurs famille ? , ou encore refusé l'extension de la MINURSO a des missions de surveillance des  droits de l'homme dans le sahara occidental et dans les camps de réfugier sahraoui en algerie (déja accepté par le polisario et refusé par le maroc )et apres nier l'existence de répression et défendre un bilant officiel marocain plus que partial se n'est pas tres objectif .

quid des mea culpa que la presse espagnoles commencent à distiller sur son empressement a reprendre sans controle aucun les chiffres du polisario ?

PGM

on peut dire la même chose des médias qui  reprenant les chiffres officiels marocains sans pourvoir les vérifier vue que leurs correspondant n'ont pas accès au Sahara occidental.

pour finir

tres bon dossier de france 24 sur le conflit du sahara occidental

pourquoi le conflit du Sahara occidental s’éternise ?

C’est une dispute territoriale qui dure depuis 35 ans. Annexé en 1975 par le Maroc, le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, revendique son indépendance. Rabat préfère parler de plan d’autonomie…

Régulièrement oublié par les médias, le Sahara occidental a de nouveau capté l’attention de la presse internationale cette semaine après les évènements sanglants qui ont secoué le territoire.

Lundi 8 novembre, les forces de l'ordre marocaines ont donné l'assaut dans un camp dressé par des milliers de Sahraouis à Gdeim Izik, à 15 kilomètres de Lâayoune –chef lieu de la région. Ils protestaient contre leurs conditions de vie. Le bilan officiel marocain fait état de 12 morts, dont 10 policiers et de l'arrestation de 163 personnes. Le Front Polisario, mouvement qui revendique l'indépendance de ce territoire contrôlé par le Maroc, parle de 11 morts, 723 blessés et 159 portés disparus.

Régine Villemont, auteur de "Avec les Sahraouis, une histoire solidaire de 1975 à nos jours" revient sur ces incidents et nous éclaire sur cette guerre de territoires.

FRANCE 24 - Le campement des tentes avait été dressé le 19 octobre par des milliers de Sahraouis en signe de protestation contre "la détérioration" de leurs conditions de vie. Comment vit ce peuple ?

Régine Villemont. Les Sahraouis sont considérés comme des citoyens de seconde zone par rapport aux Marocains venus s’établir en nombre ces dernières années dans cette région côtière, riche en pêche et en mines de phosphates. Rabat a en effet mené une politique auprès de ses concitoyens afin de les inciter à s’installer dans cette zone en leur offrant des primes. Depuis, Mohammed VI [qui a succédé à son père Hassan II en 1999] a largement contribué au développement du territoire, bien plus que son père en son temps. Mais cela profite majoritairement aux Marocains et, dans une moindre mesure, à une très petite minorité de Sahraouis.

C’est pourquoi des milliers de Sahraouis ont décidé en octobre de contester l’occupation marocaine en installant 10 000 tentes dans le désert, à une dizaine de kilomètres de Lâayoune. Mes contacts sur place parlent de 10 000 à 30 00 personnes, soit 10% de la population sahraouie… ce n’est pas rien ! Cette mer de tentes, qui s’est depuis effondrée, était, en fait, l’expression d’un ras-le-bol général des Sahraouis déterminés à quitter symboliquement la ville devenue selon eux, marocaine et synonyme de servitude.

F24 - L'ensemble de la population sahraouie est-elle animée par ce désir d’indépendance ?

R. V. Il faut savoir que les familles sahraouies sont séparées depuis 1975, entre d’un côté le Sahara occidental et de l’autre la partie orientale, l’Espagne ou encore l’Algérie. Malgré la distance ou le mur [long de 2500 km] dressé par le Maroc qui divise le Sahara, un lien très fort subsiste entre ces parents. L’identité saharienne ne disparaît pas pour autant, je dirais même que la séparation des familles alimente cette volonté d’indépendance.

F24 - Le conflit dure depuis 35 ans. Quels sont les points de blocage ?

R. V. Le référendum demandé par l’ONU en 1966 n’a toujours pas eu lieu ! Depuis 1991, un cessez-le-feu a été signé, toujours sous l’égide des Nations unies, qui a conduit au déploiement d’une mission de paix, la Minurso, et à la promesse d’un référendum l’année suivante. Mais Hassan II n’a jamais rien fait pour l’organiser, au même titre que l’ONU n’a jamais été capable de surmonter les désaccords avec Rabat, notamment sur la composition des listes électorales.

Ensuite, en 2004, Mohammed VI a dénoncé le principe même d'un référendum en brandissant un plan d’autonomie. Mais les Sahraouis refusent. Ils ont juste accepté d’intégrer cette option dans le texte du référendum, qui ne proposait à l’origine que l’indépendance ou le rattachement au Maroc.

De plus, les Sahraouis refusent que la question de la décolonisation soit uniquement traitée avec le Maroc. Ils préfèrent s'en remettre à l’ONU.

F24 - Le Front Polisario et les autorités marocaines ont rendez-vous le mois prochain à Genève pour de nouvelles discussions sur le Sahara occidental. Quels éléments pourraient débloquer la situation ?

L’ONU semble impuissante à résoudre cette question seule. La France et les Etats-Unis ont un rôle à jouer en faisant pression sur le Maroc pour enfin espérer l’unité du Maghreb. Mais je crains que les deux pays n’aient pas cette volonté politique. Paris ne veut pas trahir son amitié franco-marocaine.

http://www.france24.com/fr/20101112-pourquoi-conflit-sahara-occidental-maroc-s-eternise-campement-onu

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il ressort bien de ton article de France 24 qu'il s'agit d'un campement ou la revendication porte sur les conditions de vie, donc sociale et non indépendantiste comme tu l'affirmais plus haut ;)

sur l'article avec source qui finie par .dz, je ne commente pas pour les raisons que tu sais.

pour zapatéro : quelle est sont gain politique a soutenir le maroc contre la majorité de l'opinion publique + presse. Sauf a être politiquement suicidaire, je ne vois pas au nom de quoi, il se départit de la position en cours en Espagne.

Cela dit tu ne réponds pas sur la manipulation des médias. On ne peut porter l'accusation gravissime de génocide et massacre sans l'etayer un minimum.

Sur les centaines de morts revendiqués par le polisario, il ne doit pas être difficile de ne donner qu'un seul nom, une seule photo, un seul témoignage neutre ? et sur le travestissement des déclarations de HRW par le polisario, tu ne trouves pas ça grave ?

PGM

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il ressort bien de ton article de France 24 qu'il s'agit d'un campement ou la revendication porte sur les conditions de vie, donc sociale et non indépendantiste comme tu l'affirmais plus haut ;)

il faut lire tous l'article

C’est pourquoi des milliers de Sahraouis ont décidé en octobre de contester l’occupation marocaine en installant 10 000 tentes dans le désert, à une dizaine de kilomètres de Lâayoune. Mes contacts sur place parlent de 10 000 à 30 00 personnes, soit 10% de la population sahraouie… ce n’est pas rien ! Cette mer de tentes, qui s’est depuis effondrée, était, en fait, l’expression d’un ras-le-bol général des Sahraouis déterminés à quitter symboliquement la ville devenue selon eux, marocaine et synonyme de servitude.

de plus parlé uniquement de revendication sociale alors que les manifestants scandent vive la rasd ou  brandissent des drapeau de la RASD il faudrait vraiment le vouloir pour le croire .. :P

sur l'article avec source qui finie par .dz, je ne commente pas pour les raisons que tu sais.

ces des témoignages de victimes avec leurs nom  , libre a toi de croire qui tu veux 

il y a aussi l'ASVDH établis a el ayoune dans la partie sous contrôle marocains , c'est pas les témoignages qui manquent  ;)

Association Sahraouie des Victimes des Violations Graves des Droits de l’Homme Commises par l’Etat du Maroc

El Ayoune, Sahara occidental

site officiel

http://asvdh.net/img/main.php?g2_vie...serialNumber=1

pour zapatéro : quelle est sont gain politique a soutenir le maroc contre la majorité de l'opinion publique + presse. Sauf a être politiquement suicidaire, je ne vois pas au nom de quoi, il se départit de la position en cours en Espagne.

1- zapatero c'est mis a soutenir la position marocaine après sont arrivé au pouvoir pour faire taire les revendication territorial marocaine sur les enclaves espagnoles au nord du maroc .. (il faut dire que ça tres bien marché )

2- c'est trop tard , zapatéro ne peut plus revenir en arrière au risque de se désavouer , car la ça serait vraiment du suicide politique

Cela dit tu ne réponds pas sur la manipulation des médias. On ne peut porter l'accusation gravissime de génocide et massacre sans l'etayer un minimum.

non seulement j'ai déja répondue plus haut que je ne croyais pas a l'histoire d'un génocide (d'ailleur je n'est jamais parlais de ça ) mais si je comptais le nombre de point que tu as soigneusement évité de répondre ça risquerait de te surprendre . =)

Sur les centaines de morts revendiqués par le polisario, il ne doit pas être difficile de ne donner qu'un seul nom, une seule photo, un seul témoignage neutre ? et sur le travestissement des déclarations de HRW par le polisario, tu ne trouves pas ça grave ?

le maroc expulse les journalistes indépendant pour caché la réalité et ça n'a pas l'air de te surprendre plus que ça .

Share this post


Link to post
Share on other sites

le maroc expulse les journalistes indépendant pour caché la réalité   :rolleyes: et ça n'a pas l'air de te surprendre plus que ça .

Des photos hors contexte et c'est un euphemisme, des centaines de morts Sahraoui qui se transforment en deux morts, un de pneumonie, l'autre renversé par un Suv,  etc etc

Des "militants", surement, des journalistes (independants  :lol: )en aucun cas d'ou le fait que cela ne surprends personne ou presque..

Reuters et co..  sont presents.

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce conflit ne se résoudra pas qu'aprés une guerre totale avec l'algérie qui finira par l'annexion du sahara orientale occupée par cette derniere.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,497
    Total Members
    1,550
    Most Online
    kodiak
    Newest Member
    kodiak
    Joined
  • Forum Statistics

    20,871
    Total Topics
    1,309,730
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries