Chevalier Gilles

Arianespace/Esa

Recommended Posts

De mémoire, Il me semble que Sarko avait proposé kourou/arianespace à l'europe, mais il n y a pas eu de retour.

l'ESA n'était pas européen, il l'est devenu. question de temps et de volonté politique.

Modifié par zx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voila, quelqu'un pourrait il expliquer clairement l'utilité d'ariane space? car je ne comprend pas pourquoi on a besoin d'une entité indépendante pour vendre les lancements, pourquoi l'esa ne pourrait elle pas le faire?

 

 

   Parce que ça ne serait pas possible d'être numéro 1 mondial des lancements commerciaux et institutionnels mélés si l'ESA décidait directement des ventes et de la gestion des tirs par sa direction globale qui n'est d'ailleurs qu'un poste qui n'a pas grand pouvoir juste une sorte de chef d'orchestre ...

 

   A l'ESA les grandes lignes étant décidées avant tout par les réunions de ministres de l'industrie des états membres de l'organisation (acceuillant des états membres et non membres de la CEE, des états membres de la CEE a haut pouvoir d'injection financière comme la France et l'Allemagne, des états non-membres de la CEE a faible injection budgétaire au sein de l'ESA mais assez bien représenté industriellement comme la Suisse par exemple ... Chacun donnant ce qu'il veut et ce qu'il peut ...) cela deviendrait très compliqué pour la direction de l'ESA pour "commercialiser" dans de bonnes conditions car cette direction étant totalement soumise aux décisions des réunions ministérielles des états membres de l'ESA :

 

   On peut vite imaginer alors que la direction serait pieds & poings liés soumise a l'influence des ministres les + puissants en sont sein (les ministres franco-allemands par exemple) qui imposeraient alors leur priorité de vente de créneau de tir selon les intérêts stratégiques prioritaires des 2 pays qu'ils représentent tout 2, soit en gros mettre la priorité et l'accent sur des clients qui leur sont les + proches en termes d'intérêts pour leur pays, ce qui mènerait au final a un bordel sans nom ou les décisions d'attribution de créneau seraient très compliquées a prendre la direction tiraillée de toute part ne sachant pas trop a qui obéir ... Objectivement il serait impossible dans de telles conditions de dépendance et tutelle politique évidentes de devenir numéro 1 mondial dans ce domaine !

 

   De la c'est simple, la meilleure chose a faire était de créer une filiale a pouvoir de décision d'une relative indépendance par rapport a la direction de l'ESA, se comportant comme une entreprise classique et qui vend tout simplement ses créneaux de tirs dans l'intérêt premier de l'entreprise d'abord, puis viennent après les considérations d'influences politiques de manière secondaire et toute relative :

 

    Car malgré tout l'ESA doit y imposer des tirs institutionnels pour les états membres a réserver qu'Arianespace doit prendre en compte dans son calendrier et nombre de lanceurs a prévoir sur X années ... (c'est l'ESA qui commande les lanceurs a Astrium dans le cas d'A5 en général par paquet de 18-24 lanceurs selon calendrier connu)

 

    Et l'ESA garde malgré tout une influence comme probablement un droit de véto éventuel mais très rarement utilisé quand au client dégoté par Arianespace

 

  Une dernière chose, Arianespace en étant une filiale peut se spécialiser correctement par la mise en oeuvre d'une équipe de technico-commerciaux (de haut niveau, pas de simples commerciaux, des gens probablement diplomés en aéronautique a niveau ingés puis spécialisés dans le commercial autour du domaine) pour avoir d'un, une vrai force de vente, de 2 des gens bien au fait des contraintes et qui savent de quoi ils parlent quand a la spécificité d'une charge utile et savoir ce qui est possible ou nom en termes d'orbites, de volumes utiles, masses attribuables par position dans la coiffe ect ...

 

   Imaginons une telle équipe soumise non pas a une filiale et son indépendance relative mais a la direction de l'ESA : Ce serait un vrai problème de jeu d'influence des ministères des états membres sur cette force de vente ... D'ou pourquoi il fallait Arianespace pour atteindre des objectifs de position mondiale, il faut d'abord et avant tout une force et une logique d'entreprise et non une logique qui serait trop soumise au politique dans le cas d'une gestion directe par la direction de l'ESA qui rappelons le n'a que de bien maigres pouvoirs face au pouvoir décisionnel des réunions ministérielles : On ne peut pas mettre la performance d'une telle entreprise dans un tel jeu d'influence qui réduirait a néant cette position sur le marché par influences trop néfastes sur les décisions au niveau des créneaux vendus

 

    Quand on voit tout le poids que la France a du mettre en oeuvre pour imposer A6 on comprend vite que la gestion ministérielle des grandes lignes de l'ESA est un jeu trop complexe pour qu'il ait tout pouvoir sur les ventes, trop difficiles d'attirer les clients dans de telles conditions tout en étant quand même cher au niveau du service mais de qualité

 

  Sans compter qu'il y a aussi le poids de collaboration de certaines agences spatiales nationales, comme le poids du CNES (qui au niveau européen est tout puissant par rapport aux autres agences spatiales nationales des autres états membres) l'ESA a pas mal de filiales/"bureau-ateliers" au sein de l'Europe comme le bureau des propulsions électrique aux pays bas par exemple qui est en train de monter en puissance du fait de l'intérêt croissant de ces technologies (l'ESTEC) qui représente 2500 techniciens, ingénieurs et chercheurs ... Et d'autres "bureaux-ateliers" encore ... Mais la ces filiales sont probablement beaucoup + soumises a la direction de l'ESA car ne peuvent que se contenter que de budgets alloués sur présentation de projets de recherche et d'essais divers a mettre en oeuvre

 

    Arianespace est donc une entité vitale pour notre position dans le spatial commercial mondial, sans cela l'ESA n'aurait jamais atteint sa position mondiale qui est la sienne et on ramerait encore dans le giron US et des collaborations russes nous imposants des conditions lourdes, le modèle d'Arianespace a littéralement rendu possible une véritable indépendance spatiale de l'Europe pour assumer ses besoins chose qui serait probablement discutable si Arianespace n'avait pas autant contribué a une telle croissance commerciale

 

    Sans Arianespace, on en serait tout simplement pas la ... C'est une question vitale pour l'ESA et l'Europe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens un article intéressant :

http://www.spacenews.com/article/launch-report/39321logjam-at-european-spaceport-puts-arianespace-in-a-ticklish-spot

Après une année 2013 plutôt faible en lancement Arianespace se retrouve du coup avec un nombre de lancement très important à réaliser cette année ce qui n'a pas l'air d'être une tache facile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et toujours rien pour un future avions cargo spatial :|

 

   Le développement du moteur sabre en GB est toujours sous soutient financier de l'ESA ... Après bon c'est un soutient relativement léger (quelques dizaines de millions d'euros grand max il me semble, mais mieux que rien ...)

 

   En l'état que veut tu faire ? Il n'y a pas assez d'avancées dans le domaine pour qu'une agence spatiale dans l'ESA vienne y mettre tout son poids sans risque et pertes trop élevées ! Perso je pense que l'avion spatial sera opérationnel dans une trentaine d'année au minimum et sera probablement directement en concurrence d'investissement massif avec l'ascenseur spatial qui lui aussi aura bien avancé avec des avancées dans les matériaux crédibles et process pour le réaliser ...

 

   Ceci dit, le jour ou l'ascenseur spatial sera théoriquement "ready" pour commencer a le réaliser il faudra lui trouver une capacité de lanceur suffisamment économique pour lui apporter plusieurs dizaines de millier de tonnes de matériaux ... L'avion spatial pourra a la limite s'y coller ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est justement de ça dont je parlais. L'avion spatial reste ce qu'il y a de mieux pour le fret terre-espace-terre -, et pour l'ascenseur spatial il va falloir une installation permanente dans l'espace... bref l'avion spatial est une obligation et il faudrait d'abord une vrais implication nationale avec tous les acteurs susceptibles d'en tiré profit...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

One-on-one with the chief executive of Arianespace

 

part 1

 

Stéphane Israël a pris la chef de la direction d'Arianespace l'an dernier à un moment de changement pour le 34-year-old fournisseur de services de lancement français, qui fait face à de nouveaux défis de la concurrence et un marché en évolution de satellites commerciaux tout en maintenant une cadence sans précédent de lancements depuis le port spatial de l'Europe en Guyane française.

 

 

http://www.spaceflightnow.com/news/n1403/19arianespace/

 

part 2

 

Dans la deuxième partie de notre interview, Stéphane Israël, regarde vers l'avenir et discute des perspectives stratégiques d'Arianespace pour le reste de la décennie. Il répond également aux messages et les progrès réalisés par les deux principaux concurrents d'Arianespace récents - International Launch Services et SpaceX.

 

http://www.spaceflightnow.com/news/n1403/19arianespace/index2.html

 

 

Arianespace Wants Piece Of U.S Launch Action

 

http://www.aviationweek.com/Article.aspx?id=/article-xml/AW_03_17_2014_p31-672253.xml

 

En Europe, le lancement commercial consortium Arianespace dit qu'il veut avoir accès au marché américain de gouvernement dont il est actuellement exclue. Arianespace commercialise les lancements doubles de satellites commerciaux à bord de la version d'Ariane 5 et doit maintenant rivaliser avec les low-cost Space Exploration Technologies (SpaceX) Falcon 9 pour les satellites de taille à monter dans la position inférieure sur le lanceur Ariane 5 ECA. Ce mois, la société a annoncé qu'elle envisageait d'américaniser la fusée avec du matériel américain en échange de gagner l'accès au marché des États-Unis.

Modifié par zx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Arianespace a deux clients pour un même lancement...


En juin, un lanceur Soyouz décollera du Centre spatial guyanais. Deux des principaux clients d’Arianespace, SES et la Commission européenne, ont clairement demandé que ce lancement leur soit dédié. Une situation délicate pour Arianespace, qui devra jouer de diplomatie dans le choix des satellites à lancer.

 

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronautique-arianespace-deux-clients-meme-lancement-52836/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que deviennent les lancements prévus avec Soyouz ? Transféré sur une Ariane ?

 

 

    Ben pour l'instant me semble que tout ce qu'on sait, c'est que l'échec du tir galileo serait de responsabilité russe et que les instances européennes qui décident quand au programme galileo envisagent très sérieusement de ne compter que sur A5 pour les tirs prochains a faire du futur réseau de sat et de ne plus envisager le programme avec soyuz

 

   Le truc c'est qu'au niveau calendrier tout ça, ça pourrait coincer quoi ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Space X fait déjà du mal à Arianespace :

 

Arianespace facture maintenant ses vols à un prix prévu selon les gains de productivité attendus avec les nouvelles fusées 5 ME ou 6... alors que personne ne peut dire exactement quelle économie (ou pas) sera possible avec ces fusées qui n'existent pas encore.

http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0203758439607-arianespace-resiste-bien-a-la-concurrence-de-spacex-1040370.php

 

 

Nous n’avons pas bradé nos services, mais nous avons adapté nos prix sur la base des efforts de productivité à venir », explique-t-il. Cette stratégie commerciale comporte quelques risques car Arianespace ne sait pas encore précisément chiffrer ces futurs gains de productivité, qu’elle a déjà passé dans ses prix.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai parlé aujourd'hui avec un gars qui travaillait sur la ChemCam de Curiosity. Et pour la petite info l'idée d'un dirigeable sur Mars était belle et bien très sérieusement envisagé mais comme il fallais que le ballon se gonfle en vol il y avait trop de problèmes de résistance du ballon tout en ayant un poids réduit. Le projet est donc à l'arrêt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5203
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    wolfmoy2
    Membre le plus récent
    wolfmoy2
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20297
    Total des sujets
    1136889
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets