Desty-N

Members
  • Content Count

    776
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Desty-N

  1. Il y a des tas d'hypothèses sur ce genre de phénomènes. Même dans la bible : le prophète Ezekiel y décrit une de ses visions, ou évolue un disque de grande taille avec autour des types en combinaisons argentée. Evidemment, pour lui ce sont des anges . Je prends cet exemple pour montrer comment l'interprétation peut varier en fonction de l'observateur. Ce qui semble à peu près sûr, c'est que depuis des siècles, voire des millénaires, les êtres humains voient des choses bizarres dans le ciel et qu'ils ne savent pas trop quoi en penser. C'est pourquoi je trouve le terme OVNI (Objet Volant Non identifié) particulièrement pertinent. Personnellement, je pencherais plus pour des variantes des phénomènes lumineux transitoires ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Phénomène_lumineux_transitoire ), des éclairs lumineux trèèèès bizarres, qui peuvent même prendre la forme de disques, et qui se produisent entre différents couches de l'atmosphère. Dans le même ordre d'idée, on a la foudre en boule ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Foudre_en_boule ), dont la taille, la couleur et le comportement peuvent changer énormément d'un cas à l'autre. Je crois qu'on a des témoignages qui décrivent certains phénomènes passant par la cheminée (Hergé n'a rien inventé dans Les 7 boules de cristal), à travers une fenêtre, ou qui disparaissent dans un mur et quand on creuse le mur, on trouve un vide correspondant. Un avantage de cette approche, c'est qu'elle expliquerait certaines observations radars aberrantes. Ce genre de plasma perturbe les ondes radars, qui ne donnent plus d'informations exploitables. Et comme les avions et les bateaux actuels utilisent de plus en plus de courant électrique, on peut même mettre certains comportements de ces ovnis sur le compte de la perturbation locale du champ électromagnétique par les véhicules humains. J'ai bien conscience que cette explication présente pas mal de défauts, mais elle me semble moins invraisemblable qu'une histoire d'extra-terrestres capable de traverser l'espace, et de venir nous observer, mais ne cherchant pas à nous contacter, ou de technologies militaires top-secrets depuis des décennies (même le SR-71 ou le U2 n'a pas tenu aussi longtemps). Après, comme d'autres l'ont écrit plus haut, c'est une question d'interprétation personnelle (Pour les phénomènes lumineux transitoires, on en saura plus après le lancement du satellite dédié Taranis https://fr.wikipedia.org/wiki/TARANIS )
  2. Comme à la base, messie ça veut juste dire oint (avec de l'huile. Christos en grec), on peut considérer que les candidats au titre ne manquent pas ! Certains courants du judaïsme considèrent qu'il y a un messie potentiel par génération, alors pourquoi pas Bibi? Il y a eu d'autres prétendants qui ne manquaient pas de pittoresque : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9tendants_juifs_%C3%A0_la_messianit%C3%A9
  3. Je ne me fais pas d'illusion sur les motivations de A. Lieberman , mais il me semble qu'il touche un point sensible : le fait que les haredim touchent de droit d'importantes aides d'état, mais se trouvent dispensés du devoir du service militaire obligatoire. Je crois même que certains ultraorthodoxes nient la légitimité de tout état juif existant avant la venue du messie, mais que ça ne leur pose pas de problème d'en toucher les subsides.
  4. Faut-il y voir un lien de cause à effet Si Bloomberg ne raconte pas de bêtises, ça pourrait se gâter entre AKK et Angela- conscience -de-l’ Europe
  5. Tant qu'à faire, pourquoi ne pas envisager de transformer les socles en récifs artificiels (https://fr.wikipedia.org/wiki/Récif_artificiel) ? Ils fourniraient de nouvelles niches écologiques pour diverses espèces, ce qui augmenterait la diversité de l'écosystème marin. Bien sûr ce genre de dispositifs induit des contraintes supplémentaires, ne serait-ce que par l'usage de matériaux sans trop d'impact sur l'environnement. Mais si on tenait compte de ces exigences dès la conception, il y aurait peut-être une piste à creuser. Si on en croit Wikipedia, les centrales de pompage de bord de mer connaîtraient un regain d'intérêt : Le problème de rentabilité, ne concerne pas que les STEP, mais l'ensemble des énergies renouvelables. Après, c'est ... un choix politique Dans les années 70, on a décidé de lancer un grand programme de centrales nucléaires. Alors pourquoi pas un grand programme de STEP à eau de mer, pour accompagner la montée en puissance des énergies renouvelables intermittentes? Cela fournirait de l'activité aux groupes de BTP, les économies d'échelle pourraient abaisser le seuil de rentabilité et les ONG environnementales auraient du mal à râler (quoique je crois en Allemagne, elles y trouvent tout de même à redire )
  6. La rédaction du rapport complet sur l’accident du vol ET302 devrait prendre 6 mois à un an selon les éthiopiens. ( https://www.usinenouvelle.com/article/boeing-reconnait-des-similarites-entre-les-crashs-de-lion-air-et-ethiopian-airlines.N827265 ) Ils ne vont quand même pas clouer les 737 au sol aussi longtemps ???
  7. Prometteur : Il existe un certain consensus parmi les membres de ce forum sur le fait que les lanceurs réutilisables ne s'avéraient rentables que si on les utilisait souvent (plusieurs fois/dizaines de fois par an?), ce qui implique une demande appropriée. Blue Origin pourrait trouver le marché en question dans les milliers de satellites voulus par Amazon. De plus ça collerait avec la stratégie de J Bezos dans le spatial : développer conjointement l'offre et la demande. Il a investi dans New Shepard qui ne monte qu'à 100 km, mais qu’il utilisera pour le tourisme spatial, avec des centaines (milliers?) de personnes intéressées dans le monde. Il fait travailler ses équipes sur New Glenn, capable de mettre des charges en orbite, et il prévoit d'ores et déjà de lui fournir des quantité de satellites à lancer. Maintenant, le PDG d'Amazon (dont il va garder le contrôle, malgré son divorce https://www.latribune.fr/technos-medias/mackenzie-bezos-accepte-de-laisser-a-son-ex-mari-le-controle-d-amazon-813276.html ), a la réputation de mettre ses propres services en concurrence avec des entreprises extérieures. Blue Origin bénéficiera sans doute d'une certaine bienveillance, mais surement pas d'une garantie définitive. (Si SpaceX se propose pour effectuer certaines mises en orbite, j'attends les prochains Tweets d'Elon Musk avec gourmandise )
  8. Elle espère peut-être utiliser ce délai pour négocier avec Corbyn. ( Ce qu’elle aurait dû faire AVANT !!) Dans ce cas, elle pourrait échanger le ralliement du chef du Labour contre la promesse d’une dissolution du parlement de Westminster. (Avant l'été?)
  9. Corbyn avait déposé une mention de censure et réclame de nouvelles élections. Si May lui propose la dissolution du parlement, il se laissera peut-être tenter.
  10. A priori, la décision de la PM seul ne suffit pas, il faut un vote du parlement. Sauf erreur, T. May n'a pu invoquer l'article 50 que suite à un premier vote. Il devait d'ailleurs s'agir d'une des dernières fois où les députés ont approuvé quelque chose sur l'UE. Depuis, le plus souvent, ils s'opposent sans proposer. Au point que je me demande si ne ça va pas se terminer vendredi 29 dans la soirée. May réunira les parlementaires et les mettra au pied du mur: "si vous n'approuvez pas mon accord, dans 2h, on est dehors, avec le hard brexit à gérer". Et pendant ce temps les chefs d'états européens réunis à Bruxelles en sommet extraordinaire attendront le résultat pour décider s'ils octroient un nouveau délais à la GB. Actuellement, je rejoins plutôt @Alexis sur les probabilités: vote in extremis de l'accord et soft-brexit : 60% refus obstiné de tout compromis et hard brexit : 30% affolement de dernière minute, après le 3ème refus de l'accord et vote de l'abandon de l'article 50 : 9% divers (envoi de casques bleus par l'ONU, invasion extra-terrestre, coup d'état de la reine...) : 1%
  11. Un intervenant dans C dans l'air a fait une règle de trois et estimait que le traité devrait passer vers le 5ème vote. Ça s'annonce gratiné pour le 29 mars, et quasiment impossible pour le sommet du 21. Donc à priori, c'est mort pour une demande de report court. Ce qui laisserait les dirigeants de l'UE face à un choix difficile : report de longue durée ou no deal. Dans le premier cas, c'est reparti pour des mois de tragi-comédie improductive. Dans le second, les politiciens britanniques nous mettront sur le dos la responsabilité de tous les problèmes qui arriveront au RU. Cahrybde et Scylla
  12. Je viens de parcourir rapidement les dernières pages, et je ne crois pas avoir vu grand chose sur la très faible majorité de députés qui a rejeté le hard brexit (4 voies de différence!) Avec un écart aussi faible, on ne peut pas exclure que ce soir le parlement anglais refuse d'accorder à T. May un délais supplémentaire pour le Brexit. Je dirais 50% de chance qu'on en reste à la date limite du 29 mars. Dans ce cas, on risque bien d'en arriver à un hard brexit par défaut (50 % de chance) On en saura plus ce soir, après 20h. NB @prof.566 je confirme les propose d' @Alexis . On est juste parti en mode délire. Il faut voir ça comme une tentative de se mettre à l'unisson des députés anglais, afin d'essayer de comprendre ce qui leur passe par la tête !
  13. Non au gauchisme étatique ! Si on en croit le site https://www.directferries.fr/irlande.htm , il existe déjà d'excellentes lignes de ferry vers l'Eire, au départ de Roscoff et Cherbourg, qui ne demandent qu'à monter en puissance. Je crois les migrants et les passeurs tout à fait capables de s'adapter (il parait qu'après la guerre de Yougoslavie tous les illégaux soit-disant kossovars ont viré afghans en 15 jours) et de se débrouiller tous seuls. Et je suis sûr que la criminalité organisée une partie de la société civile d'Irlande se ferait un plaisir d'aider ces pauvres gens. Même l'IRA pourrait y trouver un intérêt. Moyennant un droit de passage une modeste contribution spontanée à la Lutte, elle veillerait volontiers à ce que le passage de la frontière se fasse sans encombre. Peut-être même pousserait-elle la délicatesse, jusqu'à s'assurer que les nouveaux arrivants dégagent au plus vite d'Irlande du Nord arrivent dans les plus brefs délais en Angleterre
  14. Dans ce cas, j'espère bien que la République d'Irlande demandera son adhésion à Schengen. La GB se moque peut-être des marchandises qui ne feraient que transiter par son territoire, mais si les immigrés clandestins arrivent massivement sur son territoire via l'Irlande du Nord, ça va devenir politiquement très sensible pour Londres ...
  15. Un article du Point résume assez bien la situation à mon avis : Tout à fait dans la lignée de ce que raconte @Tancrède sur les fils USA depuis des mois
  16. Alors désolé, mais là, je vais vraiment radoter: en diplomatie en général, et dans le cas de Trump en particulier, les négociations sont un rapport de force. Personnellement, je considère qu'une coalition, certes pas trop disparate, pèsera plus lourd que chacun de ses membres pris séparément. On le voit depuis des mois dans le cas du BREXIT : face à l'UE, le R.U. n'arrive pas à ses fins. Et pourtant la diplomatie anglaise a maintes fois fait la preuve de son volontarisme et de son professionnalisme. Les USA prendront peut-être le risque de se fermer un marché de 60 millions d'habitants, pas de perdre l'accès à 450 millions de consommateurs. De toute façon, il y aura bientôt un test en grandeur réelle avec le futur accord de libre-échange USA - Royaume-Uni. Je crois d'ailleurs qu'un membre de de forum avait posté sur les objectifs de négociation américains À ce que je sache, ils n’ont jamais osé en demander autant à l’UE J'ignore même si la loi FACTA prévoie ce cas de figure, mais, en admettant que oui, si l'IRS campe sur ses positions ou réclame au préalable à la personne concernée le paiement d'un forfait astronomique, on fait quoi? Pour moi, on en revient encore et toujours au problème du rapport de force dans la négociation ... +1, mais là je contribue depuis mon tel, alors pas évident
  17. Pour moi, ça constitue le noeud du problème: si un pays a la puissance nécessaire pour forcer quelqu'un à payer ses impôts, même s'il ne réside pas sur son territoire, pourquoi tiendrait-il compte de petits détails triviaux comme les impôts que payerait cette personne par ailleurs? Prochaine étape, après la déchéance de nationalité, on inverse la procédure, et on instaure l'attribution d'office de nationalité en se passant de l'accord de l'individu concerné? Après tout Lafayette est bien devenu citoyen d'honneur des USA, sans son consentement (OK, il était mort lors de la procédure, mais l'administration ne s'arrète pas toujours à ce genre de détails ) Ca pourrait constituer un outil de soft power intéressant A la limite, je peux accepter la méthode pour les gens n'ayant passé que les premiers mois de leur vie aux USA, si elle comprend une possibilité de renoncer à la nationalité américaine, accompagnée d'une négociation pour parvenir à un paiement forfaitaire RAISONNABLE pour solde de tout compte. Mais je rappelle que le marchandage à la mode Trump s'apparente plutôt à de l'extorsion. Et donc, pour recoller au sujet avant que les modos ne commencent à nous rappeler à l'ordre, on trouve là un nouvel exemple du besoin de cohésion des pays européens. Divisés, Washington nous tordra le bras, les uns après les autres. Et il se trouvera même des "idiots utiles" pour se féliciter de la "coopération, symbole de l'excellence des relations" (TOUSSE Londres TOUSSE ) Si on réussissait à accorder un peu nos violons, ça nous éviterait de nous faire grignoter ...
  18. En ce moment, il semble que la méthode américaine avec les "US persons" ressemble à quelque chose comme "payez-nous et débrouillez-vous pour le reste". Ce n'est pas pour radoter (quoique ), mais est-ce que quelqu'un sur ce forum croit sérieusement que l'administration américaine actuelle va prendre la peine de se concerter avec les services fiscaux de la France ou de l'Italie, pour établir un différentiel fiscal ? Quand on voit la manière dont Trump agit en ce qui concerne ses propres impôts ... D'ailleurs, je préfère ne même pas penser aux pays dont les banques négocient directement avec l'IRS, comme l'Autriche, le Japon ou la Suisse (source https://www.treasury.gov/resource-center/tax-policy/treaties/Pages/FATCA.aspx)
  19. Ces nouveaux drones m'inspirent les mêmes réflexions que les robots plongeurs pour l'archéologie, type Ocean One ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Ocean_One_(robot) ) : on travaille dessus et ça finira par donner quelque chose. Mais pour motiver l'achat, il manque encore une application qui constituerait un atout décisif. Ces drones possèdent bien sûr des avantages : on peut les faire sortir à de grandes profondeurs et ils peuvent rester très longtemps dans l'eau. Mais ils présentent aussi quelques inconvénients : ils ne peuvent opérer qu'à une distance limitée, en fonction de la longueur du flexible. D'ailleurs comment stockerait on celui-ci?Dans un container comme pour une flûte sonar?? Et au final, on en revient toujours à la question: pour quoi faire? Un drone manipulateur présenterait peut-être un avantage pour le déminage, mais on pourrait exécuter ce genre d'opération dans un contexte sécurisé et depuis la surface. En ce qui concerne l'usage pour un sous-marin, j'avoue que je sèche
  20. Et pourquoi pas deux drones ASM? A priori, à bord d'un navire, ça ne tiendrait pas beaucoup plus de place qu'un hélico. Ce serait pas possible de concevoir un drone muni d'un sonar actif? Les missiles anti-aérien du sous-m constitueraient toujours une menace, mais l'absence d'équipage dans l'aéronef, modifie le rapport risque /bénéfice. La perte d'un matériel pèse moins que la perte d'une vie. En tout cas il semble clair que les hélico ASM vont devoir revoir leurs tactiques de chasse. Si ça se trouve, c'est déjà le cas.
  21. Je le verrai plutôt comme un europhile plein de bonne volonté, mais pas nécessairement doté d'une patience infinie. Par exemple, je doute que Élysée aie beaucoup apprécié la position fluctuante de Berlin sur les GAFA: Je ne développe pas, j'ai abordé le sujet dans un post du fil sur l'Europe:
  22. (Double post sur le fil , mais à 24 h d'intervalle, et pour réagir à l'actualité) Si 'en crois l'article Wikipedia sur la loi FATCA ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Foreign_Account_Tax_Compliance_Act ), la France a signé en 2014 un accord de Modèle 1, où les banques traitent avec les autorités fiscales de leur État, qui traitera quant à lui avec l'IRS. Il n'y a pas de retenue à la source. C'est toujours mieux que le modèle 2 où nos banques traiteraient directement avec l'IRS. D'abord, franchement, il n'y a que les USA pour oser ce genre de truc . Obliger tous les Américains, où qu'ils habitent dans le le monde à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts à l'IRS, il fallait oser. D'autant plus que les élus de Washington ne semblent pas pressés de rendre la pareille ( http://www.repealfatca.com/downloads/Posey_letter_to_Sec._Lew_July_1,_2013.pdf ) Ensuite, et c'est pour ça que je poste dans ce fil , est-ce que l'UE ne constituerait pas un interlocuteur plus approprié pour ce genre de négociations? Même si la loi FACTA remonte au milieu des années 2010, je crains que les négociations n'aient déjà tourné au rapport de force. Et avec le nouveau locataire de la Maison-Blanche, je ne vois pas comment les choses pourraient s'améliorer. Dans cette optique, je vais encore radoter, mais une coopération renforcée ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Coopération_renforcée ) pourrait présenter un intérêt. Il est plus facile de se mettre d'accord entre pays de taille proche (France, Allemagne, Italie, Espagne), et de présenter un front uni pesant au moins 100 millions personnes que de se retrouver seul face à la première économie mondiale. Pour être tout à fait honnête, la coopération constituerait une piste prometteuse, mais rien n'indique qu'elle marcherait. Dans un autre genre, on le voit en ce qui concerne la taxe sur les GAFA: Il s'agit incontestablement d'un échec. Mais on va voir si l'alternative marche mieux, puisqu'on va créer un impôt 100% français. Je peux me tromper, mais je doute que ça marche. Les GAFA peuvent prendre le risque d'affronter un pays de 65 millions d'habitants. Il n'en irait pas de même avec un bloc économique de 500 millions de personnes, mais ce n'est peut-être que partie remise. Entre la réforme de la PAC et les taxes américaines sur leurs voitures, les allemands ont suffisamment de désidératas pour donner matière à de nouvelles négociations.
  23. Après Tien'anmen, on s'est tiré une balle dans le pied. L'article que je citais indique qu'après le meurtre du journaliste saoudien les allemands se seront in fine tirés eux aussi une balle dans le pied. Comme on avait fait la même erreur 30 ans plus tôt, je pense juste qu'on peut se moquer de la RFA, mais pas trop fort. Le choix d'Airbus de se passer des pièces allemandes montre qu'en l'occurrence la décision de Berlin atteint vite ses limites. Si nos voisins voulaient vraiment peser, ils s'attacherait à entraîner les membres de l'UE dans son sillage., fut-ce au prix de concessions dans d'autres domaines (par ex. sur la taxe GAFA pour convaincre la France). Visiblement la chancelière a d'autres priorités.
  24. Le visionnage du Chant du loup, m'a rappelé que les futurs SNA de la classe Suffren pourront tirer des missiles anti-aériens depuis leurs lance-torpilles. Je pense que les français ne sont pas les seuls à développer cette technologie? Outre l'AS3M de la DCNS, j'ai trouvé le projet allemand IDAS, et il en existe surement d'autres. J'ai exhumé quelques vieux posts sur le sujet : Le MICA, dans le cadre de l'A3SM, est tiré par un tube lance-torpille, tout comme l'IDAS. Donc le tir est possible pendant que le sous-marin bouge, et il n'y a pas besoin que le missile sorte de l'eau près du point de lancement. Ce qui rend la localisation du sous-marin plus difficile. Par contre les hélicoptères se moquaient jusqu'ici de donner leur position (horizontale), quand ils utilisaient leur sonar actif, puisqu'on ne pouvait pas les atteindre. Désormais la donne va sans doute changer. Ces aéronefs gardent d'autres points forts, comme leur rapidité de déplacement, mais ils vont sans doute devoir adapter leurs tactiques. A priori, je les verrais faire plus appel au sonar passif et aux bouées sonar, qui elles ne l'obligent pas à s'immobiliser. Avec peut-être un recours aux navire alliés du coin? Si ces derniers connaissent avec précision la position des bouées sonar, et la nature de leurs émissions, la seule réception passive devrait leur permettre de se faire une idée de ce qui se balade dans le fond. Il ne resterait plus alors qu'à communiquer les infos à l'hélico. La guerre en réseau, quoi
  25. J'ai vu ce WE, et pour un premier film, je le trouve très bon, particulièrement les deux premiers tiers La première partie m'a particulièrement plu, avec son jeu du chat et de la souris