Desty-N

Members
  • Content Count

    803
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

429 Excellent

About Desty-N

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,092 profile views
  1. Les deux séries SW Clone wars et SW Rebels ont beaucoup contribué à replacer les deux premières trilogies dans un contexte plus large. J'ai bien aimé ce que j'en avais vu. D'ailleurs la dernière saison de Clone Wars doit sortir bientôt: (Et oui Darth Maul est dedans ) Peut-être qu'une série animée genre "Star Wars Resistance" pourrait aider à faire passer la pilule de la dernière trilogie? Mais le show runner aurait un ÉNORME boulot. Pour moi, ce qui est le plus dommage, dans Rise of S, c'est qu'avec le retour de Palpatine on pouvait justifier toutes les aberrations des deux films précédents avec un argument pas complètement bancal : "en fait ça faisait partie du plan de Palpatine." OK, les rôlistes AD&D reconnaîtront là une variante de TGCM (Ta Gueule C'est Magique), l'argument n°1 des maîtres de jeu, quand un esprit taquin pointait un point faible dans leur scénario. Mais l'ex-empereur avait démontré en tant que sénateur sa capacité à mener des plans tordus qui lui profitent sur le long terme. Avec lui toutes les incohérences choses bizarres des deux films d'avant pouvaient passer pour des machination du seigneur Sith. En bref : TGCFPDPDP (Ta Gueule, Ça Fait Partie Du Plan De Palpatine). Malheureusement le scénario ne l'utilise que très vaguement pour justifier Snoke, alors que j'aurais bien vu Rey comme un de ses clones trèèèèèèèèèèèèèèèèèèès modifié (ce qui aurait permis de justifier qu'elle n'aie pas de parents). C'est désolant .
  2. Ce qui tendrait à montrer que l'équilibre de la terreur fonctionne, y compris entre deux pays qui se sautaient à la gorge à la moindre occasion. En fait je réagissais car si je peux considérer l'Inde comme un bloc, ce n'est pas le cas du Pakistan selon moi. Pour recoller au sujet, je tendrais à penser que l'état iranien constitue un acteur beaucoup plus fiable et rationnel que l'état pakistanais. Il y a 19 heures, Alexis a dit : Ce type de précision n’est possible pour un missile balistique qu’en couplant une navigation inertielle à un guidage par positionnement satellite, comme le GLONASS russe ou le BEIDOU chinois. Si je comprend bien, les iraniens on fait passer le message comme quoi, non seulement ils peuvent cibler précisément les installations pétrolières du golfe persique, mais aussi les centrales énergétiques et les usines de dessalement des pays limitrophes, et aussi les pistes des bases aériennes de la région? Pour résumer, ils peuvent renvoyer tous leurs voisins à l'age de pierre et obliger les américains à les bombarder depuis des aéroports (très) éloignés? Les USA ont les moyens de s'adapter, bien que ça complique l'équation, mais ça a dû nettement refroidir les ardeurs de l'AS ou d'Israël ...
  3. HS ON Des "blocs" comme le Pakistan et l'Inde ? HS OFF
  4. Il doit aussi avoir un peu la pétoche. Si Téhéran pense qu'il était au courant, il ferait une très bonne victime expiatoire. Et un PM irakien, vu le contexte actuel, c'est pas du tout hors de portée des iraniens... Ça implique également qu'à Bagdad pas mal d'officiels doivent se faire des cheveux blancs et essayer de se démarquer le plus visiblement possible de Washington. Dans ces conditions tout opposant au départ des américains risque de passer pour suspect. Je commence vraiment à croire que le Pentagone pourrait rapatrier les troupes vite fait.
  5. Tu peux être à 99,5 % certain que l'Iran a déjà un nombre non-négligeable de "têtes vides", des armes nucléaires à fission par implosion nécessitant juste l'ajout du matériau fissile. C'est infiniment plus discret à concevoir et à tester que ne l'est l'enrichissement lui-même, qui est le principal goulot d'étranglement. Je persiste à affirmer que le premier test nucléaire aura lieu très peu de temps après la production de la quantité requise de matériaux pour deux armes ou plus (...) Je crois me souvenir que les intervenants du C dans l'air du jeudi 2 estimaient qu'au moment de la signature du traité Iran-USE par Obama & cie, Téhéran se trouvait à un an d'acquérir la bombe. A priori les mollahs ont scrupuleusement respecté le texte (eux !) mais comme ça fait des mois que Trump fait n'importe quoi joue les imprévisibles, ils ont eu le temps de se préparer. Vu comment c'est parti, je crains que pour Noël prochain au plus tard, les sismographes indiquent à Donald une petite surprise. Comment la Maison-Blanche pourrait-elle l’empêcher? A priori, ils se torchent avec la voie diplomatique, donc il ne reste que la force. Détruire les mosquées d'Ispahan n’empêchera pas les centrifugeuses de tourner, et rendra juste la population encore plus furieuse. Détruire les installations d'enrichissement va nécessiter beaucoup de bombardements qui prendront du temps, vu le nombre de sites. Si les USA en restent aux explosifs classiques type MOP, ils devront travailler seuls : vu la taille des avions à utiliser, ils sont les seuls à en posséder. Dans ce cas, je pense qu'il ne fera pas bon être américain dans le détroit d'Ormuz. Si Washington décide de passer au nucléaire... La plupart des gens verront les mots "bombe atomique" pas les mots "anti-bunker". Et là, je pense qu'on aura droit à des attentats terroristes à la bombe sale. Maintenant si l'Iran voulait vraiment faire mal aux USA, ils pourraient cibler une raffinerie ou quelque chose d'apparenté. C'est gros, donc plus difficile à surveiller. C'est rempli de matières inflammables donc ça brûle bien et longtemps. En plus, la plupart des ces sites se trouvent au milieu de zones industrielles, où le feu pourrait se propager. Cerise sur le gâteau, ça ferait grimper le cours du pétrole, ce qui ne plairait guère aux électeurs de Donald. Et s'ils font ça, dans un coin comme le Texas, où ce genre d'installations ne maque pas, ça constituerait un bras d'honneur discret mais indiscutable à l'encontre l'autre excité. Mais, il n'y a rien à craindre, ce n'est pas comme si des combattants du Yemen proches de Téhéran avaient envoyé des drones explosifs sur des réservoirs d'hydrocarbure saoud ... Oh wait
  6. Tout cela me rappelle un roman de Tom Clancy . Enfin, au moins, s'il y a une fusion Iran-Irak, ils n'appelleront pas ça République Arabe ...
  7. L'ordinateur quantique faciliterait sans doute la modélisation du comportement des molécules et de leurs interactions entre elles. Ce genre d'outil intéresserait surement l'industrie chimique et surtout les entreprises pharmaceutiques. Si dès sa conception on pouvait se faire une idée de la manière précise dont agira un médicament, ça permettrait de diminuer les risques de mauvaises surprises lors des tests in vitro et in vivo ainsi que de raccourcir le temps de mise au point. A terme ça entraînerait une baisse des coûts de développement et in fine une augmentation des bénéfices déjà faramineux des boites du secteur de nouveaux progrès pour la médecine.
  8. Tout-à-fait. Les algorithmes quantiques constituent désormais un domaine spécifique : https://en.wikipedia.org/wiki/Quantum_algorithm Pour ce que j'en comprend, non ces nouveaux ordinateurs ne s’avéreront pas forcément plus performants pour tous les problèmes. Les mathématiques en jeu s'avèrent particulièrement adaptées pour résoudre certains problèmes, mais la croissance exponentielle de la puissance de calcul par rapport au nombre de q-bit ne suffit pas. Il suffit que l'algorithme quantique rencontre une difficulté exponentielle pour résoudre le problème et l'avantage tombe de lui-même. L'algorithme de Shor dont parlait @Rufus Shinra permet de factoriser les grands nombres dans un temps raisonnable. Mais l'informatique classique peut aussi résoudre le problème ... au bout d'un temps gigantesque (plusieurs fois la durée de vie de l'univers, je crois) Et l'augmentation (exponentielle) de la puissance des PC n'aurait pas suffi à réduire rapidement cette durée. Plus encore que l'astronomie par onde gravitationnelle, je crois qu'on peut faire un parallèle avec les cartes graphiques. Pendant longtemps, elles ont surtout intéressé les joueurs. Et puis, on s'est aperçu qu'elle pouvaient servir pour faire tourner des réseaux neuronaux bien mieux que les processeurs classiques. Résultat : explosion des applications en Intelligence Artificielle (même s'il y avait d'autres causes.) Mais on a pas pour autant reformulé tous les problèmes en terme d'IA. Le GPGPU (General-purpose computing on graphics processing units ou calcul générique sur processeur graphique) n'a pas tué le PC. Il a d'abord fait les affaires de Nvidia, puis contribué à l'essor des serveurs dédiés (et permis à Google de se faire de la pub avec le jeu de Go) Actuellement, on commence juste à voir des applications pour la conduite autonome, mais je pense qu'on pourrait même se retrouver un jour avec un espèce d'interlocuteur genre super-tamagoshi dans chaque PC. Cela remplacerait souvent le clavier et la souris, mais il faudrait une carte graphique très puissante. Les algorithmes quantiques suivront sans doute la même voie que beaucoup de ces technologies novatrices: on entrevoit des tas d'applications, on croit que c'est magique, on atteint les limites, on est un peu, voire beaucoup déçu, mais ça finit par se généraliser (pour beaucoup l'IA par réseaux neuronaux sur GPU en est encore au stade magique/ omnipotent) Il y aura surement d'ici quelques années des serveurs quantiques, mais pour le moment, je ne vois pas encore d'application qui pourrait justifier une "carte quantique" dans chaque PC (à part le marketing des fabricants, mais même là il y a des limites) Et je ne crois pas à un processeur quantique remplaçant le CPU, Ou alors à trèèèèèès long terme, et d'ici là, on aura surement trouvé mieux que le processeur quantique. Par exemple l'ordinateur trou noir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trou_noir_ordinateur (mécanique quantique + relativité + thermodynamique, dur de faire mieux )
  9. Comme je l'ai écrit sur le topic dédié, la meilleure réponse c'est sans doute le micro-lanceur emmené en l'air par un drone. Le premier étage serait aussi facile à réutiliser et à entretenir qu'un avion. Par contre concernant la technologie d'Electron utilisant des pompes électriques marchant sur batterie, je la verrais bien s'inviter progressivement sur des lanceurs plus puissants. Je crois qu'on estime que la puissance des batteries double à masse égale tous les 10 ans. Actuellement Electron peut lancer jusqu'à 200 kg. Si on fait une règle de 3, ça permettrait d'envisager 400 kg vers 2030, et 1 600 kg vers 2050. Reste à voir si ça se fera ...
  10. Dans le sujet dédié à Rocket Lab, je me demandais si l'UE envisageait un lanceur concurrent d'Electron: J'ai ma réponse. Avec la technologie d'Eole et d'Altaïr, on tient un premier étage réutilisable, et sans doute pas trop compliqué à entretenir. Et si on fabrique 3-4, alors on pourra sans problème en faire décoller plus d'un par semaine. Le succès des néo-zélandais montre qu'il y a un marché . Espérons que le CNES & cie penseront de même ...
  11. Autre exemple de phénomène bizarre se produisant dans l'atmosphère, les flashs de rayons gamma terrestres: Les énergies en jeu atteignent parfois un niveau tel qu'elles entraînent la création d'antimatière : Juste pour bien montrer qu'il existe encore des tas de phénomènes naturels mal connus, et qui se produisent tous les jours dans notre atmosphère. C'est pour ça que, comme @Alexis , avant d'envisager des soucoupes volantes extra-terrestres, j'attend de voir ce que les scientifiques vont découvrir. Entre autres, avec le lancement du satellite Taranis, en 2020.
  12. J'ai surtout remarqué ce passage là: Finalement l'objectif de 50 lancements par an -IE quasiment un par semaine!- ne me semble plus aussi inatteignable. Et dans ces conditions, je veux bien croire qu'il existe un intérêt à faire du réutilisable. Rocket-labs lance 200 kg, alors qu'Arianespace commence à 1,5 t. avec Véga je crois. Est-ce que l'Europe réfléchit à quelque chose dans la même catégorie, ou bien on se concentre sur Ariane 6?
  13. Des balles en supercavitation pour tirer sous l'eau J'avoue que je suis un peu surpris. Une balle capable de parcourir 60 mètres sous l'eau, pourquoi pas. Une balle qui ne ricoche presque jamais sur l'eau, je demande à voir avant de me prononcer. Mais une balle capable de tirer à travers les vagues, ça me semble trop beau pour être vrai.
  14. Il me semble (pas sûr ) qu'il existe des sites ou des forums spécialisés dans le suivi des avions des compagnies. Un peu comme les communautés d'astronomes amateurs qui essaient de détecter les satellites militaires dont on n'a pas annoncé la mise en orbite. Dans ces conditions, il suffit qu'une partie des passagers se tienne informée pour remettre en cause l'équilibre commerciale des sociétés de transport aérien. Si une entreprise s'aperçoit qu'il reste toujours une quantité substantielle de places libres sur ses 737, et que tout le surbooking imaginable n'y change rien, elle finira par en tirer les conséquences.
  15. Un article de Popular Mechanics, assez intéressant : For decades, academic researchers have dismissed the study of UFOs as pseudoscience. But as the evidence becomes harder and harder to ignore, some organizations are finally taking steps to make the field legitimate. (Désolé, l'article est en anglais, et je ne maîtrise pas assez les site de traduction pour me risquer à les utiliser ) J'ai bien aimé l'approche de l'auteur, qui mentionne les lumières de Hessdalen, auxquelles je fais moi-même allusion dans un message précédent. Sinon, il y a une raison pour que j'ai mis en gras un passage sur le UFO Data Acquisition Project ( https://ufodap.com/index ), une organisation qui compte fabriquer des petits PC avec des capteurs dédiés pour suivre les phénomènes bizarres passant dans le ciel. En France, on dispose déjà de facto de ce genre d'outil. Ils dépendent de FRIPON, (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network) un réseau de caméras centré sur la France qui surveille le ciel en continu de nuit comme de jour dans le but de détecter des fragments de corps rentrant dans l'atmosphère ( https://www.fripon.org/spip.php?lang=fr ) Je me demande s'il y aurait moyen que le GEIPAN (http://www.geipan.fr/ ), chargé d'étudier les OVNIS en France, aie accès aux données de FRIPON? Il semblerait que le CNES, maison mère du GEIPAN, aie envisagé la question en 2014 ( http://www.geipan.fr/index.php?id=212 ), mais je n'ai rien trouvé de plus récent.