Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Heorl

Members
  • Posts

    1,455
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Everything posted by Heorl

  1. Le maintien. Il est constamment en train de se ressaisir, son équilibre est très défaillant. Plus la voix un peu plus pâteuse que d'habitude, les répétitions de mots, etc. Il est pas complètement pinté, mais il doit bien être à 0,5-1 gramme.
  2. Ne soyons pas catégoriques : la Corée du Nord, la Somalie, l'Erythrée méritent de garder leur place sur ce triste podium. Sinon, en étant cyniques certains des membres les plus problématiques de l'extrême-droite ukrainienne ont fait précisément ce qu'on espérait d'eux et ce à quoi ils aspiraient : enfermés dans Marioupol, avec un soutien héliporté sporadique et aucune chance de s'en sortir avec une sortie, ils se sont fait tuer sur place plutôt que se rendre.
  3. C'en est presque dommage, ce coup d'état manqué. Le putsch de la Brasserie, c'était le 8 novembre 1923. A onze mois près, on avait un centenaire et un deuxième foirage complet par l'ED allemande. C'aurait été beau.
  4. Vaste programme, comme disait l'autre deux étoiles. À condition qu'il tombe sur le bon coin du Kremlin, je dirais qu'un seul suffirait
  5. D'accord, donc la mauvaise foi se pose là. Je précise justement dans les deux messages que tu as cités que pour qu'un tribunal reconnaisse la qualité de génocide aux crimes de guerres russes, il faut qu'en plus de la matérialité des crimes relatifs (dont on déborde de preuve), l'intentionnalité de ces crimes par le gouvernement russe soit prouvée. J'utilise précisément la possibilité de la requalification des crimes de guerre russes précisément parce que des documents ont fuité, avec une véracité à vérifier, qui montrerait que le pouvoir russe voulait effectivement (et voudrait encore) faire disparaître l'Ukraine en tant que nation. La fuite de ces documents a été mentionnée déjà trois quatre fois plus haut dans ce fil. Mais bon, vu que tu ne lis que ce qui t'arrange, fais comme ça te plaît. Et toi tu fais comme si je n'avais pas précisé déjà deux fois cela. Culture scientifique =/= précision, comme tu dis. Ah, et au passage je te défie de dire que j'ai marqué une seule fois que la Russie est coupable de génocide. Je marque texto que l'accusation se justifie, pas qu'elle est prouvée. Je te prie à l'avenir de cesser de m'attaquer ainsi quand tes messages ne se justifient pas. J'ai autre chose à faire que me défendre de fausses allégations sur un forum. Je précise que je tenterai d'ignorer tes messages sur ce fil désormais afin de ne pas repartir dans un pugilat, étant donné le peu d'intérêt qu'ils ont pour la bonne santé du forum et de ce débat. Donc pas la peine de me répondre. Sur ce, bonne nuit.
  6. Revoir la définition de génocide que j'ai placé juste au-dessus. Si tu veux que je sois encore plus pointilleux, sers-toi : "le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : a) meurtre de membres du groupe; b) atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe; c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle; d) mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; e) transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe." Article 2 du Statut de Rome, fondateur de la CPI et texte en vigueur. On retrouve le meurtre d'Ukrainiens en masse ( point a), la menace sur toute la population par une campagne de terreur par missiles contre l'infrastructure électrique précisément au début de l'hiver, provoquant un nombre important de pertes civiles injustifiées (point b), siège de Marioupol avec refus d'évacuation par les institutions internationales et violations des cessez-le-feu (point b et c), vol d'enfants pour les transférer en Russie (point e). Je tiens à préciser qu'un seul des points suffit à qualifier le génocide. Là, on en a quatre sur les cinq. Le génocide se justifie pleinement, que ça te plaise ou non. Le seul élément manquant à sa caractérisation pleine et entière est la question de l'intentionnalité du pouvoir russe de massacrer les Ukrainiens par dizaines de milliers simplement parce qu'ils ne sont pas Russes contrairement à ce que radio-Moscou prétend. Et on a de plus en plus d'indices qui conduisent à penser que oui, la Russie est coupable de génocide. Et si l'on ne trouve pas de documents justifiant l'intentionnalité, la Russie se retrouve déjà complice de génocide par son inaction contre les agents agissant en son nom qui commettent ces crimes. Voici le lien pour le texte : https://ihl-databases.icrc.org/dih-traites/INTRO/357?OpenDocument Quant au nettoyage ethnique. Il n'a pas de définition juridique universellement reconnue. Cependant, plusieurs essais ont déjà été faits, notamment au début des guerres de Yougoslavie, avec le rapport ayant suivi la résolution 780 du CSUN. Elle se définit comme suivant : une pratique contraire au droit international qui consiste à rendre une zone ethniquement homogène en utilisant la force ou l’intimidation pour faire disparaître de la zone en question des personnes appartenant à des groupes déterminés. Cette définition a été reprise par la suite par le TPIY, la CIJ et la CPI. Les résolutions 787, 820, 824, 827, 836 et 859 ont confirmé cette définition dans cette version : "La purification ethnique est une violation du droit international qui vise à prendre possession d’un territoire en déplaçant ou en assimilant par la force le groupe ethnique qui l’occupait." Ai-je besoin de préciser en quoi la campagne de terreur menée par la Russie conduisant à l'évacuation des villes proches du front mène à un nettoyage ethnique ? Ou que l'installation de profs russes et de campagnes de propagande par Moscou vise à la "rééducation" des Ukrainiens vivant en territoire occupé ? Sur ce, je te prie de bien vouloir appliquer ce que tu demandes des autres, c'est-à-dire arrêter de tout contester parce que ça n'a pas l'heur de te plaire. Et si tu cherches la différence claire entre les deux, elle est expliquée dans cet article de l'université Laval, dont j'ai sorti le lien plus haut et les définitions d'ailleurs : https://www.cdiph.ulaval.ca/en/blogue/genocide-et-nettoyage-ethnique-quelle-difference-en-droit-international-penal
  7. Chapoutot est un excellent chercheur sur le sujet, il fait référence même à l'international. Par contre gaffe à ses quelques errements, par exemple il est sorti deux ou trois fois de son expertise pour énoncer des thèses discutables, par exemple en ce qui concerne le "managériat" contemporain.
  8. Le génocide se qualifie dès la volonté d'extermination partielle ou totale de la population pour elle-même et de l'organisation de cette volonté par des mesures pratiques généralisées. On a déjà les mesures généralisées et le refus de reconnaissance d'un peuple ukrainien indépendant qui serait une nation différente de la Russie. Reste à qualifier la volonté d'extermination : or, si les documents qui ont fuité récemment en qui parlent d'un quart de la population à tuer ou à exiler pour "tuer" la nation ukrainienne sont vrais, on tient la volonté exterminatrice. D'où génocide. Les Khmers Rouge n'ont pas organisé de massacres génocidaires, mais des massacres idéologiques. C'est pas mieux, mais il n'y avait pas la volonté de tuer un peuple.
  9. Ça semble manquer de boue et de neige pour être si récent que ça
  10. Je mettrais également en cause la dépolitisation de la société par le poutinisme. Une foi est une conviction, une opinion politique, qui peut d'ailleurs être très volatile. L'étendue de la corruption du clergé ainsi que son embrigadement au sein des élites politiques n'a pas du aider à la "rechristianisation" de la société.
  11. Rajoutez la pyramide du Louvre et on a un deal. Ah, et le bouquet de fleur de Koons, là. Mais faudra peut-être abandonner la Crimée pour que la Russie l'accepte.
  12. Ben après Boutcha, les horreurs dans les villes alentours avec entre autres un maire et sa famille butés et enterrés dans un terrain vague (et lui dans un caniveau), sans parler des autres villes dans le Nord, les rapports venant d'Izioum, les chambres de torture partout, les fosses communes, etc Disons que le doute quant à la véracité des crimes de guerre russes* devient de plus en plus léger. *qui vu l'ampleur et le caractère généralisé pourraient bientôt être requalifiés en nettoyage ethnique voire génocide
  13. Par contre côté matos on va commencer à taper dans le difficilement récupérable pour les Russes si l'attrition continue à ce rythme. Si je me souviens bien ça fait déjà un mois qu'on a trouvé un T-62 sans aucun module moderne ajouté dessus. À ce moment-là ça devait être anecdotique, d'ici la fin de l'année ça devrait devenir beaucoup plus courant. Je n'ose imaginer l'état des fûts qui vont être livrés à l'artillerie, par exemple.
  14. Desportes, le gars qui est systématiquement aux fraises depuis le début de l'invasion ? A tout prendre, je préfère encore Yakovleff porte-parole officieux de l'OTAN. Ca ressemble peut-être à de la propagande (sans doute parce que ça en est en partie), mais pour l'instant il ne dit pas n'importe quoi.
  15. Parfaitement. Un exemple bien connu pour 14 c'est les profs. Une femme non formée ne peut pas prendre au pied levé le travail, surtout quand toutes les femmes déjà formées... étaient déjà institutrices. Ce qui se fit fut le rappel des retraités pour assurer la continuité de l'éducation et tant pis pour l'incohérence des programmes. En ce qui concerne le mélange cavalo-biffins du côté de l'infanterie ça progresse bien, on est conscients que l'un ne fonctionne pas sans l'autre et que selon le terrain, l'ennemi, le rapport de force l'un devient l'appui de l'autre et vice versa. Après de là à revoir des régiments méca voire des goums, je pense qu'on en est encore loin. Mais dans les faits les GTIA fonctionnent déjà comme ça normalement, les régiments ne sont pas des unités de combat mais des unités administratives.
  16. Pour Marioupol ça me semble quand même très risqué, ce serait une pointe directement dans les territoires occupés avec une grosse vulnérabilité sur le flanc nord. Une offensive vers Berdiansk ou Melitopol permettrait au contraire de ralentir plus facilement le redéploiement des Russes en augmentant la distance depuis leurs bases au nord et en augmentant les noeuds logistiques à frapper (Marioupol, justement). De plus, le flanc droit de l'offensive pourrait être soutenu depuis la rive gauche du Dniepr, que ce soit sur toute l'offensive (Melitopol) ou seulement sur la première moitié (Berdiansk). Reste à savoir si les Russes se sont correctement préparés et si les Ukrainiens disposent des munitions nécessaires. Si la défense russe est trop étalée en profondeur, les Ukrainiens peuvent très bien se contenter de libérer Tokmak et Polohy plutôt que s'exposer à une violente contre-attaque. ça mettrait déjà la log russe sur le front Sud à portée des himars et autres systèmes à plus de 40km de portée pour interdire le ravitaillement de l'oblast de Kherson sauf par le pont de Crimée.
  17. Le problème c'est qu'il a tout faux. Tu as plein de régimes considérés aujourd'hui comme simplement autoritaires qui rentrent dans la catégorie du fascisme selon Eco et d'autres qui sont considérés comme fasciste sans s'appuyer sur les forces armées. Je préfère largement les travaux d'historiens qui eux ont étudié le sujet en profondeur, comme Le Moal ou Chapoutot par chez nous, Gentile ou Paxton dans d'autres contrées. Eco n'a jamais travaillé sur le fascisme, et ça se voit : son papier est très mal argumenté et a une portée téléologique très très discutable d'un point de vue historiographique. S'il avait vraiment travaillé sur le sujet, il aurait écrit, et ça se savait déjà parmi les chercheurs de son époque, que le fascisme n'est pas par nature autocontradictoire : cela vient du fait que le terme regroupe un programme politique, une vision organisationnelle de la société et de l'économie, un mouvement littéraire et intellectuel, et un mode de gouvernement. Or, bien que ces quatre éléments aient tous participé à la définition du fascisme, ils se sont manifestés de manière différente et avec des objectifs différents : la vision sociétale par le mouvement intellectuel est très différente de celle du gouvernement fasciste, d'où les apparentes contradictions, alors qu'il s'agit de personnes différentes et de mouvances différentes au sein de cette idéologie. Ce serait comme regrouper l'écologie et le socialisme sous un seul nom et s'étonner qu'il y ait des incohérences (suivez mon regard).
  18. Et pourquoi y a-t-il eu ces accords ? Parce que l'arme atomique rentrait en ligne de compte et on se rapprochait dangereusement de son usage. Durant les guerres napoléoniennes, nulle arme atomique pour forcer les Anglais à respecter la paix d'Amiens. Durant les Guerres Mondiales, nulle arme atomique pour empêcher l'Allemagne d'attaquer. Durant les guerres austro-ottomanes, pareil. Les guerres seldjoukes, mongoles, timourides, encore la même chose. Les guerres franco-anglaises, idem. Et ainsi de suite jusqu'à la guerre du Péloponnèse. C'est l'arme atomique qui a convaincu les deux camps de ne pas recourir à l'usage des armes, pas la sagesse. Attention avec Eco, il a dit beaucoup de conneries aussi en sortant de son champ de spécialité (la symbolique médiévale). Entre autres, son bouquin sur la définition du fascisme est nullissime. Selon les points qu'il développe, la monarchie absolue c'est du fascisme par exemple.
  19. L'équilibre de la terreur, au contraire, est extrêmement stable, c'est ça qui est surprenant. Régulièrement quand deux puissances étaient en rivalité et avec un différentiel trop bas pour savoir d'instinct qui allait l'emporter, la guerre servait de moyen bien pratique de s'imposer face à l'autre. Tu trouves beaucoup de situations du piège de Thucydide, presque toutes en fait, où cela se termine par un bain de sang. Sauf dans quelques rares cas... dans lesquels se trouvent tous les conflits qui ont vu des puissances nucléaires s'affronter. Un ordre géopolitique qui dure 40 ans, c'est beaucoup, énorme même. D'habitude on est plutôt sur du dix-quinze ans, vingt régulièrement, trente rarement.
  20. Non. Washington réaffirme juste sa position qui est sensiblement la même depuis le début de la guerre : une fois que les Russes auront quitté l'Ukraine, on pourra négocier sur la manière dont la sécurité de l'Europe sera organisée. C'est Moscou qui prétend que ses référendums factices changent quoi que ce soit. Et ce d'autant plus qu'ils se sont tirés une balle dans le pied en liant le référendum de Crimée (qui à terme aurait pu être reconnu) aux autres, qui étaient tellement risibles que presque personne en Europe n'y croit même parmi les milieux russophiles (=/= pro-Russie), à l'exception de quelques fondus. La position des Occidentaux n'a pas changé, elle est la même depuis le début et est parfaitement légitime : le conflit et la résistance acharnée des Ukrainiens ont fait voler en éclat le narratif russe de nation artificielle et de peuple frère. À côté, les exigences ridicules des Russes n'ont pas cessé de changer tout en refusant d'entrer dans des négociations tant que celles-ci n'ont pas été acceptées d'abord (autrement dit quel intérêt à des négociations à ce moment-là). Ils ont d'abord prétendu vouloir dénazifier l'Ukraine alors qu'ils ont un problème de néonazi encore plus gros chez eux. Ils disaient vouloir garantir leur sécurité en envahissant un pays qui n'avait aucune intention de les envahir en retour. Ils disaient vouloir désarmer ce même pays sans un seul instant se douter que la première priorité de l'Ukraine serait de s'armer pour faire face à l'invasion. Ils ont ensuite voulu prétendre vouloir lutter contre l'impérialisme américain en Europe alors même qu'ils sont les seuls à mener une telle politique sur le Vieux Continent. Puis lorsque les premières défaites sont arrivées ils ont encore refusé de voir la vérité en face et ont prétendu que les territoires occupés voulaient devenir russes et que c'était non-négociable. La libération de Kherson a fourni la preuve, si besoin était, que la population locale ne se considérait pas du tout comme russe. Et encore aujourd'hui ils s'enferrent dans le déni et prétendent discuter d'égal à égal face aux États-Unis alors même que leur puissance diminue de jour en jour.
  21. Et bien je t'invite alors d'arrêter d'accuser les autres d'affirmations sans preuves, à l'emporte pièce quand c'est précisément ce que tu fais par ailleurs. Je concède volontiers avoir surestimé la part des ruraux. Maintenant j'attends que tu reconnaisses que tu avais tort de dire que le secteur industriel, qui ne compte que 25% des travailleurs actifs, va être un facteur limitant de la mobilisation ukrainienne alors qu'ils ne manquent pas de chômeurs du fait de l'effondrement du tertiaire, qui compte 2,5 fois plus de monde. Tu as lancé ce débat avec une affirmation fausse, et tu as toi-même fourni les sources qui indiquent le contraire en corrigeant mon affirmation elle aussi erronée. Et s'il te plaît, je n'ai aucune envie de repartir dans un concours d'invectives. Restons civils et arrêtons les arguments ad hominem.
  22. Proportion du PIB =/= proportion des emplois. Les images d'Epinal, c'est aussi assimiler des statistiques qui n'ont pas grand-chose à voir. Le secteur des services représente seulement 28% du PIB ukrainien mais 68% des emplois (en 2012). Il n'y a pas de raisons de penser que la proportion ait beaucoup changé.
  23. Et toi tu ne prends pas en compte la structure de l'économie ukrainienne, encore très rurale et concentrée sur les services. De plus le nombre de mains nécessaires à l'industrie a tendance à diminuer, pas augmenter, avec l'automatisation de nombreuses tâches, administratives par exemple, qui faisaient autrefois gonfler la population nécessaire au bon fonctionnement de l'industrie.
×
×
  • Create New...