Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Envisage-t-on réellement un régiment de Rangers français ?


Recommended Posts

J'ouvre se file car à une époque récente on avait eu les échos de la possible réaffectation d'un régiment TAP au COS .

se régiment aurait modifié sa structure et son emploi en se basant sur le modèle Ranger des américains.

à ma connaissance les britanniques ont créé le SFSG , unité créé à partir d'éléments issus de la RAF (RAF régiment ),des Royal Marines Commando et de personnels de la british army .

1 compagnie RM ,1 compagnie RAF et 1 compagnie de l' armée de terre .

donc une unité inter-armée apportant les spécificités des uns et des autres au profit des FS britannique.

on peu supposé que ses compagnies montent pour certaines opération une compagnie/section prélevées dans toute compagnies .

les Rangers US font parti de l'Army tout comme les commandos australien .

donc pour revenir à la France ,cette création pouvait être soit motivé par la peur de dissolution de régiment TAP ,sans que le COS en ai fait part d' un intérêt.

on en arrive a penser que se régiment ranger soit la volonté du commandement en haut lieu ,du lobby TAP ,de la volonté du COS d'avoir une unité en plus ?

si cette création est fait pour les mauvaises raisons cela risque fortement de gripper les relations entre le monde de la régulière et celui des FS alors que apparemment celle-ci était au beau fixe .

ou si cette création se fait pour les bonnes raisons quel choix d'unité au sein de la 11ème BP pour se rôle ,ou si il a été abordé la création d'une unité inter armée à l'instar de se que font les britanniques avec le SFSG .

les avantages d'une unité de ranger français serait la possibilité d'avoir un réservoir de candidats pour le monde des FS .

une sorte de pré sélection avec un cursus d'expérience cumulé au plus près du monde des FS .

on en est ou sur cette possible création ?

on avait entendu parlé du 1er RHP ,et des bruits parlant aussi du 1er RCP comme potentiel"client" .

enfin voilà vos avis m'intéressent beaucoup.

Link to comment
Share on other sites

Jamais entendue parler

 

Pour l'instant la seule chose qui est à l'ordre du jour c'est de regrouper les CPA de l'armée de l'air sur un seule site. Et de basculer les CPA 20 et 30 dans les FS.

 

Il est aussi question d'ouvrir une école de commando de l'air à l'exemple de la Marine à Lorient pour ses Fusiliers qui sont d'abord formé comme fusilier. Ce qui permet d'avoir un vivier pour sélectionner les meilleurs afin d'en faire des fusiliers commando. 

Link to comment
Share on other sites

Jamais entendue parler

 

Pour l'instant la seule chose qui est à l'ordre du jour c'est de regrouper les CPA de l'armée de l'air sur un seule site. Et de basculer les CPA 20 et 30 dans les FS.

 

Il est aussi question d'ouvrir une école de commando de l'air à l'exemple de la Marine à Lorient pour ses Fusiliers qui sont d'abord formé comme fusilier. Ce qui permet d'avoir un vivier pour sélectionner les meilleurs afin d'en faire des fusiliers commando.

pourtant sa avait été évoquer dans un articles de Raids ,un officier en avait parlé .

désolé j'ai pas l' article sous la main .

mais sur Marianne il y a un article sur le web :

un nouveau régiment pourrait-être rattaché au COS .

JDM Merchet 2012 .

on parle du COS 2020 .

 

http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Un-nouveau-regiment-pourrait-etre-rattache-au-COS_a618.html

 

 

 

Baptisés "COS 2020", les travaux sur l'avenir du Commandement des opérations spéciales viennent de débuter. L'une des questions qui devra être tranchée est celle du rattachement, ou non, de nouvelles unités. Cette reflexion s'inscrit sur fond d'inquiétudes quant à une nouvelle réduction du format de l'armée de terre. Au vu de la fin des opérations lourdes (Afghanistan, Cote d'ivoire, Tchad, Sud-Liban, etc...), la tentation pourrait être de faire maigrir les forces terrestres en faisant grossir les forces spéciales. 

Au sein de l'armée de terre, le 3ème RPIMa de Carcassonne rêve d'être la prochaine unité du COS - devenant ainsi un 1er RPIMa-bis. Cela ne convainc pas tous les spécialistes, qui font remarquer que l'armée française manque déjà cruellement d'infanterie (à peine 20 régiments). L'idée qui semble avoir le vent en poupe concerne plutôt le 1er Régiment de hussards parachutistes (RHP) de Tarbes. Ce régiment, dont les cadres ont des parcours souvent proches de ceux du 13ème RDP, possède un savoir-faire traditionnel en matière de reconnaissance et donc de renseignement. Sous une forme ou une autre, le 35ème RAP (co-localisé à Tarbes) pourrait être regroupé avec lui, apportant les savoir-faire spécifiques de l'artillerie en matière d'acquisition... et donc de renseignement. Dans ce cas, la 11ème Brigade parachutiste perdrait deux de ses régiments, ce qui ne fera pas plaisir à tout le monde. 

L'idée de rattacher le 1er RHP au COS n'est pas nouvelle. En 2001, le général Crène, alors Cemat, l'avait proposé au général Poncet, à la tête du COS... et ce dernier avait refusé en demandant : "pour quelle mission ?" Faute de réponse précise, l'affaire fut renvoyée à des jours meilleurs. 

Le rattachement au COS n'est pas une simple affaire administrative : c'est un autre métier pour d'autres missions qui ne relèvent pas (ou ne devraient pas relever...) de l'infanterie légère, ou de la cavalerie du même poids ! Concrètement, il faut quasiment cinq ans pour réussir le passage d'une unité du classique vers le spécial, avec le renouvellement d'une grande part de l'encadrement. 

Dans l'armée de l'air, comme nous l'évoquions déjà sur ce blog, l'idée est de constituer une brigade des forces spéciales air, qui regrouperait les avions, les hélicoptères et les commandos "spéciaux". Chez les commandos, il s'agirait de rattacher les CPA-20 et CPA-30. Reste un sérieux problème : ces unités peinent à recruter et, surtout, l'armée de l'air ne forment pas assez d'officiers supérieurs dans ces spécialités. Les majors de Salon de Provence ne vont pas chez les commandos de l'air, alors qu'au sortir de Navale, les commando-marine attirent souvent les mieux notés. Sans parler de l'armée de terre, où l'on se bat pour intégrer ses régiments. 

Dans la Marine, le principal problème est celui de la double tutelle des commandos. Pour les opérations spéciales, ils sont placés sous l'autorité du COS, alors que pour les opérations purement navales (de la police des pêches au contre-terrorisme), ils restent sous la responsabilité d'Alfusco. 

Edited by gibbs
Link to comment
Share on other sites

Le grand projet du COS

 

C'est de regrouper la BR avec la BFST et le service action de la DGSE

 

Mais pour l'instant le seul régiment qui aujourd'hui est apte, à rejoindre les FS, c'est le 2 Régiments de hussards qui travail au profil de la BR.et qui elle travail au profil de la DRM.

 

Mais comme tu le dis à l'horizon 2020 les drones tactiques seront surement aux ordres de l'armée de l'air et le 68 RA sera surement dissous Donc le COS récupérera le 2 RH avec le Régiment de transmissions qui lui fait défaut et la BR sera dissoute . 

 

Quand aux pax de la DRM ils resteront à Ballard dans les bureaux de leur service à analyser les messages et les images qui seront transmis par les différent capteurs et ils retransmettront leur rapport au CPCO qui agira en fonction.

 

 

Voila vers quoi je pense nous nous orientons. :happy:   

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Et surtout pas sans des moyens dédiés: ça coûte cher ce genre de gymnastique. Le coût par tête de soldat explose, et encore plus s'il y a un déménagement (et la construction des installations qui vont avec). 

Le rattachement au COS n'est pas une simple affaire administrative : c'est un autre métier pour d'autres missions qui ne relèvent pas (ou ne devraient pas relever...) de l'infanterie légère, ou de la cavalerie du même poids ! Concrètement, il faut quasiment cinq ans pour réussir le passage d'une unité du classique vers le spécial, avec le renouvellement d'une grande part de l'encadrement. 

 

Le problème qu'évoque là Merchet n'est-il pas au fond qu'on n'a pas assez de définition d'un métier d'infanterie légère poussé avec un volant suffisant d'unités dédiées et des moyens adéquats? Les Alpins le font dans une catégorie spécifique, mais tout revient toujours à la BP, non? Si elle était définie comme un réservoir d'unités avec une taille définie et un éventail de missions et capacités précis, la répartition des rôles avec un COS lui aussi mieux défini ne serait peut-être plus un problème. Et ça, ça suppose d'avoir la volonté et les moyens d'envisager les choses clairement et de marcher sur les têtes qui font leur lobbying interne, il me semble. Parce que la plainte de FS sans arrêt utilisées comme infanterie légère de luxe, on l'entend en France, en Angleterre et ailleurs depuis les Malouines. De même qu'on voit les unités d'infanterie tout faire pour étendre leurs capacités, développer en interne des capacités diverses de type "commando" (spécialisées dans un type d'environnement ou de tâches, ou plus généraliste: voir le cas du 2ème REP). Ca veut dire quoi? Que personne n'arrive à mettre de l'ordre et à définir une politique et une répartition des turfs? Que les FS râlent sur cet usage d'infanterie légère avant tout pour demander plus d'effectifs/d'unités? Que les fantassins légers veulent les budgets des FS (ou se battent pour maintenir les leurs et/ou pas se faire vampiriser leurs meilleurs sans arrêt)? Que leurs brigades d'appartenance essaient de garder des éléments de pointe (élite et/ou ultra-spécialistes) en propre contre tout ce que les FS ont radiné comme attention et moyens ces dernières décennies? 

 

Le cas anglais m'intrigue d'ailleurs: l'idée du SFSG semble utile.... Mais 3 compagnies -et les compagnies anglaises sont petites-, ça semble pas dimensionné à leurs FS (SAS, SBS, SRR) s'il faut considérer la chose comme un "appui", et si en plus on garde à l'esprit le fait que les FS semble un peu partout réfléchir à des façons d'opérer à plus grande échelle/à des échelons plus grands que de toutes petites équipes en petit nombre. 

Je compare ça à d'autres armées et unités qui semblent plus privilégier la répartition dans des unités classiques de compétences FS, créant des unités "à capacités spéciales" ou simplement investissant un peu plus dans des individus et sous-unités ayant des compétences plus poussées et aujourd'hui nécessaires chez les "classiques" (ciblage/désignation, sniping lourd, libération d'otages, infiltration....). L'USMC s'est ainsi souvent signalé comme n'aimant pas trop créer d'unités spéciales (le MARSOC lui a été littéralement arraché de force) et préférant nettement développer des compétences spéciales dans les unités conventionnelles et/ou des petites unités ou sous-unités "poussées" destinées à les appuyer, ou en tout cas à continuer à agir au service de l'action des unités de manoeuvre. 

Link to comment
Share on other sites

Je vois que tu à éditer ton message pendant que j'écrivais le miens et je constat que le post de Merchet ne tiens pas la route. On ne bascule pas des Régiments dans les FS sans un certain savoir faire . 

 

l'article de Raids en avait parlé aussi .

 

avis personnel :

 

la ou je ne suis pas d'accord s'est sur l'impossibilité de transformé un régiment ,surtout si sa taille en est réduite .

 

les britanniques ont bien monté leur SFSG avec des éléments divers venant du RAF regiment ,des RM commandos et des paras de la british army et qui n'avaient pas forcément la culture FS .

et sa s'est fait au niveau compagnie ,donc fallait avoir la ressource pour pouvoir dégagé une compagnie dans chacune des 3 armées sans pénalisé les unités cité .

 

donc s'est qu'il y a un certains pragmatisme chez les britanniques ,qui en ayant des unités d'infanterie d'élite comme le sont leur paras ,leur RM et d'une certaines manière le RAF regiment ,sa permet encore d'avoir une accessibilité moins complexe  et disons apportant un + question moral .

 

un exemple :

le type rentre dans les Royal Marines ,il peut avoir la possibilité de rejoindre le SFSG et par la suite les FS .

en ayant plusieurs paliers il peut se jauger ,et savoir rapidement quel niveau il peut atteindre .

 

dans un cursus de carrière ,s'est très motivant plutôt que peut-être passé par la sensation que s'est réservé à certains , ou qu'il y a la possibilité de servir dans un truc intermédiaire comme le SFSG .

 

tout en sachant que les FS continuent leur recrutement dans toute l'armée britannique .

 

se système de SFSG permet aussi de pouvoir caser des profils qui s'emmerderait dans une unité classique ou d'unité de très bon niveau  comme le sont les RM ,paras et RAF regiment ,mais n'aurait pas forcément le profil des FS  ,juste celui d'allé au SFSG .

 

comme on a put le constater ailleurs ,les effectifs de FS ont augmenter et pas que dans le domaine du renseignement .

 

et étant donné que le COS est de plus en plus incontournable ,et que les missions vont de plus en plus augmenter (vu l'actualité depuis plus de dix ans ) à un moment la chose pourra être abordé .

et la il n'y aura pas de général du COS qui dira à quoi sa servira :

 

 

 

 En 2001, le général Crène, alors Cemat, l'avait proposé au général Poncet, à la tête du COS... et ce dernier avait refusé en demandant : "pour quelle mission ?" Faute de réponse précise, l'affaire fut renvoyée à des jours meilleurs.

 

je crois que sa sera un autre discours que celui-ci plus haut .

 

 

 

 

 

avec les évolutions de l'organisation de l'armée de terre ,au bout d'un certains temps la brigade parachutiste devra évoluer aussi .

 

et pour sauver les meubles ,il faudra faire des choix pragmatique et qui sauvegarderont l'outil TAP .

 

 

 

donc je ne vois pas pourquoi cela serait impossible de transformé un régiment ,car qui dit transformation ne veut pas dire forcément gardé les effectifs présent mais aussi recruté ailleurs pour la montée en puissance ,ainsi que dans la continuité .

 

sa prendra du temps mais rien d'impossible ,au vu de se qu'on fait les britanniques .

 

 

enfin voilà s'est un avis personnel  =)

 

Le grand projet du COS

 

C'est de regrouper la BR avec la BFST et le service action de la DGSE

 

Mais pour l'instant le seul régiment qui aujourd'hui est apte, à rejoindre les FS, c'est le 2 Régiments de hussards qui travail au profil de la BR.et qui elle travail au profil de la DRM.

 

Mais comme tu le dis à l'horizon 2020 les drones tactiques seront surement aux ordres de l'armée de l'air et le 68 RA sera surement dissous Donc le COS récupérera le 2 RH avec le Régiment de transmissions qui lui fait défaut et la BR sera dissoute . 

 

Quand aux pax de la DRM ils resteront à Ballard dans les bureaux de leur service à analyser les messages et les images qui seront transmis par les différent capteurs et ils retransmettront leur rapport au CPCO qui agira en fonction.

 

 

Voila vers quoi je pense nous nous orientons. :happy:   

 

et bien si s'est sa ok .

 

mais pour le service Action de la DGSE ,s'est pas gagné je pense .

Link to comment
Share on other sites

Pour résumer certaines choses :

Depuis quelques années, le COS exprime le besoin d'accroître son volume de personnel de 1000 hommes.

Quand cette information est sortie, tous les opportunismes se sont manifestés. D'autant qu'au même instant était annoncée une nouvelle réduction des forces. Certains, dont des militaires, ont imaginé telle ou telle chose comme la bascule du 2ème REP au COS.

Le problème est qu'il faut comprendre que les régiments Para sont incapable de basculer COS, même en structure Ranger.

Le concept de Ranger tel qu'il existe aux EUA est très intéressant (et je suis convaincu qu'il est ce qu'il nous faut.) nous est inconnu. Les unités britanniques dont parle Gibbs en ont toujours été plus proche. On parle d'ailleurs bien de Royal Marine Commando.

Si tu injectes un régiment para classique, tu vas au clash car il faut une transformation qui est plus lourde qu'on ne l'imagine. J'imagine le 2ème REP dans le COS, grand moment du rire. Et c'est pas trop compatible avec le carcan de la légion.

Quand on voit comment s'est passé le processus de transformation du 2ème Hussard. Ça n'a pas été simple. Ça a même été du delire le plus complet alors que l'ordre venait du CEMAT.

Quand on va dans le détail, on se rend compte que l'enveloppe de 1000 hommes ne forme pas un régiment mais 1000 postes et compétences précis.

Donc le plus 1000 consiste en 20 experts NRBC, 50 transmetteurs, 70 ceci, 24 cela et 300 "combattants".

La stratégie COS (et il n'y en a jamais eu d'autres) consiste en trois points :

1- Ouvrir progressivement des postes. Donc, tous les ans, s'ouvrent des postes au PAM pour satisfaire les besoins (surtout en commandement).10 officiers par ci, 30 sous off par là.

2- pour des compétences pointues dont les armées ne veulent pas voir le départ des cadres vers le COS, celui-ci passe un contrat opérationnel avec des unités spécifiques. Cas concret : le 2ème Dragon NRBC a des cadres en alerte permanente pour le COS. Ils sont identifiés et sélectionnés pour le COS mais restent 2ème Dragon.

3- la troisième méthode sera l'essaimage. Pour la partie combattante, des postes sont ouverts pour augmenter le volume d'opérateurs disponibles. Et un jour, il se peut que l'on voit la création de compagnies, de sections, d'escouades... supplémentaires. On pourrait très bien voir l'ajout d'une compagnie au 1er RPIMa, un escadron au 13ème Dragon. Cela se fera sur les effectifs internes qui auront déjà augmentés depuis plusieurs années.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Selon le rapport du sénat sur le sujet:

104. La contribution de l'armée de terre devrait être particulièrement significative, puisqu'il s'agirait d'un effort évalué, au maximum, entre 400 et 500 personnels supplémentaires. Il s'agirait tout d'abord d'un renforcement des unités qui sont dans le coeur de métier de la BFST, à concurrence d'environ 175 personnels. Puis d'une extension des capacités d'aérocombat, avec l'affectation d'environ 170 personnels supplémentaires, et surtout d'hélicoptères de manoeuvre Caracal et Cougar, deux hélicoptères de combat Tigre, ainsi que l'unité de maintenance dédiée. Enfin, la BFST devrait recevoir un groupement d'appui aux opérations spéciales à hauteur de 150 personnels. Il ne devrait pas s'agir d'une unité en tant que telle, mais d'opérateurs dans différentes spécialités, « marqués à l'oreille » et capables d'être appelés de façon inconditionnelle par les forces spéciales, en tant que de besoin.

 

http://www.senat.fr/rap/r13-525/r13-525_mono.html#toc111

Donc un régiment commando n'est pour l'instant pas/plus envisagé.

Une image extraite dudit rapport

28w1lar.jpg

Edited by TimTR
Link to comment
Share on other sites

Et surtout pas sans des moyens dédiés: ça coûte cher ce genre de gymnastique. Le coût par tête de soldat explose, et encore plus s'il y a un déménagement (et la construction des installations qui vont avec). 

Le problème qu'évoque là Merchet n'est-il pas au fond qu'on n'a pas assez de définition d'un métier d'infanterie légère poussé avec un volant suffisant d'unités dédiées et des moyens adéquats? Les Alpins le font dans une catégorie spécifique, mais tout revient toujours à la BP, non? Si elle était définie comme un réservoir d'unités avec une taille définie et un éventail de missions et capacités précis, la répartition des rôles avec un COS lui aussi mieux défini ne serait peut-être plus un problème. Et ça, ça suppose d'avoir la volonté et les moyens d'envisager les choses clairement et de marcher sur les têtes qui font leur lobbying interne, il me semble. Parce que la plainte de FS sans arrêt utilisées comme infanterie légère de luxe, on l'entend en France, en Angleterre et ailleurs depuis les Malouines. De même qu'on voit les unités d'infanterie tout faire pour étendre leurs capacités, développer en interne des capacités diverses de type "commando" (spécialisées dans un type d'environnement ou de tâches, ou plus généraliste: voir le cas du 2ème REP). Ca veut dire quoi? Que personne n'arrive à mettre de l'ordre et à définir une politique et une répartition des turfs? Que les FS râlent sur cet usage d'infanterie légère avant tout pour demander plus d'effectifs/d'unités? Que les fantassins légers veulent les budgets des FS (ou se battent pour maintenir les leurs et/ou pas se faire vampiriser leurs meilleurs sans arrêt)? Que leurs brigades d'appartenance essaient de garder des éléments de pointe (élite et/ou ultra-spécialistes) en propre contre tout ce que les FS ont radiné comme attention et moyens ces dernières décennies? 

 

Le cas anglais m'intrigue d'ailleurs: l'idée du SFSG semble utile.... Mais 3 compagnies -et les compagnies anglaises sont petites-, ça semble pas dimensionné à leurs FS (SAS, SBS, SRR) s'il faut considérer la chose comme un "appui", et si en plus on garde à l'esprit le fait que les FS semble un peu partout réfléchir à des façons d'opérer à plus grande échelle/à des échelons plus grands que de toutes petites équipes en petit nombre. 

Je compare ça à d'autres armées et unités qui semblent plus privilégier la répartition dans des unités classiques de compétences FS, créant des unités "à capacités spéciales" ou simplement investissant un peu plus dans des individus et sous-unités ayant des compétences plus poussées et aujourd'hui nécessaires chez les "classiques" (ciblage/désignation, sniping lourd, libération d'otages, infiltration....). L'USMC s'est ainsi souvent signalé comme n'aimant pas trop créer d'unités spéciales (le MARSOC lui a été littéralement arraché de force) et préférant nettement développer des compétences spéciales dans les unités conventionnelles et/ou des petites unités ou sous-unités "poussées" destinées à les appuyer, ou en tout cas à continuer à agir au service de l'action des unités de manoeuvre. 

 

très intéressant ton développement .

 

pour la 11°BP ,je pense quel est mise en avant sur se sujet du fait de sa spécialité TAP .

 

mais il est vrai qu'un l'instar des Brits ,nos chasseurs alpins pourraient largement servir aussi d'un vivier pour se régiment qui aurait quitté la 1°BP (faut pas se leurrer la 11°BP verra ses effectifs se réduire ).

 

donc vaut mieux pour elle prendre en compte sa avec un outil moins gros mais qui aura les moyens et les effectifs qui vont bien .

 

pour le SFSG ,effectivement les cies sont pas grosse mais ont doit prendre en compte la nature des missions dévoués .

 

leur rôle n'est pas que de soutenir les FS ,mais aussi de maintenir la pression le terrain en restant et naviguant sur celui-ci dans des opération dévoué à un secteur ou l'action de l'ennemi est un gros PB , dans des secteurs là ou les unités régulière sont casé dans une zone mais ne pouvant disons être en permanence dans l'action contre l'ennemi  ,et donc se que ne pourrait faire les FS par manque d'effectif et dans la durée .

 

ses unités agissent pour gardé la pression sur l'ennemi ,mais aussi fournir un  appui lorsque une cible à haute valeur doit être détruite/capturé par les FS .

 

l'effectif peu semblé pas énorme pour les cies du SFSG ,mais elles ne suivent pas pas les FS partout ,et elles agissent en autonome pour comme je l'explique plus haut assuré la pression sur l'ennemi dans des secteurs et période différentes .

 

donc sa ne représente pas forcément beaucoup de monde à déployait à chaque fois .

 

entre l'Irak et l'Afghanistan ,la il  y a put y avoir flux tendu chez les SFSG ,mais avec la fin de cette opération cette unité a put se concentré sur l'Afghanistan .

 

on avait parlé d'une opération de 300 personnels en Afghanistan (je ne me rappel pas l'objectif ) ,mais si on on fait un détail exact de qui composé cette force ,entre le SFSG qui a put fournir un effectif pour une opération d'importance et courte dans le temps ,on arrive facilement à 200 hommes ,et le reste en SAS/SBS et autres unités spécialisée des FS .

 

bien entendu un tel effort est valable pour une opération coup de poing .

 

mais en dehors de grosse manip de se genre ,la taille du SFSG est pas si petite ,même si elle pourrait-être plus confortable avec un effectif un peu plus gros ,mais là on arrive peut-être au seuil limite de possibilité de recrutement sans devoir abaissé le niveau requis pour servir dans cette unité .

 

 

 

 

à l'heure actuelle en Afghanistan ,on prépare des actions par rapport à l'activité ennemie dansun secteur ,on décide de lui imposé un timing serré ,entre les actions des unités régulière ,l'action du SFSG qui agit en dehors du timing des réguliers tout en poussant l'ennemi a bougé ,réagir se qui permet aux FS de fignolé leurs actions sur les cibles de valeur .

 

et on peu avoir la grosse opération lancé avec un effectif plus important ,avec le SFSG qui quadrille est assure la sécurité au profit des FS qui vont pouvoir bossé "sereinement" .

 

l'action du SFSG et pareil que celle des Rangers US .

 

surtout si il y a coopération avec d'autres unités alliées ,il y a possibilité de crée des task forces comme en Irak .

 

enfin voilà mon humble analyse  =)

Link to comment
Share on other sites

De toute façon la règle veut que si les FS ont besoin de quelque choses qu'elles n'ont pas elles le prennent la ou ça se trouve.

 

Si par exemple leur avions de transports ne sont pas dispo pour telle opérations ils iront les prendre chez les autres même si cela en ont besoin pour autre choses et comme ile COS reste prioritaire l'unité qui aura perdu ses avions on ses hélicos ne pourra que fermer sa geule.

 

Si le COS de toute façon à besoin de VBCI pour insérer des hommes  dans une zone sensible ils le font.

 

 

.    

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

la ou je ne suis pas d'accord s'est sur l'impossibilité de transformé un régiment ,surtout si sa taille en est réduite.

Transformer un régiment est un mécanisme plus complexe qu'on l'imagine.

Le cas le plus intéressant fut celui du 2eme Hussard qui est la seul unité à avoir connu une telle transformation ces 20 dernières années.

je crois que sa sera un autre discours que celui-ci plus haut .

Le GCOS a raison. Pour quoi faire ? Il ne faut pas sous estimer la différence d'appréciation des choses entre le grand commandeur à la tête des FS et le grand commandeur qui les emploie. Ce dernier reçoit sur son bureau les dossiers qu'il demande mais ne sait pas tout du travail que cela nécessite. Même si cela a évolué.

mais pour le service Action de la DGSE ,s'est pas gagné je pense .

La DGSE ne sera jamais rapprochée du COS sauf pour des actions très isolée et cela sera sous commandement DGSE. Chacun est jaloux de son domaine. Edited by Serge
Link to comment
Share on other sites

Pour résumer certaines choses :

Depuis quelques années, le COS exprime le besoin d'accroître son volume de personnel de 1000 hommes.

Quand cette information est sortie, tous les opportunismes se sont manifestés. D'autant qu'au même instant était annoncée une nouvelle réduction des forces. Certains, dont des militaires, ont imaginé telle ou telle chose comme la bascule du 2ème REP au COS.

Le problème est qu'il faut comprendre que les régiments Para sont incapable de basculer COS, même en structure Ranger.

Le concept de Ranger tel qu'il existe aux EUA est très intéressant (et je suis convaincu qu'il est ce qu'il nous faut.) nous est inconnu. Les unités britanniques dont parle Gibbs en ont toujours été plus proche. On parle d'ailleurs bien de Royal Marine Commando.

Si tu injectes un régiment para classique, tu vas au clash car il faut une transformation qui est plus lourde qu'on ne l'imagine. J'imagine le 2ème REP dans le COS, grand moment du rire. Et c'est pas trop compatible avec le carcan de la légion.

Quand on voit comment s'est passé le processus de transformation du 2ème Hussard. Ça n'a pas été simple. Ça a même été du delire le plus complet alors que l'ordre venait du CEMAT.

Quand on va dans le détail, on se rend compte que l'enveloppe de 1000 hommes ne forme pas un régiment mais 1000 postes et compétences précis.

Donc le plus 1000 consiste en 20 experts NRBC, 50 transmetteurs, 70 ceci, 24 cela et 300 "combattants".

La stratégie COS (et il n'y en a jamais eu d'autres) consiste en trois points :

1- Ouvrir progressivement des postes. Donc, tous les ans, s'ouvrent des postes au PAM pour satisfaire les besoins (surtout en commandement).10 officiers par ci, 30 sous off par là.

2- pour des compétences pointues dont les armées ne veulent pas voir le départ des cadres vers le COS, celui-ci passe un contrat opérationnel avec des unités spécifiques. Cas concret : le 2ème Dragon NRBC a des cadres en alerte permanente pour le COS. Ils sont identifiés et sélectionnés pour le COS mais restent 2ème Dragon.

3- la troisième méthode sera l'essaimage. Pour la partie combattante, des postes sont ouverts pour augmenter le volume d'opérateurs disponibles. Et un jour, il se peut que l'on voit la création de compagnies, de sections, d'escouades... supplémentaires. On pourrait très bien voir l'ajout d'une compagnie au 1er RPIMa, un escadron au 13ème Dragon. Cela se fera sur les effectifs internes qui auront déjà augmentés depuis plusieurs années.

 

 

effectivement ,on en avait déjà parlé le 2°REP n'est pas le régiment capable de passer au COS ,s'est clair et net .

 

 

 

sur se lien on voit l'organisation des FS britannique .

 

http://www.eliteukforces.info/sfsg/

 

http://en.wikipedia.org/wiki/United_Kingdom_Special_Forces

 

on voit que la structuration de départ s'est basé sur la transformation d'un bataillon Para Britannique .

 

 

 

 

SFSG Organisation

The exact SFSG order of battle (ORBAT) has not been disclosed to the public domain, although some details can be gleaned from open source publications. The SFSG is structured in a similar manner to a regular Parachure Regiment battalion, the most notable differences being the addtion of F Coy Royal Marines and the Joint Fires Cell.

  • Battalion Headquarters (BHQ)
  • Headquarters (HQ) Company
    • Quartermasters
    • Motor Transport Platoon (MT Platoon)
    • Regimental Administration Office (RAO)
    • Regiment Aid Post
    • Catering Platoon
    • Operational Readiness Wing
      • General Training Cell

        Runs the 'Unit Operator Cadre' which trains new SFSG operatives to 'SFSG Operator Qualification' standards.

      • Counter Terrorism (CT) Cell
      • Campaigns Training Cell
      • Contingency Cell
  • 4 x Rifle Companies
    • A Coy
    • B Coy
    • C Coy
    • F Coy (manned mostly by Royal Marines)
  • G Company
    • Fire Support Groups (FSGs)

      Consisting of Platoon-sized elements who specialise in providing heavy-weapons support to SFSG rifle companies:

      • FSG 1
      • FSG 2
      • FSG 3
      • FSG 4
    • Sniper Platoon

      Provides sniper teams to support other SFSG elements.

  • Support Company
    • Mortar Platoon (60mm / 81mm)
    • Signals Platoon

      provides signals detachments to other SFSG elements

    • Joint Fires Cell (JFC)

      RAF Joint Tactical Air Controllers (JTACs) - caling in fire support from fast air (jets), Apache Gunships and UAVs.

 

j'étais resté sur un autre format en se qui concerne le nombre de cie à la base .

 

donc pas mal de monde en réalité .

 

 

Transformer un régiment est un mécanisme plus complexe qu'on l'imagine.

Le cas le plus intéressant fut celui du 2eme Hussard qui est la seul unité à avoir connu une telle transformation ces 20 dernières années.

 

 

j'avais pensé à sa vu que les Brits l'avait fait avec un bataillon de paras .

 

je me disais qu'on serait capable aussi ,mais on manque de pragmatisme tout en ayant une sacré guerre de chapelles .

 

bon je pense que les Brits aussi doivent avoir des PB de guerres de chapelles ,mais sa saute pas aux yeux .

Edited by gibbs
Link to comment
Share on other sites

Si par exemple leur avions de transports ne sont pas dispo pour telle opérations ils iront les prendre chez les autres même si cela en ont besoin pour autre choses et comme ile COS reste prioritaire l'unité qui aura perdu ses avions on ses hélicos ne pourra que fermer sa geule.

D'ailleurs cela me fait penser que depuis quelques temps je me pose la question des avions du COS et de la DGSE.

Avec l'arrivée des A400m et la cohabitation des G222, il me semble qu'ils vont avoir un trou capacitaire. A400M souvent trop gros et g222 souvent trop petit. Pour nombre de missions le format C130 est l'idéal.

Alors, certes, certaines voilures auraient encore 15 ans de potentiel mais il ne me semble pas ridicule d'imaginer l'achat de C130J voir K !

Si le COS de toute façon à besoin de VBCI pour insérer des hommes  dans une zone sensible ils le font.

Et cela ne pose pas de problème. Cela se fait depuis longtemps.
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

très intéressant ton développement .

 

pour la 11°BP ,je pense quel est mise en avant sur se sujet du fait de sa spécialité TAP .

 

mais il est vrai qu'un l'instar des Brits ,nos chasseurs alpins pourraient largement servir aussi d'un vivier pour se régiment qui aurait quitté la 1°BP (faut pas se leurrer la 11°BP verra ses effectifs se réduire ).

 

donc vaut mieux pour elle prendre en compte sa avec un outil moins gros mais qui aura les moyens et les effectifs qui vont bien .

 

pour le SFSG ,effectivement les cies sont pas grosse mais ont doit prendre en compte la nature des missions dévoués .

 

leur rôle n'est pas que de soutenir les FS ,mais aussi de maintenir la pression le terrain en restant et naviguant sur celui-ci dans des opération dévoué à un secteur ou l'action de l'ennemi est un gros PB , dans des secteurs là ou les unités régulière sont casé dans une zone mais ne pouvant disons être en permanence dans l'action contre l'ennemi  ,et donc se que ne pourrait faire les FS par manque d'effectif et dans la durée .

 

ses unités agissent pour gardé la pression sur l'ennemi ,mais aussi fournir un  appui lorsque une cible à haute valeur doit être détruite/capturé par les FS .

 

l'effectif peu semblé pas énorme pour les cies du SFSG ,mais elles ne suivent pas pas les FS partout ,et elles agissent en autonome pour comme je l'explique plus haut assuré la pression sur l'ennemi dans des secteurs et période différentes .

 

donc sa ne représente pas forcément beaucoup de monde à déployait à chaque fois .

 

entre l'Irak et l'Afghanistan ,la il  y a put y avoir flux tendu chez les SFSG ,mais avec la fin de cette opération cette unité a put se concentré sur l'Afghanistan .

 

on avait parlé d'une opération de 300 personnels en Afghanistan (je ne me rappel pas l'objectif ) ,mais si on on fait un détail exact de qui composé cette force ,entre le SFSG qui a put fournir un effectif pour une opération d'importance et courte dans le temps ,on arrive facilement à 200 hommes ,et le reste en SAS/SBS et autres unités spécialisée des FS .

 

bien entendu un tel effort est valable pour une opération coup de poing .

 

mais en dehors de grosse manip de se genre ,la taille du SFSG est pas si petite ,même si elle pourrait-être plus confortable avec un effectif un peu plus gros ,mais là on arrive peut-être au seuil limite de possibilité de recrutement sans devoir abaissé le niveau requis pour servir dans cette unité .

 

 

 

 

à l'heure actuelle en Afghanistan ,on prépare des actions par rapport à l'activité ennemie dansun secteur ,on décide de lui imposé un timing serré ,entre les actions des unités régulière ,l'action du SFSG qui agit en dehors du timing des réguliers tout en poussant l'ennemi a bougé ,réagir se qui permet aux FS de fignolé leurs actions sur les cibles de valeur .

 

et on peu avoir la grosse opération lancé avec un effectif plus important ,avec le SFSG qui quadrille est assure la sécurité au profit des FS qui vont pouvoir bossé "sereinement" .

 

l'action du SFSG et pareil que celle des Rangers US .

 

surtout si il y a coopération avec d'autres unités alliées ,il y a possibilité de crée des task forces comme en Irak .

 

enfin voilà mon humble analyse  =)

Tout ça ne suppose t-il pas plus, justement, que 4 compagnies (note prise du correctif entre temps); entre les indisponibilités normales dues aux cycles de rotation, les blessures/congés et les temps accrus de formation continue (nécessairement dus aux standards supérieurs de la qualif FS et de spécialités plus nombreuses/poussées, et d'un investissement supérieur par soldat -carrières plus longue, plus de savoirs-faires....), quel effectif est dispo sur ces 4 compagnies? A quel échelon opèrent-ils

aussi (équipes spéciales comme les FS, ou à l'échelon platoon, voire compagnie)? 

De ce que tu décris, on a plutôt l'impression que l'unité a été quasiment créée comme sous-traitant pour libérer un peu l'emploi du temps des FS, plus que comme concept opérationnel; soit essentiellement..... Avoir une infanterie légère de luxe, à laquelle on consacre des moyens par tête supérieurs: quelques savoirs-faires propres aux FS dans des groupements spécialisés (coordination des feux/désignation notamment), plus de versatilité et d'autonomie (par la qualité accrue de la troupe), plus de puissance de feu dans les groupes essentiels, plus d'appuis dispo, plus d'hélicos dispos.... Soit ce que l'Angleterre aurait pu/du vouloir faire avec plus de monde (tous ses paras?), mais n'avait pas les moyens d'envisager (même avant 2008). N'est-ce pas au final le signe qu'il n'y a pas assez de volonté pour voir un effort conséquent -malgré la nécessité- en matière d'infanterie légère versatile? 

 

Je m'avance sans doute beaucoup, manquant de connaissances pour clairement voir les nuances (emploi, "niveaux" de qualité, doctrine, éventail de savoirs-faires, besoins) couvrant cet "espace" peu clair entre les FS et l'infanterie (autre que les spécialités bien entendues: mécas, amphibie....); en termes de besoins, de diversités de coûts (impliqués par les surcroîts de formation, équipement, appuis, environnements....), j'ai du mal à voir de claires nomenclatures définissant plus d'un "échelon" entre -dans le cas français- la BP et les FS. 

Link to comment
Share on other sites

Parmi les problèmes de disponibilités de personnels, j'en vois deux : ratio opérateurs/commandement et contrat opérationnel - capacitaire.

1- Le volume nécessaire au déploiement d'un détachement commence avec un effectif très bas. Ce peut être 6 à 10 hommes pour un théâtre. Si c'est petit, il faut voir que très vite il faut un détachement de liaison (DL) qui va faire le contact entre le groupe et les autorités sur le théâtre ou la France. Cela ne rajoute pas forcément grand monde mais le besoin en commandement (Ici DL) est supérieur à une unité de combat. C'est une difficulté. Il faut beaucoup d'équipes mais aussi de DL.

2- Les unités ont un double contrat de disponibilité opérationnelle. C'est à dire qu'à tout moment, ils doivent avoir un nombre d'hommes donné prêt à partir à 6h, 24h et moyens complémentaires à 48h et plus. Il y a l'organisation d'une astreinte opérationnelle. Jusque ici, c'est simple. Là où commence le grand écart c'est le contrat capacitaire. C'est à dire "6h-6hommes" oui mais des chuteurs Ops? Des nageurs ? Des spécialistes jungle ? Grand froid/montagne ? Désert ? Mobilité?

C'est la combinaison de ces deux derniers points qui rend difficile la tenue de l'alerte. Bien plus qu'en contre-terrorisme où on a besoin d'un groupe en départ 20min et le besoin en spécialistes est plus lent et limité.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

....

Le problème est qu'il faut comprendre que les régiments Para sont incapable de basculer COS, même en structure Ranger.

Le concept de Ranger tel qu'il existe aux EUA est très intéressant (et je suis convaincu qu'il est ce qu'il nous faut.) nous est inconnu. Les unités britanniques dont parle Gibbs en ont toujours été plus proche. On parle d'ailleurs bien de Royal Marine Commando.

...

 

Pourquoi la bascule sur le système des Rangers n'est pas possible ? qu'est ce qu'ils ont de particulier de non reproductible/incompatible en/avec la France et Navarre ?

Link to comment
Share on other sites

Tout ça ne suppose t-il pas plus, justement, que 4 compagnies (note prise du correctif entre temps); entre les indisponibilités normales dues aux cycles de rotation, les blessures/congés et les temps accrus de formation continue (nécessairement dus aux standards supérieurs de la qualif FS et de spécialités plus nombreuses/poussées, et d'un investissement supérieur par soldat -carrières plus longue, plus de savoirs-faires....), quel effectif est dispo sur ces 4 compagnies? A quel échelon opèrent-ils

aussi (équipes spéciales comme les FS, ou à l'échelon platoon, voire compagnie)? 

De ce que tu décris, on a plutôt l'impression que l'unité a été quasiment créée comme sous-traitant pour libérer un peu l'emploi du temps des FS, plus que comme concept opérationnel; soit essentiellement..... Avoir une infanterie légère de luxe, à laquelle on consacre des moyens par tête supérieurs: quelques savoirs-faires propres aux FS dans des groupements spécialisés (coordination des feux/désignation notamment), plus de versatilité et d'autonomie (par la qualité accrue de la troupe), plus de puissance de feu dans les groupes essentiels, plus d'appuis dispo, plus d'hélicos dispos.... Soit ce que l'Angleterre aurait pu/du vouloir faire avec plus de monde (tous ses paras?), mais n'avait pas les moyens d'envisager (même avant 2008). N'est-ce pas au final le signe qu'il n'y a pas assez de volonté pour voir un effort conséquent -malgré la nécessité- en matière d'infanterie légère versatile? 

 

Je m'avance sans doute beaucoup, manquant de connaissances pour clairement voir les nuances (emploi, "niveaux" de qualité, doctrine, éventail de savoirs-faires, besoins) couvrant cet "espace" peu clair entre les FS et l'infanterie (autre que les spécialités bien entendues: mécas, amphibie....); en termes de besoins, de diversités de coûts (impliqués par les surcroîts de formation, équipement, appuis, environnements....), j'ai du mal à voir de claires nomenclatures définissant plus d'un "échelon" entre -dans le cas français- la BP et les FS.

je vois l' emploi du SFSG d'une manière différente .

un outil proportionné par rapport aux besoins .

je pense que les Brits se sont aperçu que d'avoir toute leurs unité de Paras au standard SFSG n'étaient déjà pas possible car il n' aurait jamais put avoir le nombre de profile apte .

on voit toujours les britanniques comme de super pro ,avec leur paras et les RM alors que si on regarde bien les unités"classique" brits ont aussi un niveau élevé.

on est plus dans des domaines de spécificité avec les RM en amphibie et les Paras pour l' aéroporté.

on voit toujours le soldat brits comme un super professionnel ,en oubliant que la formation a évolué d'une manière générale .

mais même si les soldats sont plus instruit et de leur époque question nouvelle technologie en ayant une capacité d'utilisation de ses moyens ils n'ont pas forcément toute la science pour eux .

savoir utilisé ne veut pas dire connaitre comment tout fonctionne .

tout sa pour dire que le profil "bourrin " et rugueux est toujours la ,donc ambiance compagnie de combat .

attention je ne suis pas en train de dénigrer cela .

juste de faire le constat que croire qu'on un atteint un niveau au dessus avec la génération de se siècle ne veut pas pour autant dire qu'ils n'ont plus l' esprit ,mentalité,rugosité des soldats des compagnies de combat ,et que donc se n'est pas forcément aussi facile de trouver le profil que l'on cherche pour le SFSG .

donc tout les paras brits n'ont pas forcément la capacité de passer dans une force spécifique .

dans l' emploi ,assurer des missions qui était auparavant donné aux FS alors que celle-ci trouver que ses missions était pas de leur ressort .

quand on voit que pour l'Afghanistan ont doit géré avec se que l' on veut bien mettre à disposition en terme d'unité classique sur le terrain ( les politiques )on a l' impression que sa paralyse la stratégie sur le terrain .

pas assez d'effectif sur le terrain pour maîtriser ,paralyser l' ennemi .

donc s'est la qu'arrive un rôle pour le SFSG ,car autonome et pouvant déployé un effectif conséquent ,chose qui monopoliserait trop de monde pour les SAS/SBS ,et de même des unités régulière en surchauffe car affecté à un secteur et n'ayant pas l' effectif pour nomadiser .

le SFDG devient le chaînon manquant entre les unités régulière et les FS .

bien entendu ,tout cela s'applique dans des secteurs défini ,la ou la pression ennemi est la .

le SFDG fait comme les rangers ,pas forcément un travail dédié aux FS ou au profit des réguliers.

on peut leur attribué un secteur dans une zone non tenu par les réguliers pour aller faire du tabassage,en fait agir juste sur la logistique de l' ennemi .

moi je vois sa comme une sorte de quick réaction force autonome.

pouvant agir sur un panel de missions important .

donc une petite force ayant les moyens qui vont bien .

dans une époque ou les gros bataillons n'existent plus et que l' on doivent assuré des missions avec moins de soldats ,la technologie ne faisant pas tout ,l' importance du rôle des FS on a besoin de se chaînon que représente le SFSG .

enfin s'est mon humble analyse .

Link to comment
Share on other sites

En observant se nouveau file ,Rob1 a fait des recherches sur l' effectif du SFSG .

on peut lire ses recherches sur le file Force spéciale Britannique.

et comme l' explique Rob1 l' effectif du SFSG et quasiment identique à celui des autres bataillon paras brits ,et dedans n'est pas compté le + apporté par une compagnie de RM ,une section du RAF régiment ,et des personnels FAC ainsi que des spécialistes NRBC .

sa laisse de la marge pour les stages,formations ,malades ,blessés ,permission etc ..

pour comprendre la création du SFSG ont doit remonter dans le temps .

en 2000 l' opération Barras et lancé en Sierra-Leone pour libérer des prisonniers britanniques retenu en otage par une des milices locale.

j'ai ouvert un file sur cette opération,et j'ai mis sur se file un documentaire relatant cette opération.

une compagnie de Paras du 1 er bataillon participa à l' opération au côté des SAS .

les paras étaient assez impressionner de devoir travailler avec les FS et sur une opération réelle .

l' opération fut une réussite mais on s'aperçut que l' assemblage de dernière minute d'unité régulière et FS était pas si évident .

comme expliqué plus haut ,se fut la découverte entre 2 mondes .

le documentaire que j'ai mis sur le file met bien en évidence .

on comprend mieux l' intérêt de la création du SFSG .

depuis le SFSG a un panel de mission large ,que se soit au profit des FS ,ou en autonome .

on peut aussi penser que la création de cette unité et la réduction d'unités d'infanterie a peut-être aussi eu un effet comme le suggère Rob1 .

Link to comment
Share on other sites

En observant se nouveau file ,Rob1 a fait des recherches sur l' effectif du SFSG .

on peut lire ses recherches sur le file Force spéciale Britannique.

et comme l' explique Rob1 l' effectif du SFSG et quasiment identique à celui des autres bataillon paras brits ,et dedans n'est pas compté le + apporté par une compagnie de RM ,une section du RAF régiment ,et des personnels FAC ainsi que des spécialistes NRBC .

sa laisse de la marge pour les stages,formations ,malades ,blessés ,permission etc ..

pour comprendre la création du SFSG ont doit remonter dans le temps .

en 2000 l' opération Barras et lancé en Sierra-Leone pour libérer des prisonniers britanniques retenu en otage par une des milices locale.

j'ai ouvert un file sur cette opération,et j'ai mis sur se file un documentaire relatant cette opération.

une compagnie de Paras du 1 er bataillon participa à l' opération au côté des SAS .

les paras étaient assez impressionner de devoir travailler avec les FS et sur une opération réelle .

l' opération fut une réussite mais on s'aperçut que l' assemblage de dernière minute d'unité régulière et FS était pas si évident .

comme expliqué plus haut ,se fut la découverte entre 2 mondes .

le documentaire que j'ai mis sur le file met bien en évidence .

on comprend mieux l' intérêt de la création du SFSG .

depuis le SFSG a un panel de mission large ,que se soit au profit des FS ,ou en autonome .

on peut aussi penser que la création de cette unité et la réduction d'unités d'infanterie a peut-être aussi eu un effet comme le suggère Rob1 .

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Pour résumer certaines choses :

Depuis quelques années, le COS exprime le besoin d'accroître son volume de personnel de 1000 hommes.

Quand cette information est sortie, tous les opportunismes se sont manifestés. D'autant qu'au même instant était annoncée une nouvelle réduction des forces. Certains, dont des militaires, ont imaginé telle ou telle chose comme la bascule du 2ème REP au COS.

Le problème est qu'il faut comprendre que les régiments Para sont incapable de basculer COS, même en structure Ranger.

Le concept de Ranger tel qu'il existe aux EUA est très intéressant (et je suis convaincu qu'il est ce qu'il nous faut.) nous est inconnu. Les unités britanniques dont parle Gibbs en ont toujours été plus proche. On parle d'ailleurs bien de Royal Marine Commando.

Si tu injectes un régiment para classique, tu vas au clash car il faut une transformation qui est plus lourde qu'on ne l'imagine. J'imagine le 2ème REP dans le COS, grand moment du rire. Et c'est pas trop compatible avec le carcan de la légion.

Quand on voit comment s'est passé le processus de transformation du 2ème Hussard. Ça n'a pas été simple. Ça a même été du delire le plus complet alors que l'ordre venait du CEMAT.

Quand on va dans le détail, on se rend compte que l'enveloppe de 1000 hommes ne forme pas un régiment mais 1000 postes et compétences précis.

Donc le plus 1000 consiste en 20 experts NRBC, 50 transmetteurs, 70 ceci, 24 cela et 300 "combattants".

La stratégie COS (et il n'y en a jamais eu d'autres) consiste en trois points :

1- Ouvrir progressivement des postes. Donc, tous les ans, s'ouvrent des postes au PAM pour satisfaire les besoins (surtout en commandement).10 officiers par ci, 30 sous off par là.

2- pour des compétences pointues dont les armées ne veulent pas voir le départ des cadres vers le COS, celui-ci passe un contrat opérationnel avec des unités spécifiques. Cas concret : le 2ème Dragon NRBC a des cadres en alerte permanente pour le COS. Ils sont identifiés et sélectionnés pour le COS mais restent 2ème Dragon.

3- la troisième méthode sera l'essaimage. Pour la partie combattante, des postes sont ouverts pour augmenter le volume d'opérateurs disponibles. Et un jour, il se peut que l'on voit la création de compagnies, de sections, d'escouades... supplémentaires. On pourrait très bien voir l'ajout d'une compagnie au 1er RPIMa, un escadron au 13ème Dragon. Cela se fera sur les effectifs internes qui auront déjà augmentés depuis plusieurs années.

 

 

Selon le rapport du sénat sur le sujet:

http://www.senat.fr/rap/r13-525/r13-525_mono.html#toc111

Donc un régiment commando n'est pour l'instant pas/plus envisagé.

Une image extraite dudit rapport

28w1lar.jpg

 

 

Je relance le file pour reconnaître qu'entre ma vision du sujet et la réalité des choses je me suis fais plaisir à imaginé un véritable régiment de Ranger Français .

On propose en unité la possibilité de tenté l'entré chez les FS .

Et pas uniquement dans les unités TAP .

On propose cela en même temps que l'école des sous-officiers pour les MDR .Le fiston a eu cette proposition à ses dernières notations .

 

Donc comme cela avait était dit ici même ,pas que je l'ai ignoré mais simplement parce que je me faisais visionnaire de se que pourrais devenir nos forces aéroportées avec une transition menant au FS .

 

Donc on peu constater qu'effectivement les effectifs des FS sont conséquent et en permanente augmentation ,et que l'on peut pensé qu'une évolution des 

Donc cela étant acté ,je suis sorti de mon "monde" entre "désir et réalité" pour rebondir sur nos FS .

 

Si on part du principe que le volume augmente ,il y aura sûrement une évolution dans les structures des régiments/unités de FS et cela déjà au niveau des unités de l'armée de terre .

L'Armée de l'Air et la Marine n'évoluant pas forcément dans un changement important hormis du réajustement (comme l'avait souligné Scarabée ,un regroupement des FUSCO de l'Air à l'instar de se que font les marins avec leur fusilier ).

 

 

Sur le tableau on voit le GAS (Groupement d'Appui Spécialisé ) .

Cela correspond t'il  à une unité de " soutien logistique " ou comme pourrait le laissé pensé le mot "Appui"  le sens d'Appui comme on le lit pour le SFSG (Special Force Support Group ) ?

 

Cette unité n'étant pas inséré dans un des régiments s'est assez bizarre .

 

Pour le 1°RPIMa ,avoir une compagnie en + verra peut-être une unité moins spécialisée et plus axé sur une mission infanterie légère  d'élite que se que font les compagnies actuellement ,hautement spécialisé .

 

entre une cie en + au 1°RPIMa ,et peut-être une cie en + si le GAS correspond à une unité de combat (mais je pense que s'est plutôt une unité de soutien ) sa donne un effectif de combattants important .

 

enfin voilà si quelqu'un peut me renseigné sur cette unité nommé le GAS sa m'éclairerait bien la lanterne  =) .

 

 

28w1lar.jpg

Link to comment
Share on other sites

D'après le rapport du sénat dont est issu le tableau, le GAS semble être plus une coquille vide destinée à acceuillir les personnels du type 2 évoqué par Serge:
 

Enfin, la BFST devrait recevoir un groupement d'appui aux opérations spéciales à hauteur de 150 personnels. Il ne devrait pas s'agir d'une unité en tant que telle, mais d'opérateurs dans différentes spécialités, « marqués à l'oreille » et capables d'être appelés de façon inconditionnelle par les forces spéciales, en tant que de besoin.

 

Par contre pour cette suggestion:

Pour le 1°RPIMa ,avoir une compagnie en + verra peut-être une unité moins spécialisée et plus axé sur une mission infanterie légère d'élite que se que font les compagnies actuellement ,hautement spécialisé .

 

Je connais pas du tout l'ambiance au sein du 1ier RPIMa, mais je vois mal comment une telle unité non brevetée pourrait être bien accueilli par le régiment. Même en admettant le besoin d'infanterie légère au sein du COS, j'aurais tendance à penser qu'un régiment comme le 1ier devrait se concentrer sur un seul domaine (mettons les opérations type SAS) et surtout pas se disperser en diluant son attention sur d'autres taches.

 

Éventuellement, une contre proposition que je ferais: c'est que l'équivalent du compagnie issue de la 11°BP soit affecté à la BFST de manière tournante en MCD. On pourrait imaginer un cycle de 2 mois de préparation au soutient des opérations spéciales où la compagnie serait jumelée avec un détachement de liaison du COS d'une dizaine d'hommes, suivie de 4 mois d'alertes et d'opérations au profit exclusif du COS. Les avantages:

 

- Pour le COS, il dispose d'une force d'infanterie légère de bonne qualité, familiarisé avec ses personnels et ses procédés, disponible au coup de sifflet.

- Pour les conventionnel, ça permettrait de faire filtrer certaines bonnes pratiques du COS vers les forces conventionnelles. Et de fournir des opportunités d’entraînements et d'opérations sympas à ses éléments.

 

Pour ce qui est de la composition de la compagnie, ça serait à déterminer, mais on pourrait envisager de la renforcer d'une paire de Mo120, d'un élément génie, etc.

 

Une alternative, serait que plutôt d'affecter la compagnie para au COS comme si c'était une MCD, que l'on en fasse une mission de longue durée.

Link to comment
Share on other sites

Une des possibilités pour cette infanterie légère serait de créer dans les régiments paras et les BCA une compagnie commando en intégrant et élargissant les GCP/GCM.

 

Ainsi par tour d'OPEX/Guepard on aurait en permanence prêt à la projection une compagnie commando-para et une compagnie commando-alpine avec une formation type Rangers, un peu comme les paras-alpinis italiens.

 

Clairon

Link to comment
Share on other sites

  • Rob1 changed the title to Envisage-t-on réellement un régiment de Rangers français ?

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,845
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Bacarat
    Newest Member
    Bacarat
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...