Noam

Les forces spéciales américaines

Recommended Posts

Antiterrorisme Dans le cadre de la lutte antiterroriste, des commandos américains sont déployés dans les missions diplomatiques.

DES COMMANDOS en col blanc, ou presque. Des hommes des forces spéciales sont désormais déployés dans certaines ambassades américaines à l'étranger, dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Selon le New York Times, qui a révélé hier l'information, ces militaires – répartis par petits groupes – ont été envoyés dans une douzaine de pays considérés comme «instables». Des États situés logiquement en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud. Le critère est que le Pentagone soupçonne des organisations terroristes de s'être implantées, de préparer des attentats, de rassembler des fonds ou de chercher une protection dans ces contrées exotiques. La mission des commandos est de préparer d'éventuelles missions d'enlèvement ou d'élimination.

La CIA jalouse

Une nouvelle tâche, donc, pour des forces spéciales qui étaient déjà les reines de la bataille contre le djihadisme international. Depuis que le président Bush l'a autorisé à prendre la direction des opérations antiterroristes, il y a deux ans, le commandement des opérations spéciales est en pleine montée en puissance. Ce qui éveille, bien sûr, des jalousies. La présence très virile de membres des forces spéciales dans les missions diplomatiques américaines n'est ainsi pas du tout du goût de la CIA. La centrale de renseignement, qui veut mener le jeu de la guerre antiterroriste, considère que l'on marche là sur ses plates-bandes.

Un incident a d'ailleurs fait les choux gras des maîtres espions. Et suscité l'inquiétude des diplomates. L'affaire s'est déroulée au Paraguay, il y a quelques mois. Agressé en sortant d'un taxi, un homme des forces spéciales a réagi à sa manière en abattant le voleur. Or de hauts responsables de l'ambassade américaine dans le pays n'étaient même pas au courant de la présence de ces commandos sur «leurs terres»... Le commandement des opérations spéciales a depuis fait savoir qu'aucune de ses équipes ne serait plus déployée dans un pays sans l'approbation de l'ambassadeur américain local.

Rien ne semble toutefois devoir entraver la longue marche des forces spéciales vers l'avant-scène militaire américaine. Le patron des forces spéciales américaines, le général Bryan Brown, vient de rédiger une nouvelle «stratégie antiterroriste» – pas moins de 600 pages – qui doit être soumise à Donald Rumsfeld dans les semaines qui viennent. Le patron du Pentagone a rendu public en février le dernier document d'orientation stratégique américaine, la Revue de défense quadriennale (QDR). L'occasion de donner un nom officiel au conflit mené depuis plus de quatre ans contre al-Qaida, la «longue guerre». L'occasion, aussi, de définir les priorités des armées, dont la première : plus de forces spéciales.

Unités spéciales de drones

Les 52 000 bérets verts, rangers, Navy Seals et autres Delta Forces vont voir leurs effectifs croître de 15%. Une augmentation encore plus forte – un tiers environ – pour les seuls commandos de l'armée de Terre, avec la création de quinze à vingt bataillons. Parallèlement à cette approche très «terrain», le Pentagone mise sur la haute technologie, avec notamment la mise sur pied d'unités spéciales de drones (avions télécommandés sans pilote).

Cet âge d'or des forces spéciales est aussi vrai chez les alliés européens de Washington. En France, le commandement des opérations spéciales (COS) n'a cessé de monter en puissance ces dernières années. Quelque 200 de ses hommes sont déployés aujourd'hui aux côtés des Américains en Afghanistan. L'un d'entre eux – un commando marine – a encore été tué le week-end dernier dans un accrochage avec les talibans. Devant le rythme soutenu de déploiement, l'état-major français réfléchit au renforcement de ses capacités en forces spéciales. Même si Paris se garde de reprendre à son compte la terminologie de la «longue guerre».

http://www.lefigaro.fr/international/20060310.FIG000000227_les_forces_speciales_americaines_bivouaquent_a_l_ambassade.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

intéressant comme article... en voyant le chiffre de 53000 FS ça me fait penser à à peu près 50 000 FN SCAR :lol::lol:... c'est vrai que les FS voient leurs missions de plus en plus évoluer... c'est un peu normal qu'on augmente les effectifs... bon les US vous me direz qu'ils en ont assez enfin c'est quand un "pays menacé" par une vague de terrorisme importante... les pays de l'UE devraient commencer à tout doucement faire pareil... au cas où...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut, je sais que les Seal dépendent de la Navy, les Rangers de l'Army, mais les berets verts et les Delta force, de quel branche de l'armée US viennent-t-ils? USAF ou US Army? Et quel est leurs spécialités, leurs méthodes? Pour l'US Army, les rangers, la 160th SOAR et d'autres unités sont regroupées sous la bannière de l'Army Special Operations Command http://www.globalsecurity.org/military/agency/army/160soar.htm Quand à l'USAF, les différentes unités sont regroupées au sein de l'Air Force Special Operations Command. http://www.globalsecurity.org/military/agency/usaf/afsoc.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les bérets verts, mes chouchoux, travaillent en théorie pour la CIA. "Si vous tuez pour de l'argent vous etes un mercenaire, si vous tuez par plaisir vous etes un sadique, pour etre un beret vert il faut etre les deux à la fois" http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9rets_verts Delta force (sans Chuck Norris!) http://fr.wikipedia.org/wiki/Delta_Force

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

non finallement j'ai trouvé les Delta force. Sur la page que j'ai cité pour l'US Army, c'est le lien: "Special Forces Operational Detachment - Delta" bref l'US Army a trois corps différents -les Rangers sont les plus nombreux ils me semblent, ils sont dans le 75th Ranger Regiment. -les berets verts comprennent 1400 membres environ. -les Delta force ont l'air d'être moins nombreux et d'être organisés à la manière des Seal et des SAS britaniques en petits groupes. Sinon l'USAF a aussi des troupes je crois, mais je ne sais pas grand chose dessus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Classé les rangers dans les force spéciale je suis pas trop d'accord. vu leurs style d'opération (somalie) il me semble qu'ils sont plus des troupes d'elites (façons marines ou legion étrangere)que des commando.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui mais ils sotn pas tres nombreux... Ce sont des éclaireurs, ceuix qui vont taté l'ennemi voir le niveau ou faire d'autres choses pas toujours simples, pour moi ce sont des forces speciales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai surement tord, mais la mission qu'ils ont eu a mogadisio c'été plus de faire l'infanterie que les F.S. ça pas du leurs plaire de faire ce type de mission. je pense qu'ils ont fait des opération plus en acords avec leur entrainement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour te réveiller, tu vas me pondre ton interprétation (je suis très Sciences Po, donc une dissert en 2 parties, 2 sous-parties par partie, une intro problématisée et une conclusion-synthèse-ouverture très développée :lol:) de cette création américaine du Defense Clandestine Service de la DIA: apparemment, la DIA, déjà le premier organe du DoD en terme de HUMINT, a structuré son effort en créant ce nouveau service (appelé à se développer) qui me semble salement redondant avec le NCS de la CIA: un "pur" service de renseignement humain qui vient apparemment de "monter un échelon" et de devenir un "généraliste" de fait, non plus cantonné à des spécificités de renseignement militaire diverses, mais bien une ressource "unifiée" directement sous le contrôle du Secretary of Defense, en plus de toutes les agences dont il dispose déjà.

Qu'est-ce que cela traduit selon toi? Une guerre de turfs avec la CIA? Comme ils le disent, une structuration de l'effort contre la Chine et l'Iran? Une autonomisation totale du renseignement militaire qui finit d'étendre son champ de compétence au-delà de la sphère militaire "pure" (si jamais il y était encore cantonné)? Comment penser qu'une répartition satisfaisante du travail puisse se faire avec la CIA?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rha, salaud ! :lol: Depuis une semaine je préparais un sujet aux petits oignons, et toi tu me me hameçonnes comme ça !

Je me suis dis que je n'allais pas te faire ce plaisir, sauf que je m'apperçois que je viens de passer une heure à regarder ce dont je dispose sur le domaine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Selon un discours de Leon Panetta tenu hier mais pas encore très repris, alors même que le budget du Pentagone est en diminution, les SOF devraient être encore augmentées. Elles comptaient 37 000 personnels le 11 septembre 2001, 64 000 aujourd'hui, et son objectif pour 2017 est de 72 000.

Pas d'autres précisions. Mais il n'a pas été fait état d'augmenter le nombre d'unités opérationnelles récemment (celle-ci ont déjà subi une augmentation d'un tiers à partir de 2006). Donc, où iraient ces nouvelles recrues ? Plusieurs possibilités sont envisageables :

- une bonne part de ces 8000 effectifs supplémentaires (ou la totalité ?) va probablement compléter les unités existantes, qui sont souvent en sous-effectifs. Par exemple, l'unité d'hélicoptères spéciaux de l'US Army, le 160th SOAR, voudrait 300 pilotes d'hélicoptères supplémentaires, ce qui lui permettrait de passer de 75 % à 90 % de ses effectifs théoriques.

- les unités SOF de réserve et de la Garde nationale sont aussi notoirement en manque d'effectifs, typiquement en-dessous de ceux des unités d'active

- la création d'unités supplémentaires dans des domaines d'appui/soutien "enabler", des vecteurs ou intermédiaires obligés pour permettre à des opérations spéciales d'avoir lieu. Par exemple, en 2009, deux escadrons de drones avaient été activés dans l'Air Force Special Operations Command, qui n'en avait alors qu'un seul. Toutefois, avec les retraits d'Irak et d'Afghanistan, les moyens existants devraient voir leur disponibilité augmenter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore un cas de suicide chez les FS américaines.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/23/97001-20121223FILWWW00172-deces-d-un-commandant-des-navy-seals.php

Un membre des Navy Seals, forces spéciales de la Marine américaine, a trouvé la mort en Afghanistan dans une blessure non liée aux combats, a indiqué aujourd'hui le ministère de la Défense.

Le commandant Job W. Price, 42 ans, originaire de Pottstown en Pennsylvanie, est décédé samedi "d'une blessure non liée aux combats alors qu'il était déployé dans des opérations de stabilisation dans la province de l'Uruzgan", précise le communiqué.

Son décès fait l'objet d'une enquête, ajoute le Pentagone. Selon la chaîne CNN, qui cite un responsable militaire sous couvert d'anonymat, il pourrait s'agir d'un suicide. Le commandant appartenait à la base des Navy Seals de Virginia Beach.

Forces spéciales de la Marine américaine, les Navy Seals --acronyme de Sea, Air, Land (mer, air, terre) qui signifie également "phoque"-- comprennent des hommes surentraînés et habitués aux missions sensibles depuis le début des guerres en Irak et en Afghanistan.

Cette équipe de soldats d'élite forte de 2300 hommes a connu son heure de gloire en retrouvant et tuant l'homme le plus recherché de la planète, le chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden, en mai dernier au Pakistan. Selon NBC News et CNN, le commandant Job W. Price appartenait toutefois à l'unité 4 (parmi les huit que compte les Navy Seals), et non l'unité 6 qui a éliminé Ben Laden

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Impressionnant mais dans la pratique des choses, 64000 personnels pour des FS c'est pas un peu beaucoup ? Quand on compare aux FS Européennes (quelques centaines). Ou alors c'est parce qu'ils font beaucoup de rotations sur leur terrains d'opérations pour limiter l'usure des personnels. Et puis question qualité de formation du gars par rapport à nous ? La qualité ou la quantité, les 2 à la fois, c'est difficile à obtenir, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5132
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    kot
    Membre le plus récent
    kot
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20133
    Total des sujets
    1097165
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets