Philippe Top-Force

COS ,quatrième composante des FAF

588 messages dans ce sujet

Faisant suite au reportage TV paru jeudi soir ,quoi de mieux que de présenter le COS par son commandant opérationnel. 8)

Audition du général Benoît Puga, commandant des opérations spéciales (COS).

La commission de la défense nationale et des forces armées a entendu le général Benoît Puga, commandant des opérations spéciales (COS).

Après avoir souhaité la bienvenue au général Benoît Puga, le président Guy Teissier a rappelé que le commandement des opérations spéciales (COS) avait été créé à la suite de la première guerre du Golfe, en juin 1992. Directement rattaché au chef d'état-major des armées, le COS est une structure interarmées rassemblant des unités des trois armées. Il dispose ainsi de capacités opérationnelles très spécialisées, mais aussi, depuis 2002, d'unités plus spécialement chargées du renseignement dans la profondeur, ce qui implique des relations étroites avec la direction du renseignement militaire (DRM). Il s'agit d'une structure particulièrement importante, puisqu'en Europe seuls les Britanniques disposent d'un outil comparable.

Le général Benoît Puga a souligné qu'il assurait le commandement opérationnel, et non organique, du COS, c'est-à-dire qu'il commandait les forces spéciales, ainsi que les forces conventionnelles qui pouvaient leur être adjointes, dès qu'elles étaient engagées dans une opération. Ce sont, par ailleurs, les chefs d'état-major des trois armées qui réalisent la sélection, la formation initiale et l'entraînement de base des forces spéciales, et qui leur fournissent leurs équipements. Le COS relève directement du chef d'état-major des armées, puisque les opérations spéciales constituent son domaine réservé, tandis que les différents chefs d'état-major assurent la préparation des unités concernées.

La création du COS en 1992 a permis de répondre à plusieurs exigences. Tout d'abord, tout chef militaire ressent le besoin de disposer de personnels de confiance, qui, du fait de leur entraînement spécifique, sont en mesure de conduire des opérations particulières au niveau stratégique ou sur théâtre d'opération. Ensuite il est nécessaire de disposer de forces spéciales pouvant réaliser des missions spéciales, permettant d'atteindre des objectifs stratégiques, ce qui requiert des personnels, des équipements et des méthodes spécifiques. Il est souvent utile d'être en mesure d'intervenir là où les forces conventionnelles ne le peuvent pas, c'est-à-dire d'intervenir en quelque sorte « dans l'intervalle », tant d'un point de vue géographique que de celui des effets souhaités.

Au cours des dernières années, les forces spéciales ont contribué à conférer à la France un statut de puissance, aux côtés du Royaume-Uni, qui disposent des SAS (Special Air Service), et des Etats-Unis, avec l'USSOCOM (United States Special Operations Command). Parallèlement, au sein des pays européens, les forces spéciales se développent, ce mouvement s'accompagnant d'une grande convergence vers les modèles français et américain, lesquels s'avèrent proches.

Au sein du ministère de la défense, les différents organismes qui participent à ces missions spéciales, à savoir la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la DRM et la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), se répartissent la tâche, notamment en matière de renseignement et de lutte contre le terrorisme. Ils sont liés par différents accords fixant les modalités de leur coopération. Ainsi, le COS participe à la collecte de renseignements stratégiques au bénéfice de la DRM, tandis que cette dernière lui fournit les informations nécessaires à la réalisation de ses missions. De même, le COS et la DGGN collaborent pour lutter contre le terrorisme, par définition sans frontières, en application de plans prévoyant le concours des forces spéciales aux forces de sécurité. La DGSE et le COS interviennent également sur certains théâtres, ce qui nécessite de bien définir leurs domaines d'action respectifs. Il convient de souligner que le COS ne mène pas d'action clandestine. Certes, ses personnels agissent parfois de façon discrète, voire confidentielle, mais toujours avec leur identité réelle. C'est une différence avec la doctrine des forces spéciales britanniques et américaines. La clandestinité est un métier totalement différent, qui exige une expertise spécifique.

Aux termes de leur définition officielle, les opérations spéciales sont les actions menées par des unités des forces armées, spécialement organisées, entraînées et équipées pour atteindre des objectifs militaires ou paramilitaires, définis par le chef d'état-major des armées. Les forces spéciales constituent donc un complément, et non un substitut des forces conventionnelles ; elles n'ont nullement vocation à exécuter des missions que ces dernières sont en mesure de mener à bien. En revanche, les forces spéciales interviennent là où les forces conventionnelles ne peuvent pas agir, soit parce que ces dernières sont trop importantes, soit parce qu'elles ne disposent pas des équipements et de l'entraînement adéquats. En fait, les forces spéciales constituent la quatrième composante des forces armées françaises, aux côtés des armées de terre, de l'air et de la marine, et elles jouent un rôle croissant dans les conflits modernes. La France a d'ailleurs obtenu la certification par l'OTAN de nation-cadre pour la conduite d'opérations spéciales, avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui disposent également de ce statut. A ce titre, elle pourra être amenée à conduire la composante « forces spéciales » au sein d'une opération de l'OTAN. La France joue par ailleurs un rôle moteur, avec le Royaume-Uni, dans les réflexions engagées au sein de l'Union européenne dans le domaine des forces spéciales.

Lorsque le chef d'état-major des armées décide d'une opération spéciale, c'est au commandant des forces spéciales qu'il incombe de la planifier et de la conduire, de désigner les unités concernées, ainsi que de demander aux forces conventionnelles les moyens nécessaires à l'accomplissement de la mission. A titre d'exemple, le COS peut avoir besoin d'un sous-marin nucléaire d'attaque ou d'une frégate pour permettre la mise en place d'un commando. En Afghanistan, des Mirage 2000 ont été placés sous son commandement opérationnel lorsqu'ils participaient à une opération spéciale. Certaines unités de l'armée de terre interviennent également pour appuyer le COS dans ses missions, notamment ses unités de guerre électronique, qui permettent de réaliser des écoutes de réseaux terroristes : en Afghanistan, ces écoutes constituent un véritable atout et contribuent à hauteur de 40 % à la lutte contre l'utilisation d'engins explosifs improvisés.

L'état-major du COS compte environ 70 personnes ; auparavant situé à Taverny, il est depuis peu basé à Villacoublay, ce qui le rapproche de l'état-major des armées et facilite son fonctionnement quotidien. Cet état-major comprend des représentants de toutes les armées, ainsi qu'un officier de gendarmerie, un médecin et un ingénieur de l'armement. Ce dernier contribue à la préparation de l'avenir, laquelle constitue l'une des missions du COS, avec la réalisation proprement dite des opérations. En effet, il doit être capable de proposer des nouveaux modes d'action, afin d'améliorer la conduite de ses missions et d'apporter une plus-value indispensable à leur succès.

Le COS peut recourir aux différentes unités des forces spéciales des trois armées. Au sein de l'armée de terre, il s'agit du 1er régiment parachutiste d'infanterie de marine, orienté vers l'action, du 13ème régiment de dragons parachutistes, pour le renseignement dans la profondeur, et du détachement aéromobile d'opérations spéciales (DAOS). S'y ajoutent les cinq commandos de marine, dont le commando Hubert stationné à Toulon et spécialisé dans le combat sous-marin. Enfin, pour l'armée de l'air, doivent être mentionnés le commando parachutiste de l'air n° 10, la division des opérations spéciales d'hélicoptères ainsi que la division des opérations spéciales de transport, laquelle dispose notamment d'équipements spéciaux pouvant être installés sur les avions de transport C 130 et C 160 - le COS bénéficie d'un « droit de tirage » sur deux avions de transport. Enfin, il peut s'appuyer sur 150 réservistes d'un haut niveau de compétences, très bien sélectionnés et entraînés, qui disposent d'une expérience civile précieuse.

Les forces spéciales remplissent des missions de renseignement et d'action qui ne diffèrent de celles remplies par les forces conventionnelles que par leur importance stratégique majeure et par les conséquences politiques d'un éventuel échec, comme en témoigne l'évacuation, réussie, de l'ancien Premier ministre ivoirien, M. Alassane Ouattara, réalisée au début de 2003, sur décision commune des présidents ivoirien et français. Le COS a également participé aux côtés des forces conventionnelles, en novembre 2004, à l'évacuation des ressortissants français de Côte d'Ivoire, assurant les missions les plus dangereuses. Ainsi, le sauvetage de trois gendarmes isolés sur le toit d'une maison en flammes et environnés par une foule hostile prête à les lyncher nécessitait de la part des équipages, par-delà l'aspect athlétique, une excellente maîtrise de techniques très particulières et une capacité de réaction adaptée en cas d'incident.

La troisième mission des forces spéciales réside dans l'accomplissement d'actions dites d'environnement, ou paramilitaires. Ainsi, le COS assure des missions d'assistance militaire, soit pour former des forces spéciales étrangères, soit lorsque les formations ont lieu dans un contexte de tension susceptible de dégénérer rapidement. Dans ce cas, les forces spéciales sont capables de s'adapter rapidement à une situation de guerre et d'éviter les prises d'otages.

Le COS réalise également des expertises initiales de théâtres, par exemple lorsque l'état-major des armées veut apprécier finement la situation dans une zone en crise sans que le déploiement des personnels puisse être interprété comme une décision d'engagement militaire. De ce point de vue, les réservistes constituent un apport précieux pour l'évaluation de situations politiques ou techniques précises, telles que l'état du réseau électrique ou de traitement des eaux usées. Ainsi, le COS a été amené à s'intéresser à la réalité de situations humanitaires, présentées comme dramatiques par certaines ONG. Il a pu faire apparaître que l'afflux de populations vers certains camps de réfugiés en Afrique s'expliquait par l'importance, et donc l'attrait, des moyens qui y étaient déployés et a suggéré leur réorientation vers les villages avoisinants, afin de désengorger les camps.

Le général Benoît Puga a ensuite abordé les deux principales opérations en cours. En ce qui concerne l'Afghanistan, la décision du Président de la République d'engager les troupes françaises, prise en mai 2003 en marge du G8 d'Evian, concrétise l'engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme, déjà manifesté après le 11 septembre 2001, et a permis de resserrer les liens avec les militaires américains. Le Président de la République a souhaité que les missions des forces spéciales en Afghanistan se déroulent dans une très grande confidentialité pour deux raisons : d'une part, cela correspond au mode de fonctionnement des forces spéciales américaines, qui ne reçoivent jamais les journalistes ni les parlementaires sur leurs lieux de déploiement ; d'autre part, cette confidentialité constitue la première mesure de sécurité pour les soldats engagés, qui opèrent par petites équipes de quatre ou cinq personnes, loin de leurs bases. Un strict secret doit s'imposer à tous, y compris lors de l'analyse des missions effectuées, compte tenu de la dangerosité des terroristes. La mission des forces spéciales en Afghanistan est de rechercher les renseignements et de neutraliser les Talibans. La situation militaire du pays peut être considérée comme totalement sous contrôle. Les Talibans n'ont plus la capacité de mener une opération militaire d'envergure contre la coalition ou l'OTAN, même si de petits groupes terroristes peuvent localement constituer une nuisance mortelle, en utilisant des engins explosifs improvisés et en raison de leur connaissance du terrain. La France travaille de concert avec l'armée afghane afin de permettre au gouvernement afghan d'assumer ses responsabilités en matière de sécurité et de défense.

En Côte d'Ivoire, le COS conduit des opérations classiques de renseignement dans la profondeur, ce qui implique notamment des contacts avec les rebelles permettant de s'informer de leur état d'esprit, au profit du commandant de l'opération Licorne.

Enfin, le COS mène, avec le groupement de sécurité et d'intervention de la gendarmerie nationale, des opérations de coopération avec les forces armées de Jordanie, d'Arabie Saoudite et de Tunisie, pour former des unités spéciales de lutte contre le terrorisme.

En conclusion, les forces spéciales, qui n'opèrent pas dans la clandestinité mais dans la confidentialité, interviennent lorsqu'elles apportent une plus-value par rapport à l'action des forces classiques ou qu'il s'agit d'atteindre un objectif déterminant, par exemple lorsqu'il a fallu s'assurer du contrôle d'une piste aérienne à Bunia lors de l'opération Artemis, en République démocratique du Congo. Il convient de se méfier de la vogue des forces spéciales, relayée par les médias. Cette dernière préoccupation est partagée par le commandant américain de l'USSOCOM, inquiet d'une certaine volonté d'expansion indéfinie de ces forces à l'œuvre au sein du département de la défense. Les forces spéciales n'ont pas vocation à se substituer aux moyens militaires classiques. Une telle perspective n'est en tout état de cause pas compatible avec les moyens budgétaires et humains de l'armée française.

Le président Guy Teissier a souhaité savoir si les moyens français étaient compatibles avec ceux des forces spéciales américaines en Afghanistan, notamment en matière de transmissions. Il s'est interrogé sur l'utilisation des drones par les forces spéciales et a demandé s'il était opportun que celles-ci disposent en propre de ce type de moyens à l'avenir. Enfin, il a constaté que les forces spéciales étaient très fortement sollicitées alors qu'un faible nombre de régiments est concerné. Le format retenu est-il suffisant ? Quels sont les risques encourus si le rythme des opérations reste aussi soutenu ?

Le général Benoît Puga a souligné le caractère primordial de la compatibilité et de la qualité des équipements dont sont dotées les forces spéciales. De ce point de vue, des progrès considérables ont été réalisés à la suite des attentats du 11 septembre 2001, notamment avec l'arrivée en cours des premiers exemplaires du nouvel hélicoptère EC 725. Ce programme de 300 millions d'euros offre des capacités opérationnelles bien supérieures en termes de capacité d'emport et de rayon d'action.

En matière de transmissions, les difficultés liées au cryptage des moyens américains ont d'abord concerné l'armée de l'air, lors de la guerre du Kosovo. En Afghanistan, il convient de souligner que les forces américaines partagent sans réticence les matériels et les clés de cryptage avec les forces françaises. L'effort budgétaire doit être poursuivi dans ce domaine capital. Pour les drones, la question est de savoir si les forces spéciales elles-mêmes doivent en être dotées ou si elles doivent les utiliser ponctuellement. Actuellement, en Afghanistan, le COS bénéficie de tous les moyens américains, des B52 aux drones Predator en passant par les avions de combat. Les forces spéciales françaises expérimentent un drone spécifique, conçu en collaboration avec le 1er RPIMa, mais ce type de drones légers, très utiles en combat urbain, manque de discrétion car ils signalent instantanément la proximité de leurs utilisateurs.

Le format des forces spéciales françaises est suffisant et adapté aux capacités des armées à sélectionner et à former les personnels nécessaires. Les efforts doivent être poursuivis pour améliorer la capacité de commandement, notamment par le développement d'équipes de transmissions, afin d'assumer le rôle de nation-cadre. Le décret du 21 mai 2005 renforçant les prérogatives du chef d'état-major des armées bénéficie également au commandant du COS, notamment grâce à l'action de groupes de travail visant à concevoir les forces spéciales comme un système d'armes à part entière. Ainsi, il a été possible, dans le cadre d'un arbitrage budgétaire, d'associer le COS aux décisions et d'éviter que la cohérence d'ensemble des systèmes informatiques de commandement soit affectée.

Il convient de poursuivre l'effort engagé pour améliorer la cohérence d'ensemble. La prise de conscience du rôle indispensable des forces spéciales par l'ensemble des armées est réelle et les travaux actuellement menés vont dans le bon sens.

M. Alain Moyne-Bressand s'est interrogé sur l'emploi des forces spéciales en Afghanistan et leurs relations avec les forces américaines. Le maintien des forces spéciales françaises dans ce pays s'inscrit-il dans le cadre de la lutte antiterroriste ou contribue-t-il au maintien de l'ordre pour la sécurité du pays ? Par ailleurs, après avoir annoncé l'arrestation d'un individu considéré comme terroriste de premier plan, voire suggéré qu'il pouvait s'agir de Ben Laden, les Américains sont revenus à une attitude plus réservée. Sait-on aujourd'hui si Ben Laden se trouve toujours en Afghanistan ?

Le général Benoît Puga a signalé qu'il convenait de distinguer l'action des forces spéciales du travail exécuté par la force Pamir dans le cadre de la force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS). Cette dernière remplit une mission de stabilité et de sécurité et doit permettre au processus politique de se dérouler dans des conditions satisfaisantes. Les forces françaises participant à la FIAS n'accomplissent donc pas des tâches de maintien de l'ordre mais contribuent à la formation des forces locales chargées de cette mission.

En revanche, les forces spéciales françaises participent à la lutte antiterroriste dans le cadre de l'opération Arès. Les Américains concentrent leurs efforts dans l'est et le sud-est du pays, notamment le long de la frontière pakistanaise. Ils n'ont pas la prétention d'éradiquer tous les mouvements et réseaux terroristes mais ont pour objectif d'exercer une pression telle que ceux-ci ne puissent agir à leur aise. L'imbrication de plusieurs phénomènes profite toutefois aux terroristes. Il s'agit, en premier lieu, des règlements de comptes entre tribus rivales ; en second lieu, l'attitude de chefs de guerre ou de responsables locaux qui, sous couvert de lutte contre le terrorisme et les talibans, protègent leur propre autorité et leurs trafics complique la situation ; enfin, la recrudescence des actions de lutte contre la drogue, menées actuellement par les forces britanniques, provoque des réactions de rejet de la population, celle-ci n'ayant plus de moyens de subsistance dans la mesure où la destruction des champs de pavots n'est accompagnée par aucun projet économique alternatif.

S'exprimant à titre personnel, le général Benoît Puga a rappelé que, issu d'une famille saoudienne très influente, Ben Laden utilisait des réseaux qu'il avait longuement tissés, notamment au Pakistan. Il serait déraisonnable d'imaginer pouvoir le couper de tout soutien, notamment de type familial et dans la zone tribale. Il est sans doute toujours vivant mais peut être caché dans plusieurs pays.

M. Jean-Michel Boucheron a estimé qu'au regard de l'avenir des conflits, du développement du terrorisme et des nouvelles formes de luttes internationales, un outil comme le COS, et les forces qui le composent, paraît mieux approprié que d'autres. Il peut donc être tentant de répartir différemment l'effort budgétaire. Compte tenu de la menace, les forces spéciales françaises ont-elles atteint leur masse critique ? Par ailleurs, le COS a certainement besoin d'outils particuliers. Le commandant des opérations spéciales a-t-il la possibilité d'orienter les choix d'acquisition et de développement de matériels, notamment ceux peu susceptibles d'intéresser les armées en général ?

Le général Benoît Puga a estimé que la masse critique était aujourd'hui acquise. Le volume actuel de forces est jugé nécessaire et suffisant, sous réserve d'une possibilité d'accroissement des capacités de l'état-major, dont il serait souhaitable de porter l'effectif de 70 à 100 personnes. L'augmentation du volume des forces spéciales poserait la question de l'adaptation du recrutement, de l'entraînement et de l'équipement et donc, de fait, toute l'organisation actuelle des forces conventionnelles serait à revoir. Les forces spéciales peuvent répondre au volume d'engagement actuel, sauf si des missions de plusieurs années doivent être remplies simultanément.

S'agissant des équipements, le COS participe aux choix opérés et peut veiller à la cohérence d'ensemble. Sans être excessivement coûteux, les matériels particuliers dont il a besoin peuvent parfois nécessiter un effort financier soudain et urgent. Or, les procédures de marchés publics, comme celles de définition de programme, sont par nature longues. Par ailleurs, des aménagements nécessaires de procédures sont en cours, afin qu'un matériel validé par une armée soit accepté en opérations par les autres. Pour les matériels neufs, comme l'hélicoptère EC 725, les procédures d'utilisation seront identiques pour toutes les armées. La question d'une responsabilité budgétaire du COS dans le cadre de la LOLF peut se poser. Toutefois, afin d'éviter les doublons, le COS préfère exprimer un besoin d'acquisition d'un matériel auprès du chef d'état-major des armées, celui-ci désignant ensuite une armée pour piloter les procédures techniques d'évaluation et d'acquisition.

M. Jean-Louis Bernard a souhaité savoir comment s'articulaient les activités du COS et celles du centre d'entraînement de Cercottes.

M. René Galy-Dejean s'est étonné qu'une unité de la 11ème brigade parachutiste, le groupement de commandos parachutistes (GCP), qui existait avant la création du COS, n'ait pas été intégrée à ce dernier. N'est-elle pas redondante avec d'autres unités du COS ?

Le général Benoît Puga a signalé que le centre de Cercottes dépendait du service action de la DGSE. Si des contacts sont établis avec la DGSE pour la mise au point ou l'acquisition de matériels ou d'équipements d'intérêt communs, opérations clandestines et opérations spéciales restent deux activités distinctes.

S'agissant du GCP, cette unité est parfaitement complémentaire du COS. Elle est absolument nécessaire à l'armée de terre pour conduire en profondeur une action tactique, tandis que l'intervention du COS s'inscrit dans le domaine stratégique.

Constatant qu'en Afghanistan, les forces françaises utilisaient les moyens de transmission et les clés de cryptage américains, M. Jean Michel s'est interrogé sur les moyens français équivalents en la matière. Est-il vraiment nécessaire d'être autant assujetti à une autre nation ? Par ailleurs, quels sont les efforts qui devraient être réalisés afin de disposer de capacités d'action autonomes pour des missions de longue durée ?

Le général Benoît Puga a indiqué que les forces françaises disposaient de moyens leur permettant d'assurer le cryptage et la transmission de données, y compris sur de longues distances, en parfaite autonomie. Les capacités françaises sont comparables, voire supérieures, à celles des Britanniques, surtout depuis la mise en service du satellite Syracuse III-A.

En Afghanistan, les forces spéciales françaises sont sous commandement américain. La France a d'emblée estimé indispensable de travailler sur le même réseau chiffré que les Américains, ce qui n'a d'ailleurs soulevé aucune difficulté de leur part. Les Américains disposent d'un système de transmission portable muni d'une antenne parabolique, le PRC 117, très efficace et que la France a acquis pour répondre ponctuellement aux besoins. La France doit poursuivre son effort de développement de moyens satellitaires portables, certes non nécessaires aux autres armées mais indispensables au COS.

S'agissant des capacités d'action du COS, s'il fallait dépasser le seuil de 500 à 600 hommes déployés simultanément dans des opérations s'inscrivant sur une durée de plusieurs années, il faudrait alors se résoudre à réduire l'entraînement. Après avoir été contraints de renoncer à tout recrutement et tout entraînement pour déployer le maximum d'effectifs, les Britanniques sont aujourd'hui confrontés à de réels problèmes de recrutement. La France s'exposerait également à des difficultés importantes si elle devait dépasser ses capacités actuelles de projection.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sympa cet article, merci pour l'avoir posté. Je ne savais pas qu"il y avait dstinction entre actions clandestines sous couvert de la DGSE, et les actions des forces speciales, qui ne sont pas clandestines. Interressant.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sympa cet article, merci pour l'avoir posté.

Je ne savais pas qu"il y avait dstinction entre actions clandestines sous couvert de la DGSE, et les actions des forces speciales, qui ne sont pas clandestines. Interressant.

En effet ,toutes les actions DGSE :Homo ,Obs ,Arma réalisées par des militaire opérateurs de la division opération se doivent être confidentielles ,clandestines ,actives ,exécutées en civil ,contrairement à celles de nos membres du COS ,ils interviennent en tenue militaire.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet ,toutes les actions DGSE :Homo ,Obs ,Arma réalisées par des militaire opérateurs de la division opération se doivent être confidentielles ,clandestines ,actives ,exécutées en civil ,contrairement à celles de nos membres du COS , ils interviennent en tenue militaire.

J'ai ouvert un débat à ce sujet :

http://air-defense.net/phpBB/viewtopic.php?p=83061#83061

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je profite de cette annonce sur une commande pour réunir en un seul fil de discussion tout ce qui tourne autour et qui parle du COS et de nos forces spéciales.

Le commandement des opérations spéciales (COS) français a reçu en moins de trois mois des drones (avions espions sans pilote) Skylark de la firme israélienne Elbit Systems. Le montant du contrat serait inférieur au million d'euros, selon la délégation générale pour l'armement, ce qui laisse entendre que les quantités resteraient (encore) très modestes (quatre à six appareils). Le même COS a également, en moins d'un mois, reçu des radios américaines, très utiles pour les missions sur le théâtre afghan.

http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=1608.0

Forces spéciales et équipements en page 17.

http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=6733.0

Commandos de l'armée française en page 12.

http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=8594.0

Forces spéciales ? en page 7.

http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=8929.0

Organisation du COS

http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=9948.0

Des H&K 416 pour l'armée française. en page 3

http://www.air-defense.net/Forum_AD/index.php?topic=9821.0

Forces spéciales d'aujourd'hui en page 3.

Messieurs Berkut & Arkhileus, à vos regroupements  :lol: Merci

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,j'aimerai savoir quel est le matériel du 1°RPIMa ,ses armes ainsi que du type d'uniforme utilisé.

merci

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

google est une invention formidable...et le site du ministère de la défense encore d'avantage.

la rubrique armement spécifique est totalement consacré aux armemnts spéciaux mis en oeuvre par les forces spéciales, 1er RPIma en tête de liste.

Leur armement est tellement diversifié qu'il est quasiement impossible de faire une liste... je suis sur qu'ils ont même des Ak47 de récup et des RPK malgré qu'ils ne l'ont jaamis dit ouvertement.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils ont des :

HK USP (9 mm)

Glock 17 (9 mm)

FN P90 (5.7x28 mm)

M4/M16A2 (modifié à la française) [5.56x45 mm]

M203 (40x46 mm)

PGM Hécate II (12.7x99 mm)

PGM Ratio (7.62x51 mm)

FRF2 (7.62x51 mm)

FAMAS (5.56x45 mm)

HK MSG90 (7.62x51 mm)

HK G3 (7.62x51 mm)

Mk.18 (40x46 mm)

ANF-1 (7.62x51 mm)

Et puis c'est tout j'crois.

Et pour l'uniforme c'est comme les troupes régulières Camo centreeurope

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On évoque l'entrée du 1 RHP dans le COS d'après le mensuel RAIDS n°312.Hypothèse entendue à plusieurs reprises.

Migration d'une unité d'appui comprenant artillerie, génie et surtout cavalerie spécialisée.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On évoque l'entrée du 1 RHP dans le COS d'après le mensuel RAIDS n°312.Hypothèse entendue à plusieurs reprises.

Migration d'une unité d'appui comprenant artillerie, génie et surtout cavalerie spécialisée.

s'est marrant ,je me doutais depuis longtemps que sa arriverait .

une impression que j'avais depuis un bon moment est en train de voir le jour ... on va finir par avoir un un gros régiment TAP pour l'appui du COS .

on parle d'une migration d'une "unité d'appui" comprenant artillerie ,génie et surtout cavalerie spécialisée vers le COS ,mais pas de précision si s'est vers un régiment d'infanterie TAP  genre 1°RCP si je me base sur des "bruits" de bibi (je met entre guillemet bien sûr  ;) )mais  qui serait l'ossature d'un régiment appui FS ?

je pense qu'en ses temps de crise ,on a du mal à pouvoir justifié une 11°BP qui reste un luxe au vu de la flotte d'avions de transports qui ne peu peu même pas largué un ou deux régiment complet (je sais que largué toute la 11°BP ne peut-être largué en une seul fois ...) ,si tant est que toute les conditions soient réuni (tactique etc...) .

le 1°RHP (idem pour le 35°RAP et ses TRF1 ) qui m'a toujours semblé anachronique de part ses ERC sagaies comme unité parachutistes ...certes les puristes me diront que sa reste un vivier de personnels pour partir en mode light ... mais avec avec la ressource en Régiment d'Infanterie Parachutiste au sein de la 11°BP ,je pense qu'il y a de la marge de se côté là ...

on peu me dire aussi que la capacité de la 11°BP de passé du mode infanterie légère en mode Infanterie motorisé sous blindage est un + pour faire face à des opérations

"haute intensité" alors qu'à l'heure actuelle ,tout se fait sous blindage même en Afrique pour des opérations largement moins violente qu'en Afghanistan ...

je pense qu'on se dirige vers une réorganisation de la 11°BP ,et se qui m'aiguille sur cette idée s'est qu'on parle de fermé un Régiment ALAT ...

je pari que celui qui fermera sera un des deux régiments ALAT installé dans l'Est ...

et celui qui restera dans l'Est ,sera uniquement équipé de Tigres ...

le 5°RHC basé à Pau (proche au niveau régions de la 11°BP ) sera uniquement équipé en NH90 ,donc une mission de transport au profit de la 11°BP qui deviendra une brigade aéromobile .

il y a une mutation de l'Arme Parachutiste ,et bien que celle-ci tente de se maintenir dans son format  comme pour toute Arme à son niveau et à certaines période de l'histoire ,même avec le lobbying (officier parachutiste arrivé dans les hautes sphères) les réalités sont présente et ne peuvent être ignoré ...

quels sont ses réalité ?

comme dit plus haut pas de moyen :

plus de grosses opérations aéroporté ,la dernière fut Kolwezi ,et lors des derniers évènements en république de centre Afrique se fut un saut de GCP sous voiles pour renforcé un poste ...

et si une opération d'envergure devait avoir lieu ,un paquet de paramètre tactique ,menace aérienne ,défense anti aérienne ,etc ... devrait être pris en compte ...

une flotte d'avions de transport réduite .

des sauts réglementaire qui bouffe le potentiel des avions de transport très sollicité ailleurs qu'en France .

des soldes à l'air qui coûtent ,une Brigade Parachutiste sa fait un paquet d'argent ...les Chasseurs Alpin sont très physique et s'entraînent en montagne ,et comme on peu le constaté coûte la vie à des personnels ,voir les accidents récent ou sont décédé des personnels de la Brigade de montagne ...et pas de de solde "spéciale" pour eux ...

on parlé déjà de ne plus donné la solde à l'air à des personnels "administratif" dans les unités TAP (à confirmé mais j'ai eu sa comme écho ) .

avec cette période de crise et une analyse des missions actuelles ,moyens disponible pour l'aéroporté ,le lobbying TAP a du mal à justifié le maintien d'une Brigade TAP au vu de l'état actuel des choses ...

on sauve les meubles je dirais ,et tandis qu'une parti (pas énorme ) ira au COS ,le reste de la 11°BP va voir pas mal de chose  changé car se transformant au fur et à mesure en Brigade aéromobile ,et donc plus de saut donc plus de solde à l'air ...

il ne faut pas oublié une chose ,le remplacement du VAB par le futur VBMR va aussi être un facteur non négligeable car la flotte de VBMR n'aura pas la même masse de véhicules que l'aura été la flotte de VAB issu d'une armée de "masse" (avant la professionnalisation ) qui a permit d'équipé la 11°BP ainsi que d'avoir de la ressource en pièce détachée et véhicule de "remplacement" pour l'armée de terre jusqu'à maintenant ...

avec une flotte de VBMR calculé pour le format armée professionnelle ,la 11°BP va devoir évolué vers l'aéromobile .

s'est inéluctable ,et les pro TAP le savent ,donc sa va piqué aux yeux en avançant dans le temps mais les faits sont là ...

certes dans le domaine aéromobile ,on sait que toute les unités d'infanterie sont capable de faire le travail ,mais avec un lobbying des pro TAP et une brigade de 8000 ,on ne peu disons dissoudre et basculé ses effectifs dans d'autres unités non TAP du jour au lendemain .

de plus ses unités TAP se trouvant proche du 5°RHC (qui sera le régiment de manoeuvre de l'ALAT ) ,permet aux pro TAP de gardé la 11°BP en tant que Brigade avec son histoire même si la spécialité a évolué (plus de saut mais des missions héliportées) .

il ne faut pas se leurrer ,même cette futur brigade aéromobile issu de la 11° BP verra au fur et à mesure ses effectifs réduits ( on passera de 8000 à 4000 hommes ) ,et je peux comprendre que les gens des régions attachés à ""leurs régiments" implanté depuis des années seront triste ,mais dans le nord et dans l'est nombre d'unités complètement intégré dans ses régions (plus d'un siècle pour pas mal d'entre elle ) ont été dissoute car l'armée de terre avait réévalué ses besoins .

le COS va avoir son équivalent des Rangers US en terme de régiment d'appui ,mais un modèle disons plus inter-arme basé sur un régiment d'infanterie (1°RCP) ,et des unités issu du 35°RAP ,RHP et 17°RGP qui de par leur spécificité adapté ,apte à opéré au profit du COS sans l'alourdir .

car un panel de spécialité (génie ,artillerie et cavalerie spécialisé ) ne peuvent être forcément assimilable pour des FS qui disons doivent assuré un panel de mission déjà important .

on arrive à une limite de se que peu faire une unité de FS ,car trouvé des personnels avec le critères physique et psychologique et qui disons ont une spécialité d'ordres technique :le petit génie de l'informatique ,spécialiste dans des domaines autres que se que faisait  les FS par le passé mais qui deviennent incontournable de nos jours ben s'est pas évident de trouvé l'opérateur ayant toute ses qualités .on arrive à un moment ou l'opérateur FS ne peu tout assimilé ,ou être capable de maîtrisé un panel de spécialité .

un artilleur par exemple aura le petit truc que n'aura pas l'opérateur FS (s'est pas "inné" je dirais ) en se qui concerne une mission ou l'artillerie aura son rôle à jouer dans une opération au profit des FS .

il manquait un lien entre le COS et la "régulière" ,et je pense qu'on part vers cette optique .

l'Afghanistan (et ailleurs ) à permit de disons de mettre en avant se manque de liaison ,à l'heure actuelle ou l'environnement n'est plus forcément aussi tranché en terme de mission .

en espérant être pas trop confus  :-[

PS : mais propos ne remette pas en cause la valeur ou l'histoire des unités TAP ,mais le monde change .

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est assez étrange pour le 1er Hussard. Je vois pas l'utilité pour le COS.

Pour un renfort génie: Ok. Le reste: ???

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est assez étrange pour le 1er Hussard. Je vois pas l'utilité pour le COS.

Pour le COS, je sais pas, mais pour d'autres.... Ne pas dissoudre l'unité ;)?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui. Oui.

C'est seulement cela.

Nous ne sommes pas dans une analyse mais dans une guerre de chapelle à trois francs.

Nous sommes déjà sur-capacitaire en force aérolargable. Il faut savoir que le nombre de poste budgétaire "parachutiste" se monte à 13000 pour l'armée de terre. Le jour où Bercy auditera cela, l'on va rire.

Juste une précision: un régiment parachutiste ne coûte pas cher à la différence d'un régiment mécanisé.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 1e RHP a démontré son utilité en Afrique, il apporte un appui aux unités d'infanterie non négligeable.De même comme il est intégré à la brigade cela facilite l'interopérabilité.A moins que l'on change le fonctionnement des régiments de cavalerie, en les sortant de leurs brigades d'appartenances, en créant un "pool" cavalerie, déployable selon les besoin ? On peut dire la même chose pour l'artillerie.

Pour le COS je ne vois pas l'intérêt d'avoir un régiment de cavalerie rattaché.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un canon, c'est utile.

Mais en appui de quoi en action spéciale?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'avais envie de parler  :lol: Gibbs

effectivement  :lol:

peut-être le manque de sommeil*  :O

*j'ai fêté un départ  =) ;)

mais juste une coupe de champagne (faut assuré le retour de la petite famille à la maison )mais j'ai du mal avec les heures tardives   :P

C'est assez étrange pour le 1er Hussard. Je vois pas l'utilité pour le COS.

Pour un renfort génie: Ok. Le reste: ???

+1

il y a le 2°hussard qui pourrait être plus utile au COS ,car sa fait longtemps que se régiment ne fait plus dans le "blindé" au vu de ses missions actuelles .

Pour le COS, je sais pas, mais pour d'autres.... Ne pas dissoudre l'unité ;)?

+1

on essaie de casé les premiers qui se feront sabré si une possible évolution vers l'aéromobile de la 11°BP  pointe son nez comme je l'avais senti depuis longtemps ...

Oui. Oui.

C'est seulement cela.

Nous ne sommes pas dans une analyse mais dans une guerre de chapelle à trois francs.

la 11°BP case le RHP et des unités issu du 35°RAP et du 17°RGP ,s'est qu'il y a bien quelques chose qui se prépare et je pense qu'il n'y a pas de fumé sans feu ...

il y a une guerre de chapelle s'est évident ,mais si celle-ci a lieu s'est qu'il y a péril en la demeure ...

et les pro TAP savent que le changement arrive ,donc on parle de cavalerie spécialisé ...pas forcément dans le sens cavalerie mais renseignement à l'image du 2°RH ...

avec une transformation du RHP basé sur le 2°RH ...

pour le génie ,s'est sûr qu'il y a un intérêt ,mais d'avoir aussi des spécialistes en Artillerie en terme d'observation et acquisition s'est aussi intéressant pour le COS je pense .

afin de sauver les meubles on va casé le reste ,35°RAP et 17°RGP au sein des régiments d'infanterie TAP ,une batterie sur 120 et une compagnie de génie  dans chaque régiments d'infanterie parachutistes .

les défenseurs de la 11°BP retardent l'échéance je dirais ,car on gicle le lourd en faisant du passe-passe .

présenté comme sa ,on garde une 11°BP sans sagaie et sans 155 TRF1/CAESAR ,ainsi que des moyens de génie lourd ...

donc effectivement ,s'est une affaire de chapelle mais pas une des plus petites chapelles  ;)

comme je le dit pas de fumé sans feu .

Nous sommes déjà sur-capacitaire en force aérolargable. Il faut savoir que le nombre de poste budgétaire "parachutiste" se monte à 13000 pour l'armée de terre. Le jour où Bercy auditera cela, l'on va rire.

+1

Juste une précision: un régiment parachutiste ne coûte pas cher à la différence d'un régiment mécanisé.

donc s'est la conception d'emploi qui coûte cher ,enfin la double étiquette infanterie légère et "DLB" qu'à put récupéré la 11°BP afin de perduré .

comme je le dit ,le remplacement du VAB par le VBMR (et il y en aura moins ,en comparaison du parc VAB ) ,tout comme l'arrivé du CAESAR qui a vu les commandes réduites il me semble ...me fait pensé que les gens de la BP savent que le mécanisé et "motorisé"(l'appellation a changé il me semble )  reste incontournable sur un conflit d'importance ,et que la solution pour la 11°BP s'est de repassé en mode light .

délesté de se matos lourd en positionnant sur d'autres mission les anciens régiments d'appui de la 11°BP ,elle justifie sa mission .

en espérant être pas confus  :P

Le 1e RHP a démontré son utilité en Afrique, il apporte un appui aux unités d'infanterie non négligeable.

comme d'autres unités l'ont fait en Afrique sur le même type de matériel  ;)

personne ne remet en cause la qualité du RHP dans ses missions Africaine ou autres  ;) ...

mais la 11°BP ne peu plus justifié de la présence de matos lourd en son sein ,vu que déjà dans le cadre d'une possible opération aéroporté de grande ampleur on ne pourrait même pas envoyé un escadron complet de sagaie car pas les moyens de le faire ...

De même comme il est intégré à la brigade cela facilite l'interopérabilité.A moins que l'on change le fonctionnement des régiments de cavalerie, en les sortant de leurs brigades d'appartenances, en créant un "pool" cavalerie, déployable selon les besoin ? On peut dire la même chose pour l'artillerie.

on a déjà testé la brigade Artillerie ,et se ne fut pas le top ...

Pour le COS je ne vois pas l'intérêt d'avoir un régiment de cavalerie rattaché.

comme je l'explique plus haut ,on parle de cavalerie spécialisée ,mais se n'est pas dans le sens cavalier sur blindé ,mais plutôt vers une transformation du RHP comme l'avait fait le 2°RH qui a largué ses AMX10RC pour partir dans le renseignement .

il va y avoir de l'évolution à la 11°BP ,et le lobbying TAP case comme il peu ses unités qui sont trop lourde par rapport à la mission .

Un canon, c'est utile.

Mais en appui de quoi en action spéciale?

+1

voir l'éclaircissement que j'ai fait quand on parle de cavalier spécialisé ,s'est plutôt une référence à se qui s'est fait avec le 2°RH  ;)

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je comprend bien tes propos, le 17ème RGP et le 35ème RAP sont éclaté et leurs sections envoyé dans les autres régiments parachutistes.

En termes de moyens, il y a abandon des matériels lourds tel que 155 TRF1 / CAESAR ou les ERC90 sagaie.

Quel est le moyen feu dispo, le mortier de 120 mm ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est paradoxal, quand on sait que pour l'Afghanistan le 1er rhp  a reçu des AMX 10 RC pour participer au conflit avec le reste de la brigade.

Quand à revenir sur du léger, pour moi c'est une ineptie. Tous les conflit récents ont nécessité des blindés légers, des chars légers, une artillerie.

Il faut conserver une capacité aéroportée, mais que ce soit la brigade alpine ou la brigade parachutiste, ils doivent pouvoir savoir combattre sous blindage.

Pour le 1er RHP son rôle est d'être débarqué rapidement sur un aéroport qui aura été pris auparavant, à quoi bon faire une opération aéroportée, si c'est pour être anéanti par manque d'appui ?

Pour le COS le renseignement est une de ses premières missions, à quoi bon lui donner un régiment de plus, pour cette mission.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut conserver une capacité aéroportée, mais que ce soit la brigade alpine ou la brigade parachutiste, ils doivent pouvoir savoir combattre sous blindage.

Sauf si l'évolution vers l'aéromobile se fait sous la forme d'une toute petite brigade (un bataillon renforcé au max) dont le but est l'intervention pure style prise d'aéroport/cavalerie aérienne, le reste des régiments paras étant de fait reconvertis en infanterie légère stricto censu (une autre brigade, une répartition dans les existantes, ou un faux semblant les voyant entrer pleinement dans ce rôle sans changer d'appartenance théorique, la BP demeurant en théorie?). Quand à l'appui blindé, c'est un peu le thème en discussion, par exemple avec le CRAB de Panhard qui apparemment s'inscrit dans une autre approche, celle du blindé léger "utile" dont 3 tout prêts au combat sont faits pour être amenés dans un seul A-400M.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais n'est ce pas le rôle du COS de faire ce genre d'opérations ou à la rigueur du 2e REP et des GCP ?

Pour le CRAB je le vois plus comme un engin de reconnaissance, rapide, discret, pas pour faire de l'appui .

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tout ceci ressemble à la division en deux de l'armée romaine tardive. Des limitanei composés d'infanterie classique et de quelques MBT +  Caeser et un comitatus/Schola Palatina pompeusement appelée COS chargée de jouer les pompiers sans préjudice du maintien de véritables unités de FS en leur sein, les para du 13' faisant offices d'exploratores.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5072
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    Arnaud L
    Membre le plus récent
    Arnaud L
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20014
    Total des sujets
    1067382
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets