Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine Australienne: modernisations, acquisitions et exercices navals.


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

Il y a 6 heures, mudrets a dit :

Un peu langue de putes tout de même

Ça pourrait nous renvoyer à ceci.  déjà discuté ici . 

https://www.bbc.com/news/business-37171856

Cela signifie t il  que les australiens en avaient eu vent très tôt … depuis 2010 , et qu’ils ont attendus le moment opportun pour balancer cette boule puante en plein basic design Shortfin ? 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, Titus K a dit :

(which does not have to be refuelled in its entire life and therefore considerably reduces running costs and increases operational availability)

Je n'aime vraiment pas cette phrase, que je vois quasiment partout dans les médias mais qui est une simplification excessive, presque fausse en fait au final.

J'imagine si les Collins avaient été à propulsion nucléaire HEU, augmenter leur temps de service aurait été impossible sans grand renfort d'énormes budgets dédiés uniquement à ce problème.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, Titus K a dit :

Ils n'ont besoin de personne pour designer des horreurs en tout cas  :laugh: 

 

Bah c'est à dire que dans ces dimensions là...

Ce genre de formes est un bon compromis, entre:

le cylindre de révolution (section circulaire), très sympa en hydro, mais mais mais hyper chiant à aménager !

et le cylindre de section rectangulaire (plus connu sous le nom de parallélépipède) (oui j'aime bien faire chier les gens sur les définitions mathématiques des objets c'est ma passion dans la vie https://fr.wikipedia.org/wiki/Cylindre )

Tu rajoutes des besoins de faces planes pour des senseurs latéraux etc. et tu retrouves bcp d'engins qui se ressemblent pas mal.

Et les enceintes qui résistent à la pression sont des cylindres de révolution ou des sphères, mais disposées à des endroits plus arrangeant.

Un poisson panné, ou une savonnette selon l'inspiration.

Côté Français par exemple :

 

jzlm44n4kcb91.jpg

ulyx7.jpg

et chez NG, après une première version aux formes assez "biologiques",

on dirait que le dernier jus en essais est revenu à qqschose de plus "géométrique"

MjAyMzA5NGIxZjU2NzE5ZDU3YmI1MzI1MDk1ZjI0

 

Et ailleurs

 

 

aux US :

 

280149532_368897345268084_54459689265764

 

En Corée du Sud

Public_appearance_of_Navys_ASWUUV_at_Sou

 

 

Edited by Eau tarie
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Un seul Virginia demandé sur la FY25 US: bonne ou mauvaise nouvelle pour les australiens ?

https://news.usni.org/2024/04/18/navys-single-sub-buy-plan-raises-concerns-with-congress

Courtney said he was in touch with Australian officials about how the one submarine purchased in FY 2025 could affect the tripartite submarine agreement between the U.K., the U.S. and Australia. To meet the Australian demand for three to five Virginia-class attack boats and also build the Columbia-class ballistic missile submarine, Newport News and Electric Boat would have to build at a rate of 2.33 Virginias per year.

“They’re still very much committed to AUKUS and they’re watching this very closely. I can tell you that they have also been talking to the Navy and at this point this has not changed their decisions to make investments in the U.S. industrial base,” Courtney said to reporters.
“Which is an amazing decision on their part. But certainly, the media noise in Australia viewed [the one Virginia buy in 2025] as a potential obstacle for AUKUS.”

Subcommittee chairman Rep. Trent Kelly (R-Miss.) said cutting an attack submarine will not allow the U.S. to get to the build rate it needs to support the Australians.

“Sending a strong demand signal is essential for maintaining industrial capabilities and international confidence in our naval production,” Kelly said in his opening statement. “Reducing our order from two boats to one in this year’s budget does not inspire confidence, nor does it forecast stability to our industry partners and allies.”

Some lawmakers, like Senate Appropriations Committee defense subcommittee chairman Sen. Jon Tester (D-Mont.), echoed Navy Secretary Carlos Del Toro’s criticisms of industry over the last few months.

Secretary Del Toro, you had a 45-day review of Navy shipbuilding and documented a three year delay in the new frigate program, a two-year delay in the latest aircraft carrier, two to three year delay in Virginia-class attack submarines, a 12 to 16 month delay in the Columbia-class submarine This is despite unprecedented support by Congress,” Tester said Tuesday during his subcommittee’s hearing.

“Headlines and delays like this should constitute a full-blown emergency for the Navy and shipbuilding industry. I know there are no quick fixes, but I have yet to see what either party is prepared to do about it. And to be specific, who’s being held accountable?”

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • 3 weeks later...
  • 2 weeks later...

Et ben, ils ne sont pas sorti des orties les marins australiens :tongue:

https://www.abc.net.au/news/2024-06-07/submarine-bossmulti-billion-aukus-payments/103952528

(Et, j'ai cru mal voir sur cet article, mais l'image utilisée n'est-elle pas celle des sous-marins néerlandais proposés par NG ? https://www.thedefensepost.com/2024/06/14/australia-aukus-submarine-operations-training/

Au moins ils essayent d'avancer un peu, mais je dois le lire en détail pour voir ce qu'ils disent vraiment...)

Edited by SLT
Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, SLT a dit :

(Et, j'ai cru mal voir sur cet article, mais l'image utilisée n'est-elle pas celle des sous-marins néerlandais proposés par NG ? 

Non.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, osuspir a dit :

C’est sans doute pourquoi Naval Group, entre l’annonce du pacte Aukus en septembre 2021, et la présentation de sa feuille de route détaillée, dix-huit mois plus tard, a travaillé sur une contre-offre, visant à fournir à l’Australie des sous-marins nucléaires. Une incroyable révélation d’Andrew Fowler : la France n’a en effet jamais fourni la pièce maîtresse de sa défense à un autre pays, et elle était visiblement disposée à le faire pour celui qui venait de lui planter un couteau dans le dos…

La France aurait donc peut-être pu faire une proposition similaire aux canadiens ? Si ils s'étaient décidés à considérer la propulsion nucléaire ! 

Surtout que le canada a déjà ue industrie nucléaire civile (certes tres differente) ... à l'inverse de l'australie.

Edited by Titus K
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, osuspir a dit :

Crise des sous-marins: révélations sur la volte-face de l’Australie

https://www.lefigaro.fr/international/crise-des-sous-marins-revelations-sur-la-volte-face-de-l-australie-20240624

  Masquer le contenu

RÉCIT - Le livre-enquête du journaliste australien Andrew Fowler dénonce la duplicité du gouvernement australien de Scott Morrison, qui pour des motifs électoraux, a rompu le «contrat du siècle» avec Naval Group.

C’est un réquisitoire très informé et sans appel. Dans un livre-enquête à paraître le 2 juillet en Australie, le journaliste Andrew Fowler revient en détail sur la rupture du plus important contrat d’armement jamais décroché par la France, la fourniture de douze sous-marins par Naval Group à la marine australienne pour un montant de 35 milliards d’euros, ainsi que sur les manœuvres, orchestrées par Canberra, Washington et Londres pour tromper les Français, avant de révéler leur alliance pour contenir la Chine, l’Aukus.

Nuked rappelle une évidence qui a pu échapper à certains, en France, lorsque la trahison a éclaté au grand jour. Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Australie voit les États-Unis comme son plus proche allié, mais également son protecteur. L’idée de s’embarquer dans une telle collaboration avec les Français a d’emblée déplu à certains hauts gradés au sein de l’armée, tout comme à de nombreux cadres de la droite australienne, pour qui l’alliance avec Washington est indépassable.

Les Australiens envisageaient de s'approprier le système de propulsion, puis de rompre le contrat avec Naval Group pour construire ensuite eux-mêmes leurs sous-marins

Mais comme les États-Unis ne fabriquent pas de sous-marins conventionnels, l’Australie s’est tournée vers d’autres fournisseurs : le Japon, l’Allemagne et la France, dont l’offre était de très loin supérieure. Non seulement elle répondait à toutes les exigences australiennes, mais ses sous-marins, équipés d’un système de propulsion unique en son genre, étaient parmi les plus silencieux du monde. Une technologie chèrement protégée par Naval Group, que certains au sein du ministère australien de la Défense, auraient bien aimé nous voler… C’est ce qu’affirme David Gould, un expert britannique engagé comme consultant par le gouvernement australien, qui fut étroitement impliqué dès le début du processus de sélection des sous-marins.

Selon cette source, citée dans le livre d’Andrew Fowler, les Australiens envisageaient de s’approprier le système de propulsion, puis de rompre le contrat avec Naval Group pour construire ensuite eux-mêmes leurs sous-marins. « Je n’ai pas pu recouper cette information, concède Andrew Fowler. Mais j’ai échangé en off avec plusieurs personnes du ministère de la Défense, et ils sont capables d’une telle franchise sur leurs objectifs avec les gens dont ils pensent qu’ils ne parleront pas à la presse.»

Un accord est finalement trouvé mais, très peu de temps après, Scott Morrison devient premier ministre. Il est bien moins modéré que son prédécesseur Malcolm Turnbull, et surtout beaucoup plus pro-américain. Il n’aime pas ce pacte conclu avec la France, et décide de le torpiller.

Les couteaux s’aiguisent

Tandis que les couteaux s’aiguisent, à l’abri des regards, avec Washington et Londres, son gouvernement commence à diffuser des informations négatives sur Naval Group. Les différences culturelles sont pointées du doigt : on reproche aux Français leur manque de ponctualité, leurs déjeuners trop longs, leurs pauses cigarette… On les accuse aussi de retards (réels, mais qui ne remettaient pas en cause le calendrier global) et on dénonce une « explosion » des coûts qui n’en est pas une : elle correspond en fait à l’inflation attendue au cours de la durée d’exécution du contrat, qui court sur vingt ans.

En parallèle, Scott Morrison emploie une rhétorique de plus en plus guerrière vis-à-vis de la Chine, présentée comme une menace majeure, susceptible d’envahir l’Australie ou de la cibler avec des missiles, afin de préparer l’opinion à la nécessité d’opter pour des sous-marins nucléaires, dans un pays qui y reste largement opposé.

Tout cela pour ne pas perdre les prochaines élections, qui s’annoncent très mal pour Scott Morrison. « Il a voulu apparaître comme l’homme fort, qui tient tête à la Chine et attaquer les travaillistes sur la sécurité nationale, un sujet sur lequel le Parti libéral pense être plus solide », rappelle Andrew Fowler.

La stratégie fut en partie payante. Si Scott Morrison a quand même perdu les élections, les travaillistes, prévenus comme Emmanuel Macron la veille de l’annonce du pacte Aukus, n’ont eu d’autre choix que de soutenir sans réserve cette alliance, bien que le parti soit traditionnellement hostile au nucléaire sous toutes ses formes, et partisan d’une prise de distance avec les États-Unis.

C’est sans doute pourquoi Naval Group, entre l’annonce du pacte Aukus en septembre 2021, et la présentation de sa feuille de route détaillée, dix-huit mois plus tard, a travaillé sur une contre-offre, visant à fournir à l’Australie des sous-marins nucléaires. Une incroyable révélation d’Andrew Fowler : la France n’a en effet jamais fourni la pièce maîtresse de sa défense à un autre pays, et elle était visiblement disposée à le faire pour celui qui venait de lui planter un couteau dans le dos…

Coopération ou coercition ?

Cet ultime coup de poker n’a finalement pas été payant mais, pour Andrew Fowler, c’est l’Australie la grande perdante dans cette affaire. L’Aukus la condamne à financer une pièce centrale de l’architecture de défense voulue par les États-Unis dans le Pacifique. L’auteur note enfin que les Américains sont moins disposés à la coopération avec les Australiens qu’à la coercition.

Les travaillistes, sans remettre en cause l’alliance, ont posé un acte fort en octobre 2022 en s’abstenant aux Nations unies lors d’un vote sur le traité d’interdiction des armes nucléaires, alors que l’Australie votait systématiquement contre depuis son adoption en 2017, suivant en cela les États-Unis. Quelques jours plus tard, l’ambassade américaine à Canberra indiquait très clairement que si l’Australie devenait signataire de ce traité, elle ne bénéficierait plus de la protection de son « parapluie nucléaire ». Pour Andrew Fowler, « c’est clairement une menace, et donc non pas la réaction attendue d’un allié, mais celle d’un tyran (“bully”) ».

Un tyran qui n’a, pour l’instant, apporté aucune garantie qu’il fournira ces fameux sous-marins nucléaires…

Les margoulins... :blink::angry: Ils ont donc bel et bien voulu nous faire ce que Navantia nous a fait avec le Scorpène!

Sait-on s'ils ont pu gratter des technologies sensibles en définitive?

Et quelles furent les rétorsions prises par la France (à part gueuler comme des putois)?

 

Il y a 7 heures, Titus K a dit :

La France aurait donc peut-être pu faire une proposition similaire aux canadiens ? Si ils s'étaient décidés à considérer la propulsion nucléaire ! 

Surtout que le canada a déjà ue industrie nucléaire civile (certes tres differente) ... à l'inverse de l'australie.

Déjà tenté avec la classe Rubis dans les années 80!

Les Américains avaient promis aux Canadiens l'accès aux Seawolf. Les Canadiens ont alors envoyé bouler l'offre Française puis ont été snobés par les Américains pour finalement se tourner vers des vieux sous-marins Anglais conventionnels totalement pourris et qui aujourd'hui ne naviguent que très peu à cause de problèmes de maintenance.

Incroyable quand même que des alliés "traditionnels" soient devenus moins fiables que les Indiens qui ont également tenté les pires trucs à notre encontre dans d'autres domaines.

Edited by Patrick
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Patrick a dit :

Les margoulins... :blink::angry: Ils ont donc bel et bien voulu nous faire ce que Navantia nous a fait avec le Scorpène!

Sait-on s'ils ont pu gratter des technologies sensibles en définitive?

Et quelles furent les rétorsions prises par la France (à part gueuler comme des putois)?

Tu proposes une bombe nucléaire sur Canberra ? 

Quand on lis ça franchement :laugh:

Citation

« Je n’ai pas pu recouper cette information, concède Andrew Fowler. Mais j’ai échangé en off avec plusieurs personnes du ministère de la Défense, et ils sont capables d’une telle franchise sur leurs objectifs avec les gens dont ils pensent qu’ils ne parleront pas à la presse

Je rappelle qu'il est ... Journaliste 

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, ARMEN56 a dit :

Andrew Fowler

Andrew Fowler est un journaliste d’investigation primé et un ancien reporter pour les programmes Foreign Correspondent et Four Corners d’ABC. Fowler a commencé sa carrière de journaliste au début des années 1970, couvrant la campagne d’attentats à la bombe de l’IRA pour le London Evening News. Il a été chef de cabinet et rédacteur en chef étranger par intérim du journal The Australian. Il a écrit L’homme le plus dangereux du monde, l’histoire de Julian Assange et de WikiLeaks en 2011, qui a été mis à jour en 2012 et 2020. Fowler a interviewé Assange pour la première fois pour Foreign Correspondent en 2010, pour lequel le programme a remporté la médaille d’or du Festival de New York. Ses deux autres livres sont The War on Journalism (Random House, 2015) et Shooting the Messenger : Criminalising Journalism (Routledge, 2017). Fowler est lauréat du prix de la paix des Nations Unies, a donné des conférences sur le journalisme dans des universités en Australie et au Royaume-Uni et a contribué à divers articles universitaires.

https://www.mup.com.au/books/nuked-paperback-softback

Les retombées spectaculaires de l'accord double de l'Australie avec l'AUKUS

Comme tous les programmes d'acquisition militaire d'une valeur de milliards de dollars, la décision de l'Australie d'acheter une nouvelle flotte de sous-marins devait être un processus torturant.

Mais personne n'aurait pu prédire la traînée d'épave qu'il a laissée derrière lui, des boulevards de Paris aux chantiers navals d'Adélaïde, alors qu'au fond du gouvernement australien, un groupe secret a conspiré pour renverser la candidature française gagnante. Dans cette histoire de trahison et d'intrigue, Andrew Fowler expose les mensonges et la tromperie qui ont tant indigné le président de la France. Interviewant de nombreuses personnes principales impliquées et discutant avec des sources à Paris, Londres, Washington et Canberra, Fowler assemble le complot pour couler les Français et passer à un sous-marin américain à propulsion nucléaire - une opération bâclée qui a gravement compromis la capacité de l'Australie à se défendre.

"Le premier guide essentiel pour comprendre les origines de l'accord AUKUS. Profondément étudié et finement conçu, ce livre soulève des questions importantes et sérieuses sur l'échec des gouvernements Morrison et Albanese à entreprendre les tests les plus fondamentaux et les plus essentiels de la diligence raisonnable politique concernant les risques et la faisabilité de l'aspiration de l'Australie à acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire. Un must, s'il est sobre, de lire sur la tromperie, l'effondrement de la politique, l'ambition déplacée et l'échec continu à informer le public australien de ce que l'accord signifie et implique. »

JAMES CURRAN »

"La commission d'enquête d'un seul homme d'Andrew Fowler est une torpille nucléaire d'un livre et un service majeur pour le public australien. Il y a des détails étonnants dans chaque chapitre. Fowler déterre les preuves, nomme les noms et montre comment la sécurité nationale, qui devrait être un objectif, est utilisée comme couverture pour quelque chose de plus sinistre. »

CLINTON FERNANDES »

Le bouquin est-il disponible en français ? (l'éditeur devrait y songer :happy: )

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Tout ceci a un avantage. Ca montre en creux que la techno française a un cran d'avance sur les autres. L'autre point important c'est que l'allié US n'est pas aussi fiable qu'il faudrait ... ET çà fini par interroger parce que le plan B proposer par AUKUS est toujours très largement dans les limbes et repose sur des sous-marinades UK à l'os et US qui a des difficultés de production.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,986
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...