Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Blocage des flux commerciaux Maritimes mondiaux


Recommended Posts

Et à propos de marée noire, on peut également signaler que le pétrolier Safer, une épave flottante ancrée au large du Yemen depuis 2015, n'a pas été entièrement purgé et est toujours en place. Pire, le navire ayant assuré le pompage de l'essentiel des cuves, le bien nommé MV Yémen, est lui aussi ancré dans le coin et est donc désormais un risque en lui-même...

https://lemarin.ouest-france.fr/shipping/au-yemen-lex-cargaison-du-petrolier-safer-toujours-menacee-44caa2d8-ba02-11ee-9ea4-b02fbeb9c343

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Les frégates françaises FREMM tirent de coûteux missiles Aster pour détruire des drones Houthis

Selon les informations publiées par le Ministère de la Défense français le 20 février 2024, les frégates multimissions françaises (FREMM) Languedoc et Alsace ont détecté et neutralisé avec succès de multiples attaques de drones en provenance du Yémen.

Ces incidents se sont produits dans leurs zones de patrouille respectives dans le golfe d'Aden et dans le sud de la mer Rouge, où deux drones ont été engagés et détruits. Ces opérations s'inscrivent dans le cadre des objectifs d'EUNAVFOR ASPIDES, une initiative lancée par l'Union européenne le 19 février sous commandement grec, visant à sécuriser les voies maritimes contre les menaces émergentes.

Commentaires

Le déploiement de missiles français Aster 15 contre les drones Houthis au-dessus de la mer Rouge résume un dilemme stratégique et économique plus large auquel sont confrontées les forces navales modernes engagées dans une guerre asymétrique contemporaine.

Ce scénario souligne le contraste frappant entre les coûts élevés de la technologie militaire avancée occidentale et les dépenses relativement faibles associées au déploiement de véhicules aériens sans pilote (UAV) par des acteurs non étatiques comme les rebelles Houthis du Yémen.

La décision de la Marine française d'utiliser des missiles d'une valeur d'environ 1 million d'euros chacun pour intercepter des drones coûtant aussi peu que 20 000 euros met en évidence l'aspect financier disproportionné de tels engagements militaires.

Les implications stratégiques de cette disparité économique vont au-delà des simples considérations financières. Ils abordent les défis plus larges de la guerre asymétrique, dans laquelle les acteurs étatiques doivent composer avec les complexités de la lutte contre des adversaires non étatiques qui opèrent avec des seuils financiers nettement inférieurs.

En réponse à ces défis, un consensus émerge parmi les analystes militaires et de défense sur la nécessité d’une stratégie d’acquisition militaire plus diversifiée. Une telle stratégie engloberait une combinaison de systèmes de missiles haut de gamme et coûteux pour les menaces sophistiquées et de solutions défensives bas de gamme et rentables pour contrer les drones moins chers.

Source : Navyrecognition.com

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, wielingen1991 a dit :

La décision de la Marine française d'utiliser des missiles d'une valeur d'environ 1 million d'euros chacun pour intercepter des drones coûtant aussi peu que 20 000 euros met en évidence l'aspect financier disproportionné de tels engagements militaires.

Ça reste quand même une hypothèse de prix jetée comme ça sans aucune source, au pifomètre 

Pour le prix du drone j'entends 

Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, clem200 a dit :

Ça reste quand même une hypothèse de prix jetée comme ça sans aucune source, au pifomètre 

Pour le prix du drone j'entends 

Il y a malgre tout une équation qui n'est pas durable. Heureusement que les houthis n'ont pas fait de tirs de saturation. 

- il y a la question financiere 

- il y a la question industriel de la cadence de fabrication

- il y a la question de la mise en oeuvre. Une fregate doit recharger

La question est sur la table de toutes les marines.

Link to comment
Share on other sites

Le 21 février, entre midi et 18 h 45 (heure de Sanaa), les forces du Commandement central américain (CENTCOM) ont mené quatre frappes d'autodéfense contre sept missiles de croisière antinavires mobiles Houthis et un missile balistique antinavire mobile qui s'apprêtait à décoller vers la mer Rouge. De plus, pendant cette période Les forces du CENTCOM ont abattu un système d'avion sans pilote (UAS) à sens unique en état de légitime défense.

Les forces du CENTCOM ont identifié les missiles, les lanceurs et les UAS provenant des zones du Yémen contrôlées par les Houthis et ont déterminé qu'ils représentaient une menace imminente pour les navires marchands et les navires de la marine américaine dans la région. Les forces du CENTCOM ont ensuite frappé et détruit les missiles, les lanceurs et les UAS en état de légitime défense. Ces actions protégeront la liberté de navigation et rendront les eaux internationales plus sûres et plus sécurisées pour la marine américaine et les navires marchands.

 

Link to comment
Share on other sites

https://splash247.com/biden-to-replace-chinese-made-cranes-at-all-american-ports/

 

L’année électorale aux États-Unis, où l’hystérie grandit de jour en jour à propos d’une Chine plus véhémente, a vu la Maison Blanche prendre des mesures face à une menace perçue dans ses ports.

Le président Joe Biden a signé hier un décret donnant aux garde-côtes de plus grands pouvoirs pour contrôler la cybersécurité dans les ports, ainsi que la mise en place d'un plan visant à remplacer les grues portuaires de construction chinoise par des japonaises, craignant qu'elles ne soient équipées de dispositifs d'espionnage. .

"Ces grues, parce qu'elles déplacent essentiellement des conteneurs à grande échelle dans et hors du port, si elles étaient cryptées lors d'une attaque criminelle, ou louées ou exploitées par un adversaire, cela pourrait avoir un impact réel sur la circulation des marchandises dans notre économie et sur notre le mouvement des marchandises militaires à travers les ports », a déclaré Anne Neuberger, conseillère adjointe à la sécurité nationale pour la cybersécurité et les technologies émergentes.

Environ 80 % des grues utilisées dans les ports américains sont fabriquées en Chine et utilisent des logiciels chinois. Biden a prévu 20 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années pour les remplacer par une filiale américaine de Mitsui.

Selon le géant de la technologie Microsoft, les actifs maritimes américains auraient été ciblés l'année dernière par Volt Typhoon, une opération de surveillance parrainée par l'État chinois.

Microsoft a déclaré avoir découvert « une activité malveillante furtive et ciblée » axée sur l'accès aux informations d'identification après compromission et la découverte de systèmes réseau visant les organisations d'infrastructures critiques aux États-Unis. L'attaque est menée par Volt Typhoon, un acteur parrainé par l'État basé en Chine et qui se concentre généralement sur l'espionnage et la collecte d'informations.

Selon Microsoft, Volt Typhoon est actif depuis la mi-2021 et cible des organisations d'infrastructures critiques à Guam et ailleurs aux États-Unis. Dans cette campagne, les organisations concernées couvrent les secteurs des communications, de la fabrication, des services publics, des transports, de la construction, du maritime, du gouvernement, des technologies de l'information et de l'éducation.

"Le comportement observé suggère que l'acteur malveillant a l'intention de procéder à de l'espionnage et de maintenir l'accès sans être détecté aussi longtemps que possible", a déclaré Microsoft dans une mise à jour sur son site, expliquant ensuite comment les auteurs dépendent presque exclusivement de leur subsistance. -techniques terrestres et activité pratique au clavier. Ils émettent des commandes via la ligne de commande pour collecter des données, y compris les informations d'identification des systèmes locaux et réseau, placent les données dans un fichier d'archive pour les préparer à l'exfiltration, puis utilisent les informations d'identification valides volées pour maintenir la persistance. De plus, Volt Typhoon tente de se fondre dans l'activité réseau normale en acheminant le trafic via des équipements réseau compromis pour les petites entreprises et les bureaux à domicile (SOHO), notamment les routeurs, les pare-feu et le matériel VPN. Ils ont également été observés en train d'utiliser des versions personnalisées d'outils open source pour établir un canal de commande et de contrôle via un proxy afin de rester davantage sous le radar.

Le secteur maritime est bien conscient de la menace posée par les logiciels malveillants soutenus par l’État.

Un rapport majeur sur la cybersécurité publié par Thetius, CyberOwl et HFW a détaillé de nombreux cyber-incidents récents, notamment la manière dont le GPS du pétrolier Stena Impero a été usurpé pour le forcer à traverser involontairement les eaux iraniennes en 2019, le navire et son équipage étant ensuite retenus pendant des mois.

L’équipement requis pour les attaques GPS de base coûte moins de 100 dollars, prévient le rapport tout en ajoutant qu’avec les ressources d’un État-nation, « une usurpation sophistiquée d’une région ou d’une mer entière n’est pas seulement une possibilité, c’est une réalité ».
Prendre les commandes d’un navire est également remarquablement simple, les données de CyberOwl montrant que 54 % des navires qu’il surveille ont entre 40 et 180 appareils connectés à bord. Cela inclut les appareils attendus tels que les postes de travail professionnels, les PC, les imprimantes et les téléphones d'entreprise. Le plus alarmant est que sur de nombreux navires surveillés par l'entreprise, des systèmes que l'on pensait isolés, tels que les ordinateurs de chargement et les systèmes de surveillance des moteurs, se sont avérés connectés d'une manière ou d'une autre au réseau informatique de l'entreprise.

Plus de 60 % des ordinateurs surveillés par CyberOwl disposent de divers logiciels non officiels ou installés par l'équipe, et 30 % des ordinateurs utilisent fréquemment le compte d'administrateur local donnant à l'utilisateur tous les droits sur la machine.

Parmi les autres points clés du rapport de 43 pages, citons la nouvelle selon laquelle CyberOwl a découvert des logiciels malveillants d'État sur les systèmes à bord de sept navires distincts appartenant à une grande flotte de paquebots. Le malware appartenait à la famille PlugX, conçue pour fournir à l'attaquant un accès à distance au système affecté, suivi d'un contrôle administrateur complet de la machine sans autorisation ni autorisation. Cela inclut la possibilité de manipuler des fichiers, d'exécuter des commandes et de se propager localement. La variante particulière du malware a été découverte pour la première fois en 2020 et liée à l’espionnage politique sur des pays étrangers.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Une analyse intéressante...

Citation

Les Houthis ont prouvé que les missiles balistiques peuvent toucher des navires en mouvement

Le conflit Houthi a fourni des données importantes aux analystes militaires. Il s’avère que les missiles balistiques peuvent effectivement toucher des navires en mouvement, mais de manière peu fiable. Les navires de guerre américains peuvent très bien bloquer de tels missiles, avec une douzaine d’interceptions à leur actif jusqu’à présent.

Les attaques de missiles Houthis dans la région de la mer Rouge ont aggravé les tensions régionales et perturbé le commerce mondial. Ils posent donc des défis aux nations commerçantes en général et aux États-Unis en particulier. Cependant, ces impacts stratégiques ont été obtenus malgré les performances médiocres de leurs armes contre des cibles terrestres et maritimes.

Israël manqué

Les militants Houthis ont commencé à lancer des missiles et des drones à travers la mer Rouge vers Israël en octobre dernier. Mais aucun des projectiles qu’ils auraient tirés depuis n’a touché ce pays, même si l’un d’entre eux a blessé six Égyptiens. Les forces américaines ou israéliennes en ont intercepté la plupart.

Ce taux de réussite de zéro pour cent est épouvantable, mais pas sans précédent. Seulement environ 3 % des roquettes du Hamas ont touché des cibles israéliennes en 2014, grâce aux frappes aériennes persistantes d’Israël et aux intercepteurs de l'Iron Dome. Mais les fusées du Hamas se sont considérablement améliorées par la suite.

Les Houthis ont notamment déclenché les premiers engagements hostiles dans l’espace. Cinq de leurs missiles balistiques ont été abattus par des missiles intercepteurs israéliens Arrow au-dessus de l’atmosphère terrestre.

Il convient également de noter les interceptions de projectiles à destination d’Israël par l’Égypte et l’Arabie saoudite. Ces événements ont démontré comment une alliance de défense aérienne au Moyen-Orient pourrait un jour protéger la région si les pays acceptaient de coopérer.

Navires bosselés

Les attaques des Houthis en mer se sont légèrement améliorées. Depuis novembre, ils ont lancé des centaines de missiles de croisière, de missiles balistiques et de drones sur des navires dans la mer Rouge et dans le golfe d’Aden.

Les missiles de croisière étaient attendus. D’autres pays ont utilisé ces armes navales standards pour couler des navires, depuis l’Eilat en Israël en 1967 jusqu’au Moskva en Russie en 2023. Historiquement, leur taux de réussite a été d’environ 90 % contre les navires commerciaux, mais seulement de 25 % contre les navires de guerre en défense active.

La performance des Houthis a été similaire. Le seul missile de croisière qu'ils ont lancé sur un pétrolier l'a touché et déclenché un incendie. Et tandis que les quatre tirs sur des navires de guerre ont tous été interceptés par les destroyers.

Cependant, j’estime qu’environ 5 % seulement des projectiles houthis étaient des missiles de croisière marin à vol rasant . Au lieu de cela, ils ont principalement lancé des missiles balistiques à grande trajectoire et des drones à vol lent.

Leur utilisation de drones en mer s’appuie sur ce que nous avons vu sur terre en Ukraine. D’après mes calculs, les drones Houthis ont touché environ 67 % des navires marchands qu’ils ont ciblés, mais aucun des navires de guerre.

En revanche, leur utilisation de missiles balistiques contre des navires en mer constitue une première mondiale (L’Ukraine les a utilisés contre des navires russes dans le port.). Mais ils n’ont touché qu’environ 30 % de leurs cibles commerciales et aucune de leurs cibles militaires.

Et même leurs coups au but ont causé relativement peu de dégâts. Plusieurs des dix-huit navires touchés jusqu'à présent ont pris feu. Mais un seul a dû être évacué et aucune victime n’a été signalée.

Ironiquement, leur attaque de navire la plus réussie jusqu'à présent consistait simplement à détourner un navire.

Compte tenu des résultats médiocres des drones et des missiles balistiques, il est étonnant que les Houthis n’aient pas tiré davantage de missiles de croisière. Les gardent-ils pour des surprises ultérieures, ou n’en ont-ils pas beaucoup ou plus du tout ?

Impacts stratégiques

Il n’est pas surprenant que ces missiles mal orientés n’aient pas forcé l’arrêt de l’invasion israélienne de Gaza. Au contraire, ils ont aidé ce pays en testant leurs intercepteurs Arrow contre des cibles réelles. Cela pourrait aider à vendre ces armes à des clients comme l’Allemagne.

Mais les échecs tactiques des Houthis n’ont pas empêché d’autres succès stratégiques.

Le symbolisme de l’attaque des communautés israéliennes et des navires américains a probablement impressionné leurs partisans nationaux et étrangers.

Plus concrètement, leurs bombardements maritimes ont poussé les compagnies maritimes à éviter la mer Rouge et à envoyer 42 % de fret en moins par le canal de Suez. Cela a nui à l’économie égyptienne tout en augmentant les coûts de transport pour les entreprises européennes et asiatiques.

Les difficultés économiques ont déclenché des réactions navales, et pas seulement de la part des États-Unis et d’Israël. La France et la Grande-Bretagne ont déployé des navires de guerre en mer Rouge, tandis que l’Inde et le Pakistan ont déployé les leurs en mer d’Oman.

Ces missions défensives ont intercepté de nombreuses armes houthies, mais ont ainsi dépensé des millions de dollars en munitions.

Viennent ensuite les frappes aériennes, lancées par les États-Unis et le Royaume-Uni en janvier. Mais comme les Houthis continuent de tirer, les compagnies maritimes ne sont toujours pas rassurées. Et Washington veut désespérément éviter une nouvelle escalade.

Ces défis multinationaux liés aux missiles Houthis ressemblent par conséquent aux difficultés d’Israël face aux roquettes du Hamas. Pendant des années, Israël a utilisé des intercepteurs pour bloquer les roquettes au-dessus de sa tête et des frappes aériennes pour les détruire au sol. Mais aucune de ces mesures n’a jamais permis de réduire les tirs de roquettes : pour cela, il a fallu des opérations terrestres sanglantes à Gaza, comme celle-ci.

Autres résultats

Un résultat intéressant de cette situation est que l’Union européenne organise une opération navale en mer Rouge, distincte de la mission dirigée par les États-Unis déjà sur place. Cette expérience d’indépendance opérationnelle pourrait s’avérer précieuse si le "mercuriel" Donald Trump redevient président des États-Unis.

La mission de l'UE donnera aux navires de guerre déjà sur place une chance de se reposer et de se recharger. Cependant, comme elle est purement défensive, elle ne peut que gagner du temps pour trouver une autre solution. Et c’est un risque calculé : les armes des Houthis n’ont encore touché aucun navire de guerre, mais ce n’est qu’une question de temps.

Ce conflit en mer Rouge a également des implications en mer de Chine. La Chine, comme les Houthis, dispose d’un arsenal de missiles balistiques antinavires. Et leur potentiel de « tueur de porte-avions » pourrait dissuader les navires de guerre américains d’intervenir dans tout conflit avec Taiwan.

Cependant, il n’est pas clair si de tels missiles pourraient réellement toucher des navires de guerre manœuvrant en mer. À l’inverse, ces navires de guerre pourraient-ils intercepter de tels missiles balistiques à haute altitude par opposition aux missiles de croisière au niveau de la mer ?

Le conflit Houthi a apporté quelques réponses provisoires. Il s’avère que les missiles balistiques peuvent effectivement toucher des navires en mouvement, mais de manière peu fiable. Les navires de guerre américains peuvent très bien bloquer de tels missiles, avec une douzaine d’interceptions à leur actif jusqu’à présent.

Ainsi, bien que les missiles Houthis aient été militairement médiocres, ils ont donné matière à réflexion au personnel naval du monde entier.

A propos de l'auteur

Michael J. Armstrong est professeur agrégé de recherche opérationnelle à l'Université Brock au Canada. Il a fait des recherches sur la guerre des missiles navals et sur les défenses anti-roquettes israéliennes.

Source: https://nationalinterest.org/feature/houthis-proved-ballistic-missiles-can-hit-moving-vessels-209550

 

Edited by wielingen1991
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Entre 4h30 et 5h30 (heure de Sanaa), le 22 février, des avions américains et un navire de guerre de la coalition (une FREMM ?) ont abattu six véhicules aériens sans pilote (UAV) d'attaque unidirectionnelle Houthi soutenus par l'Iran dans la mer Rouge. Les drones OWA ont été identifiés par le commandement central américain comme étant susceptibles de cibler les navires de guerre américains et de la coalition et constituaient une menace imminente.

Plus tard, entre 8h30 et 9h45, les Houthis ont tiré deux missiles balistiques antinavires depuis le sud du Yémen vers le golfe d'Aden. Les missiles ont touché le MV Islander, un transporteur de marchandises battant pavillon des Palaos et appartenant au Royaume-Uni, causant des blessures et des dégâts mineurs. Le navire poursuit son voyage.

 

Link to comment
Share on other sites

Les Houthis intensifient leurs attaques contre les navires en mer Rouge

DUBAÏ/ADEN/LONDRES, 22 février (Reuters) – Les Houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, vont intensifier leurs attaques contre les navires dans la mer Rouge et dans d'autres eaux et ont introduit des « armes sous-marines », en solidarité continue avec les Palestiniens dans la guerre à Gaza, a déclaré le groupe. a déclaré le leader jeudi.

Au Yémen, les militants Houthis alignés sur l'Iran ont lancé des frappes répétées de drones et de missiles dans la mer Rouge, le détroit de Bab al-Mandab et le golfe d'Aden depuis novembre en soutien aux Palestiniens, alors que la guerre entre Israël et le Hamas se poursuit et que le bilan des morts à Gaza atteint près de 30 000 personnes. .

« Les opérations dans les mers Rouge et d'Oman, dans le détroit de Bab al-Mandab et dans le golfe d'Aden se poursuivent, s'intensifient et sont efficaces », a ajouté Abdulmalik al-Houthi dans un discours télévisé. Il n'a donné aucun détail sur les armes du sous-marin.

Les grèves du groupe perturbent une route qui représente environ 12 % du trafic maritime mondial et obligent les entreprises à emprunter une route plus longue et plus coûteuse autour de l’Afrique.

Le discours du dirigeant a eu lieu le jour même où les Houthis ont envoyé une mise en demeure aux chargeurs et aux assureurs de ce qu’ils ont appelé une interdiction faite aux navires liés à Israël, aux États-Unis et à la Grande-Bretagne de naviguer dans les mers environnantes, cherchant à renforcer leur campagne militaire en faveur des Palestiniens.

La communication des Houthis, la première adressée au secteur du transport maritime décrivant une interdiction, a pris la forme de deux avis du nouveau Centre de coordination des opérations humanitaires des Houthis envoyés aux assureurs et aux entreprises de transport maritime.

Les navires qui appartiennent entièrement ou partiellement à des individus ou entités israéliens et aux navires battant pavillon israélien, ou qui appartiennent à des individus ou entités américains ou britanniques, ou qui naviguent sous leurs pavillons, sont interdits de mer Rouge, du golfe d'Aden et de la mer d'Oman, a annoncé jeudi avis dits.

« Le Centre des opérations humanitaires a été créé à Sanaa pour coordonner le passage sûr et pacifique des navires et des navires qui n'ont aucun lien avec Israël », a déclaré jeudi à Reuters un haut responsable Houthi.

LES COÛTS explosent

Les attaques ont déjà fait monter en flèche les coûts d’expédition, et la mission nouvellement officialisée de l’agence Houthi pourrait encore affecter les prix.

Plus tôt jeudi, deux missiles ont incendié un navire à environ 70 milles marins au sud-est d'Aden, au Yémen, a annoncé l'agence britannique des opérations commerciales maritimes (UKMTO). Le navire et l'équipage ont été signalés sains et saufs et se dirigeaient vers le prochain port d'escale, a-t-il indiqué dans une mise à jour ultérieure.

Le navire britannique battant pavillon des Palaos, le Islander, était en route vers l'Égypte depuis la Thaïlande, selon la société de sécurité maritime Ambrey et sa branche d'analyse et les données de suivi des navires.

Les attaques du groupe ne montrent aucun signe de ralentissement, malgré les représailles des forces américaines et britanniques contre les installations des Houthis qui ont commencé en janvier.

Aucun navire n'a été coulé ni aucun équipage tué, mais des inquiétudes subsistent quant au sort du cargo Rubymar qui a été heurté le 18 février et son équipage a été évacué.

Les Houthis ont déclaré que le Rubymar risquait de couler, mais un responsable américain de la défense a déclaré jeudi que le navire restait à flot.

Rubymar "est assis encore plus bas dans l'eau", a déclaré Harry Pearce d'Ambrey Analytics, qui fait partie de la société de risques maritimes Ambrey. "Une tentative de sauvetage aurait été tentée (hier), mais avortée", a-t-il déclaré, ajoutant qu'un avertissement de navigation était en place pour les navires à proximité.

Plus tôt jeudi, l’armée israélienne a déclaré avoir intercepté une cible dans la région de la mer Rouge après que des sirènes avertissant de l’arrivée de roquettes et de missiles aient retenti dans la ville d’Eilat, dans le sud du pays.

Source : https://gcaptain.com/houthis-escalating-red-sea-attacks-on-shipping/

Link to comment
Share on other sites

Je ne comprend pas bien le message houthis. Si ils n'attaquent que les navires US/UK/Isr pourquoi ce matin la frégate française a ouvert le feu ?

Tout ceci montre quand même que la stratégie houthis fonctionne et que le résultat sur l'Europe est important. L'efficacité des marines occidentales est questionnable face à ce genre d'agression non pas pour casser les drones et les missiles mais comme on assiste à nouveau à une guerre d'attrition orientée contre les marines occidentales.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, herciv a dit :

Je ne comprend pas bien le message houthis. Si ils n'attaquent que les navires US/UK/Isr pourquoi ce matin la frégate française a ouvert le feu ?

Probablement que les drones volaient dans son secteur de patrouille !?

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, herciv a dit :

Je ne comprend pas bien le message houthis. Si ils n'attaquent que les navires US/UK/Isr pourquoi ce matin la frégate française a ouvert le feu ?

Pour défendre un navire US/UK/Isr. 

La mission n'est pas de défendre des navires (français) mais le commerce "mondial" sur cette route de navigation... un peu comme la mission anti piraterie.

Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, wielingen1991 a dit :

La frégate Hessen est entrée dans les abords du canal de suez qu'elle devrait traverser aujourd'hui ! Mais on ne sait toujours pas si le Bundestag a donné son accord ?

Il y a vraiment besoin de l'accord du Bundestag pour une mission purement défensive?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, wielingen1991 a dit :

Une analyse intéressante...

Sur l'utilisation navale de missiles balistiques, ce sont les missiles chinois anti-porte-avions qui interrogent. J'imagine que les chinois ont longuement réfléchi sur le sujet ; l'expérience houthie profiterait donc à de nouveaux acteurs, avec une utilisation potentielle de ces missiles comme vecteurs d'armes nucléaires, chimiques, etc.. La faible efficacité de ces missiles contre des navires en mouvement - sauf peut-être les très gros navires - milite donc pour des solutions anti-navires autres, ce qui limite donc le développement de ces vecteurs.

Sur les drones et missiles de croisière, je comprends de l'article que les moyens houthis ont une faculté de frappe très respectable, mais que les dégâts générés sont rarement critiques. On peut supposer que l'alliance irano-houthie est en mesure d'améliorer la dangerosité de ces armes.

Autrement dit, c'est la qualité des défenses AA occidentale qui fait la différence... tant que les stocks et les capacités de production arrivent à suivre.     

Le conflit peut donc prendre une tournure économico-Industrielle si l'Iran parvient à maintenir ses approvisionnements de contrebande. Les houthis pouvant potentiellement épuiser les facultés AA occidentales avec des équipements bas de gamme, ce qui serait un camouflet des plus désagréables.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Peu à peu les moyens de défense AA (et les composants pour les renouveller) utilisés ici contre drones et missiles n'iront pas en Ukraine... je pense que Tonton Vlad est content et presse ses amis iraniens de poursuivre le soutien aux Houtis.

Plus ça va et plus je trouve que ce bordel mondial ressemble à une troisième guerre mondiale tiède par endroit, chaude à d'autres. Quoique on en pensent, les conflits au Yémen, Palestine/Israël, Ukraine s'influencent assez largement. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,962
    Total Members
    1,749
    Most Online
    ConradTib
    Newest Member
    ConradTib
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...