Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine canadienne


jeanmi
 Share

Recommended Posts

Le seul sous-marine Canadien opérationnel est de retour en mer après avoir effectué des réparations en Floride.

Le HMCS Corner Brook avait un problème avec les ventilateurs de sa batterie, a indiqué lundi une porte-parole de la marine Canadienne, le Lt.-Cmdr. Marie-Claude Gagné.

Elle a précisé que les réparations ont été effectuées lors d’une escale prévue à Mayport. Le sous-marin a accosté le 22 février et y est resté 10 jours, a-t-elle expliqué.

Le Lt.-Cmdr. Gagne a déclaré que les responsables en disent généralement très peu sur les opérations des sous-marins. En fait, un sous-marinier a déclaré à The Chronicle Herald que l’équipage du Corner Brook avait signé un engagement au secret avant d’appareiller au début février pour 3 mois en mer.

Le Corner Brook est l’un des 4 sous-marins de la classe Victoria que le Canada a acheté à la Grande-Bretagne à la fin des années 90. Le Canada a eu des problèmes avec eux depuis, dont un incendie mortel à bord du HMCS Chicoutimi en octobre 2004. Les dégâts provoqués par l’incendie ne sont pas prévus d’être réparés avant 2010, et le Chicoutimi est utilisé en attendant comme pièces détachées. Le HMCS Victoria subit une importante modernisation à Esquimalt (Colombie Britannique), pendant que le HMCS Windsor subit des réparations et des améliorations à Halifax.

http://www.corlobe.tk/article7866.html

Les canadiens se sont vraiment fait avoir avec ces sous marins  :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Il y a surtout que les canadiens se bouffent les couilles avec ces quatre sous marins ex UPHOLDER anglais. Restés plusieurs années sous cocon plus ou moins à l'abandon aujourd'hui ils ne donnent que ce qu'ils ont:

des sous marins usés et plein de défauts qui pétent à un endroit à peine réparés à un autre...

Ces soum sont un véritable scandale au CANADA

Link to comment
Share on other sites

d'ailleurs, les canadiens ne sont pas les seuls à avoir eu ce genre de surprise...

Dans le domaine aéronautique, les SH-2G autraliens, qui ont étés modernisés grâce à d'anciennes cellules de l'US Navy, sont un désastre total...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

A propos du canada, j'imagine que la marine est entièrement anglophone - ou du moins impose à tous l'usage de l'anglais ... même si le porte parole s'appelle gagné (heureux présage pour une militaire - c'est mieux que perdu  mais enfin ...).

en revanche je crois qu'il y a des régiments terrestres qui sont québécois et donc francophones (le 22è engagé en afghanistan par ex).

Link to comment
Share on other sites

A l'époque, l'amirauté Canadienne eut à choisir entre quatre sous-marins pour sa navale :

Rubis Français (Nucléaires)

TR1700 Allemands

Walrus Hollandais

Upholder/Victoria Britanniques

Pour le Rubis, vu le retard pris dans le programme de leur remplacement (aujourd'hui Barracuda), c'était cuit dès le départ. Sans compter que la maintenance était très chère.

Le TR1700 était un excellent soum. Très bon diesel mais seulement deux unités furent produites donc coût d'entretien élevé. Par contre, rayon d'action du TR1700 : 15000nm au lieu de seulement 8000nm pour les Upholders.

Les Walrus avaient un rayon de 10000nm. Une électronique de pointe et une triple coque. Les nouvelles unités ont un pumpjet et un X-tail ce qui en fait des soums équivalents aux U-212 Allemands. Les Walrus étaient très chers.

Moins chers, et pour cause, les quatres Upholder de la marine Britannique étaient ce qu'ont peut appeler... Des briques avec une hélice.

A la base, les Upholder devaient bénéficier des enseignements de la guerre des Falklands. Sept unités étaient prévues et au final la Marine Britannique décida d'arrêter les frais à la quatrième unité. Pour exemple, le HMS Upholder, premier de sa classe (enfin... façon de parler) entra en service sans la capacité de lancer la moindre torpille (...). Un défaut de conception  des portes de tubes entrainait une voie d'eau à chaque ouverture. Tout était à l'avenant. Les Brits se demandaient bien ce qu'ils allaient pouvoir faire de ces soums lorsque en 1998 les Canadiens se portèrent acquéreurs des quatres unités dans le cadre d'un contrat de leasing de huit ans avec option d'achat.

Les soums devaient être reconditionnés et rebaptisés classe "Victoria" pour les Canadiens.

Ce qui est cocasse c'est que l'amirauté avait sélectionné le TR1700 et le Walrus dans son évaluation (avec une préférence pour le TR1700) et que les politiques ont acheté les Upholders...

Moi, à part des pots de vins monumentaux, je ne vois pas d'autre explication.

Autre chose cocasse, l'une des qualités majeures du Upholder était de pouvoir délivrer le Harpoon SSM. Et bien les Canadiens ont demandé aux Brits de retirer cette capacité des futurs Victoria, dans le but de faire des économies bien sûr...

HMCS Cornerbrook

Image IPB

HMCS windsor

Image IPB

HMCS victoria

Image IPB

Quelques photos des Upholders :

Image IPBImage IPBImage IPBImage IPB

Link to comment
Share on other sites

Je croyais que le Canada voulait acheter des Rubis alors que nous commandions les notres?

Ils auraient acquis les upholder 20 ans apres leur intentions d'achat de Rubis ?!!!!!!

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=239

Hum ... il semble pourtant bien que les canadien avaient eu le projet d'acheter des Rubis neuf début 90 ... a la fin de la série française donc, j'avais pas calculer que la production de rubis s'était étalé sur presque 20 ans.

Link to comment
Share on other sites

A propos du canada, j'imagine que la marine est entièrement anglophone - ou du moins impose à tous l'usage de l'anglais ... même si le porte parole s'appelle gagné (heureux présage pour une militaire - c'est mieux que perdu  mais enfin ...).

en revanche je crois qu'il y a des régiments terrestres qui sont québécois et donc francophones (le 22è engagé en afghanistan par ex).

Effectivement, une bonne partie de l'armée (terre, air, mer) utilise l'anglais plus que le Français.

Le 22ème de Valcartier (base près de Québec) est une base quasi entierement francophone accompagné de qq régiments d'hélicopteres notamment.

Link to comment
Share on other sites

Vers 1988, les Indiens ont eu un SNA de classe Charlie en leasing. A partir de cette année viendront deux SNA Akula que les chantiers à Malakhit Komsomolsk-na-Amure, Khabarovsk avaient sur les bras.

Ces deux Akulas ont été offerts à la Chine en 1999. Le prix était de 500 Millions de USD chaque. Les Soums étaient complétés à 30%. C'est Rosvooruzheniye qui avait proposé le deal pour le compte du Malakhit design bureau et de Amurskiy Sudostroitelnyy Zavod sous l'égide du premier ministre Yevgeniy Primakov. La vente ne s'est pas faite par contre les Russes ont fait un transfert de technologie vers la Chine pour les réacteurs.

Les Pakistanais ont fait des pieds et des mains pour essayer d'acheter des SSN. Aux Russes, aux Chinois et aux Français (ils ont même fait une proposition pour les Barracudas lorsque les Indiens ont annoncé avoir signé le protocole d'accord sur les deux Akulas  :lol:).

Les Russes sont aujourd'hui plus que prudents sur les ventes de technologies nucléaires aux Chinois et nombre de ventes ont été annulées ces derniers mois. Les Chinois ont juste réussi à acheter une poignée de Su-33 mais rien d'autre et surtout pas de SSN.

Les deux premiers SSN/SNA jamais vendus sont les deux Akulas Russes. La première unité sera livrée le 15 juin 2008 à la marine Indienne et sera baptisé INS Chakra. Ils sont en leasing avec option d'achat en fin de contrat.

Link to comment
Share on other sites

A l'époque, l'amirauté Canadienne eut à choisir entre quatre sous-marins pour sa navale :

Rubis Français (Nucléaires)

TR1700 Allemands

Walrus Hollandais

Upholder/Victoria Britanniques

Pour le Rubis, vu le retard pris dans le programme de leur remplacement (aujourd'hui Barracuda), c'était cuit dès le départ.

Moins chers, et pour cause, les quatres Upholder de la marine Britannique étaient ce qu'ont peut appeler... Des briques avec une hélice.

Les soums devaient être reconditionnés et rebaptisés classe "Victoria" pour les Canadiens.

Ce qui est cocasse c'est que l'amirauté avait sélectionné le TR1700 et le Walrus dans son évaluation (avec une préférence pour le TR1700) et que les politiques ont acheté les Upholders...

Moi, à part des pots de vins monumentaux, je ne vois pas d'autre explication.

Autre chose cocasse, l'une des qualités majeures du Upholder était de pouvoir délivrer le Harpoon SSM. Et bien les Canadiens ont demandé aux Brits de retirer cette capacité des futurs Victoria, dans le but de faire des économies bien sûr...

Bon, j'ai pas tout cité parce que le post est relativement long je vous invite donc à relire les messages au-dessus pour comprendre mes réponses...

1- Pour les Rubis, le Canada avait lancé un appel d'offre dans les années 80 (1er Rubis operationnel 1983 en France). Le rubis fut disqualifié après les tests acoutistiques. Ils sont beaucoup plus bruyants que les Oberons des années 60. Au débuts j'y croyais pas trop comme raison, mais selon plusieurs site spécialisé français la modification Améthyste aurait était un vrai plus capacitaire pour la furtivité sonore du bâtiment et cela rendrai l'info plus vraisemblable. Finalement, coupures budgétaires et annulation du renouvellement des oberons.

2- Quand à l'histoire de brique sur hélice pour les upholders: ils sont plus silencieux que les kilos et autres navires ssk. Contrairement à la plupart de cette catégorie, ils sont réellement océaniques et non ''côtiers''. Ils emploient des techniques dérivées des ssn UK (tuiles pour absorber les sonars, kiosque en goute d'eau), plus d'autres innovations uniquement battues par les AIP (20min de snorkling par jour pour une patrouille de 24hrs en immersion à 8 nœuds, 1hr30 à +20 nœuds avant que la batterie soit morte (seul les ssn font mieux).

3- Les Harpoons ont été enlevé car inutile, rien à voir avec des économies. Le Canada n'a pas pour vocation de déployer à l'étranger des soums, mais a besoin d'une longue autonomie pour opérer sous les glaces (inaccessibles aux Obérons), Harpoon+glaces=pas compatible. Pour info cocasses, les Harpoons devait être remplacer par des Shkval Russes (parano canadienne, on aura toujours les jetons des américains et leurs soif de ressources)¸voilà les documents-notes adressé au premier ministre y faisant références:

http://www.cbc.ca/fifth/armstrade/1_1.html

http://www.cbc.ca/fifth/armstrade/2_1.html

http://www.cbc.ca/fifth/armstrade/3_1.html

http://www.cbc.ca/fifth/armstrade/4_1.html

http://www.cbc.ca/fifth/armstrade/5_1.html

3- Le Canada à jamais préféré les Walrus, l'offre UK était trop belle (même empoisonné):

244m de livres à l'achat + un accés au champ de tir de Wainwright, alors que les UK ont payés 900m de livres à l'achat pour un ssn diésel technologiquement très avancés par rapport aux autres modèles de l'époque(1990-2000). notes: premier test aip moderne par les suédois début 1990.

4- pour l'histoire de ''pots de vins monumentaux seul justification d'achat'' c'est des conneries, la modernisations-canadiennisation était plus facile avec l'upholder: Thales, Lockeed Martin connaissant bien la plate-forme et plusieurs nouveaux équipements étaient à intégré: conduite de tir, nouveaux périscope, sonar tracté, systèmes d'espionnage électronique, modules d'infiltrations-récupérations pour les commando jtf2 + un grands nombres de matos des vieux obérons qui ont été transféré.

Tous sa pour conclure: SI SEULEMENT CES SALOPERIES POUVAIENT NAVIGUER  >:(, ils seraient parfait pour le Canada LOL. =) 

Link to comment
Share on other sites

2- Quand à l'histoire de brique sur hélice pour les upholders: ils sont plus silencieux que les kilos et autres navires ssk. Contrairement à la plupart de cette catégorie, ils sont réellement océaniques et non ''côtiers''. Ils emploient des techniques dérivées des ssn UK (tuiles pour absorber les sonars, kiosque en goute d'eau), plus d'autres innovations uniquement battues par les AIP (20min de snorkling par jour pour une patrouille de 24hrs en immersion à 8 nœuds, 1hr30 à +20 nœuds avant que la batterie soit morte (seul les ssn font mieux).

Ces performances semblent étonnamment optimiste ...

Link to comment
Share on other sites

Les performances ne sont pas exceptionnelles, mais normale pour les ssk océaniques modernes(japonais, australiens...). C'est la comparaison avec des ''côtiers'' de l'époque et l'absence de modèles équivalents océaniques qui rendent les performances enviables. Les upholders furent les premiers et derniers diesels de grands formats fabriqué par un pays ayant une étendue de savoir importante en sous-marins. Tout les autres, sont passé au nucléaire pour augmenter l'autonomie et l'efficacité opérationnelle au détriment de la furtivité acoustique.

Il a fallu attendre l'AIP au milieu des années 90 pour redécouvrir le potentiel d'emmerdement de telle navires... 

Link to comment
Share on other sites

Petit souvenir qui me trotte dans la tete: la realisation des upholder n'a pas beneficié d'une assistance de la part de dcn ?

Alstom est impliqué pour les batteries et les alternateurs dans les upholder-class.

Pour la conversion en Victoria-class Thales est un des équipementiers notamment:

-Thales Underwater Systems Type 2007 flank array sonar

-Thales Underwater Systems Type 2046 towed array sonar

-Thales Underwater Systems Type 2040 hull mounted sonar

-Thales Type 2019 sonar d'interception actif

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, de passage à Halifax lundi après-midi, a annoncé deux contrats de modernisation des 12 frégates de la marine canadienne.

Le premier contrat, d'une valeur de 549 millions de dollars, est accordé au chantier naval Irving à Halifax pour la réfection de sept frégates.

Les cinq autres frégates canadiennes seront modernisées au chantier naval de Victoria, en Colombie-Britannique, au coût de 351 millions de dollars.

Ces contrats s'inscrivent dans un projet global de réfection de 3,1 milliards de dollars, annoncé l'été dernier, et qui commence en 2010.

Les travaux comprennent l'amélioration de l'armement des frégates et de leur équipement de télécommunication. Les bâtiments subiront aussi certaines modifications qui leur permettront de transporter les nouveaux hélicoptères de la marine.

L'entreprise Irving estime que son contrat permettra de préserver ou de créer, selon le cas, 600 emplois à Halifax, de 2010 à 2017. Le contrat accordé à Victoria touche 400 travailleurs.

Les frégates ont été construites au chantier naval Irving de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, dans les années 90. James D. Irving, président du chantier naval d'Halifax estime que son entreprise aurait pu rénover toutes les frégates, mais il est quand même enchanté d'avoir décroché ce contrat.

« Nous avons la meilleure équipe de travailleurs dans tout le Canada pour bâtir les navires. Pas de problèmes du tout », a déclaré M. Irving.

Les Forces canadiennes estiment que ces frégates constituent le fer de lance de la marine. Elles effectuent des missions de protection de la souveraineté canadienne et d'aide humanitaire. Elles contribuent à la lutte contre le trafic de drogues, la pollution, le terrorisme et la pêche illégale.

Source: http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2008/04/21/006-NE-fregates.shtml?ref=rss

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Rafale28
    Newest Member
    Rafale28
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...