Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Rivelo

Members
  • Posts

    776
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Rivelo

  1. Chaque conflit, par sa nature même, nous apprend des choses différentes. A ma connaissance, nos capacités en artillerie lourde (155mm et roquettes lourdes) n'ont pas été testées ou éprouvées depuis très longtemps. Les mortiers de 120mm étaient l'arme adaptée pour défendre les FOB, et l'aviation faisait le reste (pour les frappes en profondeur et aussi le CAS). On s'est habitué à opérer dans un environnement ou drones MALE et chasseurs dominaient le ciel et pouvaient frapper à leur convenance. Même dans le cadre de la taskforce Wagram, on ne craignait pas vraiment de tir de contre-batterie. On avait commencé à voir la puissance du couple drone/artillerie dans la Haut Karabakh. La guerre actuelle confirme et illustre le rôle central de l'artillerie quand on a plus le contrôle du ciel. On en vient même à redécouvrir l'intérêt des roquettes lourdes pour frapper dans la profondeur du dispositif adverse ou concentrer rapidement des feux en cas de percée adverse.
  2. Bon, j'ai vu le film. J'ai pas regretté mon billet de cinéma, on est pas volé sur la marchandise, c'est du bon entertainement, ça envoie du lourd. Et on voit bien que les acteurs souffrent avec les G... Et effectivement, cela passe des messages finalement pas courant dans ce genre de blockbuster (même quand on est bon, il faut s'arracher pour être encore meilleur, ...). Mais c'est un peu un plaisir coupable... A un moment du film, je tenais le compte de tous les "moment clé" du premier opus que l'on retrouvait "revisités" dans le nouveau film., les petits détails (la moto, la Porsche de la copine...). Bon s'était amusant mais "en même temps" j'avais un peu honte de faire le fan boy.
  3. A noter : on peut voir plusieurs séquences où on voit un Rafale M sur PA US, probablement tournées lors de la séquence d'opération avec deux porte-avions en méditerranée dernièrement : - 2.10 : atterrissage - 1.20 et 1.52 : sur le PA US - 3.05 : catapultage Et des images également d'opérations aériennes conjointes Rafale/F18SH.
  4. Je rattrape la discussion sur la résurrection d'une sorte d'AUF2. Est-on vraiment sur que la leçon que l'on peut tirer du conflit ukrainien est qu'il faille recréer ce genre de véhicule blindé lourd ? A ce stade, on a plutôt l'impression qu'il faudrait mieux avoir une masse plus importante de Caesar (moins chers à fabriquer) pour avoir du volume et encaisser l'attrition plutôt que quelques éléphants blancs chenillé, blindé et sophistiqués. Et c'est sans doute plus efficace d'investir dans des stocks de munitions guidées pour frapper plus loin avec ces même pièces plutôt que de sortir de nouveau calibres 58 ou autres. Le Caesar mkII + nouvelles munitions qui se profile semble être un bon compromis.
  5. Si tu regarde bien, on voit à un moment un panneau écrit en caractères cyrilliques avec des noms de villes ukrainiennes...
  6. Je me tâte depuis quelques temps pour faire un post sur ce sujet dans le fil RETEX. Je crains que chacun voit surtout midi à sa porte (l'artillerie est évidement déterminante, l'infanterie mère des bataille de HI, les drones c'est un must, les capacités méca/blindé aussi pour percer, et au fait on a aussi besoin du génie, la guerre infocentrée c'est top, et la masse c'est clé...). Même l'aviation (peu utilisée) dira que justement que sans supériorité aérienne on revient aux combats de tranchés comme en 14-18 et dominer le ciel est la clé de la victoire (le conflit étant une sorte de démonstration par l'absurde)... Par contre, pour TITAN, cette guerre tombe à point pour alimenter utilement les réflexions.
  7. @CortoMaltese(Je réponds dans le bon fil) Exemple de ce que signifie une "vraie" adhésion à l'Europe d'un point de vue juridique : droit de véto sur toutes les décisions prises à l'unanimité (fiscalité, élargissement...) et donc un pouvoir de nuisance maximum, l'accès sans limite au marché européen (y compris contrefaçons si les frontières ne sont pas étanches), la libre circulation des travailleurs (donc "plombier ukrainien" de droit)... Symétriquement, cela signifie aussi l'application de droit de l'ensemble des directives européennes en Ukraine (avec recours possible devant la CJUE si elles ne sont pas encore retranscrites). Quand on voit le boxon que mettent aujourd'hui la Hongrie ou la Pologne dans les décisions communautaires (limite chantage dans certains cas comme en ce moment la Hongrie qui cherche à se faire payer la rénovation complète de son parc de pipeline et de raffineries pour voter l'embargo sur le pétrole russe, pour 10-15 milliards d'euro), les volontés récurrentes de certains états membre de n'appliquer que ce qui les arrange dans les lois européennes et les frustrations sur le dumping social des pays de l'Est, on peut se dire que c'est risqué d'inclure un membre qui n'a pas fait ses preuves (et qui accessoirement a encore des comptes à régler avec la Russie) dans le club. Après, je pense comprendre ce que tu veux dire : tu souhaites une inclusion politique de l'Ukraine, avec de la créativité juridique pour créer un strapontin sur mesure. J'ai l'impression que le débat est ouvert sur ce point, avec la France qui propose à cet effet un nouveau "machin" européen pour créer des coopération sur mesure (en passant le message que la pleine admission sera dans 15-20 ans, qui est le délai normal pour qu'un pays candidat fasse toutes ses réformes structurelles et cocher toutes les cases) et la Pologne qui veut un fast track pour l'inclusion directe dans l'Union (sachant que l'Ukraine sera très probablement alignée sur ses positions diplomatiques au sein de l'Union, notamment concernant la Russie, et qu'une éventuelle "exception ukrainienne" à l'application entière du droit européen créerait une jurisprudence intéressante pour la Pologne aussi). Je crains que la position actuelle de l'Allemagne et la France (qui détiennent les clés de toute décision importante dans l'Union) est très influencée par les problèmes récent avec la Pologne et la Hongrie, plus que par un éventuel biais pro-russe.
  8. Il doit du coup bien connaitre les problématiques de la réserve et il sera motivé pour mener à bien le projet de doublement du nombre de réserviste qui a été annoncé (cf l'annonce sur l'allocation de 2500€ pour les étudiants qui feront leurs heures dans la réserve). Pour le reste, il va falloir qu'il fasse ses preuves effectivement. Il sera sans doute bien entouré.
  9. Les articles que tu as cité justifient bien le choix conservateur d'une tourelle habitée / 2 personnes fait pour le Jaguar, compte-tenu de ses missions de reconnaissance. Ceci étant dit, Il y a un élément qui n'apparait pas dans les analyses des articles que tu as cité : l'aspect générationnel. Les soldats d'aujourd'hui pratiquent intensivement les jeux de console et ont de fait développé une forte dextérité à utiliser des interfaces homme/machine avec écran et joystick. Ils savent utiliser à fond ce genre d'outil. Une tourelle automatisée étant capable de mouvements plus rapides (moins d'inertie, plus forte accélérations car il n'y a pas de tireur humain à ménager), cela ouvre de nouvelles possibilités par rapport aux tourelles classiques habitées. Les vidéos de BTR 4 en combat urbain que l'on avait vu passer étaient de ce point de vue assez frappantes. Je ne sais pas si avec une tourelle de VBCI on aurait pu voir des repositionnements aussi rapides.
  10. Est-ce que cela veut dire que le pilote et le tireur des véhicule font désormais partie du groupe (8 + 2 = 10) de manière organique ? Ce serait logique car le Griffon est un "pion" de manœuvre et pas un simple moyen de transport. (pas taper si j'ai enfoncé une porte ouverte, je suis marin à la base pas terrien )
  11. Les armées des grandes nations européennes le feraient aussi (France, UK, et même l'Allemagne j'en suis sur). C'est notre culture, notre ADN, le résultat de siècles de guerres incessantes sur le continent. Les militaires ukrainiens et les russes se battront jusqu'à ce que une paix soit signée, avec des lance-pierres si ils n'ont plus de munition. Ils ne lâcheront pas, défendront leur tranchée ou attaquerons une n-ième fois les positions ennemies, même si ils ont des doutes sur la justification de cette guerre ou sur la capacité de gagner. C'est frappant de voir à quel point ce conflit ressemble plus à 14-18 que à la deuxième guerre mondiale par de nombreux aspects.
  12. +1 Cette réserve pourrait être utilisée au jour le jour pour les pools OPEX et d'entrainement, pour ne pas laisser moisir le matériel dans des entrepôts. Et en temps de guerre, cela permettrait de compenser les matériels indisponibles quand on envoie "le gros" au combat, compenser l'attrition, potentiellement équiper les réserves mobilisées avec du matériel récent (pas les vieux clous que l'on garde en stock au cas où) si on en arrive là.
  13. Depuis les TB2 peut-être ? Les Ukrainien semble avoir fait le constat que les MAM-L sont beaucoup trop légères pour abimer un navire de guerre. Un Brimestone fait 50kg, soit le poids de deux MAM-L à peu près. Crash program pour intégrer la munition sur cette plate-forme ? PS : Les Echos parlent toujours de Harpoon (https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/les-occidentaux-se-resignent-a-fournir-lukraine-en-armes-lourdes-1401510) mais ce n'est la référence ultime en matière d'armement.
  14. Il n'y a pas besoin de satellites, il y a des patmars US qui se relaient dans la zone. Si ils font bien leur boulot, ils ont en permanence un sitrep à jour de ce qui navigue dans le coin. Un croiseur comme la Moskva ne peut pas quitter son port d'attache sans être pisté par les opérateurs radar à longue distance. Ce qui permet de savoir où il est et aussi ce qu'il fait (un navire qui doit défendre une zone aura tendance à faire des hippodromes par ex.). C'est très certainement comme ça qu'ils savent que il y a eu deux missiles, tirés à 18h46 etc... Accessoirement, c'est aussi pour cela que les russes ont confirmé rapidement que le navire avait coulé: pas moyen de le cacher, il valait mieux garder le contrôle de la communication.
  15. Le missile était testé et validé et ils commençaient la production en série tout doucement. En mode "guerre / urgence absolue" , cela ne me choque pas qu'ils puissent avoir quelques exemplaires fonctionnels en 40 jours. On s'est habitué aux programmes d'armements où il faut 3 ans pour sortir des chaines quelque-chose mais quand tu coupe toutes les procédures de validation (on teste directement en situation de guerre) et que les mecs travaillent 7j sur 7 en mode crash program, tu peux faire des miracles.
  16. Rivelo

    Drone aérien

    Correct. D'ailleurs, il y a une autre page avec le bilan spécifique à la guerre en Ukraine : https://www.oryxspioenkop.com/2022/02/defending-ukraine-listing-russian-army.html On parle d'une soixantaine de cibles détruites à date.
  17. Rivelo

    Drone aérien

    D'après Oryx (https://www.oryxspioenkop.com/2021/12/a-monument-of-victory-bayraktar-tb2.html), on en est à date d'aujourd'hui (9 Avril) à: 120 tanks 53 Armoured Fighting vehicules 143 pièces d'artillerie 43 canons automoteurs 79 Multiple Rocket Launchers 47 batterie SAM 300 véhicules 7 aéronefs détruits au sol etc... C'est pas que de la com !!!
  18. Rivelo

    Drone aérien

    J'ai l'impression qu'il y a quelque-chose qui nous échappe concernant le TB2. Face aux Russes qui ne sont pas des brêles en anti-aérien, il a démontré des qualités de "survivabilité" assez étonnantes. Alors que tout le monde disait que bien évidement un drone tactique ne pouvait pas être du grande utilité dans une guerre de haute intensité, on voit toujours des drones actifs faire des cartons sur des unités à haute valeur en Ukraine, y compris sur des batterie de DCA alors que les avions d'attaque au sol ont été matés. Peut-être que sa forme particulière lui donne une SER réduite sous certains angles ? Si on arrive à faire "tomber en marche" le Patroller, on aurait peut-être intérêt à en dériver une version "Petit/Grand Duc" du même gabarit (et utilisant la même électronique sur étagère) mais optimisé pour des missions de frappe au sol. Le Patroller a été pensé suite aux Retex de l'Afghanistan ou du Mali (forte endurance pour surveiller longtemps, armement secondaire pour des frappes d'opportunité sur des pick-ups, possibilité de s'en servir pour guider l'artillerie) mais pas pour shooter du blindé en masse en guerre de haute intensité. Le Reaper sait faire ce genre de missions mais il est trop précieux pour être hasardé dans un environnement contesté. Un truc furtif mais pas cher et potentiellement sacrifiable pourrait être bon compromis entre le SMDR et l'Eurodrone.
  19. Le plutonium n'est pas un résultat de la fission de l'Uranium, mais un sous-produit indirect. Lors de le fission, différentes formes de radioactivité sont émises. L'une d'entre elle, c'est l'émission de neutron libre qui vont fusionner avec le premier atome venu. Lorsque le neutron est absorbé par l'Uranium 238 (l'isotope d'Uranium le plus courant, non fissible, qui représente la plus grosse part du combustible nucléaire), cela provoque une réaction nucléaire secondaire qui fabrique du plutonium (qui n'existe pas à l'état naturel). Lorsque le cœur explose, tous les isotopes radioactifs qui sont normalement confinés dans le cœur sont dispersés. Certains de ces isotopes comme l'Iode sont particulièrement surveillés car ils sont abondants et facilement assimilés et "fixés" par les êtres vivants. D'autres, comme le plutonium ou le strontium, sont "justes" radioactifs mais il le restent très longtemps donc peuvent provoquer des conséquences à long terme. Ils peuvent également être concentrés dans la chaine alimentaire et et devenir très dangereux si ils sont ingérés. J'espère que les soldats déployés dans cette forêt n'ont pas mangé des champignons en plus du reste (je blague à moitié).
  20. Effectivement, c'est un point important : le mouvement séparatiste était tout sauf spontané. En fait, pour rester dans le ton très raisonnable du message d'Akilleus, c'est la sortie de l'Ukraine de la zone d'influence de la Russie qui aurait pu être discutée "entre adultes" entre les deux pays, de manière pacifique, plutôt que d'en arriver aux manœuvres avec les marionnettes séparatistes et le conflit ouvert actuel. C'est tout la discussion sur la "neutralité" de l'Ukraine qui a lieu actuellement sous pression dans les réunions de négociations (quand elles ont lieu) et la douloureuse acceptation par la Russie de cet éloignement d'un ancien pays vassal.
  21. Il y a un élément important à prendre en compte : le forum a fait de manière assez évidente l'objet de tentatives d'entrisme par des agents d'influence depuis le début du conflit, il ne faut pas être naïf. Des comptes créés de fraiche dates, avec des discours repérables (relativisation, éléments de langages..). Dans certains cas des étrangers (tournures de phrases bizarres), dans d'autres cas des français "de souche". Parfois des comptes anciens soudainement réactivés (ce qui laisse à penser que des tentatives de repérages ou d'influence étaient en cours déjà à bas bruit avant le déclenchement de la guerre en Ukraine). C'est ok de pouvoir parler de tout et parmi les contributeurs actifs et dans ce forum toutes les opinions sont légitimes. Mais nous ne sommes plus dans un ile à l'abri de ce qu'il se passe sur le terrain. Nos sommes partie prenante du conflit à notre manière et engagé dans la guerre informationnelle malgré nous. J'avoue de mon coté que la goutte d'eau ça a été quand certains comptes marionnettes ont commencé à relativiser ou mettre en doute les accusations de crimes de guerre à Butcha et ailleurs. On peut hésiter au vue des premières images mais quand on a vu derrière les témoignages de journalistes de toutes nations qui sont allé sur place et ont entendu le témoignages des victimes en direct, continuer à nier l'évidence, ce n'est plus du trolling. C'est juste insupportable.
  22. Ce que tu décris, c'est la raison de l'entrainement (assez spécifique) que l'on donne à nos soldats avant de les projeter en Centrafrique ou des pays comme ça où il est possible / probable que tu sois mis dans ce genre de de situation de confrontation avec des civils énervés ou pas coopératifs. J'ai vu dans un reportage qu'ils faisaient aussi une initiation lors des stages Cenzub. Cela s'apprend, et le rôle de l'encadrement de contact dans ce cas est primordial. Pour mémoire, un convoi de Barkhane avait été confronté à une manifestation "spontanée" de civils il y a quelques semaines au Burkina Faso. Cela ne s'était pas terminé en bain de sang pour autant.
  23. C'est ça. L'état russe tord le bras à Gazprom qui doit convertir 100% de ses revenus (en devises fortes) en rouble.
  24. Je pense que cela s'applique très bien à la situation actuel en Ukraine car la Russie s'est mise en dans un corner, avec de très nombreux civils assiégés, et une urgence à trouver une issue sans "perdre le face" compte-tenu du statut nucléaire de la Russie. On n'est pas dans le cas d'une négociation classique entre deux belligérants conventionnels (ex : conflit entre Arménie et Azerbaïdjan). Les négociations de crise s'appliquent aussi lorsque les deux parties sont très "pros super-entrainés", on peut penser par exemple au cas des prises d'otage terroristes dans lesquelles la partie "assiégée" est très préparée. Si tu veux des infos sur le sujet, il y a plusieurs livres d'anciens négociateurs du GIGN en librairie et pas mal d'articles sur le web (par exemple : https://www.gendinfo.fr/loisirs/culture/la-negociation-est-une-arme-ou-les-strategies-d-un-ex-negociateur-du-gign)
  25. +1 On peut cependant noter que c'est aussi un message de désescalade. Très bonne nouvelle car cela crédibilise les équipes de négociation en discussion (regardez, je suis soutenu par mes mandants, je peux obtenir des gestes). C'est à mettre au même niveau que la déclaration de Zelensky il y a une dizaine de jours sur le renoncement à l'adhésion à l'OTAN. Les négociations de crise, c'est un peu comme quand le GIGN négocie avec un forcené : on commence par des gestes simples (laisse moi apporter de l'eau aux otages), on continue avec des choses plus significatives (libère un otage, je t'apporte une pizza) et on continue comme ça pour créer une dynamique qui crée un certain niveau de confiance nécessaire à la désescalade puis au déblocage de la situation. Ce n'est pas les gestes en eux-mêmes qui comptent mais la dynamique.
×
×
  • Create New...