Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Rivelo

Members
  • Posts

    718
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Rivelo

  1. Il ne faut pas oublier que tout armement supplémentaire (même virtuel !) vient avec du personnel en plus à bord et des coûts récurrents (consommation de munition pour les exercices, formation des servants...). Il faut le voir comme quand l'AdT assemble un GTIA. Si tu veux une capacité mortier de 120mm, il faut section d'artilleur en plus. Donc à la fin tu dois te poser les bonnes questions sur les capacités que tu veux donner à ton groupement par rapport à la mission que tu leur confie. Un PO, c'est une mission de reco sur VBL tandis qu'une frégate serait un SGTIA combat capable d'engager une katiba de manière autonome. Ce que tu décris, c'est une mission de harcèlement à haut risque (pas facile de désengager dans un espace ouvert comme un espace maritime, tu ne peux pas te planquer après avoir shooté ton Exocet avec un navire qui fait du 20 noeuds +...). Cela ressemble plus à une tactique littorale, avec des unités très rapides qui peuvent retourner se cacher, non ?
  2. L'esprit de l'A69, pour moi, tel que je l'ai connu du moins, c'est une petite unité capable d'agir de manière autonome, capable d'iloter dans une zone d'intérêt potentiellement éloignée mais pas trop dangereuse pour renseigner, contrôler un blocus, lutter contre la piraterie. Et d'effectuer des tâches routinières à priori sans danger immédiat pour décharger les frégates (pour blanchir une zone par exemple). Leur niveau d'armement doit leur permettre d'avoir des capacités d'auto-défense face aux menaces "hybrides", pas d'affronter une marine moderne dans un affrontement symétrique. Pour ça, notre flotte possède des unités (beaucoup) plus puissantes qui permettent d'avoir l'ascendant sur l'adversaire. La décision de segmenter notre flotte avec des unités de type PO à 100M€ et, à l'autre bout du spectre, des frégates FDI à 850M€ pièce répond évidement à des considérations budgétaires (et aussi RH effectivement, ce genre de commandement permet à des jeunes commandants de faire leurs classes avant de commander des unités plus puissantes). Est-ce que l'on pourrait avoir quelque-chose d'un peu mieux avec un petit plus de budget, sans doute. Mais ce serait super dangereux de penser que PO boosté pourrait faire le travail d'une vraie frégate. C'est faux et c'est dangereux. Pour engager un sous-marin, il faut une frégate de rang 1. Même chose pour faire du renseignement dans une zone compliquée (ex : Médor). C'est un problème d'équipement mais aussi de ressources humaines à bord (en nombre et en quantité) pour analyser la situation et y répondre. Désolé, mais si un PO détecte un sous-marin près de nos cotes, le bon réflexe pour moi est de faire appareiller la frégate ASM de permanence et un ATL2 et de désengager, pas d'aller titiller la target avec des grenades sous-marines...
  3. Tout dépend si on veut faire un bâtiment de combat littoral "haute intensité" (cahier des charges initial des A69 et de beaucoup de corvettes destinées à des missions dans le Golf Persique) ou si on veut faire un patrouilleur océanique (plus ou moins lourdement armé). Sur le fil, certains intervenants mélangent les deux. Les Exocet ou les torpilles sont inutiles sur un PO que l'on ne va pas engager dans des situations de combats haute intensité (un PO qui se retrouve face à un SSK ou un SNA est déjà mort, torpilles ou pas). l'AVT ne fait pas partie non plus des missions d'un POM. Au contraire, la capacité à durer à la mer (gros point faible des A69) est déterminante pour un PO, ainsi que les moyens de renseignement (ex : drones, sonar). Le reste de l'armement, c'est pour de l'auto-défense ou pour couvrir les commandos lors d'opérations de contrôle/abordage. Je serai un peu nostalgique du "gros canon" de 100mm pour les nouveaux PO métropolitains mais je suis assez curieux de voir ce que l'on pourra tirer du combo radar 3D / conduite de tir / RapidFire 40 CTA en anti-aérien / anti-missile. Il y a moyen de faire quelque-chose de pas mal et ce sera un vrai plus dans les zones un peu louches genre Yemen.
  4. Oui, tu as raison ! Il y a aussi des expériences similaires en Chine (Daya Bay). L'objectif est d'étudier les oscillations en différentes natures de neutrinos. Mais ces détecteurs ne permettent pas de déterminer la direction d'où viennent les particules, c'est une analyse statistique qui est basée sur la connaissance à priori de la distance de la source pour faire déterminer certains paramètres physiques. Dans le même genre, il y a l'expérience OPERA du CERN, située à 731 kilomètres de la source (sous une montagne, pour limiter les interférences), malheureusement surtout connue pour avoir crue voir que certains neutrinos allaient plus vite que la lumière.
  5. La citation indique "moins d'un kilomètre", donc c'est pour l'instant de la détection courte distance qui est envisagée. Sinon, le tri avec des neutrinos d'autres sources peut se faire en fonction de leur énergie (très différente selon la source). A mon avis, pas de nouvelle réaction nucléaire. Juste le perfectionnement due à la "loi de Moore" de l'optoélectronique qui sert à détecter les gerbes de rayons lumineux lorsque les neutrinos interagissent (rarement) avec la matière. Pour mémoire : le fonctionnement d'Ice Cub en Antarctique utilise des milliers de tonnes de glace comme "surface de détection" et des capteurs optoélectroniques pour détecter les photons émis lorsqu'un neutrinos est absorbé : https://fr.wikipedia.org/wiki/IceCube
  6. A propos de ce sujet, quelques détails dans un article des Echos ce matin (https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/la-grece-choisit-la-france-pour-construire-son-bouclier-mediterraneen-1350354) Cela me laisse penser que l'administration US a du passer le message à la Grèce qu'elle ne voyait pas d'un mauvaise œil cette transaction avec la France et que le choix de la proposition française (opposé à celle de l'industrie US) ne serait pas vu comme un casus belli et ne remettrait pas en cause les négociations diplomatiques en cours sur l'accord de défense avec les US. Si c'est la cas, le deal n'a pas été "donné" à la France par Biden, les US auraient juste passer un "comfort message" comme on dit dans le jargon, par la voie diplomatique, pour détendre tout le monde (traduction : les US ne vont pas casser les jambes de la Grèce si elle ose acheter français). Cette "bienveillance" retrouvée est en soit un progrès...
  7. Lacroix a effectivement une gamme de leurres "classiques" en catalogue, sur étagère, qu'il suffit d'intégrer en mode projet. Pas de problème. Et on sait faire des brouilleurs. La France semble s'être convaincu qu'il était préférable d'attendre la prochaine génération (on parlait sur un autre fil de leurre actifs "dronisés" étroitement intégrés avec le brouillage), soit pour se donner bonne conscience alors que c'était un simple problème budgétaire, soit parce que cette nouvelle génération apportait une vraie rupture. Tout peut changer dans le feu de la discussion avec la Grêce...
  8. Le contre-amiral est je trouve vraiment compétent. Il est précis et explique de manière très pédagogique je trouve le projet Attack et le processus de sélection. A mon humble niveau je ne vois aucune approximation ou erreur. Les questions de la sénatrice sont par contre, disons, surprenantes C'est une vidéo récente (après l'annonce) ou plus ancienne ?
  9. Il faut brancher le décodeur diplomatique (communiqué qui a été travaillé avant l'appel par les équipes de chaque coté) "Ils sont convenus que des consultations ouvertes entre alliés sur les questions d’intérêt stratégique pour la France et les partenaires européens auraient permis d’éviter cette situation. Le Président BIDEN a fait part de son engagement durable à ce sujet." => OK, yeah, we should have talked before the press conference. I swore, won't do it again. "Les deux chefs d’État ont décidé de lancer un processus de consultations approfondies, visant à mettre en place les conditions garantissant la confiance et à proposer des mesures concrètes pour atteindre des objectifs communs." => des discussions secrètes dont on ne veut pas dévoiler pour l'instant le contenu vont avoir lieu "Ils se rencontreront en Europe à la fin du mois d’octobre pour parvenir à des points d’accord et conserver à ce processus tout son dynamisme." Prochaine rencontre fin octobre, des annonces seront faites à ce moment-là. "Dans ce contexte, le Président MACRON a décidé que l’Ambassadeur de France retournerait à Washington la semaine prochaine." => début de désescalade, on retourne en DEFCON 2 " Les États-Unis reconnaissent également qu’il est nécessaire que la défense européenne soit plus forte et plus performante, en contribuant de manière positive à la sécurité transatlantique et mondiale et en complétant le rôle de l’OTAN." => des annonces à attendre sur l'articulation entre OTAN et la défense européenne lors du déplacement de Biden en Europe (l'article de Warontherock avait vu juste) "Les États-Unis s’engagent à renforcer leur appui aux opérations antiterroristes conduites par les États européens dans la région du Sahel, dans le cadre de leur lutte commune contre le terrorisme." => les tankers, les Reapers et les renseignements US resteront en soutien de Barkhane. Un truc dont on était pas au courant mais qui devait être en discussion de puis longtemps (charge ROEM pour Reaper FR ?) est débloqué. A noter : le communiqué ne parle forcément de tout ce qui a été échangé. je suis certain qu'ils ont parlé de l'Australie (il y a eu des rencontres bilatérales US/Australie hier) mais il n'est pas question pour les US d'en parler ouvertement. Ce serait assez normal que les US se posent en médiateurs / garant d'une négociation rapide du débouclage du contrat et de la discussion d'éventuelles compensations. Mais cela n'a pas sa place sur un communiqué officiel...
  10. Dans toute négociation contractuelle importante, pour donner du poids à un ultimatum, il faut avoir un plan B. Et ce dont il était question dans la presse australienne ces derniers mois, c'était le projet "Son of Collins" : c'est à dire de faire durer plus longtemps les Collins ou de fabriquer une nouvelle série de sous-marin de cette classe modernisé. On trouve de nombreux échanges autour de cette idée au niveau parlementaire ou gouvernemental. Et c'était un plan B au cas où les négociations n'aboutissent pas. La France avait demandé suite aux remarques du PM australien si elle devait travailler sur une alternative à propulsion nucléaire et on lui a dit gentiment que ce n'était pas la peine, qu'il fallait "fixer" le contrat Attack. La "tromperie" vient du fait que, conformément aux engagements pris, le contrat a été négocié et les points de difficultés traités, dans les temps pour une signature en septembre, et que en fait Naval Group et le gouvernement français ont été "baladé" parce que le PM australien n'avait en fait aucune intention de mener à bien ce projet. En Juin, il aurait plus honnête de dire que le projet Attack était mort et que l'Australie voulait de bonne foi arrêter le projet pour faire autre chose. Là, il y a eu campagne de presse pour dénigrer le contrat Attack, puis duplicité pendant plusieurs mois pendant lesquels la partie française a travaillé pour négocier un contrat que le PM australien ne voulait pas signer. C'était une manipulation pour nous "tenir occupé" en attendant que le deal avec les US et les Britanniques soit finalisé. En cela, c'est une rupture de confiance au niveau inter-gouvernemental.
  11. D'autant que ce qui s'est passé en juin, c'est le fameux diner avec le PM australien, dont il a été abondamment été question dans la presse. Sacré source !
  12. Sachant qu'Ursula n'aurait jamais pris cette position sans avoir vérifié avant avec Merkel (qui ne peut pas s'exprimer pour cause de campagne électorale), le message a une certaine valeur. C'est un message sur CNN donc au monde anglo-saxon : aux australiens (l'accord de libre échange est en jeu) et aux Etats-Unis (c'est important de réparer la relation avec la France, les effets collatéraux pourraient toucher d'autres sujets au niveau UE). C'est pas mal !
  13. C'est tout le volet diplomatique qui a été salopé pour AUKUS. La France en premier lieu, mais pas que : aucun des pays de la zone n'a eu droit à un "heads-up" sur le sujet, il n'y a eu aucune concertation qui aurait permit de prendre en compte d'éventuelles inquiétudes et "polir" le projet pour qu'il soit mieux accepté. Ils ont juste déboulé dans la magasin de porcelaine de manière brutale et imprévue. Et l'acte de rébellion français (qui reste très symbolique) trouve une résonance car la plupart des chancelleries ont eu à souffrir de ce manque de tact un jour ou l'autre ces dernières années.
  14. Un article du New York Times sur le même sujet : https://www.nytimes.com/2021/09/17/us/politics/us-france-australia-betrayal.html Morceaux choisi :
  15. Je ne voterai pas pour toi comme ministre des affaires étrangères
  16. Il y a dans l'article une idée intéressante, pour traiter la partie "diplomatique" du conflit : inviter la France au "Quad" (club US / Inde / Japon / Australie). Ce sont que des pays amis de la France, cela remettrait la diplomatie française en selle dans la région, dans un club où la France pourrait se sentir à l'aise (ce n'est pas une alliance militaire, plus un club politique) et où elle serait légitime (ayant des territoires dans le Pacifique). Il ne resterait plus qu'à trouver une réponse au préjudice économique.
  17. Thanks a lot @jackjack! Ci-dessous la retranscription de l'article :
  18. En fait, ils se sont complètement loupés sur le coté "diplomatie". Même pas un message high level pour laisser entendre qu'il y a un truc en cours et "déminer" comme on dit, zéro réflexion pour "amortir le choc" et sauver les apparences (genre donner un strapontin à la France dans l'accord)... Ils ont fait du "deal making" brute force. Si je faisais ça dans mon boulot actuel, je serais viré.
  19. Article des Echos ce matin : https://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/laffaire-des-sous-marins-australiens-ouvre-une-crise-transatlantique-majeure-1346978#utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=re_8h&utm_content=20210917&xtor=EPR-5000-[20210917] L'article insiste sur le camouflet diplomatique des US, qui n'ont pas inclus la France (et l'UE) dans la discussion, ne prenant même pas la peine de décrocher leur téléphone pour prévenir la France de l'annonce et sauver les apparences.
  20. Ce n'est pas comme ça que je lis la fin de l'article. Il sous-entends que le PR ne va pas faire d'esclandre mais que (la vengeance étant un plat qui se mange froid) il fera payer l'Australie en profitant du rôle central de la France dans l'UE pour bloquer des accords commerciaux ou assimilés. De facto, la France va bientôt prendre la présidence de l'UE.
  21. Comme les néerlandais pour le F35 ! Ce sont des petits pays (25 million d'habitants pour l'Australie, 17 million pour les Pays-Bas). Ils sont très pragmatiques dans leurs choix d'alliance. Bon, ça n'excuse rien, c'est quand même une belle saloperie qu'ils viennent de nous faire
  22. Faut pas tout mélanger : je travaille en ce moment avec des Australiens et ils sont très sympa (beaucoup plus que les anglais !). Mais bon ils sont "down under" habitués à se débrouiller seuls et ils n'hésitent pas à prendre des décisions dures si ils estiment que c'est leur intérêt. Ils me font un peu penser sur ce plan aux néerlandais.
×
×
  • Create New...