stormshadow

Frappes nucléaires sur les USA

Recommended Posts

l'autre aspect, c'est que la probabilité qu'une tête explose en fin de course est très inférieure à 100%. au pif je dirais pour une tn75 après quelques mois de stockage dans les 50-60%. pour une tno - pour une tno, sans test je n'ai aucune confiance. donc il n'y a aucune garantie qu'une cible soit détruite - sans compter le fait que sur 16 M45, il y en aura bien un ou deux qui partiront en sucette. à l'arriver, il est raisonnable de tabler qu'il n'y aura que la moitié des têtes qui exploseront - et il n'y en a pas 6 par m45 aujourd'hui, certains missiles en ont moins pour pouvoir appliquer une riposte graduée.

je ne suis pas d'accord : nous ne sommes plus en 1965... dès les années 1980 vecteurs et ogives avaient une fiabilité quasi-égale à 100%. Ls ogives même anciennes étaient régulièrement testées san sdifficulté à Mururoa. Un tir de missile (même vieux de 10 ou 15 ans) avait lieu chaque année. Il n'y a jamais eu d'échec à ma connaissance !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En relisant ces échanges je suis frappé par la pertinence de la doctrine de la dissuasion nucléaire (et par la pertinence de la FOSt): on voit bien que notre pays même après avoir perdu la quasi totalité de ses moyens atomiques peut infliger aux Etats Unis des dégâts massifs - ce qui suffirait à mon sens à décourager toute frappe préventive contre la France.

Il est vrai que les Etats Unis présentent une certaine vulnérabilité : population concentrée sur les côtes, grande dépendance à l'égard de la mer (et des ports), intensité technologique (et donc dépendance à l'égard de l'électricité). Tout cela vaut moins pour la Russie ou l'Inde.

Je pose cependant une question : si en France le Président, le premier ministre et tous les ministres sont tués ou privés de moyens de communication qui donnera l'ordre de tir ? qui choisira les cibles ? le commandat du sous-marin ? ALFOS ? le concierge de l'Elysée ?

et que deviendrait le SNLE après le tir ? s'il se contente de descedre à la profondeur maximale et d'y rester immobile sans faire de bruit ne peut il pas en réchapper ?

et enfin j'espère que la NSA n'a pas repéré ces échanges car il y a un gros risque de voir tous les membres de ce forum interdits d'entrer aux Etats Unis !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En vrac :

* ''Officiellement'', le taux de fiabilité des vecteurs est annoncé a 80 % pour les bombes US, les françaises ne devraient pas avoir un taux de fiabilité bien supérieure.

* Et comme il semble que cela quelques temps que la crise franco américaine dure, il est plus que probable que l'ensembles des navires Aegis anti missiles soit déployé dans l'Atlantique. Les installations au sol de la BMD étant coté Pacifique, elles ne comptent pas. Les Aegis sont ils pertinant façe à une attaque par SLBM tiré à un quart d'heure maximum de leurs cibles ?

* Une frappe anti cité pour répliqué une attaques anti forces est elle encore plausible actuellement ?...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

''Officiellement'', le taux de fiabilité des vecteurs est annoncé a 80 % pour les bombes US, les françaises ne devraient pas avoir un taux de fiabilité bien supérieure.

Étonnant car le Trident n'a jamais connu aucun échec de même que le M4/M45/M51 lors de leur tir test (y en a eu pas mal surtout pour le Trident). La fiabilité doit être très proche de 100%.

Et comme il semble que cela quelques temps que la crise franco américaine dure, il est plus que probable que l'ensembles des navires Aegis anti missiles soit déployé dans l'Atlantique. Les installations au sol de la BMD étant coté Pacifique, elles ne comptent pas. Les Aegis sont ils pertinant façe à une attaque par SLBM tiré à un quart d'heure maximum de leurs cibles ?

Les Aegis sont incapable d’intercepter des MIRV surtout que dans ce cas les M45 sont tirés en trajectoire très tendu minimisant le temps de réaction des USA.

Une frappe anti cité pour répliqué une attaques anti forces est elle encore plausible actuellement ?...

On n'a pas suffisamment de TN pour la frappes anti-force et nos TN sont trop peu puissantes et précises pour de l'anti-force donc dans ce cas le but comme l'a dit Raoul c'est de tuer un max de monde et de détruire les villes les plus importantes des USA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai jeté un gros pavé dans la mare en parlant de fiabilité, c'est un point sur lequel les différents acteurs sont très discrets parce qu'il s'agit d'un sujet très complexe à haute volatilité médiatique.

Bien sûr que les différents éléments du système de dissuasion sont aujourd'hui individuellement très au point. Le problème c'est qu'il n'y a jamais eu qu'un seul test du système complet il y a cinquante ans par les américains (le tir Frigate Bird) et encore, la tête testée n'était pas la W47 qui équipa par la suite les Polaris, et dont la fiabilité fut oh! combien controversée.

Bref, le système complet intégré n'a en pratique jamais été testé. C'est un peu comme si on construisait des voitures en testant au banc tous les éléments individuellement, moteur, transmission, suspension, freins, etc... au banc, tout marche nickel, mais personne n'a jamais pris la route avec, et on a mis une fois le contact d'un proto il y a cinquante ans. Dans ces conditions, n'importe quel ingénieur se tord de rire (ou de consternation) à l'idée qu'il est certain que le jour où on en a besoin les 50 voitures produites démarreront au quart de tour et rouleront toutes sur 2000 bornes sans souci.

Je concède très volontiers que le M51 est un missile très fiable - après tout, le moteur est en pratique celui d'un eap d'Ariane V, on peut dire que c'est bien au point et qu'on a une bonne lisibilité sur les procédures de mco.

Mais je maintiens que si on faisait un test en vraie grandeur, tir réel des 16 missiles d'un snle en conditions opérationnelles, on aurait des surprises en comptant les tn75 détonées sur cible (je ne veux même pas entrer dans le débat sur la tno). On peut toujours simuler, ça ne remplace pas un test en vraie grandeur.

Tiens, juste comme ça: est-ce qu'on a déjà fait un exercice de chasse de tous les missiles d'un Triomphant? elle est comment la pesée du sous-marin au dixième missile de 50t tiré en 5mn? et le douzième missile, il sort de l'eau dans quelle position? si la réponse est "on a jamais essayé mais il n'y a pas de raison qu'il y aie un problème", mauvaise pioche!

La vérité, c'est qu'annoncer qu'en cas de malheur 50-60% des ogives arriveraient ET exploseraient au-dessus des objectifs est en pratique un hommage appuyé et un signe de confiance envers les ingénieurs qui construisent ce système d'arme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En relisant ces échanges je suis frappé par la pertinence de la doctrine de la dissuasion nucléaire (et par la pertinence de la FOSt): on voit bien que notre pays même après avoir perdu la quasi totalité de ses moyens atomiques peut infliger aux Etats Unis des dégâts massifs - ce qui suffirait à mon sens à décourager toute frappe préventive contre la France.

Je mettrais quand même un gros bémol sur le fait qu'on ait perdu la quasi-totalité de nos moyens. En réalité c'est presque le contraire, la plupart de moyens sont encore opérationnels.

On n'a que 3 SNLE avec lot de missiles. Statistiquement ça en fait à peine 2 en mer. Pour peu qu'on ait un accident, une IPER ou quoique ce soit, on se retrouve avec un seul SNLE en position de tir, les autres étant à quai ou en position relativement facile à connaitre. Quand au FAS et FANU, entre le CdG qui en temps normal n'emporte plus d'ASMP et les FAS qui se contentent de 2 bases aériennes, ils sont extrêmement vulnérables et un raid de B2 ou de Tu160 devrait suffire à les détruire.

Je pense qu'en temps normal, il faudra moins de 24H après une dispute avec le président américain ou russes pour que nos FAS soit détruites ainsi que nos SNLE à quai. La ou ce serra plus dur c'est pour les 2 SNLE en mer, à priori l'un d'eux devrait être au voisinage du port et pourrait se faire couler par un SNA. Avec un mois de préparation, les USA ou la Russie devrait "assez facilement" pouvoir réduire notre dissuasion à un unique SNLE. Sauf que le SNLE qui est en mer est partis avant le début des tensions et a du se contenter de son chargement classique de 84 ou 86 têtes nucléaires.

Bon 10 têtes, ça ne change pas grands chose à la donne, mais si on souffre de mal chance, il est possible que notre dernier SNLE soit coulé ou au moins traqué par la flotte US et ne dispose en réalité que de quelques minutes (le temps de tirer la moitié de ses missiles) avant de se faire couler. On risque donc de devoir tabler sur une quarantaine de têtes nucléaires. Pour peu que qu'un AEGIS soit lui aussi posté à quelques kilomètres (par ce qu'il se doute qu'on veut tirer) on risque même de se faire intercepter une partie de nos missiles.

et que deviendrait le SNLE après le tir ? s'il se contente de descedre à la profondeur maximale et d'y rester immobile sans faire de bruit ne peut il pas en réchapper ?

On s'en fout ? De toute façon, que veux tu qu'ils deviennent en supposant qu'ils ne se fassent pas détecter ? Ils ne pourront pas retourner sur leur port d'origine qui a probablement fait l'objet d'une frappe nucléaire (vu qu'il abritait au moins un autre SNLE et probablement quelques missiles) et ils n'en ont même plus envie vu que la famille de l'équipage vivant à proximité de la base vient de se faire atomiser. Et vu ce qu'ils viennent de faire, il est probable que le reste de la métropole disparaisse. Ils ne peuvent même pas aller se réfugier dans un autre pays vu qu'ils y seront condamnés pour crime contre l'humanité (bah oui des dizaines de millions de morts, une pollution qui restera présente des dizaines d'années ...) Bref ils peuvent peut-être espérer aller se réfugier dans un de nos territoires outre-mer qui n'aurait pas été touché par une frappe nucléaire (style la Réunion, la Polynésie ...) mais ils risquent presque de regretter d'avoir survécu. Du coup ça ne m'étonnerait pas plus que ça si le SNLE (une fois son tir effectué) se met à jouer au SNA et faire ce qu'un SNA aurait fait à sa place en cas de guerre totale contre les USA (donc risquer une fois de plus de se faire repérer en s'approchant le plus prés possible d'un CVN pour pouvoir lui envoyer des torpilles)

En vrac :

* ''Officiellement'', le taux de fiabilité des vecteurs est annoncé a 80 % pour les bombes US, les françaises ne devraient pas avoir un taux de fiabilité bien supérieure.

Ce n'était pas une donnée concernant les missiles balistique terrestre mono-tête risquant de se faire intercepter à l'arrivée par la défense anti-missile moscovite ? Les Minuteman sont quand même beaucoup plus vieux que nos M45 (année 69 contre 97) et ils sont pour la plupart mono-tête et avec des ogives plus vielles que les nôtres.

* Et comme il semble que cela quelques temps que la crise franco américaine dure, il est plus que probable que l'ensembles des navires Aegis anti missiles soit déployé dans l'Atlantique. Les installations au sol de la BMD étant coté Pacifique, elles ne comptent pas. Les Aegis sont ils pertinant façe à une attaque par SLBM tiré à un quart d'heure maximum de leurs cibles ?

Nos M45 (et encore plus les M51) sont quand même très performants, les Aegis serraient plus adapté à la génération précédente. Je pense par exemple que nos S3 (qui ont failli rester opérationnel jusqu'en 2005) aurait beaucoup moins de chances.

* Une frappe anti cité pour répliqué une attaques anti forces est elle encore plausible actuellement ?...

Non ... enfin j'espère pas. Mais dans ce scénario, ce n'est pas vraiment la question. On sait juste qu'on est en guerre totale avec les USA qui ont détruit (entre autre) la quasi-totalité de notre aviation (aéronavale comprise) et au moins un de nos ports et que le président nous demande de leurs causer le plus de dégât en utilisant tous les moyens nucléaires restant. Vu les informations à ma disposition, je soupçonne qu'il y ait déjà eu un nombre de mort français assez impressionnant. Même si on ne sait pas si les US ont utiliser d'armes nucléaire, on est quand même presque sur qu'un SNLE à quai vient d'exploser et que son réacteur nucléaire pollue les villes les plus proches.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait le problème qui se pose n'est probablement pas la fiabilité des systèmes, (ou alors de façon marginale) mais plutot le fait que la durée de survie d'un  SNLE en immersion de lancement ne dépasse pas 5 min

Soit au maximum de quoi lancer la moitié de son chargement avant de recevoir lui même un depth charge à tete nucléaire

On peut donc tabler en moyenne sur 8 M45 en l'air donc 48 vehicules de rentrée

Disons que si on s'est pris des frappes de neutralisation de nos forces stratégiques et des tentatives de frappes de décapitation la risposte peut etre anti-cité (la plus simple, la plus destructrice pour les 2 adversaires au vu de la contre riposte)

ou alors anti forces armées

Avec 1 M45  on provoque une EMP au dessus des grandes villes (NY, Washington, Baltimore, Chicago, Boston, Miami, Pittsburgh et Cincinatti)

avec les 7 M45 qui reste on annihile les forces armées US de la cote Est

42 tetes à  raison de 2 tetes par cible  sur les forts ports militaires à portée

http://www.popularmilitary.com/military-bases.htm

on detruit donc

Paris Island et Quantico pour les Marines

Norfolk, Portsmouth, Annapolis, Les chantiers navals de Philadelphie, Forth Worth, Little Creek, Yorktown, Charleston pour la Navy

Fort Detrick, Fort Meade, Picatinny arsenal, Fort Dix, Fort Hamilton, West point, Fort Bragg, le MOTSU, Radford ammunition plant, fort Lewis pour l'Army

et 2 tetes sur Andrews

Avec ca on detruit  les capacités de projection et de soutien des forces armées US

Si le SNLE survit on peut remettre une couche sur les bases de l'Air Force à portée (mais il faudra au minimum 4 tetes par BA vue leur taille ce qui n'en fait pas des ciblse prioritaires vu le faible nombre d'engins disponibles)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est le 3ème topic sur le quel tout le monde pense qu'un SNLE est mort après avoir tirer, c'est dingue quand même ! :O

Et la vous pensez carrément qu'il n'aura pas le temps de tout tirer ? Ça me semble fou.

Quelle est la probabilité pour qu'un satellite repère le lancement ? En sachant que le sous marin peut se trouver partout dan un rayon de plusieurs milliers de kilomètre autour de la côte Est.

Admettons qu'il soit repéré, que ce passe t-il ? C'est automatiser ? Ou un humain doit il confirmer le départ d'un missile ?

Ensuite peuvent ils savoir que les missiles ce dirige vers eux ?

Admettons qu'ils le savent, combien de temps va t-il falloir pour mettre un haut responsable au courant et pour qu'ils prennent la décision de canarder la zone ?

Admettons que ce soit rapide, combien de temps le navire, sous marin ou avion le plus proche va t-il mettre de temps pour arriver ?

Et enfin combien faut il de temps au SNLE pour délivrer sa cargaison complète ?

C'est seulement en sachant tout cela que l'on peut savoir si le SNLE est en danger. Ce qui de toute façon n'aura aucune espèce d'importance puisqu'on l'on viendra de commettre la chose la plus affreuse que l'être humain n'est jamais fait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il n'y a pas que les sats pour detecter les départs missiles

Pour les USA ils ont la ligne SOSUS qui peut leur indiquer soit ou se situe le lanceur soit par ou il est passé

Tu peut etre certain que la zone sera ratissée par des SNA, Patmar et frégates ASM (si déja le SNLE n'est pas suivi dès sa sortie du port par un hunter-killer)

ensuite un lancement en immersion faible fait du bruit, beaucoup de bruit, le moindre batiment à des centaines de KM à la ronde sera alerté et pourra lancer selon sa position soit un helico ASM soit un Asroc (possiblement avec tete nucléaire)

Ou alors un patmar va se pointer sur zone et vider sa cargaison de torpilles/missiles/grenades

la question de la vidange (temps de lancement) est le réel point constituant une inconnue

Si ca dure moins de 5 min c'est faisable de tout balancer

sinon ca va etre compliqué

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça me semble impossible qu'un SNLE soit détruit en 5 min alors qu'il est situé dans un rayon de plusieurs millier de km de la côte Est des USA. Même si des missiles ou des torpilles sont tirés sur le SNLE , ces derniers mettront beaucoup plus que 5min pour l'atteindre. Quand au PATMAR et frégate pour parcourir plusieurs millier de km en 5 min ou 15 min n'en parlons même pas.

Le SNLE aura largement le temps de vider sa cargaison avant d'être détruits si il est repéré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous partez tous du principe que le SNLE sera tranquille tout seul dans sa zone de patrouille

Encore une fois en cas de conflit il y aura sur zone du monde

Donc un risque réel (mais non garanti) de destruction rapide dès les premières minutes suivant le premier tir (très visible et très bruyant)

Je dirais même que si le SNLE a deja un SNA au derche dès ouverture des ballasts pour remontée périscopique voire ouverture du premier silo  il va aller par le fond avant même de pouvoir tirer

ce sont des contingences à prendre en compte

C'est pas pour rien que certains pays pendant la guerre froide ont augmenté leur nombre de SNLE et pas leur nombre de missiles par SNLE

Ainsi que mirvé leur tetes de façon à ce qu'à chaque missile parti il y'ait plusieurs impacts

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un SNLE est invisible tant qu'il ne tire pas , la collision d'un SNLE français avec un SNLE anglais le prouve

- Il faut 15 min minimum pour identifier le tir/connaitre la trajectoire et les cibles des missiles et alerter les forces anti-SNLE de la position du SNLE qui a tiré.

- Si on prend l'hypothèse(optimiste) que des forces anti-SNLE se trouve à plusieurs centaines de km du SNLE qui a tiré, les Patmar et hélico vont mettre plusieurs dizaines de minutes pour être à portée de tir et plusieurs heures pour les frégates ASM et les SNA.

Dans tous les cas le SNLE a largement le temps de tout tirer. Le passage au MIRV n'a rien avoir avec cela.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un SNLE est invisible tant qu'il ne tire pas , la collision d'un SNLE français avec un SNLE anglais le prouve

- Il faut 15 min minimum pour identifier le tir/connaitre la trajectoire et les cibles des missiles et alerter les forces anti-SNLE de la position du SNLE qui a tiré.

- Si on prend l'hypothèse(optimiste) que des forces anti-SNLE se trouve à plusieurs centaines de km du SNLE qui a tiré, les Patmar et hélico vont mettre plusieurs dizaines de minutes pour être à portée de tir et plusieurs heures pour les frégates ASM et les SNA.

Dans tous les cas le SNLE a largement le temps de tout tirer. Le passage au MIRV n'a rien avoir avec cela.

Tu penses vraiment qu'un SNA en maraude n'entendra les départ de coup? que les missile de marqueront par sur le radar de veille longue portée d'une frégate ou d'un guet aérien?

Que le SNLE puisse tirer certes ... mais apres il va falloir combattre.

Quand a l'invisibilité d'un SNLE c'est tant que les équipes ASM au dessus ne bombarde pas au sonar actif basse fréquence ou tant qu'on leur empeche de le faire ;)

Pour le tir en salve a priori ça se fait sans souci en profondeur. Je crois que les essai standard sont effectué a 100m d'immersion, ça se trouve c'est déjà suffisant pour pas se faire repérer au radar satellitaire avant le tir. Pour la séquence de tir la préparation est longue, mais le tir lui même est bref, une grosse poignée de seconde entre la chasse de chaque engin - histoire qu'il ne se retrouve pas l'un dans le sillage de l'autre et ne se percute pas a l'allumage, le sous marin filant autour de 5kts - disons une grosse dizaine de seconde, ça donnerait 3 minute pour la séquence complète.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le SNA va mettre plusieurs heures pour être à portée de tir pour parcourir les centaines de km qui  le sépare du SNLE. Les Patmar et hélico ASM vont mettre plusieurs dizaines de min pour arriver à portée de tir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le SNA va mettre plusieurs heures pour être à portée de tir pour parcourir les centaines de km qui  le sépare du SNLE. Les Patmar et hélico ASM vont mettre plusieurs dizaines de min pour arriver à portée de tir.

Ca tu ne le sais nullement avant le tir ... ca se trouve le SNA tu la au cul à 6000 yard et tu bouge t'es mort. Les zone de patrouille de l'adversaire sont connu ... et en cas de crise elle sont tres surveiller, c'est pour ca qu'on mobilise autant de FREMM dans le cas d'un éventuel besoin pour assurer la liberté d'action des SNLE, en temps de paix il sont relativement libre, en temps de guerre on pourrait trouver plein de campeur devant Brest et plein partout nos zone de partouille standard - les zone qui vont bien pour que tel type de missile arrive sur tel pays, et permette une bonne planque au sous marin, ne sont pas légions il faut que la ballistique, la géographie et la bathymétrie conviennent ca limite beaucoup surtou si on a des engin court sur patte, pas beaucoup de SNLE donc l'oblogation de temps de transit reduit etc. -

Accessoirement les torpilles a changement de milieu ca existe et ca porte loin et vite, SUBROC ou 91RE1 portée 60km, SS-N-16 portée 100km, les helicos de patrouille maritime ca file 150kts, et les avion mach 0.8.

Je ne sais pas si les moyen seront suffisant pour couler le SNLE ... mais il sera bien emmerder avec tout ce petit monde aux fesses, c'est ingrat la lutte ASM mais c'est aussi assez angoissant pour les équipes des soum.

D'ailleurs le développement de tous ces outils est un peu tombé en désuétude avec la fin de la guerre froide et l'arrivée de ABM prometteur et moins couteux en ressource humaine. Reste que la plupart de ces solutions font toujours partie de l'arsenal des gros nucléaires, les russes maintenant a jour leur joujou d'ailleurs alors que les US reste sur leur acquis guerre froide de ce coté, en l'absence d'ennemi crédible surement.

L'avantage de l'ABM sur la lutte ASM, c'est que la contrainte est largement déplacé, temporellement et géographique. Géographiquement parce qu'on est chez soit, et qu'on est la cible donc on sait ou chercher les bidules qui arrive. Temporellement parce que le temps de vol des missile ballistique est connu la dur loi des mouvement keplerien et que donc le temps disponible pour intervenir est tres prévible. Sauf que le gros souci c'est qu'un ennemi peu facilement bypasser se belle équilibre en oubliant le ballistique au profit de l'engin de croisiere haute performance qui rend toute la défense ABM inutile et oblige a une défense périmetrique basse altitude complexe. Le pire étant le mélange des deux mondes, un engin avec une partie balistique tendue pour le transit rapide et une partie croisiere basse altitude pour la pénétration de la défense, le tout embarqué dans un SNLE. Le petit souci c'est que ca arrive a grand pas ... Brahmos 2 nuke et autre. Et on reviendra au probleme initial empecher le SNLE de tirait un truc difficilement arretable en défense de zone.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon pour repondre au wargame, je file plein nord sous la banquise en espérer me départir de la flotte de surface du guet aérien et de la recherche satellite. Je redescent le long d'Ellsmere vers le passage du nor ouest au niveau de résolute, et feu ... les ville du nord sont en tir tendue les ville du sud ouest sont a relativement bonne portée 4000km ... seul la floride et le Texas sont un peu loin pas loin de la portée maxi théorique. La position de tir dépend de l'état de la glace il faut trouvé le bon spot pas trop loin du pack mais avec des morceau pas trop gros pour pas esquinter les coiffe a la remonté. Pour la fuite il y a l'embarras du choix entre les iles et la glace qui par son bruit permet de couvrir la retraite. Pour la riposte c'est un peu loin de tout, difficilement navigable du fait de la quasi absence de moyen brise glace lourd chez les US et meme chez les canadien, en gros ca limite la menace aux stations d'écoute automatique et aux SNA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en gros ca limite la menace aux stations d'écoute automatique et aux SNA.

Et encore, sous la glace les sonars sont très peu efficient. Le risque de détection / poursuite est extrêmement faible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je colle ca ici comme note a moi meme sur la protocole anti balistique, et le timing.

- t=0s le missile de 3000km deportée est tiré.

- Alerte par les satellite de veille infrarouge - geo ou leo - entre t=40s - 15km d'altitude - et t=130s - environ 200km d'altitude -. Détection, classification et trajectographie basique. On sait alors d'ou, qui - analyse spectro des gaz propulsif -, et grosso modo vers ou ca part.

- t=200s accroche par le radar de veille longue portée, trajectographie précise et solution de tir jusqu'a t=260s.

- t=530s tir du missile anti missile, le balistique approchant de son appogée

- t=610s l'autodirecteur infrarouge du missile anti missile s'active et discrimine tete et leurr

- t=700s impact a 600km d'altitude.

En gros il faut 45 secondes pour déclencher l'alerte et localiser le départ de coup ... et maxi 90s de plus pour classifier et trajectographier la menace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble bien qu'il y a une vidéo quelque part sur le forum d'une SLNE russe lachant toute sa cargaison ;)

Opération hippopotame*-1 (6 missiles) et hippopotame*-2 (la totale).

En vidéo je ne sais pas.

La salve compléte c'était Aout 1991, peu avant le putsch, et donc médiatiquement eclipsée par les événements politiques.

*Oui, en russe ça se dit Begemot, mais je trouve que la traduction en français donne une connotation plus sympathique  :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Opération hippopotame*-1 (6 missiles) et hippopotame*-2 (la totale).

En vidéo je ne sais pas.

La salve compléte c'était Aout 1991, peu avant le putsch, et donc médiatiquement eclipsée par les événements politiques.

*Oui, en russe ça se dit Begemot, mais je trouve que la traduction en français donne une connotation plus sympathique  :lol:

oui j'avais lu ça ici meme :

http://www.air-defense.net/forum/index.php?topic=13610.0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce serait "grillé" si on déployait quelques rafales (et leur asmp-A) à st Pierre et Miquelon pour "exercice" ?

L'allonge permettrait de toucher Boston voire NY non (en mission sans retour) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans "Une seconde après" - thriller apocalyptique - les Etats Unis sont attaqués par un ennemi inconnu. Une tête nucléaire explose au dessus du Kansas, une IEM, qui détruit tous les appareils électriques sur l'ensemble du territoire américain (de mémoire, c'est bien ça).

Un an après, 90% de la population a succombé indirectement à cette attaque (famine, guerre civile, ...), et les Etats Unis sont devenus un pays du Tiers Monde (qui a quand même rasé tous les ennemis potentiels en représailles ^^).

C'est assez flippant, parce que l'auteur s'est renseigné auprès d'experts militaires en la matière, donc ça m'a l'air très crédible.

(D'ailleurs dans le roman, l'Europe et l'Extrême Orient en prennent une aussi)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 328
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    ThincanKiller
    Membre le plus récent
    ThincanKiller
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 507
    Total des sujets
    1 197 397
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets