Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'Egypte et son voisinage


Recommended Posts

Des milliers de représentants des Frères musulmans et d'opposants au chef de l'Etat égyptien Mohamed Morsi se sont affrontés mercredi devant le palais présidentiel au Caire, faisant des blessés, rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

http://fr.rian.ru/world/20121205/196834661.html

Le référendum sur une nouvelle Constitution d'Egypte sera organisé à la date prévue du 15 décembre prochain malgré les manifestations de protestation, a déclaré mercredi devant les journalistes au Caire le vice-président du pays, Mahmoud Mekki.

http://fr.rian.ru/world/20121205/196835414.html

Link to comment
Share on other sites

(AFP) Opposants et partisans du président Mohamed Morsi se sont affrontés mercredi à coups de cocktails molotov et de jets de pierres lors de heurts devant la présidence au Caire qui ont fait plus de 200 blessés et illustrent la division d'un pays s'enfonçant dans la crise.

Il s'agit des pires violences depuis l'élection en juin de M. Morsi, premier président islamiste d'Egypte qui s'est attiré les foudres de l'opposition et d'une partie de la magistrature pour s'être octroyé des pouvoirs exceptionnels le 22 novembre.

Un journaliste de l'AFP a fait état de tirs de chevrotine et de voitures incendiées, alors que le ministère de la Santé a fait état de 211 blessés.

Dans la soirée, les manifestants se trouvaient toujours aux abords du palais présidentiel malgré les appels à se retirer notamment du Premier ministre Hicham Qandil et des Frères musulmans dont est issu le président.

La police anti-émeutes a réussi à imposer un cordon de sécurité entre les manifestants rivaux devant le palais, mais des affrontements se poursuivaient à coups de pierres dans les rues adjacentes.

Pour la deuxième journée consécutive, les abords de la présidence dans le quartier cossu d'Héliopolis ont été l'épicentre de la crise.

A l'appel des Frères musulmans, des milliers de personnes avaient afflué vers le palais dans l'après-midi, démantelant les tentes dans lesquelles de petits groupes d'anti-Morsi avaient passé la nuit après une manifestation massive de l'opposition mardi.

Des protestations ont aussi eu lieu en province, et des opposants à M. Morsi ont saccagé et incendié des locaux des Frères musulmans, dont M. Morsi est issu, à Ismaïliya et Suez, dans le nord-est du pays.

Sur place, les témoignages des manifestants traduisaient une société profondément divisée, près de deux ans après la révolte qui a fait tomber le régime de Hosni Moubarak.

"Nous sommes ici pour la liberté, ils sont là pour la violence", a dit à l'AFP un anti-Morsi, Ali Gamal, 22 ans, avant de lancer des pierres sur l'autre camp.

"C'est une guerre civile qui va tous nous brûler", a déploré Ahmed Fahmy, 27 ans.

"Je suis ici pour défendre la démocratie, le président a été désigné par les urnes", a affirmé Waël Ali, un quadragénaire pro-Morsi, alors que fusaient les slogans "Le peuple soutient les décisions du président" et "le peuple veut l'application de la loi de Dieu".

L'opposition a de nouveau exigé le retrait du décret élargissant les pouvoirs de M. Morsi et l'annulation du référendum du 15 décembre sur le projet de Constitution controversé.

Le pouvoir, de son côté, par la voix du vice-président Mahmoud Mekki, a maintenu le référendum sur ce projet accusé par l'opposition de ne pas protéger certains droits fondamentaux dont la liberté d'expression, et d'ouvrir la porte à une application plus stricte de la loi islamique.

L'imam d'Al-Azhar Ahmed al-Tayyeb, la plus haute autorité islamique d'Egypte, a appelé les Egyptiens à la retenue et au dialogue en déplorant une situation "catastrophique", et trois conseillers du président ont annoncé leur démission en signe de protestation.

A l'étranger, l'Union européenne et la Grande-Bretagne ont appelé aussi à la la retenue, alors que les Etats-Unis ont plaidé pour le dialogue.

La crise a éclaté avec l'annonce d'un décret du président renforçant ses pouvoirs désormais placés au-dessus de tout recours judiciaire.

Dans une conférence de presse avec l'ex-patron de la Ligue arabe Amr Moussa et l'ex-candidat à la présidence Hamdeen Sabbahi, qui font partie du Front du salut national (FSN), une coalition de l'opposition, Mohamed ElBaradei, chef du FSN, a fait porter à M. Morsi "l'entière responsabilité" des violences.

"Le régime perd de sa légitimité jour après jour", a-t-il dit. "Nous sommes prêts au dialogue" mais uniquement si le décret est retiré, a-t-il ajouté, qualifiant le pouvoir de "répressif et autocratique".

M. Morsi a affirmé que ses pouvoirs élargis étaient destinés à accélérer une transition tumultueuse et souligné qu'ils étaient "temporaires".

L'opposition accuse le président de dérive autoritaire et le projet de Constitution d'avoir été rédigé par et pour les islamistes.

Link to comment
Share on other sites

Je me demande comment ça va finir tout ça, ils ont réussis une chose en laissant passer ces types au pouvoir, fracturer la société égyptienne en deux!

cas d'école bien connu.

d'un côté tu as une population importante voir majoritaire, qui a besoin de valoriser sa triste et misérable vie que seul un dictateur ou dans ce cas précis, un gourou religieux peut sembler leur donner et d'un autre côté, une partie moins importante qui souhaite valoriser son existence et progresser avec des données plus factuelles et terre à terre.

ca fait plus de 1400 ans que ce dilemme existe dans ces pays .   

Link to comment
Share on other sites

L'armée égyptienne a commencé à se déployer, jeudi, devant le palais présidentiel au Caire.

Au moins trois chars lourds et trois blindés légers ont pris position près de l'entrée du complexe présidentiel et sur une grande avenue qui le longe, dans le quartier d'Héliopolis, où des centaines de partisans du président étaient présents en début de matinée.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, cinq manifestants ont été tués dans des affrontements entre opposants et partisans du chef de l'Etat, Mohamed Morsi. Quatre manifestants ont été tués par balle et l'un après avoir été atteint près du cœur par une décharge de chevrotine, selon l'agence officielle Mena. Le ministère de la santé a indiqué que près de 450 personnes avaient été blessées.

Les Frères musulmans, dont est issu le président, ont également fait état des décès, indiquant avoir perdu cinq de leurs partisans. Cinquante personnes ont, en outre, été arrêtées, selon le ministère de l'intérieur.

Suite : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/12/06/plusieurs-morts-dans-des-affrontements-entre-partisans-et-adversaire-de-mohamed-morsi_1800525_3212.html

Link to comment
Share on other sites

Alors qu'ils étaient présents au Caire pour couvrir les manifestations entre adversaires et défenseurs du président Mohamed Morsi, deux journalistes et un technicien de Radio France Internationale ont été frappés.

Deux journalistes et un technicien de Radio France Internationale (RFI) ont été "très violemment molestés" ce mercredi au Caire. Ils couvraient les heurts entre adversaires et défenseurs du président Mohamed Morsi, qui ont fait cinq morts et des centaines de blessés, a annoncé la radio.

"Sahar Talaat, correspondante du service Amérique latine, Daniel Vallot, envoyé spécial de la rédaction en français, et Bertrand Haeckler, technicien de reportage, ont été bousculés et frappés à plusieurs reprises alors qu'ils étaient en train de couvrir les manifestations aux abords du palais présidentiel, dans le quartier d'Héliopolis", précise un communiqué de RFI.

La radio indique que tous étaient "hors de danger" ce jeudi. Sahar Talaat devant cependant passer "des examens complémentaires à l'hôpital".

Dans le même communiqué, l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), qui chapeaute RFI, sa filiale arabophone MCD et la chaîne de télévision France 24, "dénonce avec la plus grande virulence ces violences, dont ont également été victimes d'autres journalistes égyptiens et étrangers. Et assure Sahar Talaat, Daniel Vallot, et Bertrand Haeckler de son soutien et de "toute sa confiance dans l'exercice de leur métier".

http://fr.news.yahoo.com/violences-egypte-journalistes-rfi-molest%C3%A9s-au-caire-170755927.html

Link to comment
Share on other sites

EGYPTE "On a franchi un cap terrible"

Selon des témoignages de manifestants anti-Morsi, ce sont des islamistes libérés de prison par décret présidentiel qui ont fait dégénérer la manifestation de mercredi soir.

Témoignages : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121206.OBS1785/egypte-on-a-franchit-un-cap-terrible.html

Link to comment
Share on other sites

EGYPTE "On a franchi un cap terrible"

Selon des témoignages de manifestants anti-Morsi, ce sont des islamistes libérés de prison par décret présidentiel qui ont fait dégénérer la manifestation de mercredi soir.

Témoignages : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121206.OBS1785/egypte-on-a-franchit-un-cap-terrible.html

Et ils n'auront pas, eux, l'Armée pour annuler les élections ...
Link to comment
Share on other sites

Le Front du salut national, qui réunit les partis et mouvements libéraux et démocratiques d'Egypte, a rejeté vendredi la proposition du président Mohamed Morsi d'entamer un dialogue.

http://fr.rian.ru/world/20121207/196860316.html

Le refus de prendre en compte les revendications de l'opposition, en particulier l'annulation de la déclaration constitutionnelle et le report du référendum sur la constitution, a "fermé la porte au dialogue" entre le président Mohamed Morsi et ses adversaires, a déclaré vendredi le coordinateur du Front égyptien de salut national Mohamed El Baradei. 

http://fr.rian.ru/world/20121207/196861599.html

Link to comment
Share on other sites

(AFP) Le président égyptien Mohamed Morsi a annulé samedi soir le décret par lequel il s'était octroyé des pouvoirs renforcés, provoquant une grave crise politique, a annoncé un participant à une rencontre entre le chef de l'Etat et des personnalités politiques.

"Le décret constitutionnel est annulé à partir de maintenant", a assuré Selim al-Awa, un homme politique islamiste, en faisant le compte-rendu de la rencontre lors d'une conférence de presse à la présidence.

M. Morsi a en revanche confirmé la date du 15 décembre pour la tenue d'un référendum sur un projet controversé de Constitution, car la modifier est légalement impossible, a-t-il ajouté.

"Le président était présent pendant toute la réunion et a affirmé qu'il acceptait et qu'il s'engageait à respecter les décisions qui y ont été prises", a rapporté M. Awa.

Le décret, pris par le chef de l'Etat le 22 novembre, a provoqué une forte vague de contestation en Egypte, accompagnée de manifestations qui ont parfois pris un tour violent, avec la mort de sept personnes dans la nuit de mercredi à jeudi au Caire.

L'opposition s'est également polarisée autour du projet de Constitution que le pouvoir entendait soumettre à référendum le 15 décembre. Elle accuse le texte d'ouvrir la voie à une islamisation accrue de la législation et de manquer de garanties pour les libertés, notamment d'expression et de religion.

Pour tenter d'apaiser les tensions, M. Morsi a chargé samedi une commission composée de juristes et de personnalités politiques "de modifier la déclaration constitutionnelle", avait déclaré le Premier ministre Hicham Qandil plus tôt dans la soirée.

Link to comment
Share on other sites

démonstration de force de l'aviation Egyptienne au dessus du Caire, pour calmer les esprits qui s'échauffent des deux camps

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/09/97001-20121209FILWWW00078-des-avions-de-chasse-survolent-le-caire.php

Plusieurs avions de chasse ont survolé aujourd'hui la capitale égyptienne à basse altitude, ont rapporté des journalistes de l'Agence France Presse.

Contacté par l'AFP, un porte-parole de l'armée n'était pas joignable dans l'immédiat. Il y a quelques semaines, des F-16 avaient déjà été vus dans le ciel du Caire pour des exercices militaires. Des avions de chasse avaient également survolé à plusieurs reprises la capitale à très basse altitude en janvier 2011, tandis que des milliers de personnes réclamaient le départ du président Hosni Moubarak dans le centre-ville.

Les militaires, qui ont dirigé le pays après la chute de M. Moubarak le 11 février 2011, ont lancé samedi un appel solennel au dialogue pour mettre fin à la grave crise entre le pouvoir et l'opposition.

Link to comment
Share on other sites

Les militaires, qui ont dirigé le pays après la chute de M. Moubarak le 11 février 2011, ont lancé samedi un appel solennel au dialogue pour mettre fin à la grave crise entre le pouvoir et l'opposition.

Donc l'Armée se positionne comme troisième Force .

Bonne nouvelle !!

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Plus de 60% des Egyptiens ont voté en faveur de la nouvelle constitution du pays basée sur les principes de la charia, rapportent dimanche les médias locaux citant les résultats préliminaires du scrutin.

Le référendum constitutionnel s'est déroulé en deux étapes qui ont eu lieu les 15 et 22 décembre dernier. Au total, près de 63% électeurs se sont prononcés en faveur de la nouvelle loi fondamentale, tandis que 36% des Egyptiens ont voté contre.

http://fr.rian.ru/world/20121223/197027613.html

Le vice-président égyptien Mahmoud Mekki a annoncé samedi sa démission, tandis que les Egyptiens votaient sur un projet de constitution controversé, rapportent les médias locaux se référant au service de presse présidentiel.

http://fr.rian.ru/world/20121223/197027795.html

Le Front égyptien du salut national (FSN; opposition) promet de contester les résultats du référendum constitutionnel en raison des irrégularités et des fraudes électorales, rapportent dimanche les agences européennes.

http://fr.rian.ru/world/20121223/197029969.html

Link to comment
Share on other sites

Les dirigeant de l'opposition - Elbaradri et autre Amr Moussa - ont usé et abusé du mangeoir du regime dechu ,c'est normal que maintenenat qu'ils se revelent democrates personne ne l'est prend au serieux.? Ils sont d'ailleurs reponsable en grande partie de la situation actuelle .!

Link to comment
Share on other sites

Plus de 60% des Egyptiens ont voté en faveur de la nouvelle constitution du pays basée sur les principes de la charia, rapportent dimanche les médias locaux citant les résultats préliminaires du scrutin.

Le référendum constitutionnel s'est déroulé en deux étapes qui ont eu lieu les 15 et 22 décembre dernier. Au total, près de 63% électeurs se sont prononcés en faveur de la nouvelle loi fondamentale, tandis que 36% des Egyptiens ont voté contre.

http://fr.rian.ru/world/20121223/197027613.html

63% des participants ont voté "pour". Comme il y a eu 30% de taux de participation, cela veut dire que la constitution a été approuvée par moins de 19% du corps électoral. Vive la démocrassie (sic) !

Link to comment
Share on other sites

63% des participants ont voté "pour". Comme il y a eu 30% de taux de participation, cela veut dire que la constitution a été approuvée par moins de 19% du corps électoral. Vive la démocrassie (sic) !

Tu penses que c'est mieux d'avoir 100% de votes avec un seul votant? vive la Tyrannie...
Link to comment
Share on other sites

Tu penses que c'est mieux d'avoir 100% de votes avec un seul votant? vive la Tyrannie...

En France, Italie, Roumanie, etc. les referendums ne sont pas valides si au moins 50% du corps électoral ne vote pas. Mais la loi électorale égyptienne doit être meilleure.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,967
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aure-Asia
    Newest Member
    Aure-Asia
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...