Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Ici on cause MBT ....


Recommended Posts

Reprenons:

Début des années 90, GIAT-Industrie a modernisé la tourelle TK-105 (celle de l'AMX-10RC) avec une série d'options dont une nouvelle conduite de tir. C'est la TML-105 (pour Tourelle Modulaire Légère). Elle a été présentée sur châssis 10RC, CV-90 puis Vextra.

Aussi, comme les TML et TK sont très proches, faire une comparaison est logique pour voir les effets d'une conduite de tir numérique.

Link to post
Share on other sites

Reprenons:

Début des années 90, GIAT-Industrie a modernisé la tourelle TK-105 (celle de l'AMX-10RC) avec une série d'options dont une nouvelle conduite de tir. C'est la TML-105 (pour Tourelle Modulaire Légère). Elle a été présentée sur châssis 10RC, CV-90 puis Vextra.

Aussi, comme les TML et TK sont très proches, faire une comparaison est logique pour voir les effets d'une conduite de tir numérique.

Je sais ce qu'est la TML-105, par contre tu m'as surpris en la mettant sur le tapis.

Si l'on compare la TML-105, il faut prendre la version de base. Je me souviens qu'elle était proposée avec un convoyeur d'aide au chargement, en option.

Link to post
Share on other sites

Je sais ce qu'est la TML-105, par contre tu m'as surpris en la mettant sur le tapis.

Si l'on compare la TML-105, il faut prendre la version de base. Je me souviens qu'elle était proposée avec un convoyeur d'aide au chargement, en option.

elle a également été monté sur un mowag au début des années 90

Link to post
Share on other sites

Oui. En effet, sur un Pirahna-2 10x10 en 94 qui fit la couverture d'un Armada.

et en proto sur un 6X6 environ en 1989-90. Mowag était encore suisse... et la TML n’étais pas encore stabilisée si efficacement que sur le VEXTRA.

Link to post
Share on other sites

Pour faire simple:

La COTAC s'appui sur un tiroir électronique M579 contenu dans la boite de jonction N°1.

Elle est analogique car elle fonctionne a l'aide de signaux électriques contenant des tensions, et non des bit.

Mais sinon, les capteurs qui servent à élaborer la correction-but sont du même type que ceux du Leclerc.

Elle prend en compte:

- Le déplacement de la tourelle par rapport au châssis (vitesse angulaire) via une roue dentée située sur la circulaire

- La distance de l'objectif via un télémètre laser

- la balistique de la munition sélectionnée via une eprom qui contient l'angle de hausse à appliquer par rapport à l'angle de visée en fonction de la distance

- Le vent via un potentiomètre qui va faire dévier la croix de X millièmes à gauche ou à droite

- la température poudre via un potentiomètre qui va faire dévier la croix de X millièmes vers le haut ou le bas

- la température extérieure via un potentiomètre qui va faire dévier la croix de X millièmes vers le haut ou le bas

- l'altitude (en fait la pression extérieure) via un potentiomètre qui va faire dévier la croix de X millièmes vers le haut ou le bas

A la prise en compte, la croix de tir se déplace des valeurs des paramètres t° poudre, t° extérieure, altitude et se recentre en appliquant sur le déplacement du canon des valeurs opposées.

La vitesse du vent est prise en compte si il y a appui sur le bouton introduction vent (idem pour les autres paramètres, recentrage automatique)

Lors de l'appui sur le bouton de télémétrie, le tachymètre se met en route et initie la mesure de l'angle de déplacement de la tourelle. Le Laser s'arme.

Si le bouton de télémétrie est relâché avant 3s, la valeur de la tachymétrie n'est pas prise en compte, et la croix de tir ne se déplace que de la valeur de la hausse calculée en fonction de la distance mesurée. Elle se recentre automatiquement en appliquant sur le déplacement du canon des valeurs opposées.

Quand elle est stable, l'appui sur la mise de feu déclenche le tir (mise de feu électrique)

Si le bouton de télémétrie est relâché entre 3s et 10s, l'angle entre l'appuyé-mesure et le relâché-mesure est divisé par le temps d'appui pour connaitre la vitesse angulaire, qui est appliqué à la croix sous forme d'un déplacement de x millièmes dans le sens opposé au mouvement, en plus du déplacement de la valeur de la hausse calculée en fonction de la distance mesurée. Le repointage se fait automatiquement en appliquant sur le déplacement du canon des valeurs opposées.

On continu de suivre la cible au centre et l'on fait feu.

Si le bouton de télémétrie est maintenu plus de 10s, le télémètre se décharge, et il faut le relâcher et recommencer.

Il n'est pas nécessaire de pointer exactement le centre de la cible, ni de suivre exactement la trajectoire de la cible entre l'appuyé-mesure et le relâché-mesure.

Par contre il est impératif de relâcher le bouton de télémétrie EXACTEMENT sur le même point visé au moment de l'appuyé-mesure.

Link to post
Share on other sites

Pour faire simple:

La COTAC s'appui sur un tiroir électronique M579 contenu dans la boite de jonction N°1.

Elle est analogique car elle fonctionne a l'aide de signaux électriques contenant des tensions, et non des bit.

Avant l'arrivée du Léopard 2A4, les Léopard 2 avaient aussi une conduite de tir analogique.  ^-^

- la température poudre via un potentiomètre qui va faire dévier la croix de X millièmes vers le haut ou le bas

Ce facteur est pris en compte car si la poudre est plus chaude de quelques degrés, elle va brûler un tantinet plus vite non ?  :rolleyes:

Si le bouton de télémétrie est maintenu plus de 10s, le télémètre se décharge, et il faut le relâcher et recommencer.

Ça n'avait pas tendance à surchauffer après plusieurs mesures ?

l'appuyé-mesure relâché-mesure.

Mais que signifient donc ces jolis mots ?  :P

Link to post
Share on other sites

Ça n'avait pas tendance à surchauffer après plusieurs mesures ?

Mais que signifient donc ces jolis mots ?  :P

Jamais vu de surchauffe sur le 10.

Pour les termes, c'est simple:

Le contrôle de la tourelle se fait par un palonnier que l'on tient à deux mains pour le tireur. Il est activé en appuyant constamment une pédale avec les doigts placés naturellement dessus. Ne pas presser la pédale neutralise le palonnier. C'est un principe d'homme mort.

La séquence de tir commence par un "appuyé mesure". Cest l'appui sur le bouton de la télémétrie avec le pouce. Quand tu appuies, les calcules commencent comme l'a expliqué Froggy. Dès que tu relâches, le calcule se termine et il y a télémétrie laser.

Là, tu pointes l'objectif et tu tires.

Tant que tu gardes la pédale pressée, les calcules sont gardés dans la conduite de tir. Si jamais tu relâches, la correction but de la COTAC est effacée. Il faut refaire une mesure.

Link to post
Share on other sites

Ce facteur est pris en compte car si la poudre est plus chaude de quelques degrés, elle va brûler un tantinet plus vite non ?  :rolleyes:

La température initiale de la poudre change effectivement sa vivacité, ça influe sur la vitesse initiale de l'obus, donc sur la trajectoire. Sur d'autre systeme on mesure la vitesse en sortie de fut ... dans l'artillerie par exemple, avec un radar ou un bobinage, pour mesurer la vitesse effective des obus et donc prédire mieux le tir suivant. Quand on doit tirer 15 ou 20 obus sur une cible on peut se permettre d'en tirer un premier un peu au pif pour étalonner le systeme. Avec un MBT on ne peut pas, car on veut le premier coup au but, donc on doit établir les condition exacte de tir, avant le premier. Résultat seule la température de la poudre peut aider a ajusté les prévision de vitesse initiale.

Une question aux spécialiste, le système de tir prend en compte la position du miroir de volée dans la correction, mais interdit il le tir si l'arcure est inadéquate par exemple? Dans le cas ou le canon oscille, le coup part il préférentiellement quand le canon est le plus droit possible? ou le coup part il des qu'on appuie, le miroir de volée ne servant qu'a la correction en temps réel du pointage?

Autre chose, il n'y a pas un système de suivi automatique de cible, un système qui reconnaitrait la silhouette pointé dans le viseur et la poursuit automatique sans que le tireur n'est a jouer du "joystick", le tireur ne servant qu'a déclenché le feu une fois le contrôle de tir ayant une solution satisfaisante?

Link to post
Share on other sites

Bonjour tout le monde!

Bon je suis désolé si je viens vous interrompre avec mes questions totalement HS (encore!), mais bon.... c'est sur la question des générations de MBTs.

Apparemment ce n'est pas clairement définit, mais si j'ai bien compris les gens distinguent 4 générations de MBT qui dureraient 15 ans chacune, corrigez moi si je me trompe.

La première génération de 1945 à 1960, le M60 Patton est il considéré comme un char de 1e génération?

La seconde de 1960 à 1975.

Par contre pour la 3e ça commence à devenir flou. L'AMX-40 était il à la hauteur des premiers léo2, du Challenger 1 ou du M1? Es ce que c'était un vrai nouveau char de 3e génération? Le Ramses II qui est un M60 avec des technologies du Abrams est il considéré comme un char de 1e génération très avancé, ou de 3e génération?

Le Leclerc est il un char de 4e génération? Es-ce vrai que le K2 est "inspiré" du Leclerc?

Les seuls chars de 4e génération que l'on voit sont en Asie: T-99, altay, MBT-3000, K2, Type-10... rien du coté occidental (sauf pour le Leclerc car on a sauté l'AMX-40?), pourquoi?.

La 1e, 2e, et 3e génération semblent avoir duré à peu près 15 ans, on a rien du tout qui ressemble à une 5e génération à l'avenir et la 4e génération semble à peine amorcée, la recherche sur les MBT ralentit? on voit de moins en moins de nouveaux chars, juste des "upgrades", le léo 2 a quand même plus de 30 ans.

Merci d'avance  =)

Link to post
Share on other sites

L'histoire des générations c'est comme pour l'aviation cad un coup marketing

En effet entre un M60 Patton et un Sabra c'est le même châssis mais l’électronique, les add ons armures sont complétement différents

Alors génération ?? 1 ?? 1,5 ?? 3 (électronique équivalente au premiers modèles de Abrams) ??

Pareil pour les chars russes

Entre les T72 et dérivés et les T80 et dérivés (jusqu'au T90) on a plus de 15 ans d'écart avec un travail essentiellement sur le FCS et l'armure

Je pourrais en dire autant sur toutes les versions d'Abrams

Y'a effectivement plus vraiment de concepts de nouveaux chars qui amèneraient quelque chose pouvant se traduire en saut de "génération"

C'est beaucoup trop compliqué de généraliser cette histoire de "générations" ou alors il faudrait subdiviser en terme de génération d'electronique, armement et blindage

Cad par exemple G1 : optique de tir simple, G2 système mécanique, G3 système analogique, G4 système electronique

G1 : acier laminé, G2 composite primitif (Chobham), G3 Composite avancé, G4 Composite avancé + soft et hard kill

G1 : 90 mm, G2 : 105 mm , G3 : 120 mm et G4 140 mm ?

Après pour la prochaine génération, il y'a quand même l'Armata russe dont le concept (sil voit le jour fidèle à la planche à dessin) peut signifier un saut de "génération" (équipage dans des cellules de survies et tourelle télé opérée de 152 ? )

Link to post
Share on other sites

j'arrive pas a m'imaginer la puissance d'un obus-flèche de 152mm ou de 140mm d'ailleurs !

remarque un obus-flèche de 155mm tiré par un canon de 52 calibres ça doit être très puissant

Le gros probleme des russes c'est qu'ils continuent a faire des munitions en deux parties. Ainsi la Fleche a au mieux pour longueur la longueur maxi de la premiere partie. Résultat il se retrouve avec des felche courte et trappue.

Le petit souci c'est qu'avec le développement des blindages, ceux ci se mettent a briser les fleches pour diminuer leur pouvoir perforant. Et dans ce cadre, les fleche les plus longue et les plus fine sont les plus perforante et les moins délicate. Donc l'idéal c'est d'avoir des fleche qui font toute la longueur de la munition. Avec des munitions en un seul tenant d'un metre de long, la fleche peut faire jusqu'a un metre de long. Faudra voir la longueur des fleche deux partie en 152mm mais je ne suis pas sur qu'on arrive a la meme longueur ... par contre coté masse ca pourrait etre assez épais :) probablement le double du 120mm.

Link to post
Share on other sites

Le gros probleme des russes c'est qu'ils continuent a faire des munitions en deux parties. Ainsi la Fleche a au mieux pour longueur la longueur maxi de la premiere partie. Résultat il se retrouve avec des felche courte et trappue.

Le petit souci c'est qu'avec le développement des blindages, ceux ci se mettent a briser les fleches pour diminuer leur pouvoir perforant. Et dans ce cadre, les fleche les plus longue et les plus fine sont les plus perforante et les moins délicate. Donc l'idéal c'est d'avoir des fleche qui font toute la longueur de la munition. Avec des munitions en un seul tenant d'un metre de long, la fleche peut faire jusqu'a un metre de long. Faudra voir la longueur des fleche deux partie en 152mm mais je ne suis pas sur qu'on arrive a la meme longueur ... par contre coté masse ca pourrait etre assez épais :) probablement le double du 120mm.

Et un APDFS en osmium?

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,551
    Total Members
    1,550
    Most Online
    MikeAlex
    Newest Member
    MikeAlex
    Joined
  • Forum Statistics

    21,092
    Total Topics
    1,376,949
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...