Wallaby

Members
  • Content Count

    13,623
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    45

Everything posted by Wallaby

  1. https://www.lemonde.fr/blog/huet/2019/01/31/le-plan-tout-renouvelable-de-lademe-conteste/ L’Ademe fait l’hypothèse d’un triplement des interconnexions (de 12 à 36 GW) avec des systèmes étrangers lesquels évoluent comme par magie pour servir les besoins français tant en exportations qu’en importations. Nos voisins se dotent de capacités de stockage énormes, et leurs productions sont miraculeusement là en cas de besoin et pas là lorsque nous pouvons exporter. Ces complémentarités ne reposent que sur des hypothèses arbitraires favorables. (...) En résumé, plus vous implantez d’éoliennes et plus la valeur économique de leur production va diminuer. C’est ainsi que, dans les modèles d’optimisation qui simulent le développement des ENRv uniquement par le marché, leur développement s’arrête autour de 10-15% de parts de production. Dès lors que l’on va au delà, et surtout si l’on atteint les 80% d’ENRv dans la production, les coûts grimpent pour une raison simple et intuitive : il faut bien payer les investissements et l’exploitation des moyens pilotables ou de stockage dont la seule fonction (non rentable) est d’intervenir pour sauver le système électrique lorsque vent et/ou soleil font défaut, ce qui survient nécessairement. C’est bien pourquoi l’Ademe fait des « hypothèses héroïques » sur ce qui pourrait contrebalancer ce phénomène (flexibilité gigantesque, import/export miraculeusement aligné sur les besoins et surplus…) afin de « sauver » le soldat ENRv dominant le système électrique. Parmi les « résultats » de l’étude de l’Ademe, l’un au moins suscite le sourire : lorsqu’il est recommandé de fermer les réacteurs nucléaires actuels plus vite car leur trop bas coût de production d’électricité gène le déploiement des ENRv, handicapées par ce concurrent trop efficace.
  2. J'ai l'impression qu'on aboutit, si l'on ne se méfie pas, à une série d'injonctions contradictoires. Si on réduisait la biodiversité à zéro, il n'y aurait plus d'animaux, donc plus de zoonoses. Si on avait une déforestation égale à zéro, on habiterait dans des forêts, donc on serait des chasseurs cueilleurs, en contact permanent avec les animaux sauvages. Cela veut peut-être dire qu'il faut suivre la règle de Boucle d'Or et les Trois Ours (encore un contact entre une humaine et des animaux sauvages !), en anglais goldilocks principle, qui est la règle du juste milieu. Il faut des animaux, mais pas trop. Il faut des forêts, mais pas trop. Ou encore, peut-être adoptera-t-on la solution de Lewis et Maslin :
  3. https://blogs.sciencemag.org/pipeline/archives/2021/02/18/coronavirus-variants Article en anglais de vulgarisation sur les variants, avec en prime une citation du poète Tennyson.
  4. https://www.lesnumeriques.com/concept/ces-2020-woven-city-toyota-va-batir-une-ville-du-futur-au-pied-du-mont-fuji-n145751.html (9 janvier 2020) Toyota va bâtir une ville du futur au pied du Mont Fuji
  5. https://www.realclearinvestigations.com/articles/2021/02/18/why_bidens_new_dawn_of_net-zero_is_looking_like_a_dark_day_for_labor_127138.html La récente promesse de General Motors de transférer complètement la production vers les véhicules électriques d'ici 2035 ne réduira pas la pollution si ceux-ci sont branchés sur un réseau sale pour recharger les batteries. Mais le fait d'avancer à un rythme aussi rapide constitue une menace pour les syndicats industriels. Cela entraînerait la fermeture d'une grande partie, sinon de la plupart, des 670 mines de charbon et des 280 centrales électriques restantes, qui luttent déjà pour être compétitives avec la chute des prix de l'énergie, et cela ferait prendre conscience à l'industrie du gaz naturel qu'elle est la prochaine. Avec environ 750 000 emplois dans le secteur des combustibles fossiles, pour la plupart bien rémunérés et appartenant à la classe moyenne, plusieurs syndicats du secteur de l'énergie ont rejeté l'objectif de Biden pour 2035, le jugeant trop ambitieux. Ils réclament la date butoir de 2050. De telles pertes d'emplois rivaliseraient avec les bouleversements de l'industrie automobile américaine qui ont laissé des villes comme Detroit en miettes. De 1979 à 2003, les trois grands constructeurs automobiles ont supprimé environ 600 000 emplois aux États-Unis et au Canada, soit plus de la moitié de leurs effectifs. De nombreux travailleurs du secteur des combustibles fossiles ne profiteront pas du boom des énergies renouvelables. La plupart des nouveaux emplois seront dans la construction de parcs éoliens et solaires, qui est un travail temporaire et souvent pas dans les mêmes régions que celles qui fournissent des emplois dans le secteur des combustibles fossiles. Le salaire est également nettement inférieur. Le salaire médian d'un installateur solaire est d'environ 45 000 dollars par an, selon le Bureau des statistiques du travail. Une fois que les installations éoliennes et solaires seront en service, elles n'embaucheront pas beaucoup de travailleurs du secteur des combustibles fossiles. Une centrale au charbon emploie quelques centaines de travailleurs, et paie environ 82 000 dollars pour un opérateur qualifié. Une installation renouvelable fonctionne principalement par elle-même.
  6. https://www.dw.com/en/germany-concerned-about-polands-nuclear-energy-plans/a-56603782 (17 février 2021) La Pologne s'efforce de réduire sa dépendance au charbon et d'aller de l'avant avec ses projets de production d'énergie nucléaire. Sa stratégie Polityka Energetczna Polski (PEP), que le gouvernement a approuvée au début de ce mois et qui doit commencer en 2026, comprend la construction de six réacteurs sur deux sites. Selon le plan, le premier réacteur entrera en service en 2033 et les six devraient être opérationnels d'ici 2043. L'Union européenne doit trouver de nouvelles sources d'énergie pour atteindre ses objectifs en matière de climat, d'énergie et d'environnement. La Pologne dépend actuellement du charbon pour 70 % de son énergie et est donc l'un des États les plus polluants de l'UE. Mais la transition énergétique de la Pologne n'est pas uniquement motivée par la pression extérieure. L'extraction de lignite dans le centre de la Pologne, qui fournit actuellement 20 % de l'énergie du pays, devrait être progressivement abandonnée d'ici 2035. Le PDG de l'entreprise publique Électricité de France (EDF) s'est adressé aux médias polonais et a proposé un accord pour financer les deux tiers du projet tout en faisant la promotion du réacteur européen sous pression (EPR), qui est déjà en service à Taishan, en Chine. Avec une capacité de plus de 1000 MW (1 GW), ce gigantesque réacteur correspond à ce que le gouvernement recherche. Selon un rapport d'experts commandé par la faction parlementaire du Parti Vert au Bundestag allemand en janvier, les centrales nucléaires polonaises, situées à quelques centaines de kilomètres de la frontière allemande, présenteraient un risque élevé pour la population. Voir aussi : le prêtre Jerzy Popieluszko : Rendez-vous avec Mr X du 17 avril 1999 https://www.youtube.com/watch?v=45GtxH-l8TE
  7. Tu as comparé avec le prix du super ou du gazole hors taxe ? Qui est de combien déjà ?
  8. Quelques réflexions, en vrac : 1- Si la dame dit qu'elle ne sait pas, c'est parce que vraiment, elle ne sait pas. 2- Si elle savait quelque chose elle s'empresserait d'en faire une publication scientifique, d'envoyer ça au Lancet ou au New England Journal of Medicine, elle attendrait que ce soit revu par des pairs, et quand enfin les pairs auraient vérifié qu'il n'y a pas d'erreur dans les calculs et que c'est publiable, il y aurait une annonce faite à la presse. 3- 86 personnes c'est trop peu pour constituer un échantillon représentatif. Dans le moindre sondage électoral on prend un échantillon de 1000 personnes, le plus souvent. Autrement dit, on peut être en face du hasard pur, sans cause profonde derrière.
  9. Wallaby

    Croisade

    La Croisade des Enfants n'est pas à proprement parler une Croisade militaire, mais cela permet en tout cas de se replonger dans l'idéologie de l'époque et dans le travail des historiens qui examinent avec des pincettes les sources de cette époque : https://www.arte.tv/fr/videos/086103-001-A/la-croisade-des-enfants-1-2/ https://www.arte.tv/fr/videos/086103-002-A/la-croisade-des-enfants-2-2/ Disponible jusqu'au 20 mai 2021
  10. Wallaby

    Croisade

    https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/les-croisades-vues-den-face (20 février 2021) Cette émission est une invitation à relativiser l'importance des croisades, léger coup de canif dans l'empire arabe, et à évaluer a contrario dans toute leur ampleur les destructions effectuées par les Mongols. Par effet de loupe de notre historiographie occidentale inévitablement occidentalo-centrée, l'arbre des croisades cache la forêt des invasions mongoles. Ces événements, dont il est contemporain, ont alimenté la pensée d'Ibn Khaldoun sur la civilisation et ses fragilités face aux barbares.
  11. C'est le concept de convergence évolutive : https://fr.wikipedia.org/wiki/Convergence_évolutive
  12. Le solaire coince aussi par rapport à l'artificialisation des sols (doublement si l'on tient compte des bassins des stations de pompage) : https://reporterre.net/L-energie-solaire-se-developpe-au-detriment-des-sols-naturels (19 janvier 2021) 10.000 hectares au sol et 5.000 de toitures. C’est la surface que représente aujourd’hui l’emprise totale des parcs photovoltaïques en France, selon l’évaluation de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Elle envisage de multiplier par trois ou quatre cette superficie pour atteindre les objectifs en matière de production d’électricité photovoltaïque en 2028. Des surfaces à mettre en regard avec les 21.000 à 61.200 hectares supplémentaires artificialisés chaque année. https://journal.ccas.fr/en-france-le-gachis-delectricite-est-vraiment-effrayant/ (18 juillet 2019) Mais avant de construire des centrales photovoltaïques en plein champ, il faut tenir compte du problème de l’artificialisation des sols : un département français disparaît tous les sept ans sous le béton, les parkings, les ronds-points, les lotissements… À cette vitesse-là, en six siècles, on aura artificialisé la totalité du territoire français. https://www.strategie.gouv.fr/publications/objectif-zero-artificialisation-nette-leviers-proteger-sols (juillet 2019) Si aucune mesure n’est prise, ce sont 280 000 hectares d'espaces naturels supplémentaires qui seront artificialisés d’ici 2030, soit un peu plus que la superficie du Luxembourg pour comparaison. Cet exercice de modélisation suggère qu’atteindre le « zéro artificialisation nette » dès 2030 nécessiterait de réduire de 70 % l’artificialisation brute et de renaturer 5 500 hectares de terres artificialisées par an. Une perspective qui suppose « des mesures ambitieuses », conclut Julien Fosse
  13. https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/100-renouvelable-pour-pas-plus-cher-fastoche/ (6 novembre 2017) Le stockage le plus économique reste la station de pompage (en abrégé STEP), espèce de barrage réversible qui est constituée d’un barrage normal, auquel on adjoint un bassin de retenue en aval (donc on garde l’eau sur place une fois turbinée). Quand il y a un excès d’électricité produite sur le réseau, cette électricité actionne une pompe qui remonte l’eau (à partir de la retenue aval) dans la retenue amont. Cette eau pourra alors être à nouveau turbinée vers l’aval pour produire de l’électricité (et conservée dans la retenue aval après turbinage). La puissance installée en STEP aujourd’hui en France est de 5 GW environ. Nous avons vu plus haut qu’il faudrait la passer à 150 GW (en pompage, en turbinage on peut se limiter à la puissance maximale appelée, soit environ 100 GW, mais cela ne change pas beaucoup les ordres de grandeur) si nous avons un système 100% éolien, et à 300 GW avec un système 100% solaire. Cela suppose de construire des retenues amont et aval dans des reliefs. On peut imaginer faire plein de retenues amont au-dessus du Léman, ou des retenues en bord de mer pour pomper de l’eau salée en altitude (dans le Mercantour et les Alpes Maritimes !), etc. Évidemment ces STEP conduiront à noyer, avec de l’eau douce ou de l’eau salée, l’écosystème pré-existant dans les bassins de retenue, et nous pourrions affecter une externalité à cette « destruction ». Cela ne sera pas inclus dans les calculs ci-dessous, pas plus que ne sont inclus les coûts d’expropriation, de maintien de l’ordre pendant la construction (Sivens a montré ce qu’il en est !), ou de perte de valeur pour les territoires disparus. Si nous nous limitons au seul coût de construction, construire une STEP en partant de rien demande d’avoir à la fois une retenue amont (un « barrage » classique), la turbine qui permet de produire l’électricité quand l’eau descend, mains aussi une retenue aval qui recueille l’eau après turbinage sans la laisser filer ailleurs (cette retenue aval pourrait être la mer ou le Léman), et une pompe de forte puissance pour remonter l’eau en altitude dans la retenue amont quand on a de l’électricité à « stocker ». Dans les pays de l’OCDE, cet ensemble vaut 5000 à 6000 euros du kW installé, et la durée de vie de l’investissement correspondant sera supposé être le siècle. Mais le stockage ne coûte pas que cela. Il va falloir compenser les pertes. En effet, quand on stocke de l’électricité en remontant de l’eau en altitude, on perd une partie de l’électricité initiale : on perd tout d’abord 4% dans le réseau électrique pour aller d’une éolienne à une STEP, et 7% quand la production est faite par un panneau solaire (car la tension de départ est plus basse et les pertes de remontée en tension plus élevées). A cela il faut ajouter les pertes dues au pompage, d’environ 25% dans les installations existantes, ce pourcentage pouvant descendre à 20% dans les installations modernes, mais avec des STEP de faible dénivellation en bord de mer, ou de haute chute mais avec le pompage qui parcourt des dizaines ou centaines de km de la côte à la montagne, ce % sera supérieur (d’aucuns avancent 40% ou plus). Cette électricité perdue au moment du stockage, il faudra la produire quand même. Il faut rajouter très exactement 40% (soit 1÷0,7) d’éoliennes ou de panneaux en plus pour produire l’électricité qui sera perdue lors du stockage, avec les investissements correspondants. Cela signifie qu’avec de l’éolien, 50% de la production doit provenir d’un parc surdimensionné de 40%, et avec du solaire 80% de la production doit venir d’un parc surdimensionné de 40%. Notons que les autres moyens de stockage parfois mis en avant occasionnent des pertes supérieures. Avec du power to gas to power (méthanation ou électrolyse), la perte globale dépasse 70%, et il faut donc sur-dimensionner d’un facteur 4 le parc de production qui fournira l’électricité stockée puis restituée. Avec des batteries, la perte due au stockage-déstockage, combinée à la perte due à la fabrication des batteries, est du même ordre qu’avec des STEP (20% à 30%), par contre, comme nous le verrons plus bas, question investissement ce n’est pas la même chose ! (...) Stockons sur batteries, alors, dont le coût ne cesse de baisser ? Calculons ! Il faut a minima pouvoir stocker une journée de consommation du pays, pour un jour d’hiver presque sans soleil, et sans vent (comme la journée qui déprime tout le monde, avec une belle couche de stratus bien gris au-dessus de nos têtes, et pas de vent pour les chasser !). A ce moment le parc de batteries doit pouvoir « fournir » au moins 80% de la consommation d’une journée, soit un peu plus d’un TWh (un milliard de kWh). Même avec un coût de stockage qui descendrait à 100 euros le kWh (aujourd’hui il est à 250), cela représente plus de 100 milliards d’euros pour avoir le parc de batteries correspondant, pour avoir « juste » une journée de sécurité. Si nous voulons avoir plutôt une grosse semaine, et avec une durée de vie des batteries de 10 ans, il faut compter 10.000 à 12.000 milliards d’euros par siècle pour gérer ce stockage. A titre de comparaison, le patrimoine immobilier des français – qui « dure » lui aussi un siècle, en ordre de grandeur – vaut 7000 milliards d’euros !
  14. https://www.republicain-lorrain.fr/faits-divers-justice/2021/02/19/covid-19-en-moselle-variants-dans-les-eaux-usees-et-patients-en-rea-plus-jeunes-qu-ailleurs Prélèvements lundi et jeudi dans 19 grandes stations d’épuration de Moselle. On constate une stagnation entre ces deux jours, sans évolution exponentielle. Toutefois, la forte présence de variants sud-africain (45 %) et britannique (21 %) a été criblée. Les mêmes analyses seront effectuées toutes les semaines. À ce jour, 547 personnes sont hospitalisées en Moselle, dont 86 en soins critiques. Le taux d’occupation des lits est de 95 % et celui d’incidence, plus élevé que la moyenne nationale, est de 283. L’âge moyen des patients en réanimation en Moselle est de 55 ans, soit dix ans inférieure à la moyenne d’âge nationale qui est de 65 ans. « C’est une tendance qu’on observe : une proportion de patients plus jeunes en réanimation en Moselle », concède Lamia Himer, déléguée territoriale de l’ARS Grand Est. Sans pouvoir l’expliquer à ce jour.
  15. https://www.theguardian.com/world/2021/feb/15/mexico-coal-fossil-fuels-climate-crisis-amlo López Obrador a également fait preuve d'un enthousiasme marqué pour le charbon, qui produit environ 9,5 % de l'électricité du Mexique. En octobre, il s'est rendu dans les régions charbonnières de Coahuila, pour annoncer la réactivation des centrales au charbon de la CFE. Il a qualifié l'énergie propre de "sophisme" ayant pour but de donner la priorité à l'entreprise privée sur l'entreprise publique.
  16. https://esprit.presse.fr/actualites/philippe-lemoine/repenser-la-liberte-43212 (février 2021) Le livre Retour sur Terre, écrit par sept écologistes français réputés, dont Dominique Bourg et Pablo Servigne, avance ainsi certaines pistes qui paraissent incontournables à leurs auteurs, mais qui ne manquent pas de poser problème du point de vue des libertés. La quatrième mesure, par exemple, s’intitule « Comptabilité en matière/énergie et instauration de quotas d’énergie/matière par individu ». Elle se présente comme suit : « Il s’agirait de plafonner démocratiquement, de façon progressive, les consommations d’énergie/matière (et notamment les consommations d’énergie fossile, émettrices de CO2). Ces plafonnements s’accompagneraient de péréquation… Sans de tels plafonnements, absolus et non négociables, il est impossible de faire baisser les émissions sur un territoire donné, autrement qu’en laissant le marché déterminer le prix des consommations hors-quota…, ce qui reviendrait à marginaliser une grande partie de la population et à accroître les inégalités sociales. » https://www.goodplanet.info/2020/04/16/propositions-pour-un-retour-sur-terre/ Mesure 4 – Comptabilité en matière/énergie et instauration de quotas d’énergie/matière par individu (variable en fonction de la situation géographique et de la part « contrainte » des dépenses). Il s’agirait de plafonner démocratiquement, de façon progressive, les consommations d’énergie / matière (et notamment les consommations d’énergie fossile, émettrices de CO2). De tels plafonnements pourraient être mis en place non seulement pour les achats directs d’énergie, mais pour tous les produits (chaque produit serait marqué d’un “prix”[10] en énergie / matière, et chaque achat serait reporté sur un compte personnel). Le quota serait calculé par bio-région, selon la formule suivante : empreinte écologique = 1/nombre d’habitants de la bio-région. Ces plafonnements s’accompagneraient de péréquations de façon à garantir à tous les Français des conditions de vie équitables : les régions moins bien dotées pourraient recevoir des “transferts de quotas” provenant des régions les mieux dotées, en respectant à terme une empreinte écologique globale inférieure ou égale à 1. Sans de tels plafonnements, absolus et non négociables, il est impossible de faire baisser les émissions sur un territoire donné, autrement qu’en laissant le marché déterminer le prix des consommations “hors quota” (c’est le principe des “marchés de quotas”, par exemple de la “carte carbone” conçue par les Britanniques avant la crise de 2008, les riches pouvant racheter aux pauvres leurs quotas), ce qui reviendrait à marginaliser une grande partie de la population et à accroître les inégalités sociales. Il n’y a jamais avec de tels quotas qu’un mode de gestion séculaire, celui des communs, toujours assortis, comme l’a montré Elinor Ostrom, de règles d’usage rigoureuses. Et rappelons-le, nous concernant, nous sommes déjà en situation de surpâturage climatique et biologique. Mesure 12 – Agriculture : vers une “agroécologie décarbonée” (sans énergies fossiles). Il est urgent de mettre en place un modèle agricole à très haute productivité par unité de surface et à faible productivité par unité de travail. Une telle agriculture exigera de mobiliser à terme entre 15 et 30 % de la PEA (Population Économiquement Active), d’abandonner presque entièrement la motorisation à énergie fossile et d’avoir massivement recours à l’énergie musculaire (animale ou humaine). Cela implique également d’imposer un phasage de l’utilisation des pesticides de synthèse (néfastes pour toute la biodiversité) et les engrais de synthèse, autre poste important de l’utilisation/dépendance des combustibles fossiles en agriculture. Mesure 15 – Fin à terme de la métropolisation. L’alternance décrite (12 – §2) exige de rapprocher le lieu de résidence des espaces agricoles, afin de réduire la dépense énergétique liée au transport des personnes et des productions (circuits courts). Les politiques de réaménagement du territoire viseraient des agglomérations de 300 000 habitants en moyenne. Les distances domicile – lieu de travail se trouveraient alors réduites à tel point qu’elles pourraient être parcourues en ayant recours à l’énergie musculaire ou à des transports publics dont le coût serait d’autant plus faible pour la collectivité que les distances à parcourir seraient courtes.
  17. https://aiimpacts.org/relevant-pre-agi-possibilities/ (18 juin 2020) 10. Outils de persuasion La technologie actuelle permettant d'influencer les croyances et le comportement d'une personne est rudimentaire et faible, par rapport à ce que l'on peut imaginer. Des outils pourraient être développés pour orienter l'opinion d'une personne de manière plus fiable et qui ne soient pas aussi vulnérables au raisonnement de la victime et à la possession de preuves. Ces outils pourraient comprendre : Une compréhension avancée de la façon dont les humains réagissent aux stimuli en fonction du contexte, sur la base de quantités massives de données Coaching pour l'utilisateur sur la façon de convaincre la cible de quelque chose Logiciel qui interagit directement avec d'autres personnes, par exemple par texte ou par courrier électronique De puissants outils de persuasion pourraient : permettre à un groupe en conflit qui en dispose d'attirer rapidement des espions et d'infiltrer ensuite un groupe ennemi Permettre aux gouvernements de contrôler leurs populations Permettre aux entreprises de contrôler leurs employés Conduire à une rupture de l'épistémologie collective (Par exemple, si les opinions des gens sont déconnectées de la réalité à grande échelle, il pourrait devenir difficile pour le discours public et les institutions de soutenir l'élaboration de bonnes politiques. Voir ci-dessous) 16. Détérioration de l'épistémologie collective La société dispose de mécanismes et de processus qui lui permettent d'identifier de nouveaux problèmes, d'en discuter et d'arriver à la vérité et/ou de coordonner une solution. Ces processus peuvent se détériorer. Voici quelques exemples de ce qui pourrait y contribuer : Investissement accru dans la propagande en ligne par des acteurs plus puissants, peut-être aidés par des chatbots, des deepfakes et des outils de persuasion Chambres d'écho, bulles filtrantes et polarisation en ligne, peut-être en partie grâce à des algorithmes de recommandation L'évolution mémétique en général pourrait s'intensifier, augmentant la diffusion des idées/sujets au détriment de leur vérité/importance Des tendances à la polarisation et à la radicalisation politiques pourraient exister et se poursuivre Des tendances au dysfonctionnement général des institutions pourraient exister et se poursuivre Cela pourrait provoquer le chaos dans le monde en général et entraîner de nombreux effets difficiles à prévoir. Cela rendrait probablement moins efficace le marché pour influencer le cours du développement de l'IA (voir la section "Paysage de..." ci-dessous) et présenterait des risques épistémiques pour toute personne essayant de participer efficacement.
  18. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/aeroport-de-roissy-le-terminal-4-est-mort-vive-le-terminal-h-comme-hydrogene-877491.html (11 février 2021) Annoncé par la ministre de la Transition écologique, l'abandon du terminal 4 de Roissy-Charles de Gaulle ne traduit pas le gel des capacités de l'aéroport. ADP doit présenter un nouveau projet en tenant compte des impératifs écologiques et de l'arrivée des avions à hydrogène prévus par Airbus à l'horizon 2035-2040. Pour accueillir de tels avions, un nouveau terminal sera nécessaire. L'aéroport devra préparer l'alimentation de carburants alternatifs mais aussi les infrastructures de production et de stockage de l'hydrogène.
  19. http://www.sixthtone.com/news/1006868/maotai-experts-nomination-for-top-science-honor-raises-eyebrows (20 février 2021) Mercredi, Kweichow Moutai - la plus grande marque d'alcool au monde et le fabricant de l'alcool national chinois - a annoncé sur son compte public sur l'application sociale WeChat que son ingénieure en chef et responsable de la qualité, Wang Li, fait partie des quatre candidats de la province du sud-ouest de Guizhou nominés pour être académicienne de l'Académie chinoise d'ingénierie, un titre prestigieux décerné aux scientifiques et chercheurs les plus accomplis du pays. Peu après l'annonce de la nouvelle, la radio nationale chinoise, propriété de l'État, a publié un commentaire affirmant que la candidature de Wang semblait en contradiction avec l'objectif de la Chine de "rajeunir la nation en s'appuyant sur la science et la technologie". L'article citait des preuves scientifiques des risques de l'alcool pour la santé humaine. La discussion en cours a ravivé des souvenirs de 2011, lorsque l'Académie chinoise d'ingénierie a fait de l'expert en tabac Xie Jianping un académicien pour ses recherches sur les cigarettes à faible teneur en goudron. "Le Baijiu est aussi une industrie, et aucune industrie ne devrait être discriminée", a déclaré un membre du personnel de l'association des sciences et de la technologie de Guizhou dénommé Zhao, en utilisant un terme général pour désigner un type d'alcool qui inclut le maotaï. "Wang est une experte en fermentation industrielle avec ses propres réussites". http://www.sixthtone.com/news/1006861/chinese-authorities-support-scrapping-birth-limits-in-depopulated-region (19 février 2021) La principale autorité chinoise de contrôle de la population pourrait s'orienter vers un assouplissement des restrictions de naissance imposées dans le cadre de la politique actuelle du pays en faveur de deux enfants. La Commission nationale de la santé a déclaré jeudi que la région nord-est de la Chine, qui comprend les provinces de Heilongjiang, Jilin et Liaoning, devrait analyser ses politiques - et si nécessaire, les repenser. "Sur la base de ces recherches, le nord-est de la Chine peut introduire des politiques de fertilité complètes à titre d'essai", a écrit la commission en réponse à une proposition d'un délégué de l'Assemblée populaire nationale, le principal organe législatif du pays. La région du nord-est a l'un des taux de fécondité les plus bas du pays. En 2019, les trois provinces ont enregistré des taux de natalité allant de 5,7 à 6,5 nouveau-nés pour 1 000 personnes, soit bien en dessous du chiffre national de 10,48, déjà le taux de natalité le plus bas depuis la fondation de la République populaire de Chine il y a 70 ans. Selon les experts, les taux de fertilité abyssaux de la région sont en partie dus à la lenteur du développement économique : De nombreux jeunes quittent leur ville natale pour aller travailler dans des villes plus grandes et plus développées.
  20. https://www.sankei.com/world/news/210219/wor2102190040-n1.html (19 février 2021) Plus de 100 hôpitaux ont été fermés en raison de grèves du personnel médical. En raison de la pénurie de main-d'œuvre, le nombre de tests de coronavirus, qui était d'environ 15 000-20 000 par jour avant le coup d'État, est tombé à 889 le 18. Le nombre cumulé de nouvelles infections à la corona dépassant 140 000, il est devenu difficile de saisir la tendance des nouvelles infections. On s'inquiète de l'impact sur les vaccinations qui ont commencé le 27 janvier.
  21. https://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/digitec/australien-gegen-facebook-allianz-gegen-tech-konzerne-17205754.html (19 février 2021) L'Australie est en train de forger une alliance mondiale pour mettre les entreprises technologiques américaines à leur place. Le Premier ministre Scott Morrison a déclaré vendredi matin qu'il avait parlé au téléphone avec son homologue indien Narendra Modi, le Président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur la question pour trouver des soutiens. Nous faisons partie du premier groupe de pays au monde à faire quelque chose", a déclaré Steven Guilbeault, ministre canadien du patrimoine, qui est chargé de lutter contre les géants de la technologie. Il a déclaré que le Canada adopterait le modèle australien, qui oblige les sociétés Internet à négocier un prix avec les éditeurs ou à imposer directement un prix pour l'utilisation du contenu des autres. L'approche australienne apporterait aux éditeurs canadiens environ 620 millions de dollars canadiens (404,7 millions d'euros) par an. Il a déclaré qu'il avait déjà consulté les responsables gouvernementaux concernés en Allemagne, en France, en Finlande et en Australie la semaine dernière. "Je suppose que très rapidement nous aurons cinq, dix ou quinze pays qui se donneront maintenant des règles similaires", a-t-il déclaré. Facebook va-t-il alors rompre ses liens avec l'Allemagne ? Avec la France ? Cela ne va pas du tout marcher".
  22. "Bienvenu à Gattaca" - Je ne connais pas ce film. Je ne manquerai pas l'occasion de le voir si elle se présente. S'il n'y a rien de comique dans ce film, je peux mettre une autre icone, même si un univers fictionnel, quelque part c'est "pour rire". Je change donc l'icone pour "Merci" . Merci pour cette référence cinéphile. Concernant les vols de données américaines par les Chinois, voir aussi http://www.air-defense.net/forum/topic/10777-chine/?do=findComment&comment=1368999
  23. https://www.cbsnews.com/news/biodata-dna-china-collection-60-minutes-2021-01-31/ Bill Evanina a récemment démissionné de son poste de responsable du contre-espionnage aux États-Unis, un vétéran du FBI et de la CIA. Il était tellement préoccupé par les propositions de tests COVID de BGI, et par la question de savoir qui obtiendrait finalement les données, qu'il a autorisé un rare avertissement public : "Les puissances étrangères peuvent collecter, stocker et exploiter les informations biométriques des tests COVID." Evanina soupçonne que ces offres de laboratoire sont des chevaux de Troie des temps modernes. BGI vient aux États-Unis avec des cadeaux, mais avec d'autres motifs. Il n'est pas certain que BGI, ou tout autre testeur COVID, puisse obtenir de l'ADN à partir de prélèvements nasaux, dit-il, mais les laboratoires sont un moyen de s'implanter, d'apporter leur équipement ici, de commencer à exploiter vos données et de s'installer dans votre quartier. Voulons-nous qu'une autre nation élimine systématiquement nos services de soins de santé ? Sommes-nous d'accord avec cela en tant que nation ? Edward You : Que se passe-t-il si nous réalisons que tous nos futurs médicaments, nos futurs vaccins, nos futurs soins de santé sont tous complètement dépendants d'une source étrangère ? Si nous ne nous réveillons pas, nous réaliserons un jour que nous sommes devenus des drogués au crack et que quelqu'un comme la Chine est devenu notre pousseur. Jon Wertheim : Des drogués au crack, vous dites ? Edward You : C'est vrai. S'ils sont en mesure de vous offrir des soins de santé personnalisés, efficaces et peu coûteux, serions-nous en mesure de dire non ? je ne pense pas. [Evanina] affirme que le gouvernement chinois comprend que leur succès futur dépend de l'accumulation de grandes quantités d'ADN humain. Edward You : Ils sont en train de constituer une énorme base de données nationale. Et s'ils sont maintenant en mesure de la compléter avec des données provenant du monde entier, il s'agit de savoir qui obtient l'ensemble de données le plus important et le plus diversifié. Et donc, la bombe à retardement est qu'une fois qu'ils sont capables d'atteindre une véritable intelligence artificielle, ils se lancent dans une course à ce qu'ils peuvent faire avec ces données. Jon Wertheim : Quelle est la probabilité que vous et moi ayons été piratés par la Chine ? Bill Evanina : 110%. Jon Wertheim : Des données personnelles ? Bill Evanina : Données personnelles. Selon les estimations actuelles, 80 % des adultes américains se sont fait voler toutes leurs données personnelles par le Parti communiste chinois. Le problème est que le régime chinois prend toutes ces informations nous concernant - ce que nous mangeons, comment nous vivons, quand nous faisons de l'exercice et dormons - et les combine ensuite avec nos données ADN. Avec des informations sur l'hérédité et l'environnement, ils en savent soudain plus sur nous que nous n'en savons sur nous-mêmes et, en contournant les médecins, la Chine peut nous cibler avec des traitements et des médicaments dont nous ne savons même pas que nous avons besoin. Edward You : Pensez à l'aube de - l'Internet des objets et les réseaux 5G et les - et les maisons intelligentes et les villes intelligentes. Il va y avoir des capteurs partout. Il va suivre vos mouvements, votre comportement, vos habitudes. Et finalement, il aura une application biologique, ce qui signifie que sur la base des données collectées, ils pourront les analyser et chercher à améliorer votre santé. Ces données deviennent incroyablement pertinentes et très, très précieuses. Vous vous souvenez de la proposition de BGI de construire des laboratoires COVID pour l'État de Washington ? 60 Minutes a appris que la société avait fait des propositions similaires à plus de cinq autres États, dont New York et la Californie.... Et, après que les fonctionnaires fédéraux aient mis en garde contre un partenariat avec BGI, chaque État a dit non aux laboratoires de BGI.