Surjoueur

Members
  • Content Count

    311
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Surjoueur

  1. Que d'émotions... Je suppose que, comme souvent, ce genre de propos est destiné à fédérer un groupe ("Nous" = "Gentils") au détriment d'un autre ("Eux" = "Méchants"), par l'hostilité, par la victimisation. Un grand classique (dédicace à Hitler et à Erdoğan). Rentrer dans cette rhétorique binaire ne fait que la renforcer. L'analyser froidement peut être un premier pas pour la combattre. Je n'attends rien, je cherche à comprendre. Ce dont je suis sûr c'est que ce sont des êtres humains. Ce qui n'induit en rien qu'ils soient naturellement bons hein, je ne suis pas rousseauiste.
  2. La mythologie raciale nazie voyait les autres peuples comme d'autres espèces d'animaux, quand elle ne les classait carrément pas en dehors du règne animal, les Juifs étant considérés littéralement comme une maladie. Je doute que reprendre ce genre de rhétorique élève le niveau... Certains dirigeants pakistanais ont visiblement intérêt à ce que ça finisse dans la boue : vous n'êtes pas obligés de les accompagner.
  3. C'est ce que j'avais fait sur la page wikipédia sur les avions de cinquième génération. Au final, selon les critères donnés par les Américains, le Rafale est l'avion qui coche le plus de cases d'un avion de cinquième génération : ils devraient donc en rêver la nuit (ou alors on se fout de notre gueule). J'ai pas la motivation de refaire la même chose pour l'article sur la sixième génération. Je ne vois même pas un critère qui ressort pour la distinguer de la cinquième. Au moins avec la cinquième c'était clair au final : la furtivité est l'alpha et l'oméga du futur de demain qui n'existe pas. Bon en même temps ce n'est pas facile de concevoir une arme aujourd'hui pour des guerres de demain. Faut anticiper, être un peu devin... ce qui est la porte ouverte à des dérives mystiques. Dans l'entre-deux-guerres certains imaginaient que les chars multi-tourelles seraient l'avenir : ça a donné des beaux engins de futur bien foirés. Je suis HS mais un topic sur le sujet pourrait être intéressant je pense, s'il n'existe pas déjà.
  4. Biden a-t-il réellement une marge de manœuvre dans un climat pareil ? C'est peut-être du pessimisme mais j'ai l'impression que ce pays est devenu ingouvernable tellement il est divisé. Faut forcément qu'une moitié sabote les décisions de l'autre, quel que soit l'intérêt de ces décisions...
  5. Pour citer également directement une œuvre, Barbarossa : 1941. La guerre absolue, de Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri : Page 460 : "La bataille de Moscou sera une mêlée sauvage menée dans des conditions naturelles abominables, semblables à celles qui règnent dans l'Arctique." Page 461 : "Les Allemands, faute d'équipements arrivés à temps, souffrent plus du froid que les Russes, mieux vêtus en moyenne. En moyenne seulement, car il manque aux soldats de Joukov des dizaines de milliers de tenues d'hiver (...). Beaucoup de soldats n'ont que des bottes d'été et portent la boudionovka, le bonnet pointu en feutre du temps de la guerre civile." Page 462 : "Contrairement à ce que pensent les Allemands, les troupes n'ont pas l'habitude de se battre en hiver, à l'exception des divisions sibériennes bien moins nombreuses qu'on l'a dit." Page 465 : "Hoepner, qui a reçu le commandement unifié des deux panzergruppen III et IV en déroute, ramasse dans la neige un tract ennemi lâché par avion. Il lit "Le plan d'encerclement de Moscou a échoué. Le mécompte des Allemands ne s'explique pas par les circonstances de la campagne d'hiver. Ce n'est pas l'hiver qui est responsable, mais une erreur organique dans le travail de planification de la guerre par l'OKW." Le général allemand joint la feuille volante à une lettre à sa femme où il commente sobrement : "Ci-joint un tract russe qui décrit correctement les choses.".
  6. Oui clairement. Cela se savait dans la Wehrmacht. Certains officiers voulaient hiverner en conséquence. Mais non, la décision a été prise d'attaquer quand même, malgré tout. On ne sait jamais, sur un malentendu... ce fut un désastre. Alors, pour ne mouiller personne, Hitler a trouvé un bouc-émissaire dans son discours d'après défaite : c'est la faute à l'hiver. Cela a aussi le mérite de ne surtout pas mentionner la combativité soviétique. Une excuse tellement bonne qu'elle est reprise de nos jours.
  7. Oui enfin ça reste assez relatif : en tenue d'été par -20° vous gelez, quelle que soit votre nationalité. En plus le plus gros de l'hiver, bien violent, arctique, survient après la bataille de Moscou. Il va gêner la contre-offensive soviétique.
  8. Concernant les affaires d'hiver c'est expliqué par Jean Lopez dans son "Barbarossa". Les Allemands avaient bien prévu des vêtements mais ils étaient bloqués en Allemagne. La logistique était saturée, la priorité était de faire passer les munitions. Les Soviétiques de leur côté n'étaient guère mieux équipés, beaucoup de soldats n'avaient non plus leurs vêtements d'hiver. Le problème de l'argument de l'hiver c'est qu'on fait comme si c'était un avantage décisif pour les Soviétiques. En fait, à l'exception des troupes sibériennes très peu nombreuses (3% des effectifs à la bataille de Moscou), les Soviétiques n'étaient pas non plus habitués à combattre en hiver. C'est aussi un handicap pour eux au final.
  9. Ou très ancien, vu ce qu'en pensaient les gens en 1945.
  10. Il a utilisé le conditionnel et dit "peut-être" : c'est bon il est immunisé, il peut dire n'importe quoi.
  11. Ça me fait penser à un canular d'il y a deux ans, où des chercheurs ont tenté de faire valider des articles absurdes, mais bien dans l'air du temps, pour dénoncer cette idéologie. "Le clou de cette fanfaronnade a été apporté par un essai présenté au magazine Sociology of Race and Ethnicity, où nos trublions prétendent "examiner de manière critique la blanchité ('whiteness, ndlr) depuis la blanchité". Pour cela, ils ont ni plus ni moins sélectionné - sans le dire - des extraits de Mein Kampf, l'infâme pamphlet antisémite d'Adolf Hitler, en y remplaçant le mot "Juifs" par "Blancs". Le paper a été rejeté mais cela ne l'a pas empêché de recevoir au préalable les éloges de plusieurs pairs universitaires. "Cet article a le potentiel pour être une contribution puissante et particulière à la littérature traitant des mécanismes qui renforcent l'adhésion blanche à des perspectives suprémacistes blanches, et au processus par lequel des individus peuvent atteindre des niveaux plus profonds de conscience sociale et raciale", écrit ainsi un chercheur enthousiaste, qui n'objecte que "des révisions concernant la précision, la clarté, l'expression d'assertions et des exemples concrets" et complimente ainsi sans le savoir une resucée de Mein Kampf." Encore un petit effort, on y est presque !!
  12. Elle se situe dans le rôle d'homme fort qu'il souhaite se tailler. S'il recule il sera désavoué et passera pour un faible aux yeux de ses partisans. Dans sa position il ne peut que continuer à jouer les durs. Si on se met à sa place d'homme politique, qui souhaite à tout prix garder le pouvoir, il y a une certaine logique. De son point de vue il aurait même intérêt à ce qu'il y ait la guerre : c'est pratique, ça soude une nation autour du chef. Tant pis s'il y a des morts tant qu'il reste au sommet. Cela peut même donner une occasion de devenir dictateur à vie, pour "défendre le peuple". Après cela n'exclut pas une dissociation cognitive, il se surestime et sous-estime les autres nations, probablement... Mais bon pour gagner il faut jouer. Quand on veut être sûr de son coup, on plante des navets. On ne pratique pas la politique. Je précise que je colle là quelques comportements fréquents dans l'histoire des guerres, je ne connais pas bien la situation turque.
  13. Je n'ai pas la réponse mais l'accusation de folie est un peu trop facile et masque le contexte. Hitler était-il fou ? Peut-être vers la fin mais avant non, son projet avait sa propre rationalité, même diabolique et suicidaire. Puis il n'aurait jamais pu accéder au pouvoir sans un certain contexte, et un concours de circonstances. Du peu que j'en sais pour la Turquie je vois surtout quelqu'un qui, pour des raisons de politique interne, fait de la provocation en surfant sur le fantasme de l'empire ottoman et qui, de provocation en provocation, est pris dans un engrenage. C'est le problème de la posture viriliste, si vous revenez en arrière et tentez d'apaiser les choses vous passez pour une "fiotte" à vos propres yeux. Il est bloqué par son ego et le rôle qu'il s'est construit.
  14. Ou quand on a affaire à un pays belliqueux et trop sûr de lui, qui compte sur la faiblesse politique des autres pays. Exemple : le Japon en 1941. Je ne pense pas que ce genre de règles mathématiques s'appliquent. Il y a trop de variables et l'homme n'est pas forcément rationnel...
  15. Si un membre de l'OTAN en agresse un autre, techniquement ça se passe comment ? L'organisation se scinde en deux et chaque moitié se tape dessus ? J'sais bien qu'ils sont à la rue m'enfin il doit bien rester quelques règles de base...
  16. Je suis déçu... On ne peut pas espérer revoir un avion ressemblant au F-14 ? Le géométrie variable est définitivement obsolète ?
  17. Surjoueur

    Le F-35

    "Seulement, la question du remplacement des F/A-18 et des E/A-18 finira par se poser tôt ou tard. D’où la mise en place d’une structure qui aura à définir ce que sera son prochain avion de combat, qui serait de sixième génération. (...) Si l’US Navy suit les conseils du CSBA, écrit Forbes, son futur F/A-XX pourrait être très différent du F/A-18 non furtif à courte portée et du F-35 furtif à courte portée. En effet, un chasseur de nouvelle génération rapide, aux longues jambes et raisonnablement maniable pourrait finir par ressembler beaucoup au dernier chasseur rapide, aux longues jambes et raisonnablement maniable » [de l’aéronavale américaine]. Nous parlons, bien sûr, du légendaire F-14." http://www.opex360.com/2020/08/24/lus-navy-lance-le-programme-next-generation-air-dominance-pour-remplacer-ses-f-a-18-super-hornet/ Donc un "avion de sixième génération" c'est un avion qui remplace un avion de quatrième génération et qui ressemble à l'avion d'avant : j'ai mal à la tête. En même temps s'il ressemble au F-14 je suis fan, vivement le prochain Top Gun.
  18. Ingrao, Patin, Chapoutot... ok. Ils ont juste réuni la dream team des historiens français spécialistes du nazisme pour leur documentaire. Puis, on ne sait jamais, on y associe des historiens allemands (que je ne connais pas). Très bon documentaire. Ce n'est pas le premier. J'avais bien apprécié celui sur le pacte germano-soviétique.
  19. Si c'est pour rentrer dans la science-fiction il existe bien mieux que les turbo-prop ou les hélicos : l'ornithoptère. On dira ce qu'on voudra mais il a fait ses preuves sur Dune.
  20. Surjoueur

    Achat suisse

    Les deux sont liés. Admettons qu'un avion est 20% moins cher à l'unité et par heure de vol, s'il vous faut 15 de ces avions au lieu de 10 pour faire un même travail ça va vous coûter plus cher au final. L'exemple est au pif, c'est juste pour faire comprendre qu'il faut calculer d'une manière globale et sur le long terme pour avoir une bonne idée des coûts. Beaucoup d'autres raisons peuvent expliquer ce choix, dont des raisons politiques. Ce n'est pas un argument solide. Après je le répète, je n'en sais. Vous avez peut-être raison. Seulement je n'ai jamais eu l'occasion de voir des comparaisons de coûts sérieuses. L'assertion "Gripen = pas cher" est souvent balancée directement, comme une évidence, sans que ce soit creusé. D'où ma méfiance.
  21. Surjoueur

    Achat suisse

    Je ne suis pas convaincu par cet affirmation d'avion "low cost", assez répétée par son constructeur. Dans les faits il plus cher que le prix annoncé et il a moins de capacités que le Rafale. Ce qui veut dire employer plus de Gripen pour le même travail. Si on prend tout en compte (salaires, entretien...) sur une longue durée je demande vraiment à voir. C'est peut-être le cas mais j'ai trop souvent l'impression qu'on se fie à son prix d'achat, sans prendre en compte ses capacités réduites, et qu'on sous-évalue son prix de vol à l'heure et les autres coûts. Sur le papier le F-35 est capable de tout. J'ai hâte de voir la Belgique à l'oeuvre avec ça... *joie mauvaise*
  22. Les girodynes peuvent-ils être une solution d'avenir ?
  23. Ce qui ne simplifie pas les choses puisque...
  24. Oui c'est sûr, c'est un bon réflexe. Seulement c'est coûteux, d'autant plus quand ça concerne un pays lointain. On peut penser que les USA sont proches, plus je m'y intéresse plus je constate à quel point il y a des différences...