Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Le F-35


georgio
 Share

Recommended Posts

Il y a 1 heure, FAFA a dit :

La Norvège ne vole plus que sur F-35 et ceci depuis pas mal de temps et apparemment ils arrivent à entretenir leur revêtements sans ces hangars ! De plus si j'ai bien compris ton article ce sont les Américains qui dépensent cette argent. Ces hangars serviront-ils uniquement à des avions américains? C'est ce que tes écrits me laissent supposer.

Moi j'ai l'impression que les américains vont aménager une base qui n'est pas occupé par les f-35 norvégiens actuellement. Ensuite toute les MOB ont des installation permettant d'entretenir les revêtements des f-35, les norvégiens comme les autres.

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, herciv a dit :

Je ne suis pas impartiale. C'est clair. Je ne prétend pas l'être.  Mais je source toujours pour que chacun se fasse son avis.

Tu sources mais tu en fais souvent une interprétation très personnelle. :happy: Si on prend la peine de lire tes sources on s'aperçoit bien souvent que ta façon de rapporter les faits ne correspond pas à ce qu'elles disent (ce n'est que mon avis).

En voila un exemple: tu dis :

il y a 46 minutes, herciv a dit :

Non le fait d'être un avion avec un revêtement très particulier fait qu'il a un entretien très particulier à faire et donc avec des installations très particulières également. Ensuite il y ALIS/ODIN dont les installations sont très protégée. 

Ton article dis:

"pour construire quatre hangars pour autant de chasseurs avec les installations associées, des entrepôts, une capacité accrue de stockage de munitions et clôturer certaines parties de la station aérienne avec une route de patrouille".

Nulle part il n'est fait référence à ALIS/ODIN ou à l'entretien du revêtement. Donc tu n'en sais rien mais tu interprètes. Par contre on y parle de stockage de munition, d'entrepôts, de routes et de clôtures et là tu n'en tiens pas compte. 

il y a 10 minutes, herciv a dit :

Tu as raison de te poser toutes ces questions. Elles sont totalement valide à mon sens. Mais admet qu'on peut se les poser concernant le f-35. 

Sauf que tu articules des chiffres comme un comptable qui détient la vérité en détail alors que dans les faits, seul un acquéreur potentiel qui demande des devis saura ce qu'il en est.

il y a 14 minutes, herciv a dit :

Le cas des installations payées en Norvége est très parlant. Convertir une base pour accueillir 4 rafales de façon pérenne représente quel budget ? Note bien que çà n'est pas un escadron complet qui aurait en plus nécessité des simulateurs, des services dimensionnés plus largement etc.

La base de Rigge accueille des F-35 depuis 2019. Par contre je ne sais pas s'ils y sont déployés en permanence. Voici ce qui se disait en 2019:

"Le ministère norvégien de la défense a déclaré dans un communiqué : "Pour conclure la période de test, les forces armées norvégiennes ont passé plusieurs jours à transférer des avions et des équipements de la base aérienne d'Ørland à la base aérienne de Rygge. "Le déploiement du système d'avions de combat de Rygge comprend des techniciens et d'autres personnels importants, ainsi que l'équipement nécessaire pour s'entraîner et pratiquer des opérations à partir de là. C'est la première fois que les avions de combat sont utilisés à partir d'une base autre que la base aérienne d'Ørland."

https://www.airforce-technology.com/news/norway-f-35a-ioc/

https://www.aviacionline.com/2022/01/first-norwegian-f-35-qra-mission/

Encore une fois je pense que ce sont les Américains qui souhaitent des aménagements et probablement (là c'est moi qui interprète) pour leurs propres avions.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, FAFA a dit :

Nulle part il n'est fait référence à ALIS/ODIN ou à l'entretien du revêtement. Donc tu n'en sais rien mais tu interprètes. Par contre on y parle de stockage de munition, d'entrepôts, de routes et de clôtures et là tu n'en tiens pas compte.

ALIS / ODIN sont indispensable dans toute les implantations permanentes. Ils n'y a aucune interprétation. C'est un fait. De même que des installation pour l'entretien du revêtement sont également indispensables. Il n'y a pas non plus d'interprétation.

Link to comment
Share on other sites

TIens j'ai trouvé çà :

 

56th CES continues F-35 Hangar Project

 

Published Dec. 8, 2016

By Airman 1st Class Pedro Mota

56th Fighter Wing Public Affairs

LUKE AIR FORCE BASE, Ariz. --  

While more and more F-35 Lightning II’s are brought onto Luke Air Force Base, storage and maintenance space becomes crucial for the aircraft’s upkeep.

Thunderbolts from the 56th Civil Engineering Squadron are working with the United States Army Corps of Engineers to construct the official 62nd Fighter Squadron hanger to facilitate the maintenance of the squadron’s F-35 Lightning II’s.

“Design planning started May of 2015,” said Bill Harrick, 56th CES F-35 program project manager. “Since then, we have been working hand and hand with the USACE to make sure any coordination effort between the base, core and contractors work smoothly and on time. This 18,205 square feet hanger is scheduled for completion around June of 2017.”

Following the trend of building a more modern aesthetic for new squadrons arriving at Luke, the design of this hanger is uniquely ergonomic.

“The 62nd FS hanger construction project is a new configuration with limited space,” Harrick said. “It was a very creative design which allowed us to put four aircraft into one area. Everyone got creative and came up with a good solution to make this hanger the only hanger with dual side entry.”

The side entry to the hanger allows four aircraft to be positioned with the engines facing each other and the cockpits facing out toward the entrances.

Also, the hangar comes with utilities for aircraft maintenance.

“Within these hangars, there will be maintenance pits,” Harrick said. “These pits provide equipment to aid in air conditioning ducting for the aircrafts and provide external power supply units needed for the aircraft’s function checks. The F-35 Lightning II has a much heavier air conditioning requirement than the F-16 so we had to make sure we installed these pits into the hanger.”

The stationary pits will be located at each corner of the aircraft for better accessibility.

Luke has housed many aircraft as the largest fighter wing in the Air Force, and will continue to with the arrival of the F-35.

“This project is one of many that has been going since 2010,” said Tauny Woo, 56th CES engineering flight chief. “We finished the 62nd Fighter Squadron and its aircraft maintenance unit and are now in the process of completing the hangar. It’s a long process and it takes years to complete, but we are slowly making it happen. Luke has always been known as one of the largest training bases and we will continue it with the F-35 program.”

Pourquoi il aurait des besoins d'air conditionné bien plus stricte que le f-16 ? Besoin d'évoluer en ambiance zero poussière pendant un certain temps ? Besoin de refroidir une masse plus importante ??

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, herciv a dit :

ALIS / ODIN sont indispensable dans toute les implantations permanentes. Ils n'y a aucune interprétation. C'est un fait. De même que des installation pour l'entretien du revêtement sont également indispensables. Il n'y a pas non plus d'interprétation.

Il n'est fait référence nulle part à ALIS /ODIN dans l'article que tu as posté. Je te signale que les Norvégiens volent en Norvège sur F-35 depuis 2019. Selon toi, tout à coup ils se sont dis:  Tiens ! il serait bien de protéger ALIS / ODIN. Alors un autre à dit on devrait construire des hangars à 47 millions l'unité. Sachant que la Norvège a acheté plus de 50 F-35 ça va leur coûter très cher ! Mais comment font-ils à Orland ou a Evenes ? D'autre part décréter qu'il faudra débourser 47 millions par avion pour construire des hangars pour chaque avion produit c'est quand même un peu du n'importe quoi.

Il est évident que le F-35 nécessite beaucoup de maintenance mais il ne faut pas exagérer. Les Italiens volent sur F-35 depuis pas mal de temps. Je me demande si @gianks a des informations sur les coûts liés à l'infrastructure nécessaires pour mettre en oeuvre ces appareils.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, FAFA a dit :

Il n'est fait référence nulle part à ALIS /ODIN dans l'article que tu as posté

Et parce que l'article n'en fait pas mention, il n'y a pas de ALIS / ODIN dans ce hangar ? Sérieux ?

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ici un hangar pour des F-35C pour Leemore à 100 millions de dollar :

https://www.thedefensepost.com/2021/09/06/harper-f-35-hangar-101m-contract/

Ici un autre contrat pour Miramar à 130 million (hangar + quelques extensions) :

https://www.upi.com/Defense-News/2018/01/25/Harper-awarded-1279M-for-F-35-hangar-in-San-Diego/4311516892143/

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, herciv a dit :

Et parce que l'article n'en fait pas mention, il n'y a pas de ALIS / ODIN dans ce hangar ? Sérieux ?

Mais bien sûr que ces moyens de maintenance sont présents, mais encore une fois la Norvège vole sur F-35 depuis 2019. Désormais il n'ont plus que ça et ils mettent en oeuvre ALIS /ODIN même sans disposer de ces super hangars à 47 millions! 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, FAFA a dit :

Mais bien sûr que ces moyens de maintenance sont présents, mais encore une fois la Norvège vole sur F-35 depuis 2019. Désormais il n'ont plus que ça et ils mettent en oeuvre ALIS /ODIN même sans disposer de ces super hangars à 47 millions! 

Pour pouvoir relier les installations norvégiennes aux installations US comme tu le fas dans ta phrase il faudrait encore dire celles qui sont communes. L'article n'en parle pas. Je ne sais même pas si les f635 américains seront installé sur une base F-35 commune ave les norvégiens.

Apparemment tous les hangars de maintenance des f-35 sont à 105 millions l'unités :

https://www.witn.com/2020/09/04/cherry-point-breaks-ground-105-million-aircraft-hangar/

Cet article est inétressant parce qu'il montre bien que les 105 millions sont un coût unitaire par hangar.

La hangar norvégien serait un peu plus cher parce que en Norvège ?

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, herciv a dit :

Pour pouvoir relier les installations norvégiennes aux installations US comme tu le fas dans ta phrase il faudrait encore dire celles qui sont communes. L'article n'en parle pas. Je ne sais même pas si les f635 américains seront installé sur une base F-35 commune ave les norvégiens.

Il suffit pourtant de lire l'article que tu as posté :rolleyes:

"Rygge est l'une des quatre zones norvégiennes auxquelles les forces américaines ont un accès "sans entrave", selon le texte de l'accord. Ces installations comprennent également les stations aériennes d'Evenes et de Sola, ainsi que la station navale de Ramsund. L'accord a une durée initiale de dix ans et ne constitue pas un déploiement permanent."

il y a 13 minutes, herciv a dit :

Apparemment tous les hangars de maintenance des f-35 sont à 105 millions l'unités :

https://www.witn.com/2020/09/04/cherry-point-breaks-ground-105-million-aircraft-hangar/

Cet article est inétressant parce qu'il montre bien que les 105 millions sont un coût unitaire par hangar.

La hangar norvégien serait un peu plus cher parce que en Norvège ?

Je pense qu'il ne faut pas mélanger hangars de maintenance "lourde" (changer un moteur, une verrière, un siège éjectable) et hangars de protection destinés à une maintenance "légère" pour réapprovisionner un avion entre deux missions. Mon sentiment est que tu mélanges allègrement les deux.

Maintenant tu trouves pleins de construction de hangars à différents coûts. La construction d'infrastructures de ce types est une constante dans toutes les forces aériennes. Par exemple pour accueillir le Rafale sur la base d'Orange, 180 millions sont investis pour construire de nouveaux hangars, de nouveaux ateliers, de nouveaux bureaux ainsi que des simulateurs de vol dédiés au Rafale. Il y a les hangars dans lesquels plusieurs avions prennent place et les hangars individuels protégés. C'est très différent.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, FAFA a dit :

Il n'est fait référence nulle part à ALIS /ODIN dans l'article que tu as posté. Je te signale que les Norvégiens volent en Norvège sur F-35 depuis 2019. Selon toi, tout à coup ils se sont dis:  Tiens ! il serait bien de protéger ALIS / ODIN. Alors un autre à dit on devrait construire des hangars à 47 millions l'unité. Sachant que la Norvège a acheté plus de 50 F-35 ça va leur coûter très cher ! Mais comment font-ils à Orland ou a Evenes ? D'autre part décréter qu'il faudra débourser 47 millions par avion pour construire des hangars pour chaque avion produit c'est quand même un peu du n'importe quoi.

Il est évident que le F-35 nécessite beaucoup de maintenance mais il ne faut pas exagérer. Les Italiens volent sur F-35 depuis pas mal de temps. Je me demande si @gianks a des informations sur les coûts liés à l'infrastructure nécessaires pour mettre en oeuvre ces appareils.

On peut tenter de retracer indirectement le coût d'un ouvrage d'infrastructure lié au F35 (en l'occurrence B) en se référant à un document officiel du Ministère de la Défense "Programme biennal d'achat de biens et services" (pour les biens d'une unité coût supérieur à 40 000 €.

https://www.difesa.it/SGD-DNA/Staff/DT/G...re_VER.pdf
En particulier, la dernière ligne de la page 7 fait référence à la description de l'achat :
"Vérification de la mise à jour de la conception définitive et rédaction de la conception exécutive incluant le PSC [Plan de Sécurité et de Coordination] pour les travaux de construction d'un nouveau hangar JSF pour 3 avions au MARISTAER Grottaglie (TA)"
Valeur totale 155.500,00 €.

En supposant que la valeur du design soit égale à 5% de la valeur totale de l'oeuvre (là j'ai un peu d'expérience et ça me parait une valeur plausible, peut-être un peu faible) on arriverait à une valeur de l'oeuvre autour de € 3.200.000,00 pour un hangar pour 3 F35-B. Soit environ 1.000.000,00 € pour chaque F35.
Je ne peux pas faire plus que ça

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, FAFA a dit :

Rygge est l'une des quatre zones norvégiennes auxquelles les forces américaines ont un accès "sans entrave", selon le texte de l'accord. Ces installations comprennent également les stations aériennes d'Evenes et de Sola, ainsi que la station navale de Ramsund. L'accord a une durée initiale de dix ans et ne constitue pas un déploiement permanent."

Ca ne dit pas que Rygge est une base de f-35 et dispose donc déjà de hangar équipé.

EN fait il n'y a pas de F-35 norvégiens là-bas seulement des hélico :

https://www.forsvaret.no/en/organisation/air-force

Les US doivent donc tout construire.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, FAFA a dit :

Mon sentiment est que tu mélanges allègrement les deux.

Il y a 188 millions d'investi quand même. SI c'est juste pour faire des chemins de patrouilles çà me parait inconcevable.

F35-Hangar-3.jpg&ehk=2xJgy13X%2B7UWf1tJB

Voilà un hangar de harper à 105 millions. (fabriqué par harper) Vu comme çà il ne parait pas très compliqué mais en cherchant un peu on s'aperçoit qu'il y a des prérequis très lourds comme la sécurité incendie, la sécurité informatique, l'air conditionné, le blindage anti EW, etc, etc ...

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, herciv a dit :

Ca ne dit pas que Rygge est une base de f-35 et dispose donc déjà de hangar équipé.

EN fait il n'y a pas de F-35 norvégiens là-bas seulement des hélico :

Ils n'y a peut-être pas de F-35 qui sont déployés là-bas en permanence, mais des F-35 y ont déjà opérés (je l'avais déjà posté plus haut mais je le mets à nouveau).

"Le ministère norvégien de la défense a déclaré dans un communiqué : "Pour conclure la période de test, les forces armées norvégiennes ont passé plusieurs jours à transférer des avions et des équipements de la base aérienne d'Ørland à la base aérienne de Rygge. "Le déploiement du système d'avions de combat de Rygge comprend des techniciens et d'autres personnels importants, ainsi que l'équipement nécessaire pour s'entraîner et pratiquer des opérations à partir de là. C'est la première fois que les avions de combat sont utilisés à partir d'une base autre que la base aérienne d'Ørland."

https://www.aviacionline.com/2022/01/first-norwegian-f-35-qra-mission/

https://www.airforce-technology.com/news/norway-f-35a-ioc/

il y a une heure, herciv a dit :

Il y a 188 millions d'investi quand même. SI c'est juste pour faire des chemins de patrouilles çà me parait inconcevable.

F35-Hangar-3.jpg&ehk=2xJgy13X%2B7UWf1tJB

Voilà un hangar de harper à 105 millions. (fabriqué par harper) Vu comme çà il ne parait pas très compliqué mais en cherchant un peu on s'aperçoit qu'il y a des prérequis très lourds comme la sécurité incendie, la sécurité informatique, l'air conditionné, le blindage anti EW, etc, etc ...

D'un côté tu parles de hangars avec des stocks de munition, des routes d'accès, des entrepôts (dont on ne sait rien) et des clôtures à 47 millions l'unité et d'un autre côté tu montres des images de hangars qui peuvent accueillir bien plus d'un F-35 et qui à mon avis n'ont rien à voir avec les hangars individuels dont nous parlons initialement.

Je pense que je vais m'arrêter là car de toute évidence nous ne sommes pas d'accord et il nous manque beaucoup trop d'éléments. Par contre dire qu'il faut ajouter 47 millions par F-35 pour leur hangar me parait totalement erroné.

 

Edited by FAFA
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

GE’s lobbying message to Congress on F-35 engine: ‘Take this to the next logical milestone’

Le message de lobbying de GE au Congrès sur le moteur du F-35 : "Passez à l'étape logique suivante".
Suite à la décision de l'armée de l'air de renoncer à un nouveau moteur pour le F-35, General Electric poursuit son combat au Capitole pour maintenir en vie le programme de transition du moteur adaptatif (Adaptive Engine Transition Program).
Par MICHAEL MARROW le 10 mai 2023 à 8:50

EVENDALE (Ohio) - Dans une cellule d'essai des installations de General Electric se trouve le XA100, un prototype de moteur adaptatif développé par l'entreprise pour le F-35 qui ne propulsera probablement pas le Joint Strike Fighter de sitôt, suite à la décision de l'Air Force de financer une mise à niveau de l'actuel moteur F135 de l'avion, fabriqué par Pratt & Whitney.

C'est pourquoi un petit groupe de journalistes, dont Breaking Defense, a été invité récemment dans les locaux de l'entreprise pour voir le moteur lui-même, ainsi que les techniques de fabrication additive et les composites à matrice céramique qu'il utilise, alors que GE mène une campagne plus large pour maintenir le programme de transition du moteur adaptatif (AETP) en vie.

"Nous avons été déçus que l'armée de l'air n'ait pas demandé de financement dans le cycle budgétaire [fiscal] 24 pour faire avancer le programme AETP", a déclaré David Tweedie, vice-président de GE Edison Works et directeur général des produits avancés, lors d'une réunion d'information avec les journalistes. "Cela ne change rien à notre point de vue : nous pensons sincèrement que pour que le F-35 reste pertinent - et pas seulement le F-35 - mais aussi pour que cette technologie soit utilisée dans d'autres plates-formes futures, les moteurs à cycle adaptatif sont la voie à suivre."

Pour en savoir plus sur Mosarc™ Advanced Integrated Avionics Solutions, cliquez ici. >>
Dans l'immédiat, GE demande au Congrès les fonds nécessaires pour mener le programme "jusqu'à la prochaine étape logique", a déclaré M. Tweedie, qui, a-t-il expliqué, équivaudrait à peu près à une révision critique de la conception. Il a affirmé que l'entreprise pourrait achever cette tâche d'ici l'année prochaine, bien qu'il ait refusé d'indiquer ce que cela pourrait coûter aux contribuables pour poursuivre l'effort de R&D.

Un professionnel de la défense connaissant bien le programme a déclaré à Breaking Defense que la stratégie de GE ne visait pas à faire dérailler la voie de modernisation actuellement suivie par le Pentagone, mais qu'elle était plutôt axée sur la préservation des options au cas où le développement du moteur F135 modernisé échouerait.

"Si vous regardez ce que GE demande vraiment dans le budget de l'année fiscale 24, c'est de maintenir son programme en vie. Il ne s'agit pas de tuer le moteur F135 modernisé. En fait, on ne peut jamais faire cela étant donné son importance pour la communauté du F-35", a déclaré cette personne.

"Il s'agit donc de préserver des options qui pourraient s'avérer favorables à l'avenir du point de vue des performances et d'une police d'assurance en cas de problèmes avec le F135. Voulons nous vraiment couper cette série d'options au niveau des genoux cette année, compte tenu de l'enjeu que représente le F-35 ?

Une nouvelle puissance pour un vieil avion

Les moteurs adaptatifs peuvent offrir un meilleur rendement énergétique en régime de croisière et une plus grande poussée en combat en ajustant la manière dont l'air circule dans le moteur pendant le vol, en modifiant ce que l'on appelle le taux de dilution. Le moteur intègre également un troisième flux d'air qui, selon M. Tweedie, est principalement utilisé dans le moteur GE comme source supplémentaire de gestion thermique pour refroidir les sous-systèmes de l'avion.

Les responsables ont étudié les options de modernisation des moteurs - en mettant en balance une remotorisation complète avec un moteur adaptatif ou une mise à niveau du groupe motopropulseur existant - pour résoudre les problèmes de puissance et de refroidissement du F-35, alors que le programme se prépare à entrer dans sa prochaine série d'améliorations de capacités, connue sous le nom de Block 4. Pour augmenter la puissance et la capacité de refroidissement du chasseur, le Pentagone a choisi cette année de demander un financement pour une mise à niveau du moteur Pratt existant, un plan appelé Engine Core Upgrade (ECU) qui, selon les responsables, fournira des niveaux acceptables d'amélioration des performances et sera compatible avec les trois variantes du chasseur.

Malgré les capacités attrayantes qu'un moteur adaptatif pourrait offrir - GE revendiquant des améliorations de l'ordre de 30 % d'autonomie en plus, 10 % de poussée en plus et une capacité de gestion thermique doublée grâce à son prototype AETP -, aller de l'avant avec un moteur adaptatif est tout simplement trop coûteux, a expliqué précédemment le secrétaire de l'armée de l'air Frank Kendall, d'autant plus que le service devrait faire cavalier seul sans l'appui du corps des Marines et de la marine.

En conséquence, Kendall a annoncé en mars qu'au lieu d'une compétition potentielle entre GE et Pratt pour un moteur adaptatif dans le cadre de l'AETP, le F-35 serait plutôt propulsé par un moteur F135 modernisé fourni par Pratt.

Le financement de l'ECU est probablement un fait accompli - un moteur adaptatif n'est actuellement pas compatible avec la variante de décollage et d'atterrissage vertical du F-35B pour les Marines, ont déclaré des responsables, et la marine n'a pas exprimé d'intérêt pour étudier comment en adapter un au F-35C lancé sur un porte-avions. Mais toute influence de GE sur la lutte contre le F-35 pourrait l'aider à saisir de nouvelles opportunités.

Tout en soulignant que l'objectif de l'entreprise est de propulser le F-35, M. Tweedie a également expliqué comment l'AETP s'inscrit dans le cadre d'autres travaux en cours sur les moteurs adaptatifs, en particulier un moteur prévu pour le système secret NGAD (Next Generation Air Dominance) de l'armée de l'air.

À l'instar de la structure de l'AETP, GE et Pratt participent toutes deux à un effort de développement de moteurs pour le chasseur NGAD - connu sous le nom de programme NGAP (Next Generation Adaptive Propulsion) - qui, selon un haut responsable de l'armée, pourrait être réduit à un seul fournisseur d'ici à la fin de l'année prochaine.

L'augmentation du financement du programme au cours de l'exercice 24 pourrait indiquer que l'armée de l'air a l'intention de "fournir un financement suffisant pour permettre à la concurrence de passer par une phase de prototypage", a suggéré M. Tweedie, tout en dévoilant le nom de l'offre de l'entreprise pour le programme : le XA102.

"Notre moteur XA102 pour le programme NGAP s'appuiera fortement sur ce que nous avons développé ici", a-t-il déclaré. "Alors que nous continuons à voir où va le programme NGAP, cela guide également notre capacité à aller chercher d'autres points d'essai pour informer sur l'évolution de ce programme.

En outre, M. Tweedie a révélé que l'entreprise avait lancé une troisième phase d'essais pour le XA100 qui recueille des "données axées sur les performances dans différentes parties de l'enveloppe de vol", qui, selon lui, peuvent également être utilisées pour informer le travail sur le XA102. Bien que GE ait précédemment annoncé qu'elle avait terminé les essais pour l'AETP, M. Tweedie a déclaré que l'entreprise avait lancé une nouvelle série d'essais en interne car "lorsque vous avez un bon moteur et qu'il fonctionne, vous voulez continuer à obtenir de plus en plus de données". (M. Tweedie a précisé que les essais sont financés par des crédits du Congrès précédemment alloués dans les budgets des exercices 22 et 23).

Se préparer au combat

Pour que son moteur puisse équiper le F-35, M. Tweedie a déclaré que l'entreprise avait l'intention de mener une bataille difficile en "élevant le débat", en évoquant des considérations telles que l'augmentation de la durée d'immobilisation d'un avion pour accroître la capacité de combat, ou "la durée pendant laquelle un avion furtif et un avion capable de survivre peuvent rester dans un environnement contesté".

GE étudie également les moyens de réduire les coûts de développement dès le départ, a-t-il ajouté, tout en mettant l'accent sur les économies qui pourraient être réalisées tout au long du cycle de vie du moteur. En résumé, l'entreprise affirme que l'intégration d'un moteur adaptatif pour le F-35A permettrait de réaliser des économies de 10 milliards de dollars pour le programme, qui viendraient s'ajouter aux économies réalisées sur le cycle de vie grâce à une mise à niveau du moteur. (En l'absence de toute mise à niveau, le moteur actuel nécessitera davantage de maintenance en raison des contraintes excessives qu'il subit au-delà de ses spécifications de conception, ce qui, selon le Government Accountability Office [PDF], entraînerait des coûts supplémentaires de 38 milliards de dollars sur l'ensemble de sa durée de vie).

"Ce chiffre de 10 milliards de dollars comprend à la fois les coûts de développement et la mise en place d'une infrastructure de maintenance", a affirmé M. Tweedie, ajoutant que ce chiffre ne tient pas compte du carburant qui serait économisé sur les avions-citernes qui ne seraient plus nécessaires aussi fréquemment pour ravitailler les avions à réaction en carburant.

Ces considérations doivent encore se heurter aux dures réalités budgétaires. Dans une récente interview accordée à Breaking Defense, le représentant Rob Wittman (R-Va), président du sous-comité des services aériens tactiques et terrestres de la Chambre des représentants, a fait remarquer qu'il ne suffisait pas d'ajouter des fonds supplémentaires au budget global de l'AETP pour résoudre le problème. Outre l'étroitesse du budget, d'autres défis se posent, tels que les obstacles au développement du moteur lui-même, ainsi que l'impact de l'intégration d'une nouvelle conception de moteur dans la base de clients internationaux de l'avion, qui compte 17 membres et ne cesse de croître.

Néanmoins, a déclaré M. Tweedie, l'entreprise s'efforce de convaincre les législateurs de la nécessité de poursuivre le financement de l'AETP, le Congrès s'apprêtant à se prononcer dans les semaines à venir.

"De notre point de vue, le voyage continue", a-t-il déclaré.

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, FAFA a dit :

D'un côté tu parles de hangars avec des stocks de munition, des routes d'accès, des entrepôts (dont on ne sait rien) et des clôtures à 47 millions l'unité et d'un autre côté tu montres des images de hangars qui peuvent accueillir bien plus d'un F-35 et qui à mon avis n'ont rien à voir avec les hangars individuels dont nous parlons initialement.

Je pense que je vais m'arrêter là car de toute évidence nous ne sommes pas d'accord et il nous manque beaucoup trop d'éléments. Par contre dire qu'il faut ajouter 47 millions par F-35 pour leur hangar me parait totalement erroné.

Tu n'as pas compris ma démarche (au sens stricte du terme). Ma réflexion a évoluer en même temps que je faisais des recherches pour comprendre de quoi on parlait. 

Le hangar dont tu as mis la photo peut accueillir 4 f-35 pour leur maintenance. Il est équipé d'un système d'air conditionné de très haute qualité pour des raison que je ne maitrise pas. Ce hangar est dupliqué autant de fois qu'il le faut sur une base. Je pense que c'est un hangar par escadrille. ET ce hangar on en a le prix c'est 105 millions de dollar.

Je pense que ces 105 millions sont l'une des composantes des 180 millions dont on a parlé au-dessus. Un des indices me permettant de dire çà c'est justement le nombre de F-35 que ce hangar peut prendre en charge simultanément.

Link to comment
Share on other sites

J'ai trouvé un article de Don Bacon du 29 Avril 2016 et je le trouve très intéressant parce qu'il montre que Don Bacon n'était pas extrémiste du tout et que la réalité a été bien pire que ce qu'il racontait.

U.S. Deploying Pre-Production F-35 Aircraft Unfit for Combat

Les États-Unis déploient des avions de pré-production F-35 inaptes au combat

Par Don Bacon

Les problèmes chroniques de maintenance des vieux F-18 Hornet handicapent les Marines, qui disposent de moins de 60 % des avions de combat dont ils ont besoin pour s'entraîner et mener des opérations, a récemment déclaré le commandant adjoint des Marines pour l'aviation, comme l'a rapporté le site Breaking Defense. Les unités déployées à l'étranger sont entièrement équipées, comme elles doivent l'être, mais cela enlève des capacités aux unités d'entraînement et aux unités non déployées, même si la taille des escadrons a été réduite.

Le vieillissement de la flotte de l'armée de l'air est également un problème.  La supériorité aérienne est soutenue de manière écrasante par le F-15, qui représente 71 % des plateformes de supériorité aérienne, mais qui a consommé plus de 90 % de sa durée de vie estimée à 30 ans, selon l'indice 2016 de la puissance militaire des États-Unis (2016 Index of US Military Strength). La marine a les mêmes préoccupations, mais elle est en train d'acquérir des avions de combat opérationnels pour améliorer sa situation. Entre-temps, le besoin d'un avion de combat viable s'est accru. "Nous avons vu la Russie et la Chine développer des avions plus rapidement que prévu", a déclaré le lieutenant-général James Holmes, chef d'état-major adjoint pour les plans et exigences stratégiques, à la commission des forces armées du Sénat lors d'une audition le 8 mars, comme l'a rapporté DefenseOne.

Alors que les services souffrent, des milliards de dollars sont dépensés, en particulier par les Marines et l'armée de l'air, pour l'acquisition d'avions de pré-production F-35, des années avant la décision de production et de déploiement de l'étape C (actuellement prévue pour 2019). Peut-on raisonnablement espérer que ces coûteux systèmes de préproduction F-35 puissent résoudre les problèmes actuels ?

Il semble que l'on soit convaincu que la fabrication d'avions de préproduction F-35 est une solution à cette situation. Mais il est évident qu'un avion qui ne peut pas être déployé n'est pas une solution au besoin d'avions déployés. Le chef des acquisitions du Pentagone, Frank Kendall, a qualifié cette situation de "faute professionnelle en matière d'acquisition". Deborah Lee James, secrétaire d'État à l'armée de l'air : "Les gens pensaient que nous pourrions aller plus vite, moins cher et mieux en concevant et en construisant le F-35 simultanément, et que le degré de concomitance fonctionnerait. En fait, cela n'a pas fonctionné aussi bien que nous l'avions espéré, et c'est probablement là le moins que l'on puisse dire.

Les États se disputent l'implantation de ces avions inutiles. L'Arizona s'en sort plutôt bien pour des raisons évidentes. Les deux douzaines (seulement) d'avions achetés par cinq (sur huit) partenaires étrangers du Joint Strike Fighter ont été basés aux États-Unis. Comme les modèles américains, ils ne peuvent pas partir parce que le développement futur et les essais opérationnels conduiront probablement à des modifications techniques qui doivent être effectuées dans les dépôts américains.  La base aérienne de Hill, dans l'Utah, est récemment devenue le premier dépôt à effectuer des modifications sur les trois variantes du F-35 Lightning II.  Mais les avions ne sont toujours pas déployables, dans l'attente de tests et d'évaluations supplémentaires.

Le F-35 ne sera pas bientôt apte au combat.  "D'une manière générale, le programme se trouve à un moment critique", a déclaré Michael Gilmore, chef du Bureau d'évaluation et d'essais opérationnels du Pentagone.  "Bien que le corps des Marines ait déclaré la capacité opérationnelle initiale, et que l'armée de l'air prévoit de le faire plus tard dans l'année, le système F-35 reste immature et offre une capacité de combat limitée, alors que le début officiellement prévu des essais opérationnels initiaux et de l'évaluation n'est prévu que dans un peu plus d'un an. En fait, à la fin du mois de janvier 2016, le programme présentait 931 lacunes ouvertes et documentées, dont 158 sont de catégorie 1, ( qui n'ont pas été corrigées mais ont été administrativement déclassées en catégorie 2 sauf 13 :biggrin:) c'est-à-dire graves. "Il y a des lacunes dans la guerre électronique, l'attaque électronique, les performances du système d'ouverture distribuée et d'autres questions qui sont classifiées", a déclaré le Dr Gilmore le 23 mars. "En ce qui concerne l'assistance à la mission, les avions furtifs ne sont pas visibles pour réussir à contrer les menaces mobiles modernes. Nous comptons sur notre investissement de 400 milliards de dollars dans le F-35 pour fournir des systèmes de mission [qui] doivent fonctionner dans un sens raisonnable du terme".

Le Congrès a compris le message. Tant que le secrétaire à l'armée de l'air, M. James, n'aura pas certifié que les F-35 livrés au cours de l'exercice 2018 disposeront d'une capacité de combat complète - y compris "le matériel, les logiciels et l'armement Block 3F" - le Congrès limitera les fonds destinés à l'acquisition de l'avion, conformément à la loi sur l'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2016.  James ne sera pas en mesure de le faire, selon le témoignage de Gilmore. Les achats de l'année fiscale 2016 risquent donc d'être retardés et, en fait, un contrat principal pour les achats de l'année fiscale 2015 (LRIP-9) n'a pas encore été attribué, plus de six mois après la fin de l'année fiscale.

Le logiciel Block 3F, l'"ordinateur volant" du F-35 nécessaire à la capacité de combat, ne sera même pas disponible pour les essais et évaluations opérationnels avant 2018.  Mais le bloc 3F n'est pas suffisant. Le projet indique que la "modernisation" du bloc 4 est nécessaire pour la capacité de combat, ce qui demandera au moins six années supplémentaires :biggrin: et 3 milliards :biggrin: de dollars de plus à Lockheed. :biggrin: En outre, le moteur et la cellule ne sont pas fiables, le casque, le missile air-air obsolète, l'absence de canon, le système logistique ALIS qui pourrait ne pas fonctionner, ce qui mettrait en péril les opérations, etc. Selon le Government Accountability Office (GAO), la fiabilité des moteurs du F-35 n'est encore qu'à environ 60 % de ce que le programme prévoyait à ce stade, ce qui a entraîné une baisse des performances de l'avion (par exemple en termes de g). 

En raison du manque de fiabilité des systèmes, il faut beaucoup de personnel contractuel pour aider le personnel de maintenance.  Sur la base des niveaux actuels de soutien des contractants à Luke AFB, l'avion F-35 immature nécessite 60 à 90 représentants techniques de l'industrie par escadron (escadron de 13 F-35 en moyenne soit 5 à 6 techniciens par avion), comme l'a indiqué Second Line of Defense. Est-il pratique de déployer autant de personnes pour aider à la maintenance d'un système immature ? Non.

Un avion immature qui n'est pas apte au combat n'est pas déployable. Cela inclut l'escadron des Marines qui a déclaré sa "capacité opérationnelle initiale (IOC)" avec des avions de présérie F-35 rafistolés en 2015, ainsi que la IOC imminente de l'armée de l'air à Hill AFB cette année. Et pendant les cinq prochaines années environ, d'autres escadrons seront rendus non déployables par l'émission de prototypes de F-35, l'un après l'autre.  Combien d'escadrons seront rendus non déployables au cours des cinq prochaines années ? Il est prévu de livrer 367 avions F-35 supplémentaires en cinq ans.  Si l'on part du principe que l'effectif moyen d'un escadron est de treize appareils (les chiffres des Marines et de l'armée de l'air diffèrent), cela signifie qu'environ 28 (vingt-huit) escadrons supplémentaires seront retirés des rôles de combat. Est-ce là ce que nous voulons ?

En fait, une loi interdit le déploiement de systèmes qui n'ont pas été éprouvés par des essais et des évaluations opérationnels, ce que le programme F-35 ne sera pas en mesure de faire avant 2019 ou probablement plus tard (c'est-à-dire avant le jalon C) :biggrin:. Le titre 10 USC § 2399 - Test et évaluation opérationnels des programmes d'acquisition de défense - stipule que "le secrétaire à la défense doit prévoir qu'un programme majeur d'acquisition de défense couvert ne peut aller au-delà de la production initiale à faible taux (LRIP) jusqu'à ce que le test et l'évaluation opérationnels initiaux du programme ou du sous-programme soient terminés". (Le programme LRIP est principalement destiné à fournir des articles de production ou des articles représentatifs de la production pour les essais et l'évaluation opérationnels initiaux (IOT&E) et certainement pas à fournir des systèmes pour le fonctionnement en service).

Le F-35 ne sera pas bientôt apte au combat, ce que le Congrès a reconnu (en plus de sa menace de limiter les fonds alloués à l'acquisition du F-35).  Titre actuel : Les parlementaires veulent que l'armée de l'air étudie la possibilité de relancer la production du F-22. En effet, compte tenu des besoins accrus, le déploiement de F-35 au combat n'est pas envisageable. Le "son de la liberté" n'est en fait qu'un gémissement creux.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

J'ai trouvé un article de Don Bacon du 29 Avril 2016 et je le trouve très intéressant parce qu'il montre que Don Bacon n'était pas extrémiste du tout et que la réalité a été bien pire que ce qu'il racontait.

U.S. Deploying Pre-Production F-35 Aircraft Unfit for Combat

Les États-Unis déploient des avions de pré-production F-35 inaptes au combat

Par Don Bacon

Les problèmes chroniques de maintenance des vieux F-18 Hornet handicapent les Marines, qui disposent de moins de 60 % des avions de combat dont ils ont besoin pour s'entraîner et mener des opérations, a récemment déclaré le commandant adjoint des Marines pour l'aviation, comme l'a rapporté le site Breaking Defense. Les unités déployées à l'étranger sont entièrement équipées, comme elles doivent l'être, mais cela enlève des capacités aux unités d'entraînement et aux unités non déployées, même si la taille des escadrons a été réduite.

Le vieillissement de la flotte de l'armée de l'air est également un problème.  La supériorité aérienne est soutenue de manière écrasante par le F-15, qui représente 71 % des plateformes de supériorité aérienne, mais qui a consommé plus de 90 % de sa durée de vie estimée à 30 ans, selon l'indice 2016 de la puissance militaire des États-Unis (2016 Index of US Military Strength). La marine a les mêmes préoccupations, mais elle est en train d'acquérir des avions de combat opérationnels pour améliorer sa situation. Entre-temps, le besoin d'un avion de combat viable s'est accru. "Nous avons vu la Russie et la Chine développer des avions plus rapidement que prévu", a déclaré le lieutenant-général James Holmes, chef d'état-major adjoint pour les plans et exigences stratégiques, à la commission des forces armées du Sénat lors d'une audition le 8 mars, comme l'a rapporté DefenseOne.

Alors que les services souffrent, des milliards de dollars sont dépensés, en particulier par les Marines et l'armée de l'air, pour l'acquisition d'avions de pré-production F-35, des années avant la décision de production et de déploiement de l'étape C (actuellement prévue pour 2019). Peut-on raisonnablement espérer que ces coûteux systèmes de préproduction F-35 puissent résoudre les problèmes actuels ?

Il semble que l'on soit convaincu que la fabrication d'avions de préproduction F-35 est une solution à cette situation. Mais il est évident qu'un avion qui ne peut pas être déployé n'est pas une solution au besoin d'avions déployés. Le chef des acquisitions du Pentagone, Frank Kendall, a qualifié cette situation de "faute professionnelle en matière d'acquisition". Deborah Lee James, secrétaire d'État à l'armée de l'air : "Les gens pensaient que nous pourrions aller plus vite, moins cher et mieux en concevant et en construisant le F-35 simultanément, et que le degré de concomitance fonctionnerait. En fait, cela n'a pas fonctionné aussi bien que nous l'avions espéré, et c'est probablement là le moins que l'on puisse dire.

Les États se disputent l'implantation de ces avions inutiles. L'Arizona s'en sort plutôt bien pour des raisons évidentes. Les deux douzaines (seulement) d'avions achetés par cinq (sur huit) partenaires étrangers du Joint Strike Fighter ont été basés aux États-Unis. Comme les modèles américains, ils ne peuvent pas partir parce que le développement futur et les essais opérationnels conduiront probablement à des modifications techniques qui doivent être effectuées dans les dépôts américains.  La base aérienne de Hill, dans l'Utah, est récemment devenue le premier dépôt à effectuer des modifications sur les trois variantes du F-35 Lightning II.  Mais les avions ne sont toujours pas déployables, dans l'attente de tests et d'évaluations supplémentaires.

Le F-35 ne sera pas bientôt apte au combat.  "D'une manière générale, le programme se trouve à un moment critique", a déclaré Michael Gilmore, chef du Bureau d'évaluation et d'essais opérationnels du Pentagone.  "Bien que le corps des Marines ait déclaré la capacité opérationnelle initiale, et que l'armée de l'air prévoit de le faire plus tard dans l'année, le système F-35 reste immature et offre une capacité de combat limitée, alors que le début officiellement prévu des essais opérationnels initiaux et de l'évaluation n'est prévu que dans un peu plus d'un an. En fait, à la fin du mois de janvier 2016, le programme présentait 931 lacunes ouvertes et documentées, dont 158 sont de catégorie 1, ( qui n'ont pas été corrigées mais ont été administrativement déclassées en catégorie 2 sauf 13 :biggrin:) c'est-à-dire graves. "Il y a des lacunes dans la guerre électronique, l'attaque électronique, les performances du système d'ouverture distribuée et d'autres questions qui sont classifiées", a déclaré le Dr Gilmore le 23 mars. "En ce qui concerne l'assistance à la mission, les avions furtifs ne sont pas visibles pour réussir à contrer les menaces mobiles modernes. Nous comptons sur notre investissement de 400 milliards de dollars dans le F-35 pour fournir des systèmes de mission [qui] doivent fonctionner dans un sens raisonnable du terme".

Le Congrès a compris le message. Tant que le secrétaire à l'armée de l'air, M. James, n'aura pas certifié que les F-35 livrés au cours de l'exercice 2018 disposeront d'une capacité de combat complète - y compris "le matériel, les logiciels et l'armement Block 3F" - le Congrès limitera les fonds destinés à l'acquisition de l'avion, conformément à la loi sur l'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2016.  James ne sera pas en mesure de le faire, selon le témoignage de Gilmore. Les achats de l'année fiscale 2016 risquent donc d'être retardés et, en fait, un contrat principal pour les achats de l'année fiscale 2015 (LRIP-9) n'a pas encore été attribué, plus de six mois après la fin de l'année fiscale.

Le logiciel Block 3F, l'"ordinateur volant" du F-35 nécessaire à la capacité de combat, ne sera même pas disponible pour les essais et évaluations opérationnels avant 2018.  Mais le bloc 3F n'est pas suffisant. Le projet indique que la "modernisation" du bloc 4 est nécessaire pour la capacité de combat, ce qui demandera au moins six années supplémentaires :biggrin: et 3 milliards :biggrin: de dollars de plus à Lockheed. :biggrin: En outre, le moteur et la cellule ne sont pas fiables, le casque, le missile air-air obsolète, l'absence de canon, le système logistique ALIS qui pourrait ne pas fonctionner, ce qui mettrait en péril les opérations, etc. Selon le Government Accountability Office (GAO), la fiabilité des moteurs du F-35 n'est encore qu'à environ 60 % de ce que le programme prévoyait à ce stade, ce qui a entraîné une baisse des performances de l'avion (par exemple en termes de g). 

En raison du manque de fiabilité des systèmes, il faut beaucoup de personnel contractuel pour aider le personnel de maintenance.  Sur la base des niveaux actuels de soutien des contractants à Luke AFB, l'avion F-35 immature nécessite 60 à 90 représentants techniques de l'industrie par escadron (escadron de 13 F-35 en moyenne soit 5 à 6 techniciens par avion), comme l'a indiqué Second Line of Defense. Est-il pratique de déployer autant de personnes pour aider à la maintenance d'un système immature ? Non.

Un avion immature qui n'est pas apte au combat n'est pas déployable. Cela inclut l'escadron des Marines qui a déclaré sa "capacité opérationnelle initiale (IOC)" avec des avions de présérie F-35 rafistolés en 2015, ainsi que la IOC imminente de l'armée de l'air à Hill AFB cette année. Et pendant les cinq prochaines années environ, d'autres escadrons seront rendus non déployables par l'émission de prototypes de F-35, l'un après l'autre.  Combien d'escadrons seront rendus non déployables au cours des cinq prochaines années ? Il est prévu de livrer 367 avions F-35 supplémentaires en cinq ans.  Si l'on part du principe que l'effectif moyen d'un escadron est de treize appareils (les chiffres des Marines et de l'armée de l'air diffèrent), cela signifie qu'environ 28 (vingt-huit) escadrons supplémentaires seront retirés des rôles de combat. Est-ce là ce que nous voulons ?

En fait, une loi interdit le déploiement de systèmes qui n'ont pas été éprouvés par des essais et des évaluations opérationnels, ce que le programme F-35 ne sera pas en mesure de faire avant 2019 ou probablement plus tard (c'est-à-dire avant le jalon C) :biggrin:. Le titre 10 USC § 2399 - Test et évaluation opérationnels des programmes d'acquisition de défense - stipule que "le secrétaire à la défense doit prévoir qu'un programme majeur d'acquisition de défense couvert ne peut aller au-delà de la production initiale à faible taux (LRIP) jusqu'à ce que le test et l'évaluation opérationnels initiaux du programme ou du sous-programme soient terminés". (Le programme LRIP est principalement destiné à fournir des articles de production ou des articles représentatifs de la production pour les essais et l'évaluation opérationnels initiaux (IOT&E) et certainement pas à fournir des systèmes pour le fonctionnement en service).

Le F-35 ne sera pas bientôt apte au combat, ce que le Congrès a reconnu (en plus de sa menace de limiter les fonds alloués à l'acquisition du F-35).  Titre actuel : Les parlementaires veulent que l'armée de l'air étudie la possibilité de relancer la production du F-22. En effet, compte tenu des besoins accrus, le déploiement de F-35 au combat n'est pas envisageable. Le "son de la liberté" n'est en fait qu'un gémissement creux.

… et après 7 années, ils continuent de … pomper creuser !

Ce programme restera dans les anales et sera encore étudié dans 1 siècle (ce qui n’est pas son plus grand mérite)

Link to comment
Share on other sites

 

D'ailleur un article en parle pour les norvégiens . Y(a pas à dire la carrière f-35 ne plait pas beaucoup.

https://bulgarianmilitary.com/2023/05/14/norway-we-dont-have-enough-mechanics-to-support-the-52-f-35s/

Norvège : Nous n'avons pas assez de mécaniciens pour soutenir les 52 F-35

La Norvège est confrontée à une pénurie de mécaniciens aéronautiques. 52 des avions de combat de pointe F-35 de l'Armée de l'air royale norvégienne (RNoAF) peuvent rester au sol. Le ministère de la défense cherche à résoudre le problème de la maintenance générale des avions.

La RNoAF compte actuellement 27 Lockheed F-35 Lightning II. 25 autres appareils de la même classe arriveront dans les années à venir. Pour l'instant, ils sont tous situés sur les bases aériennes d'Orland et d'Evenes.

La semaine dernière, le gouvernement norvégien a pris connaissance d'un rapport de la commission de la défense. Ce rapport indique notamment que le pays ne dispose pas du personnel nécessaire pour assurer le soutien au sol des chasseurs. Le ministère de la défense a exposé le problème dans une déclaration très brève : "Nous disposons d'avions d'une valeur de 90 milliards de couronnes [près de 8,5 milliards de dollars], mais nous n'avons pas le personnel nécessaire pour les faire fonctionner.

Il s'avère que le problème est à la fois à court et à long terme. La Norvège résoudra très probablement la pénurie de personnel à court terme grâce à l'aide des États-Unis. Il est proposé que la RNoAF embauche des spécialistes de Lockheed Martin d'ici la fin de l'année 2023.

En revanche, le problème à long terme prendra des années. Il existe actuellement quatre grandes entreprises aéronautiques en Norvège. Le gouvernement propose d'"injecter de l'argent" dans le système éducatif afin d'augmenter le nombre de filières. Cela devrait permettre d'augmenter le nombre de personnes désireuses de les étudier. Selon divers rapports, l'injection financière s'élèverait à 60 millions de couronnes [près de 5,5 millions USD].

Cependant, les experts militaires prévoient que les mécaniciens finalement engagés par Lockheed Martin resteront probablement au moins une demi-décennie [cinq ans]. En effet, la formation d'un jeune mécanicien ou spécialiste aéronautique norvégien dure au minimum cinq ans. Il faut ensuite plus de temps pour acquérir de l'expérience.

Cette pénurie de personnel s'accompagne d'un autre problème d'importance nationale. La sécurité nationale. Les F-35 ne sont pas censés rester au sol, mais voler dans les airs. C'est ainsi qu'ils atteignent la capacité initiale nécessaire, puis la pleine capacité opérationnelle.

En Norvège, on a déjà inventé une expression pour décrire cette situation : la déclaration de faillite. Elle concerne à la fois l'embauche de mécaniciens étrangers et le temps nécessaire pour former les nôtres, ainsi que la fréquence à laquelle les avions voleront.

 

:bloblaugh:La base aérienne norvégienne de Bodo a récemment été fermée. Elle accueillait également plusieurs F-35. Après la fermeture de la base, 100 mécaniciens et du matériel de soutien ont été libérés. Mais le gouvernement ne s'attendait pas à ce que seuls quelques-uns d'entre eux rejoignent Orland et Evenes. En effet, une grande partie des mécaniciens libérés de la base de Bodo ont décidé de chercher un autre défi dans leur vie professionnelle.:bloblaugh:

Les premiers mécaniciens diplômés devraient entrer l'année prochaine comme stagiaires à la base aérienne d'Orland. Mais une courte enquête auprès des jeunes montre que, malgré l'attractivité de la filière, certains préfèrent travailler ailleurs après l'obtention de leur diplôme.

 

Le ministère de la défense estime que le gouvernement doit travailler beaucoup plus vite. Les personnes qui doivent être affectées aux bases aériennes doivent l'être rapidement.


Mais les spécialistes de l'aviation sont des personnes très compétentes dans un environnement de travail très spécialisé. Ils se comportent comme des personnes très compétentes. Cela signifie qu'ils seront très demandés, ce qui veut dire que la Norvège peut les former mais ne peut pas les garder au service de la défense norvégienne.

"Quoi qu'il en soit, notre objectif est de garantir la stabilité des capacités de maintenance des forces armées", a déclaré le ministère.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Ardachès a dit :

… et après 7 années, ils continuent de … pomper creuser !

Ce programme restera dans les anales et sera encore étudié dans 1 siècle (ce qui n’est pas son plus grand mérite)

En 2006 Don Bacon qui est un salopard qui raconte n'importe quoi pour dénigrer le F-35, pensait qu'il fallait encore 6 ans (quelle exagération!) pour obtenir un block 4 qui marche et 7 ans après en 2023 il faut encore 6 ans, soit 2029 pour obtenir un block 4 qui marche... C'est caractéristique d'un projet qui ne finira jamais. :laugh:

Ah et il pensait que ça coûterait $ 3 milliards alors qu'on en est à plus de 14 (je n'essaie pas de suivre ça change trop vite).

Edited by Picdelamirand-oil
  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

NATIONAL DEFENSE AUTHORIZATION ACT FOR FISCAL YEAR 2023 R E P O R T OF THE COMMITTEE ON ARMED SERVICES HOUSE OF REPRESENTATIVES

F-35 
La demande de budget contient 8,08 milliards de dollars pour l'acquisition de 61 avions F-35 et les pièces de rechange associées, les modifications, les activations de dépôt, et l'approvisionnement avancé pour les avions de l'année fiscale 2023 pour l'armée de l'air, la marine et le corps des marines. 

La commission note qu'il s'agit d'une diminution de 33 avions par rapport aux plans d'approvisionnement prévus dans le budget de l'année fiscale 2022 projeté pour la demande de budget prévue pour l'année fiscale 2023. 

La demande de budget contenait 2,01 milliards de dollars pour la recherche et le développement liés aux initiatives de déployabilité et d'aptitude, au développement et à la livraison de capacités continues et de bloc 4, ainsi qu'aux efforts de l'armée de l'air en matière d'aéronefs à double capacité. 

La commission note que les listes de priorités non financées pour l'armée de l'air, le corps des marines et la marine contenaient 1,91 milliard de dollars pour sept F-35A, trois F-35B et trois F-35C, et trois F-35C, respectivement. 

La commission reconnaît que le F-35 est une capacité susceptible d'être utilisée contre des systèmes de défense aérienne intégrés avancés opérant contre les États-Unis ou leurs partenaires et alliés étrangers au cours d'opérations de contingence de haut niveau et très contestées, une fois que l'avion aura reçu le matériel TR-3 (Technical Refresh-3) et l'ensemble des capacités logicielles Block 4, dont la mise en service est actuellement prévue pour l'année fiscale 2029, soit trois ans plus tard que la date de 2026 communiquée par le ministère de la défense l'année dernière, et 28 ans après le lancement du programme. 

La commission note que les efforts de développement du matériel TR-3 dépassent actuellement de 548 millions de dollars le budget initial et qu'il existe un risque technique important et qu'il ne reste aucune marge de calendrier pour respecter la mise en service de la chaîne de production prévue en juillet 2023. 

La commission reste d'accord avec le directeur exécutif du programme F-35 sur le fait que les coûts élevés actuels et prévus du maintien en condition opérationnelle restent une menace réelle et existentielle pour le programme, et la commission reste continuellement frustrée par les calendriers de développement et de production excessivement agressifs du programme qui n'ont pas encore fait preuve de réalisme en ce qui concerne les coûts projetés ou le calendrier d'achèvement réel. 

La commission reste préoccupée par le fait que le ministère n'a pas suffisamment accès à des données techniques précises et complètes sur le F-35, à la propriété intellectuelle, au code logiciel, à des délais d'exécution rapides en matière d'ingénierie, ainsi que par la dépendance importante du ministère à l'égard des fabricants d'équipements d'origine pour les activités de développement, de mise en service et de soutien de la cellule, de la propulsion et des systèmes de mission. 

La commission attend également la réponse du ministère sur la manière dont la concurrence de la base industrielle sera introduite et efficacement intégrée dans l'ensemble des entreprises de développement et de maintenance pour la cellule et les systèmes de propulsion.

La commission estime que tant qu'une concurrence industrielle adéquate ne sera pas établie au niveau du maître d'œuvre et des principaux sous-traitants, le ministère continuera à éprouver des difficultés à tenir les fabricants d'équipements d'origine dûment responsables des performances médiocres des produits et des services qu'ils fournissent. 

Analyse coûts-avantages du bureau du programme commun F-35 

La commission comprend que le Bureau du programme conjoint du F-35, en consultation avec l'armée de l'air des États-Unis et le département de la marine, effectue une analyse coûts-avantages détaillée pour évaluer les coûts, le calendrier, les risques et les améliorations de la capacité de mission opérationnelle qui pourraient être obtenus en modernisant, en mettant à niveau ou en remplaçant le système de propulsion existant du F-35 et/ou le système de gestion thermique de la puissance pour toutes les variantes d'aéronefs du système d'armes du F-35. 

La commission note que le Bureau du programme interarmées du F-35 prévoit d'achever l'analyse coûts-avantages en août 2022 et d'en présenter les résultats aux services militaires et au Comité directeur interarmées du F-35 peu de temps après. 

Par conséquent, la commission demande au directeur du Bureau du programme interarmées F-35, ainsi qu'aux responsables concernés du ministère de la Défense, de présenter aux commissions de défense du Congrès, d'ici le 20 septembre 2022 et au plus tard le 4 octobre 2022, un exposé complet et détaillé des résultats de l'analyse coûts-avantages susmentionnée. 

L'exposé doit également indiquer comment les analyses opérationnelles disponibles et pertinentes réalisées par l'armée de l'air des États-Unis ou le département de la marine ont contribué aux résultats de l'analyse coûts-avantages.

Edited by Picdelamirand-oil
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, herciv a dit :

:bloblaugh:La base aérienne norvégienne de Bodo a récemment été fermée. Elle accueillait également plusieurs F-35. Après la fermeture de la base, 100 mécaniciens et du matériel de soutien ont été libérés. Mais le gouvernement ne s'attendait pas à ce que seuls quelques-uns d'entre eux rejoignent Orland et Evenes. En effet, une grande partie des mécaniciens libérés de la base de Bodo ont décidé de chercher un autre défi dans leur vie professionnelle.:bloblaugh:

Sur ce coup là les responsables Norvégiens auraient dû se douter que fermer Bodo pour Evenes allait poser quelques problèmes. Bodo est une ville déjà très au nord avec un peu plus de 55 000 habitants. Evenes est encore plus au nord et à part quelques maisons par-ci par-là, il n'y a rien. Dans ces conditions il n'est pas étonnant que les mécaniciens et leurs familles hésitent à s'implanter là-bas. Orland est plus au sud, mais là aussi il n'y a pas grand chose. Je ne pense pas que le type d'avion soit le problème.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,961
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...