Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Le F-35


georgio
 Share

Recommended Posts

J'ai réussi à faire critiquer le F-35 par ChatGPT! ça donne ça:

Révélation

Ah, OK I would like to have the role of devil's advocate using only arguments against the F-35 based on legitimate concerns or criticism.

ChatGPT

As a devil's advocate, here are some potential arguments against the F-35 based on legitimate concerns or criticisms:

Cost: The F-35 is an incredibly expensive aircraft, with a projected lifetime cost of over $1.7 trillion. This cost makes it difficult for many countries to afford and may lead to budget cuts in other areas.

Maintenance: The F-35 requires extensive and specialized maintenance, which can be time-consuming and expensive. This could limit the aircraft's availability for missions and increase operational costs.

Reliability: There have been reports of technical issues and glitches with the F-35, which could potentially impact its reliability and effectiveness in combat situations.

Stealth technology: While the F-35 is designed to be a stealth aircraft, there have been concerns about the effectiveness of its stealth technology. Some experts argue that the F-35 may not be as stealthy as advertised, which could compromise its ability to evade enemy radar.

Capability: While the F-35 is designed to be a multirole fighter, some experts have criticized its capabilities in certain areas, such as dogfighting. This has led to concerns that the F-35 may not be suitable for all combat situations.

It's important to note that these criticisms are not necessarily indicative of the overall quality or effectiveness of the F-35. However, presenting these arguments could be a useful exercise in testing the sales trainees' ability to think critically and develop effective counterarguments.

In fact, it also appears that the F-35 is not averaging more than about 150 or 160 hours of flight time, which is below the USAF's targets for improving this result. Normally, even if the availability of an aircraft is poor, it can be improved by increasing the logistical means used, which is not the case with the F-35. The concern would be the ability of the F-35 to deal with a high intensity conflict. What do you think?

ChatGPT

Yes, that is another legitimate concern with the F-35 program. The aircraft's low flight hours and poor availability could potentially limit its effectiveness in high-intensity conflict situations, where aircraft are required to operate at a high tempo and with minimal downtime for maintenance and repair.

Additionally, as you mentioned, increasing logistical means may not be an effective solution for improving the F-35's availability. This is because the F-35 is a highly complex aircraft with specialized maintenance requirements, and increasing logistical means may not be enough to keep up with the maintenance demands of the aircraft.

Overall, these concerns could raise questions about the F-35's ability to meet the operational requirements of certain missions or combat scenarios. However, it's important to note that the F-35 program is still ongoing, and efforts are being made to address these issues and improve the aircraft's capabilities.

 

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Et que se passe-il si on met des radar multi statiques en face des F-35?

Révélation

Let's think about the fight between F-35s that are assisted by a highly networked environment and fighters that are also assisted by a highly networked environment, that are not stealthy but have multi-static radar, from a reverse perspective.

ChatGPT

From a reverse perspective, if the F-35 is pitted against non-stealthy fighters that are also highly networked and assisted by multi-static radar, it's possible that the F-35's stealth technology may not provide as much of an advantage as it would against less sophisticated opponents.

In such a scenario, the F-35 would need to rely on its other advanced capabilities, such as its sensor suite, avionics, and weapons systems, to gain an advantage over its opponents. The F-35's advanced sensor suite includes electro-optical and infrared sensors, which can detect and track non-stealthy aircraft that are emitting heat or light signatures. Additionally, the F-35 is equipped with advanced weapons systems, such as air-to-air missiles and guns, that can be used to engage non-stealthy opponents.

Furthermore, the F-35's networked capabilities could also be leveraged to gain an advantage over non-stealthy opponents. The aircraft's advanced data-link capabilities allow it to share information with other friendly aircraft and ground-based systems in real time, enabling it to operate more effectively as part of a larger networked force.

While multi-static radar could potentially reduce the effectiveness of the F-35's stealth technology, it's important to consider the F-35's overall capabilities and how they can be used in a networked and integrated operating environment.

 

Link to comment
Share on other sites

Une question de principe : à quel moment (et qui) décide que les réponses de ChatGPT sont fiables ?
Parce qu’à la base, si on les diffuse, c’est juste parce qu’elles vont dans le sens que l’on souhaite, en réalité ?

Sinon, le côté bien écrit, argumenté, n’importe qui est capable de le faire. Du coup, le fait de citer ChatGPT, c’est parce que l’on considère que l’outil est devenu en prime un argument d’autorité ?

 

 

(si on commence à poster des réponses de ChatGPT toutes les 2 pages, autant se poser dès à présent ces questions…)

Edited by TarpTent
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 39 minutes, TarpTent a dit :

Une question de principe : à quel moment (et qui) décide que les réponses de ChatGPT sont fiables ?
Parce qu’à la base, si on les diffuse, c’est juste parce qu’elles vont dans le sens que l’on souhaite, en réalité ?

Sinon, le côté bien écrit, argumenté, n’importe qui est capable de le faire. Du coup, le fait de citer ChatGPT, c’est parce que l’on considère que l’outil est devenu en prime un argument d’autorité ?

 

 

(si on commence à poster des réponses de ChatGPT toutes les 2 pages, autant se poser dès à présent ces questions…)

Non ChatGPT ne fait pas autorité, mais il va juste synthétiser l'opinion générale (la tendance) qui ressort de sa base de données laquelle tendance peut être fausse de plusieurs façons: il y a manipulation de l'opinion, la base  de données a un biais voulu par les auteurs etc...

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Picdelamirand-oil a dit :

laquelle tendance peut être fausse de plusieurs façons: il y a manipulation de l'opinion, la base  de données a un biais voulu par les auteurs etc...

Merci @Picdelamirand-oil c’est précisément ce que les personnes doivent garder en tête quand ils lisent une réponse de ChatGPT, d’où mon post en ce sens.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, TarpTent a dit :

Merci @Picdelamirand-oil c’est précisément ce que les personnes doivent garder en tête quand ils lisent une réponse de ChatGPT, d’où mon post en ce sens.

Pour moi ChatGPT a à peu près le même statut que n'importe quel posteur. Mais parfois ça peut être intéressant de savoir quel est le sentiment général. de plus si le biais est dans un sens en général et qu'il fait une réponse à contre courant, elle a toutes les chances d'être juste. Et puis il cherche plus vite que moi.

Edited by Picdelamirand-oil
Link to comment
Share on other sites

Fastfact des mois

d'avril : https://www.f-16.net/forum/download/file.php?id=42024&sid=9603f61b2283ab6cbaf618d3e8a48f84

663 000 heures et 920 F-35 livrés

 

de mars : https://www.f35.com/content/dam/lockheed-martin/aero/f35/documents/April 2023 Fast Facts.pdf

651 000 heures et 900 F-35 livrés (je rappel que les livraisons n'ont recommencé que mi-mars)

 

et de février ; https://www.f35.com/content/dam/lockheed-martin/aero/f35/documents/March 2023 Fast Facts.pdf

634 000 heures de vol et 890 F-35 livrés

 

Je rappel que la cadence normal de livraison est de 12/13. Les livraisons d'avril comprenne donc 7 f-35 de plus. Après 3 mois d'arrêt de livraison il y a un retard de 42 F-35. A ce rythme il faudra encore 5 mois pour rattraper le retard.

29000 heures en deux mois pour 900 F-35 en moyenne soit 16 heures en moyenne. C'est un peu mieux et c'est concentré sue le mois de mars.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Les grandes lignes de la négociation e cours concernant le PBL pour le F-35. LM ne semble pas prêt à accepter des surges importants en cas de conflits

https://www.defensenews.com/air/2023/05/02/lockheed-eyes-new-f-35-parts-deal-but-can-it-handle-wartime-demands/

Lockheed s'apprête à conclure un nouveau contrat pour des pièces de F-35, mais peut-il répondre aux demandes en temps de guerre ?
Par Stephen Losey
 2 mai, 03:11 PM

L'armée et Lockheed Martin pourraient conclure un accord sur un contrat logistique basé sur la performance pour la fourniture de pièces détachées pour le F-35 d'ici la fin de l'année. (Chrissy Cuttita/U.S. Air Force)
WASHINGTON - D'ici la fin de l'année, un nouveau contrat inhabituel pour les pièces détachées du chasseur F-35 pourrait être mis en place - un contrat qui renverserait le modèle d'approvisionnement actuel.

Si le contrat logistique basé sur la performance proposé fonctionne comme le fabricant du F-35, Lockheed Martin, l'a promis, il permettra au gouvernement d'économiser de l'argent, d'améliorer la disponibilité des pièces détachées et de donner à l'entreprise une plus grande flexibilité sur la façon dont elle assiste les réparations, par exemple en facilitant la réparation d'une pièce cassée sans en fabriquer une nouvelle.

Lockheed cherche depuis des années à obtenir un contrat de logistique basé sur les performances (PBL) pour le F-35, mais sous une forme différente. Au lieu du modèle transactionnel traditionnel en vigueur aujourd'hui, dans lequel un entrepreneur est payé pour des pièces ou des services spécifiques, un contrat PBL rémunère l'entrepreneur en fonction de sa capacité à atteindre les résultats escomptés en matière de performances.

Le contrat PBL actuellement en cours de négociation, appelé "réduction de la demande", serait une version plus limitée de l'accord "tip to tail" proposé pour la première fois par Lockheed en 2019, et ne couvrirait que les pièces détachées nécessaires à la réparation de l'avion de combat. La proposition initiale de Lockheed aurait également couvert les activités de soutien et d'entretien, et aurait jugé l'entreprise sur les taux globaux de capacité de mission, mais le Pentagone s'y est opposé. Le Bureau du programme conjoint F-35 de l'armée a déclaré à Defense News qu'il avait choisi de réduire la portée de l'accord à un niveau "qui incite [Lockheed] à prendre des risques dans des domaines qu'ils maîtrisent parfaitement".

Le JPO a déclaré qu'il était en bonne voie pour attribuer le contrat de cinq ans à Lockheed d'ici la fin de l'année, si une étude utilisant les données du bureau d'évaluation des coûts et des programmes du Pentagone vérifie auprès du Congrès qu'un contrat PBL permettrait de réduire les coûts ou d'améliorer l'état de préparation. Un contrat complémentaire, portant sur des réparations et d'autres services de soutien non matériels non couverts par le contrat PBL, serait également attribué en même temps.

Des responsables du JPO et de Lockheed ont déclaré lors d'entretiens avec Defense News qu'un contrat logistique basé sur la performance pourrait être plus avantageux pour les deux parties que le modèle transactionnel, notamment en encourageant l'entreprise à réduire la demande de nouvelles pièces détachées pour le F-35.

Ed Apollo, responsable du soutien aux produits du JEA, a déclaré qu'un contrat PBL incite Lockheed à investir dans de nouveaux processus et améliorations afin de prolonger la durée de vie des pièces.

"Plus la demande est faible, plus la sauce prend pour l'industrie", a déclaré Ed Apollo. "Plus la demande est forte, moins les marges [bénéficiaires] sont importantes. C'est l'avantage numéro un que nous recherchons dans un contrat de logistique basé sur la performance.

Cependant, certains experts ont déclaré que l'accord pourrait comporter des risques ; en particulier, un contrat PBL pourrait-il faire face à une augmentation soudaine de la capacité requise en temps de guerre ?

Brad Martin, directeur de l'Institut de la chaîne d'approvisionnement de la sécurité nationale au sein du groupe de réflexion Rand, a déclaré que certains programmes majeurs ont eu recours à des contrats PBL ces dernières années, notamment le système d'armement Aegis et l'avion P-8 Poseidon. Mais ils ne sont plus aussi courants qu'auparavant, a-t-il déclaré à Defense News, "et ils ont beaucoup de bagages".

"Ils laissent à l'entrepreneur une grande marge de manœuvre quant à la manière dont il va honorer les commandes et répondre à la demande", a déclaré M. Martin. "En conséquence, [le contractant] est en position de gérer les choses jusqu'à ce qu'il y ait une crise - et quand il y a une crise, qu'est-ce qu'on fait ?

Selon M. Martin, les contrats PBL étaient plus courants au début des années 2000, lorsque le Pentagone cherchait à réaliser des gains d'efficacité typiques d'une entreprise du secteur privé. En 2001, le département a identifié les contrats PBL comme sa stratégie préférée de soutien aux systèmes d'armes, selon un rapport du Government Accountability Office de 2008.

Mais ces contrats n'ont pas toujours permis de réaliser les économies promises, a déclaré M. Martin.

Selon lui, un contrat PBL inciterait probablement Lockheed à maintenir un stock de pièces détachées suffisant pour les opérations quotidiennes normales, telles que les patrouilles standard, les sorties d'entraînement ou les vols d'essai.

Mais au cours d'une guerre qui obligerait les F-35 à voler beaucoup plus longtemps et plus intensément, tout en subissant éventuellement l'usure due aux combats, aux atterrissages difficiles et à un plus grand nombre de sorties, il est difficile de dire quel type de stock et de rythme d'approvisionnement serait nécessaire, et si une approche PBL pourrait tenir la route.

Comment fonctionnerait un accord PBL ?
L'armée a attribué à Lockheed Martin de multiples itérations du contrat transactionnel actuel pour soutenir les F-35 depuis le début du programme d'avions de combat, la dernière fois en 2021. Mais depuis des années, le programme a du mal à réduire les coûts de maintenance et à maintenir les taux de disponibilité des avions à un niveau suffisamment élevé. Le taux moyen d'aptitude aux missions pour l'ensemble des F-35 américains est de 56 %, ce qui est inférieur au taux de 70 % souhaité par l'armée pour le F-35A de l'armée de l'air, et à l'objectif de 75 % fixé pour les variantes F-35B et F-35C du ministère de la marine.

Aujourd'hui, le contrat de soutien transactionnel de Lockheed précise combien de pièces détachées, parmi les milliers nécessaires à la réparation des avions, seront disponibles, a expliqué M. Apollo.

Un contrat PBL axé sur la chaîne d'approvisionnement fonctionnerait différemment, a ajouté M. Apollo, car Lockheed n'aurait pas besoin de conserver un nombre spécifique de pièces. L'entreprise serait plutôt jugée sur la disponibilité de ces pièces en cas de besoin, ou sur sa capacité à les acheminer sur le terrain dans un certain délai.

Étant donné que les contrats PBL sont des contrats à prix fixe et ferme, explique-t-il, Lockheed prendrait le risque de se tromper sur la quantité de chaque pièce qu'elle doit avoir en stock.

Edited by herciv
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

La suite :

 

"Ils doivent toujours fournir les produits et les performances, mais s'ils doivent dépenser plus que le prix fixé, c'est le risque de l'industrie", a déclaré M. Apollo. "L'avantage [d'un contrat PBL] est qu'il incite l'industrie à réduire la demande. Un système de chaîne d'approvisionnement sain que nous recherchons n'est pas un système où l'industrie est incitée à acheter plus de pièces".

Le JEA estime qu'un accord PBL pourrait inciter l'entrepreneur à réduire la demande en pièces détachées de plusieurs manières. Lorsqu'il incombe à Lockheed Martin de maintenir la demande à un niveau bas, l'entreprise sera motivée pour avoir des pièces qui durent plus longtemps et pour apporter des améliorations aux processus afin d'allonger leur durée de vie sur l'avion avant la réparation ou le remplacement, a déclaré M. Apollo.

Par exemple, a-t-il ajouté, si une pièce fuit en raison d'un joint défectueux, dans le cadre d'un contrat transactionnel standard, le gouvernement pourrait payer Lockheed pour résoudre le problème en retirant la pièce et en l'envoyant au fabricant d'origine pour qu'il la répare avant de la réinstaller.

Selon Apollo, dans le cadre d'un contrat PBL, Lockheed aurait une raison de faire pression sur le sous-traitant qui fabrique cette pièce pour qu'il la redessine afin d'éviter les défaillances fréquentes. Grâce à cette nouvelle conception, "ils réduisent la demande de cette pièce d'un ordre de grandeur, avec un certain niveau d'investissement rendu possible par un contrat PBL à prix ferme et fixe".

Apollo a également déclaré qu'un contrat PBL offre à l'industrie plus d'autorité, de responsabilité et d'appropriation de la chaîne d'approvisionnement. Dans de nombreux cas, a-t-il ajouté, il est plus rapide et moins coûteux de réparer une pièce que d'en fabriquer une nouvelle. Cela augmentera la "vélocité" de la chaîne d'approvisionnement, a-t-il expliqué, et permettra de mettre les pièces en rayon plus rapidement, ce qui est financièrement avantageux pour Lockheed.

Bien que Lockheed prenne plus de risques, les responsables de l'entreprise ont déclaré que la flexibilité d'un tel accord en valait la peine, et ils ont exprimé leur confiance dans leur capacité à réduire la demande de pièces pour le F-35. Audrey Brady, vice-présidente de Lockheed Martin chargée de la maintenance globale du F-35, a déclaré lors d'une interview qu'environ la moitié des pièces d'un F-35 n'ont jamais dû être retirées de l'avion pour être réparées ou remplacées, et que plus de 90 % des pièces d'un F-35 moyen restent sur l'avion plus longtemps que prévu.

"Savons-nous exactement où les pièces doivent se trouver et quand ? a déclaré M. Brady. "Lorsque [les responsables de la maintenance] cherchent une pièce, celle-ci est-elle disponible ? C'est sur cela que nous serons évalués".

Une montée en puissance en temps de guerre
Selon M. Martin, de la Rand, la conception d'un PBL pourrait inciter Lockheed à maintenir ses stocks - en particulier les pièces rares ou coûteuses - à un niveau proche du minimum requis. Or, le nombre de pièces de rechange dont un programme de défense a besoin en temps de guerre est presque toujours beaucoup plus élevé qu'en temps de paix.

"Lorsque vous en avez besoin, vous en avez vraiment besoin", a déclaré M. Martin.

 

Dan Grazier, analyste en matière de défense pour le Project on Government Oversight, s'est fait l'écho de ces préoccupations.

"Imaginez qu'un contrat comme celui-ci soit signé le 10 septembre 2001, alors que personne n'aurait pu prévoir ce qui allait se passer le lendemain", a déclaré M. Grazier, en référence aux attentats du 11 septembre 2001 contre les États-Unis. "Tous les plans élaborés la veille ont soudain été jetés par la fenêtre.

M. Grazier a également déclaré que la nature globale du programme F-35 pourrait compliquer la gestion d'un contrat d'approvisionnement basé sur la performance. Le JEA a déclaré plus tôt en avril que le PBL axé sur la chaîne d'approvisionnement couvrirait tous les F-35 dans le monde.

"Qui sait dans quoi certains de ces pays partenaires pourraient s'engager à l'avenir ? a déclaré M. Grazier.

Lors de la conférence Sea-Air-Space d'avril, le lieutenant-général Michael Schmidt, responsable du programme F-35, a critiqué la chaîne d'approvisionnement "juste à temps" du programme, dans laquelle les pièces arrivent juste avant d'être nécessaires et où peu de stocks sont constitués.

"Lorsque vous avez cette mentalité [juste à temps], un problème dans la chaîne d'approvisionnement, qu'il s'agisse d'une grève (...) ou d'un problème de qualité, devient votre seul point de défaillance", a déclaré M. Schmidt.

Selon M. Martin, un contrat PBL pourrait également conduire à une situation où l'on "vole Pierre pour payer Paul", dans laquelle Lockheed pourrait cannibaliser des pièces d'un autre avion ou d'une autre chaîne de montage pour répondre aux besoins d'approvisionnement.

Les contrats PBL "sont presque la quintessence du "juste à temps"", a déclaré M. Martin.

Apollo et Brady ont déclaré que le contrat PBL actuellement en cours de négociation comprend des dispositions relatives aux fluctuations à court terme d'un mois à l'autre. Brady a fait remarquer que ce type d'augmentation à court terme couvrirait une fluctuation de 10 % des heures de vol prévues.

Apollo a déclaré que "d'un point de vue mensuel, nous avons intégré cette capacité [à] faire en sorte que l'industrie exécute ces pics, ces creux et ces perturbations pour une demande plus élevée" d'heures de vol que la normale.

Toutefois, M. Brady a déclaré que le projet d'accord PBL ne prenait pas en compte les augmentations à long terme qui pourraient résulter d'une guerre ou d'un autre événement d'une durée d'un à six mois, ce qui pourrait entraîner une augmentation significative des heures de vol et une plus grande usure des appareils.

Lockheed et le Bureau du programme conjoint du F-35 veulent "jouer au wargame" avec ces exigences, ont déclaré Brady et Apollo.

"Nous travaillons à ... définir : À quoi ressemble cette montée en puissance ? a déclaré M. Brady. Nous nous efforçons de définir : à quoi ressemble cette montée en puissance", a déclaré M. Brady, "et d'être en mesure de répondre à cette montée en puissance". Mais la conception actuelle [du projet de PBL] ne prévoit pas de montée en puissance au niveau de la guerre ; elle prévoit une montée en puissance au niveau des heures de vol au mois le mois.

Selon M. Brady, il sera important d'examiner différents scénarios dans lesquels l'armée américaine pourrait utiliser un F-35 afin de s'assurer qu'un accord PBL puisse répondre aux besoins.

Dans une interview accordée à Defense News, Apollo a évoqué une option qui consisterait à ajouter davantage de fonds à l'approche PBL pour faire face à une montée en puissance plus longue. Toutefois, un courriel de suivi du JPO a expliqué que le bureau ne pouvait pas aborder des discussions plus larges au niveau du département de la défense en ce qui concerne les besoins pour un environnement de montée en puissance durable.

M. Martin a trouvé encourageant d'entendre que les responsables de Lockheed et du JPO prenaient en compte les besoins en temps de guerre, mais il a insisté sur le fait qu'ils devaient continuer à étudier les besoins futurs, tout en réfléchissant à la manière d'inciter Lockheed à faire face à une éventuelle augmentation de la demande.

"Si nous avions une guerre, Dieu nous en préserve, qui se développe ... jusqu'à un rythme [opérationnel] assez élevé, 10 % [de capacité de pointe] pourraient suffire", a déclaré M. Martin. "Mais nous ne le savons pas et nous ne le saurons pas sans une analyse beaucoup plus poussée. Le problème sera alors que lorsque le conflit se produira, il sera trop tard pour faire grand-chose à ce sujet.

Edited by herciv
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 52 minutes, herciv a dit :

 

Apollo et Brady ont déclaré que le contrat PBL actuellement en cours de négociation comprend des dispositions relatives aux fluctuations à court terme d'un mois à l'autre. Brady a fait remarquer que ce type d'augmentation à court terme couvrirait une fluctuation de 10 % des heures de vol prévues.

[...]

"Si nous avions une guerre, Dieu nous en préserve, qui se développe ... jusqu'à un rythme [opérationnel] assez élevé, 10 % [de capacité de pointe] pourraient suffire", a déclaré M. Martin. "Mais nous ne le savons pas et nous ne le saurons pas sans une analyse beaucoup plus poussée. Le problème sera alors que lorsque le conflit se produira, il sera trop tard pour faire grand-chose à ce sujet.

Quand tu envisage que pour une guerre, une augmentation de 10% de l'activité pourrait suffire, c'est que tu es au taquet. Et c'est bien ce que j'imaginais quand j'ai calculé qu'il fallait 55 F-35 pour en maintenir 2 en vol pendant un mois contre 4 Rafale pour la même mission.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Quand tu envisage que pour une guerre, une augmentation de 10% de l'activité pourrait suffire, c'est que tu es au taquet. Et c'est bien ce que j'imaginais quand j'ai calculé qu'il fallait 55 F-35 pour en maintenir 2 en vol pendant un mois contre 4 Rafale pour la même mission.

Pour le rafale le surge c'est bien 300 heures sur un mois et 1000 sur un an ?

Link to comment
Share on other sites

Très intéressant article dans guerre et histoire n°71, notamment sur les dessous des programmes d'avions de combat US ("pantalonnade" du marché du siècle...) et conclut par cette phrase de Pierre Sprey (un des concepteurs du A10 et du F16) en réponse à la question de savoir si le F35 pourra remplacer le A10: "C'est tout simplement grotesque"...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Pierre Sprey pensait aussi que le meilleur chasseur possible c'était un F16A sans radar avec des Fox 2, et que le concept d'un avion multirole était stupide. Il s'est accroché a des gens plus intelligents que lui (John Boyd) et a fait toute une carrière sur les plateaux télés sur la base d'une prétendue participation a la conception du A10 et du F16, c'est pas vraiment une référence. 

  • Thanks 2
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Quand tu envisage que pour une guerre, une augmentation de 10% de l'activité pourrait suffire, c'est que tu es au taquet. Et c'est bien ce que j'imaginais quand j'ai calculé qu'il fallait 55 F-35 pour en maintenir 2 en vol pendant un mois contre 4 Rafale pour la même mission.

Pour "défendre" le F-35, 10% d'augmentation, ça correspondrait donc à 2900 Heures en 2 mois pour la flotte de F-35.

Pour la flotte française de Rafale, je ne suis pas sur qu'on arrive à rajouter 2900 heures en 2 mois sur l'activité globale.

 

Bon, 2900 heures pour 900 F-35, ce n'est pas brillant...

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, ARPA a dit :

Pour "défendre" le F-35, 10% d'augmentation, ça correspondrait donc à 2900 Heures en 2 mois pour la flotte de F-35.

Pour la flotte française de Rafale, je ne suis pas sur qu'on arrive à rajouter 2900 heures en 2 mois sur l'activité globale.

 

Bon, 2900 heures pour 900 F-35, ce n'est pas brillant...

Moi je voyais ce chiffre de surge d'une autre manière. Toi tu fais un calcul moyen sur toute la flotte. Moi je pense qu'c'est à un calcul cellule par cellule qu'il faut appliquer ce surge. 

Dans le cas du F-35 LM devrait donc garantir en gros 16 à 17 heures par mois à mon avis sur un tier de la flotte des f-35 A, la totalité des f-35C et je pense la moitié des f-35B.

A l'heure actuelle appliquer ce surge à toute la flotte est hors de portée de LM (et de PW) compte tenu des stocks et des moyens d'entretenir ce stock qu'il faudrait mettre en place.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ARPA a dit :

Pour la flotte française de Rafale, je ne suis pas sur qu'on arrive à rajouter 2900 heures en 2 mois sur l'activité globale.

D'habitude je réagis pas, mais juste pour voir, tu pourrais argumenter? Parce que c'est pas la peine que je raconte à longueur de post que le Rafale est donné par Dassault comme pouvant faire un surge de 350 h en un mois pour ensuite se trouver face à des avis pareil sans aucune justification. Tu es bien conscient que ce que je raconte signifie qu'un pays ayant une flotte de dix Rafale (même pas ce que demande la Croatie) pourrait rajouter ces 2900 heures en 2 mois sur l'activité globale?

Edited by Picdelamirand-oil
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Quand tu envisage que pour une guerre, une augmentation de 10% de l'activité pourrait suffire, c'est que tu es au taquet. Et c'est bien ce que j'imaginais quand j'ai calculé qu'il fallait 55 F-35 pour en maintenir 2 en vol pendant un mois contre 4 Rafale pour la même mission.

Oui mais. 
le f35 et 22 sont des armes de premiers jours qui doivent permettre de gagner ou prendre un avantage determiner dans les premierz jour. En tapant sur les bases, les centres de decisions … 

en aucun cas, ils ne pourraient tenir une guerre d’endurance. Donc de se point de vue l’analyse de lm se tient. 

Mais au niveau des etats major, il faut etre malade pour valider une prise de risque pareil. Et justement, ils ne le font pas f15xl, f16  sont la pour cette guerre d’endurance ou de veille au usa. En europe seuls les petits pays prennent uniquement du f35 sachant qu’apres les premiers jours les allies arriveraient sinon on a de l’ef avec le f35, ou meme du rafale. 
 

Le f35 ne pourra pas justifier de son avance tech tres longtemps, le f22 encore moins. D’ou la necessite de la 6eme gen qui devra egalement generer des sorties pour la guerre d’endurance. La logique du f22 a 600 exemplaires pouvait se tenir. Un f35 a 2500 exemplaires c’est juste delirant. Et ca confirme une fois de plus que le f35 remplace d’abord et avant tout le f117. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, herciv a dit :

Pour le rafale le surge c'est bien 300 heures sur un mois et 1000 sur un an ?

 

Il y a 4 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Non, 350 sur un mois, on doit retrouver ça dans le sujet sur la Finlande, dans un PDF de Dassault.

Et 1000 sur l’annee. Ce qui donne 3 mois dans l’annee, la question c’esr combien de temps de maintenance entre ces periodes d’activite. 1 moins en op, 3 moins de maintenance soit un cycle de 4 mois, qu’on peut reproduire 3x dans une annee de 12 mois ? 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, herciv a dit :

Moi je voyais ce chiffre de surge d'une autre manière. Toi tu fais un calcul moyen sur toute la flotte. Moi je pense qu'c'est à un calcul cellule par cellule qu'il faut appliquer ce surge. 

Dans le cas du F-35 LM devrait donc garantir en gros 16 à 17 heures par mois à mon avis sur un tier de la flotte des f-35 A, la totalité des f-35C et je pense la moitié des f-35B.

A l'heure actuelle appliquer ce surge à toute la flotte est hors de portée de LM (et de PW) compte tenu des stocks et des moyens d'entretenir ce stock qu'il faudrait mettre en place.

J'ai beaucoup de mal à comprendre ce que représente la capacité de surge.

Pour le Rafale, on explique qu'on peut passer à 350 heures par mois, ou qu'on a fait 1000 heures par ans... mais pour une micro flotte avec un soutien logistique et humain considérable qui fait qu'en pratique ce surge n'augmente pas le nombre d'heures de l'ensemble de la flotte. Cette capacité ne permet "que" de compenser une attrition conséquente ou de concentrer toutes nos heures sur quelques avions (en OPEX...)

Pour le F-35, j'ai l'impression que la capacité de surge est liée à la disponibilité "ponctuelle" de pièces détachées, donc ça permettrait d'augmenter pendant quelques semaines/mois le nombre d'heures totales de la flotte... avec des conséquences peut-être dramatique sur la livraison de nouveaux avions servant à compenser l'attrition qui risque d'être associée à la guerre nécessitant une augmentation de l'activité.

 

Je ne suis pas loin de penser qu'on compare les choux et les carottes. Pour le F-35, une "légère" augmentation de l'activité mondiale qui ne serait exploitée que par un petit nombre d'avions pourrait être très significative (si c'est possible...)

Il y a 3 heures, Picdelamirand-oil a dit :

D'habitude je réagis pas, mais juste pour voir, tu pourrais argumenter? Parce que c'est pas la peine que je raconte à longueur de post que le Rafale est donné par Dassault comme pouvant faire un surge de 350 h en un mois pour ensuite se trouver face à des avis pareil sans aucune justification. Tu es bien conscient que ce que je raconte signifie qu'un pays ayant une flotte de dix Rafale (même pas ce que demande la Croatie) pourrait rajouter ces 2900 heures en 2 mois sur l'activité globale?

Dans tes post, tu expliques aussi que ce n'est possible que si nous avons les mécanos (et les pièces détachées...) pour "extraire" ces 350 heures de potentiel par avions.

Si on n'a des mécanos (et des pièces détachées, et du budget...) que pour X milliers d'heures par mois, je ne suis pas sur qu'on puisse augmenter ce nombre.

Pour la France, ces 2900 heures en 2 mois, ça revient à augmenter notre activité de presque 50%. Il faut avoir de la marge humaine pour se le permettre.

Pour le F-35, l'objectif de 10% d'augmentation me paraît beaucoup moins contraignant.

Évidemment, je pense qu'on doit pouvoir se permettre une augmentation de notre capacité mensuelle. Mais notre flotte de Rafale ne peut pas globalement faire 350 heures par mois, c'est à dire en un mois d'opérations faire plus que notre activité annuelle. 

L'exemple des 4 Rafale suffisant pour en maintenir 2 en permanence en vol n'est crédible que sur une très courte période (en jours, pas en semaines) et surtout avec une équipe de soutien qui serait fortement renforcée par l'industriel voir un autre pays qui a beaucoup plus de Rafale.

 

Le gros avantage du Rafale serait que nos 10 Rafale qu'on baserait dans le Pacifique face à la Chine pourraient (durablement) faire ces 2900 heures pendant que nos 130 Rafale métropolitain réduiraient leur activité. Mais je ne crois pas qu'on soit capable de faire autant d'heures de vols avec nos 140 Rafale que l'ensemble de la flotte de 900 F-35. C'est peut-être possible sur quelques jours ou une semaine, mais sur un mois ça me paraît improbable et c'est impossible sur un an.

 

La canalisation de quelques Rafale et une priorité pour le soutien français plutôt qu'export devrait régler le problème de disponibilité en pièces détachées, mais il reste à trouver assez de mécaniciens pour fournir toutes ces heures de vols.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, ARPA a dit :

Le gros avantage du Rafale serait que nos 10 Rafale qu'on baserait dans le Pacifique face à la Chine pourraient (durablement) faire ces 2900 heures

Ils seraient toujours là au bout d'un mois ...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, ARPA a dit :

J'ai beaucoup de mal à comprendre ce que représente la capacité de surge.

Moi ce que j'en comprend c'est que c'est une capacité attendue en temps de guerre pour un groupe de rafale isolé mais ayant à sa disposition des pilotes de réserves ainsi que des pièces détachées. 

Je ne reviens pas sur les pilotes de réserve. 350 heures par moi ne peut être fait qu'à condition d'avoir 3 pilotes par chasseur et une vingtaine de meca.

Pour les pièces détachées çà veut dire

1 - qu'on ne fabrique plus de rafale mais que toutes les pièces sont réorientée sur l'entretien

2 - que les entretiens de niveau 2 sont repoussables et repoussés sine die

3 - Que Dassault a un retex suffisamment important pour assurer ce volume à la fois sur la capacité à faire des intervention sans immobilisation prolongé et aussi sur la capacité à tenir ce rythme.

La meilleure image de ce surge ce sont les opérations de l'aéronaval. 

A l'heure actuelle je ne vois pas comment ce mode surge serait tenu sur toute la flotte. Mais je pense raisonnable de l'imaginer sur au moins un tier, si ce n'est la moitié.

 

@Picdelamirand-oilnous a présenté des calcul de capacité de l'armée de l'air suite aux ventes d'occasion aux grecs et aux croates tenant compte de ce mode surge mais sur l'intégralité de la flotte. Ces calculs montrant comment l'armée de l'air pouvaient se passer des rafales en temps de paix et de guerre, je me demande quand même comment c'est réalisable. 

Edited by herciv
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Non, 350 sur un mois, on doit retrouver ça dans le sujet sur la Finlande, dans un PDF de Dassault.

randomradio demande la même chose sur strategicfront.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,962
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...