Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[EBRC/Jaguar]


desorgues
 Share

Recommended Posts

Ce distingo complètement administratif , et pas du tout ops existait déjà. C'est les brigades qui ne servent à rien. On interviendra comme toujours avec ce qu'il y a de disponible, et donc on mixera. CF mali, afga...Dans ces conditions s'imaginer que le bon rgt de la bonne brigade ira avec le bon escadron etc. c'est fuir la réalité opérationnelle depuis belle lurette. Des GTIA permanents c'était pourtant l'occasion. Un CDC cavalerie qui commande 24 tagazous, n'importe quoi. L'EBRC doit être le char déployable,  indépendamment des autres vecteurs. Qui croit à cette fumisterie de brigades d'urgence , de crise, de camping...On sait très bien que cela n'existe que dans les livres, et que plus que jamais on enverra tout le monde partout. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Mais quid de ses capacités de frappe à lui? Il ne va pas servir de petit télégraphiste tout le temps hein? ::) Quelle est sa valeur ajoutée à lui, en terme de frappe s'il n'est armé que d'un canon de 40mm? Par rapport aux VBCI du biffin et à leur 25mm postés pas loin? Et que peut-il face à des engins en face qui frappent avec du plus gros? Il doit faire de la reco, hors la reco sous-entend de pouvoir engager le combat pour préciser le contact à fins de renseignement, ceci durant un certain délai et de pouvoir se désengager rapidement sans se laisser fixer. Pour cela il faut pouvoir frapper. Sinon l'on parle d'éclairage, c'est-à-dire de mission où l'on observe les pointes adverses sans engager le combat, et pour ça nul besoin d'un 40mm porté par un engin lourd et bien protégé.

Bref les spécifications tactiques d'abord, les techniques après, voilà le bon ordre pour le raisonnement.

De la même façon que le combat naval est passé du duel d'artillerie à autre chose, si le combat glisse vers le TAVD, l'effecteur qui deviendra prioritaire sera celui qui permettra de tirer du plus loin :

En pratique, il y aurait :

Le mortier de 120

Le Caesar

Le missile MMP/MLP

(On oublie le 120 avec le missile polynege)

Le 40 de l'EBRC sert alors à la rencontre inopinée avec un tireur embusqué ... Et l'EBRC ne peut intervenir à distance que grâce à ses MMP/MLP...

Mais si c'est le poste de missiles qui devient l'élément dimensionnant de l'EBRC, et non plus son artillerie principale, cela entraîne plusieurs conséquences :

Comme sur une Fremm, il devient vain de pouvoir se cuirasser contre un missile : ce sont les contremesures et la défense active qui vont primer

Le volume global du véhicule n'est plus aussi crucial à 8 km qu'à 1500 m ... Voire au contraire car il permettra de loger un opérateur de drone ou de dédier un opérateur à la gestion de la menace aérienne qui devient le vrai ennemi du char.

Pour prolonger cette idée je rappelle que :

d'une part Serge remarquait qu'un 40CTA pourrait avoir des capacités AA, éclipsables si necessités Sol-Sol.

D'autre part Rescator proposait comme solution alternative à l'EBRC infinançable d'adjoindre un poste MMP aux VBCI surnuméraires qui seraient réattribués à la cavalerie.

Dans cette dernière option ce serait plus le successeur du VAB Hot qui remplacerait le 10RC...

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

De la même façon que le combat naval est passé du duel d'artillerie à autre chose, si le combat glisse vers le TAVD, l'effecteur qui deviendra prioritaire sera celui qui permettra de tirer du plus loin :

En pratique, il y aurait :

Le mortier de 120

Le Caesar

Le missile MMP/MLP

(On oublie le 120 avec le missile polynege)

Le 40 de l'EBRC sert alors à la rencontre inopinée avec un tireur embusqué ... Et l'EBRC ne peut intervenir à distance que grâce à ses MMP/MLP...

Mais si c'est le poste de missiles qui devient l'élément dimensionnant de l'EBRC, et non plus son artillerie principale, cela entraîne plusieurs conséquences :

Comme sur une Fremm, il devient vain de pouvoir se cuirasser contre un missile : ce sont les contremesures et la défense active qui vont primer

Le volume global du véhicule n'est plus aussi crucial à 8 km qu'à 1500 m ... Voire au contraire car il permettra de loger un opérateur de drone ou de dédier un opérateur à la gestion de la menace aérienne qui devient le vrai ennemi du char.

Pour prolonger cette idée je rappelle que :

d'une part Rescator proposait comme solution alternative à l'EBRC infinançable d'adjoindre un poste MMP aux VBCI surnuméraires qui seraient réattribués à la cavalerie

D'autre part Serge remarquait qu'un 40CTA pourrait avoir des capacités AA, éclipsables si necessités Sol-Sol.

Théoriquement c'est bien joli mais dans la vie réel l'artillerie est en mode évaporation. Elle va perdre a court terme son artillerie d'assaut, elle est pas prete de toucher ses VBMR porte mortier, et ses Caesar arrive au compte goutte. Pour ce qui est des lance rocket elle va en toucher une douzaine.

Et si on regarde en pratique ce qui se fait sur le terrain ... déploiement proche de zéro. En Afghanistan il a fallu attendre la catastrophe pour y envoyer un peut d'artillerie, et encore elle n'accompagnait meme pas toutes les opérations. Au Mali on y a déployer ab initio des moyen quasi de malien.

Accessoirement aussi c'est a l'artillerie de faire l'observation d'artillerie normalement. Et pour cela elle a des équipe dédié, plus des équipe spécialisé renseigment il me semble!

Alors on fait quoi avec l'EBRC on sacrifie les engin d'observation d'artillerie sur l'autel de la cavalerie?!

Autre chose amusante c'est le retour en fanfarre du concept EBRC comme en quarante ou du moins comme a l'origine. Un bidule ISTAR technoisé, dont l'armement ne servirait qu'a l'autodéfense. On avait plus ou moins abandonné ce plan a la con devant la réalité du budget et le cout pharaonique d'un tel engin - discret, quasi furtif, équipé de senseur super cher etc. - se disant que pour faire de l'appui feu en Afrique un "ERC-NG" ferait bien mieux pour bien moins cher. Mais visiblement les délire techno centrique des industrielle on suffisamment infusé l'armée pour que ce genre de bidule revienne en grâce.

- Allo ici EBRC Aigle 3 je demande une mission de feu sur la position 412U342T

- Bien recu Aigle 3 mais on attend les VBMR Mortier seulement pour 2025 il sont encore dans les couille de nos décideurs qui ne se sont pas encore fini a la main

- Sacrebleu! diantre! Mais oui j'y pense mon canon de 40 avec son grand débattement vertical doit etre capable de tir lobbé ... révisons nos table balistique. Alors 75° vitesse initial 1000m/s vent 15kmh sud sud est ... la bite le couteau.

Link to comment
Share on other sites

Dans quelle mesure cette vision de la Reco qui force l'adversaire à dévoiler ses batteries, est elle encore de mise avec l'intervention de la 3D dans l'analyse de la menace ?

Finalement, (certes je grossis le trait), la Lybie s'est faite sans EBRC...

La 3D, le réseau-centré, tout ça c'est bien beau mais ce galimatias me fait penser à un technico-commercial de Nexter qui prendrait les gus de terrain pour des cons. Je ne dis pas qu'il faut refuser cela, la réactivité et la frappe de loin c'est bien, mais il ne faut pas que ça empeche de PENSER la bataille future!  L'adversaire futur, qui ne sera pas toujours du 4x4 monté par des semi-amateurs, va tout faire pour échapper à nos capteurs, et le terrain, qui ne sera pas toujours désertique mais parfois vallonné et boisé l'y aidera. Et puis l'adversaire sera lui aussi "cablé" et réactif un jour, tout comme nous. Ne préparons pas que les guerres contre-insurrectionnelles ou sinon on s'en mordra les doigts tot ou tard.

Alors la reco il faudra bien qu'elle aille mouiller un peu sa chemise en cognant sur les recos d'en face pour les faire se dévoiler, détecter les axes d'effort, bref faire du bon vieux rens de contact, et le fait que tout le monde soit cablé et que l'info soit distribuée parmi tous les acteurs en temps réel n'y change rien, cela accélère juste les choses. Et pour cela, il faut avoir de l'armement avec de l'allonge et cogner assez fort, bref prendre le dessus sur la reco d'en face. J'ai comme l'impression que ce sont les industriels et le financiers qui pensent à la place des milis en ce moment. Ils ont un truc dans leurs cartons, allez hop on décide qu'on en a besoin et on batit une doctrine ops autour... J'espère me tromper mais si c'est le cas on marche sur la tete. :-[

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Il faut en effet préparer la guerre en générale et non pas une forme de guerre même si sur la période c'est la plus courante.

Pour citer le général Paris : "Se préparer au conflit le plus dimentionnant, non au plus probable."

L'EBRC cherche à s'inscrire dans cette logique.

Link to comment
Share on other sites

"Se préparer au conflit le plus dimentionnant, non au plus probable." L'EBRC cherche à s'inscrire dans cette logique.

Quel est ce conflit dimensionnant?! et en quoi cette automitrailleuse le prépare je serais curieux d'apprendre.

Link to comment
Share on other sites

Il faut en effet préparer la guerre en générale et non pas une forme de guerre même si sur la période c'est la plus courante.

Pour citer le général Paris : "Se préparer au conflit le plus dimentionnant, non au plus probable."

L'EBRC cherche à s'inscrire dans cette logique.

justement si logique est de faire autre chose que du tireur inopiné à la fenêtre , c'est quoi le cout unitaire d'un MMP ?

Autre question c'était quoi l'épaisseur moyenne d'un blockhaus du Hezbollah au Liban en 2006 ?

Link to comment
Share on other sites

Rappelons que nous avions dès 1940 la remarquable auto-mitrailleuse Panhard AMD-178, armée du canon de 25mm, et qu'on fit en urgence en juin 1940 une AMD-178 armée du canon de 47mm (un exemplaire unique), modèle qui fut relancé à la Libération sous l'appellation AMD 178B et servit longtemps ensuite. On a eu par la suite l'EBR avec canon de 90mm, puis l'AMX-10RC à canon de 105mm. Nous avons une longue tradition française d'auto-mitrailleuses lourdement armées derrière nous. Et cela paye sur le champ de bataille, car cela permet à nos reco de percer l'écran des recos adverses pour voir ce qu'il y a derrière. L'unique exemplaire de l'AMD-178 à canon de 47mm de 1940 détruisit deux chars allemands avant d'être sabordée par son équipage. Pour moi l'EBRC c'est avec un canon de 105mm moderne ou c'est pas la peine.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Panhard_AMD-178

 

Panhard-AMD_01.Tanks.jpg

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Théoriquement c'est bien joli mais dans la vie réel l'artillerie est en mode évaporation. Elle va perdre a court terme son artillerie d'assaut, elle est pas prete de toucher ses VBMR porte mortier, et ses Caesar arrive au compte goutte. Pour ce qui est des lance rocket elle va en toucher une douzaine.

 

 

 

 Je pense que certain n’on pas compris que l’Armée Française et obliger avec ses futures engins de rentrer dans la troisième dimensions. Et avec la réduction des effectifs il faudra devenir plus efficace avec moins. Et ça c’est valable pour nos trois armées.

Aujourd’hui nous sommes à l’heure du numérique. Et les VOA sur AMX 10P et sur VAB avec leur télémètre optique vont disparaître tout comme les périscopes optiques des sous marins qui seront remplacé par des systèmes numériques. 

 

Tu sais G4lly l’arme de l’artilleur aujourd’hui ce n’est pas le canon, mais la munition, qui doit apporter à l’unité appuyée un effet de plus en plus ciblé et varié, sur des théâtres toujours plus complexes, où la maîtrise de la force délivrée est souvent le maître-mot.L’artillerie comme le reste de nos armées s’oriente vers un accroissement des liaisons et synergies avec les moyens de la chaîne renseignement, et en particulier les moyens drones et renseignement d’origine électro magnétique de la brigade de renseignement.

 

Quand à L’EBRC il sera un blindé compact à roues de type 6 x 6, relativement léger (entre 20 et 25 tonnes), doté d’un canon de 40 mm à munition télescopé qui permet d’utiliser des projectiles de plus faible dimension et un chargement automatique sur le côté, un élément important pour un véhicule de dimensions restreintes. La tourelle permettra de lever le canon jusqu’à un angle de 45 degrés.

Elément important, l’EBRC sera  modulaire afin de s’adapter aux besoins des différentes armées. A partir d’une cellule de base à prix serré, il est possible d’ajouter des éléments comme des missiles, flash bang, système fumigène, brouilleur d’ondes. De même, le système informatique embarqué reposera sur des micro-ordinateurs et un câblage Ethernet, pour faciliter l’intégration et assurer une réelle évolutivité .

Link to comment
Share on other sites

Tout est relatif quant à la question du devis de poids modeste avec 20 à 24 t ... Là où le Shinx était entre 16 à 18 t

Et surtout qu'on va remplacer un ERC de 8-10 t par un EBRC de trois fois plus lourd :

Le problème c'est que l'unité de mesure, c'est l'avion de transport ...

Et que , comme dirait Chuck Norris, l'unité de mesure se raréfie :lol:

Enfin, je suis friand de connaître le "prix serré" à 24 t :

Le blindé, cela se paye à la tonne : résultat un Sphinx était 1/3 moins cher

Quant au CRAB avec 10t ...

Link to comment
Share on other sites

Mieux vaut prendre l'AMX-10RCR en étalon de comparaison. L'ERC est vraiment léger. Dans tous les domaines il est sous-ceci, sous-cela. Son canon n'est pas mauvais mais le reste est dépassé.

J'aurais préféré voir l'adoption du VBC-90 plutôt. Mais bon, l'ERC était là pour Panhard.

Link to comment
Share on other sites

Rappelons que nous avions dès 1940 la remarquable auto-mitrailleuse Panhard AMD-178, armée du canon de 25mm, et qu'on fit en urgence en juin 1940 une AMD-178 armée du canon de 47mm (un exemplaire unique), modèle qui fut relancé à la Libération sous l'appellation AMD 178B et servit longtemps ensuite. On a eu par la suite l'EBR avec canon de 90mm, puis l'AMX-10RC à canon de 105mm. Nous avons une longue tradition française d'auto-mitrailleuses lourdement armées derrière nous. Et cela paye sur le champ de bataille, car cela permet à nos reco de percer l'écran des recos adverses pour voir ce qu'il y a derrière. L'unique exemplaire de l'AMD-178 à canon de 47mm de 1940 détruisit deux chars allemands avant d'être sabordée par son équipage. Pour moi l'EBRC c'est avec un canon de 105mm moderne ou c'est pas la peine.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Panhard_AMD-178

 

Panhard-AMD_01.Tanks.jpg

 

 

+1

D'accord avec Jojo

Un EBRC avec un canon moindre qu'un 105 ça ne sert à rien, même pas capable de se défaire de la reco adverse, alors qu'avec un "vrai" canon c'est faisable.

En plus il peut mettre des patates à des tanks modernes. De flan c'est perçage quasi assuré et de front même non percé il y a des chances qu'ils ne soit plus vraiment opérationnel (chaleur dans l'habitacle, choc, éventuels dommages à l’électronique/optronique etc.).

 

J'entends d'ici les "oui mais il a des missiles !"

Génial...

Avec 4000 mettre de portée ils tirent aussi loin que n'importe quel canon moderne, sauf que l'obus lui ne mets pas 24 secondes à faire 4000m mais 2 et qu'en 24 secondes le tank adverse peut bouger sur une distance de 200 à 500m (vous connaissez beaucoup d'endroit sur terre ou en parcourant 200m il n'y a pas moyen de trouver un couvert ?).

 

Enfin bon j'adore le 40CTA, mais pour les VBCI, pas pour la reco qui avec un peu de punch peut faire des miracles et qui jusqu'a maintenant apportait "du lourd", qui manque cruellement dans notre armée  =)

Edited by Drakene
Link to comment
Share on other sites

C'est bien beau la guerre info centré et le tout techno, mais il y a peu trois bouseux en claquettes ont foutu dehors la plus grande alliance militaire au monde. Un moment le nombre de drones qui volent au dessus de la tête ne gagne pas la guerre. On sacrifie notre puissance de feu directe. Déjà qu'il n'y aura plus beaucoup d'engin, le 40 n'apporte rien de plus çà c'est sur, et garder un canon lourd ne remettait pas en cause le fait de disposer d'un EBRC moderne. Le truc c'est que les industriels font la loi. Et si demain nexter invente une fronde en fibre de verre, non seulement toute l'adt en sera équipée mais on trouvera des gens pour nous expliquer que c'est super.

Link to comment
Share on other sites

Je vous lis et je vois un peu une querelle de clocher.

 

Il me semble qu'il en ressort principalement deux critiques:

Son poids.

On reproche à l'EBRC son poids mais on reproche aussi le manque de protection de l'AMX 10, donc...., il me semble que le choix de l'EBRC plus lourd car plus résistant est pertinant.

Je lis aussi que l'EBRC ne poura pas toujours remplacer ERC à cause de son poids mais on lis beaucoup de critiques sur l'ERC, j'ai lu aussi que les VBLs seront un jour remplacés, donc il me semble qu'un autre blindé plus compact et léger devrait compléter l'EBRC et le CRAB semble bien plaire à certains. Mais comme il n'y a pas de sous, il faut bien commencer par quelque chose.

 

Son armement.

Son canon de 40 ne semble pas faire l'unanimité.

Par contre si l'EBRC était proposé aussi avec un canon de 105 ou 120 il me sembe qu'il n'y aurait plus beaucoup de critique.

Vu qu'il n'y a pas de sous pour les deux, que l'AMX 10 avec son 105 ne devrait pas disparaitre de sitôt, pourquoi ne pas imaginer que dans le futur l'EBRC recevra une autre tourelle avec un calibre plus gros.

Donc pourquoi ne pas commencer par quelque chose.

Edited by gargouille
Link to comment
Share on other sites

Je me permets un petit HS suite aux propos un peu plus haut de scarabé.

 

Donc oui Scarabé, l’arme de l’artilleur est toujours (mais pas seulement d’aujourd’hui) le projectile, qu’il s’agisse de la « tète active » de la fusée, de l’obus tiré du canon,…ect…

 

Sans vouloir m’avancer, je pense aussi que certains ici ont compris la notion de troisième dimension. Par contre, la perception et l’exploitation des objectifs par la troisième dimension dans l’artillerie, ça date un peu. Et de beaucoup. Non ?

Effectivement les VOA, comme pas mal d’autres équipements, sont en train de disparaître du DUO des formations d’Artillerie. Mais ne nous trompons pas, c’est aussi tout simplement les bouches à feu qui disparaissent des dotations, faisant ainsi fondre l’ensemble de notre puissance de feu. L’AUF1 va commencer à se fossiliser dans la masse, le TRF1 va être mis sous perfusion de-ci de-là et une poignée de CAESAR vont devoir seuls assurer la relève. Je mets de coté les MO120mm pour les puristes de la couleuvrine de tranché (je plaisante). Ah si, j’oubliais les « 12 » LRU…

 

A l’heure ou nous n’avons jamais été aussi près de la « perfection » sur les tirs d’efficacité déclenchés d’emblée, sur la puissance/portée/précision dès les premiers coups et sur la contre batterie, nous faisons donc le choix  de notre avenir avec principalement un canon automoteur asservi à la main sans casemate tournante fermée (donc sans protection) et un tracté biflèches.

Je pense sincèrement que ce choix implique une irréversibilité car si le savoir reste gravé (comme tu le dis nous sommes à  « l’heure du numérique ») les savoir-faire, eux, vont se réduire comme peau de chagrin. Ce qu’il reste de l’arme n’a ni les moyens ni le temps d’entretenir ces savoirs faire. D’abord sur les pièces car le MEC/ARTI n’aura aucune imputation budgétaire au titre III pour du matériel dormant (réserve ministérielle), ensuite sur  l’instruction et la formation des servants (qui si elle devait avoir lieu serait au mieux en dynamique autour des tabourets de chambre et au pire au tableau noir) et enfin sur la formation des cadres. Il est à craindre que les examens BMP1 er BMP2 des sous officiers Artilleurs soient significativement refondus et l’on cherche actuellement la nouvelle doctrine pour la matrice des OAEA. J’occulte volontairement les crédits temps et munitions nécessaire au Drill.

Résumons-nous, pas de logistique allouée (MEC, RAV et SAN)

 

L’heure du numérique n’a rien à voir avec la puissance de feu. L’accroissement des liaisons et synergies avec les moyens de la chaîne renseignement ne justifie nullement la fonte du parc d’artillerie. Il s’agit de crédit.

Attention aussi à la monté en puissance continue des liaisons rens, qui elle a commencé déjà depuis la dotation des premiers moyens de surveillance du champ de bataille et d’acquisition des objectifs (instruments d’observation à vue, appareils de repérage au son et aux lueurs)

 

Fin du HS artillerie.

 

PS:

 

DUO ; Document Unique d’Organisation (ce que l’on a officiellement en dotation pour remplir sa mission)

Imputation budgétaire du titre III ; les crédits alloués pour le « fonctionnement » des forces

MEC/ARTI ; Maintien En Condition (entretien)alloué à l’artillerie

BMP1 et BMP2 ; Brevet Militaire Professionnel du premier et second degré

OAEA ; Officiers d’Active des Ecoles d’Armes

MEC ; Maintien En Condition

RAV ; Ravitaillement

SAN ; Sanitaire

Link to comment
Share on other sites

Pas si HS que cela le post de Max :

Quand on lit Scarabé, on se dit que l'on fait le deuil de la puissance du 105 puisque, grâce au réseau , celle-ci viendra d'ailleurs...

En pratique, missile ou Caesar... Sauf que pour ceux ci c'est pas vraiment Rose ...

Heureusement, reste le missile ...

Mais c'est plus cher...

Link to comment
Share on other sites

Pas si HS que cela le post de Max :

Quand on lit Scarabé, on se dit que l'on fait le deuil de la puissance du 105 puisque, grâce au réseau , celle-ci viendra d'ailleurs...

En pratique, missile ou Caesar... Sauf que pour ceux ci c'est pas vraiment Rose ...

Heureusement, reste le missile ...

Mais c'est plus cher...

Link to comment
Share on other sites

Pas si HS que cela le post de Max :

Quand on lit Scarabé, on se dit que l'on fait le deuil de la puissance du 105 puisque, grâce au réseau , celle-ci viendra d'ailleurs...

En pratique, missile ou Caesar... Sauf que pour ceux ci c'est pas vraiment Rose ...

Heureusement, reste le missile ...

Mais c'est plus cher...

Link to comment
Share on other sites

Pas si HS que cela le post de Max :

Quand on lit Scarabé, on se dit que l'on fait le deuil de la puissance du 105 puisque, grâce au réseau , celle-ci viendra d'ailleurs...

En pratique, missile ou Caesar... Sauf que pour ceux ci c'est pas vraiment Rose ...

Heureusement, reste le missile ...

Mais c'est plus cher...

Primo, pourquoi il n'y aurait que nous qui aurions ce fameux réseau? Dans ce cas où serait notre avantage? Deuxio, le canon de 105mm c'est une réactivité immédiate et l'assurance de ne pas rencontrer d'engin mieux armé en reco, sauf à tomber sur du char lourd. Attention à ne pas se faire avoir à coup d'arguments technologiques par les ingénieurs et les commerciaux des sociétés d'armement, qui ne sont pas des tacticiens. La technologie de communciation comme substitut au gros canon, c'est une illusion dangereuse. Et puis à chacun son métier. 

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Donc un canon automatique (de 40mm) serait une absurdité face à des forces lourdes?

A ton avis? Tu es dans un engin équipé d'un canon de 40mm et tu te trouve face à un engin au canon de 105mm. T'es vachement à l'aise? :-X   Notre tradition française, au contraire de l'allemande que tu montres, ce sont des engins de reco qui, de l'EBR à l'AMX10RCR sont passés du 90mm au 105mm. L'objectif: prendre le dessus sur les recos adverses. On nous propose de descendre au 40mm en nous disant "mais attendez, c'est vachement moderne et réseau-centré tout ça, en cas de mauvaise rencontre les données de la cible sont transmises en temps réel et un engin de l'arrière va la traiter". En attendant faut prier pour que le type d'en face ne tire pas avec son gros canon, et espérer qu'il va rester bien sagement en place le temps que le projectile tiré de l'arrière vienne le cueillir. Bref faut espérer que le type d'en face ne sache pas manoeuvrer et se battre. Et si l'adversaire est lui aussi réseau-centré et équipé d'un gors canon, ben... O0

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Les allemands en Reco avaient une première ligne de Luchs avec une seconde de Leopard le tout sous une bulle radar.

Un autre exemple:

jgsdf_type_87_reconnaissance_combat_vehi

Je le réécris : face à des forces lourdes, nous enverrons du lourd donc des EBRC avec de XL. Et si nous n'avons plus de XL, alors nous resterons chez nous à faire des déclarations sur les droits de l'Homme.

Ainsi, si le Mali avait imposé deux escadrons XL, alors nous ne nous serrions pas engagé là-bas tellement nous avons des difficultés à seulement envoyer de l'eau à nos hommes.

L'engagement de force ne se résume pas à une multitude de duels. Sans parler de réseaux-centrés, on engage des forces complexes qui interagissent.

Edited by Serge
Link to comment
Share on other sites

Bien sûr que le combat ne se réduit pas à une multitude de duels, mais ces duels existent et attendre le secours de l'arrière ne devrait pas se produire quasi systématiquement, la reco doit pouvoir tenir un certain temps (relativement court mais qui peut être meutrier) pour faire son boulot. Avec un EBRC a canon de 105mm, nul besoin de char lourd juste derrière pour le protéger, il se protège tout seul. L'argument du "canon plus petit + le réseau" c'est mieux, me rappelle "l'armée plus ramassée, plus réactive, et au final plus efficace" que l'on nous serine depuis des décennies (Le Drian vient de la resortir celle-là ces jours-ci),  pour justifier les réductions de budget et d'effectifs.

Edited by Jojo67
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,948
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Jaguar28
    Newest Member
    Jaguar28
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...