Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

La Bretagne n'est pas la Corse , elle n'a pas repoussé des envahisseurs pendant des siècles , elle n'est pas une ile .

En Corse , nous voulons preservé cette culture et cette espèce de "double identités".

De plus je te prierais de cesser d'assimiler les groupes indépendantistes à "toute" la population Corse , c'est irréfléchi.

Essai peut-être à partir des quelques informations que je t'ai donné d'avoir un point de vue plus objectif .

Par exemple , je ne fais que dire que les indépendantistes actifs sont une infine minorité insulaire , et tu persistes en disant que la population Corse utilise des méthodes de petits mafieux... La nuance est là , et de surcroit , elle est de taille...

Si je puis me permettre, la Bretagne est resté un bastion contre les agresseurs. Je ne suis pas historien mais il me parait grossier d'élever la Corse a tel ou tel rang. Toute les régions ont une histoire exceptionnelle.

Je ne suis pas contre l'idée d'une identité régionale mais comme il est dit plus haut, en Bretagne cela se passe très bien. On en parle jamais mais quand on va a Paris on le sent sur tout les plans. Pareil dans le Nord. Pareil dans le Sud. Le problème n'est pas forcément dans le fond mais plutôt sur la forme.

La Corse oui c'est une île... La Bretagne historiquement c'est pas loin d'être une presqu'île.

Et pourtant je suis Picard, et dieu seul sait comment sa me passe par dessus la tête. Je comprend pas le problème Corse à titre personnel parce que vivant en Bretagne depuis 5 ans je vois que l'identité régionale cela se vit. C'est pas un tribut politique à réclamer. C'est dans le phrasé, dans les PME, les alcools, la nourriture... etc.

Je suis déjà allé en Corse et faut pas être devin pour reconnaître tel ou tel particularité de la Corse. La Corse est une île adorable avec une population adorable. C'est en maintenant des "tics" de vie populaire que la Corse gardera son identité.

Enfin bref, vous m'avez compris, regardez-vous, regardons-nous, et nous ferons vivre nos identités régionales, si du moins cela nous interesse  ^-^

Link to comment
Share on other sites

Crénondediou!

Sub': tu n'es pas historien mais archéologue pour ressortir un sujet vieux de 4 ans!

J'étais même pas encore inscrit !

Oh mon dieu, je suis vraiment tombé bas aujourd'hui, faut que j'arrête de creuser.

Désolé de la panique occasionné  :lol:

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

Le FLNC a déclaré qu'il déposer les armes. Le gvt a t' il promit quelque chose en échange ?

Quelqu'un a t'il les statistiques des plasticages de ces dernières années, j'ai l'impression que cela c'était beaucoup calmé par rapport aux "vagues bleus" d'il y a 10 ou 20 ans.

Edited by collectionneur
Link to comment
Share on other sites

-> http://www.air-defense.net/forum/topic/7609-questions-en-vrac/?p=778428

 

Ceci, alors que le juge Thiel prend sa retraite. Juge qui s'en est pris aux activistes présents en Corse comme aux pouvoirs publics (il a dessaisi la DRPJ, la gendarmerie lors de plusieurs enquêtes). Pas du genre à jouer la comédie "gentils policiers contre terroristes sanguinaires".

Ce matin, sur RTL, il évoque notamment la tradition de négociation secrètes du pouvoir avec les activistes. Il considère aussi que le combat nationaliste corse est asservi aux intérêts matériels des activistes. Et que les plus jeunes se laissent naïvement manipuler.

 

Avis perso: qui croit encore à la sincérité de ces criminels? Le combat nationaliste n'est qu'un prétexte. Malheureusement pour les vrais nationalistes.

 

 

PS: Parler de la Corse dans la rubrique Politique étrangère, CA PIQUE LES YEUX.

Edited by artyparis
Link to comment
Share on other sites

Il y a de temps à autre révélation d'affaires de racket ou de tentative de racket, mais je pense que ça n'a plus grand chose à voir avec le nationalisme des années 1970 voire 1980. Beaucoup des anciens sont morts durant les guerres fratricides, notamment entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990. Ce qui a laissé la porte ouverte à des bandes mafieuses plus proches de la Mafia italienne que de mouvements autonomistes (la Bande de Mer, la bande du Petit Bar, les Bergers de Venzolasca...). Pour les attentats, ça s'est tassé, mais il y en a toujours. Il n'y a plus de grandes "nuits bleues", mais des villas qui sautent, ça se pratique toujours (il y a deux jours encore, à Cargèse).

 

Maintenant, cette action unilatérale du FNLC (je vois mal une négociation avec le gouvernement derrière tout ça, vu que le mouvement nationaliste est complètement atomisé) intervient à un moment politique particulier. Les listes autonomistes ne se sont jamais aussi bien portées dans les urnes (les indépendantistes étant eux très en retrait) et il y a un réel mouvement d'opinion en ce moment pour renforcer les pouvoirs de la collectivité territoriale de Corse. On parle de la reconnaissance de la langue corse ou du statut de résident, mais il y a des sujets moins polémiques, comme la volonté de créer des compagnies de transport dédiées avec des fonds publics (Air Corsica fonctionne déjà, ici ce serait surtout pour remplacer la SNCM et concurrencer le désormais quasi-monopole de la Corsica Ferries), l'ouverture de filières supplémentaires à l'université de Corté ou encore la protection accrue du littoral.

 

Il est assez étonnant pour certains de constater que souvent, la population insulaire ne demande pas forcément des choses contre l'Etat, mais plutôt lui en demande davantage. Et parfois, ça marche : le nombre de PLU annulés par la justice n'a jamais été aussi élevé par exemple.

 

EDIT : Les politiques demandent des preuves

 

Evidemment, ils ne vont rien faire et donc ça repartira en vrille. Foutue inertie politicienne.

Edited by Ciders
Link to comment
Share on other sites

A voir. Les Baléares, c'est du tourisme balnéaire intensif, limite de l'abattage. Mais hormis le secteur touristique, il n'y a rien aux Baléares. En Corse, il y a d'autres ressources utilisables, mais qui n'intéressent malheureusement ni les banques, ni l'Etat. Il y a l'agriculture, le secteur de la pêche et de la pisciculture, le bois, quelques sites industriels qui fonctionnent bien (notamment dans les boissons et l'agroalimentaire). Après, il est certain que le marché intérieur est limité, que le problème du transport pèse lourdement sur l'économie (on tourne à trois ou quatre grèves annuelles à la SNCM ou à Air France) et que les aides publiques sont nécessaires.

 

Mais avec un peu plus de souplesse et un peu plus d'investissements utiles, il y aurait des choses à faire. Rien qu'au niveau énergétique, l'île pourrait produire bien plus de courant électrique avec les énergies renouvelables. On pourrait même en exporter un peu. Le tourisme pourrait être bien mieux géré : les Baléares sont le contre-exemple absolu de ce qu'il faudrait faire et si vous allez du côté de Porto-Vecchio, vous pourrez voir à quoi ressemblerait la Corse dans cette optique de tourisme de masse. Et au niveau des transports intérieurs, même si il y a eu des progrès majeurs pour le transport routier, il y a encore beaucoup à faire. On roule encore sur des ponts provisoires installés par les Américains en 1943 sur certaines portions de l'île.

Link to comment
Share on other sites

Regardez les résultats aux dernières éléctions Européennes, certaines communes ou les élécteurs votaient fortement "independenza" en 2009 se sont retrouvé avec des scores important pour le FN alors que ce partit n'a jamais tenu le haut de l'affiche sur l'ile.

Link to comment
Share on other sites

Pas faux, et cela désole beaucoup de monde ici. Mais comme sur le Continent, il y a ce côté vote contestataire qui donne au bulletin FN une couleur intéressante ces temps-ci. Et ça n'enlève rien au fait qu'à Bastia, les nationalistes ont pris la mairie (Bastia où le FN n'a même pas pu se présenter, faute de liste complète), et qu'à Ajaccio, ce sont eux qui ont décidé du second tour en refusant l'alliance avec le maire sortant.

 

Il ne faut pas oublier qu'il s'agissait des européennes, une élection qui ne mobilise que très peu en Corse (alors qu'aux municipales, les deux départements corses sont très souvent dans le top 10 des départements en terme de participation)  et qu'en plus, cette année, il n'y avait quasiment aucun Corse en position éligible, ce qui pousse encore moins les gens à voter.

Link to comment
Share on other sites

Regardez les résultats aux dernières éléctions Européennes, certaines communes ou les élécteurs votaient fortement "independenza" en 2009 se sont retrouvé avec des scores important pour le FN alors que ce partit n'a jamais tenu le haut de l'affiche sur l'ile.

Cela ne démontre-t-il pas un besoin de reconnaissance plutôt qu'une envie d'indépendance?

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...
Le 29/06/2014 à 01:13, Patrick a dit :

Cela ne démontre-t-il pas un besoin de reconnaissance plutôt qu'une envie d'indépendance?

Je relance là-dessus : c'est surtout l'expression du même ras-le-bol que l'on retrouve dans les campagnes françaises. Mais l'électeur corse est à géométrie variable : il ne vote pas de la même façon pour des élections nationales et européennes que pour des élections locales. A ce titre, il faudra suivre attentivement les prochaines élections territoriales qui vont accompagner la formation d'une entité dirigeante unique fusionnant les conseils départementaux et la collectivité territoriale actuelle.

Pour le moment, ce sont les nationalistes qui tiennent la corde. Derrière, ça recompose à tout va mais on retrouve souvent les mêmes têtes. A noter cependant que depuis 2014, des dinosaures de la vie politique insulaire ont pris leur retraite, de gré ou de force. Le dernier en date (le mois dernier) étant José Rossi.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ils meurent doucement. Les Rocca Serra ne représentent plus grand chose, les Zuccarelli ne pèsent plus depuis qu'ils ont perdu Bastia. Paul Giacobbi a été coulé par la justice, François Vendasi est sur le déclin. Il reste quelques vieux barons locaux mais beaucoup ont quitté leur poste et ont été remplacés. La dernière vague a été celle des législatives qui a vu un complet renouvellement des députés des deux départements corses. Après, il y a des figures locales qui pèsent plus ou moins en dehors de leur secteur comme les maires des grandes villes (Marcangeli à Ajaccio, Orsucci à Bonifacio ou Giudici à Ghisonaccia) et les familles qui rayonnent dans les micro-régions, mais les clans à l'ancienne sont très nettement sur la fin.

Edited by Ciders
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Toujours amusant de voir que la Corse traîne dans ce topic. ^^

Bon ben voilà, c'est quasiment fait, 46 % dès le premier tour des territoriales pour la liste Pe a Corsica (Simeoni/Talamoni), loin devant tout le reste. Bozzi (LR) et Mondoloni (droite régionaliste... oui on ne comprend pas trop ce que c'est non plus) ne s'allieront pas au second tour, ce qui leur garantit 10-15 % chacun. Et du côté de la presse, on a déjà sorti tous les poncifs (les derniers articles du Figaro ont été épiques de ce point de vue).

Côté gouvernement... ben rien. Comme d'hab. La liste LREM a été balayée comme prévu, donc ça ne bouge pas.

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Ciders a dit :

Toujours amusant de voir que la Corse traîne dans ce topic. ^^

Bon ben voilà, c'est quasiment fait, 46 % dès le premier tour des territoriales pour la liste Pe a Corsica (Simeoni/Talamoni), loin devant tout le reste. Bozzi (LR) et Mondoloni (droite régionaliste... oui on ne comprend pas trop ce que c'est non plus) ne s'allieront pas au second tour, ce qui leur garantit 10-15 % chacun. Et du côté de la presse, on a déjà sorti tous les poncifs (les derniers articles du Figaro ont été épiques de ce point de vue).

Côté gouvernement... ben rien. Comme d'hab. La liste LREM a été balayée comme prévu, donc ça ne bouge pas.

Quel est le programme ?

Link to comment
Share on other sites

Deuxième tour dimanche. Après, il va falloir installer la nouvelle CTU (collectivité territoriale unique), gratter les financements auprès de l'Etat, négocier avec l'Etat ce qu'aura le droit de faire la CTU. Vu que les prochaines élections sont dans deux ans, il n'y aura sans doute pas le temps de faire grand chose de concret, sans compter qu'il va falloir aussi ménager les susceptibilités bastiaises (qui va perdre le conseil départemental de Haute-Corse) et que la scène politique insulaire va sûrement avoir le temps de faire quelque chose. Mais quoi ?

Nouveautés cette année : le FN a été balayé (mais littéralement) et il n'y aura aucun élu de gauche à la CTU (ce qui est inédit depuis la fondation de la première CT en 1982). A droite, c'est la misère (Bozzi va certainement se faire tomber dessus par les caciques survivants) et côté LREM, c'est une beigne de plus (mais quand on y va avec des gens qui ont plus changé de parti en dix ans que le nombre de porcelets dans une portée moyenne d'un élevage de Basse-Saxe...).

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Ciders a dit :

Toujours amusant de voir que la Corse traîne dans ce topic. ^^

Bon ben voilà, c'est quasiment fait, 46 % dès le premier tour des territoriales pour la liste Pe a Corsica (Simeoni/Talamoni), loin devant tout le reste. Bozzi (LR) et Mondoloni (droite régionaliste... oui on ne comprend pas trop ce que c'est non plus) ne s'allieront pas au second tour, ce qui leur garantit 10-15 % chacun. Et du côté de la presse, on a déjà sorti tous les poncifs (les derniers articles du Figaro ont été épiques de ce point de vue).

Côté gouvernement... ben rien. Comme d'hab. La liste LREM a été balayée comme prévu, donc ça ne bouge pas.

C'était un cavalier forumique, car sinon, la politique intérieure est bien entendue bannie du fofo :dry:

C'est accessoirement un bon moyen de recenser les corses du forum pour un bon usage ... euh futur.
Mais rassure-toi, l'ordre 66 ne s'applique qu'à partir de 9999 Jedi minimum :tongue: (en dessous, y a amnistie)

</Blague>

Du coup, qu'est ce que tu prévois comme revendication / programme pour la suite ?

  • On réclame des sous en plus ?
  • Une grosse dévolution de prérogative / impôt façon pays basque espagnol ?
  • De l'autonomie+ façon Nouvelle Calédonie ?
  • Du Puigdemont ?
     
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, collectionneur a dit :

Et pourtant, ce matin sur France Info, une élue Corse a dit directement, si le gvt ne veut pas négocié, on verra le scénario catalan.

Qui a dit ça ? C'est de l'esbrouffe. L'économie insulaire représente 0,4 % du PIB français. L'île n'a pas les moyens de cette ambition.

Après, les rêves humides ça existe aussi.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, collectionneur a dit :

Et pourtant, ce matin sur France Info, une élue Corse a dit directement, si le gvt ne veut pas négocié, on verra le scénario catalan.

 

Il y a 3 heures, Ciders a dit :

Qui a dit ça ? C'est de l'esbrouffe.

Déjà que le scénario catalan en lui-même c'est déjà pas mal de l'esbroufe, là on parlerait carrément d'esbroufe au carré :laugh: !

 

Il y a 11 heures, Ciders a dit :

Nouveautés cette année : le FN a été balayé (mais littéralement)

Ce qui illustre bien le point rappelé plus haut sur les Corses qui ne votent pas du tout de la même manière en national et en local. Résultats de la présidentielle 2017 en Corse : Le Pen 28% au premier tour, 48% au second.

 

Edited by Alexis
Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,823
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...